NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff → les habitués du café
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Lun 21 Jan - 15:27





Celio Week
(du 21/01 au 27/01)

Règles

Un personnage, sept jours dans la semaine, sept mises en situation dans Town Square. Voici le principe des challenge weeks. Chaque jour de la semaine, un membre recevra une mise en situation qu'il devrait développer en un minimum de 500 mots. Dès qu'il aura répondu à une situation, Morning Coffee lui enverra la prochaine. Le tout, pendant sept jours, du lundi au dimanche. Si le membre a réussi son challenge, il gagne un prix.

Programme

Lundi ▪ Exceptionnellement, Siloë-Jules accueille Pouet le chien pour la première fois dans son appartement. Il décide de pisser partout.
Mardi ▪ La douche de Siloë-Jules décide de rendre l’âme. Inondation partout dans l’appartement.
Mercredi ▪ Toujours en déplacement, Devon demande à Siloë-Jules d’aller arroser ses plantes. Elle trouve des choses… étranges en fouillant un peu dans sa maison.
Jeudi ▪ Siloë-Jules est persuadée que l’un de ses nouveaux clients est un vampire. Elle en discute avec un inconnu dans un café.
Vendredi ▪ Les voisins de Siloë-Jules s'envoient en l'air bruyamment de l'autre côté du mur de sa chambre. Elle va toquer à leur porte pour leur dire de se calmer.
Samedi ▪ Pour une raison quelconque, Siloë-Jules se retrouve coincée et cachée dans le dressing de Devon tandis que celui-ci débarque dans sa chambre en charmante compagnie masculine. Va-t-elle intervenir ou mater ?
Dimanche ▪ Siloë-Jules décide de faire une blague à Devon pour se venger de l’avoir abandonner pendant des jours avec Pouet. Elle annonce qu’elle est enceinte de lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Lun 21 Jan - 20:44





Pouet


« Je vais juste à New-York deux/trois jours, en attendant tu peux me garder Pouet ? » « Euh… » « T’es un amour ma Celio, merci ! » Et en moins de deux secondes il avait du disparu du palier laissant sa petite boule de poil à mes pieds. Heureusement que je l’aime ce Devon, sinon je sais pas ce que je lui ferais. J’avais eu la merveilleuse idée de lui acheter un chiot pour Noël, mais à l’époque j’avais quelque peu oublié que Devon était du genre à beaucoup voyager en particulier entre NY et Town Square et ce pour son travail. Je n’avais également pas pensé au fait qu’il me confierait son chien lorsqu’il serait absent. J’avais même pas eu le temps de me plaindre, même pas eu le temps de dire non. Il m’énerve des fois quand même. Enfin. Je n’ai pas le temps de m’attarder là-dessus puisque mon regard finis par croiser celui du fameux Pouet. Il n’a que quelques mois et ressemble encore à une peluche. Il me fait ses yeux de chien battu et je dois avouer que je craque tout de suite. Je m’éloigne de la porte et l’appelle pour qu’il rentre dans l’appartement. Curieux de découvrir son nouvel intérieur, il s’élance dans le salon avant de s’emmêler les pattes dans le tapis et de tomber. Je ne peux m’empêcher de rire, mais celui-ci lâche un sanglot si plaintif que je me sens presque coupable. Je me baisse à sa hauteur et passe une main sur sa petite tête. « Bon écoute moi bien, tu reste sage, je vais prendre une douche et après on sortira tout les deux. Okay ? » Il me lèche quelque peu les doigts et retourne à son exploration du salon. Je suis pas très rassurée à l’idée de le laisser tout seul, mais j’ai vraiment besoin de prendre une bonne douche. Je jette un dernier coup d’œil à la boule de poil et m’enferme dans la salle de bain.

