NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio   Lun 3 Sep - 12:28


Quand on a une passion et qu’on a eut la chance d’en faire son métier on vit à cent à l’heure sans trop se préoccuper de ce qui passe autour, des amis ou des amours par exemple, depuis que j’ai mis un pied sur un terrain de base ball j’ai toujours tout fait pour être le meilleur pour dépasser encore et toujours mes limites sans me soucier des autres, ma famille, mes amis … je n’ai toujours eut qu’un seul objectif durant mes 25 ans d’existence devenir une star de nba. Et voilà qu’après des années de cour, des matchs, des championnats la chance de ma vie c’est présenter, l’équipe des yankees de new York à tout fait pour m’avoir, je me suis pas trop fait prié pour accepter leur offre je peux vous le dire. J’ai donc quitté ma ville natale ma toute petite ville de quelques milliers d’habitant et encore pour me rendre dans la pomme, cette ville géante avec un melting pot extraordinaire ça m’a vite changé de Town Square, les ruelles aussi d’ailleurs, je me suis perdu à de nombreuses reprises je dois l’avouer. Le temps est passé à une vitesse hallucinante depuis mon premier jour là bas, bien sur je revenais ici dés que je pouvais à peu près toute les deux trois semaines mais parfois j’étais dans l’incapacité enchainant les soirées de charité, les interviews et les recommandations du coach de ne pas s’épuiser donc de ne pas partir. On pouvait penser que j’étais célibataire mais ce n’était pas le cas j’avais laissé ma meilleure amie mais aussi copine derrière moi, j’avais beau eut pensé que cette distance nous rapprocherai il était rare les week end ou je pouvais rentrer sans que l’on entende des cris c’était souvent elle d’ailleurs en y repensant qui s’énervait pour un rien. Faut dire il y avait énormément de sujet tabou à ne pas évoquer à présent, tout ça devenait suffoquant comme si l’on m’interdisait de m’exprimer ou de respirer, trop dur à supporter je la sentais tous le temps sur les nerfs moins au début mais de plus en plus à chaque fois. Je commençai à l’étouffer, cette relation nous étouffer, nous tuer, on était en train de tuer petit à petit notre couple et peux être bien notre amitié au passage mais pour l’heure je n’en avais aucune idée. Les jours passèrent et quelques semaines aussi, c’est alors que je rentrais en avance afin de faire une surprise à Louhàn Siloë-Jules Hurtlake que quand j’ouvris la porte de son appartement des bruits se firent entendre dans la chambre, j’avançais à pas de chat en direction de celle-ci quand je poussa légèrement la porte et là que vois je, horreur à mes yeux innocents, bon d’accord pas si innocent que ça , la jeune femme a califourchon sur un pseudo apollon, les mouvements de son bassin sous mes yeux , je lâcha mon sac sur le sol. Les deux jeunes gens furent interpellé, je vis un léger gêne passait dans les yeux de Siloë tandis que la colère monter dans les miens.
Après une rupture qui cette fois ci serait définitive je suis gentil mais pas con, on ne me prend pas pour un imbécile deux fois de suite, déjà que la dernière fois on a eut vraiment du mal pour se pardonner et recoller les morceaux ceux-ci ne se recolleront pas jamais je pourrais oublier ce que je venais de voir, je ne pourrais pardonner, je ne sais même pas si je pourrais rester ami avec celle-ci après tout ses événements, vraiment pas. J’ai toujours respecté la brunette, toujours, quand toute la ville pouvait la traité de trainée, quand ses choix de vie ne correspondait pas à ce que je pensais d’elle, qu’elle nuisait son image et son corps ; mais c’était ses choix et en tant que son meilleur ami je la soutenais mais jamais je ne lui ai fait du mal à part une seule fois mais cette fois ci elle s’était venger et comme il faut en couchant avec un mec que je considérais comme mon ami mais on se trompe souvent sur ça aussi. On était censé être un couple et qu’est ce qu’elle faisait elle, elle se tapait un mec alors que j’étais à new york pour le boulot, j’en ai eut des occasions de sauter des filles là bas et peux être des bien plus belles qu’elle mais étant amoureux et en couple je me suis pas permis, et elle qu’est ce qu’elle fait ? Depuis combien de temps ? Un manque total de respect pour ma personne. Après ça vous pensez réellement que je veuille et puisse rester ami avec celle-ci, une fille sans cœur qui c’est foutu de ma gueule comme il le fallait, j’crois pas non. Je la regardais et la tuant du regard, des mots finirent par sortir de ma bouche.

« Oué Oué Oué regardez moi ça, la classe. »
applaudissant assez fort je les observé les deux comme si je pouvais voir deux détritus c’est ce que c’était maintenant pour moi, je ne souhaitais pas m’énerver devant qui que ce soit , je ne voulais pas lui montrer qu’elle avait encore gagné qu’elle m’avait touché en plein cœur. « Bravo, franchement ta gagner Hurtlake mais on final tu vas tout perdre. » par tout perdre je parlais de notre amitié si elle en avait quelque chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Lun 3 Sep - 21:39


Ethanaël avait finis par partir à New-York pour son boulot. Bien sûr que j’avais conscience que c’était la chance de sa vie et au départ tout allais bien. Nous étions officiellement en couple, il rentrait pratiquement toutes les semaines et on ce complaisait dans cette habitude. Et puis les mois ont passés et les choses ont commencé à changer. Son boulot commença à légèrement lui monter à la tête, je le voyais à la une de magazines en compagnie de magnifiques créatures a des soirées mondaines New-Yorkaise. Les journalistes s’amusaient même à dire que sa petite amie était une campagnarde, voilà ce que j’étais devenu, la petite amie campagnarde. Ce côté-là de sa profession ne me plaisait guère et puis il a commencé à rentrer de moins en moins souvent. Il était toujours à droite et à gauche. Soirée mondaine, de charité, soirée avec ses collègues, entraînement, interviews et j’en passe. J’ai rapidement eu l’impression de vivre avec un fantôme. Mais je ne disais rien, parce qu’il avait l’air incroyablement heureux. Il ressemblait à un petit garçon de quatre ans lorsqu’il me parlait de tout cela. Malheureusement il finit par me parler plus que de cela et uniquement de cela. Je comprends sa passion, mais j’ai finis par décrocher. La plupart du temps, j’étais seul à Town Square et au bout de quelques mois je finis par reprendre mes vieilles habitudes. Sortir dans les bars. Des garçons, j’en ai rencontré des tas. D’anciennes conquêtes comme de pur inconnu. Longtemps j’ai résisté. Me disant que pour une fois dans ma vie je devais être fidèle. Et puis la journée à été compliqué. Rien ne marchait au boulot, j’avais un loyer de retard et ma mère était revenue dans ma vie. Bref rien de bien joyeux. J’avais donc décidé de sortir me changer les idées. Il était à peine 19h que j’étais déjà au bar en train de me bourrer la gueule. Le patron était tellement heureux de me voir qu’il n’arrêtait pas de payer sa tournée. Heureusement parce que je n’avais que dix dollars sur moi. Enfin. Et puis j’ai croisé le regard d’un beau blond. Je ne l’avais jamais vu auparavant, mais il était plus que mignon. Déjà bien saoul, je l’ai laissé m’approcher. Je pense qu’on a encore pas mal bu après, enfin assez pour m’enlever mes nouveaux principes. Il m’avait à peine embrassé que je l’entraînais chez moi.

