NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 /!\ It doesn't matter (until you keep me sated) ▽ Sebastian /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 26

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ It doesn't matter (until you keep me sated) ▽ Sebastian /!\   Sam 2 Mar - 1:13





Micah & Sebastian

Comment est-ce que j’étais passé de chez moi, au couloir d’une école primaire à surveiller une petite fille ? La gêne sur le visage de Micah lorsqu’il avait voulu s’excuser du suçon m’avait complètement décontenancé. Je m’étais senti mal de lui avoir demandé qu’on reste caché. Tout ce que je voulais, c’est qu’il soit épanoui avec moi, qu’il ne se retienne de rien, et qu’il se sente surtout assez à l’aise à mes côtés pour faire ce qu’il voulait, sans avoir à se sentir obligé de s’excuser par la suite. Mais il ne m’avait pas laissé le temps de réagir, et nous nous étions retrouvés presque aussitôt dans la voiture, direction l’école. Et désormais, mon compagnon avait été accaparé par une institutrice, et je me retrouvais seul face à Sam. Celle-ci s’était agrippée à mes vêtements, et me regardait avec des grands yeux. « Comment tu t'appelles ? » entendis-je sa petite voix dire. Je m’accroupissais immédiatement à son niveau, et plongeais mon regard dans le sien. Lorsque j’avais vu Micah avec elle, j’avais immédiatement compris que personne ne devait certainement plus compter pour lui que sa sœur. Et maintenant que je l’avais devant moi, je comprenais pourquoi. C’était la fillette la plus adorable qui soit. J’avais l’impression qu’elle débordait d’amour et ne souhaitait que le bonheur des gens qui l’entouraient. « Sebastian. Et toi, c’est Sam c’est ça ? » répondais-je enfin. Elle murmura son prénom, comme pour s’y habituer, et répliqua avec entrain : « Oui, c’est Sam ! », comme si elle était ravie que je l’ai appelée directement ainsi, sans avoir à me donner son surnom. « Pourquoi je t’ai jamais vu avant ? » reprit-elle en me prenant les mains, comme pour en analyser leur taille. Je cherchais les bons mots ; une manière adéquate d’expliquer que son frère et moi ne nous connaissions pas depuis longtemps, mais qu’il avait tout de même assez confiance en moi pour me la confier.

Je n’avais pas le temps de m’exprimer qu’elle m’attrapait une main et m’entrainait vers l’autre côté du couloir. « Tu veux voir le dessin que j’ai fait avant que Tim dise des bêtises ? » proposait-elle sans vraiment me laisser le choix. J’acquiesçais d’un signe de tête, et la laissait me conduire où elle désirait. Elle m’embarqua vers un mur recouvert de dessins d’enfants, et me désigna l’un d’eux. « Alors, ça c’est mon papa. Là c’est Cachou, notre chien. Ça c’est Micah – tu le reconnais. Là à côté qui lui tient la main, c’est moi. Et sur le lit c’est maman. » J’avais ri un instant en admirant les immenses oreilles qu’elle avait collé à son frère, me tus mon rire lorsqu’elle me montra sa mère. Je m’étais à nouveau posté à son niveau, et posais une main dans son dos. « Ma maman elle est dans un lit parce qu’elle est à l’hôpital. Tim il a dit des méchantes choses sur elle en voyant mon dessin. » Les enfants pouvaient être à la fois adorable, comme Sam, mais certains avaient le don pour trouver les mots qui pouvaient facilement blesser. La petite avait assez d’épreuve à surmonter pour ne pas avoir à subir les idioties de ses camarades. « Tu sais… moi aussi j'étais dans cette école quand j'avais à ton âge. Il y avait aussi des garçons – et des filles – qui disaient des méchancetés sur moi et sur les personnes que j’aimais. Mais tu sais quoi ? Ils faisaient ça parce qu’ils étaient jaloux. Et là, ton Tim, je suis sûr qu’il a dit ces choses parce que lui, il a pas une super famille comme la tienne. En plus, ton dessin il est carrément mieux que le sien. » Juste à côté se trouvait en effet un dessin signé d’un « Tim », et le montrais à la fillette qui commençait à arborer un large sourire. « C’est vrai que mon dessin il est mieux… » remarquait-elle comme une évidence.

