NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptySam 13 Oct - 18:15



Pardonne moi je t'en pris... feat Andrew Stenfler

Cela faisais maintenant quelques jours que j'étais enfin installée dans mon appartement, j'aimais bien ma nouvelle ville mais je n'étais pas venue ici pour faire du tourisme ou passer des casting comme j'avais dis préablement à mes parents. La seule raison qui m'avait poussée à venir en ville était mon frère Andrew, j'avais fais une énorme bétise en avouant à ma copine que je sortais avec moi frère mais en faisant sa je n'aurai jamais pensée que Andrew ne me ferai plus confiance et coupe totalement les ponts avec moi, si j'avais su je n'aurai jamais dit à personne la relation que nous entretenions en secret. Notre relation était tellement bien que depuis notre "rupture" tout est bizarre, il me manque et j'aurai tellement envie qu'il me pardonne mais il n'avait jamais voulu le faire. Il était parti du jour au lendemain dans cette ville me laissant seule à Los Angeles, c'est d'ailleurs pour cela que quelques jours après j'étais parti à mon tour dans sa nouvelle ville, il fallait que je le vois, que je lui parle parce que je peu plus vivre sans lui.
J'étais dans mon lit et les images défilaient devant mes yeux sans que je puisse les arrête, tout me rappelais les moments que j'avais passée avec lui et un énorme pincement au coeur se fit ressentir, mes larmes étaient difficiles à retenir. Je repris doucement mes esprit pour passer sous la douche, après dix minutes de douche brulante je me sentais plus réveillée qu'avant ce qui pouvait annoncer une journée moins terne que d'habitude. Je décidais de prendre mon petit-dejeuner sur la terrasse de mon appartement pour profiter de la magnifique vu que j'avais, il faisait vraiment beau aujourd'hui et je dois dire que cela tombait bien vu qu'il fallait que je sorte faire les course au supermarché parce qu'il me restait plus chose dans le frigo. Je mettais habillée d'un jeans slim, d'un t-shirt sympa puis des talons hauts pour finir mon look, mes cheveux étaient détachés et mon maquillage léger comme à mon habitude. Une fois que mon petit déjeuner fût avalé, je rangeais un peu l'appartement pour ne pas avoir à le faire après être rentrée du supermarché. En quelques minutes l'appartement était rangée et j'étais parti en direction du supermarché en voiture, au bout d'une vinghtaine de minutes de route je me trouvais dans la parking pour ensuite trouver un place, il n'y avait pas grand monde aujourd'hui se qui était plutôt bien au moins pour payer j'y passerai pas une heure.

J'étais désormais dans le supermarché avec simple panier pour mes courses, je marchais doucement dans les rayons pour ne pas risquer de rater un produit qui me manque chez moi, je n'étais pas encore habituée à se magasin du coup je cherchais pendant un moment avant de trouver se que je cherchais mais bon se n'est pas un problème je n'avais rien de prévu aujourd'hui. Une fois que j'avais enfin trouvée le rayon que je cherchais depuis dix minutes je mis les produits dans mon panier avant de reprendre la marche. Je ne faisais pas forcément attention où je marchais quand soudain je bouscula quelqu'un, je me sentais énormément génée de la situation parce que bousculer un inconnu n'est pas forcément très rassurant.

- " Han je suis désolé je ne faisais vraiment pas attention où je marchais.." Dis-je en relevant légérement la tête pour voir la tête de l'inconnu que je venais de bousculer sans le vouloir et là se fût un choc..
La personne que je venais de bousculer n'était pas du tout un inconnu mais quelqu'un de vraiment familier, je venais de bousculer Andrew.. Autant dire que je me sentais encore plus mal à l'aise que si j'avais réelement bousculée un inconnu, je baissais automatiquement les yeux, je ne pouvais pas le regardais dans les eyxu cela me rappelais trop de souvenir..

-" Andrew.." Dis-je d'une voix douce.

Je ne savais pas comment réagir, j'étais réelement contente de le revoir mais je préférais ne pas le montrer parce qu'il ne me parlais pas. J'avais tellement envie que tout redevienne comme avant mais malheureusement il ne veut pas me pardonner d'avoir avouée à ma copine notre relation, j'avais juste fais ça pour pouvoir parler de se que j'avais sur le coeur à quelqu''un..
code par (c) eylika. photo de we heart it.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptySam 13 Oct - 23:39

Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Tumblr_mc974nQpmP1r6b5um

Je m’étais réveillé ce matin en essayant d’enlever dans ma tête tous les souvenirs qui m’était revenue hier. En vain. Je pensais à ma sœur, nos relations… Je pensais à ses cheveux bruns, à ses yeux tellement profonds, à ses lèvres… Je secouais ma tête encore couché dans mon lit, essayant désespérément d’oublier ses souvenirs qui ne cessaient de revenir depuis que j’étais venue à Town Square. Peut-être que j’aurais mieux fait de me produire à Los Angeles, là bas au Nevada. Au moins je serais proche d’elle, j’aurais le temps de me pardonner les erreurs commises, je pourrais profiter de sa présence, de ses rires, de ses blagues, ses idioties, ses grimaces, ses drôlerie… Bref. J’avais vraiment besoin d’elle. Je me sentais tellement vide quand je me mettais à penser à elle. C’est pour ça que mon nouvel entourage ici me trouvait tellement fou et hyperactif… Il n’y a que celui qui s’ennuie qui souffre. Le temps passé dans mes studios valait de l’or, parce que même si je ne voulais pas me l’avouer, je chantais pour elle, chaque fois que je chantais, son sourire m’apparaissait, et c’était bizarrement agréable. En gros, ce matin, ma sœur hantait mes pensées et mes réactions. J’espérais qu’une bonne douche puisse me changer les idées, mais non… Et puis je ne voyais pas de raisons pour me mettre à penser à elle, de toute façon, elle était au Nevada, et là-bas, elle ne pensait sûrement pas à moi. La vie au Nevada, était tellement bien… Il eu fallu que ma vocation m’entraîne jusqu’à Town Square. Mais bon, la vie est bien ici aussi. Moi, seul dans un immense appartement, mes fans, trainant un peu partout dans la rue, mes nouveaux amis, plus cools que jamais. Et puis des ennemis… Ah non, je n’ai pas encore d’ennemi à Town Square ! C’est tant mieux, des ennemis à mon statut de chanteur c’est pas bien du tout. Malgré ma douche qui a été plus un « moment de réflexion » qu’autre chose, je repensais toujours à ma sœur, et à mon frigo vide. Mon père avait insisté pour que j’aie des gens à mon service censé faire tous ces trucs sans intérêt, maman avait refusé de m’accorder ça... Mais malgré ça, Rosie était bien là pour faire les trucs du genre le ménage, les cours, à un tel point que cela me manquait. J’avais horreur de la poussière, de la saleté, j’étais carrément maniaque, près à crier pour un grain de poussière…

Faire les courses avait finit par me manquer, raison pour laquelle, j’avais enfilé une tenue, que j’avais préparé la veille, comme d’habitude, et enfourner ma voiture en route pour le supermarché le plus proche. Les supermarchés ici étaient tellement différents, les rayons étaient… étaient différents. Je n’avais pas eu l’idée super intelligente de vérifier ce qui me manquait, donc je prenais les choses comme ça, par envie, par intuition, avec ma musique dans mon casque. Je tournais dans un rayon quand… BOUM. Oui Boum… Une jeune inconnu me rentre dedans et fait même tomber à l’occasion mon casque que je m’empresse de ramasser. « C’est rien… »J’allais continuer ma route quand je me sentis bizarrement tirer vers l’arrière, ma tête commençait se « contracter », tout tournait autour de moi, le sol était bizarre, j’avais le tournis, l’impression bizarre de tomber… Là, je me sentais mourir puis renaître en l’espace d’une seconde. C’était ma sœur, ou c’était un rêve, une hallucination ? Je compris que c’était vraiment elle quand je l’entendis « murmurer » mon nom. Merde. Je savais plus quoi faire, j’étais bouleversé, puis en plus j’ai encore une impression bizarre, celle qu’elle n’était pas vraiment ravie de me voir. Je sentais une boule s’installer dans ma gorge et s’imposer m’empêchant de respirer, mais malgré ça je réussis à murmurer en la fixant. « Val’… »
|