Je pense que le reste ce passe de détail, enfin aurait pu ce passer de détail… Nous étions en plein ébat lorsque la voix d’Ethan résonna derrière moi. « Oué Oué Oué regardez moi ça, la classe. » dit-il. Sa voix me fait sursauter, je me retourne l’espace de deux secondes pour être sur que je ne rêve pas et finis par repousser mon apollon. J’ose à peine sortir de ce lit, parce que je sais parfaitement ce qui m’attend. Ce que je viens de faire est impardonnable et il va me le faire payer. « Bravo, franchement ta gagner Hurtlake mais on final tu vas tout perdre. » ajouta-t-il avant de repartir dans le couloir. Sans réfléchir je m’enroule dans le drap et lui cours après laissant mon inconnu à poil et complètement paumé dans mon lit. « Ethan attend, c’est pas ce que tu crois, je le connais même pas ce type, je sais même pas comment il s’appel. » lançais-je sans réfléchir. Bravo Siloë tu es vraiment très douée. Plus débile tu meurs. J’ai l’impression de creuser ma propre tombe et mon impression ce confirme lorsque le regard d’Ethan ce pose sur moi. « Je m’appel Marc au passage. » annonce mon inconnu tout en sortant de la chambre ses affaires sur le bras. Je me retourne rapidement et le dévisage, d’accord il est mignon, mais d’un seul coup il a l’air super con. « Je m’en tape. » lui dis-je avant de lui montrer la porte d’un signe de tête. « Je suis désolée Ethanaël… » finis-je par dire bêtement. Désormais j’attends la tempête…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Lun 3 Sep - 22:42


Le problème quand on pratique sa passion et qu’il s’agit de sport notamment c’est que ça nous dépasse vite, très vite même, la célébrité monte un peu vite au cerveau mais on oubli pas forcement le reste, les gens qu’on a laissé derrière nous. J’ai toujours pensé à Siloé et j’en ai toujours parlé dans mes interviews et tous le reste mais vous connaissez les journalistes et surtout les peoples ils formulent leur phrase à leur guise et font tous pour faire le buzz. J’ai commencé vite fait à regarder certains magazines au début mais quand j’en parlais à mon agent il me disait de laisser faire que ça me faisait de la pub. Les jours passèrent très vite, les derniers mois aussi et le temps ou j’arrivais à venir à peux près toutes les semaines changea, les invitations au bal de charité, les pubs diverses, toujours entouré de jolie fille c’était cool je dois le dire mais jamais au grand jamais je n’aurai trompé mon amour de jeunesse par une de ses mannequins oh grand jamais. J’avais des projets en tête que je voulais réalisable, mais j’ai très vite perdu pied à tout quand j’avais Siloë au téléphone je ne lui parlais que de ce qu’il m’arrivait je ne faisais pas attention on y repensant, erreur. Depuis vingt ans je rêvais de ça, et mon rêve devenait réalité, j’étais le plus heureux du monde comme si chaque jour était noël pour moi. Mais c’était la vie, la vraie vie. Le temps paraissait si long loin de ma ville natale, loin de ma famille, de mes amis, loin d’elle, j’aurai voulu être plus présent pour elle mais mon emploi du temps ne me le permettait pas tellement. Lorsque je suis parti je pensais que ça marcherait la distance qu’elle s’y ferait, après tout ça ne pouvait pas être pire que lorsqu’on été dans la même ville à s’engeuler pratiquement chaque fois qu’on se voyait c’était légèrement invivable, j’ai profité de cette opportunité de partir à NY espérant que ça marcherait, qu’on arriverait mieux en étant loin de l’autre. J’m’étais aussi promis de ne pas changer, de rester celui que j’étais mais quand un campagnard arrive à NY et devient le chouchou de la population ça fait quelque chose, les invitations aux fêtes les plus prestigieuses, les rencontres avec de grandes star que ce soit des sportifs, des actrices ou autres domaines. C’était le paradis de la tentation, mais j’ai réussi à ne pas y céder. Lorsqu’on est seul dans son appartement on repense aux personnes qui nous sont cher, au moment passé et parfois on se met à déprimer alors les sorties ça nous libère l’esprit, ça nous occupe. A un moment donné il faut retourner à la vie, retrouver les gens qu’on aime même si peux être on a peur de voir un changement, et ce jour là quand je suis parti prendre l’avion je n’imaginais pas une seule seconde voir Siloë dans les bras d’un homme, on avait tous fait pour repartir sur de bon pied pour s’aimer comme il le fallait, sans s’étouffer mais en se respectant. 22 heures l’heure ou je pénètre dans l’appartement de Hurtlake dans la vieille ville, tout est noir sauf de la lumière de la chambre, j’ai le cœur qui bat fort, le stress ou l’envie de la revoir qu’importe, j’aurai du ne pas ouvrir cette porte et repartir mais c’était trop tard mes yeux ont vu cet acte, voilà qu’elle me trompait de nouveau. Lennon avait raison sur toute la ligne quand elle me disait qu’elle ne me méritait pas et si elle avait été capable de coucher avec un ami elle serait capable de tout voilà que les paroles de la jeune femme résonnent dans ma tête. Quel imbécile je fais, ce ne sera plus le cas j’ouvre la bouche et fini par me diriger dans le couloir en reprenant mon sac, elle est resté dans son lit, mais oui continu de conclure je t’en pris. Mais j’entends ses pieds se rapprocher et ses mots sortir de sa bouche je me retourne, entouré dans son drap elle me fait face« Ethan attend, c’est pas ce que tu crois, je le connais même pas ce type, je sais même pas comment il s’appel. » me dit elle alors, j’ai bien envie de lui foutre une claque dans sa belle gueule mais je ne frappe pas les filles
« Je m’appel Marc au passage. » dit il en passant devant elle ses fringues à la main je le plaque alors contre le mur, et lui balance mon poing dans sa gueule avant de lui dire. « Casse toi maintenant, imbécile !! » puis j’essaye de regarder Siloë en face, mais l’image que j’ai en tête me dégoute et me donne envie de vomir, je la regarde de haut en bas et fini par lui répondre.
« C’est pas ce que je crois, ah bon ? tu faisais quoi alors nu sur lui hein ? tu comptes reprendre des études de médecine donc t’apprend le corps humain c’est ça ? tu te fou de ma gueule mais vraiment Louhàn. » il était rare que je l’appel pas ce prénom c’était vraiment quand j’étais énervé et là je l’étais vraiment, elle venait de me décevoir, et la fille dont j’étais tombé amoureux n’était plus dans cette pièce elle en avait peux être l’apparence mais quelque chose avait changer en elle, ou peux être que finalement elle n’avait jamais changer elle c’était mis un masque une deuxième personnalité, elle s’était forcé à essayer d’être avec quelqu’un mais au final c’était peux être pas moi le problème, c’était elle. C’était elle depuis le début, j’ai beau avoir peur en l’amour mais elle, elle n’est pas fait pour ça et ne le sera jamais.
« Je suis désolé Ethanaël… » me dit elle simplement, mon sang ne fait qu’un tour dans mes veines, j’ai pas envie de m’énerver de lui montrer quoi que ce soit elle ne me mérite pas, je passe ma main dans mes cheveux et tout en essayant de ne pas m’emporter je lui répond :
« T’es désolé ? Désolé de quoi ? De ne pas contrôler ta libido, de ne pas m’attendre ? De pas être fidèle ? T’es désolé de quoi bordel ? De pas admettre que t’es pas capable d’être en couple ce n’est pas une fatalité tu sais au lieu de me faire croire le contraire depuis des mois. » J’ai le regard triste à deux doigt d’exploser mais sur le coup elle m’a vraiment blessé au plus profond de mon être comme jamais quelqu’un en a été capable et ça fait mal bordel ça fait mal. « Je t’ai toujours respecté et défendu Celio mais là c’est terminé j’ai assez donné avec toi, c’est quoi ce putin de jeu à quoi tu joues, faire souffrir tout ce qui t’entoure. Ta vraiment réussi, ta gagner ta gagner sur tout les points mais ce qui est sur c’est que maintenant t’es toute seule. » Lui répondis je simplement. « Ah et je peux savoir depuis combien de temps tu me prends pour un con ?tu me trompes, j’ai combien de cornes sur la tête ? ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Mar 4 Sep - 15:04