Soudainement, elle se tourna vers moi et se jeta à mon cou, m’étouffant presque de ses petits bras. « Je t’aime bien Sebastian ! Tu seras mon nouvel ami. » J’enroulais à mon tour mes bras autour d’elle. « Ah ! M’en voilà ravi ! ». Elle se détacha, et posta son visage à quelques centimètres du mien, en fronçant des sourcils : « Je vais devoir te partager avec Micah ? » grogna-t-elle à moitié. Je ne pouvais m’empêcher de rire, et fis mine d’être gêné de ma réponse. « Aah, j’en ai bien peur. Parce que je crois que lui aussi il m’aime bien. » Enfin j’espère. « Et toi aussi tu l’aimes bien ? » Je sentais une large arrière-pensée sous sa question, mais répondais tout de même, franchement : « Beaucoup, oui. ». Sam se décolla finalement de moi, et croisa les bras, se donnant un air puissant, comme si elle venait de découvrir une vérité que j’avais essayé de lui cacher. « T’es son amoureux c’est ça ? ». Grillé. « Je… euh… » Qu’est-ce que j’étais censé lui dire ? Que ce n’était pas le mot que j’aurais utilisé mais que quelques minutes plus tôt j’avais eu la langue de son frère dans ma bouche, et que donc oui, c’était quand même plus ou moins ça ? Je ne voulais pas mentir à la fillette, mais dans un sens, j’avais peur que de révéler une telle information à une enfant n’était peut-être pas la meilleure technique pour que nous restions cachés. « Tu sais garder un secret ? » chuchotais-je en agitant la main pour l’inciter à rapprocher son oreille. Elle acquiesça d’un signe de tête, toute excitée. « Je crois bien l’être, oui, mais chut, faut le dire à personne ! » Elle se recula et claqua ses mains sur sa bouche qui formait un large sourire. Je pouvais lire une joie immense sur son visage, et me disais que finalement… j’avais bien fait de lui avouer.

J’avais fini par lui attraper la main, la ramenant à l’endroit où Micah nous avait abandonné un peu plus tôt, afin qu’il ne nous cherche pas partout après avoir discuté avec l’institutrice. Il nous rejoignit rapidement. « Alors comme ça, t'as cogné un certain Timmy en plein cours ? » demanda-t-il, étrangement calme. « Il a dit que maman se réveillerait jamais ! Qu'elle avait des trucs cassés dans le cerveau et que ça se réparerait jamais ! » répondit-elle, certaine qu’elle tenait là une raison valable. Et c’était le cas. « J'espère que tu lui as collé une bonne raclée à ce petit minable. » remarqua Micah, fier, passant ses doigts dans la chevelure de la petite. Je souriais devant cette scène attendrissante, et commençais à nous entraîner vers la sortie, tenant toujours la main de l’enfant. « Vous avez fait connaissance ? » demanda son frère. Sam et moi échangions un regard complice, et elle me fit un léger clin d’œil. « Oui oui, Sam m’a montré le dessin qu’elle a fait aujourd’hui. Elle a un certain talent pour te dessiner je dois dire. » Il était inutile de préciser tous les détails de notre conversation, et préférais rire de l’illustration qui m’avait été montrée. Nous arrivions en dehors de l’établissement, et retrouvions les deux chiens que j’avais attachés sur des barrières près de l’entrée. Sam désigna mon animal du doigt. « C’est qui lui ? » « Carpette, mon chien. ». Elle s’en approcha et tapota le haut de sa tête. « On dirait un ours. » Je sais... je sais... Surtout qu’à côté d’elle, l’animal paraissait encore plus volumineux. J’attrapais sa laisse, tendais celle de Cachou à Micah, et nous entraînais tous près de la voiture. « Micah ? J’ai envie d’aller voir maman… » entendions-nous une petite voix dire en arrivant près du véhicule. Quelque peu gêné, et sachant d’avance la réponse du garçon, je proposais : « Je peux vous y conduire… si tu veux. » J’avais posé mon regard sur Micah. Je savais qu’il ne lui dirait pas non, et que notre journée ensemble allait bientôt s’achever. Autant essayer de récupérer quelques précieuses minutes avec lui, et avec Sam qui commençait déjà à trouver une place dans mon cœur.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.


