NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Lun 4 Fév - 1:15





Micah & Sebastian



« Je vais tellement venir au Morning Coffee, commander le café le plus compliqué de la carte – que je boirais pas parce que j'aime pas le café – et me pencher exagérément sur le comptoir, dans un vibrant appel à la débauche. » Ce qui était merveilleux avec Micah, c’est que les pires fantasmes que j’avais réussi à enfouir depuis de longues années remontaient à la surface. Dès que j’avais été en âge de m’intéresser au sexe, j’avais rêvé de pouvoir un jour m’envoyer en l’air sur le comptoir du Morning Coffee. C’était tout sauf hygiénique, mes parents me tueraient pour ne serait-ce qui penser s’ils étaient encore là, et il me serait impossible de ne plus sourire avec perversion en regardant l’espace… mais il fallait qu’un jour je le réalise. L’idée était revenue à la surface ces derniers mois pour des raisons auxquelles je ne voulais pas penser maintenant, mais on m’en avait empêché. Je m’estimais heureux qu’une personne plus sage que moi me calme. Seulement maintenant, j’avais le senti que mon fantasme avait été largement transmis à mon amant, et que celui-ci n’en aurait pas fini avec moi avant que nous nous exécutions. J’avais failli réagir à son « j’aime pas le café », évoquant le fait que ça ne pourrait décemment pas fonctionner entre nous s’il n’aimait pas ce qui coulait dans mes veines, mais me tus. Il allait bien falloir qu’il s’y fasse, parce que j’avais bien peur d’avoir l’odeur et le goût du café imprégnés en moi. Mais nous aurions tout le temps d’en discuter plus tard.

Désormais, j’invitais le jeune homme à rejoindre ma douche. Même si la base de mon invitation était purement innocente et utile, j’avoue qu’à peine la question était sortie de ma bouche que j’avais des idées bien moins nobles en tête. C’est donc sans surprise que Micah répondit à ma proposition par un : « Je dirais que pour rien au monde je ne vous raterais, toi et ton torse ruisselants d'eau sous la douche. » . Je souris à ça, avant de prendre le temps de nous rhabiller quelque peu. Action qui me valut à nouveau quelques remarques. « T'es un gentleman ! T'es un gentleman secret ! C'est une qualité que j'étais vraiment pas prêt à t'accorder après le violent épisode de la porte. Un manque que tu compensais avec des performances sexuelles inattendues soit dit en passant – mais hé, t'es en train de me rendre la tâche compliquée pour te trouver des défauts là. » Je le regardais, dubitatif tandis qu’il continuait sa tirade. J’étais tout sauf un gentleman, et je n’avais pas assez de mes dix doigts pour compter mes défauts. Mais ça, Micah n’avait pas besoin de le savoir maintenant. Il s’en rendrait compte bien assez rapidement. C’est ce que j’étais sur le point de lui expliquer quand je m’entendis dire, outré : « Des performances sexuelles inattendues ? Tu doutais de mes talents ? Merci ! ». D’accord, ce n’est absolument pas le point de la conversation que je souhaitais relever, mais apparemment, c’est celui que mon subconscient voulait souligner. Pourquoi pas.

Nous arrivions dans la salle de bain, et je riais aux regards curieux du jeune homme. Peut-être souhaitait-il une visite guidée un peu plus tard. Nous avions des choses bien plus intéressantes à faire en attendant. Je débarrassais finalement le garçon de sa couverture avant de l’entrainer sous la douche. « Je devrais peut-être – » arrêter de parler ? « Venir dans la douche tout de suite et t'embrasser comme si ma vie en dépendait. » Oh oui, quelle bonne initiative. Mon compagnon parlait toujours trop, mais j’appréciais les baisers qui entrecoupaient chacun de ses mots. Il commençait à apprendre. « Pour le gentleman, on repassera. T'as ruiné mon bandage. » Ou peut-être qu’il cherchait juste à m’embêter. Je grognais en l’entendant prononcer ses mots, et ne pouvais m’empêcher de lâcher, lasse, franc : « Je referai le bandage de ton poignet avec plaisir plus tard, mais en attendant… c’est autre chose que j’aimerais faire bander ! ». Non pas que ce ne soit pas déjà le cas. Cette franchise ne me ressemblait pas, mais elle était libératrice. Je fis glisser mes doigts sur les fesses de Micah, et les pris impudiquement entre mes mains, accompagnant le coup de bassin que ce dernier me donna lorsqu’il me dit « Tu n'es pas parfait, je me sens tellement mieux tout d'un coup. » . Gémissant sous la friction que le garçon venait de nous offrir, je lui volais avec envie un baiser avant de plonger mon regard dans le sien. J’appréciais la caresse que mon amant m’offrait, et laissais mon visage s'adoucir sous ses gestes, n’oubliant pas d’embrasser doucement les doigts qui vinrent frôler mes lèvres. Toutes ces actions étaient tendres, et j’en oubliais presque toutes les perversions que j’avais eu en tête en l’emmenant sous la douche.

Cependant, le « J'ai tellement envie de toi. » suave de Micah, me ramena vite à mes envies premières. « Tu crois que je peux te laver, ou tu comptes me faire sauvagement l'amour contre le carrelage de ta douche ? » avait-il reprit avant que je puisse lui répondre à mon tour que moi aussi, j’avais terriblement envie de lui. Sa dernière remarque me figea quelques instants. Je m’humectais les lèvres, l’excitation palpable, et rapprochais ma bouche de la nuque du garçon. Je l’embrassais là quelques fois, posant mes mains sur ses hanches, avant de finalement venir lui murmurer au coin de l’oreille, la voix étrangement posée : « Dis de moi que je suis romantique, mais le jour où je te ferai l’amour pour la première fois, ça ne sera pas contre le carrelage d’une douche. ». Je déposais un baiser sur sa joue avant de forcer le garçon à se retourner, sans le brusquer, afin qu’il se retourne face au mur, le corps presque collé sur ce dernier. Je vins me positionner juste derrière lui, alignant parfaitement nos corps et murmurai à nouveau à son oreille : « Ça ne veut pas non plus dire que je ne compte rien t’y faire… ». Je mordillais son lobe, avant d’amener ma main sur le ventre du garçon, le décollant juste assez des carreaux pour pouvoir prendre à mon aise son membre durci. La prise en main ressemblait à ce que je pouvais me faire à moi-même, et je trouvais rapidement un rythme et des mouvements qui semblaient convenir à mon amant. Mes lèvres, quant à elles, ne cessaient de baiser l’épaule de mon partenaire, laissant parfois ma langue tracer le creux de sa nuque, ou embrassant encore sa colonne vertébrale. Enfin, donnant de légers coups de bassin à la même cadence que les mouvements de mon poignet, je laissais ma propre virilité glisser entre ses fesses et le bas de son dos, créant une simple friction qui risquait de rapidement me faire atteindre le septième ciel et qui donnait un certain avant-goût de ce que je comptais lui faire un jour.

Je sentais Micah frémir sous mes mains. J’avais l’impression que si je ne le retenais pas de ma seule main libre, il se laisserait glisser au sol. Et à vrai dire, j’ignorais moi-même comment je pouvais encore tenir debout. La pression de l’eau me fouettait le corps d’une manière divine tandis que la friction sur mon entrejambe devenait insoutenable, je me sentais comme le plus heureux des hommes. Une nouvelle envie me traversa l’esprit, et je quittais – légèrement à contre cœur – le membre de mon amant pour venir caresser l’arrondi de ses fesses, faisant très doucement glisser mes doigts entre les deux. C’était plus un effleurement qu’autre chose. « Je peux… ? » murmurais-je, incertain, à la fois timide et excité, frôlant d’un doigt un espace que je n’avais pas encore exploré chez mon partenaire. Je n’irais certainement pas très loin dans mon action, l’eau n’était pas le meilleur lubrifiant de la Terre, et m'étant promis d’attendre pour voler cette petite part de Micah… mais j’avais envie de le titiller… de le provoquer...

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Lun 4 Fév - 23:23





Sebastian & Micah


Il n'y avait rien de meilleur que la bouche de Sebastian sur sa peau. Et d'accord, Micah ne s'attendait pas une réaction aussi tendre lorsqu'il parlait de faire sauvagement l'amour, mais hey ! Toute action qui entrainait comme conséquence d'avoir les lèvres de Sebastian au creux de sa nuque était une bonne, une merveilleuse action. Son partenaire glissa ses mains sur ses hanches. Micah se colla un peu plus à lui, s'immergeant de sa présence, de sa chaleur, de son souffle brûlant au creux de son oreille... « Dis de moi que je suis romantique, mais le jour où je te ferai l’amour pour la première fois, ça ne sera pas contre le carrelage d’une douche. » Et – et... sa voix était si chaude et implacable. Micah sentit son souffle se coincer dans sa gorge, sous l'envolée de ses mots murmurés dans une passion tendre. Son corps s’était figé dans un frisson si vif, si transperçant. Inattendu. Voilà. L'adolescent avait l'habitude de surprendre, voir d'agacer et là... c'était lui qui se retrouvait désarmé, pris au dépourvu, à court de mots.

Il releva sur Sebastian un regard sauvage et ambré, brillant d'une lueur de pur plaisir. S'il y avait du défi dans sa question, la réponse de son amant valait toutes les victoires. « Ton romantisme sera ma perte. » avait-il envie de répondre. La perte de son cœur. Et seigneur – non non non, tout mais pas ça. Ce soir il n'y avait que sa raison et sa libido en jeu, son cœur était tranquillement sur le bord du terrain, en train de regarder le match. Sebastian n'avait aucun droit de le trainer comme ça sur le champ de bataille ! Micah n'était pas équipé pour faire face à autant d'attention et de douceur.

Heureusement son amant retrouva rapidement cette fougue avec laquelle il se plaisait à le manipuler (et à le rendre complètement dingue de lui accessoirement), pour le mettre face au mur. « Ça ne veut pas non plus dire que je ne compte rien t’y faire… » L'adolescent étouffa une plainte interrogatrice. Alors ils ne faisaient pas sauvagement l'amour mais... il ne le lavait pas non plus ?

Apparemment non, parce que Sebastian avait sa main autour de son entrejambe, et qu'il le caressait. « Oh mon dieu – deuxième round, sous la douche cette fois. Okay – okay... hmmm – » La pression du corps de Sebastian contre le sien était écrasante. Son érection tellement dure et bouillante, pressée entre ses fesses. Ses coups de reins vigoureux, secouaient son corps, comme s'il le prenait, comme s'il ne pouvait pas s'empêcher de le vouloir, de vouloir le faire sien dans l'instant.

L'adolescent enfonça ses doigts dans le bras enroulé de son corps. Puis la main de Sebastian quitta son membre et... qu'est ce que c'était que ce nouveau supplice ? Micah ouvrit la bouche pour protester, allait se caresser lui-même, et... se figea.

« Je peux… ? » Ce n'était qu'un murmure, comme l'effleurement de ses doigts, glissés entre ses fesses, frôlant l'entrée de son corps. La caresse lui arracha un long gémissement. « Vas-y Sebastian. J'ai – j'ai besoin de te sentir... » haleta t-il en réponse. De sa main il caressa son bras, descendit le long de son poignet, comme pour l'inciter à aller plus loin.

L'un des doigts de Sebastian glissa en lui. Micah échappa un petit cri, alors que tout son corps se tendait, mais avec délicatesse, félin. Il se sentit rougir, d'embarras, et d'envie. De désir. Parce que – c'était... c'était ça. C'était là qu'il désirait tellement sentir la friction. Sentir Sebastian en lui. Sebastian qui adoptait un rythme lent, un bon rythme, qui laissait Micah s'habituer à cette présence étrangère. L'adolescent avait tellement envie de retourner soulager son membre, mais il se retenait. Il était sur le point de jouir et il ne voulait pas –

« Encore... » s'entendit-il supplier, alors qu'il se cambrait langoureusement contre son amant. Un deuxième doigt glissa en lui. Celui qui jusque là n'avait fait que caresser, tracer l'anneau de chair. Micah se mordit la lèvre pour ne pas crier. C'était tellement étrange, il sentait son corps se rebeller, se refermer autour des doigts de Sebastian. Le frottement le brûlait. C'était douloureux et, tellement bon en même temps. Il le sentait sonder son corps, comme une exquise brûlure. Ses hanches remuèrent vers l'arrière, pour avaler un peu plus ses doigts, plus profondément, plus sauvagement. Il pouvait sentir la virilité de Sebastian, au moins aussi insatisfaite que lui. Et Micah – Micah voulait la sentir en lui. Il... il lui fallait un point d'ancrage. Quelque chose à quoi s'accrocher, pour ne pas supplier Sebastian de revenir sur sa déclaration. Pour ne pas le supplier de le plaquer contre la céramique et de le –

« Embrasse moi... » sa voix était brisée. Il se sentait perdu, à bout de souffle, ses yeux embués et il tremblait – seigneur comme il tremblait... Désespérément, Micah arqua son corps, pour enrouler ses bras autour du cou de Sebastian dans l'espoir absurde de l'emprisonner contre lui, tandis que langoureusement, il reculait ses fesses en rythme, forçant le frottement à écarter sa chair fragile. Implorant pour en avoir plus...

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Mar 5 Fév - 2:04





Micah & Sebastian



Je n’allais probablement jamais m’habituer au côté de vocal de Micah. J’ignorais combien de temps j’allais avoir la chance de passer du temps avec lui, mais il était peu probable qu’un jour le jeune homme s’arrête de parler dans les moments les moins opportuns, et cela me rendait dingue. « Oh mon dieu – deuxième round, sous la douche cette fois. Okay – okay... hmmm – » se sentait-il obligé de commenter lorsque j’enroulai fermement ma main autour de son érection. C’était agaçant, mais bizarrement excitant. Parce que… j’avais envie de le faire taire. Je voulais occuper sa bouche de certaines manières. Je voulais voir ses lèvres autour de ma virilité. Je voulais les sentir pressées contre les miennes. Je voulais qu’elle recouvre l’intégralité de mon corps. Je voulais profiter de son silence lorsqu’il profitait de mon corps. Mais surtout, je voulais lui faire oublier comment parler. Le faire fondre de plaisir à tel point qu’il serait incapable de formuler des mots. Seulement des gémissements. Des cris. Des grognements. Lui faire oublier qui il était, ne pensant qu’au plaisir infini que je pouvais lui procurer.