Un quart d’heure plus tard, habillée et fraîchement lavée, je retourne dans mon salon. Salon qui n’en ai plus un. Un bibelot de la table basse est fracassé par terre et monsieur Pouet est tranquillement en train de pisser sur mon canapé. « POUET ! » hurlais-je d’un seul coup, ce qui lui fit peur. Les oreilles rabaissées sur la tête, il ce recule quelque peu tandis que je me rapproche dessus. Je vais le tuer. Non très sincèrement, il a beau être super mignon, je crois que je vais l’achever sur place. Il a pissé sur mon canapé. Mon canapé tout neuf. Je vais l’étrangler. Je le cherche rapidement du regard et le trouve en train de refaire sa petite affaire sur le pied de la table de la cuisine. « Mais c’est Devon qui t’as appris à pisser partout ou quoi ? » dis-je tout en fondant sur lui. Cette fois, je ne lui laisse plus le choix et l’attrape par la peau du cou. Je le lève à ma hauteur tandis qu’il ce recroqueville et ce met à pleurer. « Ah non fait pas ta tête de chien battu hein, t’es mignon et tout, mais on pisse pas de partout. Pas ici. Je vais t’éduquer moi ! » Et sans lui laisser le choix je l’enferme sur le balcon pour aller nettoyer ses conneries. Oui parce que je trouve une autre flaque jaune dans la cuisine. S’il était pas si mignon, il aurait déjà fini en fourrure. Ca m’apprendra à offrir des animaux à mon meilleur ami. Il s’en occupe pas et moi je ramasse les conneries. Il va me le payer cher le petit Devon.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Mar 22 Jan - 22:58





Houston we got a problem !


Il est un peu plus de trois heures du matin et je viens de renvoyer chez lui le bel apollon qui m’avait tenu compagnie toute la soirée. Je l’avais rencontré dans un bar et l’avais ramené chez moi sans vraiment faire de plus ample connaissance. Depuis que je ne suis plus avec Ethanaël, mais mauvaises habitudes sont revenus au galop. C’est le troisième mec différent en une semaine et je m’en fiche totalement. Je profite d’eux et les renvoient. La seule règle est qu’ils ne doivent jamais dormir ici. Je ne supporte pas de me réveiller avec un inconnu à mes côtés. Bref. Ce dernier parti, je décide d’aller prendre une douche avant de retourner m’envelopper dans ma couette pour regarder deux/trois trucs débiles à la télé avant de m’endormir. Le programme parfait. C’est en chantonnant que j’entre dans la salle de bain. Comme toujours je mets en marche la petite radio qui ce trouve sur l’étagère. Les vieilles enceintes crachent le dernier tube de FUN. Je suis parée pour prendre une bonne douche brûlante. Afin. Tout cela c’était avant que je ne remarque l’immense flaque d’eau qui inonde la pièce. Roh mais c’est quoi ce bordel. Quelqu’un a voulu rejouer au Titanic sans me prévenir ? Il ne me faut que quelques secondes pour repérer d’où viens la fuite. Le tuyau entre la douche et l’évacuation d’eau a un boulon desserré. Ou quelque chose dans le genre. Je sais pas ce que c’est ma sa fuit en tout cas. En courant je me dirige vers le salon pour arrêter l’eau. J’en profite pour récupérer quelques outils qu’Ethanaël avait laissés là, une fois où il avait réparé l’évier de la cuisine. Le temps que je revienne à la salle de bain, le petit Pouet qui était toujours en visite chez moi était en train de regarder la flaque d’eau devant lui avec un air étrange. J’attrape une serviette et éponge la flaque avant de m’asseoir à côté du petit chien pour voir ce tuyau de plus près. « Comment on va faire ? » lui demandais-je alors qu’il posais sa patte sur ma cuisse. Au final, il est pas si chiant que ça. Enfin, là n’est pas mon problème pour l’instant. J’attrape une clé et commence à tenter quelque chose sur ce fichu tuyau. Ce n’est qu’un boulon défaillant après tout. Je devrais bien pourvoir y arriver, non ? Je ne suis pas plus bête que la moyenne. Pouet semble assez sceptique pourtant je tente de resserrer ce boulon. Après dix bonnes minutes, je me relève et rallume l’eau. Heureusement que la petite boule de poil m’avait suivi dans le salon, parce que le tuyau explosa littéralement sous la pression. Mettant encore plus d’eau partout dans la salle de bain. J’avais dû trop serrer ou je sais pas quoi, mais maintenant la pièce ressemble a une véritable piscine et Pouet chouine à l’entrée. Comme si j’avais pas compris que je venais de faire une grosse connerie. « Hé merde ! » Qui a trois heure du matin pourrait venir me dépanner, hein ? Personne malheureusement. Alors il ne me reste plus qu’à couper l’arrivée d’eau et à éponger de nouveau avec un chiot qui fait trempette par dessus le marché. Je porte la poisse c’est pas vrai…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Mer 23 Jan - 21:47





Let's talk about sex baby...