Dernière édition par Sebastian L. Petterson le Jeu 21 Mar - 1:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ It doesn't matter (until you keep me sated) ▽ Sebastian /!\   Sam 2 Mar - 20:20





Sebastian & Micah


Jusque là, Micah n'avait pas vraiment réfléchi à la portée de ses actes. Plus particulièrement de sa relation avec Sebastian. Ce qui était un flirt était devenu un coup d'un soir, qui était en train de se changer en véritable relation. La définition de leur statut social n'était pas encore décidée, mais peu importait au jeune homme. Il savourait chaque instant avec un bien-être désinvolte, en réclamant toujours un peu plus.

Et puis Sebastian lui avait imposé de rester dans l'ombre. La douche froide pour Micah, qui ne voyait aucun mal dans leur relation. Okay, il avait totalement poussé Sebastian à tromper son ex ''il ne savait pas quoi''. C'était mal. C'était très mal et égoïste, mais c'était fait et il n'arrivait pas à regretter ses actes. De là à envisager ce que le reste du monde allait penser d'eux...

La moitié de ses pensées étaient occupées à faire les connexions imprévues entre sa relation naissante et le reste de la ville, tandis qu'il contemplait Sam et Sebastian, main dans la main, à se lancer des clins d'œil comme deux larrons en foire. « Oui oui, Sam m’a montré le dessin qu’elle a fait aujourd’hui. Elle a un certain talent pour te dessiner je dois dire. » le titilla Sebastian, comme si Micah allait se laisser faire juste parce que l'être le plus cher de son univers l'avait adopté. « Ah-ah. Attends qu'elle te dessine toi aussi, tu feras moins le malin. »

Là dessus, Sebastian les entraina vers la sortie. Ou plutôt il entraina Sam, qui glissa elle même son autre main dans celle de Micah histoire qu'il suive le mouvement. Génial. Tout le monde se donnait la main comme le parfait couple gay sortant leur petite fille. Dieu merci les couloirs de l'école étaient déserts, et elle se détacha de lui pour aller caresser la tête d'ours de Carpette une fois dehors.

Micah les observa du coin de l'œil en récupérant Cachou. Il était silencieux, c'était généralement mauvais signe. Mais pas cette fois. Pas vraiment. Voir Sam et Sebastian ensemble éveillait un sentiment nouveau. Il n'existait pas de mot pour le définir mais c'était quelque chose de – de rassurant. Quelque chose qui venait colmater l'abysse d'incertitudes et de doutes creusés par l'obligation de rester cacher. Sebastian était avec lui. Avec eux. « Micah ? J’ai envie d’aller voir maman… » demanda Sam, tirant l'adolescent de ses pensées. Sebastian intervint avant même qu'il ai le temps de réfléchir à une réponse « Je peux vous y conduire… si tu veux. » proposa t-il dans un élan gentleman qui aurait plu à Micah à peu près n'importe quand, mais qui le laissait plutôt comme deux ronds de flan là tout de suite.