Dernière édition par Andrew N. Stenfler le Mar 30 Oct - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyDim 14 Oct - 15:50



Pardonne moi je t'en pris... feat Andrew Stenfler

Los Angeles me manquait beaucoup, j'aimais tellement ma ville natale que me retrouver toute seule dans une ville inconnue ne me plaisait pas vraiment, la seule chose qui m'importait vraiment était de retrouver mon frère je ne pouvais plus vivre loin de lui, il hantait mes pensées jours et nuits. Tout me manquaient chez lui, son sourire, ses yeux, son rire, ses calins, ses blagues, ses paroles... la vie sans lui était compliqué je dois l'avouer. J'étais venue le rejoindre dans cette ville pour qu'il me pardonne, je sais très bien que je n'aurai jamais du trahir sa confiance mais malheureusement j'avais jouée la cxnne encore une fois. Je mettais rendu au supermarché pour remplir à nouveau le frigo qui c'était vidée complétement durant la semaine, je ne savais pas encore trop où était les produit dans la magasins sur qui me forçait à passer dans tous les rayons du supermarché pour trouver de quoi j'avais besoin. J'avais pourtant fais une liste pour aller plus vite mais malheureusement encore aujourd'hui je ne ferais pas les courses sans passer deux heures à trouver se que je voulais.. Un jour peut-être que sa arrivera mais pour l'instant non, je ne faisais pas attention où je marchais étant trop occupé à regarder les produits dans les rayons pour ne pas passer à côté de se que je cherchais depuis dix minutes, sans le vouloir je bouscula quelqu'un mais j'avais de suite compris que la personne que je venais de bousculer était un homme vu la carrure mais au moment où je m'escusais totalement génée de la situation le visage de mon frère fit son apparition, je ne savais pas si je rêver ou que mon cerveau s'amuser avec mes sentiments. Je secouais la tête avant de prononcer doucement le prénom d'Andrew pour vérifier si c'était bien lui ou sinon la personne que j'avais bousculé me prendrait réelement pour une folle mais à ma plus grande surprise il me répondit en m'appelant à mon tour, je remontais mon regard vers son visage en le regardant dans les yeux. J'étais contente de le voir mais voilà j'avais peur de sa réaction en me voyant ici sachant qu'il pensait que j'étais toujours à Los Angeles. Mon coeur commençait à battre à la chamade comme à chaque fois que j'étais en sa présence, je le regardais dans les yeux avant de prendre la parole :

- " Je suis contente de te voir Drew ! "
Dis-je avec un doux sourire.

J'avais peur, peur qu'il parte me laissant totalement en plan, il ne voulait plus parler depuis dés mois. Je voulais tellement que les choses s'arrangent entre nous. Je ne pouvais pas vivre sans lui, il était mon rayon de soleil, dés que je n'allais pas bien j'étais certaine qu'il me remontait toujours le morale mais depuis mon erreur d'avoir raconté à Brittany se qu'il y avait entre Drew et moi il ne m'avait pas pardonnée. Je savais que si tout c'était arrêté entre nous c'était tout simplement ma faute mais il ne pouvait pas savoir à quel point je m'en voulait..

- " Comment tu va ? "
Demande-je simplement.

J'étais réelement une idiote d'avoir demandé sa ! J'avais toujours le don de dire les choses qui ne servaient absolument à rien, se que je venais de dire on le dit à des personnes que nous connaissions depuis pas longtemps mais là je parlais à Andrex j'aurai dû le prendre dans mes bras, j'avais tellement peur que je n'avais pas forcément osée le faire. J'étais contente de le voir, de voir qu'il était bien dans cette nouvelle ville.
code par (c) eylika. photo de we heart it.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyMar 16 Oct - 22:02

Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Tumblr_mc974nQpmP1r6b5um

L’avez-vous déjà ressentie cette putain d’impression que vous êtes suivis partout où vous partez ? Bah moi non ! Oui, mais non. Ce n’était pas du tout une impression, ma sœur était là, en face de moi, dans un supermarché, à faire ses courses. Pensez vous qu’il est normal de se retrouver du Nevada, à Town Square en un éclair, pour aucune raison apparente ? Non. Il y avait bien une raison, et il fallait la connaître. L’idée que j’avais besoin d’elle qui m’était là ce matin ce manifestait encore plus fortement. J’avais envie de lui sauter dessus dans le magasin et de la serré contre moi dans l’espoir de ne plus jamais la perdre. Mais non, j’avais peur… Après tout, même si j’essayais toujours d’assumer ce rôle de protecteur, je restais le petit frère. Les phrases commençait tout de suite à se battre dans ma tête, les souvenirs que j’essayais d’effacer, de ces doux souvenirs d’elle et moi, souvenirs que j’avais peut-être envie de reprendre, d’oublier, de recommencer ? Je ne savais plus… Maintenant qu’elle était en face de moi, la phrase ne cessait de retentir, la phrase qui avait tout de déclenché « s’il te plaît Andrew, embrasse-moi. » Non, non… Je reprenais mes esprits, du moins, j’essayais. Elle était contente de me voir… Soulagement ? Je ne sais pas non plus. A vrai dire, en ce moment tout ce mélangeait dans ma tête, les mots se bousculait, et c’était chiant. J’expirai contractant mon cœur tout en lui demandant assez de force pour lui répondre. « Moi aussi… » Je parlais tellement doucement, je n’avais pas la force, j’étais sous le choque. A la regarder, on aurait dit qu’elle n’était ni choquée, ni surprise, ni heureuse, ni triste. Rien. Mais bon, moi qui la connaissait si bien, je me rendais facilement compte qu’elle ne savait pas quoi faire ni dire, autant que moi. Ces mois sans elle était comme des mois dans le désert sans eau. Surtout ces derniers temps où elle hantait constamment mes pensées. Là, maintenant, j’avais envie d’hurler ô combien elle rongeait mon âme. Elle faisait exprès, elle faisait exprès de me malmener. Mon cerveau recommençait à se fixer dangereusement sur elle et moi qui m’efforçait d’enlever ces idées défendues de ma tête. Personne, personne ne passait dans le rayon, à croire que le supermarché n’était pas super trop réputé. Je l’avais choisi dans l’espoir de pouvoir passer une journée normale. C’était raté. Comment j’allais ? Elle n’avait pas du tout trouvé mieux, parce qu’en ce moment, c’était la dernière chose que je savais. « Valentine, c’est quoi tout ça ? C’est quoi cette histoire ? Tu fous quoi là ? » Je l’entrainais dans un angle du supermarché espérant parlé tranquilles. « Tu peux m’expliquer ? » J’étais dur, voir froid. Mais bon, c’était la meilleure attitude à adopter. Je préférais ne pas laisser ma faiblesse devant elle me dominer subitement. Je l’avais attrapée par son poignet, je l’avais touchée ! Peut-être que je ne le montrais pas, mais mes doigts me brulaient aux endroits où ma peau se collait contre la sienne. J’avais envie de me cogner la tête contre un mur où de me couper les veines.