A croire que Devon me prends réellement pour sa femme ces derniers temps. Monsieur à décider de rallonger son séjour à New-York de quelques jours et m’as gentiment appelé pour me demander d’une de continuer à garder Pouet – son chiot – et de deux pour aller arroser ses plantes. Non mais arrose ses plantes, comme si je n’avais que ça à faire franchement. Mais à croire que je suis incapable de refuser quoique ce soit puisque je suis actuellement en train de faire jouer ma paire de clé dans la serrure de sa maison. L’endroit est étrangement calme, cela en est presque perturbant. Comme par habitude, je cherche Devon du regard avant de me souvenir que je suis ici pour ces plantes. Je me mets à la tâche tout de suite, histoire de ne pas oublier. Parce que j’ai bien l’intention de rester ici le reste de l’après-midi. Une aussi grande maison inhabitée c’est presque du gâchis tout de même. Armé de mon arrosoir, je donne donc de l’eau aux plantes du bas puis je grimpe à l’étage. De là, je me dirige de suite vers ma chambre. Car oui j’ai ma chambre chez Devon. C’est mon cadeau de Noël et je dois dire que c’est le plus beau cadeau qu’il pouvait me faire. Parce que c’est pas juste une pièce dans laquelle il c’est contenter de mettre un lit. Non il a vraiment fait cela à la perfection. Les murs sont peints d’une couleur pâle, un immense lit trône au milieu, sur le côté on peut trouver un dressing et en face un bureau assez grand pour accueillir tout mon bordel. Depuis Noël, je n’ai pas eu le temps de tester mon lit. C’est donc non sans ménagement que je me jette littéralement sur ce dernier. Confortable est le seul mot qui me viens à l’esprit. Je reste un instant à rêvasser, mais me relève rapidement, Devon a dû couper le chauffage parce qu’il fait tout de même très froid ici. Avec l’idée de rester ici pour au moins regarder un film dans le lit de mon meilleur ami, je décide de me rendre dans sa chambre pour lui piquer un pull. Déterminée je pénètre dans l’antre de Devon. L’endroit est impeccablement ranger comme tout le reste de la maison d’ailleurs. Comme dans la pièce précédente, je me jette sur le lit avec envie. Encore plus confortable. Je finis par me relever et ouvre la porte de l’immense dressing. Je jette de suite mon dévolu sur le pull de Noël, ambiance Marc Darcy, de Devon. Pauvre pull qui a été reléguer tout en bas d’une étagère, seul. En l’attrapant, je me dis que le beau brun allait devoir batailler sec pour récupère son bien. Certes il est loin d’être magnifique, mais il est incroyablement confortable. Mais alors que j’allais refermer la porte, mon regard ce pose sur un truc coloré au fond du dressing. Afin de mieux voir je m’accroupi au niveau de l’étagère et tombe sur… Sur un autel du sexe. « NOOOOOON ! » hurlais-je alors. Bon d’accord, je suis toute seule, mais là c’est plus fort que tout. Devant moi s’étale une magnifique collection de sex toys et autre lubrifiants en tout genre. Je sais que Devon est du genre décomplexé tout comme moi, mais je pensais pas qu’il possédait tout cet attirail. Intriguée, je me mets à fouiller dans sa collection personnelle, carrément assise dans le dressing. Certains de ces jouets me laissent quelque peu perplexe. Je me demande à quoi ils peuvent bien servir. En fait non, je veux pas savoir. Je sais déjà beaucoup trop de chose sur la vie sexuelle de mon meilleur ami, mais ce que j’ai en face de moi me donne envie de passer dans son lit et pas juste en tant qu’amie. En plus, il a même un truc de massage au chocolat. Moi je veux essayer ça sur lui. Mon regard fait un aller-retour entre ses jouets et son lit. Je me demande bien avec qui il peu ce servir de tout ça. Sûrement avec l’autre abrutit de New-Yorkais. Enfin. Après un long moment d’observation je finis par attraper mon portable et compose son numéro. Messagerie. « Devon Sage Griffinth, je viens de tomber sur ta petite collection coquine et je vais te dire un truc. Quand tu reviens je te bourre la gueule et on fera mumuse tout les deux. A bientôt ! » En raccrochant, je ne peux m’empêcher de lui piquer un tube de lubrifiant. Il en a tellement qu’il ne le verra pas après tout. Comme ça, moi aussi je vais pouvoir m’amuser.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Jeu 24 Jan - 22:31





I know a vampire !