« Ethan attend, c’est pas ce que tu crois, je le connais même pas ce type, je sais même pas comment il s’appel. » J’avais à peine fermé la bouche que je regrettais déjà ce que je venais de dire. Non mais sérieusement y a rien de plus débile franchement. Je vois dans son regard que je suis en train de m’enfoncer. Et alors que je resserre un peu plus le drap autour de mon corps nue, ma conquête sors de ma chambre ses affaires sous le bras un sourire presque trop fier coller sur ses lèvres. Ce que je redoutais finis bien entendu par ce produire, Ethanaël le plaque contre le mur et lui assène un magnifique coup de poing. Comme a chaque fois, je frissonne et lorsqu’il repose son regard sur moi, je me dis que j’ai réellement tout gâché, une nouvelle fois. Mon apollon, une main sur sa joue rouge, ce rhabille rapidement et sors de mon appartement. Au moins, c’est déjà ça de fait. Un problème en moins à régler. Mais ce qui se profile est véritablement pire et je le sais parfaitement. « Tu te fou de ma gueule mais vraiment Louhàn. » ces quelques mots claque dans la pièce et je ne peux m’empêcher de fermer les yeux. C’est la première fois qu’il m’appelle comme ça et je sais parfaitement que ça ne présage rien de bon. Il est le seul à savoir que mon premier prénom est Louhàn et qu’il l’utilise de cette façon me fais froid dans le dos. J’ai déjà eu l’occasion de voir Ethan énerver, mais jamais de cette façon. Ses yeux brillent d’une lueur presque sauvage et si je ne le connaissais pas aussi bien j’aurais presque peur. Enfin. Difficilement, j’avale ma salive et essayer de parler. « Je suis désolée Ethanaël… » seront les seuls mots que je suis capable d’articuler parce que d’un seul coup, je prends conscience de ce que je viens de lui faire, du mal que je lui fais et pour la première fois depuis très longtemps j’ai honte.

Je voudrais remonter le temps, ne pas céder aux charmes de ce mec et garder le mien, mais à croire que je suis pas capable de faire cela et comme s’il avait entendu mes pensées Ethan m’assène un nouveau coup. « T’es désolé ? Désolé de quoi ? De ne pas contrôler ta libido, de ne pas m’attendre ? De pas être fidèle ? T’es désolé de quoi bordel ? De pas admettre que t’es pas capable d’être en couple ce n’est pas une fatalité tu sais au lieu de me faire croire le contraire depuis des mois. » La tension monte encore d’un cran. Il est prêt à exploser, je suis prête à m’écrouler. Je voudrais pouvoir lui dire que oui je suis désolée de lui avoir donné des espoirs, que je suis désolée de lui avoir fait du mal, mais ma fierté reprends immédiatement le dessus et aussi incroyable que cela puisse paraître je ne dis rien. Je me contente de serrer mes bras autour de mon drap. « Je t’ai toujours respecté et défendu Celio mais là c’est terminé j’ai assez donné avec toi, c’est quoi ce putin de jeu à quoi tu joues, faire souffrir tout ce qui t’entoure. Ta vraiment réussi, ta gagner ta gagner sur tout les points mais ce qui est sur c’est que maintenant t’es toute seule. » finit-il par ajouter et ça fait tellement mal que d’un seul coup, j’ai l’impression d’en perdre la raison. J’ai tout fait, je me suis battu contre tout ce qui avait régie ma vie pour lui, je sais que je suis loin d’être pardonnable, mais sa méchanceté me fait mal et je vois bien dans la façon qu’il a de me regarder qu’il pense bien pire. Je sais que les insultes ne sont pas loin et je les attends, parce qu’elles vont bien finir par sortir… Mais je veux pas me laisser faire, pas sans me battre encore un peu avec lui. « Pourtant j’ai essayé tu sais, je te promets que j’ai essayé et puis t’es parti. Sa fait des mois que tu m’échappe. Dès que je te téléphone tu me parle de ton sport, de ton équipe et de tes soirées à la con pendant que moi je suis toute seule ici. J’ai compris que j’étais plus assez bien pour toi, pas besoin de me faire un dessin ! Mais soit heureux maintenant tu pourras jouer à la balle en te préoccupant que de toi même. » finis-je par hurler.

Je sais que cela n’es pas logique et que s’en ai presque égoïste de lui rejeter la faute, mais je ne peux pas m’empêcher de lui dire cela. De toute façon, j’avais prévu de lui en parler. De lui dire que je ne le reconnaissais plus et que ça ne me plaisait plus vraiment d’être toute seule ici à galérer pendant que lui vivait la belle vie. Il avait fallut qu’il l’apprenne autrement. Une question que j’attendais finis par sortir de sa bouche : depuis combien de temps je le trompe. Par vengeance, j’avais envie de lui répondre que cela faisait longtemps, mais je savais que je le perdrais encore plus alors je finis par répondre franchement. « C’est la première fois… » tout en baissant le regard. Je fais la maligne, mais j’ai peur comme jamais je n’ai eu peur. Ethanaël est la seule personne qui ne m’a jamais abandonné et je le sens déjà en train de me quitter. Je sais que lorsqu’il franchira cette porte, je ne le reverrai sans doute pas avant très longtemps. « Je sais que tu dois te dire que je me moque de toi, mais c’est la réalité Ethan, c’est la première fois que ça arrive et oui je l’avoue c’était stupide… » Et une nouvelle fois je baisse le regard, près à l’entendre hurler de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Mer 5 Sep - 18:50