Dernière édition par Andrew N. Stenfler le Mar 30 Oct - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyMer 17 Oct - 13:45



Pardonne moi je t'en pris... feat Andrew Stenfler

En faite je ne savais pas ce qui m'arrivais à ce moment même, j'étais réellement heureuse de le revoir, il m'avait tellement manqué durant les mois précédents. Il était tellement parti vite de Los Angeles que j’avais eu à peine le temps de lui dire au revoir avant qu’il prenne l’avion en direction Town Square, je n’avais pas eu le temps de lui demander pardon chose qui m’avait fait énormément souffrir au fond de moi surtout que je ne devais en parler à personne et surtout pas à mes parents donc je gardais mes faiblesse au fond de moi en affichant un faux sourire pour que les gens pensent que tout aller bien dans le meilleur des monde mais c’était loin d’être le cas. Le manque d’Andrew se faisait ressentir depuis le début mais c’est dernier jour c’était de plus en plus pire, tout me ramenais à lui, dès que je regardais une scène ou n’importe quelle chose des images défilais devant me rappelant combien j’étais heureuse avec lui. J’avais beau me faire une raison en me disant que je ne le révérais jamais, que même si c’était mon frère de sang jamais il me reparlera sachant qu’il avait sa célébrité désormais je n’étais plus rien que le passer, c’est ce que je pensais au plus profond de moi et j’espérais pour une fois que j’avais tort. Il mettait impossible d’imaginer une vie sans lui, rien que le fais de penser qu’il pourrait passer sa vie à ne plus m’adresser la parole me faisais énormément de mal.
Je ne savais plus comment faire pour qu’il me pardonne, c’est donc sur un coup de tête que j’avais pris le premier en direction de Town Square pour rejoindre Andrew et essayer de tout faire pour qu’il me pardonne même si je savais que la tâche serait difficile vu qu’Andrew est plutôt rancunier. Personne ne me connaissait comme lui me connaissait, j’étais totalement différente en sa présence. J’étais gentille et mon caractère de garce n’existait pas avec lui. Il était le seul à me connaitre comme cela, Andrew était mon frère oui mais je l’aimais tellement plus qu’une sœur devrais aimer son frère mais je ne pouvais rien y faire. Il était là devant moi et mon cœur s’était mis à battre plus vite comme à chaque fois que j’étais poche de lui.
Dans son regard je pouvais comprendre qu’il était choqué et possiblement il ne comprenait pas pourquoi j’étais ici sachant que Los angeles était loin de Town Square.J’avais posée une question tellement nul ! Je savais pas pourquoi j’avais dis cela peut-être juste pour combler le blanc qu’il y avait eu entre nous après qu’il remarqué que j’étais là devant lui chose qu’il ne devait jamais se douter jusqu’ aujourd’hui. Je le regardais doucement dans les yeux quand un léger frisson se fit ressentir dans tout mon corps, il me hantait depuis le début même après qu’il soit parti je ne pensais qu’à lui.. La question qu’il me posait je savais même j’étais certaine qu’il me la poserait tout simplement parce que il ne s’attendait surement pas à me voir débarder ici pour faire du tourisme.

_ « Pourquoi je suis ici ? Tu ne me… »
Je n’avais pas eu le temps de finir ma phrase totalement parce qu’il me prit par le poignet pour nous amener dans un endroit plus calme et surtout à l’abri des regards des personnes qui se trouvaient dans le supermarché à cette heure-ci. Quand ses doigts touchèrent mon poignet un frisson glissa le long de mon corps, il me faisait toujours cette effet là depuis toujours. Je le replongeais mon regard dans le siens pour répondre enfin à sa question :

_ « Tu ne me parle plus Andrew ! J’en est marre de cette situation, je peu plus vivre dans cette situation donc j’ai décidé de venir te rejoindre ici pour te faire comprendre que je suis désolé de l’avoir dit à Britanny.. »

Ma voix était tremblante mais j’étais tellement pas préparé à le voir ici au supermarché que je n’avais pas eu le temps de me préparer pour lui parler donc j’avais tellement peur de sortir des bétises ou encore qu’il ne comprenne pas que je peux pas vivre sans lui..
code par (c) eylika. photo de we heart it.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyMar 23 Oct - 20:09

Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Tumblr_mc974nQpmP1r6b5um

Ce qui m’énervait clairement chez Val’, c’est qu’avec moi, on avait toujours l’impression qu’elle n’était pas troublée, qu’elle savait exactement quoi faire et cela même quand ce n’était pas le cas. Je me souviens même que lorsque nous étions beaucoup plus jeunes, c’était à moi qu’elle racontait la plupart de ces tracas. En effet, elle n’en parlait à personne, au lycée, tout le monde la considérait comme la sexy bombasse intouchable, alors qu’avec moi elle arrivait à pleurer. Mais les rares fois où elle essayait de me faire croire que tout allait bien, je me sentais… Je me sentais frustré. En fait, plus les jours passent, et plus je me rendre compte de la vérité, de cette vérité que je ne pouvais pas affronter. Je suis amoureux de ma sœur. Fou amoureux, à la vie et à la mort, à la folie et aux pleurs, à l’amour et à la guerre. Mais je ne peux pas, même si j’ai beau ne jamais m’inquiéter du regard des autres, Val’ était mon cristal. Et drôle de jeu de mots, Crystal, son second prénom. Peut-être que Dieu en avait voulue ainsi pour qu’un jour, j’ai le courage de lui dire : « Je t’aime Val’, tu es mon cristal » ? Mais pour le moment, c’était encore sous l’effet de ce mélange de joie et de consternation que j’étais. En la tirant, je sens mon ventre, ma tête, mes bras, mes doigts, tout mon corps s’enflammer, même si je ne me l’avouais pas, je mourrais d’envie d’attraper ses hanches et de l’embrasser là maintenant. Je ne lui avais pas laissé le temps de terminer sa phrase que je l’avais déjà entrainer. « Je t’écoute… » Je n’avais plus envie d’entendre son prénom qui me faisait tant frissonner, c’était horrible, agréablement horrible oui, mais horrible quand même. J’essayais de me persuader le contraire, mais ma tête me rappelait machinalement « Tu l’aimes, et plus qu’il ne le faut. » J’étais sortie avec des filles après Val, mais ce n’était pas pareil du tout. Valentina m’avait empoisonnée. Je l’écoutais parlée à chaque fois comme si c’était la dernière, j’avais pris l’habitude de la laisser parler, mais ça c’était avant. « C’est pour ça que t’es comme ça ? Sa te fait vraiment rien du tout à ce point de me revoir ?! » Je me retournais deux secondes, puis revins m’adosser sur le mur du supermarché. Mais merde quoi… J’avoue que j’avais toujours été le meilleur pour cacher mes sentiments, mais avec Valentina, je crachais tout et ça m’énervait. Tant que je ne disais pas tout, je sentais mon cœur peser deux tonnes dans ma poitrine. « Putain Val’ tu m’énerves ! Je suis pas censé sentir ça ! C’est pas normal ! »


Dernière édition par Andrew N. Stenfler le Mar 30 Oct - 16:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyMer 24 Oct - 17:11



