NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: /! Please, love me tonight ▽ Micastian /!   Lun 4 Mar - 0:46





Sebastian & Micah


Click click click

« Pourquoi on se cache ? »

Honnêtement, la question méritait d'être posée. N'importe qui de passage dans la rue se serait demandé ce que Micah foutait là, accroupit devant une porte à démonter le clapet de la boîte aux lettres de M Petterson, pendant que sa sœur serrait contre elle plusieurs boites de sushis à emporté fraichement livré chez eux.

« On se cache, pas on est juste... devant sa porte. Et ça le concerne pas. C'est entre sa boite aux lettres et moi. » expliqua Micah en manœuvrant un morceau de métal épais et rectangulaire qu'on aurait cru modélisé à partir d'une portière de limousine blindée. C'était ce qui allait remplacer l'ancien clapet. La pauvre chose était toute gondolée après avoir avalé son poignet. Si on regardait bien, il restait même une trace de sang séché. C'était presque invisible à un œil profane, mais croyez en l'honnêteté d'une triste victime de ce piège à loup de la poste : trace de sang, il y avait.

Loin d'être passionnée par le bricolage de son frère ainé, Samarah se dandinait d'un pied sur l'autre en soupirant très exactement toutes les sept secondes. « Mais pourquoi on frappe pas ? J'ai faim moi. »

« Parce que c'est une surprise. » répondit Micah, les yeux plissés de concentration alors qu'il essayait de fixer son ouvrage métallique à la place de l'ancien de clapet. Comme toutes ses (fausses) bonnes idées, celle-ci avait commencée avec entrain. Animé des meilleurs intentions du monde, l'adolescent avait envahit le garage et découvert ses talents cachés pour le bricolage. Il voulait faire un beau clapet pour remplacer celui qu'il avait malmené (et qui le faisait sursauter chaque fois qu'il arrivait chez Sebastian, ça ne pouvait plus durer, ses nerfs allaient lâcher), et il s'était dépassé. Un beau cerclage de cuivre, les lettres ''L-E-T-T-R-E-S'' épaisses calligraphiées dans un style... personnel. Entendez par-là tordues et de tailles différentes les unes des autres. L'œuvre d'art pesait bien dans les dix kilos à elle toute seule, et maintenant qu'il fallait la placer dans son réceptacle rectangulaire, Micah regrettait de ne pas avoir songé à élaborer une mini grue pour aller avec.

Click click click. Bon sang. Pousser. Il fallait qu'il pousse encore, un peu, juste un tout petit peu. Tchak ! Ah voilà, c'était rentré ! « Ouais ! » s'écria Micah triomphalement, en observant le tout assemblé. En fait ça ressemblait plus à la porte du Nautilus qu'à un innocent clapet de boîte au lettre. Plus personne n'oserait piquer son courrier à Sebastian. Même le facteur y réfléchirait à deux fois avant d'y glisser des factures. Et ça c'était si Sebastian lui-même, dans cinq ans tout au plus, harassé par son grand âge, avait encore la force de l'ouvrir.

« Quand même... il aurait peut-être préféré quelque chose de plus sobre. » réalisa tout à coup l'adolescent. Tout le voisinage allait le prendre pour un paranoïaque en puissance maintenant. Sam contemplait le tout à côté de lui. « Moi j'aime bien. » Sérieusement, Micah avait envie de la serrer dans ses bras jusqu'à étouffement.

Puis des bruits pas firent irruption dans l'entrée. Micah bondit en arrière tel un saumon, comme si la porte était munie d'un système électrique. Hey ! Ils n'avaient même pas frappés !

« Il arrive ! Il arrive ! » s'exclama Sam en se dandinant surplace, le paquet de sushis pressé contre son manteau rose. Dans le même temps, la porte s'ouvrit, Sebastian apparu et le cœur de Micah rata un battement. Il n'avait pas encore décidé si c'était une bonne ou mauvaise chose cet effet dévastateur qu'il avait encore et toujours sur son rythme cardiaque.

« Surpriiiiiiiiiiiiiiise ! »
« Surpriiiiiiiiiiiiiiise ! »

Les deux Summers s'étaient exclamés en même temps. Du coin de l'oeil, Micah vit son clapet se décrocher d'un côté, et pendouiller lamentablement. Sa mâchoire tomba d'un étage. Mon dieu, si Sebastian voyait ça il allait encore l'accuser de vandalisme ! Il ne pouvait pas adresser une prière mentale à l'univers pour qu'il lui envoie un séisme en guise de diversion. Pas quand Sam était à côté de lui !

En désespoir de cause, il se jeta littéralement au cou de Sebastian. Il n'avait pas besoin de faire semblant d'être en manque. Il avait été privé de ses bras plus de vingt-quatre heures. Vingt-quatre heures ! Il faudrait un jour qu'il songe à régler son problème de dépendance, mais pas ce soir. Et ça n'avait pas d'importance que le corps de Sebastian se contracte contre le sien, ni que ses lèvres captives demeurent closes sous l'effet de la surprise. Pour le moment tout ce qui comptait, c'était qu'il ne l'avait pas repoussé, car Micah n'était rien sinon borné et il savait embrasser. Il lécha et mordilla, taquinant les lèvres de Sebastian, oubliant le drame de la porte, jusqu'à ce qu'ils se séparent et que Micah ne se lèche les lèvres en susurrant affectueusement. « On a commandé trop de sushis. On voulait partager. » Puis il ajouta plus bas, histoire de faire savoir qu'il était au courant de leur petit secret. « Sam a insisté pour qu'on aille voir mon amoureux. »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 


Dernière édition par Micah B. Summers le Lun 11 Mar - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Lun 4 Mar - 2:20





Micah & Sebastian

(Et Sam aussi...)


Du vin, du vin, du… vin… Ah ! Du vin. Parfait. Non, je n’étais pas en train de sombrer dans l’alcoolisme. Simplement, pour une fois dans ma vie j’avais besoin d’un petit verre de rouge très cher et très français pour finir la journée. Je n’avais pas passé une mauvaise journée en soit. Il me manquait juste quelque chose. Je n’arrivais pas à mettre le doigt sur… quoi exactement, mais j’espérais que l’alcool allait m’aider. Et j’avais presque vingt-cinq ans, j’avais bien le droit de m’accorder ce genre de petit plaisir. Je fouillais donc dans le bar que mes parents m’avaient gentiment légué et dans lequel je n’avais incroyablement encore jamais mis le nez à la recherche d’une bonne bouteille, et y trouvais rapidement mon bonheur. J’attrapais un verre, et le remplissais généreusement avant de le porter à mes lèvres. Pile ce dont j’avais besoin.

Tel le cliché que j’étais, j’attrapais un magazine d’architecture et m’installais sur le canapé en face du feu afin de siroter mon verre tranquillement, attendant que la faim m’appelle. Je finissais à peine de lire l’édito qu’un bruit sourd frappa ma porte. Qu’est-ce qu’elle avait bien pu faire pour qu’on la maltraite autant ? Je refermais le magazine sur mes genoux, et tournais la tête pour jeter un coup d’œil dans l’entrée. Comme si la fixer allait m’informer sur la nature de ce raffut. Il me semblait reconnaître le bruit de la ferraille, et… des voix ? On vandalisait ma porte ? Encore ? Je tendais l’oreille toujours un peu plus, essayant de m’habituer à ce vacarme pour desceller des mots ou des personnes. Une petite voix enfantine se fit entendre. Ah. J’aurais dû y penser plus tôt. Je retournais à ma lecture, et m’enfonçais encore un peu plus dans les coussins du canapé. Ils toqueraient ou sonneraient quand ils auront besoin de moi.