« Mais... on devait passer l'après-midi – » l'adolescent s'interrompit, marqua une pause, soupira, scruta Sam qui lui lançait son plus beau regard de cocker battu, et soupira encore une fois, vaincu. « Okay, tout le monde dans la voiture, on va voir maman ! »

Sam sautilla et découvrit toutes ses dents dans un sourire radieux, avant de grimper dans la voiture. Micah secoua doucement la tête, un sourire un peu bête sur les lèvres. Des fois, sa petite sœur le faisait fondre comme un vieux chamallow. Puis il ramena ses prunelles ambrées sur Sebastian. « J'aurais aimé rester près de toi un peu plus longtemps. » confessa t-il à mi voix. Il voulait le toucher aussi, lui voler un baiser avant de monter dans la voiture mais hmmm... ce n'était pas vraiment possible.

Après un moment d'hésitation maladroit, l'adolescent se détourna finalement de Sebastian – sans le toucher, ni l'embrasser, double gachis – embarqua Cachou à l'arrière avec Sam, qui se retrouva vite encerclée par les deux chiens. « Ça va là-dedans ? Pas trop serr – Sam, tu mets ta ceinture. » « Mais Carpette a les fesses dessus ! » « J'veux pas le savoir ! » râla Micah en tortillant la moitié de son corps dans l'habitacle. « Carpette, bouges ton cul de là. Et toi enlèves ta truffe de ma joue – tiens Sam, la ceinture – Cachou, tu te couches. Aïeuh ! » Et voilà, il venait de se cogner la tête en essayant de s'extraire du bordel à l'arrière. Micah referma la portière en se frottant le cuir chevelu. « Maintenant je comprends l'intérêt des voitures familiales. » grommela t-il en montant côté passager. Plus jamais il ne critiquerait l'antique mais spacieuse voiture des Summers. Promis, juré.

Le trajet se passait dans un calme relatif. Sam faisait la conversation aux chiens, Micah jetait des coups d'œil tout sauf discret à Sebastian, comme s'il essayait de lire à quoi il pouvait bien penser, avant de faire mine de s'intéresser aux rues enneigées. « Dis Micah, Sebastian, c'est le monsieur pour qui tu voulais travailler ? » demanda Sam au bout d'un moment. Micah tressaillit et répondit du bout des lèvres. « Oui, c'est lui. » « C'est celui que t'as traité de sale – » Oh mon dieu. La traitresse. Il l'avait vu venir. « Oui ! » coupa t-il en se retournant pour la regarder. « Peut-être que je l'ai insulté une ou deux fois.  Il se tourna vers Sebastian, comme un gosse pris la main dans le paquet de bonbons « D'accord, je t'ai insulté une ou deux fois, mais fais pas comme si tu t'en doutais pas ! » Retour à Sam. « Mais c'est fini ça. Les choses ont changées maintenant. » « Tu l'aimes bien maintenant ? » Tout ça ressemblait beaucoup trop à une espèce de piège. « Oui je – je l'aime bien. » Micah se sentit rougir. Ils étaient vraiment obligés d'avoir cette conversation DEVANT Sebastian ? « Plus que bien. » avoua t-il d'une petite voix. Sam se mit à sourire. De ce sourire qui n'avait rien d'innocent et qui voulait dire qu'elle allait éclater de rire d'un moment à l'autre. « Quoi ? Qu'est ce que vous avez raconté tous les deux pendant que j'étais pas là ? » s'écria Micah en les fusillant tous les deux du regard dans un ping pong oculaire sans précédent. « On est arrivééé ! » s'écria Sam. Et effectivement ils étaient arrivés sur le parking de l'hôpital. La petite fille se glissa jusqu'à Sebastian pour lui déposer un bisou sur la joue « Merci Sebastian. » Son ours eu également droit à son câlin. « Au revoir Carpette. » « T'emmène Cachou steuplait ? Je vous rejoins dans deux minutes. » Hé, ce n'est pas parce que Micah n'aurait pas de réponse à sa question qu'il n'avait pas quelques petites choses à spécifier en privé avant de partir.