C’était surement cette volonté qui me fit lâcher son membre pour venir faire glisser ma main sur ses fesses, demandant l’autorisation pour explorer ce nouvel espace de son anatomie. Je commençais déjà à masser doucement son entrée, l’excitant déjà à l’aide d’une phalange qui chatouillait l’anneau de chair, ne demandant qu’à aller plus loin. Sentant la main de Micah longer mon poignet comme pour dicter mes actes, et l’entendant me dire « Vas-y Sebastian. J'ai – j'ai besoin de te sentir... » , je n’attendais pas plus longtemps pour arrêter de le provoquer. En douceur, et avec la plus grande précaution pour ne pas lui faire mal, lui laissant assez de marge de manœuvre pour qu’il puisse me dire d’arrêter si je faisais quoi que ce soit qui lui déplaisait, j’insérais finalement un premier doigt. J’agitais quelque peu mon index, comme pour m’offrir plus de place, mais surtout pour faire échapper à mon amant un nouveau cri. Les réactions que j’arrivais à obtenir de lui faisaient monter l’excitation en moi, et j’en venais presque à regretter de lui avoir dit que nous n’irions pas jusque bout maintenant. Je commençais à effectuer un mouvement de va-et-vient, appréciant avec délectation son corps s’adapter à ma présence. J’avais envie de lui donner plus, et c’est avec joie que je l’entendis me demander « Encore... » . Je gémis quelque peu à ça, soulagé et excité. De mes deux doigts je massais l’orifice, les rentrant ensuite, cette fois ci avec plus de difficulté qu’avant. Tout était si serré, et je regrettais réellement de ne pas avoir de lubrifiant à portée de main. J’avais peur de blessé le garçon, mais celui-ci semblait de plus en plus excité par mes actions. Ses tremblements et ses gémissements m’incitaient à ne pas me retirer, et je commençais à masser les zones que j’atteignais du bout des doigts, les écartant quelque peu, avant de reprendre mon mouvement de va-et-vient. Plus j’allais vite, et plus je sentais Micah reculer son bassin pour que je lui donne toujours plus. « Tu es si… c’est si… étroit. » soufflais-je dans sa nuque, continuant mon mouvement, parlant pour oublier que moi-même j’avais besoin de plus. « Dis-moi… tu te l’es déjà fait à toi-même… ? » demandais-je, la voix suave avant de mordiller son oreille. « Est-ce que c’était si bon… ? » continuais-je, étonné par le fait que c’était à mon tour d’un peu trop parler. Cependant, j’en avais besoin. J’avais besoin de me changer les idées. Parce que si je n’y arrivais pas, je remplacerais très certainement rapidement mes doigts par une autre partie de moi, et je ne voulais pas. C’était trop tôt. Et je voulais… le courtiser, lui faire l’amour dans des draps de soie ou à la chaleur du feu d’une cheminée. Pas sur le carrelage froid et humide de ma salle de bain.

Finalement, j’entendais Micah m’ordonner « Embrasse-moi... » , et je m’exécutais aussitôt. Ce baiser était approximatif mais tellement ardeur. Je sentais la détresse dans les actes de mon amant. Il en voulait plus, il demandait plus de mon corps que je ne me résignais à lui offrir maintenant. « Tu me rends fou… » murmurais-je contre ses lèvres avant de finalement sortir mes doigts, retournant ma main sur son membre plus dur que jamais. De mon autre main libre, je m’occupais quelque peu de ma propre érection oubliée avant de venir la placer contre l’entrée de mon amant. Je ne le pénétrais pas, comme promis, mais faisait glisser ma longueur contre la chair, laissant l’extrémité titiller son ouverture à chaque passage. « J’ai hâte qu’un jour tu puisses me sentir entièrement en toi… » soufflais-je dans son oreille avant de venir embrasser sa nuque. Il faut croire que cette phrase et les mouvements de main suffirent à en finir, car je sentis toute la jouissance de mon compagnon se déverser entre mes doigts. L’eau de la douche me les lava quelque peu avant que je prenne mon propre membre en main. Quelques frottements plus tard, et voilà que je pouvais voir toute ma semence couler entre les fesses de mon amant. L’image elle-même aurait surement pu réussir à m’exciter à nouveau si je n’avais pas été aussi fatigué et faible.

Haletant, tremblant, mais surtout comblé, j’invitais Micah à se retourner et me faire face. Je le plaquais avec douceur contre le mur et venais l’embrasser avec toute la tendresse dont je pouvais faire preuve. Je venais de vivre, sans aucun doute, l’un des meilleurs orgasmes de ma vie, et c’était bien grâce à lui. Tout son corps me donnait envie de le ravager, mais c’était surtout ses réactions, son envie qui m’excitait le plus. Ses tremblements, les bruits qu’il produisait, tout ça me donnait envie de lui faire toujours plus. Continuant mes baisers, j’apportais mes deux mains à son visage, et encadrais sa mâchoire, caressant ses joues de mes pouces. « Et si… » Un baiser. « On se lavait… » Un autre baiser. « Pour de vrai cette fois. » Encore un autre. « Et qu’ensuite on allait se coucher ? » Un dernier baiser. « Je ravagerai ton corps à nouveau très bientôt. Mais en attendant j’ai juste envie de m’endormir avec toi dans mes bras… » proposais-je calmement, un brin séducteur, un léger sourire aux lèvres. J’avais tous sauf envie que la soirée se termine, car je savais ce qui m’attendait dès le lendemain ; mais j’avais réellement besoin de me reposer et de profiter de la présence de Micah de manière beaucoup plus… calme.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Mer 6 Fév - 0:10





Sebastian & Micah


Est- ce qu'il se l'était fait à lui-même ? L'adolescent hocha faiblement la tête, physiquement incapable d'articuler quoi que ce soit. « Est-ce que c’était si bon… ? » Micah se contracta autour des doigts plongés en lui, à la fois embarrassé et excité d'admettre ce qu'il se faisait à lui même, et combien c'était infiniment meilleur avec Sebastian. « Je … je l'ai fais » avoua t-il dans un souffle « mais... » Micah était sérieusement en train de considérer Sebastian comme son véritable éveil sexuel. Il lui faisait voir une facette de lui que l'adolescent n'aurait jamais soupçonné. Pas qu'il ne savait pas attiré par les hommes ou qu'il ne s'était pas lui même donné du plaisir mais... mais il y avait quelque chose avec Sebastian. Avec la façon dont il lui parlait, dont il le touchait. Quelque chose qui le rendait dingue, l'obligeait à réclamer plus quitte à supplier, quitte à se rabaisser. Comment est-ce qu'il aurait pu lui dire une chose pareille ? « Ah – continue par pitié... »

Et il allait vraiment supplier si son amant continuait de le mettre au supplice. Il n'était même plus maître de son corps. Ses hanches se cambraient malgré lui, comme s'il essayait de se faire lui-même l'amour sur les doigts de Sebastian. C'était – trop, trop rapide, trop intense. Dieu sait comment, Micah réussit à lui demander de l'embrasser. Il dévora ses lèvres dans un baiser chaotique, les mordant, les léchant, occupant sa bouche pour s'empêcher de quémander. « Tu me rends fou… » murmura Sebastian, et sa voix basse comme le roulement du tonnerre était un crime contre la vertu. Un assassinat de la retenue. Mais... pourquoi il se retirait ? Quoi ? L'adolescent grogna de détresse, alors que son amant reprenait possession de sa virilité. Ses doigts se crispèrent sur le carrelage, se refusant à l'interrompre dans sa tâche. « J’ai hâte qu’un jour tu puisses me sentir entièrement en toi… » Oh le sale.... bâtard tentateur. Il refusait de l'emmener à la jouissance de ses doigts mais il se pressait contre lui, comme s'il allait enfin lui donner ce qu'il attendait. « Je te déteste... » gémit Micah, alors que son corps se penchait instinctivement pour capturer le membre de son tourmenteur entre ses fesses. Sentant son propre orgasme le submerger dans un crépitement, il s'entendit crier le nom de Sebastian.

Lorsqu'il reprit conscience de son environnement, Sebastian le maintenait toujours fermement contre lui. Sauf que Micah sentait le fruit de sa jouissance dégouliner, chaude contre le creux de ses reins. Il frissonna convulsivement en la sentant couler contre son orifice encore sensible. L'adolescent était épuisé, sa respiration erratique, il avait du mal à se tenir sur ses jambes et accueillit avec plaisir la fermeté du corps de son amant, le plaquant contre le mur. Ses yeux bruns étaient mi clos et ses lèvres tremblaient, murmurant sans émettre aucun son. Enfin il battit des paupières et leva les yeux vers le visage de Sebastian. Cette expression spontanée et tendre, serra le cœur du jeune homme. Il le dévora des yeux. « Et si… » Tiens un baiser. « On se lavait… » Oh un autre, Micah y répondit brièvement. « Pour de vrai cette fois. » Hmm – il fallait définitivement qu'il retrouve des forces pour l'embrasser. « Et qu’ensuite on allait se coucher ? » Ah voilà, là c'était parfait. « Je ravagerai ton corps à nouveau très bientôt. Mais en attendant j’ai juste envie de m’endormir avec toi dans mes bras… »

Micah referma ses bras autour de la taille de Sebastian, se reposant contre son corps, reprenant son souffle, profitant pour quelques temps encore de leur connexion. A contrecœur, il se détacha de lui et hocha la tête. « D'accord. » Et ce n'était tellement pas Micah, si peu de répartie et cette voix – vacillante. Mais il avait juste envie de se reposer. Pas de dormir. Juste de se coucher contre Sebastian, d'enfouir son visage contre son corps et... hey ! « Avoue que t'essaie de m'apprivoiser par le sexe. » l'accusa tout à coup Micah. « Tu peux pas faire ça. C'est... c'est mal ! Qu'est ce qu'il me reste si je perds mon sens de la répartie ? » Il attrapa un bouteille de shampoing et en déversa dans sa main. Il n'avait jamais lavé les cheveux de quelqu'un avant. C'était... plutôt intime et étrange. Il frottait les cheveux de Sebastian entre ses doigts, massait sa nuque, regardait la mousse couler le long de son cou. Et c'était plus fort que lui. Micah sourit et rassembla la mousse sur le visage de Sebastian en une superbe barbe blanche. « J'aimerai tellement prendre une photo. Tu verrais ta tête on – on dirait... » Il pouffa de rire devant sa version personnelle du Père Noël, puis déposa un baiser sur ses lèvres, écopant d'un peu de mousse sur le nez au passage. « Tu devrais me laisser me laver moi-même. Je suis pas sûr de pouvoir rester sage si je sens encore tes mains sur mon corps. » Il attrapa le gel douche. « En revanche, je suis à peu près sûr de pouvoir te toucher sans essayer de te violer. » Là dessus, il s'attaqua à son corps. Et c'était une bonne chose qu'il soit autant épuisé et comblé à la fois, car si laver les cheveux de Sebastian était intime, laver son corps était outrageusement érotique.

Mais Micah s'appliquait, lavant d'abord ses bras, ses mains – oh ses mains... non, ne pas penser à tout ce qu'elles pouvaient lui faire – ses épaules, laissant la peau propre, l'embrassant parfois. Son entrejambe semblait avoir reçu le message : ceci n'était pas une situation sexuelle. C'était... tendre, et reposant. L'adolescent clignait un peu trop des paupières, trahissant sa fatigue. Une fois tâche terminée – et il avait compris qu'il était vraiment fatigué quand il avait pu passer ses mains entre les cuisses de Sebastian sans s'y attarder trop longtemps – il déposa ses mains sur le torse de son amant, le poussant légèrement « Je te jette dehors pour me laver ou tu as des tendances voyeuristes à assouvir ? »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Mer 6 Fév - 1:43





Micah & Sebastian



Je venais d’accomplir l’exploit de toute une vie ! Faire taire Micah. Le voir sans voix devant moi était l’une des plus belles images qui soient. Pas loin derrière la vision du garçon me suppliant pour que je le fasse jouir de mes doigts. Cette soirée était définitivement magnifique. Il y a tout de même de quoi flatter mon égo. C’était la première fois que je mêlais sexe et homme ensemble, et finalement… j’avais l’impression de plutôt bien m’en sortir. J’avais réussi à rendre sans voix mon amant le plus bavard. Et j’avais pris mon pied par la même occasion ! Je ne savais pas trop dans quoi nous nous lancions, j’ignorais ce que mon compagnon attendait de moi à l’avenir, mais je trouvais de plus en plus de raison de continuer à le voir. J’étais en train de bouleverser complètement ma vie pour lui, et même si quelques aspects m’effrayaient, d’autres me comblaient de bonheur. Et en cet instant, ce qui me ravissait le plus était de voir l’effet que je pouvais lui faire. Après l’avoir provoqué, lui avoir posé des questions honteusement intimes, je retrouvais un état plus normal et lui demandais qu’on prenne vraiment une douche avant de se reposer. Le Micah que je commençais à connaitre aurait pu sauter sur l’occasion pour recommencer à parler avec excès, pourtant, l’homme que j’avais en face de moi semblait complètement ailleurs, et ne put me répondre qu’un simple « D'accord. » . Je souriais devant tant de retenu.

Je pouvais presque imaginer à quoi mon compagnon rêvassait, quand soudain je vis une part de lui s’éveiller et s’exclamer : « Avoue que t'essaie de m'apprivoiser par le sexe. » . Je faisais mine de ne pas comprendre ce qu’il me disait. « Qui ça ? Moi ? » demandais-je innocemment avant qu’il reprenne. « Tu peux pas faire ça. C'est... c'est mal ! Qu'est-ce qu'il me reste si je perds mon sens de la répartie ? » . Je haussais les épaules, hésitant à lui répondre qu’il lui restait moi et la possibilité de s’envoyer en l’air à peu près quand il le désirait, mais n’en fis rien. A la place, je le laissais s’occuper de moi et me laver. Il y avait quelque chose d’étrangement intime de se laisser tomber ainsi par quelqu’un. Il n’y avait rien de sexuel. J’appréciais simplement la douceur des doigts de Micah dans mes cheveux, son touché dans ma nuque… Je me sentais en confiance, et me laissais faire sans broncher, caressant simplement ses bras, son dos. Sans réelle surprise, je laissais le jeune homme s’amuser à mettre de la mousse sur mon visage, m’y dessinant une barbe grossière. « J'aimerai tellement prendre une photo. Tu verrais ta tête on – on dirait... » Mais qu’est-ce qu’il avait à toujours vouloir me prendre en photo ? Il avait peur d’oublier mon visage (ou une autre partie de mon anatomie) ? Ou avait-il peur de ne plus avoir l’occasion de voir cette facette de moi ? Je me gardais mes questions, et répondais plutôt à son baiser en soufflant un léger « Idiot. » ironique et affectueux. Je frôlais mon index sur le nez du garçon pour lui enlever la mousse qui venait de s’y déposer, et passais mes mains sur mon visage pour faire de même à ma « barbe ».