Après avoir passé plusieurs – longues – minutes à écouter ma porte se faire abuser, tout bruit s’arrêta. J’en concluais que mes deux vandales en avaient fini, et qu’ils allaient désormais demander à rentrer après avoir terminé… peu importe ce qu’ils faisaient. Je posais alors toutes mes affaires sur la table basse, et attendais. Le néant. Aucune sonnerie, aucun poing qui toque, rien. Je fronçais des sourcils, et décidais alors de me lever et d’aller voir par moi-même. Ils ne s’étaient quand même pas enfuis après m’avoir – « Supriiiiiiiiiiiiiiise ! » « Supriiiiiiiiiiiiiiise ! » entendais-je en ouvrant finalement la porte, découvrant derrière celle-ci les deux Summers. « Oh mais quelle surprise ! » lâchais-je faussement, déliant chacune de mes syllabes. Je croisais le regard de Micah qui venait de tomber sur ma boite aux lettres. Ou du moins ce qu’il en restait. « Mais qu’est-ce que tu as encore fait de ma – hmpf… ». Des lèvres recouvraient soudainement les miennes, et les bras du garçon s’enroulèrent autour de mon cou. La surprise première m’empêcha de prendre pleinement part à ce baiser, mais je retrouvais rapidement le dessus. J’enroulais alors mes bras dans le bas de son dos, et maintenais mon amant encore un peu plus contre moi. Je redécouvrais le goût de ses lèvres avec plaisir, le laissant faire de moi ce qu’il désirait. C’était donc ça qui m’avait manqué toute la journée...

« On a commandé trop de sushis. On voulait partager. » m’expliqua Micah en se détachant hélas de mes lèvres. « Sam a insisté pour qu'on aille voir mon amoureux. » précisa-t-il. Je faisais mine de ne pas comprendre. Peut-être aurais-je du préciser à Sam que garder un secret, ça voulait aussi dire de ne pas le révéler à son frère. Surtout quand celui-ci le concernait principalement. Enfin, du moment qu’il était le seul dans la confidence… Je préférais ne pas y penser, et invitais la fillette à rentrer alors qu’elle attendait toujours dans le froid. Je refermais la porte derrière elle, tandis qu’elle me tendait un sachet. « J’ai emmené des DVDs de la maison aussi. Pour qu’on les regarde ensemble. » m’annonça-t-elle alors que je la débarrassais du sac. « Oh, en voilà une bonne idée. » remarquais-je en souriant à mes deux invités qui se débarrassaient de leurs manteaux et chaussures. Je les laissais faire comme chez eux dans l’entrée, et emmenais le repas sur la table basse que je désobstruais au préalable. Je disposais tous les mets sur celle-ci alors que Sam et Micah me rejoignaient. Je tendais les films à la plus jeune. « Choisis celui que tu préfères, et lançez le pendant que je vais chercher des verres. » leur proposais-je en me redirigeant vers le bar. J’en sortais des jus de fruits, et revoyais la bouteille que j’avais entamée plus tôt, et lançais : « Du vin Micah ? ». Je n’attendais pas réellement de réponse, et remplissais le verre avant de le ramener vers mes convives. Je savais pertinemment qu’il n’avait pas l’âge requis pour boire, mais préférais éviter d’y donner de l’intérêt. Au pire, j’ingurgiterai l’alcool seul. Ça me fera oublier ce détail. Le générique du film commençait déjà alors que je prenais place à côté de mon compagnon sur le canapé, posant les verres près du mien. Sam, quant à elle, avait élu domicile sur le tapis sous la table basse, s’offrant un meilleur accès aux plats, et à la télévision. « C’est Moi, Moche et Méchant. Tu l’as déjà vu ? » me demanda la fillette. « Mh… non. Mais j’ai pas vraiment pris le temps de regarder des dessins animés ces… » Dix dernières années. «… cinq dernières années. » Je passais moins pour un vieux con comme ça. J’attrapais mon verre, et trinquais avec celui de Micah, toujours sur la table. J’en buvais une gorgée, et m’enfonçais un peu plus confortablement dans le canapé. Le jeune homme était presque collé à moi, et je laissais glisser ma main libre affectueusement, et chastement, entre ses cuisses. « Je suis content que vous soyez là… » lui avouais-je, le sourire aux lèvres, avant d’aller poser un baiser sur son épaule vêtue.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Lun 4 Mar - 6:19





Sebastian & Micah


En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Micah s'était retrouvé dans le canapé, une colonie de sushis, un verre de vin, une cheminée et un Sebastian à disposition.

Le jeune homme battit des cils en le regardant trinquer contre son verre. Les prunelles curieuses de l'adolescent l'observaient boire son vin. On aurait dit un aristocrate français. Sans le côté dandy, mais en diablement plus sexy. Le sexy aristocrate glissa sa main entre ses cuisses, et Micah résista à l'envie de les écarter pour lui offrir un meilleur accès.

« Je suis content que vous soyez là… »

Est-ce que cette soirée pouvait encore avoir encore un peu plus le goût de paradis ?

« Pas autant que nous. » assura Micah, immédiatement suivit par Sam. « Papa a dit qu'il restait à l'hôpital toute la nuit. » expliqua t-elle sans détacher ses yeux de la télé. Micah retint une grimace. Ils savaient tous les deux ce qu'il en était. Papa rentrait dans le courant de la nuit en se cognant dans les meubles et en jurant à travers toute la maison. Il avait réveillé Sam une nuit. Micah l'avait sentie se réfugier dans son lit et se blottir contre lui. Ça n'était plus arrivé depuis longtemps... Depuis quelques mois en fait. Après l'accident, elle avait partagé son lit pendant deux mois, et Micah avait eu du mal à la remettre dans le sien.

Au matin, il l'avait retrouvé affalé dans le canapé en train de décuver en marmonnant des choses sur « cette baraque pourrie » et « ce putain de coma ». Micah l'avait gentiment aider à rejoindre la salle de bain, puis il avait appelé le garage pour prévenir que son père ne pourrait pas venir travailler. Ce soir là aussi il avait dit qu'il resterait à l'hôpital...

Micah se pencha pour récupérer son verre de vin, chassant ses inquiétudes pour revenir à son actuelle et merveilleuse réalité. « J'ai jamais bu de vin rouge » confia t-il en faisant tourner le liquide rougeoyant, comme dans les films. Puis il porta le verre à hauteur de son nez et en renifla l'arôme. Ça lui donnait des airs de petit chien curieux, pas franchement à la hauteur de l'élégance qu'un verre de vin était capable de conférer à Sebastian. L'adolescent en gouta finalement un petite gorgée. « Wah, c'est bon ! » Il en reprit une gorgée, attrapa un sushi qu'il offrit à Sebastian, avant d'en reprendre un pour lui. « C'est pas bizarre ? » demanda t-il, en les désignant tous les trois devant la télé. Il fourra son sushi dans sa bouche et s'affala dans le canapé en gémissant de plaisir. « Mm... Ch'adore les chushis. » « Micah, arrête de parler ! » « Che parle chi ch'veux ! » Un coup de jaquette de dvd dans le tibia plus tard, l'adolescent avalait son sushi accompagné d'une grosse gorgée de vin. C'est que c'était drôlement bon ! « Qu'est ce que je disais déjà ? » reprit-il d'une voix plus basse, en se tournant à moitié vers Sebastian, une jambe repliée sous ses fesses pour venir se pelotonner contre lui. « Ah oui. Ça devrait être bizarre – qu'on vienne squatter chez toi comme ça. Et c'est bizarre parce que c'est pas bizarre du tout. Je me sens juste... tellement soulagé. »