« Pourtant j’ai essayé tu sais, je te promets que j’ai essayé et puis t’es parti. Ça fait des mois que tu m’échappe. Dès que je te téléphone tu me parle de ton sport, de ton équipe et de tes soirées à la con pendant que moi je suis toute seule ici. J’ai compris que j’étais plus assez bien pour toi, pas besoin de me faire un dessin ! Mais soit heureux maintenant tu pourras jouer à la balle en te préoccupant que de toi même. » Finit-elle par hurler, ce qui me fais légèrement rire, elle utilise le fait que j’ai accepté d’être à New York comme prétexte de je n’étais pas à coté, j’étais parti alors on ne pouvait pas se voir, bon sur certains points elle avait raison comme l’histoire du téléphone et des conversations que j’avais mais que pouvais je bien lui dire, qu’elle me manquait je le faisais. Elle ne me disait rien elle de ce qui se passait plus ou moins alors pourquoi cette facilité à remettre tout sur la faute de l’autre, je ne suis pas son putin de bouquet misère moi.
« T’es en train de dire que c’est ma faute si tu m’as trompé ? J’te signale que j’t’avais proposé de venir avec moi ta refusé parce que ça te fou la trouille, je n’allais pas te demander en mariage hein. Je suis désolé si je te parlais que de ça mais t’avais qu’a me parler toi, j’peux te dire quoi d’autre moi en étant à NY je fais que ça, c’est ça les interviews et les bals de charités. J’ai jamais pensé que t’étais pas assez bien pour moi, c’était plutôt le contraire à vrai dire c’est moi qui est toujours pensé ça. » Lui balançais je en pleine poire en montant le ton comme jamais auparavant, c’est vrai quoi je lui avais proposé et elle s’était mise à paniquer alors j’avais fini par me rétracter prétextant que c’était une connerie que je le pensais pas alors que oui je le pensais mais de toute manière tout était différent depuis quelque incident. Et vivre en couple en se bouffant le système, s’engueuler sans cesse ce n’est pas possible du tout n’est ce pas ?
« C’est la première fois… » Me dit elle tout en baissant le regard. Je ne sais pas si elle a peur ou pas, ça fait quelques temps que je n’arrive plus à savoir ce qu’elle ressent. Je sais aujourd’hui que je n’aurai jamais du lui dire le début de sentiment que j’avais la première fois ou on s’est embrassé par accident j’avais peur que notre amitié soit détruire mais je voulais savoir si on pouvait avoir un avenir en tant que couple. J’ai fais un choix et aujourd’hui je sais pertinemment que je ne peux plus être ami avec elle, souvent trahit alors qu’elle était censé m’aimer je ne peux pas le supporter. Tous les souvenirs ont beau me revenir en tête, maintenant c’est elle et moi mais chacun de notre côté. « Je sais que tu dois te dire que je me moque de toi, mais c’est la réalité Ethan, c’est la première fois que ça arrive et oui je l’avoue c’était stupide… » Et une nouvelle fois elle baisse le regard, comme si elle pensait que j’allais m’acharner sur elle, je pourrais mais ce n’est pas un comportement que je veux avoir pour la dernière fois je veux partir fier de moi sans avoir franchi la ligne rouge. « La première fois depuis que je suis à NY oubli pas que tu t’es taper mon ami à l’époque ce cher Noam … donc non ce n’est pas la première fois. » fini je par lui lançai épuiser de tout ça, c’est la dernière fois qu’on aura ce genre de conversation donc bon quant à tout mettre à plat au moins je vide tout ce que j’ai sur le cœur. Je sais que quand je quitterai cette porte je ne voudrais plus entendre parler d’elle, bien sur les moments passé ensemble et ceux qu’on aurait du passé ensemble me manqueront mais pardonner me semble si difficile, je ne suis pas un canard on me marche pas dessus comme si j’étais une vulgaire merde ce n’est pas le cas. Je ne la lâche pas des yeux depuis le moment où on a commencé à se parler si on peut appeler ça ainsi. Bien que l’envie de la prendre dans mes bras me prend au fond de mon corps, je ne peux pas elle penserait qu’elle a gagné une nouvelle fois, enlever une chaine que j’avais autour du coup que Siloë m’avait offerte il y a quelque année pour que notre amitié soit éternel je la fis glisser dans sa main. « T’aurai été franche avec moi dés le début on en serait pas là, on aurait pas jeter notre amitié dans un ravin mais là c’est trop, le passé c’est le passé, tu as été la plus belle chose qui me soit arrivé dans la vie mais le problème c’est que t’es aussi la pire. J’espère que tu t’en sortiras, oubli moi, efface tout dans ta mémoire. C’est terminé autant pour notre amitié que notre pseudo couple. » fini je par lui dire j’en avais les yeux qui brulait de devoir dire ça, de faire un croix sur tout ce qu’on a vécu sur ses 25 ans mais là elle avait été trop loin, j’ajoutai cependant « J’espère vraiment que tu finiras par être heureuse et ne plus avoir peur de l’amour Hurtlake c’est tout ce que je te souhaite, qu’importe ou je serai j’en serai heureux pour toi. » Je voyais bien qu’elle n’allait pas très bien, normal me direz vous , mais ce silence c’était pesant, horrible même. « Mais dis quelque chose au moins bordel Celio. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Sam 8 Sep - 19:09


« T’es en train de dire que c’est ma faute si tu m’as trompé ? J’te signale que j’t’avais proposé de venir avec moi ta refusé parce que ça te fou la trouille, je n’allais pas te demander en mariage hein. Je suis désolé si je te parlais que de ça mais t’avais qu’a me parler toi, j’peux te dire quoi d’autre moi en étant à NY je fais que ça, c’est ça les interviews et les bals de charités. J’ai jamais pensé que t’étais pas assez bien pour moi, c’était plutôt le contraire à vrai dire c’est moi qui est toujours pensé ça. » La remarque est encaissé sans bruit. Je sais qu’il a raison, que ce n’est en aucun cas une excuse pour ce que j’ai fait. Mais ce qui m’effraye le plus, c’est le ton qu’il emploi. J’ai déjà vu Ethanaël s’énerver, mais jamais contre moi ou tout du moins jamais de cette façon. Il ne me lâche pas du regard depuis le début de cette conversation. « Et tu voulais que je te parle de quoi ? De ma vie insignifiante ici ? … T’aurais dû rester à New York Ethan. » finis-je par lui dire. Incapable de me taire, incapable de lui faire voir que d’une manière comme d’une autre il a raison. Mais bien entendu, nous sommes incapable de changer de sujet ou même de ce résoudre au fait que je n’avouerais jamais ma faute complète. Je finis par lui dire – tout de même – que c’est la première fois que ce genre de choses arrive. Je pensais qu’il allait s’en contenter. Je me suis bien tromper. « La première fois depuis que je suis à NY oubli pas que tu t’es taper mon ami à l’époque ce cher Noam … donc non ce n’est pas la première fois. » finit-il par me dire en faisant ressortir une vieille histoire. Je savais qu’il n’allait jamais oublier ça, mais je pensais pas qu’il allait m’en parler maintenant. Je me contente d’hausser bêtement les épaules. Je pensais qu’il allait s’arrêter là encore une fois je me suis bien tromper.

D’un seul coup, mon pire cauchemar devint réalité. Bien sûr je savais qu’il n’allait pas me pardonner aussi facilement, je sais qu’il allait m’en vouloir un moment, mais je n’aurais jamais pensé qu’il allait en arriver à ce point là. Alors que j’ose poser mon regard sur lui, je le vois porter les mains à son cou et enlever la chaîne que je lui ai offerte il a désormais une bonne dizaine d’année. A l’époque, on était encore deux adolescents et je lui avais dit que tant qu’il la porterait notre amitié serait éternelle. Mais lorsqu’il attrape ma main et glisse cette fameuse chaîne au creux de ma paume, je me sens défaillir. Je vois mon monde s’écrouler tandis qu’il reste de marbre face à moi. Mon regard fait des allers-retours entre ma main tendue contenant ce symbole et ses yeux empli d’une rage que je ne lui connaissais pas. Je sens mes jambes tremblées, j’ai l’impression que je vais m’écrouler sur le sol. « T’aurai été franche avec moi dès le début on en serait pas là, on aurait pas jeter notre amitié dans un ravin mais là c’est trop, le passé c’est le passé, tu as été la plus belle chose qui me soit arrivé dans la vie mais le problème c’est que t’es aussi la pire. J’espère que tu t’en sortiras, oubli moi, efface tout dans ta mémoire. C’est terminé autant pour notre amitié que notre pseudo couple. » Ce fut le coup de grâce. Je me mords les lèvres pour éviter de lui montrer qu’elles tremblent. Je croise son regard et reste là debout comme une idiote, j’essaye de ne pas pleurer, mais cela devient de plus en plus dur. « J’espère vraiment que tu finiras par être heureuse et ne plus avoir peur de l’amour Hurtlake c’est tout ce que je te souhaite, qu’importe ou je serai j’en serai heureux pour toi. » finit-il par me dire.

Un silence imposant s’installe entre nous, je me sens incapable de parler, je le vois juste fuir, fuir loin de moi comme tout les gens que j’aime depuis ma naissance. Mon père, ma mère et finalement Ethanaël. D’un seul coup, je me sens seule au monde. Sa voix me fait sursauter lorsqu’il me demande de parler. Je resserre une nouvelle fois le drap autour de moi et pose mon regard dans le sien. « Même si tu me déteste garde au moins ça, s’il te plaît. » finis-je par articuler doucement tout en lui tendant la chaîne qu’il avait ôtée de son cou. S’il la reprend j’aurais au moins l’espoir de pouvoir le voir non loin de moi de temps en temps, mais tout cela semble mal parti je ne l’ai jamais vu aussi déterminer. Cette fois, je n’arrive plus à me contrôler. Ma vue ce brouille à cause des larmes et je ne cesse de me morde les lèvres. « Tu veux que je te dise quoi Ethan ? Qu’importe ce que je vais dire, tu va partir et je te reverrais plus jamais… Alors autant ne rien dire. » lui dis-je la voix quelque peu tremblante. Je voudrais vraiment le retenir. Je voudrais le voir avancer vers moi, je voudrais me blottir dans ses bras, je voudrais ne pas avoir fait cette immense connerie. Mais c’est trop tard pour les regrets n’est-ce pas ? L’espace d’un instant, je vois vingt ans de ma vie défiler sous mes yeux. Le début de notre amitié et tout le reste. « Je voulais pas te faire autant de mal Ethan, je te promet… Tu mérite beaucoup mieux, je… Je te souhaite de trouver la femme de ta vie et d’être heureux. Tu va me manquer… » avouais-je avant de baisser les yeux. Je lui souhaitais tout le bonheur du monde réellement, mais je voyais l’homme de ma vie s’éloigner et je ne m’étais jamais sentie aussi mal de toute ma vie. « Tu va vraiment me manquer. » ajoutais-je beaucoup plus silencieusement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Lun 10 Sep - 21:54