Emmitouflée dans mon manteau, mon écharpe remonté jusque mon nez, les mains enfoncées dans mes poches et mon appareil photo autour du cou, je me décide à aller prendre un café après une séance photo quelque peu particulière. Un homme était venu me démarcher au magasin, il voulait des photos de lui pour faire je ne sais quoi et je le trouvais bizarre. Quel idée aussi de faire des photos à moitié dans le noir. Et puis je sais pas, il avait quelque chose de bizarre dans son regard. Quelque chose qui ne me plaît pas. Enfin. J’essaye de penser à autre chose tout en pénétrant dans le Morning Coffee. L’endroit est plutôt désert à cette heure de la journée. Je me dirige de suite vers le comptoir et commande un cappuccino tout en souriant au propriétaire. Si j’ai bien tout compris, il vient de reprendre l’affaire de ses parents et il faut avouer qu’il est plutôt sexy comme garçon. Voir même très sexy. Je le mettrais bien dans mon lit celui-là quand même. Roh Celio, ça va pas de penser à ça maintenant ! Il me donne rapidement ma commande et je prends place en face de lui, assise sur l’un des nombreux tabourets. Il continue son travail tout en me jetant quelques coups d’œil de temps en temps. Il finit par ce rapproché de moi et je me dis que je pourrais lui demander son avis sur mon client. Je décroche mon appareil photo, l’allume et affiche sur l’écran le dernier cliché que j’ai réalisé. « Excuse moi, je pourrais te demander ton avis sur ce cliché ? Enfin sur le type surtout. » Au premier abord, il me regarde intriguer puis il finit tout de même par jeter un coup d’œil sur la photo avant d’exploser de rire. « On voit presque rien là-dessus. » me dit-il et tout en buvant une gorgée de mon café je hoche la tête. Ah bah voilà il est d’accord avec moi. « On est bien d’accord. Je veux dire c’est mon métier, je sais ce que je fais, mais ce type. Il était vraiment super bizarre. La peau blanche, les yeux tirés, je crois que je l’ai jamais vu à la lumière du jour et il apparaît à peine sur les photos. C’est comme… S’il était un vampire. » lâchais-je alors poussant ma réflexion jusqu’au bout. Bon d’accord c’est totalement débile. « Manquerais plus qu’il brille au soleil. » ajoutais-je en riant quelque peu. Je crois que j’ai vraiment abusé de Twilight c’est dernier temps. Pour ma défense, il fait froid, les journées sont courtes et j’avais vraiment plus rien à regarder. Le pire c’est que c’est que ça peut vite devenir passionnant ce genre de truc. « Non mais quand on y réfléchit, il ce déplace vite, il est intelligent, beau comme un dieu. Ca pourrait être vrai. » Je vois bien que le jeune Sébastian ne me suit pas du tout, mais au final j’arrive à me convaincre moi même et je me fais flipper. Aussi débile que cela puisse paraître. « Han j’ai croisé un vrai vampire. » lâchais-je alors subitement, réellement fière de ma connerie. Jusqu’au bout. Je vois bien que mon interlocuteur est plus que surpris, mais moi je trouve cela totalement cohérent. Voir même presque trop cohérent. Faut que j’en parle à Maël, je suis sûr que lui il me croira. Faut que j’appelle Devon aussi ! Je viens de faire une découverte magnifique. Faut que je revoie mon client. Vérifier un peu ce que j’avance. Prise dans mon délire j’entends à peine ce que me dit le serveur : « Mais oui ma jolie et moi je suis un loup-garou ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Ven 25 Jan - 22:09