Pardonne moi je t'en pris... feat Andrew Stenfler

C’était horrible ce que je ressentais pour lui, je l’aimais bien plus que se que je ne devais et je le vivais plutôt mal dans le sens que j’aimerai tellement être toujours avec lui mais le sang qui coulaient dans nos veines étaient le même donc automatiquement l’amour était impossible du moins aux yeux des gens parce que nous avions enfreint cette règles pendant longtemps jusqu’à ce que ma meilleure amie soit mise au courant par moi. Je n’étais pas la même quand j’étais avec lui, mon comportement était doux mais aussi calme alors qu’avec les autres j’avais plutôt une réputation de fille intouchable, je n’arrivais à pleurer qu’avec Andrew, personne à part lui ne m’avait déjà vu pleurer. Il était le seul à qui j’avais dit « Je t’aime » en le passant réellement. Le voir devant moi sans pouvoir être dans ses bras et l’embrassée m’énervais parce que j’avais réellement envie de le faire sauf que c’était impossible. Je me rappellerais toujours nos moments seul à seul, j’avais toujours l’impression que le temps s’arrêtait quelques heures avant qu’on revienne doucement à la dure réalité des choses. Quand vous aimez de vrai amour quelqu’un est que cette amour est impossible vous en voulez à la terre entière et c’est ce que je ressentais depuis toujours.
Je tentais de lui expliquer pourquoi j’étais ici même si cela était difficile étant donné que ma tête me disait de me la fermer et de l’autre elle me disait que mes sentiments pour lui étaient incalculables. J’essayais de me calmer, je secouais légèrement ma tête pour arrêter de penser qu’aux choses négative. Sa réaction ne se faisait pas attendre, je le regardais dans les yeux tout en comprenant réellement ce qu’il voulait me dire, j’étais froide avec lui en ce moment même chose qui ne mettais jamais arrivé avant qu’il me quitte et parte à des kilomètres de moi.

- « Comment je suis ? Si ça me fait quelque chose de te revoir mais quand tu es parti loin de moi tu étais tellement froid avec moi ! Comment tu veux que je réagisse Andrew, j’ai eu peur que tu m’es oublié ! »

Je ne savais plus quoi faire, ma tête commençait à me rendre totalement folle, c’était horrible les sentiments que j’avais pour lui m’enflammer de plus en plus et je n’arrivais pas à contrôler mes paroles désormais, c’était comme à chaque fois avec lui, il m’était impossible de garder mes sentiments cachée.

- « Et tu crois que c’est facile pour moi ?! J’en ai marre je pense à toi tout le temps, je devrais te détesté comme toutes les sœurs déteste leurs petits frère mais à la différents c’est que je t’aime plus ce qu’il ne le faudrait et je n’arrive pas à arrêter ! »

Voilà je n’avais pas réussi à me la fermer et j’en avais encore dis trop, c’était horrible mon cœur battait de plus en plus vite, mon ventre c’était nouée et mes larmes étaient en train de prendre place dans mes yeux, je ne voulais pas qu’il me voit comme ça, je baissai mon regard avant de me tourner de l’autre côté. Une larme coula le long de ma joue, tous se que je gardais en moi depuis qu’il était parti, qu’il m’avait abandonnée pour venir ici était en train de sortir petit à petit de mon esprit.
code par (c) eylika. photo de we heart it.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyMar 30 Oct - 16:44

Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Tumblr_mc974nQpmP1r6b5um


J’avais beau me foutre de l’avis des autres, je ne savais pas comment réagir face à l’opinion des gens sur ce que je ressentais pour ma grande sœur. Des gens pouvaient me détester même, je savais que ce n’était pas normal, et c’était ça le pire. Mais malgré tout, il fallait bien que je m’en foute. J’aime Val’, c’est la seule que j’aime et j’étais entrain de m’y faire. Avec elle, le temps s’arrête... Et surtout aujourd’hui, j’avais l’impression que les secondes devenaient des minutes, je suivais le « tic tac » de l’horloge de supermarché. Je ne savais pas si j’avais envie de fuir, ou de rester avec elle, de la sentir près de moi, de lui appartenir… Je fronçais les sourcils essayant en vain de sortir toutes ces idées noires de ma tête. Elle disait qu’elle avait peur que je l’ai oublié, que j’étais froid quand je l’avais « abandonner ». En plus, elle avait à moitié raison. C’était elle qui avait dit à son amie, comment elle avait pu faire ça ? Elle aurait pu penser à la réaction que j’aurais avant de commettre l’irréparable. Les mots se bousculaient dans ma tête, j’avais envie d’hurler ma douleur dans le supermarché étrangement vide. « Tu penses que je pourrais t’oublier ? C’est vraiment ce que tu penses de moi ? » Mon cœur se contractait. C’était ça l’effet Valentina. Le fait qu’elle eu été ma confidente autrefois m’empêchait de lui cacher quoi que ce soit. C’était chiant. J’avais envie de la prendre dans mes bras et de sentir mon corps bouillir en effleurant sa peau. « Donc tu es froide avec mon pour te venger ? » C’était la seule chose que j’avais compris, ou c’était la seule chose qui voulait bien rentrer dans ma tête. Elle devait me détester parce que je l’avais laissé, j’avais fuit, comme un lâche. Même si ce n’était pas du tout dans l’objectif de la fuir, mais de gagner ma vie, je l’avais quand même abandonné. Puis les idées négatives laissaient place à d’autres, beaucoup plus positives. Ici, c’est Town Square, pas besoin que quelqu’un sache qu’elle et moi nous sommes frères et sœurs, et si personne ne sait, pas de problèmes, de critiques, d’insultes, de mauvais œil. J’aime Val’, et je suis prêt à tout pour que je puisse avoir la relation que je veux avec elle, mais le pire c’est que je ne sais pas ce que je veux. Je ne veux plus être trahi, voilà tout. Elle pleurait, c’est larme coulaient, ou plutôt une larme coulait. Je savais bien quand Val’ pleurait, qu’elle me donne dos ou pas. Je la tirais doucement par son poignet avant de la serrer contre mon torse et d’essuyer sa larme du revers de la main. En ce moment là, plus rien ne comptait, c’était Val’ et moi. C’était Val’ tout court. Je voulais savoir si elle allait bien, où elle vivait, si elle avait de quoi être à l’aise, si elle vivait seule, si elle avait des problèmes de santé… Tout mon être se troubla, je m’oubliais. Je m’adossais contre le mur derrière moi, toujours avec elle contre moi et j’expirais profondément. J’expirais toute cette douleur qui m’avait envahi, maintenant c’était ma Val’, plus rien à régler, juste elle, moi et notre amour. « Et on va devoir l’accepter parce qu’on ne peut rien contre cet amour. » Mon cœur se décontracta et ma main gauche glissa le long de son dos quand un pauvre balayeur passa, détournant poliment son regard et continuant sa route. Je levais les yeux au ciel, ou plutôt au plafond… Et c’est là que je me rendis compte qu’elle m’avait atrocement manqué et que je ne pouvais pas vivre sans elle. Plus jeunes, nous nous étions promis de ne jamais nous quitter, de ne jamais nous blesser et de toujours nous aimer. Peu importe l’âge que nous avions, je me souviens bien de cette promesse et j’y porte beaucoup d’attention. Tant d’années d’amour pour ma sœur, et je n’allais pas m’en arrêter là. « Je veux savoir où tu vis, avec qui, comment… » Je m’inquiétais pour elle, et j’avais de quoi. Malgré qu’elle soit l’aînée, c’était moi l’homme, ce qui explique que cette responsabilité me revienne de droit. Avouons-le que j’aurais bien aimé qu’elle vienne vivre chez moi. Si elle vivait à l’hôtel, pour le moment, je lui aurais proposé tout de suite. Mais si elle avec déjà son chez elle, ce n’était plus la peine
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyJeu 1 Nov - 2:11