Et l'avantage avec Moi Moche et Méchant, c'est que Micah l'avait vu cinquante fois. Il n'avait même pas besoin de faire semblant de s'y intéresser là tout de suite. Son verre calé dans une main, le jeune homme se fit câlin. Il faufila sa main libre sous les vêtements de Sebastian, frôlant son ventre, puis ses abdominaux de ses doigts, en observant son profil. Okay ça devait être... distrayant si Sebastian essayait vraiment de regarder le film. Micah vint poser son menton sur son épaule et tira une langue joueuse pour venir chatouiller son oreille. « Diiiiis, t'essaierais pas de m'enivrer pour mieux abuser de moi ? » Il fit claquer sa langue sur son palais et termina son verre. Et d'accord, il l'avait bu un peu vite, et il se pouvait que Sebastian en fasse les frais. Mais pour sa défense, Micah était totalement en manque de câlins avant de venir ! Gentiment, il déposa un baiser sur sa joue, puis un autre, attrapa le coin d'une lèvre entre les siennes juste pour le plaisir de le déconcentrer. Et où est-ce que ça pouvait bien les mener ? Du sexe ? Avec Sam juste à côté l'abstinence était de circonstance. Encore que... « Tu sais, à force de rester cacher et de te voler des bisous derrière les arbres du parc, je suis sûr que je pourrais te faire un tas de choses sans même que Sam s'en aperçoive. » L'ado tentateur qu'il était fit descendre sa main pile au niveau de sa ceinture. Il joua distraitement avec la boucle, et reprit d'une petite voix innocente. « Ou tu peux aussi te contenter de me raconter ta journée, pour m'occuper pendant le dessin animé. » Il vint nicher son visage au creux de son cou, entre sa mâchoire et son épaule, l'embrassant alors qu'il s'étirait comme un chat. « Tu sais bien que je vais pas tenir en place, je l'ai déjà vu un million de fois en plus. »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Mar 5 Mar - 2:53





Micah & Sebastian

(Et Sam aussi...)


« J'ai jamais bu de vin rouge » Oh non, qu’est-ce que j’avais fait ? Il n’y avait rien de pire comme alcool pour rapidement monter à la tête qu’un premier verre de vin. J’observais Micah, inquiet. Je le voyais faire comme dans les films, tourner le liquide avant d’y tremper simplement les lèvres. Avec un peu de chance il n’aimerait pas ça, et je serais sauvé. « Wah, c'est bon ! » Eh merde. Et voilà qu’il en reprenait déjà une gorgée. Il me tendait un sushi que j’acceptais avec plaisir. Je sentais le garçon s’exciter, voguant entre nourriture, vin et parole. Son trop plein de vie fut puni d’une remarque et d’un coup de DVD de Sam. Je cachais mon sourire moqueur derrière mon verre. Ce dernier, pourtant versé depuis bien longtemps, était toujours plus rempli que celui de mon compagnon qui ne savait plus s’arrêter. Je le laissais s’inhiber pendant que j’attrapais un sushi en regardant avec attention le dessin animé sous mes yeux. C’était plutôt pas mal quand même.

« Qu'est-ce que je disais déjà ? » L’adolescent décidait de se calmer finalement, et venait se coller à moi sur le canapé. Je tournais mon regard vers lui, attendant qu’il reprenne. « Ah oui. Ça devrait être bizarre – qu'on vienne squatter chez toi comme ça. Et c'est bizarre parce que c'est pas bizarre du tout. Je me sens juste... tellement soulagé. » Sa phrase n’avait rien de claire, mais je comprenais là où il voulait en venir. Toute cette configuration de rendez-vous tous les trois, au parc, chez moi, peu importe où, était… très récente. Il aurait été normal que chacun de nous éprouve une certaine gêne à s’imposer dans la vie de l’autre. Pourtant… rien ne me paraissait plus naturel. J’aurais pu être choqué de les voir débarquer devant ma porte sans prévenir, mais pas du tout. Au contraire j’étais flatté que les deux Summers m’incluaient avec autant de facilité dans leur routine quotidienne à tous les deux. Micah n’avait pas besoin de me proposer d’aller me promener avec eux au parc, on y allait, c’est tout, sans réfléchir plus amplement. Alors qu’ils s’imposent dans mon salon avec le dîner en squattant ma télévision… je ne trouvais rien de bizarre là-dedans. C’était le juste déroulement des choses. Et j’aimais ça. Peut-être un peu trop même. Je posais une main affectueuse sur la cuisse du garçon à côté de moi. « Soulagé de quoi ? Que vous soyez les bienvenus ici ? » demandais-je finalement, portant mon verre à ma bouche. « J’adore vous avoir dans ma vie Sam et toi. » reprenais-je franchement. Pour même aller plus loin dans la réflexion, la présence de ces deux-là embellissaient la maison. Je n’avais jamais réellement été à l’aise ici, tout était trop calme, et seul Carpette arrivait à me donner envie d’y rester. Mais avec Micah et Sam, dînant tranquillement dans mon salon comme si c’était une habitude, je me sentais réellement… chez moi.

Je finissais mon verre d’une traite, et le posais sur la table, attrapant un dernier sushi au passage. Je reprenais alors une position confortable sur le canapé, ramenant l’une de mes jambes sous une cuisse pour accueillir avec plus de facilité les câlins de mon compagnon. Ses mains s’aventuraient sous mes vêtements alors que j’étais plongé dans le film, et je pouvais sentir son regard sur moi. C’était… quelque peu déstabilisant, mais avec Sam à côté, je ne pouvais pas me laisser distraire par ces gestes. « Diiiiis, t'essaierais pas de m'enivrer pour mieux abuser de moi ? » me demanda un Micah quelque peu éméché en jouant de sa langue sur mon oreille. Je le laissais terminer son verre avant de l’attraper et d’aller le poser sur la table. Je rapprochais mon visage du sien, et murmurais un léger « Comme si j’avais besoin de ça… » avant de l’embrasser brièvement et de retourner à la télévision. Je sentais mon amant se rapprocher toujours plus de moi, me couvrant de baiser, mais je ne me laissais toujours pas distraire. Du moins pas jusqu’à ce que Micah se fasse entendre. « Tu sais, à force de rester cacher et de te voler des bisous derrière les arbres du parc, je suis sûr que je pourrais te faire un tas de choses sans même que Sam s'en aperçoive. » Je ravalais ma salive difficilement en l’écoutant parler, et frissonnais en sentant sa main glisser vers ma ceinture. J’hasardais mon regard vers Sam, et apercevais qu’elle s’était couchée sur le tapis, ayant pris en otage quelques coussins pour son confort. Dans tous les cas, elle n’avait certainement pas l’air intéressée par ce qu’il se tramait derrière elle. « Ou tu peux aussi te contenter de me raconter ta journée, pour m'occuper pendant le dessin animé. » reprit-il innocemment, sans pour autant bouger sa main, ce qui lui faisait perdre en crédibilité. « Tu sais bien que je vais pas tenir en place, je l'ai déjà vu un million de fois en plus. » remarqua-t-il enfin en calant son visage sur mon épaule, embrassant mon cou ci et là. Je relevais le menton quelque peu pour lui donner un meilleur accès, et faisais glisser ma main sur son bras toujours sur moi, le caressant du bout des doigts. « Je n’ai hélas rien d’intéressant à raconter sur ma journée. Tu vas devoir… continuer à t’occuper en m’embrassant… » murmurais-je avant de quitter son bras pour porter ma main à son visage et le diriger pour pouvoir prendre possession de ses lèvres dans un langoureux baiser. Mes doigts glissèrent alors dans sa nuque, son bras… pour arriver finalement à sa cuisse. Je l’attrapais, et forçais le garçon à passer sa jambe sur moi, m’accordant toujours un meilleur accès à sa bouche, et à son corps entier. J’oubliais presque que le film tournait toujours, lorsque j’entendais un léger cri.