« Et tu voulais que je te parle de quoi ? De ma vie insignifiante ici ? … T’aurais dû rester à New York Ethan. » je prend cette attaque assez mal, j’aurai plutôt du ne jamais partir de Town Square je n’aurai peux être pas perdu la femme que j’aimais ou peux être que si au final étant donné comment ça se passait les dernières fois ou j’y étais. J’ai fuis quelque part ne supportant pas mené cette vie de couple, mais dans des couples y’a toujours des hauts et des bas c’est comme ça mais moi je voulais les hauts et pas les bats. J’ai toujours eut peur qu’en assumant mes sentiments je perdrais la femme de ma vie, ma meilleure amie et voilà que mes peurs étaient devenu réalité.
« De ce que tu faisais, de tes problèmes je sais pas moi que tu me parles de toi. T’en fais pas j’y retourne à New York après le week end et tu ne me verras plus c’est ce que ta toujours voulu de toute manière t’en fais pas ton souhait va s’exaucer. »
« Même si tu me déteste garde au moins ça, s’il te plaît. » finit-elle par articuler doucement tout en me tendant la chaîne que je venais d’ôtée de mon cou quelque instant auparavant. J’hésite entre la prendre ou lui laisser dans la main, je ne suis pas devenu pour autant une pourriture elle a un cœur quand même quoi que … à ce le demander parfois. Je la vois pourtant à deux doigt d’exploser se mordant les lèvres pour ne pas faiblir, elle m’a détruit de l’intérieur mais je ne suis pas capable de lui faire la même chose, j’aimerai tellement mais ça m’est impossible. «Si ça peut te faire plaisir je la récupère, j’suis pas un monstre mais je ne la porterai plus, j’la laisserai au fond d’une boite avec tous les souvenirs qu’on a eut ensemble. » fini je par lui dire, au moins c’était moins cruel que lui laisser non ? que pouvais je bien lui dire d’autre qu’après ce qu’elle avait fait j’allais lui pardonner et on redeviendrait ami comme avant ou rester ensemble non c’était impossible pour moi, pour le moment je ne sais pas avec le temps mais à l’heure actuel je suis bien déterminé à rayé la seule personne en qui j’avais confiance et pour qui j’aurai pu donner ma vie, la seule personne qui passait avant tout … sauf avant mon avenir malheureusement ou pas.
« Tu veux que je te dise quoi Ethan ? Qu’importe ce que je vais dire, tu va partir et je te reverrais plus jamais… Alors autant ne rien dire. Me dit elle la voix quelque peu tremblante. Au fond c’est bien vrai quand j’aurai franchi l’encadrement de sa porte ça sera terminé elle trainera avec SON devon qu’elle aime tant et je ne reviendrais plus dans cette partie de la ville. Pourtant j’aurai pensé que notre amitié ou ce qu’il y a entre nous avait plus d’importance que ça qu’elle aurait essayé de se battre pour ce lien si spéciale qu’on a. Apparemment je me suis trompé, l’espace d’un instant, j’aimerai revenir en arrière ne pas être entrer dans l’appartement et ne pas avoir vu ce que j’ai vu défilé sous mes yeux mais il est trop tard, y’a pas de retour arrière possible. « Je voulais pas te faire autant de mal Ethan, je te promet… Tu mérite beaucoup mieux, je… Je te souhaite de trouver la femme de ta vie et d’être heureux. Tu va me manquer… » avoua-t-elle avant de baisser les yeux. Soudain tous les souvenirs que j’ai pu accumuler depuis sa rencontre me vienne en tête, les nuits qu’elle passait chez moi, l’entendre me demander comment je pouvais passer autant de temps à jouer a la PlayStation des détails à la con qui me faisait sourire dans le temps, notre premier baiser échanger puis tout ce qui c’est passé jusqu’à maintenant. Les paroles de Siloë me font plaisir et me font mal à la fois, j’aurai voulu vivre l’avenir à ses côtés mais ce n’est pas dans la génétique de Siloë vivre à deux et tout ce qui va avec. Maintenant j’ai peur, peur du temps qui passera sans elle, j’ai toujours eut besoin de Siloë et je sais que si j’apprends qu’elle a quelqu’un d’autre je vais devenir fou du moins un certain temps mais c’est le choix de ma vie. Je me demande si un jour j’arriverai à ne plus penser à elle, a ne plus voir son visage ni à entendre sa voix le temps me le dira. « Tu va vraiment me manquer. » ajoutait elle beaucoup plus silencieusement, et je me sens presque faiblir. J’en viens même à douter de ma décision pendant la longue minute qui passe, je pose ma main sur sa joue et la prend dans mes bras, c’est la dernière fois que je peux l’avoir dans mes bras alors autant en profiter. Le parfum de sa peau va tellement me manquer mais j’en ai marre d’être le vilain canard chaque fois gentil mais pas con .Glissant une dernière fois mes lèvres un instant sur les siennes je me recule alors d’elle. « Tu vas me manquer plus que tu ne l’imagines… tu resteras la femme de ma vie au fond de mon cœur. » fini je par lui dire en ayant la gorge serré, le gout d’un adieu avait vraiment mauvais gout … Je récupère alors mon sac à mes pieds et m’avance jusqu’à la porte, je me retourne alors « Reste le plus belle et sexy fille de cette ville, et fait leur tourner la tête à ses garçons, je sais que t’es douée pour ça. » fini je par lui dire dans un petit sourire, j’avais plus envie de pleurer qu’autre chose mais fallait bien finir par un sourire que par un je t’aime qui ne signifie que désespoir. Je lui ai tellement dit que je ne pense pas qu’elle est un doute la dessus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Jeu 13 Sep - 19:11


Je me surprends à espérer que tout cela n’est qu’un mauvais rêve. Qu’il ne va pas partir. Qu’en réalité, je suis emprisonné dans mon pire cauchemar. Je sens mes jambes faiblir et pourtant… Lorsqu’il finit par me tendre sa chaîne, je sais que je ne pourrais plus jamais rien faire. Je ne l’ai jamais vu l’enlever, même pendant ses entraînements il avait toujours ce collier en argent autour du cou. Ce n’était qu’un petit symbole et pourtant cela représentait beaucoup pour nous. Cette chaîne représente en quelque sorte la seule et unique fois où je lui ai fait comprendre que je serais capable de faire tout et n’importe quoi pour lui. Dans un élan de désespoir, je lui demande de la garder, même s’il me déteste. Juste pour me faire plaisir une dernière fois, ou tout du moins quelque chose comme ça. « Si ça peut te faire plaisir je la récupère, je ne suis pas un monstre mais je ne la porterai plus, j’la laisserai au fond d’une boite avec tous les souvenirs qu’on a eut ensemble. » Il aurait pu venir me foutre une claque que l’effet aurait été le même. Une nouvelle fois je me sens défaillir, je me sens faiblir et pourtant je respire un bon coup et fait de mon mieux pour cacher toutes les émotions qui sont en train de m’envahir. Je sais que de toute façon tout ce petit manège ne sert à rien. Ethanaël est sans aucun doute la personne qui me connaît le mieux, sans doute même mieux que moi même. Je suis pas vraiment de taille à lutter face à cela. Et pourtant… « Te fatigue pas à tout garder je voudrais pas continuer à gâcher ta vie ! » lançais-je alors sans réfléchir. Bordel Siloë tu sais vraiment pas la fermer quoi. Mais c’est plus fort que moi. J’ai pas pu retenir mon père, j’ai vu ma mère s’enfoncer sans pouvoir l’aider, mais je veux pas le voir partir aussi facilement. Je veux essayer de le garder, mais je suis incapable de le dire clairement.