Pardonne moi je t'en pris... feat Andrew Stenfler

C'est difficile de se dire qu'on aime son frère d'un amour plus que fraternel mais cette idée était désormais totalement accepté par mon esprit et maintenant je ne voulais qu'une seule choses c'était d'être avec lui pour toujours. On avait jamais rien dit à personne pour la simple et bonne raison que je n'avais pas envie qu'on nous critique. Après qu'Andrew soit parti à Town Square j'avais eu des histoires mais le seul à qui je pensais tout le temps était Andrew, je ne voulais que lui mais il était à des kilomètres de moi et le manque de lui se faisait toujours ressentir un peu plus chaque jour, il y a des soir où j'allais dormir dans son lit pour sentir son doux parfum et c'est comme ça qu'il m'arrivait d'avoir des flash-back sur nos moments rien que tous les deux en cachette. J'aimais beaucoup ces flash-back parce que cela me rappellais que la relation entre moi et Andrew avait bien éxistée, je voulais être à nouveau proche de lui, lui appartenir comme avant, il n'y avait que lui que j'aimais et cela ne cessera jamais. Je le regardais en me mordant la lèvre inférieur :

- " Non je n'est pas du tout passée ça, c'est juste que j'ai eu peur que tu veuille m'oublier ! "

Oui j'avais peur qu'il fasse tout pour m'oublier, qu'il ne veuille plus de moi mais plutôt tout effacer de se qu'il y avait eu entre nous. J'avoue que j'étais rassurée de voir qu'il ne m'avait pas oubliée, à se moment précis je me rendis compte que si je n'avais pas racontée mon histoire avec Drew à ma copine peut-être que nous sérions toujours secrètement ensemble mais à cause de moi tout c'était brutalement terminé alors que nous étions bien ensemble tous les deux sans que personne sache pour nous deux. C'est vrai que des fois cela était plutôt dure de voir des filles le draguer alors que je devais faire semblant d'être juste sa soeur alors qu'au fond de moi je bouillonnais d'envie de les calmer un peu avec Andrew, mais ça aurait était louche que je fasse une crise de jalousie donc je me taisais et avait toujours reussi à fermer les yeux sûr cela même si des fois c'était compliqué.
Je me rendis compte qu'en se moment même j'étais froide avec lui chose qui me choquais rapidement vu que je ne voulais pas être comme ça et surtout pas avec lui bien au contraire.

- " Non bien sûr que non je veux pas me venger ! " Dis-je en le regardant dans les yeux.

Je savais réellement pourquoi j'étais comme ça avec lui, ma tête me disait de ne pas montrer mes sentiments trop vite pour ne pas le perdre à nouveau et mon coeur me disait de crier tous se que je ressentais pour lui, je secouais la tête légérement pour effacer toutes les mauvaises choses qui se passaient dans ma tête. A force j'allais devenir totalement folle, mais l'amour sa rend fou n'est ce pas ? J'étais amoureuse de lui et j'en étais consciente et même si notre relation était loin d'être saine je m'en fichais totalement je voulais tout faire pour que notre relation remarche comme avant sans que personne le sache et cette fois-ci je ne dirais rien à personne. Je ne voulais pas qu'il me voit pleurer parce que cela voulais dire que j'étais plus faible que les gens le pensaient même s'il m'avait déjà vu pleurer je détestais vraiment le faire, un léger frisson parcoura mon corp quand il attrapa mon poignet avant de me coller contre lui, je me calmais doucement comme à chaque fois qu'il me prenait dans ses bras je me sentais rassurée et je me calmais aussitôt. Maintenant je ne voyais que lui et désormais c'était lui et moi, personne ne pourra me séparer de lui à nouveau. Je l'écoutais parler et j'étais d'accord avec lui, on ne peut rien contre un amour aussi fort que le notre, on ne peut pas faire semblant qu'il n'y a rien alors que c'est totalement le contraire.

- " Non on ne peut rien contre cet amour c'est certain ! "

Je me sentais revivre dans ses bras, il m'avait terriblement manquée et je fermais doucement les yeux en continuant de rester collée doucement contre lui, le temps c'était totalement arrêtée, comme-ci il n'y avait plus que lui et moi dans se supermarché. Je sentais sa main glissais le long de mon dos, en se moment précis je me rappelais de la promesse qu'on c'était fait au tout début de notre relation, ne jamais nous quitter, de ne jamais nous blesser et de toujours nous aimer. Je comptais toujours cette promesse et j'y porterai toujours beaucoup d'attention. Je restais toujourd contre lui en passant doucelent mes bras autour de sa taille en plongeant mon regard dans le siens.

- " Je vis toute seule à l'hôtel, je n'est pas encore trouvée d'appartement bien pour m'installer. "
Je reconnaissais la voix du protecteur qu'était Andrew parce que même si j'étais l'ainé il avait toujours joué au grand frère avec moi et m'avait toujours surprotegée.

code par (c) eylika. photo de we heart it.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyDim 4 Nov - 17:10

Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Tumblr_mc974nQpmP1r6b5um


Que je l’ai oublié ? A ce moment précis, je laissai échapper un rire nerveux. Même si j’implorais Jésus et Bouda, je n’arriverais jamais à l’oublier. Et je repensais à ces souvenirs censurés (moins dix huit, moi j’vous dis), je secouais la tête, je m’acharnais sur mon sort, j’implorais une force surnaturelle pour que je l’oublie, en vain. Quoique, ces flash-blacks n’était pas aussi désagréables que ce que je pouvais en dire. Et j’avoue avoir voulue l’oublier, ces jours où je me disais que cette relation, c’était LA tentation du diable, le mal incarné… Le pire, c’est ce que risque de penser mes parents, nos parents. Jamais ils n’accepteront ça. Je me souviens, que petits, quand papa ne travaillait pas et qu’il consacrait toute une journée pour nous, il nous avait fait promettre de ne jamais ramener à la maison un compagnon moche, pas beau du tout, indigne, pauvre… Et que ma sœur avait dit « Plus tard, je vais me marier avec Andrew ! » Papa ne savait pas, nous même ne savions pas, mais cette phrase avait beaucoup plus de signification aujourd’hui. Le père avait sourit avant d’aller prendre un appel « important » comme d’habitude. Et maintenant qu’elle était bien en face de moi, je m’en voulais d’avoir voulue l’oublier, d’avoir tenté de l’effacer, de la rayer. Je détournais le regard, honteux. « Non ! Bien sûr que non, je ne veux pas me venger ! » Et là, mon cœur a fait une double looping dans ma poitrine. Peut-être qu’elle ne le voulait pas, mais même inconsciemment, elle le faisait. Elle se vengeait de moi, qui avais osé l’abandonner au Nevada. Et plus l’aiguille des secondes bougeait sur la grande horloge, plus je me sentais mal, je m’en voulais de l’avoir abandonné. Oui, je n’aurais jamais survécu si c’était elle à ma place, mais je l’ai fait. Et peu à peu, je me rendais compte que c’était du pur égoïsme, je faisais souffrir ma sœur, alors que je m’étais juré à moi-même de ne jamais le faire de toute ma vie. La situation s’améliorait, oui, maintenant, c’était à moi-même que je mentais. « Menteur, tu n’es qu’un menteur, tu mérites même pas de vivre » Saleté de merde de cochonnerie de bidule chinois qui me sers de conscience, sors de ma tête imbécile qu’est-ce que tu fous là ? Oui, je vais bien, merci beaucoup. A force d’être seul, j’ai appris à me parler, j’ai besoin de l’avis d’un expert comme on dit. Non, pas un expert comme dans les experts Miami, ou oui même pourquoi pas ? Un pro, qui connait tout ! Je m’étale là. « Et pourtant… C’est ce que tu fais. » Mon cœur battait de plus en plus vite, et si vous étiez dans mon corps, vous auriez dit qu’il s’est détaché, a fait un tour dans mon estomac, puis continue tourner en rond comme une toupie. Je souffrais de l’intérieur, ça ne se voyait peut-être pas, mais là, je souffrais comme je n’avais jamais souffert de ma vie, et il n’y avait que ma sœur pour me faire souffrir autant. Je la détestais d’amour. Bah oui, c’est français, si t’avais un p’tit pois dans le crâne, t’aurais compris. Ma mère disait que toute la souffrance, c’était psychologique, que si tu souffrais, c’est que tu voulais souffrir. Et peut-être qu’inconsciemment, je voulais souffrir, pour me faire payer à moi-même ce que je lui avais fait, ce que je m’avais fait. Et même à Town Square, j’avais continué de craindre cet amour, Dans ma tête c’était bien « amour pas valable, le mal, pas bien du tout », et à force de m’efforcer à croire ça, je l’ai cru, et je me trompais bien. Dans une famille, les gens sont faits pour s’aimer, d’un amour fraternel la plupart du temps, mais plus parfois. C’est pour ça que le mot « inceste » existe. Ce n’est pas péjoratif, certaines personnes se sont enfoncé dans le crâne que ces gens dit « incestueux » ne sont pas, normaux, ou même pas intelligents, mais ils se trompent. Le truc qu’ils n’ont pas compris, c’est que les liens du sang ne signifient rien à côté des liens amoureux, de ce que je ressens pour ma sœur. « Non, on ne peut rien contre cet amour, c’est certain » Et je sentais la flamme se rallumer, se raviver et éclaircir quelque chose dans mon ventre… Je soupirai. Ça me faisait tellement de mal, et de bien à la fois, je peux ne pas expliquer… Et puis c’était Val’ quoi… Les mots manquent aux émotions. « Je vis toute seule à l’hôtel, je n’ai pas encore trouvée d’appartement bien pour m’installer. » Et ce qui est bien entre frères et sœurs, ce qu’on n’a pas besoin de tourner autour du pot, on se connait depuis tellement longtemps –toute notre vie d’ailleurs- que tout devient plus facile, plus décontractée. Et c’était elle dans mes bras, ses yeux dans les miens, si proche de moi que je sentais son souffle que je lui ai proposée. « Viens chez moi ? Fin’, c’est l’ancienne maison de papa, l’immense là avec plein de chambres et tout… C’est vide avec que les gardiens et les femmes chambres »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyJeu 8 Nov - 18:30