« Désolé pour... » Il désigna Sam qui trainait Cachou vers l'hôpital (ou se faisait trainer par lui) du regard. « ...ça » Puis il tapota ses cuisses, fixant son jeans un instant. Il ne pouvait pas partir comme ça. « Écoute... cette histoire de rester cacher. Ça me va. Honnêtement, je comprends. J'veux dire, t'as une réputation, un café, et ça serait con de faire fuir les clients à cause de – » moi ? « D'une relation sans doute immorale aux yeux du monde. J'vais pas te mentir, ça me fait un peu peur. Okay, c'est comme un jeu, et c'est génial, j'adore jouer. Mais quand on joue on peut perdre et, j'ai pas envie de perdre. De te perdre. » Son souffle s'était accéléré et son cœur était installé pile dans sa gorge. Micah se foutait des rumeurs et de ce que les gens pouvaient bien penser de lui. Et il n'avait pas menti sur la plage, il était la personne la moins discrète de l'univers. Il allait être tellement nul comme amant caché... « Je t'ai menti tout à l'heure, quand je t'ai dis que j'avais plus de projets ni d'envies. » reprit-il après un moment d'hésitation. L'adolescent dirigea sa main vers celle de Sebastian, la serra doucement, et leva enfin les yeux vers lui. « J'ai envie de ça, de toi... de nous. T'es la toute première chose dont j'ai envie depuis l'accident. »

Micah ne savait pas vraiment pourquoi il lui disait tout ça. Peut-être parce qu'il paniquait. Qu'il ne voulait pas devenir un fardeau pour Sebastian. L'hésitation ne lui allait pas, Micah était d'un naturel insatiable et passionné. Et Sebastian lui rendait la passion qu'il avait perdu ces derniers mois. « Je devrais y aller... » dit-il enfin, embarrassé, autant par ses paroles, que par l'envie vraiment vraiment écrasante de l'embrasser qui ne le lâchait pas depuis qu'ils avaient quitté sa maison.

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 26

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ It doesn't matter (until you keep me sated) ▽ Sebastian /!\   Dim 3 Mar - 3:58





Micah & Sebastian

Très sincèrement, ça me brisait le cœur de devoir abandonner Micah aujourd’hui. Et Sam aussi maintenant que j’avais fait sa rencontre. Je les aurais bien amené manger une glace au coin de la rue, ou faire un tour dans un parc avec les chiens… Mais après ce que la petite m’avait raconté, je comprenais sa volonté à vouloir aller voir sa mère. Et je savais que ce n’était pas un endroit où j’étais convié. J’étais au moins rassuré de savoir que mon compagnon avait la même déception que moi, me rappelant que nous nous étions promis de passer l’après-midi ensemble, et m’informant qu’il aurait voulu profiter encore un peu plus de moi. Je lui lançais alors un sourire rassurant, plein d’espoir. Je savais qu’aujourd’hui n’était que le premier d’une grande lignée de rendez-vous, en tête à tête ou pas. Maintenant que nous avions clarifié les choses, rien ne nous empêchait de nous rejoindre, toujours plus souvent, toujours plus longtemps. Mais en attendant, les deux Summers avaient besoin de rendre visite à leur mère, et je ne pouvais que me proposer pour les y emmener. Micah embarqua alors tout le monde à l’arrière, et attacha l’enfant non sans mal. Se cognant de partout, subissant la folie des chiens, je me moquais ouvertement du garçon alors que j’avais tranquillement pris place derrière le volant. J’aurais sûrement pu lui venir en aide, mais j’avais peur d’empirer les choses. Il finit par faire une remarque sur les voitures familiales, et considérais peut-être l’idée de faire l’acquisition de l’une d’elles. Pas forcément parce que je comptais avoir toute la fratrie à conduire, juste… je ne sais pas, ça pouvait être utile. Pour le surf tiens ! Si un jour je voulais me mettre au surf, il m’aurait fallu une plus grosse voiture pour y mettre une planche. Mon Dieu, qui est-ce que j’essayais de convaincre là ?