« Tu devrais me laisser me laver moi-même. Je suis pas sûr de pouvoir rester sage si je sens encore tes mains sur mon corps. » m’annonçait Micah en prenant en main du gel douche. « En revanche, je suis à peu près sûr de pouvoir te toucher sans essayer de te violer. » Comme si moi, j’étais capable de rester sage s’il commençait à me toucher partout. Cependant, je devais rendre honneur à l’homme expérimenté que j’étais en prouvant que j’étais capable de me contenir lorsqu’on caressait l’intégralité de mon corps. Je répondais simplement « A ta guise. », et le laissais s’aventurer sur mon torse. Puis mes bras. Puis mes mains… Je le vis intrigué par celles-ci, surement se souvenait-il d’où elles s’étaient trouvés un peu plus tôt. Je remerciais mon entrejambe de ne pas réagir lorsque mon compagnon s’attaqua et cette dernière, et finalement, notre petite séance douche tirait à sa fin. J’en avais apprécié les moindres détails, de la séance de sexe torride, aux caresses nettoyantes de Micah parsemées de baisers. J’aurais voulu qu’il me laisse s’occuper de lui à mon tour, mais je ne voulais le forcer à rien. « Je te jette dehors pour me laver ou tu as des tendances voyeuristes à assouvir ? » me demanda-t-il, les mains sur mon torse, commençant à me pousser en dehors de la cabine. Un sourire aux lèvres, je répondis : « C’est bon, je te laisse tranquille quelques minutes. Si tu me promets qu’un jour j’aurais le droit de te laver moi-même. Avec un peu d’entrainement je suis sûr que tu pourras te retenir d’abuser de moi dès que je te touche. » demandais-je, taquin, accompagnant mes paroles d’un clin d’œil. Je déposais un rapide baiser sur les lèvres du garçon, et sortant enfin de la douche. J’attrapais rapidement une serviette et abandonnais la salle de bain.

C’était étrange de me retrouver tout à coup seul ce soir, c’était… trop calme. J’avais du mal à croire que je pensais ça, moi qui m’étais tant plaint des paroles incessantes de Micah. Je profitais tout de même de ma solitude pour enfiler des vêtements pour dormir, et faisais à nouveau un léger détour par la salle de bain pour déposer quelques affaires à mon compagnon. Je préférais qu’il évite de dormir nu à côté de moi. Ça risquait d’être problématique, j’aurais été incapable de m’endormir. Je déposais donc les vêtements près du porte-serviette pour qu’il se serve dès qu’il aurait terminé, et comme il ne me vit pas entrer dans la pièce, j’annonçais : « Je t’ai amené des vêtements, j’imagine que tu ne comptais pas rester nu toute la nuit. Rejoins-moi dans la chambre dès que tu as fini. » avant de quitter à nouveau l’endroit et de rejoindre le rez-de-chaussée. Le coin salon était dans un bordel monstre entre tous les vêtements éparpillés partout entre les coussins, couvertures, et divers matériaux de soin. Je rangeais le tout comme je pouvais, embarquant au passage mon téléphone et celui de Micah, et éteignis la cheminée avant de monter retourner dans ma chambre. Le jeune homme s’y trouvait déjà. Je grimpais à ses côtés sur le lit, et enroulais mes bras autour de lui, murmurant à son oreille : « Tu m’as volé mon côté du lit… » avant de déposer un baiser joueur sur sa joue, et de le lâcher pour mieux m’installer sur les draps. Toute cette situation était trop... confortable. Je me sentais tellement à l’aise. J’avais tout sauf l’impression que j’étais en compagnie d’un homme pour la première fois de ma vie, et que celui-ci me rendais aussi… bien. Cette… chose, entre nous, n’avait débuté que depuis quelques heures peut-être, pourtant, je me sentais… en paix. Alors que j’ignorais où tout cela allait nous mener, et que j’aurais énormément de choses à régler avant de pouvoir dire que j’étais réellement libre de vivre… ça.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Mer 6 Fév - 22:31





Sebastian & Micah


« C’est bon, je te laisse tranquille quelques minutes. Si tu me promets qu’un jour j’aurais le droit de te laver moi-même. Avec un peu d’entrainement je suis sûr que tu pourras te retenir d’abuser de moi dès que je te touche. » Et il osait lui dire ça tout sourire et clin d'œil séducteur ! « Je te promet que tu pourras me laver ! » Micah captura sa nuque d'une main et le retint, pour ajouter d'un ton plus bas. « Mais hors de question que je me retienne un jour d'abuser de toi, ça serait la pire chose au monde. Si tu me cherches tu me trouveras. » Il le relâcha, non sans un effort de volonté hors du commun, pour le laisser s'échapper de la douche.

Enfin seul ! L'adolescent leva le visage sous le jet d'eau chaude et ferma les yeux. Il passa ses mains sur son visage, sur son torse, traça la courbe masculine de ses hanches, la contourna pour rejoindre la chute de ses reins et en chasser les dernières traces de semence. Un regret à l'idée de se débarrasser de l'odeur, de la sensation de Sebastian sur son corps fut vite chassé par la certitude de le rejoindre dans quelques instants. Il allait passer la nuit avec lui. Dans son lit. Et honnêtement, entre la case boite aux lettres et celle du lit, Micah avait l'impression d'avoir grillé toutes les étapes d'une relation normale. On en revenait au mot ''relation''. Le mot ''normal'' n'avait rien à faire là non plus remarque. Tout avait commencé dans une boite aux lettres. Patrick Swayze avait été impliqué à un moment, ainsi que du lubrifiant à la fraise... Non, rien de normal dans tout ça.

Bon, ce n'est pas comme si Micah n'avait pas l'habitude de se mettre dans des situations hors du commun – okay, stupides. Mais il s'en tirait généralement avec les honneurs, ou en tout cas avec avec sa vertu intacte. Ce qui … était totalement le problème. S'il n'y avait eu que sa vertu d'impliquée, Micah était certain que le combat raison-libido se serait terminé autrement.

La voix de Sebastian le tira soudainement des ses pensées. « Je t’ai amené des vêtements, j’imagine que tu ne comptais pas rester nu toute la nuit. » Ah si. Pas lui ? Ou alors c'était Micah qui était déréglé, et qui ne pouvait plus s'imaginer proche de Sebastian sans sentir la chaleur de sa peau contre la sienne. « Rejoins-moi dans la chambre dès que tu as fini. » Et vraiment, qui peut résister à ce genre de phrase ? Pas Micah, en tout cas.

Il se dépêcha de se laver, se sécha rapidement et enfila les vêtements déposés à son intention. C'était un peu trop large et son pantalon lui tombait dangereusement sur les hanches. Après un emprunt de la brosse à dent de Sebastian, le jeune homme se faufila dans la chambre. Pourquoi est-ce qu'il se faufilait ? Bon sang, il n'était pas James bond !Ce n'était pas une mission d'infiltration spéciale pour la CIA ! Il venait juste de perdre sa semi-virginité avec son ex futur patron potentiel. Tout allait bien. Vraiment.

Sebastian le rejoignit, avec leurs téléphones respectifs. Micah fureta en quête de son inhalateur, mais un assaut câlin l'interrompit dans sa recherche oculaire. « Tu m’as volé mon côté du lit… » L'adolescent accueillit le câlin avec plaisir et essuya le reproche avec dignité. S'il s'était écouté, il se serait mis en travers ! Un lit deux places, ce n'était pas dans ses habitudes ! « Semblerait que j'ai le chic pour investir ton territoire ! Ta boite aux lettres, ton canapé, ta douche, ton côté du lit... » Sebastian le relâcha et Micah en profita pour attraper son portable « J'ai complètement oublié de prévenir mon père que j'étais... enfin pas chez toi, mais que je suis encore vivant en tout cas. » expliqua t-il en tapotant un sms. Son père était plus inquiet depuis quelques mois. Les crises d'asthme de Micah étaient plus régulières. L'adolescent accusait le stress et le bouleversement de sa vie et de ses projets, mais il avait tout sauf le temps ou l'envie d'aller voir un médecin pour... en être sûr. « Voilà, message à la casa Summers envoyé ! »

Là-dessus, Micah déposa son téléphone à proximité avant de rouler sur le matelas pour voler à son amant un tendre et chaste câlin. « Aloooors... on est voué à se revoir. » commença t-il, son visage niché quelque part entre le cou et l'épaule de Sebastian. Et si c'était un endroit un peu plus chaud que les autres, et que Micah était traumatisé par sa quasi-frigorification, c'était une totale coïncidence ! « Tu sais pour – faire l'amour ailleurs que contre le carrelage d'une douche. Et c'est amusant que nos projets de rencontres futures soient à but entièrement sexuel. » Il entrelaça ses doigts aux siens. Hésita un instant. Sa sirène d'alarme anti connerie était en train de persiffler dans sa tête comme jamais. Le genre de message que Micah n'avait pas envie d'entendre et qui disait : « Tu crois pas que t'as assez souffert ces six derniers mois pour te lancer dans dieu sait quoi avec un type qui a tous les symptômes du briseur de cœur et qui vient de tromper quelqu'un avec toi ? »

Sauf qu'il ne se lançait dans rien ! Si ça se trouve, Sebastian allait se rétracter, et le chasser dès le lendemain matin. Il n'allait pas faire ça ? Si ? Peut-être qu'il le voyait comme un objet sexuel ? Pire, comme un garçon facile. En proie aux doutes Micah perdit de son habituelle éloquence. « Tu vas pas me jeter dehors demain matin, hein ? Enfin, je m'en irais de toute façon tôt ou tard, mais je – j'ai pas envie que la soirée s'arrête, même si elle va forcément s'arrêter alors... je pensais que peut-être, je pourrais te revoir pour hmm – un rendez-vous, non sexuel ?... »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Jeu 7 Fév - 0:08





Micah & Sebastian


Il fallait que j’éclaircisse toute cette situation. Je n’avais pas prévu, en rentrant chez moi ce soir, de finir dans mon lit avec un jeune homme de dix-huit ans après lui avoir fait des choses que j’oserais difficilement avouer à voix haute. Je ne regrettais rien. Enfin si, peut-être le timing. Ça ne m’aurait pas dérangé de faire tout ça à une période de ma vie où j’étais… célibataire. Dans l’immédiat, je savais comment occuper ma journée du lendemain. J’ignorais où cette chose avec Micah allait nous mener, et je comptais bien en discuter maintenant. Mais peu importe ce qu’il me dirait, je savais que demain je parlerai à cette fille. Je ne lui dirais peut-être pas toute la vérité, mais dans tous les cas, j’en finirais. J’étais quelqu’un d’honnête. Il était déjà contre ma nature de tromper quelqu’un, mais encore plus continuer une relation dans le mensonge. Et même si jusque-là je n’avais jamais eu l’envie de terminer cette relation, ce soir, je sentais qu’elle n’était plus ce dont j’avais besoin. Le souci était que j’ignorais ce dont j’avais besoin. Il fallait donc… que j’en parle. En attendant, je rejoignais Micah dans mon lit et le prenais dans mes bras, n’oubliant pas au passage de lui annoncer qu’il m’avait pris mon côté. « Semblerait que j'ai le chic pour investir ton territoire ! Ta boite aux lettres, ton canapé, ta douche, ton côté du lit... » me répondit-il. Je poussais un léger rire tandis que je prenais place sur mon oreiller. « J'ai complètement oublié de prévenir mon père que j'étais... enfin pas chez toi, mais que je suis encore vivant en tout cas. » reprit-il aussitôt, prenant en main son téléphone portable. Mon Dieu, j’en avais oublié qu’il vivait encore chez son père. D’un coup, je commençais à sentir la différence d’âge entre nous, et avant de vraiment trop y réfléchir, j’attrapais moi-même mon portable pour me changer les idées. Oh, mon frère avait essayé de m’appeler plusieurs fois dans la soirée. Je jetais un œil à l’heure, et décidais qu’il était trop tard pour le rappeler. Je verrais ça demain.   « Voilà, message à la casa Summers envoyé ! » entendais-je mon compagnon dire. Je le vis se diriger vers moi, et posais mon mobile sur la table de chevet, libérant mes mains pour participer au câlin qu’il initiait.

« Aloooors... on est voué à se revoir. » dit-il, brisant le court silence qui s’était installé. Je répondais un bref « Mh, mh. » approbateur, et le laissais poursuivre. Je sentais son souffle dans ma nuque et vins déposer sur le haut de son crane un baiser, tandis que l’une de mes mains caressait doucement sa colonne vertébrale. « Tu sais pour – faire l'amour ailleurs que contre le carrelage d'une douche. Et c'est amusant que nos projets de rencontres futures soient à but entièrement sexuel. » Euh… Quoi ? « Tu… c’est ce que tu veux ? Des… rencontres entièrement sexuelles ? » demandais-je, incrédule. Oui, j’avais déjà évoqué l’idée de le revoir pour que nous expérimentions de nouvelles choses. Mais ce n’était pas ce que j’attendais seulement de lui. Je ne savais pas trop ce que je voulais exactement encore, mais ce n’était certainement pas que du sexe. Je n’avais pas trompé ma copine, et je ne prévoyais pas de la quitter simplement pour tirer mon coup de manière régulière avec un homme. L’idée n’était en soit pas rebutante, mais j’avais atteint un âge où j’espérais plus d’une relation. Je ne demandais pas le mariage et une lune de miel à Honolulu, mais je voulais une histoire pleine de partage, de rire, de dispute – et de sexe aussi, oui.

Finalement, je sentis Micah entrelacer nos doigts, et je laissais mon esprit se calmer, les fixant. De ma main libre, se continuait de caresser le dos du garçon, lui apportant un peu de chaleur. J’aimais le sentir contre moi. J’aimais le voir porter mes vêtements. J’aimais sentir mes produits de douche mélangés à sa propre odeur. C’était une situation qui me plaisait, qui me faisait être à l’aise. La seule chose qui me manquait était les lèvres du garçon sur les miennes. Hélas, elle était occupée à parler. « Tu vas pas me jeter dehors demain matin, hein ? Enfin, je m'en irais de toute façon tôt ou tard, mais je – j'ai pas envie que la soirée s'arrête, même si elle va forcément s'arrêter alors... je pensais que peut-être, je pourrais te revoir pour hmm – un rendez-vous, non sexuel ?... » Je lâchais un rire et un soupir de soulagement, forçant mon amant à lever le visage pour que je puisse l’embrasser, souhaitant me montrer rassurant. Je comprenais enfin que nous étions sur la même longueur d’onde. J’avais surement mal interprété ses précédentes paroles, et souriais dans le baiser que je lui donnais en repensant au fait que non… il voulait de moi, et pas simplement pour du sexe. « Tu veux que je t’emmène manger une glace et qu’on se balade main dans la main sur la plage ? » demandais-je, plein d’ironie, entre deux baisers. Je caressais sa joue avant de reprendre : « La vérité c’est que je risque d’avoir… pas mal de choses à régler avant de pouvoir t’inviter comme il se doit à un rendez-vous. Mais oui, je veux qu’on se revoie. Et pas simplement pour du sexe. » expliquais-je, calmement, prenant soit de ne pas s’étaler sur les choses que j’avais à régler. « Enfin je tiens ce que j’ai dit, je veux te faire l’amour dans les règles de l’art. Mais… pas seulement. » C’était un point que je tenais à éclaircir. Je venais de découvrir les joies du sexe avec Micah, et ne tenais pas à les abandonner de sitôt. « Pour demain par contre je fais l’ouverture du café, donc je risque de partir tôt. Mais ne te réveille pas pour moi, tu peux rester autant que tu veux. » expliquais-je finalement avant d’inviter le jeune homme à se positionner sur moi et de faire glisser l’une de mes mains sous son t-shirt, caressant son dos. « Mais en attendant… j’aimerais profiter encore un peu de toi. » lançais-je en retournant embrasser ses lèvres avant de m’aventurer dans sa nuque. Léchant, mordillant, faisant glisser ma main libre sous son pantalon bien trop grand, je remerciais l’univers pour que l’élastique se baisse si facilement.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.