Fuck me, I'm Famous


Une heure. Cela fait une heure que mes voisins s’envoie gentiment en l’air. Je n’ai rien, mais alors absolument rien contre ce genre d’occupation, bien au contraire. Mais cela me dérange lorsque j’ai l’impression d’être dans la même pièce qu’eux. Entre la tête du lit qui tape contre le mur et les gémissent peu discret de la demoiselle, j’ai l’impression qu’ils sont en train de faire leurs petites affaires à côté de moi. Alors je veux bien être sympa, une petite demi-heure, pour que monsieur tire son coup, mais là il faudrait pas abuser non plus. J’ai conscience que moi aussi, je peux faire un peu de bruit des fois. Mais là ça commence à devenir sérieusement frustrant. J’ai beau enfoncer mon oreiller sur ma tête, m’enfouir sous ma couette, je les entends toujours. Et ils s’arrêtent pas en plus. Enfin si. Il s ce sont arrêter dix minutes pour reprendre de plus belle après. J’ai soudainement envie d’appeler un de mes camarades de jeu ou tout simplement Devon pour lui demander de rappliquer au plus vite afin de m’aider à faire plus de bruit que ces deux idiots. Quitte à s’envoyer en l’air autant en faire un concert. Comme ça tout l’immeuble sera au courant et chacun pourra prendre son pied comme ça. Alors que je me remets à râler toute seule dans mon lit, mes chers voisins s’arrêtent enfin. Je soupire un bon coup et en moins de quelques minutes je m’endors.

Je ne sais pas quelle heure il est, mais je me réveil en sursaut alors que j’entends de nouveau des bruits dans ma chambre. Il me faut quelques secondes pour comprendre ce qui se passe. « Mais c’est des chauds lapins bordel ! » hurlais-je tout en laissant ma main s’aplatir contre le mur à plusieurs reprises. Mais cela ne leur fait ni chaud ni froid. Ils continuent leurs petites affaires et je me sens sur le point d’exploser. Uniquement vêtue de mon pyjama – comprenez un tee-shirt qu’Ethanaël avait laissé ici et un boxer – je sors en trombe de mon appartement et vais tambouriner sur la porte des voisins. Je frappe plusieurs fois, balance même mon pied dans la porte et finis par m’exciter sur la sonnette. Le mec finis par venir ouvrir la porte simplement vêtu d’un boxer. Comme ça au moins on s’accorde. Il me jette un regard méprisant tandis que sa poule vient voir ce qui se passe dans le couloir. « Tu fais ce que tu veux mon vieux, tu la bâillonne, tu l’étouffe, j’en ai rien à faire, mais je veux plus vous entendre prendre votre pied okay ? » hurlais-je tandis que l’homme en face de moi vire au rouge. Bah oui tu fais un bruit de malade tu va quand même pas croire que personne ne t’as entendu pensais-je. Je le fusille du regard tandis qu’il balbutie je ne sais quoi. « Et puis c’est super frustrant, merde ! » lâchais-je avant de retourner dans mon appartement et de claquer la porte derrière moi. Non mais ! Plus énerver que jamais je retourne dans mon lit et attrape mon téléphone. Rapidement je tape : « Une partie de jambe en l’air super bruyante ça t’intéresse ? » Et j’envoi le tout à Devon. Bien entendu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Dim 27 Jan - 18:14





Have fun guys !