Micah passa finalement à l’avant, et je démarrais la voiture. J’essayais de faire plus attention à la route qu’à la conversation qui se déroulait autour de moi, mais échouais lamentablement. Je faisais même exprès de faire un détour pour gagner un peu de temps avec eux, rallongeant ainsi notre parcours jusqu’à l’hôpital. « Dis Micah, Sebastian, c'est le monsieur pour qui tu voulais travailler ? » entendais-je la petite commencer. « Oui, c'est lui. » répondit son frère, simplement. Je me demandais bien où se dirigeait cette conversation. « C'est celui que t'as traité de sale – » Quoi ? « Oui ! » J’hasardais un regard surpris vers le garçon, mais celui-ci était en train de se déboiter la nuque à regarder sa sœur, de manière incendiaire. « Peut-être que je l'ai insulté une ou deux fois. D'accord, je t'ai insulté une ou deux fois, mais fais pas comme si tu t'en doutais pas ! » se justifia-t-il auprès de moi. Je souriais, sans pour autant détourner mon regard de la route. Je haussais des épaules, nonchalant. De toute façon, j’avais sûrement dû lâcher quelques insultes à son égard aussi. Il m’était souvent arrivé de me plaindre auprès de mes employés, évoquant ce « gamin bruyant à qui je botterais bien le cul » qui me tannait pour que je l’embauche. Mais inutile de le préciser. Après tout, son incapacité à être discret et à ne jamais lâcher l’affaire étaient à l’origine de notre relation. Sans ça, nous n’en serions pas là maintenant. Et il fallait avouer que ça lui donnait un côté attachant. « Mais c'est fini ça. Les choses ont changées maintenant. » C’était un euphémisme. « Tu l'aimes bien maintenant ? » demanda Sam, innocemment. J’adorais de plus en plus cette petite. « Oui je – je l'aime bien. » bégaya Micah. Je n’avais pas le regard posé sur lui, mais j’imaginais déjà ses joues se rosir. « Plus que bien. » D’accord, c’était les miennes qui devaient prendre des couleurs maintenant. Je me pinçais les lèvres pour m’éviter de trop sourire et voyais Sam faire de même dans le rétroviseur. « Quoi ? Qu'est-ce que vous avez raconté tous les deux pendant que j'étais pas là ? ». Heureusement pour Sam et moi, nous arrivions devant l’hôpital, et elle s’écria : « On est arrivééé ! ». Je stoppais la voiture, et laissais la petite m’embrasser la joue. « Merci Sebastian. » « De rien Princesse. A bientôt. » Je me retournais et souriais en la voyant prendre mon chien dans ses bras. « Au revoir Carpette. ». Elle ouvrait la portière lorsque Micah se fit entendre : « T'emmène Cachou steuplait ? Je vous rejoins dans deux minutes. ». Et c’est ainsi que nous nous retrouvions seuls dans la voiture.