Dernière édition par Sebastian L. Summers le Sam 2 Nov - 3:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Ven 8 Fév - 0:41





Sebastian & Micah


Donc... Sebastian l'embrassait et – c'était bon signe, non ? Il aurait pu le pousser hors du lit, ou lui rire au nez, or il l'embrassait. Micah classait définitivement ce genre de réaction du côté positif de la force. Il se laissa doucement apprivoiser par ce baiser, s'étira pour y répondre avec cet enthousiasme indécent que la bouche de Sebastian éveillait en lui.


« Tu veux que je t’emmène manger une glace et qu’on se balade main dans la main sur la plage ? » Attendez là, qu'est-ce que c'était que ce ton plein de sarcasme ? Si Micah avait été en train de passer un électrocardiogramme, il y aurait eu un grand trait en travers de l'écran. Tout à coup l'adolescent se senti particulièrement ridicule et mal à l'aise. Sa réaction (« Ouais ça serait génial ! ») était à ce point absurde ? D'accord, on était en hiver, et après son imitation du bonhomme de neige vivant, la glace était légèrement inappropriée. Mais ce n'était pas tant la glace qui importait, que la partie main dans la main avec Sebastian. Et s'il lui mordait la lèvre, peut être que ça lui ferait passer l'envie de se foutre de de lui ? Vengeance par morsure imminente 3... 2... 1... « La vérité c’est que je risque d’avoir… pas mal de choses à régler avant de pouvoir t’inviter comme il se doit à un rendez-vous. Mais oui, je veux qu’on se revoie. Et pas simplement pour du sexe. » Oh – Micah, qui était prêt à lui laisser l'emprunte de ses dents dans sa stupide bouche, garda ses crocs à leur place. Ses lèvres subitement animées d'une vie propre s'étirèrent en un sourire lumineux. « Enfin je tiens ce que j’ai dit, je veux te faire l’amour dans les règles de l’art. Mais… pas seulement. » « Le sexe c'est super, on garde le sexe. » acquiesça Micah avec une légèreté qui collait mal à la myriade de frissons que cette histoire de ''faire l'amour dans les règles'' faisait naitre au creux de son ventre. Comme s'il était précieux et important. Et il l'était... au moins assez pour que Sebastian veuille le revoir. Pourquoi est-ce qu'il avait autant de mal à se faire à cette idée ? Peut-être parce que Sebastian était comme l'enfant chéri de Town Square ? Il n'avait eu qu'à citer son nom à son père en lui expliquant qu'il voulait travailler pour lui et hop, magie ! Ce dernier avait directement mis un visage sur son nom et su qu'il parlait du propriétaire du Morning Coffee. Et okay, Micah n'était pas du genre à être intimidé, et son expérience dans la douche avait de quoi vaincre la plus petite parcelle de timidité ou du pudeur qui subsistait en lui, mais ce quelque chose entre Sebastian et lui ? Définitivement intimidant, et encore plus excitant.

« Pour demain par contre je fais l’ouverture du café, donc je risque de partir tôt. Mais ne te réveille pas pour moi, tu peux rester autant que tu veux. » expliqua Sebastian comme si tout ça était normal, avant de l'amener sur lui le plus naturellement du monde. Il passa sa main dans son dos en une caresse apaisante. Le contact empli immédiatement Micah d'une onde de calme et d'une vague de désir. Son dos s'inclina sous les doigts de son amant. « Mais en attendant… j’aimerais profiter encore un peu de toi. » C'était terrible comme Micah se découvrait faible, face à ce genre de demande. En fait il suffisait que Sebastian pose ses mains sur son corps pour qu'il perde tout contrôle de lui-même. Non seulement c'était épuisant, mais en plus c'était dangereux pour sa capacité (déjà) réduite, à réfléchir.

Son amant repris possession de son cou, et de ses fesses. Micah écarta les cuisses pour enserrer son bassin. Il venait juste de s'épuiser sous la douche et – bon sang, il avait déjà envie de lui.

Encore –

D'accord, si Sebastian voulait profiter. Il allait profiter. Il avait été prévenu, s'il le cherchait, il le trouverait !

« Dis... » minauda l'adolescent en pressant avec provocation son derrière contre l'entrejambe de Sebastian. « Quand tu m'as demandé si je comptais passer la nuit nu. Tu croyais vraiment que non ? » Il inspira pour se contraindre à une certaine maitrise, et se redressa pour le toiser d'un air joueur. « Ou alors c'était pour mieux m'effeuiller toi-même ? » Il se débarrassa de son haut et – aïe, saloperie de poignet – déposa ses mains sur le torse de son partenaire. « J'ai du mal à croire ça. Je crois que t'es du genre... bestial et pressé. » Un coup de bassin ponctua ses mots. Micah rejeta la tête en arrière et poussa un gémissement de plaisir. « Tu le veux. » Il riva à nouveau un regard chargé de défi dans dans celui de Sebastian. « Mon joli petit cul, tu le veux non ? » Il se pencha sur lui, captura le lobe de son oreille entre ses dents et murmura d'une voix chaude : « si... étroit autour de tes doigts. » Micah eut un petite rire, cristallin et indomptable. Ses mains remontèrent sur le corps de Sebsatian. Serpentèrent le long de ses bras. Capturèrent ses poignets, de chaque côté de son visage. « Ne me dis pas que non, je peux sentir cette... massive érection que t'as là. Je parie qu'elle serait encore plus grosse en moi. »

Il l'embrassa. Comme si le seul air respirable émanait de sa bouche. Serrant ses poignets, se faisant mal au sien blessé. Micah le poussait pour que Sebastian le pousse en retour. Parce que c'était la première chose qu'il avait aimé chez lui. Il ne le traitait pas comme une chose fragile. Une part de Micah n'en pouvait plus qu'on le traite comme le gosse brisé qui avait perdu sa mère. Il était toujours un ado insolent et imprudent. Il avait besoin de challenge et de fermeté. Il en avait trouvé en Sebastian. Dans son arrogance, dans son désir de lui, dans sa douceur. Il avait envie qu'il le contienne. Qu'il le garde. Qu'il le brise. Qu'il le répare. Comme on dit dans les magasins ''Tu casses, tu payes''. Peut-être que c'était exactement ce qu'il recherchait. Qu'il le casse. Qu'il l'achète. Qu'il le trouve utile. Qu'il le rende utile. Qu'il le chérisse. Qu'il le garde. Qu'il le garde...

« J'ai vu ton visage quand je t'ai dis que j'avais dix huit ans. » susurra le jeune homme, un peu haletant, en léchant langoureusement ses lèvres. « Qu'est ce que t'as ressenti dis moi ? Du soulagement, parce que j'étais majeur ? Ou l'envie de voir ce que ça faisait d'abuser d'un adolescent encore vierge de tout homme ? D'ailleurs ça me fait penser que... je ne sais même pas quel âge tu as ! »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Ven 8 Fév - 2:12





Micah & Sebastian



Ce gamin allait être ma mort. Je ne savais pas si on pouvait mourir de frustration, de sexe, ou de paroles, mais si c’était possible… Micah allait me tuer. J’avais lutté déjà à de plusieurs reprises pour le faire taire, simplement parce que je voulais qu’il utilise sa bouche de manière plus utile. Mais là… ugh, toutes les paroles qu'il me disait arrivaient tout droit à mon entrejambe, et il n’avait même pas besoin de me toucher pour que je commence à sentir une raideur dans mon pantalon. Pourtant, ça avait commencé calmement. J’avais débuté en le caressant avec tendresse et envie, le couvrant de baiser, lui montrant à quel point je voulais partager avec lui. Toute cette relation n’avait rien de sain, et j’ignorais s’il pouvait croire en mes paroles vu comme il m’avait vu capable de mensonge. Mais je voulais montrer que mon intérêt était réel. Et ce qui avait commencé comme ma volonté de montrer mon affection, évoluait jusqu’à quelque chose d’incontrôlable.

« Dis... » avait-il commencé plus ou moins innocemment en frottant la courbe de ses fesses contre mon entrecuisse. « Quand tu m'as demandé si je comptais passer la nuit nu. Tu croyais vraiment que non ? » continua-t-il en se redressant sur moi. Je lançais un regard interrogateur. « Ou alors c'était pour mieux m'effeuiller toi-même ? » Je riais légèrement, tant pour ses questions que pour l’image du garçon luttant pour enlever son t-shirt. « C’est surtout que j’avais peur de ne pas dormir de la nuit si je devais sentir ta nudité contre moi. Mais j’ai l’impression qu’il est déjà trop tard pour espérer un peu de sommeil… » expliquais-je, me dénudant à mon tour avant de parcourir de mes doigts le ventre désormais nu du garçon. « J'ai du mal à croire ça. Je crois que t'es du genre... bestial et pressé. » reprit le jeune homme après avoir fait glisser ses mains sur mon torse. Je commençais à comprendre où toute cette discussion allait nous mener. Le ton dans la voix de Micah mêlé à ses mouvements de bassin me confirmaient que je risquais de ne pas fermer l’œil de la nuit. Mais il fallait bien avouer… que je m’en fichais assez. Désormais, ce qui me préoccupait le plus c’était la raideur dans mon pantalon et celle que je pouvais sentir dans celui de mon amant. « Tu le veux. » Quoi ? « Mon joli petit cul, tu le veux non ? » Oh… Je gémis, et acquiesçais légèrement d’un signe de tête tandis que mon partenaire vint mordiller mon lobe d’oreille. Oh le salaud savait s’y prendre. « Mh, oui… je le veux. » répondais-je malgré moi. « si... étroit autour de tes doigts. » Je gémissais à nouveau, et sentis mon bassin s’élever pour se frotter contre celui du jeune homme, effectuant de légère rotation. Sans m’y attendre, je me retrouvais soudainement les mains autour de mon visage, bloquées par celles de Micah. A cette image, l’excitation monta encore plus en moi. Et lorsque je pensais que le garçon ne pourrait rien faire de plus excitant, il prononça : « Ne me dis pas que non, je peux sentir cette... massive érection que t'as là. Je parie qu'elle serait encore plus grosse en moi. ». Et il m’embrasse là-dessus.

Un truc se brisa en moi à ce moment. Toute la retenue que j’avais s’envola, et j’étais incapable de retenir le flot de paroles qui sortait de ma bouche. Elles étaient agressives, passionnées, franches, et pleine d’envie. « Elle serait tellement grosse en toi que tu la sentirais pendant des jours, me suppliant de te refaire l’amour encore et encore parce que tu te sentirais vide sans moi. » Mon bassin continuait de se frotter contre les fesses de mon amant et je tentais de me positionner de telle façon que mon membre en trace la ligne, appuyant mes propos. « Il faudrait que je te prépare pendant des heures. Avec mes doigts, et ma langue si tu en avais envie… » continuais-je, léchant ouvertement la bouche du garçon. « Et seulement après que tu m’aies supplié pour que je te remplisse, je te pénétrerais… lentement, avec toute la précaution et la douceur dont je pourrais faire preuve pour ta première fois… et seulement là… je te ferais l’amour. » terminais-je, ne cessant de frotter mon membre contre lui, donnant des coups avec mon corps, poussant Micah lorsqu’il le faisait lui-même. Je voulais me libérer de son entreprise, mais appréciais de lui donner quelque peu le dessus. Et ça me permettait de tenir ce que je disais et d’ainsi ne pas lui faire l’amour dans la seconde. Malgré ça, j’avais envie d’attraper ses mains et de le forcer à se retrouver sur le dos pour que je me retrouve sur lui. Je voulais forcer mon corps contre le sien… le posséder. Je voulais lui montrer que ce soir… il était à moi. Mais en attendant je le laissais m’embrasser, forcer son bassin contre le mien.