Pardonne moi je t'en pris... feat Andrew Stenfler

Je savais très bien que notre relation était loin d'être normale aux yeux des autres mais pour moi tout était normale parce que quand deux personnes s'aiment d'un amour indéfinisable c'est normale qu'ils finissent ensemble pour le restant de leurs vies non ? Je n'avais plus peur du regard des gens ou même du quand dira t-on parce que la seule chose qui m'importait désormais était Andrew et personne ne pourra un jour me faire regretter ou même me faire oublier se que je ressens pour lui, les sentiments que j'éprouve pour lui sont celée dans mon coeur et cela ne changera jamais. Il est la personne pour qui je suis prête à mourir si je sais que lui restera en vie parce que je sais qu'il vivra pour moi, si un jour il était atteint d'une maladie du coeur et qu'il devait avoir recours à une transplatation je serai prête à être le donneur quite à perdre ma vie. Je tiens à lui comme à la prunellle de mes yeux, grâce à lui j'étais une autre Valentina celle que personne ne connais à part lui, avec lui j'avais vécu des choses que jamais personne ne m'avait montrer auparavant. Il était mon frère mais aussi le garçon que j'aimais et les gens appelle ça plus communément " l'inceste" je trouve ce mot tout simplement horrible parce que cela veut dire qu'on nous met dans un catégorie de personne alors qu'on est tout à fait normale. Penddant un instant les images de nos souvenirs à deux défilaient, nos premiers baiser, nos premiers " je t'aime", nos premiers calins tout ça me manquait parce que j'avais envie de vivre ça avec personne d'autres que lui, il était le seul que je voulais. Après qu'il soit parti de Los Angeles me laissant seule sans nouvelle ni même à quoi m'acrocher pour le revoir j'étais sortis avec d'autre garçon pour oublier mes sentiments pour lui mais j'avais beau embrasser ces autres garçons jesperais toujours quand réeouvrant les yeux le doux visage d'Andrew serait devant moi mais à chaque fois je revenais à la dure réaliter qui me rappelais qu'Andrew était à dés kilomètres de moi et qu'il m'avait certainement oubliée. Se genre de pensée me faisait toujours souffrir parce que moi je n'étais pas capable de l'oublier, il était en moins pour toujours. Je ne voulais pas me venger non parce que j'étais trop heureuse de le revoir que les rencoeurs avaient totalement disparus, sûrement que j'étais froide sans le vouloir tout simplement parce que j'étais encore sous le choc de le revoir après tant de semaine sans aucune nouvelle, je pense que je lui en voulais de ne m'avoir pas donnée de ses nouvelles pendant longtemps.
Même moi je ne comprenais pas pourquoi j'avais un comportement aussi froid et distant avec lui sachant tout se qui s'était passée entre nous, je plongeais mon regard dans le siens :

- " Je ne veux pas me venger je te le promais, je te ferai jamais ça. "

Je disais ces quelques mots d'une voix douce, en posant ma main sur sa joue en la calinant doucement avec mon pouce.
J'ai toujours proteger mon frère, je m'enervais quand quelqu'un le faisait souffrir tout simplement parce que je ne voulais en rien que mon frère souffre, je voulais toujours le voir sourire, rire et là c'est comme-ci il me disait que j'étais entrain de le faire souffrir. Je ne voulais en rien le faire, je souffrais de mon côté de son absence de toute ses choses qui était venue se mettre entre nous depuis toujours, des fois j'en voulais à la terre entière parce que j'étais pas avec lui mais maintenant que je l'avais retrouvée c'était incertain que plus jamais je ne le laisserais me filer entre les mains encore une fois.

- " Je veux plus te perdre, plus jamais je vivre avec le poid de ton absence.."

Les mots étaient sorti de ma bouche sans que je l'est contrôle comme-ci ma tête prenais le dessus sur moi en parlant à ma place, non non je ne suis pas folle..
A se moment précis la terre pouvait s'arretait de tournée, une météorite pouvait s'abattre sur la terre je ne m'en rendrais même pas compte parce que j'étais contre Andrew , mon regard était dans le siens, nous étions à nouveau proche chose qui m'avait énormément manquée, sentir son souffle contre ma peau m'avait manquée, entendre sa voix, le voir, le touchée m'avaient manquée .
J'écoutais attentivement sa proposition qui me faisait tendrement sourire, j'étais contente de voir qu'entre nous tout allait mieux et je ne regrettais pas d'être parti loin de Los Angeles pour le retrouver :

- " Avec plaisir, ha oui je vois laquelle c'est, tu va voir qu'avec moi tu va la trouver moins vide ! "
A la fin de ma phrase je lachais un léger rire, j'étais entrain de redevenir moi même et je commençais à être moins froide, les traits de mon visage s'eclipsaient petit à petit laissant apparaitre la joie de mes retrouvailles avec la personne la plus importante de ma vie.
code par (c) eylika. photo de we heart it.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyJeu 15 Nov - 23:39

Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Tumblr_mc974nQpmP1r6b5um


« Je ne veux pas me venger, je te le promets. Je te ferais jamais ça. » Je ne suis plus moi-même, les émotions se dirigent dans tous les sens, mon cœur… Je sais même plus s’il existe encore. Je meurs, et je renais. Je ne suis même plus moi-même, et j’ai envie de vivre, de vivre pour elle… Et de chanter, pour ma sœur. Rentrer dans ma bulle, quelques secondes, quelques minutes, ne plus penser à rien, a part à sa main, sur ma joue. Je l’ai retrouvé, non seulement j’ai retrouvé ma sœur, mais j’ai retrouvé la Val’ en moi, et elle se ravivait de plus en plus éclairée par la lumière de mon cœur. En ce moment là, les secondes de la même horloge me paraissait aller trop vite, ne pas me laisser le temps de même penser, réfléchir, profiter. Et je ne veux plus me séparer de la Val’ en moi, qui avait finit par s’éteindre avec le temps et à perdre ses couleurs. Je voulais qu’elle se rallume, elle se rallumait même, c’était tout ce que je voulais. En ce moment, je suis l’homme le plus comblé de la terre, plus que celui qui vient de gagner au loto, puisque celui à qui on offre une voiture, puisque celui qui vient de se tirer d’une opération chirurgicale, je suis l’homme le plus comblé au monde, et l’ultime souhait, ultime rêve, c’est que cela dure jusqu’à ma mort. Et puis je sentais son souffle, ce souffle si calme et hyperactif à la fois, ce souffle qui m’avait tant manqué, le souffle qui avait soufflé ma poitrine depuis ma plus tendre enfance, et avec qui je m’étais volontairement séparé. Je regrette, je regrette tout ce que j’ai pus faire dans le passé, je regrette... Je regrette tout, sauf d’avoir décidé d’être avec ma sœur, pour toujours. Son souffle, sur mon torse, me perturbe, sa main sur ma joue me perturbe, moi adossé au mur, me perturbe… Tout, tout me perturbe, au point que je ne sache plus quoi faire et que mes palpitations cardiaques triples leur rythme. Je ne sais même pas quoi dire, je ne dis rien, les mots manquent encore aux émotions. « Je ne veux plus te perdre. Plus jamais je ne veux vivre avec le poids de ton… » C’était peut-être ça la goutte d’eau qui fit déborder le vase, parce que c’est pile à ce moment là que je joignis mes lèvres aux siennes, comme pour l’empêcher de terminer sa phrase. Et les secondes me parurent trop longues et trop courtes à la fois, c’était comme ci le monde, la terre, le soleil, Jupiter, Mars et tous les autres, tournaient autour de nous. Mon cœur essayait en vain de battre normalement, je me torturais l’esprit pour retrouver mon état normal. Je vous ai parlé de l’effet Valentina ? Et bien c’est cet effet là… C’est horriblement exceptionnel. On a l’impression que quelqu’un attrape ton cœur et qu’il le presse comme une serpillière, pour le débarrasser de toutes ses saletés. Mes mains, toujours dans son dos pressait inconsciemment son haut et la serrait contre moi, comme pour l’attacher comme on attache une bouée de secours, pour ne plus jamais la perdre. Enfin, je respirais… « Crystal… Je t’aime. » C’était plus facile que ce que je m’imaginais, le mal y était déjà passé, c’était un grand soulagement, je retrouvais mes moyens. Mais en fait, c’était un peu bizarre quand même. J’avais l’impression que je ne dirigeais plus mes mots, qu’ils sortaient seuls comme pousser par une force surhumaine, que mon cerveau n’avait plus le dessus… Oui, tout va bien chez moi. Je suis totalement conscient quand je dis ça, je sais ce que je dis, mais ce n’est pas moi qui ai dit à ma bouche de le dire… Je ne sais pas comment expliquer ça, c’est bizarre. « Avec plaisir. Ah oui, je vois laquelle c’est ! Tu vas voir qu’avec moi, tu vas la trouver moins vide. » Nous étions dans un supermarché, donc je retins le fou rire qui me transperça, tant bien que de mal. Ma sœur redevenait elle, et c’était avec une grande satisfaction que je me rendais compte de ça. En plus elle avait raison. Je connais pas plus bruyante que cette fille, elle saute partout, elle se réveille super tôt et réveille tout le monde en même temps, elle n’aime pas dormir seule, elle ne peut pas dormir sans prendre un biscuit, ou même une tasse de thé, elle rie tout le temps, d’un rire aussi franc que sonore que l’écho de la maison n’hésiterais pas de ramener. Je pourrais faire un beaucoup plus long monologue sur ses habitudes que je m’étais totalement approprier, mais non… J’ai vraiment pas le temps, la prochaine fois, peut-être. « Je la trouverais sûrement beaucoup trop pleine même ! » Et pour la première fois de cette journée, je souriais. « Je crève la dalle. Val’ ! J’ai faim… »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyMar 20 Nov - 17:44



Pardonne moi je t'en pris... feat Andrew Stenfler

Je ne voulais en rien me venger de son absence ou quoi que ce soit d'autre, pour faire plus court même après qu'Andrew met laissé seule je ne lui en avait jamais voulu bien au contraire mes sentiments à son égard étaient encore plus fort qu'avant, c'est pour cela que je suis venu ici pour le retrouver parce que plus les jours loin de lui passaient plus je me sentais mal dans le sens où je ne le voyais plus lui, le seul qui était important pour moi, celui qui était devenue mon oxygène et sans lui j'étouffais à Los Angeles. Les parents n'avaient pas été trop d'accord que je parte pour rejoindre Andrew d’ailleurs je ne comprenais pas pourquoi parce qu'à leurs yeux Andrew et moi nous étions que de simple frère et sœur qui s'entendent parfaitement bien, mais ils ne savaient pas tout le reste, tout se qu'on faisait en leur absence et je dois dire que s'ils savaient toute la vérité je pense réellement qu'ils nous interdiraient de nous voir mais c'était impossible de me privée de mon frère, qu'ils essaient de le faire et il comprendront vite de quoi je suis capable pour Andrew. Je continuais de caresser tendrement sa joue avec mon pouce, je recommençais à avoir les mêmes sensations qu'à Los Angeles, de le sentir prêt de moi ravivait doucement les choses que je cachais depuis dés mois maintenant, ici personne n'est au courant que je suis sa sœur ce qui est plutôt un avantage il faut reconnaître. Je ne veux plus être séparé d'Andrew, je veux plus sentir son absence comme un poids dans mon cœur, je ne veux plus de la souffrance que j'ai eu pendant les mois où j'étais loin de lui, je veux oublier les mois qui m'ont séparés de lui pour recommencer doucement où nous nous en étions arreté. Je suis enfin heureuse et comblé de bonheur parce que je suis en présence de la lumière qui redonne vit à ma vie depuis toujours, mon rayon de soleil, mon moment de bonheur, pendant son absence il m'arrivait très souvent d'avoir des flash-back de nos moments passée ensemble pas que du pervert hein xD mais bien évidement les moments qu'on passait en secret dans les bras l'un de l'autre, j'aimais nos moments secret parce que tout simplement personne ne savait rien et bien sûr ne se doutait de rien ce qui était plutôt cool sauf la jalousie que j'avais depuis toujours. Je suis une très grande jalouse c'est pas ma faute j'ai toujours été comme ça et malheureusement cela ne changera jamais, je m’énervais toujours quand je voyais une fille s’approchait de trop prêt de MON Andrew, les gens ne comprenaient pas toujours pourquoi j'étais autant jalouse à l'égard de mon frère mais en même temps mon frère avait un tel charme que la plus part des filles craquaient très facilement pour lui, je mis ferais un jour mais pas tout de suite c'est certain. J'étais entrain de lui avouer que je ne voulais plus être séparés de lui, il ne me laissait pas le temps de finir ma phrase et posa délicatement ses lèvres sur les miennes, un frisson parcourra mon corp en quelques secondes, plus rien ne comptait à part lui, je prolongeais tendrement le baisée tout en passant mes bras autour de son cou pour être collé à lui. Être proche de lui m'avait manqué terriblement, c'était horrible comme ses moments là m'avaient manqués. Mon cœur battait très vite et je dois avouer que si à se moment là un docteur prenait la mesure de mon poux il hallucinerait beaucoup, c'est l'effet Andrew ça. « Crystal je t'aime. » Je le regardais dans les yeux, je sais que ce n'est que trois petits mots mais avaient tellement d'importance pour moi que je sourais doucement, j'étais heureuse de l'entendre dire qu'il m'aimait encore :

« Je t'aime aussi Andrew ! »
Dis-je en passant doucement une mains dans ses cheveux.