« Aïeuh ! Carpette ! » Je me décollais immédiatement du visage de mon amant pour découvrir mon chien, qui venait de littéralement se coucher sur Sam. Je ne voyais que son visage sortir des longs poils blancs de l’animal. Je décollais alors précautionneusement Micah de moi, et rejoignais l’enfant. « Mais quel chien idiot ! » remarquais-je tout bas, plus pour moi-même. J’attrapais Carpette par le collier, et le forçais à se lever de la petite avant de lui donner une légère tape sur la truffe. « Tu peux te coucher à côté de moi Carpette si tu veux. Pas SUR moi. » expliquait Sam en désignant un espace à côté d’elle. Je laissais l’ours le rejoindre, s’y couchant. J’attendais quelques secondes pour m’assurer qu’il ne bougeait pas, et me dirigeais près du mur pour éteindre les lumières de la pièce. Il ne restait plus que les flammes de la cheminée et les images de la télévision pour nous éclairer. Je retournais alors enfin sur le canapé, et attrapais au passage une couverture posée sur l’accoudoir. Je tendais une main à Micah pour l’inviter à se lever, et me couchais sur le tissu, surélevant quelque peu le haut de mon corps grâce à des coussins. Je le faisais me rejoindre, et le laissais se coucher sur moi, se collant au dossier du canapé, entrelaçant nos jambes, son visage presque au niveau du mien. Je nous recouvrais finalement – avec quelques difficultés – de la couverture, et laissais glisser main sur sa joue, caressant sa bouche de mon pouce. « Où en étions-nous… ? » demandais-je doucement avec un sourire, avant de venir embrasser tendrement les lèvres de mon amant.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Mer 6 Mar - 3:55





Sebastian & Micah


« Aïeuh ! Carpette ! »

Jusque là, Micah aurait juré sur toutes les bibles du fin fond de l'Amérique puritaine qu'aucune force dans le monde n'aurait pu le décrocher des lèvres de Sebastian. Il faut croire qu'il avait tort, et qu'il avait encore des priorités. Des priorités imprimées jusque dans ses os. A peine le cri de belette de sa sœur avait t-il atteint ses oreilles que l'adolescent se désolidarisait de sa bouche pour s'enquérir du drame canin.

Sam était... recouverte par Carpette. Comme si la bête avait soudainement décidé de mener une croisade pour se faire appeler Couverture.

« Bah alors Sam ? Tu te reconverties en paillasson ? » railla Micah alors que Sebastian débarrassait son ours de sa petite sœur. « Mais quel chien idiot ! » « T'as une dent contre les enfants ? Tu l'as dressé à te débarrasser d'eux c'est ça ? » fit-il cette fois à l'adresse de Sebastian. Un nouveau coup de boite de dvd dans la jambe vint le punir. « Aïe ! » Elle avait tapé avec la tranche la petite furie ! Micah se massa la jambe, en reluquant son amant du coin de l'œil, qui était lui-même occupé à surveiller sa couverture sur pattes. Une fois le danger écarté, ce dernier s'en alla... éteindre la lumière ? Pourquoi est-ce qu'il éteignait la lumière ? Est-ce qu'il espérait que la présence de Sam allait contenir les hormones perpétuellement en ébullition de Micah ? Ou alors c'était une invitation. Micah était plus que d'accord avec cette hypothèse.

Gentleman jusqu'au bout des ongles, Sebastian l'aida à se lever – sérieusement, il élevait la galanterie au rang d'art – pour mieux le recoucher. Sur lui. Et – Micah n'avait aucun contrôle sur ses actes dans une telle position. Il commença à gigoter contre ses jambes, ses joues rougies par le vin et... Micah aurait du se redresser. Se remettre dans une position plus convenable et continuer de manger des sushis en regardant le dessin animé. Bon sang, sa sœur était juste là, à un mètre d'eux.

Mais il fallait toujours que Sebastian le pousse, jusqu'à ce que Micah se prenne à son propre piège. Jusqu'à le tenir contre lui, et que l'adolescent ne se soit jamais senti aussi solide, concentré, focalisé. Uniquement sur Sebastian. Comme si tout son corps était programmé pour répondre à chaque regard, à chaque caresse, comme sa bouche qui s'entrouvrait automatiquement sous l'effleurement de son pouce. « Où en étions-nous… ? » Micah n'en n'avait aucune idée. Il ne pensait à rien d'autre qu'à la saveur alcoolisé de ses lèvres. Il se sentait bien, à sa place, en sécurité. C'était un sentiment qu'il avait très peu le loisir de ressentir. La sécurité... ce n'était pas tellement fait pour lui en fait. Il se moquait éperdument de ce qui pouvait bien lui arriver. Il s'inquiétait pour sa sœur par contre.

Tout le temps.

Chaque seconde de chaque minute de chaque heure de chaque jour n'était qu'une perpétuelle angoisse de perdre Sam ou son père.

Sauf maintenant. Parce que maintenant il y avait Sebastian. Et il aurait pu faire partie de ces personnes que Micah avait peur de perdre. Parce qu'il était terrifié depuis l'accident, même s'il ne s'en rendait pas compte. Et que Sebastian – il yavait quelque chose avec leur complicité, avec les choses que Sebastian disait ou faisait, avec leur manière d'être ensemble comme si c'était une évidence. Sebastian était son évidence. Et Micah ne pouvait plus imaginer sa vie sans lui.

Alors peut-être qu'il s'était trompé, et que quand il avait dit qu'il était soulagé, il aurait voulu dire ''bien'' ou juste ''heureux''. Peut-être qu'il aurait été bien ou juste heureux, s'il n'avait pas autant besoin de Sebastian.

« Tu m'avais demandé de t'embrasser. » répondit finalement Micah, contre sa bouche. Il mordilla son menton, sa pomme d'adam, juste assez fort pour lui faire retenir un souffle. L'adolescent jouait, porté par un cocktail de désir et d'alcool. Il embrassa chastement son torse à travers ses vêtements, descendit jusqu'à disparaître sous la couverture.

A l'abri des regards, le jeune homme releva le pull de Sebastian et s'attaqua à sa peau chaude. Il lécha avidement ses abdominaux, les dessinait l'un après l'autre du bout de la langue, capturait la chair entre ses dents, laissant des petites marques rouges, à peine douloureuses. C'était son truc, de le marquer. Micah se découvrait territorial et possessif. Pour son seul plaisir, car personne ne les verrait à part lui.

Il arriva presque trop tôt à sa ceinture, qu'il s'empressa de défaire. Il ne pouvait pas voir Sebastian, mais rien que de l'imaginer se démener pour taire ses gémissement – Micah n'était pas sûr de bien doser. Mais il avait envie de jouer, et il avait envie de lui. Il avait toujours envie de lui. Lentement, il s'approcha de l'entrejambe de son amant, le frôla du bout du nez, alors que sa bouche s'ouvrait et que sa langue le caressait à travers le tissu. Il le sentit réagir sous son contact et un petit sourire carnassier illumina son visage. L'adolescent mordilla, comme une menace, comme une promesse de tout ce qu'il aurait aimé lui faire dans la pénombre, le bruit de ses gémissements couvert par le son de la télé...

Plus vite qu'il n'était descendu, Micah remonta à l'air libre. Une main négligente effleurant paresseusement la virilité de son amant. Il se blottit tout contre lui et murmura à son oreille, en se mordillant la lèvre d'un air coupable. « Quand tu disais que je devrais t'embrasser pour m'occuper, tu voulais spécifier un endroit précis ou j'ai le choix ?... »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Jeu 7 Mar - 0:52





Micah & Sebastian

(Et Sam aussi...)


« Tu m'avais demandé de t'embrasser. » Et c’est ce qu’il fit dans la seconde, sans se faire prier. Je le laissais prendre le dessus sur ce baiser tandis que je le caressais d’un frôlement de doigts. Ceux-ci s’aventuraient dans son cou, sa nuque, traçaient la ligne de sa mâchoire avant s’accrocher avec une certaine douceur dans ses cheveux. Je l’accompagnais ainsi dans sa descente lorsque Micah décida de couvrir de baisers autre chose que mes lèvres. Il arrivait rapidement sur mon torse qu’il embrassait malgré les vêtements, et je le vis soudain disparaitre sur la couverture que j’avais placé sur nous un peu plus tôt, abandonnant finalement le caresse que j’effectuais jusqu’à présent sur son crâne. Je sentis mon pull se dégager de mes abdominaux pour être vite recouvert par la bouche de mon amant. Sa langue en traçait la moindre courbe, et ses dents rentraient dans ma chair pour me marquer. Il n’y avait rien de plus excitant que de savoir que le jeune homme voulait me faire sien, laisser sa trace sur une partie de mon anatomie dont il était le seul à pouvoir avoir accès. J’avais compris à force de fréquenter le garçon que celui-ci me voulait pour lui. Et je l’étais, complètement. Je voulais tout lui offrir, mon temps, mon corps, mon cœur. Et même si je n’étais pas prêt à lui avouer, ou même à me l’avouer, je laissais mon corps parler pour moi. Il pouvait me faire ce qu’il voulait, et s’il voulait me marquer, je le laisserais faire avec plaisir.