Le silence s’était installé, mais fut vite interrompu par la voix de Micah. « J'ai vu ton visage quand je t'ai dis que j'avais dix huit ans. » remarquait-il avant de lécher mes lèvres avec envie. Je l’embrassais furtivement avant qu’il ne reprenne. « Qu'est ce que t'as ressenti dis moi ? Du soulagement, parce que j'étais majeur ? Ou l'envie de voir ce que ça faisait d'abuser d'un adolescent encore vierge de tout homme ? D'ailleurs ça me fait penser que... je ne sais même pas quel âge tu as ! » Je souriais en l’embrassant, et lançais, tentant : « Ça dépend, quel âge tu me donnes ? Tu as peur d’offrir ta virginité à un vieil homme qui se délecte d’abuser de jeunes adolescents… ? Ou peut-être que ça t'excite plutôt ? ». Et sur ces mots, j’inversais nos positions. Je me retrouvais désormais sur Micah, emprisonnant ses mains dans les miennes, collant mon torse contre le sien tandis que je mordillais ses lèvres. « Je demandais quel âge tu avais pour être sûr de ne pas finir en prison à cause de toutes les choses peu catholiques que je comptais te faire. Comme ça par exemple… » continuais-je en venant lécher son torse, prenant en bouche l’un de ses tétons, le suçant, le mordillant. Je faisais de même sur l’autre avant de finalement lâcher les mains de mon amant pour descende plus bas. Je léchais le moindre centimètre de peau que je trouvais, et maintenais de mes mains le bassin tremblant du garçon. J’enfouis mon visage dans son entrejambe, léchant à travers le tissu la large érection que je pouvais sentir. Je la caressais quelque peu d’une main tandis que l’autre descendait enfin son pantalon, libérant son membre tendu. J’en embrassais tendrement le bout avant de lancer un regard assez obscène à Micah, le sourire aux lèvres. « Et j’aurai vingt-cinq ans le dix-sept février prochain… Si tu veux m’offrir quelque chose… » Je léchais sa longueur avant de reprendre : « Ton corps m’irait très bien. » et de finalement la prendre en bouche, suçant quelque peu l’extrémité, tenant le reste de ma main. Je retenais de mon bras libre le corps du garçon afin qu’il ne fasse pas de mouvement brusque, et continuais ma tâche comme si ma vie en dépendait. Tout ça était très nouveau pour moi, mais je m’étais rapidement habitué et attaché à ces nouvelles sensations. Je lâchais finalement la virilité du garçon, et remontais pour embrasser langoureusement celui-ci. Reprenant en main ce que je venais de quitter. Je traçais sa mâchoire de ma langue avant d’atterrir vers son oreille dont je suçais le lobe entre mes lèvres. « Je sais que tu veux des rendez-vous non sexuels aussi… mais que dirais-tu si je t’invitais chez moi un soir… Tu préviendrais que tu passes la nuit ailleurs, je te cuisinerais un bon dîner, on se parlerait de nos journées respectives en tout bien tout honneur, et finalement… je te ferais tendrement l’amour devant la cheminée… pour la première fois… » murmurais-je, la voix suave, assumant enfin mon amour pour les clichés. Parce que j’avais peut-être été ironique en parlant de marcher main dans la main sur la place comme tout bon couple cliché – oh mon dieu, couple – mais j’aimais parfois faire les choses ainsi. Et pour sa première fois, pour notre première fois, les clichés semblaient être… convenables.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Ven 8 Fév - 23:51





Sebastian & Micah


Une lueur dangereuse venait de s'illuminer comme un flash dans les yeux de Sebastian. Micah eut un sourire malicieux. Il avait touché au but. Et non, il ne voulait pas vraiment que Sebastian le prenne ici et maintenant, mais le tenter et lui faire avouer son désir était un pêché pour lequel l'adolescent plaidait ouvertement coupable.

« Elle serait tellement grosse en toi que tu la sentirais pendant des jours, me suppliant de te refaire l’amour encore et encore parce que tu te sentirais vide sans moi. » Woah... est-ce qu'il venait vraiment de dire ça ? « Il faudrait que je te prépare pendant des heures. Avec mes doigts, et ma langue si tu en avais envie… » La gorge de Micah fit un bruit sec. Mon dieu l'idée de sa langue sur cette partie si intime de son corps, était tellement obscène... Il pouvait imaginer sa chaleur, la sensation incomparable – « Et seulement après que tu m’aies supplié pour que je te remplisse, je te pénétrerais… lentement, avec toute la précaution et la douceur dont je pourrais faire preuve pour ta première fois… et seulement là… je te ferais l’amour. » conclu Sebastian avec cette douceur qu'il avait l'art de faire violemment contraster avec tout le reste de ses mots. Avec son attitude fiévreuse, son regard réduit à deux fentes affamées, ses coups de reins placés juste comme il fallait pour que le jeune homme se sente défaillir. Pour que sa prise sur ses poignets se fasse moins ferme et que son souffle s'échappe de sa gorge, trop vite, trop éraillé.

Sebastian aurait pu reprendre le contrôle à cet instant. Ils le savaient tous les deux. Il avait déjà repris le dessus rien qu'en parlant. Bordel... il était maléfique. Un silence tendu s'écoula lentement. Très lentement. Il fallait que Micah chasse toutes les images torrides que son esprit lui envoyait. « C'était dégoutant. » se plaignit-il tout en frissonnant. Mon dieu, il était en train de développer un faible pour son langage cru. Et qui avait ce genre de faiblesse à dix huit ans ?...

« Ça dépend, quel âge tu me donnes ? Tu as peur d’offrir ta virginité à un vieil homme qui se délecte d’abuser de jeunes adolescents… ? Ou peut-être que ça t'excite plutôt ? » Raté ! Ça ne lui faisait pas peur, ni ne l'excitait. Rectification : ça aurait pu l'exciter s'il se penchait sur la question. Le daddy sexy qu'il vouvoyait plus tôt dans la soirée lui revint sournoisement en tête, mais le jeune homme se mordit la lèvre. Il avait choisi Sebastian parce qu'il était... lui. Son âge ne l'avait même pas effleuré jusqu'ici.

« J'ai envie de te l'offrir à toi, peu importe ton âge. » répondit Micah avec une moue mi coquine, mi sincère. Tout à coup Sebastian le renversa. L'adolescent rit, surpris et joyeux, et se laissa capturer. « Je demandais quel âge tu avais pour être sûr de ne pas finir en prison à cause de toutes les choses peu catholiques que je comptais te faire. » Ooooh, la vérité avait le goût d'une petite victoire. « Comme ça par exemple… »

Micah lui lança une œillade interrogatrice – qu'est ce qu'il –

– oh mon dieu, il léchait son torse il... est-ce qu'il pouvait seulement sentir son cœur tambouriner tout à coup, juste là sous sa langue ? Si c'était le cas il devait s'en foutre royalement (voir même adorer l'effet qu'il lui faisait, le pervers) ou avoir définitivement décidé du troisième round dans le lit. Okay, Micah l'avait totalement cherché et il payait pour son crime. Son crime d'allumage. Parce que Sebastian était dangereusement et foutrement inflammable et qu'il... léchait sans vergogne ses tétons – Micah tressaillit. Il n'aurait jamais cru qu'autant de nerfs étaient attachés à cette zone. Ni que cette zone était à ce point reliée à son entrecuisse.

Ses doigts s'enfoncèrent dans les draps. Sebastian respirait fort entre ses cuisses. Léchait à travers le tissu, le respirait comme... comme un prédateur près à festoyer.

« Mmh... » gémit Micah, alors qu'il voulait protester. Continuer de jouer, le chasser de son corps pour mieux revenir le chercher. Et Sebastian était... il le – l'embrassait. Ses lèvres était douces contre son membre. Et il lui parlait seulement... Micah était tellement submergé de sensations qu'il avait du mal à discerner les mots. Vingt-cinq ans, dix sept février. Lui offrir quelque chose...

La bouche de Sebastian était tellement chaude –

Micah pouvait sentir sa barbe de quelques jours. Son frottement râpeux suivit de la caresse brûlante de sa langue. Et il voulait bouger ses hanches, devait les bouger, mais il ne pouvait pas, parce qu'on amant le pressait contre le matelas, le maintenait immobile. « T'as – t'as gagné... » souffla Micah désespérément. Il avait du mal à respirer, pris dans des élans de désirs contradictoires, ses hanches cherchaient à échapper à son compagnon, tout en tentant de le pousser à aller encore plus loin. Et Sebastian le tenait, prisonnier, solide. « Plus de – hum – provocation. J'ai – j'ai trouvé mon maître – oh mon dieu – »

Une longue plainte roula dans sa gorge lorsque Sebastian le lâcha. Aussitôt bâillonnée par un baiser. Micah passa ses bras dans son dos, se pressa plus fort contre lui, vaincu, l'écouta murmurer à son oreille. « Je sais que tu veux des rendez-vous non sexuels aussi… mais que dirais-tu si je t’invitais chez moi un soir… Tu préviendrais que tu passes la nuit ailleurs, je te cuisinerais un bon dîner, on se parlerait de nos journées respectives en tout bien tout honneur, et finalement… je te ferais tendrement l’amour devant la cheminée… pour la première fois… » Le plaisir lui brouillait les sens alors même que son cœur s'embrasait d'affection pour Sebastian. Il sentit sa main caresser sa virilité et se mordit la lèvre sous l'effet du plaisir.

Difficilement, Micah guida ses mains sur le visage de son amant pour le regarder. L'admirant sans mot, comme s'il essayait de lire toutes les vérités de l'univers dans ses yeux. « Tu ferais ça ? » souffla t-il, incertain et tendre. Et – il le croyait, enfin. Parce que Sebastian aurait pu tout avoir de lui dans l'instant. Mais qu'il attendait. Malgré son désir, malgré Micah qui s'offrait à lui sans condition. Parce qu'il voulait l'étreindre langoureusement. Prendre le temps de découvrir son corps, de le découvrir lui. L'adolescent rougit. Il était romantique, son dieu grec. « Je pourrais tomber amoureux. » murmura t-il après un instant. « Et pas seulement de ton romantisme et de tes clichés. »

Il avait dit ça sereinement, un peu brouillé de plaisir et animé par son simple désir d'être avec Sebastian sans savoir, ni se demander ce qui les attendait. Il l'embrassa affectueusement et gigota un peu sous lui. Une de ses jambes glissa le long de la sienne, taquine, joueuse. « Prends pas peur. Je demanderai l'autorisation avant de m'attacher ! Je tiens à ce rendez-vous. C'est un rendez-vous ? Un projet à court terme ? Je te préviens je vais être conquis. Manger et parler, mes deux activités préférées ! »

Et c'était un miracle qu'il ai réussit à dire tout ça avec la main de Sebastian qui le torturait. Un peu plus libre de ses mouvements, Micah fit doucement rouler ses hanches, parce que hmm... allo ? Il ne comptait pas être abandonné dans cet état. Non non non, pas question.

D'une main caressante, il glissa la main jusqu'au pantalon de son amant. Se faufila à l'intérieur et entama un mouvement lent, observant intensément son visage. « J'ai envie de te faire jouir. Moi même. De te sentir dans ma bouche. » confessa Micah d'une voix un peu rauque. Et ça risquait d'être compliqué dans sa position actuelle, même s'il adorait sentir le poids de Sebastian sur lui. « Je te promet de pas te torturer comme t'es en train de le faire avec moi. » Il lui mordilla la lèvre un peu trop fort, en guise de toute petite vengeance. « Alors... Soit tu me laisses m'échapper soit tu te ramènes jusque là avec ce que t'as entre les jambes. »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Sam 9 Fév - 2:41





Micah & Sebastian



Les battements de mon cœur commençaient à devenir incontrôlables. L’excitation et la peur créaient en moi une sensation que je ne connaissais pas et qui me donnait l’impression qu’un immense poids était tombé sur ma poitrine. Micah voulait m’offrir sa virginité. Enfin, il voulait que je sois son premier homme. Ce n’était pas simplement parce que la différence d’âge l’excitait, ou parce que j’étais le seul homme intéressé par l’idée qu’il avait sous la main. Non… il me voulait moi. Dans plusieurs années, que je fasse toujours partie de sa vie ou pas… il se souviendrait du premier homme qui l’a touché intimement… moi. J’aurais sûrement du me sentir flatté, et pour être parfaitement honnête, je l’étais. Mais surtout, j’avais peur qu’il n’ait pas réfléchi à tout ça. Il disait ça maintenant, mais d’ici quelques jours il aurait peut-être changé d’avis. Rien que ça me réconfortait dans mon idée qu’il fallait que nous attendions encore un peu. Tout était encore trop récent. Nous nous étions précipités, sans trop savoir où tout cela allait nous mener. J’avais déjà assez eu de relations pour être sûr de ce que je voulais. Et là, j’étais certain de vouloir Micah. Mais l’inverse était moins sûr. Il était jeune, inexpérimenté, et ne savais probablement pas ce que fréquenter un homme de mon âge pouvait impliquer. Nous avions probablement des attentes différentes, et cette réalisation ne me préoccupait pas encore trop pour l’instant, mais quoi qu’il arrive, j’étais assez grand pour m’en remettre. Et surtout, je ne voulais pas que le jeune homme regrette quoi que ce soit. Après cette nuit… je lui laisserais un peu de temps pour y réfléchir. Je comptais tout de même tenir mes promesses s’il le désirait toujours d’ici quelques jours. J’avais envie de Micah. Pas seulement sexuellement. Ça aussi, bien sûr. Mais je voulais aussi en savoir plus sur lui… apprécier simplement sa présence à mes côtés. Je lui expliquais donc mes plans, la volonté que j’avais à l’invité à dîner avant de lui faire ce que j’avais expliqué en détail un peu plus tôt. « Tu ferais ça ? » demanda-t-il, tendrement. Je souris devant tant de douceur, et plaçai un léger baiser sur ses lèvres avant de répondre. « Bien sûr… Tout ce que tu veux. » soufflais-je, comme s’il était idiot de douter de ma proposition. Je le vis rougir lorsque l’adolescent reprit : « Je pourrais tomber amoureux. » . Oh. « Et pas seulement de ton romantisme et de tes clichés. » Oh oh.

Amoureux. Amoureux. Amoureux.

En voilà un mot qui faisait peur. J’avais quelque peu réussi à effacer mes peurs quant à l’avenir de cette relation. Mais voir Micah m’avouer soudainement… ça. Mes craintes remontaient à la surface. Et là, je n’avais pas peur que le jeune homme regrette de s’être donné à moi sans réfléchir. Là c’était la peur que je ne pourrais peut-être pas lui redonner son amour. Je sais bien qu’il ne parlait là que d’une possibilité future. Mais même pour moi c’était trop. J’avais beau avoir de l’expérience, je n’avais jamais connu l’Amour. Avec un grand A. Certes j’avais vécu des belles histoires, mais jamais je n’avais avoué mes sentiments à quelqu’un. Ça ne m’avait même jamais effleuré l’esprit. J’avais vu ce qu’était le véritable amour chez mes parents, je savais que ce que j’avais vécu jusque-là n’en était pas. Voir Micah si… ouvert à l’idée de tomber amoureux de moi m’effrayait au plus haut point. Ce garçon… méritait tout. Il méritait qu’on lui rende son affection, qu’on soit là pour lui, qu’on participe à son bonheur chaque jour. Et bizarrement, l’idée de pouvoir lui procurer ça m’attirait. Mais la crainte d’en être incapable était encore plus grande.