Et puis une nouvelle fois, la tension redescend. Chacun dans notre coin, nous prenons conscience de ce qui est en train de ce passé, de ce qu’on est en train de faire. Enterrer une amitié vieille de vingt ans c’est pas évident, c’est même impensable. C’est comme si je décidais de me laisser couler. L’espace d’un instant, je revois sa petite bouille d’ange qui était venu me voir un jour dans ce parc, moi la petite fille triste sur sa balançoire. Sans s’en rendre compte, il avait sauvé mon enfance et je ne pourrais jamais oublier ça. Mais les émotions ce mélangent et je ne sais plus quoi penser de cette situation. Il est encore en face de moi et pourtant il me manque déjà. Il me manque et je le déteste de m’abandonner aussi facilement. Et alors que tout ce bouscule dans ma tête, je vois Ethan ce rapprocher de moi. Délicatement il pose sa main sur ma joue et me prends dans ses bras. Je ne cherche pas à comprendre le pourquoi du comment et profite plutôt de ce moment. Je glisse ma tête contre son cou et apprécie une dernière fois le doux parfum de sa peau. Je voudrais que ce moment dure une éternité, mais déjà il s’éloigne de moi et dépose un léger baiser sur mes lèvres. Surprise et interloquée, je n’ai pas le temps de dire quoique ce soit que déjà il me dit au revoir pour de bon. « Tu vas me manquer plus que tu ne l’imagines… tu resteras la femme de ma vie au fond de mon cœur. » Cette fois je suis totalement perdue. D’accord, je sais pourquoi il m’en veut, mais pourquoi m’embrasser et me dire cela avant de partir pour de bon ? « T’étais vraiment obligé de faire ça ? » finis-je par lui demander encore quelque peu sous le choc de son geste. D’un seul coup, je sens une certaine colère m’envahir. Je lui en veux d’avoir agis de cette façon mais plus que tout je lui en veux de m’abandonner de cette façon. « Va y part Ethanaël, abandonne moi, mais ne reviens plus jamais me voir en disant que tu regrette cette fin. Part maintenant et viens pas m’embrasser alors que tu souhaite qu’une seule chose c’est me foutre dans un coin pour plus jamais me voir. » répliquais-je de nouveau en colère d’une façon que je suis incapable d’expliquer.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Jeu 13 Sep - 20:32





« Te fatigue pas à tout garder je ne voudrais pas continuer à gâcher ta vie ! » me dit elle alors comme ça, elle me tape sur le système quand elle balance des choses comme ça sans réfléchir je suis sur en plus. J’ai beau la connaitre presque par cœur parfois je ne la reconnais pas du tout, comme maintenant … Le temps ou nous étions enfant était loin derrière nous désormais pourtant j’aimerai faire un saut dans le temps pour revivre ses instants et ne pas être là en train de mettre une croix sur cette amitié si précieuse.« Tu dis de ses conneries plus grosse que toi c’est aberrant mais je vais te laisser croire des choses ce n’est pas la première fois, t’aime avoir raison alors à quoi bon dire quoi que ce soit. » lui dis je alors, c’est vrai quoi comme si elle m’avait gâcher la vie, je ne lui aurait jamais proposé de venir me rejoindre à New York, mais aujourd’hui c’était trop pour moi. Elle m’avait détruit cet organe qui vous sert à aimer mais aussi à vivre … je ne sais pas si je serai capable de me remettre en couple de suite enfin j’en sais rien à vrai dire on verra bien. Mais elle avait été trop loin elle avait ce rôle de meilleure amie et de copine et avait détruit les deux à la fois jamais je n’étais allé jusqu’au point de retirer la chaine en argent qu’elle m’avait offerte il y a quelques années, jamais parce qu’elle avait une signification pour moi. Je pris cependant la fameuse chaine et la fit glisser dans la poche de mon jean.
« T’étais vraiment obligé de faire ça ? » finit-elle par me demander, drôle de question elle avait été sans doute surprise bon en même temps c’était pas prémédité mais faut bien profiter des dernières choses surtout avec Siloë. Elle paraissait maintenant énervé le ton allez vite monter la connaissant j’m’en serai bien passer mais pour le coup je n’y suis pour rien.« C’était juste pour montrer ce que tu venais de perdre. » lui dis je en désignant tout mon corps, bon c’était pas que pour ça je dois dire mais fallait bien la faire réagir, lui faire comprendre qu’elle se retrouvait sans rien, elle avait perdu son père elle me perdait moi il ne lui restait plus que sa mère et le mec zarbi là…
Je sais qu’elle à la haine envers moi à présent, elle pense sans doute que j’agis comme son père, mais c’est pas moi qu’on vient de prendre en flagrant délit de baise que je sache ? C’est toujours ma faute avec elle ça devient lassant à force, et voilà la tempête Siloë qui commence à s’abattre. « Va y part Ethanaël, abandonne moi, mais ne reviens plus jamais me voir en disant que tu regrette cette fin. Part maintenant et viens pas m’embrasser alors que tu souhaite qu’une seule chose c’est me foutre dans un coin pour plus jamais me voir. » répliqua-t-elle de nouveau en colère d’une façon dont je ne l’avait encore jamais vu, c’était peux être pire que l’épisode de la plage, mais c’est différent totalement différent c’est pas la même ampleur, ici elle s’énerve contre moi parce que je l’abandonne mais c’est elle qui m’a abandonné, je l’ai fait en premier c’est vrai mais j’avais une bonne raison c’était pour mon avenir. Je n’étais pas à des centaines de milliers de kilomètre non plus, elle aurait pu venir me voir des week end mais elle n’a jamais voulu quitter sa ville, notre ville, la ville … . L’énervement me monte alors à mon tour et je lui balance :« T’abandonner ? T’es une grosse égoïste qui pense qu’à toi Sisi ta toujours fonctionnait ainsi avec moi de toute manière, j’étais ce putin de meilleur ami à qui tu racontais tout, tes nuits torrides et tout le bordel. Mais tu vois le truc c’est que peux être un jour je regretterai mais j’le dirai jamais, ne t’en fais pas je ne viendrai plus te voir. Au cas où tu l’aurais oublié j’habite plus cette ville, j’y revenais pour toi mais maintenant à quoi bon hein ?! J’espère que tu regretteras toi tout ce que tu m’as fait subir et d’avoir perdu la personne qui te connaissait et t’aimait plus que n’importe qui dans ce monde. » lui lançais je, je ne sais plus à quoi m’attendre comme réaction de sa part mais je sens que ça va valoir le détour du déplacement tout ça. Je laisse une pause, je reprends ma respiration la regarde encore dans son drap souiller … et reprend de nouveau.
« C’est facile de s’énerver quand on a tout gâcher hein, t’es même pas capable de te battre pour moi je te demande pas pour nous mais pour moi-même pas ça t’en est capable tu te rend compte quand même. J’vais franchir cette porte et tu me verras plus et ça te fait RIEN tu trouves ça normal ? ». je devenais presque irritant mais elle m’agaçait au plus haut point à ce moment là je veux bien qu’elle sache qu’elle me reverra plus je veux bien admettre qu’elle sache ça mais c’est une raison pour laisser faire les choses . J’me suis battu pour elle à de nombreuses reprises et elle, elle reste là dans son drap, nu comme un vers elle fait quoi hein ? Elle fait rien que d’attendre le jugement dernier c’est juste une lâche, elle laisse faire les choses et s’en veut même pas. C’est dingue comme on est tellement différent, et pourtant depuis vingt ans on a réussi à ce supporter nos caractère était presque complémentaire, aujourd’hui je voyais les choses d’un autre œil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Jeu 13 Sep - 22:30