Pensant Devon encore absent ou tout du moins au boulot pour la journée, je décide de me rendre chez lui afin de lui rendre son pull et surtout dans l’optique de lui piquer quelques DVDs afin d’occuper mes nouvelles soirées de célibataire. Enfin. Le jour commence déjà à décliner lorsque j’arrive chez lui, sûre de moi, je pense qu’il ne va pas rentrer tout de suite. Les écouteurs de mon iPod visé sur les oreilles – je ne supporte pas le silence – je monte tranquillement au premier étage. Je fais tout d’abord un petit passage dans ma nouvelle chambre histoire d’y déposer quelques affaires. J’avais prévu un sac de secours au cas où je décide de passer la nuit ici un de ces jours et ceux sans l’avoir prévu auparavant. Quelques fringues, une brosse à dent, un peu de maquillage. Enfin les trucs de bases quoi. Comme la dernière fois, je ne peux m’empêcher de sauter sur mon lit, juste pour en profiter quelque peu. Ma chanson préférer passe alors dans mes oreilles et c’est en chantonnant que je me dirige vers la chambre de mon meilleur ami et plus précisément vers son dressing. Etant une pièce à part entière, j’entre littéralement dedans et repli correctement le pull que je lui avais emprunté la dernière fois. A cause de ma musique, je n’ai pas entendu la porte d’entrée claque, ni les bruits de pas qui ce dirigent vers la chambre. La porte à moitié ouverte, je me retourne pour en sortir lorsque j’aperçois la silhouette de Devon et… D’un autre homme. Je rabats la porte vers moi ne laissant qu’un léger espace entrouvert. Je pris pour que Devon ne fasse que visiter sa chambre à l’homme qui l’accompagne, mais malheureusement ce n’est pas le cas. En plus de lui faire visiter sa chambre, il lui fait également visiter sa bouche. Mon dieu c’est pas vrai… Je vais voir mon meilleur ami en pleine action avec homme. Non, non c’est pas possible. Je tiens à mon innocence. En légère panique, j’attrape mon portable dans la poche de mon jean et compose le numéro de Devon. Je ne sais pas pourquoi. Pour faire diversion, pour sortir de là. Je sais pas. C’est juste le premier truc qui me passe par la tête. Son téléphone sonne dans la pièce d’à côté. Je le vois attraper son mobile, regarder le nom qui s’affiche et me raccrocher au nez. Connard. Je compte moins que sa conquête du jour maintenant. Ce fichant totalement de mon coup de fil, je le vois littéralement ce jeter sur le jeune homme qui avais pris place sur son lit. Bah dit dont… J’aimerais bien être à sa place moi. Non mais ça va pas de penser ça Celio. Il faut que je sorte de là. Oui vraiment. Parce que je ne pense pas être capable de supporter les ébats de mon meilleur ami tout en étant caché dans son dressing. Réfléchis Siloë. Réfléchis ! Rien ne me vient en tête et lorsque je vois la conquête plonger ses mains dans le boxer de Devon, je bondis hors du dressing. On repassera pour la discrétion. « Vous m’avez pas vu. » dis-je tout en posant une main sur mon visage. J’écarte néanmoins mes doigts pour y voir quelque chose et rapidement mon regard croise celui de Devon qui semble… Et bien furieux. « Je… J’étais juste là pour… » J’allais me justifier mais mon attention ce reposa sur la conquête de mon ami. Etrangement ce visage me dit quelque chose. Curieuse j’enlève la main de mon visage et scrute le bel apollon. « Hé mais je te connais toi. On a pas déjà couché ensemble ? » Ah si les regards pouvaient tuer… Pourtant aucun deux ne bougent. Le mec a toujours ses plantés je ne sais où et Devon ce contente de me fixer d’un regard noir. Je lui offre mon plus beau sourire tout en prenant conscience qu’il faudrait que je m’en aille et vite. Malgré tout, je ne peux m’empêcher de retourner dans le dressing pour attraper un lubrifiant et quelques capotes dans la cachette de mon ami. Je leurs tends toujours avec le sourire. « Faut ce protéger mes petits. » Cette fois j’ai littéralement l’impression que Devon va ce jeter sur moi et pas pour me faire l’amour, non plutôt pour me tuer. « Amusez vous bien. » dis-je tout en finissant par quitter la chambre. Je m’arrête dans le couloir et attends quelques secondes. Apparemment je ne l’ai pas tellement perturbé. Bah tant mieux. Y en a deux qui vont ce faire plaisir au moins. C’est en riant que je repars chez moi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Mar 29 Jan - 19:17