Mon crâne allait exploser. Je ne voulais pas penser à ça maintenant. Je voulais profiter de l’instant sans me préoccuper des regrets que j’aurais plus tard ou pas. J’étais bien avec Micah. J’aimais la chaleur de sa peau contre la mienne. J’aimais sentir son parfum se mêler au mien. J’aimais le son de sa voix quand j’arrivais à le perturber ou à l’exciter. Pourquoi devait-il déjà me parler de sentiment maintenant ? Mes craintes durent se lire sur mon visage, car le garçon reprit la parole. « Prends pas peur. Je demanderai l'autorisation avant de m'attacher ! Je tiens à ce rendez-vous. C'est un rendez-vous ? Un projet à court terme ? Je te préviens je vais être conquis. Manger et parler, mes deux activités préférées ! » . Heureusement, les mots de mon amant réussirent à me rassurer, et je retrouvais mon calme. Je portais ma main à son visage, et commençais à en caresser la joue. Au fil des heures, j’avais appris que ce geste me faisait un bien fou. Sentir le regard de Micah dans le mien, apprécier la chaleur de sa peau sous mes doigts, le sentir se lover dans ma paume… voilà des sensations que j’étais certain de vouloir continuer d’avoir. Finalement, je retournais embrasser mon compagnon. Avec tendresse, envie. Comme si c’était la seule chose qui pourrait me faire reprendre pied après toute cette inquiétude. « Après cette nuit… on devrait prendre un peu de temps. Réfléchir à ce qu’on attend vraiment. On s’est précipités. J’ai envie de te revoir, plus que tout. Et je crois que ça c’est qui m’effraie en partie. J’ai jamais… j’ai jamais autant voulu qu’une relation marche. » avouais-je. Parce que j’avais besoin de dire ce que j’avais sur le cœur. « Mais tu es si… jeune. Et j’ai jamais réussi à m’attacher… à quelqu’un. Mais j’en ai envie. Avec toi. Je veux essayer. » continuais-je, réalisant finalement que j’avais lâcher l’emprise que ma main avant sur le membre du garçon. Je me léchais les lèvres à la réalisation. « Mais ne parlons pas de ça maintenant. Réfléchissons chacun de notre côté, à tête reposée, quand j’ai pas ton érection entre mes mains. Et d’ici quelques jours, je t’appelle, et si tu es toujours intéressé… je te ferai ce que j’ai promis. D’accord ? » finissais-je, concluant mon surplus de parole par un baiser comme pour sceller notre marché.

Maintenant que j’avais trouvé le courage de m’exprimer, je reprenais en main la virilité de mon amant, retrouvant le mouvement qui, je le savais, le rendais fou. Soudainement, je sentis la propre main de Micah se faufiler dans mon pantalon pour m’offrir le touché dont j’ignorais rêver. Je poussais un léger gémissement lorsque je sentis sa peau contre la mienne. « J'ai envie de te faire jouir. Moi même. De te sentir dans ma bouche. » Si je n’étais pas déjà assez dur comme ça, sa proposition finissait le boulot. Les souvenirs de la soirée remontaient en moi, et ma respiration s’accélérait lorsque je me rappelais de la chaleur de la bouche du garçon autour de mon membre. Ses lèvres. Sa langue. « Mh… » lâchais-je sans m’en rendre compte tandis que Micah reprenait : « Je te promet de pas te torturer comme t'es en train de le faire avec moi. ». J’étouffais un rire, et laissais mon compagnon me mordre la lèvre, m’offrant là une toute autre torture. « Alors... Soit tu me laisses m'échapper soit tu te ramènes jusque là avec ce que t'as entre les jambes. » proposa-t-il enfin. Oh mon dieu. Je m’imaginais soudainement à cheval autour du visage du garçon, lui présentant toute ma virilité pour qu’il la prenne en bouche. Mais l’idée avait beau être attirante, j’avais peur d’être trop demandeur s’il me laissait garder le dessus durant un tel acte. « Une prochaine fois peut-être. » lançais-je avant de le faire à nouveau passer sur moi, lui offrant la possibilité de me faire ce qu’il désirait.

Sans plus attendre, je le sentais descendre sur moi, me libérant – enfin – du pantalon que j’avais eu l’idiotie d’enfiler dans un premier lieu. Le problème était que malgré cet interlude sentimental, toute mon excitation n’avait pas baissé et ne demandait qu’à ce qu’on s’occupe d’elle. Alors à peine sentais-je la bouche de Micah autour de mon membre que je me sentais oublier mon nom. Le garçon était beaucoup trop doué. Beaucoup… beaucoup trop doué. Il savait où faire glisser sa langue, où apprécier la pression adéquate… Par instinct, je vis glisser mes doigts dans ses cheveux, faute de mieux. Je le laissais me faire doucement atteindre l’orgasme, suivant simplement ses va-et-vient de mes mains. « Je… bientôt… Ah Micah ta bouche ! Ugh… C’est… mh, si bon. Continue… » Et il ne fallait plus grand-chose avant que je sente mon amant avaler tout ce que ma jouissance déversait. J’aurais pensé qu’il se retirerait lorsque je l’aurais prévenu, mais à la place je ne voyais lécher tout ce qu’il n’avait pas pu avaler et – nom de dieu c’était la vision la plus obscène et pornographique qu’il soit. Ce gamin allait être ma mort ! Sebastian Petterson, 1988 – 2013, mort par fellation juste avant son vingt-cinquième anniversaire. « Ça devrait être inhumain de faire ça. » haletais-je en invitant le garçon à remonter à mon niveau pour que je l’embrasse et puisse finir ce que j’avais commencé plus tôt de ma main droite. Je pouvais me sentir sur la langue de mon amant, mais n’y prêtais pas trop attention, étant bien trop occupé à le faire jouir à mon tour.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Dim 10 Fév - 4:36





Sebastian & Micah


« Après cette nuit… on devrait prendre un peu de temps. Réfléchir à ce qu’on attend vraiment. On s’est précipités. » Micah encaissa la proposition comme un reproche cinglant. Il avait vu Sebastian se tendre avec appréhension au mot ''amoureux''. Il avait dit une bêtise, il – « J’ai envie de te revoir, plus que tout. Et je crois que ça c’est qui m’effraie en partie. J’ai jamais… j’ai jamais autant voulu qu’une relation marche. Mais tu es si… jeune. Et j’ai jamais réussi à m’attacher… à quelqu’un. Mais j’en ai envie. Avec toi. Je veux essayer. » L'adolescent relâcha le souffle qu'il avait retenu malgré lui. Comme si l'oxygène regagnait ses poumons à ces seuls mots, et que le monde autour tournait de nouveau. « Mais ne parlons pas de ça maintenant. Réfléchissons chacun de notre côté, à tête reposée, quand j’ai pas ton érection entre mes mains. Et d’ici quelques jours, je t’appelle, et si tu es toujours intéressé… je te ferai ce que j’ai promis. D’accord ? » Micah hocha doucement la tête. Un mélange de joie et de crainte bouillonnait en lui comme de la lave en fusion. Il s'était promis de ne pas réfléchir à ses actes de ce soir. De ne les assumer qu'au réveil. Sa raison rôdait quelque part, tapie dans l'ombre, mais son cœur parlait plus fort. Il avait pris les rênes et l'emmenait tout droit en terre inconnue. Les lèvres de Sebastian sur les siennes coupèrent le torrent de ses pensées, et la crainte s'apaisa. Où qu'ils aillent, ils y allaient ensemble.

Et Micah le désirait. Il était incapable de se rassasier du goût de sa peau, du plaisir qu'il savait pouvoir lui donner. Il s'entendit lui proposer une fellation. A quel moment Micah avait trouvé autant d'assurance en matière de sexe ? Mystère. Le brouillard de convoitise qui l'entourait rendait chacun de ses actes étrangement inévitable. Il n'aurait pas pu s'en empêcher, même s'il le voulait. Il avait juste besoin, maintenant, de le sentir entre ses lèvres, sur sa langue, et de le regarder perdre le contrôle comme il savait si aisément lui faire perdre le sien.

« Une prochaine fois peut-être. » répondit Sebastian et Micah arqua un sourcil. Non ? Vraiment ? Dieu merci son amant inversa leur positions. Ouf ! Aussitôt Micah s'attela à la tâche. Il laissa sa paume tracer les muscles de son torse, embrassa son ventre, glissa le bout de sa langue dans son nombril, puis le débarrassa une fois pour toute de son pantalon. Ses mains ne tremblaient plus comme la première fois. Il prit plus de temps, prit son membre dressé dans sa main. Il était brûlant et tellement – dur, et humide. Micah en lécha le bout avec envie, en huma l'odeur musquée et, sans pouvoir s'en empêcher, enroula ses lèvres autour. Seigneur – a quel moment il en était arrivé là ? A ce stade de dépendance ? Est-ce que ça avait seulement de l'importance ?

Il ne s'arrêta que lorsqu'il ne pu aller plus loin, que la pression contre sa gorge l'empêchait de respirer. Sebastian glissa ses mains dans ses cheveux. Mais gentiment, sans le forcer. Il le gardait à sa place, lui, sa langue, sa bouche – ouverte et douce pour son seul plaisir. C'était tout ce que Micah voulait. Chaque petite part débauchée et sensuelle de l'acte l'électrisait. Lui donnait envie de plus. Le rendait accro à un besoin féroce et animal qu'il ignorait posséder jusque cette nuit. « Je… bientôt… Ah Micah ta bouche ! Ugh… C’est… mh, si bon. Continue… » L'adolescent gémit contre sa virilité, et, oh pour rien au monde il ne se serait arrêté. Et juste après, il sentit la jouissance arriver. Comme prévu, comme il en avait été averti – chaude et amer, se répandant avec force dans sa gorge. C'était comme – se noyer en Sebastian, ou quelque chose comme ça, et c'était tellement excitant. Tellement trop. Il en suffoqua un peu, et du se retirer. Il jeta une œillade languissante à son amant, alors qu'il entreprenait de nettoyer la semence qui lui avait échappée. « Ça devrait être inhumain de faire ça. » haleta t-il, en le ramenant près de lui. Micah partagea la saveur érotique de sa propre jouissance dans leur baiser et le nargua gentiment « Je ne t'ai pas entendu me dire d'arrêter. »

Il ravala son impertinence dans la seconde. Sebastian venait de reprendre son membre en main. Oh – il ne l'avait pas oublié tout compte fait. Micah l'embrassa, le souffle court. Il avait les lèvres encore sensibles et humides. Chaque mouvement de son amant le faisait se tordre de plaisir. Il nicha son visage dans son cou. Il l'embrassait sans y penser, concentré sur le mouvement de ses hanches, dans le poing de son amant. « C'est toi qui vas me tuer. » souffla t-il au creux de sa nuque. Et il était épuisé, et excité. Bientôt il sentit la chaleur annonciatrice de l'orgasme le submerger. Il se libéra dans la main de Sebastian dans un gémissement qu'il étouffa en mordant son épaule. Son orgasme dura et dura, jusqu'à qu'il s'effondre, pantelant et alangui, contre lui.

Micah avait le visage rougi de plaisir, mais il se sentait plus paisible. Oubliant son excitation pour une autre forme d'allégresse. Il passa sa langue sur ses lèvres. Sa poitrine se soulevait au rythme de sa respiration, et ses paupières mi-closes observaient son amant. Qui était réellement Sebastian Petterson ? Cet homme qui l'obsédait de bien des façons. Est-ce qu'il pourrait l'aimer comme il avait eu la maladresse de le dire ? Micah leva la main et caressa sa joue, puis l'attira à lui pour l'embrasser tendrement. Il pourrait l'aimer. Il pourrait l'aimer passionnément. Peut-être l'aimait-il déjà d'une certaine manière. Peut-être s'était-il glissé dans son cœur au premier baiser.

« Je t'ai pas dis merci. » chuchota t-il, en se blottissant contre Sebastian, indifférent à la moiteur de sa propre jouissance entre eux. « Je voulais te le dire tout à l'heure. Avant qu'on... enfin c'est un peu bête maintenant. Mais c'était – gentil, de t'être occupé de moi. »

Micah se fit câlin sur ces mots. Il lui baisa la mâchoire, puis les lèvres, déposa un baiser joueur sur son nez. Il se sentait vide de toute force, porté par un sentiment d'euphorie et de douce fatigue. Sebastian, son odeur, sa chaleur, l'encerclant dans un cocon de bien être. Il aurait pu s'endormir dans ses bras. Il –

Quelque chose venait de lui sauter dessus ! Micah sursauta, bondit littéralement. Tiré violemment de sa semi-conscience. Il poussa un petit cri très proche de celui qu'il avait poussé en voyant Sebastian s'apprêter à lui coller un coup de pied, et roula sur le côté. Pas de bol, ou foutage de gueule de l'univers, leurs ébats les avaient conduit au bord du lit. L'adolescent se sentit tomber, essaya de raccrocher aux draps qu'il emporta lamentablement dans sa chute.

Il percuta le meuble de chevet. Son portable lui tomba sur la tête dans un ''poc'' sonore. Micah secoua la tête, et se massa le cuir chevelu, hagard. Il jeta un coup d'œil sur le lit et découvrit une grosse boule de poils toute blanche, qui avait vaguement l'air du croisement entre un chien et un ours polaire. Sebastian avait un chien ! Il avait un chien ! Mais où est-ce qu'il l'avait planqué pendant tout ce temps ? Et c'est avec un temps de retard que Micah réagit à la douleur - pourtant très minimale - dans un retentissant :

« AIEUH ! »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 


Dernière édition par Micah B. Summers le Mer 20 Fév - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Dim 10 Fév - 20:21





Micah & Sebastian




Micah et moi serions nos morts respectives. L’avantage, c’est que ce serait une mort douce, paisible, et pleine de jouissance. Je me sentais honteusement à l’aise auprès du jeune homme. Bien plus que je ne l'avais jamais été. Je prenais un malin plaisir à faire glisser mes doigts sur sa peau, à le sentir frissonner, à tracer la moindre courbe de son corps pour apprendre à le connaitre toujours un peu plus. Son souffle dans ma nuque me réchauffait le cœur, et même la marque de ses dents sur mon épaule me plaisait, me rappelant que c’était moi qui arrivais à le rendre si… bestial. J’oubliais le monde autour de nous lorsqu’il m’embrassait avec tant de tendresse, avec tant d’importance. J’avais beau avoir peur de l’avenir, lorsque mon amant se blottissait contre moi et m’embrassait ainsi, je ne pouvais que rêver de revivre de tels moments dans le futur. J’oubliais mes peurs, et me répétais que c’était de lui dont j’avais besoin à mes côtés. C’était peut-être mon orgasme récent qui brouillait mes pensées, mais à ce moment-là, je n’avais plus aucun doute. J’arrivais à m’imaginer l’emmener dans des rendez-vous clichés, ou même tout simplement de passer des soirées en tête à tête, à ne rien faire de particulier juste… apprécier d’être ensemble.

Je me fichais bien de la semence sur mon corps lorsque Micah vint se lover contre moi. J’appréciais simplement la facilité avec laquelle nos deux corps s’habituaient l’un à l’autre, et enroulais mon bras autour de lui, le forçant à toujours plus se rapprocher. « Je t'ai pas dit merci. » débuta le jeune homme. Je ne pouvais m’empêcher d’hausser un sourcil. Il me remerciait pour le sexe là ou… ? « Je voulais te le dire tout à l'heure. Avant qu'on... enfin c'est un peu bête maintenant. Mais c'était – gentil, de t'être occupé de moi. » Ah. Non. Je poussais un léger rire face à la pensée idiote que j’avais eu, et déposais un baiser sur le haut du crâne du garçon. « Pas la peine de me remercier, c’est normal. Après tout c’est de ma faute si tu t’es retrouvé dans cette situation… » Je n’avais même pas le temps d’aller au bout de ma pensée que Micah se rapprocha encore un peu plus m’embrasser la mâchoire, les lèvres, le nez… Bon, si c’est comme ça qu’il me remerciait, je ne pouvais pas lui refuser. Je me laissais attendrir par ses actions et, bercé par mon compagnon, pouvais commencer à sentir la fatigue monter en moi. Mes forces me quittant, je lâchais un peu l’emprise que j’avais autour de lui, et le sentais s’endormir tout comme moi.