D’un seul coup tout s’emballe et on s’enflamme. Nos deux caractères explosifs sont de sortis et je crains le pire, mais je veux pas le laisser gagner. Pas le laisser partir sans lui faire comprendre qu’il m’as réellement fait du mal avec ses paroles lui aussi. Je pensais qu’après ce que je venais de dire il allais ce contenter de fuir, parce qu’après tout il est assez doué pour cela, mais il semblerait que ce soir aucun d’entre nous ne souhaite lâcher le morceau. « T’abandonner ? T’es une grosse égoïste qui pense qu’à toi Sisi ta toujours fonctionnait ainsi avec moi de toute manière, j’étais ce putain de meilleur ami à qui tu racontais tout, tes nuits torrides et tout le bordel. Mais tu vois le truc c’est que peux être un jour je regretterai mais j’le dirai jamais, ne t’en fais pas je ne viendrai plus te voir. Au cas où tu l’aurais oublié j’habite plus cette ville, j’y revenais pour toi mais maintenant à quoi bon hein ?! J’espère que tu regretteras toi tout ce que tu m’as fait subir et d’avoir perdu la personne qui te connaissait et t’aimait plus que n’importe qui dans ce monde. » Il aura uniquement suffit de cela pour me mettre hors de moi. J’ai beau être nue sous mon draps j’ai envie de me jeter sur lui, de l’étrangler, de le ruer coups vraiment ! Comme peut-il me traiter d’égoïste après tout ce qu’il a fait. Mais il ce prends pour qui cet abrutit. Sans réfléchir j’attrape un cadre posé sur la table juste à côté de moi. Celui-ci contient une photo de lui et moi qui date il y a quelques années. Je regarde la photo et lui jette le cadre à la figure. « C’est moi l’égoïste ? Tu te fous de ma gueule McAlister ?! T’es parti, tu m’entends, t’es parti au Canada, a New-York, t’es parti sans jamais me le dire et c’est moi qui suis égoïste ? » enchaînais-je avant de lui jeter un nouveau truc sur la tronche. Je m’en fiche totalement de ce que ça peut être. A cet instant précis, je n’ai qu’une seule idée en tête lui faire mal autant physiquement que moralement. Contrairement à la première fois je touche ma cible et j’en suis réellement heureuse. Mais alors que je pensais prendre le dessus il relance le jeu. « C’est facile de s’énerver quand on a tout gâché hein, t’es même pas capable de te battre pour moi je te demande pas pour nous mais pour moi-même pas ça t’en est capable tu te rend compte quand même. J’vais franchir cette porte et tu me verras plus et ça te fait RIEN tu trouves ça normal ? »

Cette fois je ne peux pas m’en empêcher, je me rapproche de lui du mieux que je peux avec mon draps qui me gène plus qu’autre chose. Nos visages sont désormais plutôt proches et je ne lâche pas son regard. « Parce que tu crois que ça me fait rien ? Parce que tu crois que ça m’amuse de te voir partir comme ça, je saute de joie là ? T’es vraiment un connard Ethan. » lançais-je alors avant de frapper son torse du poing. Je sais que cela ne sert absolument à rien, mais je peux pas m’en empêcher je suis tellement en colère contre lui que je pourrais même lui cracher au visage. Il ce croit plus malin que tout le monde à penser que ça me fait rien de le voir quitter ma vie. Si je pouvais je le garderais près de moi, mais je veux pas de quelqu’un qui va me reprocher toute sa vie d’avoir gâché sa jeunesse. « Arrête de penser que tu sais tout mieux que les autres, parce que tu sais rien du tout, tu comprends ? Quoi que je fasse quoique je dise tu partira à cause de ta putain de fierté, tu partira et on regrettera chacun de notre côté parce qu’on est pas capable de faire mieux. Mais je t’interdis de dire que je suis pas capable de me battre pour toi ! Et puis tu sais quoi je t’emmerde ! Va vivre ta vie de petit sportif à deux balles… » je ne parlais plus du tout calmement c’était carrément une crise de nerf, mais j’en avais besoin. Vraiment. Parce que je ne supportais pas l’idée de l’abandon surtout de sa part. « De toute façon tu sais faire que ça fuir, t’es comme tous les hommes ! » finis-je par dire m’arrêtant dans mon élan en remarquant que je tremblais de tout mes membres. Désormais je n’attendais qu’une seule chose qui franchissent la porte ou qu’il réplique…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Ven 14 Sep - 16:40





« C’est moi l’égoïste ? Tu te fous de ma gueule McAlister ?! T’es parti, tu m’entends, t’es parti au Canada, a New-York, t’es parti sans jamais me le dire et c’est moi qui suis égoïste ? » enchaîna-t-elle avant de me jeter le cadre ou une photo de nous deux trônait d’un réflex à la matrix j’évite le projectile de justesse et une défiguration loupé et de une mais celle-ci fini par me lancer tout ce qu’elle a sous la main une assiette que je me prend en plein dans les abdos et qui éclate une balle qui heurte mon épaule ah bordel que ça fait mal puis celle-ci se met à me balancer une fourchette heureusement qu’il n’y avait pas de couteau ça fait mal quand même. Je lui lance alors une de ses paires à talon non mais quoi elle est folle cette fille dans sa tête. « J’suis parti pour pas rester un raté voilà pourquoi j’suis parti mais c’est facile de dire ça pour toi hein ? tout marche tu fais la photographie et tu peux le faire ici alors oui j’suis parti mais ça fait pas de moi un égoïste j’t’ai proposé de venir avec moi,mais ta dit NON ta dit NON siloë ta dit Non, oui ou non ?!!!.» finis je par lui dire avant que celle-ci se rapproche de moi et se met à me ruer de coup, bon d’accord c’est exagérer je ne suis pas un homme battu mais la colère rend la force de Siloë Jules encore plus forte, ça fait un peu plus mal que sa gifle . Réussissant à lui attraper les poignets je la plaque contre le mur.

« Mais tu vas arrêter maintenant, t’arrête tu veux faire quoi là me blesser à l’extérieur maintenant ? T’es qu’une sale folle faut te faire soigner Louhàn. » lui répliquai je légèrement remonter cette fois ci .