i'm pregnant


« Je suis officiellement rentrer. Merci pour tout ce que t’as fait, tu va devenir la nounou officielle de Pouet. On ce voit vite. Devon. » Devenir la nounou officielle de son chien ? Non mais il a craquer sérieusement ? Devon est parti une semaine à New-York pour son travail et j’avais gentiment accepter de m’occuper de son chiot et de sa maison. Mais quelle idée j’avais eu franchement… Il va prendre sa pour acquis désormais et je vais être coincée. Je n’aurais jamais dû lui offrir ce chien. Cadeau de Noël empoissonné. Ca m’apprendra a vouloir lui remonter le moral. Cette petite boule de poil avait pissé partout chez moi, déterrer l’une de mes plantes, mâchouiller mon tapis et patauger dans la fuite de ma douche. Bref l’enfer. Et je suis sûr qu’il va me demander de recommencer et comme si je suis incapable de lui refuser quoique ce soit. Malgré tout je lui en veux de m’avoir abandonner en particulier avec son chien. A croire que ce chiot est l’incarnation du mal. Il faudrait que je me venge. Oui voilà, il faut que je me venge, juste pour lui faire comprendre qu’il ne doit pas m’abandonner de cette manière une nouvelle fois. Et puis je l’avoue… J’ai envie de m’amuser. Devon m’as cruellement manquer durant cette semaine et j’ai besoin de faire des conneries avec lui. C’est plus décider que jamais que je finis par me rendre chez lui. En chemin, je cherche une idée, n’importe quoi. Juste pour l’emmerder. C’est en repensant au contenu de son placard qu’une idée me viens en tête. C’est cruelle certes, mais ça va bien le faire flipper au moins. Au pied de sa porte, je me force à penser a quelque chose de triste. Je cherche quelque peu et finalement quelques larmes commencent à couler sur mes joues. Je suis complètement dingue. Je finis par entrer précipitamment dans la maison de mon meilleur ami. Ce dernier est tranquillement assis dans son canapé en train de faire je ne sais quoi. « Devon Sage Griffinth on est dans la merde… » lui dis-je tout en restant très sérieuse. Il me fixe inquiet de me voir faire une entrée aussi brutale. Je serre la mâchoire et me prends totalement dans mon rôle. Je commence à tourner en rond devant le canapé et il ne cesse de me demander ce qui m’arrive. « Je suis enceinte. » lançais-je d’un seul coup sans réfléchir plus loin. Si je me met à penser a ce que je viens de dire, je vais exploser de rire. Et j’avoue que j’ai du mal à me retenir lorsque je vois son visage ce décomposer. Il me demande si je connais le père. Et je me laisse emporter par la panique que je pourrais ressentir si cela nous arrivait réellement. « Tu te souviens cette soirée y a quelques semaines quand on… Enfin tu vois je vais pas te faire un dessin. Bah… Mais qu’est-ce qu’on va faire sérieux ? Je veux pas devenir maman, je veux pas être grosse, c’est à cause de toi ça en plus. Si t’était pas aussi bon au lit on en serait pas là. » lançais-je tout en continuant à tourner en rond. Je vois Devon devenir de plus en plus blanc face à mon annonce. Je m’attendais le voir céder à la panique et je suis sûr que c’est le cas à l’intérieur de lui, mais il n’en montre rien. Il me force à m’asseoir à côté de lui et me dit qu’il s’occupera de moi, qu’il m’aidera et tout le bordel. « Tu pourra compter sur moi Siloë. » Je dois avouer que je suis assez surprise de sa réaction et après quelques secondes de silence j’explose littéralement de rire. Il me fixe bizarrement. Je vais me faire tuer. « C’était une blague Devon, mais je suis contente de voir que t’aurais bien voulu avoir un bébé avec moi. » dis-je tout en continuant de rire. Lui trouve cela beaucoup moins drôle d’un seul coup et il ce jette littéralement sur moi me laissant tomber sur le canapé. « Je vais te tuer Louhàn Siloë-Jules Hurtlake, ça va pas de me faire des coups comme ça. » Je m’accroche à son cou et dépose un baiser sur sa joue m’excusant encore et encore tout en continuant à rire. « Je voulais te faire une petite blague. » lui avouais-je et cette fois nous explosons de rire en cœur. En espérant secrètement que cela ne nous arrivera jamais.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Mar 29 Jan - 19:19

je l'ai fait :bah:
bon avec deux jours de retard, mais je l'ai fait :bah:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   Dim 17 Fév - 20:31


Challenge réussi !







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake   

Revenir en haut Aller en bas
 

CHALLENGE WEEK → L. Siloë-Jules Hurtlake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» /!\ SAV, pas une partie de plaisir... pour le reste... × Siloë-Jules griffinth
» CHALLENGE WEEK → Ebba M. Eriksson
» CHALLENGE WEEK → Sebastian L. Petterson
» CHALLENGE WEEK → Kora J. Burkle
» Briket Jules Walter yo ap fè chimen.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: CHALLENGES REUSSIS-