C’était bien sûr sans compter sur l’intervention de l’une de mes dernières acquisitions… Carpette. Le croisement parfait entre un chien et un ours polaire. Même si je le soupçonnais de tenir plus de l’ours. La bête venait de sauter sur le lit, et plus précisément sur Micah qui s’était retrouvé par terre presque aussitôt, non sans pousser un cri dont il avait le secret. Mon état de fatigue m’avait empêché de comprendre tout ce qui venait exactement de se passer, et mon regard alternait entre l’animal et le jeune homme. « Aieuh ! » Je restais sans bouger quelques instants, assis sur le lit, la tête de Carpette sur ma cuisse nue. Il était trop tard pour devoir gérer tout ça. Je tendais alors une main à mon compagnon, l’invitant à regrimper sur le lit, à mes côtés. Je le faisais s’asseoir près de moi, et enroulais mon bras autour de lui avant de déposer un baiser rassurant sur son épaule. De ma main libre, je caressais doucement la tête de la bête, montrant qu’elle n’avait rien d’effrayant et qu’au contraire, ce n’était qu'un gros nounours. « Micah, je te présente Carpette. Je l’ai adopté il y a quelques semaines. C’est qu’une grosse boule de poils qui passe son temps à dormir ou à me demander d’aller en promenade. Il est inoffensif. » présentais-je simplement avant de prendre dans une main son museau. « Quant à toi… si tu pouvais éviter d’effrayer Micah, ça m’arrangerait. J’aimerais bien qu’il revienne… » annonçais-je, franc, déposant un baiser en haut de sa truffe, et oubliant presque que le jeune homme en question était à côté de moi. Lorsque j’avais vu l’animal pour la première fois, j’étais immédiatement tombé raide dingue de lui. J’étais dans un moment de ma vie où j’avais besoin d’une présence à mes côtés, quelqu’un qui redonnerait de l’animation à mon foyer. Je n’avais juste pas pensé que Carpette serait aussi… calme et ne me servirais finalement que de bouillotte pendant la nuit. Voilà surement la raison qui l’avait poussé à venir nous rejoindre sur le lit. Au moins, il avait eu la décence d’attendre que nous ayons fini nos petites affaires...

Ce n’est que lorsque l’ours décida de se coucher au pied du lit que je pus à mon tour retrouver ma position initiale, et inciter Micah à faire de même. J’enroulais mes bras autour de ce dernier, et enfouis mon visage dans son cou, y déposant quelques baisers avant de murmurer, joueur : « Je ne voudrais pas virer le pauvre animal, on va donc être obligés de rester collés l’un à l’autre toute la nuit… ». Non pas que ça me dérange. Bien au contraire. Je me détachais quelques secondes de mon amant pour éteindre les lumières à mon chevet, et nous recouvrais alors tous les deux d’une couette. Il ne me fallait plus très longtemps avant de me laisser bercer par les battements de cœur de mon compagnon, et de m’endormir paisiblement contre lui.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Lun 11 Fév - 1:29





Sebastian & Micah


Sebastian ne bougeait pas. Sans déconner ! Il était là, tranquillement assit avec son chien. Ours. Chien-ours. Chiours ? Et vraiment, Micah s'en serait voulu de déranger cette belle communion de l'homme avec son... animal. Il vit la main de son futur ex amant lui proposer son aide. Et puis quoi encore ? Il avait l'air d'une demoiselle en détresse ? Non, juste d'un imbécile empêtré dans un drap, lui souffla une petite voix mesquine dans sa tête.

Avec toute la dignité qu'il lui restait, l'adolescent se drapa (et c'était le cas de le dire) dans le drap qu'il avait emporté dans sa chute, toisa la bête honnie et grimpa, majestueux, sur le lit. Sebastian encercla sa taille d'un bras, sans doute pour l'empêcher de retomber, on ne sait jamais, il était en droit de vouloir jouer la ceinture de sécurité artisanale. C'était plutôt prévenant.

« Micah, je te présente Carpette. Je l’ai adopté il y a quelques semaines. C’est qu’une grosse boule de poils qui passe son temps à dormir ou à me demander d’aller en promenade. Il est inoffensif. » Mouais, inoffensif. Si on veut. « En attendant, c'est moi qui ai fait la carpette. » ronchonna Micah. Et c'était quand même difficile d'en vouloir à ce nounours tout blanc. Surtout quand Sebastian se mettait à lui parler comme à un gamin turbulent – et hmm... il n'avait pas employé ce ton là avec Micah dans la soirée au moins ?... « Quant à toi… si tu pouvais éviter d’effrayer Micah, ça m’arrangerait. J’aimerais bien qu’il revienne… » Le maître embrassa la truffe de son ours domestique. Et l'adolescent aurait pu se liquéfier et fondre, juste comme ça. « C'est pas ton ours qui m'empêchera de revenir. » remarqua t-il en tendant sa main à Carpette. L'ours le renifla avec curiosité, et Micah aventura ses doigts derrière ses oreilles touffues. « T'es allé le chercher dans la montagne ? On dirait un chien de traineau. Peut-être qu'il m'aurait sauvé avec un peu plus d'entrain que toi, tout à l'heure devant ta porte ! Enfin – dans ta porte. »

Après un petit câlin, Carpette s'en alla se coucher au pied du lit. Sebastian se recoucha en emmenant Micah avec lui. Ce n'est pas comme si l'adolescent allait se débattre. Il soupirait de plaisir sous les baisers qui dévalaient la pente de son cou, en redemandant toujours un peu plus. « Je ne voudrais pas virer le pauvre animal, on va donc être obligés de rester collés l’un à l’autre toute la nuit… »

« Tant qu'il vient pas se mettre entre nous ! Tu es à moi cette nuit. » susurra t-il en se serrant un peu plus contre lui, possessif. Il se remémora la visite de Sebastian à l'animalerie. Et du furet qu'il avait essayé de lui refourguer. Maintenant qu'il voyait Carpette, il comprenait pourquoi le furet n'avait eu aucune chance. Il n'était pas moins mignon, et Micah commençait à aimer plus que de raison ses yeux noirs toujours à l'affût qui l'observaient tous les midis. Mais il n'avait rien d'un chien... « Pourquoi t'es venu à l'animalerie ? » demanda t-il, d'une voix ensommeillée mais curieuse. « J'avais une chance de te refiler mon furet ou tu voulais un chien dès le début ? J'ai été vexé. D'habitude quand j'arrive à capter l'attention d'un client, il repart au minimum avec un accessoire pour son animal ! Me dis pas que je suis un mauvais vendeur. »

Il se tut là dessus. Il n'avait pas pu aller travailler et n'était pas franchement sûr d'être bien accueillit à la boutique le lendemain. Mais là tout de suite, Micah était à peu près sûr de pouvoir classer cette information avec son nouveau statut d'amant démoniaque briseur de ménage, c'est à dire dans le dossier qu'il examinerait en se réveillant demain. Les bras rassurants de Sebastian autour de son corps et son souffle chaud contre sa peau aidant, il retrouva l'état de bien être dans lequel il était plongé avant de se faire attaquer par une saleté d'ours. Il aimait tout chez cet homme. Son corps musclé, sa générosité, son arrogance, ses chocolats chauds. Sa façon de le toucher, tendrement, parfois violemment, comme s'il ne parvenait pas à se contenir, le poids de son corps sur le sien, la peau de ses mains le parcourant avec avidité. Toujours avide, Sebastian. Comme si quelque chose lui manquait. Pourtant Micah était sien maintenant. Et peut-être qu'il le serait encore à l'avenir, demain, il aviserait...

3:52
L'heure exact à laquelle Micah fut tiré de son sommeil par une sonnerie de téléphone étrangère à ses oreilles. Où-est ce qu'il était déjà ? Ah. Sur Sebastian. Il papillonna des yeux gonflés de fatigue et leva mollement le bras vers la table de chevet pour attraper l'appareil coupable. La chose vibrait, sonnait s'illuminait comme guirlande de Noël hystérique. L'adolescent se lécha les lèvres et frotta son nez contre le visage de son amant. « Hmm... Sebastian. » Il lui colla le téléphone sous le nez pour toute explication. Franchement Micah n'était pas grognon, mais n'importe qui, qui le dérangeait à une heure pareille et surtout en pareille compagnie, méritait d'apprendre le sens du mot connard. Et peut-être que Sebastian était sexy quand il insultait les gens... Aussi sexy que quand il lui promettait une nuit torride et pleine de débauche inavouable. Raaah non. Pourquoi la proximité de Sebastian le rendait si dangereusement esclave de sa libido ? Il ne pouvait pas dormir un peu ?

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Lun 11 Fév - 3:08





Micah & Sebastian


L’épreuve du chien c’était un peu le passage obligé avant d’être accepté dans ma vie. Chez toute personne normale, on présentait son compagnon à ses proches, ses parents, ses enfants… Mais comme je n’avais rien de tout ça, il fallait que Micah soit accepté par Carpette. Ce n’était pas forcément un défi de plaire à l’animal. Dès qu’on lui faisait des caresses bien placées, il adoptait les gens. Nous avions au moins un point commun. Mais j’étais tout de même ravi de voir que mon amant avait vite changé d’avis sur mon ours domestique. Je l’avais visualisé comme le genre d’homme aimant des bêtes. Enfin… des bêtes adorables pleines de poils avec des grands yeux qui vous regardent avec un air triste. Pas des araignées et des serpents en gros. Mais finalement, je pouvais voir que mon compagnon s’était fait à la présence de Carpette. Et rien ne pouvais plus me ravir en cet instant. Ou peut-être que si, cette phrase par exemple. « C'est pas ton ours qui m'empêchera de revenir. » . Je cachais mon contentement. Je ne doutais pas forcément de sa volonté à me revoir, mais c’était toujours bon d’entendre confirmation. Je l’observais alors caresser l’animal, et comprenais qu’il l’avait définitivement adopté. « T'es allé le chercher dans la montagne ? On dirait un chien de traineau. Peut-être qu'il m'aurait sauvé avec un peu plus d'entrain que toi, tout à l'heure devant ta porte ! Enfin – dans ta porte. » me demanda-t-il finalement après une petite séance gratouille derrière les oreilles. « Ahahah. » riais-je faussement en donnant un léger coup dans la direction du garçon. « Ses anciens maîtres l’avaient abandonné au chenil du coin. Ils ne s’en occupaient pas du tout et se faisait battre à chaque fois qu’il bougeait un peu trop. Pour ça que maintenant il fait sa carpette et dort à longueur de temps. Enfin, j’ai l’impression qu’il s’est habitué à moi et qu’il recherche enfin la présence humaine. » expliquais-je, presque mélancolique. Ça me dépassait que des humains ne puissent pas être gaga devant un tel nounours. Mais au moins, nous nous étions trouvés l’un l’autre, et Carpette et moi nous complétions finalement pluôt bien.

Après de telles mésaventures, il était enfin temps d’aller dormir. Je provoquais une dernière fois Micah, et celui-ci me répondit : « Tant qu'il vient pas se mettre entre nous ! Tu es à moi cette nuit. » . Je resserrais mon étreinte pour montrer que je n’irais nulle part et que j’étais à lui autant qu’il le voulait et me laissais partir doucement dans un sommeil profond. Je n’en avais hélas pas l’opportunité. « Pourquoi t'es venu à l'animalerie ? » entendais-je. Je grommelais quelque chose. Surement une demande pour plus d’explication, moi-même je ne reconnaissais pas mes paroles. « J'avais une chance de te refiler mon furet ou tu voulais un chien dès le début ? J'ai été vexé. D'habitude quand j'arrive à capter l'attention d'un client, il repart au minimum avec un accessoire pour son animal ! Me dis pas que je suis un mauvais vendeur. » continuait-il. Je changeais légèrement de position pour ne plus avoir mon visage dans sa nuque, et ainsi me laisser plus de liberté pour parler. Endormi, j’essayais de répondre. « On m’avait conseillé… ta boutique. J’ignorais juste le genre d’animal qu’on y vendait. Et j’étais surement plus intéressé par toi que par ce que tu essayais de me vendre… » expliquais-je, la voix basse, l’air endormi. Il manquait certains détails à cette histoire, mais j’étais bien trop fatigué pour en dire plus. En attendant, c’était la vérité, et ça suffirait. Je déposais un dernier baiser sur la joue de Micah, et me laissais sombrer dans un lourd sommeil.

J’étais le genre de personne à toujours beaucoup cogiter avant de s’endormir. Pour la première fois depuis très longtemps, j’atterrissais dans les bras de Morphée l’esprit léger. J’aurais bien assez à me préoccuper dès le réveil, et pour l’instant, je remarquais l’aspect apaisant qu’avant Micah sur moi. Il parlait trop, et avait le don pour me perturber, mais malgré ça, il m’apaisait d’une certaine manière. Dans d’autres circonstances j’aurais réfléchi au pourquoi de la chose, mais pour l’instant j’étais juste reconnaissant. J’aurais pu passer une excellente nuit si un bruit sourd ne m’avait pas réveillé en plein milieu de celle-ci. « Hmm... Sebastian. » En plus du raffut, je sentis mon compagnon gesticuler à côté de moi, et me mettant dans la figure un objet froid, lumineux, sonore, et non identifié. Il me fallut de longues secondes avant de réaliser que c’était ma sonnerie de téléphone que je reconnais, et que c’était lui qui s’accaparait mon visage. Je le pris en main, et vis l’heure. 3:52.