Je découvrais soudainement l’excitation que c’était de ne pas voir ce que mon amant pouvait me faire. Je ne faisais que sentir et deviner ses actions. Je reconnais d’abord son nez… puis sa langue, traçant les formes de mon entrejambe. J’aurais dû lui dire d’arrêter, qu’il y avait sa sœur à côté de nous, mais dès que sa main se fit sentir sur la boucle de ma ceinture, j’arrêtais de penser avec mon cerveau. A la place, j’essayais simplement de retrouver une respiration plus calme, et luttais pour retenir quelques gémissements. J’avais besoin de plus, tellement plus… Je n’arrivais pas à retenir mon bassin de se surélever quelque peu pour sentir un peu plus de Micah sur lui. Je savais qu’il me provoquait, essayant de faire grandir le désir en moi, se prouvant à lui comme à moi qu’il savait me rendre fou avec tant de facilité. Hélas, ou heureusement peut-être, mon amant remontait enfin à mon niveau, gardant néanmoins sa main sur ma virilité quelque peu dédaignée. « Quand tu disais que je devrais t'embrasser pour m'occuper, tu voulais spécifier un endroit précis ou j'ai le choix ?... » murmurait-il près de mon oreille. Je jetais un léger coup d’œil vers Sam, m’assurant qu’elle était toujours plongée dans son film, avant de reporter mon regard vers mon amant. Je gémissais légèrement en sentant sa main sur mes sous-vêtements alors que je me tournais quelque peu, épousant toujours plus et mieux les formes du corps de Micah sur moi. Je portais ma main sous son menton, forçant son visage à se rapprocher du mien pour me donner accès à ses lèvres que j’embrassais avec passion. A quelques millimètres de lui, je répondais enfin. « Tu sais que j’aime ta bouche, surtout quand elle recouvre certaines parties de mon anatomie… » commençais-je, entrecoupant mes mots de quelques baisers, posés un peu partout sur son visage. « Mais je préfère éviter que ta sœur découvre tes talents alors qu’elle se trouve à quelques mètres de nous. Par contre… » Je faisais alors glisser ma main le long de son bras, pour arriver au niveau de ses doigts qui caressaient toujours ma virilité. « Je n’ai aucun problème à ce que tu gardes ta main ici... » Je l’accompagnais alors dans ses caresses quelques instants, l’incitant à être plus franc dans ses gestes. Je finissais par l’abandonner pour passer ma main sur la courbe de ses fesses, les prenant généreusement dans mes paumes, je forçais une légère et lente friction entre son bassin et moi. J’avais depuis repris possession de ses lèvres, jouant avec sa langue de la mienne, la mordillant, la suçant.

Je venais de quitter ses fesses pour déboucler à son tour sa ceinture, et ouvrir les pans de son pantalon. Je pouvais alors m’offrir un accès sous son pantalon et jouer avec l’élastique de ses sous-vêtements. Je laissais courir mes phalanges sur ses courbes dénudées, enfilant de plus en plus mes mains sous le tissu. Dans un élan joueur, j’allais jusqu’à faire glisser mon pouce lentement entre les fesses de mon compagnon, lui arrachant quelques gémissements. J’allais le provoquer encore un peu plus lorsque j’entendis une petite voix chantonner : « J’aime les licornes. Beaucoup. Beaucoup. Beaucoup, beaucoup, beaucoup. Les licornes. Je les aime beaucoup. Et si j’en avais une apprivoisée, je serais très contente... ». Il ne m’en fallait pas plus pour me stopper net, et regarder Micah, les yeux écarquiller. Je me raclais la gorge, quelque peu gêné, avant de sortir ma main de sous ses vêtements et de la poser chastement sur son dos. « Je… je peux rien faire. Après ça. Je… non. Désolé. » Je le laissais à son tour adopter une position plus approprier, et enroulais simplement mes bras autour de lui. « On devrait peut-être juste… regarder le film. » proposais-je avant de déposer un baiser sur le front de mon amant, et de commencer une innocente séance de câlins. Mes mains caressaient son dos, et j’embrassais de temps en temps le cuir chevelu de Micah, son visage dans mon cou.

Nous restions finalement dans cette position quelques temps, jusqu’à ce que je commence à m’agiter. Mon corps n’avait pas l’habitude de rester si longtemps dans une même position, et commençais à me faire savoir son mécontentement. A contrecœur de devoir me détacher de mon amant, je brisais le silence qui s’était installé durant le film. « Je vais aller préparer des chocolats chauds pour tout le monde, je reviens. » expliquais-je, demandant implicitement à Micah de se décaler légèrement pour que je puisse sortir du canapé. Une fois chose faite, j’allais m’accroupir près de Sam pour lui demander. « Hey Princesse, je vais faire du chocolat chaud, tu en veux ? » Il ne lui avait fallu que quelques secondes pour qu’elle décolle son regard de la télé et le redirige vers moi, accompagné d’un large sourire et d’un : « Oh oui s’il te plait ! ». J’acquiesçais alors d’un léger signe de tête, caressais brièvement la tête de Carpette à côté d’elle, et partais en direction de la cuisine pour préparer leur commande. Déformation professionnelle. Je rejoignais quelques minutes plus tard mes invités, trois tasses sur un plateau que je déposais sur la table basse. Je posais une première vers l’enfant : « Tiens ma belle, attention c’est chaud. », tendais une seconde vers Micah désormais assis, et m’emparais de la troisième en me rasseyant sur le canapé à ses côtés. Je me faufilais sous la couverture avec lui, et glissais sagement comme tout à l’heure l’une de mes mains entre ses cuisses avant de poser un baiser sur sa joue. J’attendais un peu avant de prendre une gorgée de café. De quoi me tenir éveillé toute la nuit ça...

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Jeu 7 Mar - 22:14





Sebastian & Micah

Micah se mordit la langue pour ne pas rire en voyant Sebastian jeter un coup d'œil furtif à Sam. Se cacher était devenu un jeu, excitant et exaltant. Il l'obligeait à redoubler de ruses et d'imagination pour mêler plaisir et discrétion. Et finalement, Micah était un amant caché hors pair. Rien d'étonnant à ce qu'il éprouve ses compétences de ninja du câlin au détour d'un innocent dessin animé.

Sebatsian devait définitivement être pour. Une seconde plus tard, il le comprimait un peu plus entre lui et le dossier du canapé, s'appropriant sa moue mutine dans un long baiser. « Tu sais que j’aime ta bouche, surtout quand elle recouvre certaines parties de mon anatomie… » Micah acquiesça dans un « Mmh... » ronronné quelque part au fond de sa gorge. Sa main fine et travailleuse se resserra autour de ladite partie de son anatomie. Il savait très bien combien Sebastian aimait qu'il y enroule ses lèvres. Au moins autant que lui prenait plaisir à s'agenouiller entre ses cuisses. « Mais je préfère éviter que ta sœur découvre tes talents alors qu’elle se trouve à quelques mètres de nous. Par contre… » Attendez, il venait de lui dire non là ? « Je n’ai aucun problème à ce que tu gardes ta main ici... » Il ne perdait rien pour attendre. Docilement, l'adolescent le laissa guider sa main, prendre le contrôle, imposer son rythme. Micah pouvait se contenter de quelques caresses sur la chair sensible, des quelques gouttes de plaisir qui s'écoulaient sur sa paume. Il avait envie de ramener sa main pour y gouter. Mais sa bouche était désespérément captive de son amant.

Sebastian empoigna ses fesses. Fort. Assez pour obliger Micah à onduler son bassin contre lui. L'adolescent s'accrocha à son pull de sa main libre, commença à se mouvoir lascivement, oubliant le film, oubliant tout ce qui n'était pas Sebastian. Sebastian qui s'infiltrait dans son pantalon – la chaleur de ses doigts sur sa peau nue était incomparable, et Micah étouffa un gémissement contre sa bouche.