.Nos visages sont désormais plutôt proches et je ne lâche pas son regard. ]b]« Parce que tu crois que ça me fait rien ? Parce que tu crois que ça m’amuse de te voir partir comme ça, je saute de joie là ? T’es vraiment un connard Ethan. »[/b]me lança-t-elle de nouveau, je sais bien qu’elle me déteste à ce moment là mais moi je devrais dire quoi dans l’histoire j’suis pas super connard non j’ai rien fait pour mériter tout ça, on joue de nouveau au jeu qui blesse le plus l’autre, c’est certain qu’elle gagne légèrement mais je peux pas rester là sans rien faire, sans rien dire.
« Et toi t’es qu’une sale folle, qu’est ce que j’en sais que ça te fait quelque chose tu dis rien tu fais rien, fin si maintenant ta balancer presque tout ce qui te tombait sous la main … » bon d’accord c’est puéril comme jeu et nos répartis aussi mais que voulez vous, l’amour engendre la haine et la haine met du temps à se dissiper enfin si elle se dissipe un jour mais je ne peux rien faire d’autre. Elle m’a toujours connu avec mon base ball avec mes matchs et aujourd’hui elle me reproche de toujours partir c’est le monde à l’envers je veux bien admettre que si je n’avais pas été comme ça depuis enfant elle aurait pu dire quelque chose ses réflexions auraient été mérité mais là pas du tout. Je suis rester droit et digne suivant le tracé que j’avais en tête, je ne l’ai pas empêcher de faire sa photographie ou autre chose moi ? Pourquoi faut toujours que ça soit dans son intérêt et jamais dans le mien merde quoi y’en a marre à un moment donné.
« Arrête de penser que tu sais tout mieux que les autres, parce que tu sais rien du tout, tu comprends ? Quoi que je fasse quoique je dise tu partiras à cause de ta putain de fierté, tu partiras et on regrettera chacun de notre côté parce qu’on n’est pas capable de faire mieux. Mais je t’interdis de dire que je ne suis pas capable de me battre pour toi ! Et puis tu sais quoi je t’emmerde ! Va vivre ta vie de petit sportif à deux balles… » Elle s’emportait, devenant incontrôlable je ne la reconnaissais presque plus à ce moment là. Vraiment. Je sais bien que l’abandon est un sujet fragile, j’aurai pu m’énerver encore plus et la blesser en parlant de son père mais je respecte ça. Je sais la douleur qu’elle a souffert quand elle est parti et je ne veux pas jouer le salaud en lui rappelant ça.
« Ah c’est vrai que j’ai toujours dis que je savais mieux que tous le monde mais bien sur … mais ça je le sais que je sais rien du tout je n’ai pas besoin de te l’entendre me le dire. Bien sur que je partirais mais te battre pour moi fallait le faire avant pas quand ta fait des galipettes et que j’t’ai pris en flagrant délit. Assume tes conneries maintenant, ta voulu jouer et maintenant tu perds tout. »Je fis une pause et ré enchéri « Quel vocabulaire très classe Siloë, vraiment très classe, t’es qui toi pour me dire que je suis un sportif à deux balles hein t’es qui ? » lui envoyais je en pleine poire, oui je suis légèrement susceptible surtout quand on évoque mon sport.
« De toute façon tu sais faire que ça fuir, t’es comme tous les hommes ! » finit-elle par dire s’arrêtant dans son élan en remarquant qu’elle tremblait de tout ses membres, ce que je voyais aussi. J’hésite entre péter un câble et faire une sortie digne des articles en dévoilant une dernière fois ce qui se passe sous ces pecs.

« Je t’aime depuis la première fois que je t’ai vu, ça m’a pris du temps pour ouvrir les yeux. Et j’avais si peur de ce que je ressentais. Quand on s’est mis ensemble, ça m’a terrorisée, parce que... tu es devenue la seule personne qui aurait pu détruire ma vie. Je t’ai repoussé et je t’ai fait croire que c’était de ta faute, mais en réalité j’étais juste torturée de douleur. Et je suis un putain de lâche parce que... je ne voulais pas être un esclave de mes sentiments pour toi. C’est si horrible, vraiment, j’aurai pu mourrai pour toi. Mais t’aimer ça fait mal, ça détruit, cet amour m’a détruit alors oui j’ai été lâche de partir à chaque fois mais qu’est ce que je pouvais faire d’autre. De toute manière on n’était pas fait pour s’aimer, à quoi bon te dire ça. J’vais arrêter de me ridiculiser encore une fois devant toi, je pars cette fois ci je ne fuis pas, parce qu’après tout j’ai déjà tout perdu. » lui avouai je alors, je fini par reculer d’elle et cette fois ci de prendre mon sac, c’est vrai que quand j’étais petit quand je l’ai vu sur sa balançoire l’air triste elle m’a attendris et au fil des années un sentiment est né je ne connaissais rien à l’amour alors je ne me suis aperçu de rien puis quand j’ai compris j’ai tout cacher au fond de moi pour pas détruire notre amitié mais aujourd’hui mes cauchemars devenaient réalité je n’aurai jamais rien du dire j’aurai du baiser plus de meuf pour faire partir ce sentiment au moins on aurait été pareil elle et moi, des goujats. Je récupérai de nouveau mon sac et ouvris la porte.
« Allez bonne chance dans ta futur vie de débauche Louhàn Siloë Jules Hurtlake. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   Dim 16 Sep - 16:34


La colère m’envahit d’une façon que je n’avais jamais connue. Je ne sais pas ce qui m’énerve le plus. Si c’est sa façon de me parler et de me provoquer ou si c’est uniquement le fait qu’il m’abandonne qui me fasse littéralement péter un câble. Sans réfléchir, je lui lance à la figure tout ce qui me passe sous la main. Je ne sais plus pourquoi. Tout ce que je sais, c’est que je me défends, que je veux pas qu’il m’abandonne, mais je suis bien trop fière pour faire quoique ce soit. Alors que je me rapproche de lui et que je martèle son torse de coup de poing il me plaque contre le mur. Lorsque mon dos heurte le mur et que mon regard croise le sien, je comprends que désormais j’ai réellement tout perdu. Et surtout que j’ai perdu la personne que j’aimais le plus. Je le sens m’échapper au fur et à mesure et je me mets à paniquer intérieurement. Sérieusement, que va devenir ma vie sans lui ? Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire s’il n’est pas là dès que je me retourne. Mais la colère et plus forte que la peur et on continue à s’insulter. Les noms d’oiseaux volent ainsi que les reproches. Et lorsque je finis par lui dire qu’il est comme tous les hommes de ce monde, il s’emballe lui aussi. « Je t’aime depuis la première fois que je t’ai vu, ça m’a pris du temps pour ouvrir les yeux. Et j’avais si peur de ce que je ressentais. Quand on s’est mis ensemble, ça m’a terrorisée, parce que... tu es devenue la seule personne qui aurait pu détruire ma vie. Je t’ai repoussé et je t’ai fait croire que c’était de ta faute, mais en réalité j’étais juste torturée de douleur. Et je suis un putain de lâche parce que... je ne voulais pas être un esclave de mes sentiments pour toi. C’est si horrible, vraiment, j’aurai pu mourir pour toi. Mais t’aimer ça fait mal, ça détruit, cet amour m’a détruit alors oui j’ai été lâche de partir à chaque fois mais qu’est ce que je pouvais faire d’autre. De toute manière on n’était pas fait pour s’aimer, à quoi bon te dire ça. J’vais arrêter de me ridiculiser encore une fois devant toi, je pars cette fois ci je ne fuis pas, parce qu’après tout j’ai déjà tout perdu. »

Et cette fois-ci il n’en faudra pas plus. Cette fois j’ai bel et bien compris que je ne le reverrais jamais, qu’il allait me laisser toute seule et surtout qu’il était devenu mon pire cauchemar. Je prends conscience que tout ceux que j’aime finisse par m’abandonner et immédiatement, je me demande si ce n’est pas toujours moi le problème. Tout ce mélange dans ma tête. Le désespoir, la peur, la colère, l’envie de l’étrangler immédiatement. Vraiment tout. Je vois la rage dans son regard et je bouge quelque peu pour qu’il me lâche les poignets. Absorbé par tout cela, je le regarde s’éloigner de moi. Et c’est uniquement lorsqu’il a la main sur la poignée de la porte que je lui lâche : « Je t’ai jamais aimé Ethan… » C’est sans aucun doute le mensonge le plus éhonté que je n’ai jamais dis, mais je voulais juste lui faire mal, mal comme lui était en train de me le faire. La fierté, l’égoïsme et l’impertinence avait repris le dessus, je voulais juste ne plus jamais le revoir. Et c’est comme ça qu’il est parti, me lançant un dernier regard que je n’oublierais jamais. La porte venait juste de claquée derrière lui que je m’écroulais sur le sol en proie à des tremblements incertains. Je venais de perdre l’homme de ma vie et je venais de lui dire la chose la plus cruelle qui puisse exister… Les larmes vinrent brouiller ma vue et je me laissai aller pendant des heures tout en me rendant compte que je lui en voulais encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\   

Revenir en haut Aller en bas
 

La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\
» Arrivée dans une nouvelle ville.
» Je ne t'oublie pas...
» Arrivée dans le calme...En êtes-vous sûr? [Rp Adonis T. Nightsprings]
» Troisième prime (27/05 - 21h00)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-