Lorsqu’on vous appelle à cette heure-là, ça ne veut dire que deux choses. Soit ce sont de jeunes idiots qui ont fait un numéro au hasard et vous embêtent. Soit on veut vous annoncer une mauvaise nouvelle. Et comme le nom de mon frère s’affichait sur l’écran, ça éliminait tout de suite l’un de ces scénarios. Cette réalisation me tira immédiatement de mon sommeil, et je sortis aussitôt du lit. Faisant les cent pas dans ma chambre, m’arrachant les cheveux d’une main, et serrant fort mon portable de l’autre, je cherchais quelle nouvelle partie de mon monde allait pouvoir s’écrouler. Toutes les catastrophes s’accumulaient dans ma tête, et je préférais prendre mon courage à deux mains et finalement décrocher. Avant ça, je prenais simplement la peine de m’asseoir sur le lit. Mon corps tremblait, et malgré toute ma volonté de découvrir ce qu’il se passait, je n’arrivais pas à me résoudre à répondre. Ce n’est que la présence de Micah derrière moi qui m’offrit ce courage. « A – allo ? » décrochais-je, la voix cassée. Je paniquais un peu plus en entendant la colère dans la voix de mon frère qui me demandait ce que j’avais fait de ma soirée pour ne pas pouvoir répondre plus tôt. J’étais physiquement incapable de lui répondre, et le laissais donc continuer. Au fil de ses insultes, je commençais à desceller un sourire dans sa voix, et me trouvais plus intrigué qu’effrayé. Jusqu’à ce que finalement… « Quoi ? » hurlais-je. « C’est pas vrai ? Pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ? » m’entendais-je demander, sachant pertinemment que c’était ma faute si je n’avais pas été mis au courant plus tôt. « Mais ils vont bien tous les deux… ? » demandais-je, heureux, mais inquiet. Après quelques secondes à acquiescer au téléphone, je lâchais un franc « C’est vraiment merveilleux, félicitations ! », soulagé, avant de finalement raccrocher. Je sentais les larmes perler, mais ne pouvais pas m’en préoccuper. C’était des larmes de joie. Je me tournais finalement vers Micah qui n’avait probablement pas loupé une seconde de toute cette scène. « Je suis désolé pour toute cette… panique. J’ai cru qu’encore… bref. » m’excusais-je dans l’empressement, cherchant mes mots. « Mon frère a essayé de m’appeler toute la nuit, mais j’étais… occupé... disons. Sa femme était en train d’accoucher et vient tout juste de mettre au monde un fils. Mon neveu donc. Je suis oncle ! » lâchais-je d’une traite, un immense sourire sur le visage avant d’emprisonner de mes mains le visage de Micah et de l’embrasser avec passion. « J’arrive pas à… Oh, excuse-moi je devrais pas t’embêter avec ça. C’est juste qu’on avait vraiment besoin d’une bonne nouvelle dans cette famille… » m’excusais-je à nouveau, gêné par tant d’engouement. Je retournais donc me coucher, retrouvant la position que j’avais dû abandonner quelques minutes plus tôt, me recollant à nouveau au garçon. Je souriais dans son épaule, incapable de m’arrêter. « Merci d’être là. » murmurais-je, sans trop savoir pourquoi. Je le remerciais peut-être de m’avoir donné le courage nécessaire pour décrocher. Ou peut-être que c’était un remerciement plus global d’avoir embelli ma soirée et ma nuit. Ou peut-être encore que c’était plus simplement pour être la personne dont j’avais besoin dans ma vie. Mais j’y réfléchirais plus en détail au matin. En attendant, j’avais besoin de dormir.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Lun 11 Fév - 21:52





Sebastian & Micah


Deux secondes. Micah avait pu se recaler deux secondes en position de dodo,dans l'optique que Sebastian, comme toute personne normale, allait décrocher mollement, marmonner trois mots endormis et raccrocher.

Au lieu de ça, son amant bondit hors du lit comme un diable de sa boîte. Un spectacle déroutant pour Micah, qui comme souvent lorsqu'il était face à une situation inattendue, inclina la tête sur le côté. Il leva un regard nimbé de sommeil et d'incompréhension vers la silhouette de son amant, plongée dans la pénombre de la chambre. Il tournait comme un lion en cage qu'on tourmenterait à coup de tisons ardents. Et nul doute que le tison, c'était le téléphone qu'il serrait dans sa main crispée. Le supplice dura encore quelques instants, Sebastian vint se rassoir au bord du lit, observant l'écran avec une inconcevable appréhension. Comme si c'était un flingue et qu'il s'apprêtait à jouer à la roulette russe.

Sans réfléchir, Micah repoussa la couette et vint se glisser contre son dos, lentement et en silence, dans l'espoir d'apaiser son angoisse. Il l'entendit décrocher, enfin, et sentit ses muscles se tendre contre lui. Le jeune homme n'avait aucune idée de ce qui pouvait bien se tramer au téléphone, mais cette agitation l'inquiétait. Il se recroquevilla, comme une petite boule blottie contre son dos. Essayant de ne pas se montrer envahissant tout en étant là.

Carpette était là lui aussi. Retranché dans un coin de la pièce. Sans doute qu'il avait eu peur de voir son maitre dans un tel état. Ils étaient deux comme ça. Micah lui fit signe de grimper le rejoindre. Pour le rassurer d'une part, et de l'autre pour focaliser son attention sur le chien, et pas sur une conversation téléphonique qui ne le regardait sans doute pas. D'accord, il était un indécrottable petit fouineur, mais pas... pas dans ces circonstances. Pas quand Sebastian semblait si bouleversé.

« Shhht... » fit-il doucement, à l'adresse du chien, qui venait de fourrer sa grosse tête sous sa main. Un « Quoi ? » les fit sursauter tous les deux. Micah se décolla de son amant et écouta la suite de ses réactions. L'atmosphère de stress qu'il irradiait, se dissipait peu à peu. Il y avait quelque chose de clair dans sa voix, qui avait remplacé la peur viscérale. Soulagé, l'adolescent retourna s'adosser à la tête du lit, et ramena la couette autour de ses épaules. Sebastian... il ne voyait pas bien mais il aurait pu jurer voir un larme rouler sur sa joue. Micah frissonna, il se sentait étrangement inadéquat, catapulté dans quelque chose d'intime et d'important. « C’est vraiment merveilleux, félicitations ! » s'exclama son amant, et cette fois, il semblait vraiment heureux.

« Je suis désolé pour toute cette… panique. J’ai cru qu’encore… bref. » Micah fronça les sourcils. Cru que quoi ?... « Mon frère a essayé de m’appeler toute la nuit, mais j’étais… occupé... disons. Sa femme était en train d’accoucher et vient tout juste de mettre au monde un fils. Mon neveu donc. Je suis oncle ! » Et tout s'éclaira soudainement, alors que Sebastian emprisonnait son visage et l'embrassait. Micah réalisa quelle genre de peur l'avait paralysé. Il était question de sa famille... Et comme bien des gens à Town Square, l'adolescent avait appris l'accident qui avait frappé les propriétaires du Morning Coffee. A vrai dire, il n'en savait rien, jusqu'à ce qu'il ne rencontre Sebastian en personne. Son propre accident l'avait maintenu isolé du reste du monde à l'époque. « J’arrive pas à… Oh, excuse-moi je devrais pas t’embêter avec ça. C’est juste qu’on avait vraiment besoin d’une bonne nouvelle dans cette famille… » Un fin sourire naquit sur les lèvres de l'adolescent. Du pouce il essuya le sillon d'une larme sur sa joue. « Tu m'embêtes pas. Je – je suis heureux pour toi. » murmura t-il en déposant un baiser sur ses lèvres. Au contraire, il comprenait... mais il était également troublé. Cet élan de panique, l'avait désarçonné. Sebastian était donc à ce point terrorisé de perdre les gens qu'il aimait ? Ça devait être épuisant au quotidien, une telle peur...

Son amant le coupa dans sa réflexion en revenant se coucher. Micah l'accueillit contre son corps, un peu à court de mots. « Merci d’être là. » entendit-il tout souffler sur sa peau. Il aventura ses mains dans le dos de Sebastian. Ses muscles n'était plus tendus. « De rien. » répondit simplement Micah. Parce qu'il n'avait rien fait de spécial et qu'il ne savait pas pourquoi il le remerciait, mais que le faire remarquer lui semblait inapproprié.

Il aurait voulu lui demander pourquoi il avait eu si peur. Lui dire que tout n'est pas obligé d'être triste et dramatique, qu'il venait d'en avoir la preuve. Mais qui était-il pour prodiguer ce genre d'avis ? Alors Micah se contenta de remonter sa main le long de sa nuque, puis dans ses cheveux pour le garder contre lui. « Tu vas être un super tonton. » remarqua t-il avec malice. « Tonton Seb. Ça t'irait bien. »

Il sourit, se demandant de quoi il aurait l'air avec un bébé dans les bras. Il y avait tant de choses qu'il ignorait à son sujet, et même si cet appel l'avait troublé, Micah se sentait privilégié d'avoir été présent à cet instant. D'avoir vu Sebastian si heureux et soulagé. Une multitude de questions de bousculait dans sa tête, mais le sommeil était sur le point de vaincre Micah. Après tout, il avait faillit mourir de froid, vécu sa première expérience avec un homme, savouré la douche la plus sensuelle de sa vie et pour la première fois depuis six mois, il se sentait bien. Juste bien. Pleinement en entièrement. Il en avait même oublié son inhalateur, qui ne le quittait jamais ! Sebastian, nouveau remède contre l'asthme... Il faudrait qu'il pense, quand il se réveillerait...

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Mar 12 Fév - 0:34





Micah & Sebastian


Il avait fallu que ce coup fil arrive pile ce soir-là. Pile le soir où Micah et moi nous rapprochions et qu’il passait la nuit avec moi. Même si j’appréciais l’effet bénéfique qu’il avait eu sur moi, je ne pouvais m’empêcher d’avoir l’impression de l’avoir envahi de mes problèmes et de mes craintes. Il n’avait rien demandé de tout ça, et découvrait malgré lui que je vivais dans la peur constante que le ciel me tombe sur la tête. Ça ne m’étonnerait même pas qu’il prenne peur et s’enfuie aussitôt. Pourtant il était resté là. Je l’avais senti contre mon dos lorsque j’étais au téléphone, j’avais vu lorsqu’il avait appelé Carpette à nous rejoindre. Je pouvais sentir qu’il souhaitait me laisser mon intimité tout en se montrant présent, et je lui en étais reconnaissant. J’avais eu honte lorsqu’il avait essuyé la larme sur ma joue. Déjà parce que j’ignorais qu’elle se trouvait là, mais surtout parce que je ne voulais pas qu’il se sente obligé de le faire. Il n’avait certainement pas décidé de passer la nuit avec moi pour par la suite devoir essuyer mes larmes et compatir à mes problèmes. Il avait bien assez à faire chez lui, je n’avais pas le droit de lui imposer ma propre détresse. Même si je l’ignorais toujours aussi présente en moi. Enfin. Micah n’avait pas semblé être si effrayé par toute cette situation. Juste… troublé, et sûrement plein de questions auxquelles je répondrais volontiers un jour s’il me demandait. En attendant, je profitais une dernière fois des lèvres du garçon, et nous laissais nous recoucher. Je frissonnais au contact de ses doigts sur ma nuque, puis dans mes cheveux. C’est au même moment qu’il décida de prendre la parole. « Tu vas être un super tonton. » Je souriais sans répondre. « Tonton Seb. Ça t'irait bien. » Je riais plus ouvertement. C’était la première fois qu’on m’appelait ainsi, et il fallait bien avouer que c’était un nom qui sonnait comme une douce mélodie à mes oreilles. J’ignorais si je pouvais être véritablement un bon oncle sachant que mon frère et moi vivions des deux côtés opposés du pays, et que je risquais de pas les voir très souvent. Mais je préférais m’endormir sur les paroles positives de Micah, hélas trop fatigué pour les commenter.

La nuit fut définitivement trop courte. Pourtant, je ne regrettais rien de ce qui m’avait tenu éveillé. D’une certaine manière, hier soir, deux personnes extraordinaires étaient rentrées dans ma vie. C’est d’ailleurs devant le visage de l’une d’entre elles que je me réveillais ce matin : Micah. J’avais la chance d’avoir un réveil naturel appelé Carpette. Dès que le soleil se levait, j’avais droit à quelques léchouilles sur le bout des doigts, et aujourd’hui ne faisait pas exception. Je tapotais alors la tête de l’animal, le remerciant, et m’accordais quelques secondes de plus sous les draps, auprès de mon nouvel amant. Je luttais pour de pas déposer un baiser sur son visage endormi, mais le pauvre dormait si paisiblement que je m’en serais voulu de le sortir de son sommeil. Je m’extirpais alors du lit non sans mal, et me dirigeais aussitôt dans la salle de bain pour prendre une douche bien méritée. Il m’était difficile de ne pas me remémorer ce moment partagé avec Micah sous l’eau la veille et riais malgré moi en mettant un pied dans la cabine. Je continuais ce que j’avais à faire, faisant le moins de bruit possible lorsque je devais avoir accès à ma chambre, et rapidement, l’heure de partir arriva. Je retournais alors près de mon lit, et voyais que Carpette avait pris ma place après que je sois allé le promener. Je nous trouvais décidément de plus en plus de points communs avec cet ours. Je vins m’asseoir sur le bord du lit, du côté de Micah, et fis glisser tendrement ma main sur son visage pour le réveiller en douceur. J’aurais très bien pu lui laisser un mot, mais j’avais peur qu’il m’en veuille de le laisser sans lui avoir dit quelques mots. Quitte à devoir le réveiller, et à ce qu’il doive se rendormir par la suite. Au bout de quelques secondes, je vis ses yeux s’ouvrir faiblement. J’embrassais son front en souriant, continuant mes caresses. « Désolé de te réveiller… » chuchotais-je pour commencer. « Je dois aller travailler, mais je ne voulais pas partir comme un voleur sans rien te dire. Ni même sans t’embrasser. » Je déposais un baiser bref, mais tendre, sur les lèvres endormies du garçon. « Fais ici comme chez toi, tu peux rester autant que tu veux. Même si j’imagine que tu devras bien retourner nourrir des mygales d’ici peu. » Je riais doucement, avant de conclure : « Je t’appelle bientôt, passe une bonne journée. » et de l’embrasser une dernière fois avant de quitter la pièce.

Il était désormais temps de retourner à la dure réalité de la vie. J’allais bientôt devoir assumer mes actes et être honnête avec les gens qui importaient toujours autant pour moi, malgré tout. La journée risquait d’être très longue, mais je me réconfortais avec l’idée que bientôt je pourrais revoir Micah. En attendant, ce dernier pourrait profiter de mon lit et de Carpette encore quelques heures s’il le désirait. Mais avant de partir, il tomberait sur des clés et un petit mot accrochés à la porte d’entrée de ma maison. « Voici les clés de chez moi pour que tu puisses refermer en partant. Ne me vole pas le trousseau mais… glisse-le dans la boite aux lettres ! Tu devrais avoir l’habitude d’y mettre des choses désormais (; En espérant ne pas te revoir coincé dans celle-ci en rentrant… à très bientôt Micah. ».

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   Jeu 21 Mar - 1:12






rp terminé

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\   

Revenir en haut Aller en bas
 

/!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» /!\ That's kinda awkward, huh ? ▽ Sebastian /!\
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Sebastian Lacrymosa
» Clasica San Sebastian (PT) =====> Wegmann (Colnago)
» [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-