La caresse de son pouce entre ses fesses prit l'adolescent par surprise. Le fit grogner et planter ses dents dans le cou de Sebastian. Mais il – il ne pouvait pas laisser de marque là. « S – Sebastian... » gémit-il éperdu, son visage rouge, son souffle court à travers ses lèvres entrouvertes. « Questcequetu – hmm... »

« J’aime les licornes. Beaucoup. Beaucoup. Beaucoup, beaucoup, beaucoup. Les licornes. Je les aime beaucoup. Et si j’en avais une apprivoisée, je serais très contente... »

Mon dieu. Comment on pouvait aimer quelqu'un d'une manière aussi absolue et avoir en même temps envie de le tuer ?

Sebastian remonta ses mains au creux de ses reins comme si on lui avait collé un coup de tison. « Je… je peux rien faire. Après ça. Je… non. Désolé. » Micah mit deux secondes à se souvenir comment bouger avant de remuer faiblement, relâchant au passage l'érection de son amant. Seigneur, il maudissait Sebastian, et il maudissait Sam, cette espèce de tue l'amour vivant. Est-ce qu'ils avaient conclu un pacte pour le torturer à coup de frustration sexuelle ? « On devrait peut-être juste… regarder le film. » Sans blague. Comme s'il avait la tête à faire quoi que ce soit de sexuel après une interruption pareille.

Il se plongea finalement dans le film, caressant du bout des doigts le torse de Sebastian de sa main restée au chaud sous son pull. De temps en temps Micah pressait ses lèvres sur son cou ou sur sa clavicule, l'embrassant chastement. Il se sentait bien, apaisé par les battements réguliers du cœur de son amant en dépit du boucan du dessin animé... Et hmm... pourquoi est-ce que ça bougeait comme ça sous lui ? Micah ouvrit les yeux. Ouvrit les yeux ? Ah, il s'était assoupi. Et Sebastian avait soudainement la bougeotte. « Je vais aller préparer des chocolats chauds pour tout le monde, je reviens. »

Le jeune homme cligna des yeux, s'étira langoureusement et se redressa pour le laisser filer. Il l'épia avec curiosité s'approcher de Sam et lui proposer un chocolat chaud. Les grands yeux ravis de sa sœur qui se redressait assise en tailleur. Au début, Micah avait eu peur de jalouser Sebastian et la proximité qu'il développait avec SA Sam, SON bébé. Et puis son cœur s'était mit à fondre chaque fois qu'il les voyait ensemble. « Ça va ? » demanda t-il en se penchant en avant pour enrouler ses bras autour de ses épaules. Sam rejeta la tête en arrière, ses bouclettes folles chatouillant le visage de son ainé. « Ça vaaa. »

Sebastian revint avec les boissons. Micah relâcha sa sœur et fronça le nez devant la tasse de café fumante. Il murmura un « Merci », trempa les lèvres dans son chocolat chaud et s'enfonça confortablement dans le canapé. « Tu sais que j'arrive toujours pas à te trouver de défauts. » remarqua t-il entre deux ''slurps'' « A part boire du café. Ce qui est vraiment dégueu, mais par chance le café dans ta bouche a une saveur très acceptable. » Le jeune homme ponctua sa remarque d'un baiser au coin de ses lèvres. « Sans rire, tu regardes les dessins animés, tu fais les meilleurs chocolats chaud qui soient, t'as accepté mon boulet comme si c'était ta propre sœur... » « Je suis pas un boulet ! » protesta Sam. Elle grimpa littéralement sur Micah, comme si il était une sorte d'arbre et elle un koala. « Qu'est-ce tu fous ? » demanda l'adolescent , un rien alarmé en la voyant trainer sa tasse avec elle, et le liquide tanguer dangereusement vers le bord. « Je veux être avec vous. »

La petite sœur chiante toujours dans les parages quand l'aîné veut roucouler tranquillement... Micah lui fit pourtant une place sur ses genoux sous la couverture. Avant il se partageait le rôle de pourvoyeur de câlins avec maman. Maintenant qu'il n'y avait plus que lui, Sam venait tout le temps chercher de la tendresse auprès de lui... et lui auprès d'elle. Ils étaient devenus le repère l'un de l'autre et par un incroyable coup du destin, Sebastian avait su se faire aimer des deux. En deux mots ? Aucun Défaut.

Ils restèrent ainsi tous les trois. Sam, avachie sur Micah, décida d'étendre ses jambes sur Sebastian. Micah se rendit compte qu'elle s'était endormie à la fin du film, quand il voulu se lever pour éteindre le dvd et remarqua un poids mort qui refusait de bouger sur ses genoux. « Hey... » dit-il doucement « Faut rentrer Sam, il est tard. »

« Je veux pas rentrer à la maison. » répondit une petite voix ensommeillée. Le truc, c'est que Micah ne se voyait pas squatter avec sa sœur chez Sebastian. Sans parler des autres problèmes de logistique. « Mais t'as pas tes affaires, et ya école demain. Qui c'est qui va se coltiner le trajet à la maison super tôt pour te ramener ton cartable, hein ? » Sam ne bougea pas d'un pouce, mais il aurait juré la voir sourire. « C'est toiiiiii. »

Petite garce. Est-ce que c'était la faute de Micah si ses zygomatiques l'obligeait à sourire comme un imbécile ? Une grimace crispée sur le visage, il jeta un regard désabusé à Sebastian. « J'crois que je vais juste la porter jusqu'à la maison... »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Ven 8 Mar - 2:44





Micah & Sebastian

(Et Sam aussi...)


En plus de me dégourdir les jambes, la pause dans ma cuisine me permettait de me remettre les idées en place. L’excitation passée était heureusement descendue, mais je n’en restais pas moins perturbé. En débutant cette relation j’avais eu le sentiment de ne pas assez pouvoir m’ouvrir à Micah, que je serais incapable de lui redonner l’affection qu’il me portait. Maintenant, j’avais simplement envie tout lui promettre, et qu’il le fasse en retour. Je voulais revivre ce genre de soirée, encore et encore. En acceptant le jeune homme dans ma vie, je n’avais jamais pensé devoir également y inclure sa jeune sœur. J’aurais dû être effrayé qu’il l’implique avec autant de facilité et d’envie dans nos relation, et pourtant… Sam n’était qu’une raison qui me faisait m’attacher de plus en plus à Micah. J’ai toujours adoré les enfants, mais la petite a le don pour savoir se faire aisément une place dans mon cœur. J’ai envie de me plier en quatre pour elle, de la faire rire, de la prendre dans mes bras. J’aimais évidemment l’intimité que je pouvais avoir avec son frère, j’en avais besoin même. Mais je chérissais presque tout autant un moment où elle aurait été à nos côté. Comme ce soir. J’aurais aimé aller plus loin avec mon amant, mais au final, cette simple séance de câlin imposée par la présence de Sam m’avait comblé. J’aimais le sentir contre moi, appréciant simplement ensemble une activité aussi simple que de regarder la télévision. Alors même si je n’avais pas pensé me lancer dans une telle relation, et que cette évolution si rapide m’effrayait quelque peu… c’était une bonne peur. Une peur qui me donnait envie de tout faire pour que tout continue sur cette route avec toujours la même aisance et joie. Ma réflexion s’arrêta au moment où ma machine à café m’indiqua que ma tasse était prête. Je retournais donc à mes invités, et les découvrais l’un contre l’autre. Je souriais, attendri, avant de leur donner leurs boissons et de me rasseoir près de Micah. Je les observais les deux quelques instants, me réconfortant dans l’idée qu’effectivement, j’avais peur, mais que ça en valait la peine.