« Désolé pour... ça » commença-t-il en désigna Sam qui s’éloignait vers les portes du bâtiment. « Non… non t’excuses pas. Ça m’a fait plaisir de rencontrer Sam, et tant pis si notre après-midi ensemble a été écourtée. » Je détachais ma ceinture pour mieux faire face à Micah. « On aura tout le temps de se revoir à l’avenir. » continuais-je, alors que je voyais mon compagnon mal à l’aise dans son siège. « Écoute... cette histoire de rester cacher. Ça me va. Honnêtement, je comprends. J'veux dire, t'as une réputation, un café, et ça serait con de faire fuir les clients à cause de – » Non, je me fichais bien de ma réputation, c’était pas ça – « D'une relation sans doute immorale aux yeux du monde. J'vais pas te mentir, ça me fait un peu peur. Okay, c'est comme un jeu, et c'est génial, j'adore jouer. Mais quand on joue on peut perdre et, j'ai pas envie de perdre. De te perdre. » Non non non, il ne me perdrait pas. Pas pour ça. « Je t'ai menti tout à l'heure, quand je t'ai dit que j'avais plus de projets ni d'envies. » Je fronçais les sourcils, mais me détendais lorsque je sentis sa main contre la mienne. Je la serais quelque peu, attendant qu’il finisse avant de réagir. « J'ai envie de ça, de toi... de nous. T'es la toute première chose dont j'ai envie depuis l'accident. » J’aurais dû avoir peur d’une telle révélation, mais à la place, je sentais mon cœur se réchauffer. Un sourire attendri apparut sur mon visage, après tout, c’est ce que j’espérais : rendre heureux Micah, maintenant et à l’avenir, et lui donner espoir d’une vie… meilleure. Si j’arrivais à recréer l’envie en lui, de moi ou d’autre chose, c’était un accomplissement. Je ne voulais pas qu’il se complaise dans cette vie à simplement travailler pour subvenir aux besoins de sa famille. S’il voulait se donner à moi, et que je me donne à lui, je ne ferais que l’aider. « Je devrais y aller... » remarqua-t-il alors que je recouvrais aussitôt sa bouche de la mienne, portant ma main libre sur sa nuque, le rapprochant un peu plus de moi. Je regoutais son parfum après avoir passé tant de temps sans y avoir droit, caressais tendrement sa langue de la mienne, embrassant plus doucement sa lèvre inférieure… « Attends… » murmurais-je contre le visage de mon amant avant de déposer un court baiser sur ses lèvres et de me décoller de lui pour parler avec plus de facilité. « Ce genre de relation… c’est très nouveau pour moi. Pas simplement parce que t’es un homme, ou que tu es plus jeune… Mais… parce que je suis déjà très attaché à toi. » avouais-je, avec plus de facilité que prévu. Je caressais sa joue d’une main. « Va pas croire que je veux rester caché parce que j’ai honte de nous. C’est juste que je connais cette ville, et toi comme moi, n’aurons aucune minute pour véritablement apprendre à nous connaitre si tous habitants commencent à commenter notre relation. » Je quittais sa joue, et faisais glisser ma main le long de son bras pour attraper la sienne. « Prenons juste le temps de… d’être ensemble. Et à un moment… où on sera assez attachés l’un à l’autre, on pourra affronter les jugements de chacun. Parce qu’on se fichera bien, plus rien nous attendra. » Je me penchais pour l’embrasser, et profitais de la position pour ouvrir la portière derrière lui. « Allez, file rejoindre ta sœur, elle doit s’impatienter. » Mon compagnon m’embrassa une dernière fois, et sortit du véhicule, fermant derrière lui. Lorsqu’à l’extérieur, il arriva au niveau de ma vitre, je l’ouvris pour lui dire un dernier mot : « Et maintenant que tu as réussi à récupérer mon numéro grâce à ton attaque-koala, n’hésite pas à l'utiliser ! ». Et sur ça je refermais la vitre et redémarrais la voiture, regrettant déjà d’avoir prononcé ces mots. J'avais le sentiment qu'à partir de maintenant je recevrais très fréquemment d'étranges messages...

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: /!\ It doesn't matter (until you keep me sated) ▽ Sebastian /!\   

Revenir en haut Aller en bas
 

/!\ It doesn't matter (until you keep me sated) ▽ Sebastian /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» DMITRI & JAYCEE ♒ What's the matter with you ?
» ★ Darkness will always be there, no matter what we do... ★
» 08. Anyway the wind blows doesn't really matter to me
» [Thème 5] Just a matter of choices : Falling Down [MIS]
» B - Matter la rébellion [PV 1 Nagato]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-