Sa fait toujours du bien d'entendre les sentiments de la personne qu'on aime soit réciproque, je n'avais jamais dis un seul « je t'aime » en le passant vraiment à personne mais avec Andrew ça avait toujours était la vérité chaque « je t'aime » qui étaient sortis de ma bouche je l'est avait toujours pensée et cela ne changera jamais. Maintenant que j'étais à ses côtés je ne voulais plus jamais que mon chemin se séparer du sien. C'est vrai que j'étais de nature très bruyante à la maison et cela n'avait jamais changé mais au moins la maison était vivante grâce à moi et mon rire mais aussi à mes crises de nerfs .

« Je pense aussi mais en même temps j'ai toujours étais comme ça donc tu es habitué depuis toujours ! » Dis-je avec un léger rire.

Il souriait enfin, j'aimais beaucoup son sourire et il me faisait toujours craquer quand il le faisait c'est d’ailleurs comme ça qu'il arrivait à toujours avoir ce qu'il voulait avec moi, sa remarque me faisait énormément rire :
« Tu as toujours faim ce n'est pas quelque chose qui a changé apparament ! Allez je t'invite au restaurant au moins tu me racontera tous se qu'il sait passée après que tu sois parti de L.A. » Dis-je en souriant tendrement.

Je voulais vraiment savoir tout se qui c'était passée dans sa vie depuis son départ de la maison familial.


code par (c) eylika. photo de we heart it.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] EmptyVen 18 Jan - 23:43

Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Tumblr_mc974nQpmP1r6b5um


Les choses allaient bien sûr innocemment changé, tout allait redevenir pareil, ça à l’air d’un compte de fée débile mais non. Tout ne pouvais pas être aussi facile en un claquement de doigts, mais oh ? On n’est pas encore au paradis, non, c’est compliqué, c’est difficile. Je ne crois pas que le premier jour, dans un supermarché comme ça, par hasard, par ACCIDENT même, tout redevienne comme avant. Ouais, c’est beau de rêvé, mais là on est dans la vrai vie quoi… Et on ne s’en rend même pas compte. Oui, ceymoikidissa, moi le jeune homme qui vie dans son rêve… Mais non, en fait, je m’en fou de l’avis des gens, mais pas de celui de mes fans… C’est différent, et puis c’est ma sœur, ce n’est pas un truc normal quoi ! Il paraît que c’est puni par la loi… Hum. « Je t’aime aussi Andrew ! » Mais vous ne pouvez pas savoir à quel point cette simple phrase me bouleversais, je ne savais plus… Je ne pouvais plus savoir. Le fait que je lui dise moi, à elle était aussi normal que de lui dire bonjour chaque matin, j’aime ma sœur, c’est sûr, mais le fait qu’elle me le dise à moi… De cette manière là en plus, s’en est trop. Trop pour ma petite conscience, trop pour me petit cœur… Juste TROP quoi. Non, tout ne se répare pas comme ça, j’me laisse encore faire trop facilement, il fallait juste qu’elle apparaisse ou QUOI ? Ouais, je n’ai jamais été possessif à son égard… J’entends par là que possessif est un bien petit mot. Je ne supportais pas qu’on l’approche de trop près ou de trop loin. Les sales mecs avec qui elle était sortie, au lycée, ils étaient beaux de loin, mais plus proche, ils étaient loin d’être beaux. Pas plus que moi – quoi, j’ai le droit de me lancer des fleurs…

Non… Pas du tout, je suis loin d’être bouleversé, il faut que je me ressaisisse, c’est elle que j’aime, le reste on s’en fou… Pas vrai ? Mes parents ? Ils n’ont pas à l’apprendre. C’est sûr, je ne vais pas me marier avec elle, personne ne va savoir, personne… Personne ne doit savoir, oui. Je m’embrouille là, pourquoi je m’inquiète ? Ils sont à L.A et puis, laissons le temps passer, je suis sûr qu’il y aura une solution, certain. Je sentais sa main dans mes cheveux, une nouvelle fois depuis si longtemps… Elle m’avait manqué, manqué comme un cerveau manque à un malade mental, manqué comme un fou… Tellement manqué, que je voulais d’elle dans mes bras pour toujours, toujours oui… Vraiment toujours, jusqu’à la fin du monde même. C’EST BON JE VAIS BIEN. J’éclatai bruyamment de rire dans le supermarché quand j’entendis le début de sa phrase : « Tu as toujours faim… » OMG. Personne ne me connaissez mieux que Val’, mieux que MA Val’. Mais non… Je ne voulais pas aller au resto’ ou quoique ce soit, je voulais rester avec elle contre moi, toujours sentir sa main dans mes cheveux, je voulais comme un obsédé elle, plus prêt de moi. Comme un obsédé ? NOOOOON. Je SUIS obsédé, c’est dit, c’est clair, ça va ? Mais ça se comprend, elle m’a beaucoup trop manqué, j’ai commis la plus grosse gaffe de ma vie, mais je ne regrette, je suis célèbre, j’ai retrouvé Val’, il ne me manque plus rien. Mes parents ? M’en fou d’eux, ils ne feront qu’aggravé mon cas, qu’ils restent dans leur piaule, qu’ils y meurent et tout, j’m’en fou… Pour le moment, il n’y a qu’elle et moi, il n’y a que nous. Brusquement, les rôles s’inversent, ce n’est plus elle contre moi, moi contre le mur, mais moi contre elle, ma main contre le mur, beaucoup trop proche d’elle pour un supermarché et je la regarde avec l’air de « pas maintenant » qu’elle connait très bien. J’attrape ses hanches et la fais décoller légèrement du sol pour chuchoter doucement à son oreille. « Tu crois vraiment que j’ai besoin d’aller au resto ? » Le sous-entendu, elle l’a bien compris, elle sait et je sais qu’elle sait. Je me détache doucement d’elle. « Laisse tomber les courses, rentrons, j’ai des conserves à la maison. On rentre à l’hôtel où tu loge et on prend tes affaires » Tout va vite avec moi, déménagement immédiat, savoir qu’elle est là et pas avec moi, ça me stresse, faut me comprendre. Et puis je veux vite sortir d’ici, le magasin allait sûrement vite se remplir, croyez moi, les journalistes le matin, c’est rageant. Je la fais descendre doucement en pressant légèrement avant d’abandonner mon chariot et l’inviter vers la sortie. « T’es en voiture ou ?? » Et on commence à marché sur le parking. « Moi aussi je t’aime Andrew » Je l’imite d’une voix de Teletubies asphyxié. Bah ouais, à part tout ça on est frère et sœur, c’est normal qu’on s’embête.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty
MessageSujet: Re: Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]   Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pardonne moi je t'en pris... [ft Andrew]
» Pris sur le fait [PV Ish , Sai]
» Quand on est pris au dépourvu ♨ Di Lan ♥
» (F/PRIS) KATERINA GRAHAM
» Manga | Personnages pris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps abandonnés-