« Tu sais que j'arrive toujours pas à te trouver de défauts. » commença le garçon, me sortant de mes pensées. « C’est parce que tu es aveuglé par ton amour… pour mes chocolats chauds. » murmurais-je en portant mes lèvres à ma tasse. « A part boire du café. Ce qui est vraiment dégueu, mais par chance le café dans ta bouche a une saveur très acceptable. » Je ne pouvais m’empêcher de rire à cette remarque, ravi qu’il apprécie tout de même le café dans… certaines conditions. Ce n’était plus qu’une question de temps. Il embrassa le coin de mon sourire avant de reprendre. « Sans rire, tu regardes les dessins animés, tu fais les meilleurs chocolats chaud qui soient, t'as accepté mon boulet comme si c'était ta propre sœur... » Et, quoi ? « C’est pas un boulet. » - « Je suis pas un boulet ! » disions Sam et moi en cœur, elle plus râleuse, moi plus posé. Elle grimpa ensuite sur son frère, et je riais en l’entendant protester. « Je veux être avec vous. » se justifia l’enfant en se calant confortablement contre son frère. Je le voyais lutter avec sa tasse, et lui attrapais des mains le temps que les deux Summers trouvent une position qui leur convenait à tous les deux. Je lui redonnais finalement avant de passer une main dans les boucles de la petite, pour finalement attraper celle libre de Micah, et entrelacer nos doigts. Je posais un baiser sur son épaule avant de reporter mon regard sur le film.

Les minutes passèrent, et Sam s’étalait de plus en plus sur son frère et moi. Non mais que ça me pose un problème. Le film touchait à sa fin, et je remarquais en même temps que mon compagnon que la fillette était endormie contre lui. « Hey... Faut rentrer Sam, il est tard. » Pour cacher ma déception en attendant ça, je me levais du canapé, prenant soin de décaler les jambes de la petite de sur moi, et rejoignais la télévision afin d’extraire le DVD. Elle au moins serait incapable de lire les émotions sur mon visage. « Je veux pas rentrer à la maison. » entendais-je une petite voix avouer. On était deux, Princesse. On était deux. Je commençais à ranger les plats vides sur la table basse alors que Micah expliquait en quoi c’était impossible. « Mais t'as pas tes affaires, et ya école demain. Qui c'est qui va se coltiner le trajet à la maison super tôt pour te ramener ton cartable, hein ? » Je levais les yeux vers mes deux invités, et apercevais un léger sourire se dessiner sur les lèvres de Sam. « C'est toiiiiii. » Je riais franchement face à son intervention, et finissais de ranger tous les plats les uns sur les autres, regroupant nos tasses vides. « J'crois que je vais juste la porter jusqu'à la maison... » m’annonça Micah alors que nos regards se croisaient. C’était le moment que j’intervienne. « Quoi ? Non, non ! Restez là pour la nuit. Installe Sam dans une des chambres en haut, et je vous conduirais chez vous et à l’école demain matin. Je bosse que l’après-midi, ça ne me pose aucun problème – au contraire. » répliquais-je enfin, sûr de moi. Je ne voulais pas que cette soirée se termine. Surtout pas comme ça. Je me rapprochais de Micah, m’asseyant par terre devant lui, et posant mes mains sur chacun de ses genoux. « Installe la dans la chambre d’ami, celle au fond du couloir à gauche. » Pas à droite, c’était celle de mes parents. « Donne-lui un de mes t-shirts qu’elle soit à l’aise pour dormir, et… fais de même. Je vais débarrasser tout ce bazar pendant ce temps, et je te rejoins au lit, d’accord ? » Je ne perdais pas une minute de plus, et après avoir déposé un baiser sur le front de la petite, emportais les détritus dans la cuisine.

Lorsque je retournais dans la pièce à vivre, celle-ci était vide. J’allais donc fermer à clé la maison, éteignais le feu de cheminée, et rejoignais mes invités à l’étage. Je voyais la lumière allumée et entendais des voix en provenance de la chambre du fond. Je leur laissais leur intimité en retrouvant ma salle de bain. J’en ressortais quelques minutes plus tard, lavé, et seulement vêtu d’un pantalon de pyjama. La lumière émanait toujours du fond du couloir, et j’étais un instant entre rejoindre ma chambre immédiatement, ou aller dire bonne nuit à la petite. L’envie de lui faire un bisou du soir comme dans le film était trop grande, et je me décidais finalement à les rejoindre. J’atteignais la porte lorsque Micah en sortait. Je laissais ma main courir sur son ventre avant de poser un baiser sur sa joue : « Je vais lui souhaiter une bonne nuit, je te rejoins. » expliquais-je en repoussant la porte derrière lui. La lumière du couloir me permettait de voir la petite dans le lit, et remarquais qu’elle n’avait pas encore les yeux fermés. Je me baissais à son niveau, et passais ma main sur son visage, coinçant quelques-unes de ses boucles derrière son oreille. « Bonne nuit Princesse. » murmurais-je avant d’embrasser son front. « Bonne nuit Sebastian… » dit-elle d’une voix endormie. Je voyais une forme bouger à ses pieds, et reconnais Carpette qui avait dû la suivre un peu plus tôt. Je souriais, presque heureux de ne pas avoir à me le coltiner cette nuit. Je me relevais finalement, caressant une dernière fois les cheveux de l’enfant. « Fais de beaux rêves, à demain. » concluais-je en quittant la pièce, laissant la porte légèrement entrouverte. Je rejoignais donc enfin ma chambre, voyant au passage que Micah se trouvait toujours dans la salle de bain. Je me laissais m’écrouler sur mon lit, sortant seulement les oreillers de sous les draps, et plongeant mon visage dans l’un d’eux en attendant d’être rejoint par mon compagnon.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Ven 8 Mar - 10:40





Sebastian & Micah


Micah avait été faible. Faible et vaincu par Sebastian. Par son invitation, par ses mains gentiment posées sur ses cuisses, par l'assurance dans son ton. Comme si tout ça était normal. Comme si ce n'était pas prématuré d'amener sa petite sœur chez son... son quoi ? Ils n'avaient même pas de statut. Sebastian n'avait pas voulu mettre d'étiquette. Ça ne dérangeait pas Micah en soit. Correction. Ça ne l'aurait pas dérangé s'il ne se souvenait pas que son ex n'avait pas non plus de statut. Son ex ''il ne savait pas quoi'' qu'il avait justement trompé, avec lui. Micah n'était pas vraiment dans l'étiquette et autres labels de toute sorte, mais dans le cas de Sebastian, ça aurait eu quelque chose de rassurant.

Carpette sur les talons et Sam enroulée autour de lui comme un koala digne d'une vraie Summers, l'adolescent l'emmenait dans la chambre d'ami après un passage par la salle de bain.

« Pourquoi Sebastian vient jamais à la maison ? » Micah retira de ses cheveux une petite barrette colorée qui retenait une mèche, afin qu'elle ne la gène pas pour dormir. C'était incroyable comme il était instinctivement inquiet de chaque minuscule et insignifiant détail depuis que s'occuper de Sam était devenu son job à plein temps.
« Parce que papa n'est pas au courant de son existence. » répondit-il, en la bordant sous l'épaisse couette. Elle agrippa entre ses petites mains pour l'ajuster à son aise. « Pourquoi on doit pas lui dire ? » A vrai dire, il ne savait pas exactement. Sebastian était un homme, et Micah ne savait pas vraiment comment réagirait son père. Il n'avait jamais fait de coming-out officiel, mais c'était juste parce qu'il n'avait jamais eu de petit-ami. Micah ne prévoyait pas de se cacher vis à vis de sa sexualité. Son père serait au courant très bientôt s'il ne l'avait pas déjà deviné. Non, là où ça coinçait, c'était côté âge.
« Et bien... parce que Sebastian est plus vieux que moi, je suppose. Et ça plairait pas à papa. » Face au regard interrogatif de Sam, il fit une simple mais frappante comparaison. « C'est comme si t'avais un amoureux de 14 ans. » Ewww, glauque. Sept ans de différence, c'était bien plus acceptable à leurs âges. Sam sembla réfléchir, et il cru que la conversation allait se finir là-dessus. « Mais Sebastian et toi, vous vous aimez. » Okay. Ce n'était même pas une question. Il n'y avait même pas de point d'interrogation à la fin de la phrase. Et Micah n'allait pas argumenter sur les nuances du mot ''aimer'' avec sa petite sœur de sept ans. « Oui, on s'aime. » il avait baissé la voix par réflexe, comme si Sebastian était planqué derrière la porte à les espionner. « Si tu le disais à papa il serait toujours pas d'accord ? » « J'en sais rien... » admit Micah, face au raisonnement déroutant de simplicité de sa sœur. « Ça serait bien. » Sam fut rattrapée par un bâillement, et Micah décida qu'il était temps de dormir. « Allez, dodo maintenant. » conclu t-il en lui faisant un bisou baveux sur la joue qui la fit râler et le pousser comme un malpropre. « Micaaaah ! » « C'était de la part de Cachou ! Bonne nuiiiit ! »

Il se figea en croisant Sebastian à la sortie de la chambre et lança une prière aux instances supérieures pour qu'il n'ai rien entendu de leur conversation. « Je vais lui souhaiter une bonne nuit, je te rejoins. » Oh. Micah sourit tendrement et effleura la main posée sur son ventre. Il serait toujours surprit par la douceur de Sebastian par ses attentions, par la sincérité de ses gestes. « Elle dort pas encore, tu peux y aller. » dit-il à mi-voix avant de s'éclipser pour aller se laver à son tour.

Il déposa son inhalateur et son portable sur la table de chevet. Puis il alla prendre une douche rapide, et – une fois n'est pas coutume – emprunta la brosse à dents de Sebastian. Il avait chipé un de ses pantalons trop large qui lui tombait sur les hanches. Micah n'était pas tellement pour les vêtements en général quand il dormait avec Sebastian. Seulement, il s'efforçait de ne pas tenter le diable. Et vu sa tendance à lui sauter dessus au moindre contact physique, une barrière, même minimale s'imposait. Ils n'avaient pas encore... couché ensemble. Sebastian, son romantisme et son dîner... Micah les attendait patiemment. Enfin, non. Pas patiemment. Désespérément. Mais Micah n'allait pas se plaindre. Il avait plus que sa part d'orgasmes. Il se demandait juste parfois si quelque chose le retenait. Quelque chose qui n'avait rien à voir avec le romantisme. Comme son jeune âge, ou la peur de lui voler sa première fois.

Ses pensées s'évaporèrent en sortant de la salle de bain. Et Micah sauta littéralement sur Sebastian, comme un petit fauve. Il lui mordit l'oreille qui n'était pas cachée dans l'oreiller en poussa un petit rugissement ridicule. « Hey ! » miaula t-il en se redressant à califourchon sur le bassin de son amant. Ses mains explorèrent ses omoplates, des épaules, la ligne de sa colonne vertébrale. « C'est un appel au massage ? » Sans doute pas, mais ça y ressemblait ! L'adolescent observa son dos, impressionnant dans le genre, mais heureusement pour sa libido, pas autant que son torse. Précautionneusement, il enfonça ses doigts dans la peau, pétrissant la base de sa nuque avec un mélange d'application et de curiosité. « C'est gentil de nous inviter à passer la nuit chez toi. Et non – je ne veux pas entendre que c'est normal. C'est gentil. T'es pas obligé d'amener à l'école la petite sœur de ton... tu sais pas quoi » Le jeune homme n'était pas vraiment inquiet. Il avait conscience qu'il était un peu tôt pour mêler sa sœur à leur relation, mais il n'avait pas toujours le choix. Sebastian savait qu'on faisait appel à Micah si quelque chose n'allait pas avec sa sœur, et il savait tout... tout ce qui s'était passé avec leur mère alors – ça allait. Micah ne s'inquiétait pas. Il était juste, pleinement heureux.

« Tu te souviens la première fois que j'ai dormi ici ? Carpette m'avait fait tomber du lit. » Il haussa les épaules au souvenir peu glorieux. « Et ton téléphone avait sonné en pleine nuit. T'avais eu l'air tellement... inquiet. » Comme si la mort hantait chacun de ses pas et qu'il en avait oublié la vie. Micah se souvenait de l'angoisse pesante de ce moment. Il laissa tomber son massage pour venir s'allonge près de son amant. « T'as l'air... moins parano – un peu. » Sa voix s'était faite douce, presque hésitante. Il esquissa un demi-sourire et leva une main vers son visage. Ses doigts dessinèrent les contours de sa mâchoire avec une infinie douceur et s'aventurèrent plus haut. Lentement, en exploration, ils tâtonnèrent près de son œil. Ses foutus yeux et leur mystère, qui le faisaient tomber à la renverse. « La première fois que j'ai dormi ici. » reprit l'adolescent en laissant légèrement courir ses doigts sur sa joue. « Je t'ai dis que je pourrais tomber amoureux de toi. Et là, wow – j'ai vu tout tes cheveux se hérisser comme si je t'avais planté les doigts dans une prise. Alors... je t'ai dis que je te demanderai l'autorisation pour m'attacher. »

Il eut une hésitation. Micah n'avait pas peur de l'attachement, il n'avait pas peur de Sebastian. Sebastian avait toujours prit soin de lui. Micah avait tant perdu... Et – Sebastian ne lui rendait pas ce qu'il avait perdu. Il le façonnait chaque jour autrement. Il le faisait changer, il lui donnait envie de changer. De ne plus être que ce garçon qui avait perdu ses projets et ses envies. Pas pour les retrouver, mais pour en créer d'autres. Il ne savait toujours pas lesquels, et il n'avait pas encore décidé quoi faire de sa vie. A part aimer Sebastian. « Je me disais que peut-être... tu pourrais me la donner ? »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Ven 8 Mar - 15:40





Micah & Sebastian

(Et Sam aussi...)


En débutant ma soirée, je n’aurais certainement pas pu prévoir que je la finirai dans mon lit, attendant que mon amant finisse de se préparer pour me rejoindre, après avoir couché sa jeune sœur de sept ans dans l’une des chambres voisines. Mais il fallait bien avouer que c’était une configuration qui me plaisait, et à laquelle je pourrais rapidement m’habituer. Si ça n’était pas déjà fait. Je profitais donc du calme quelques minutes, me rendant vite compte que ce que j’avais si longtemps apprécié était d’un coup… pesant. La solitude était pesante, surtout quand je savais à quel point j’étais heureux accompagné de Micah – et de Sam. Je me rassurais en me concentrant sur les bruits ambiants, reconnaissant l’eau qui coulait dans la salle de bain de l’autre côté du couloir. Rapidement, ces bruits furent remplacés par ceux des pas de mon amant, me rejoignant enfin dans le lit. Je n’étais presque pas surpris en le sentant me sauter sur le dos, accompagnant son geste d’un… rugissement ? Je n’avais pas le temps de me redresser qu’il s’installa à califourchon sur moi après m’avoir mordu l’oreille. « Espèce de petit lionceau. » remarquais-je tandis que ses mains commençaient à parcourir mon dos. « C'est un appel au massage ? » demanda-t-il sans réellement attendre une réponse de ma part avant de s’atteler à la tâche. Ses mains s’aventuraient avec force et précision dans les moindres courbes de mon dos et de ma nuque, m’arrachant déjà quelques gémissements. « Ce n’était pas mon attention première, mais je t’en prie continue. Tes mains font des miracles… » commentais-je, détendu par ses mouvements. Nous restions dans le silence quelques instants, avant que Micah se fasse entendre à nouveau : « C'est gentil de nous inviter à passer la nuit chez toi. Et non – je ne veux pas entendre que c'est normal. C'est gentil. T'es pas obligé d'amener à l'école la petite sœur de ton... tu sais pas quoi. ». Je souriais, le visage toujours enfoui dans l’oreiller avant de m’y détacher quelque peu pour me faire mieux entendre. « Je ne suis pas obligé, mais j’en ai envie. » répondais-je doucement.

La fin de sa phrase se rappelait à ma tête, il me fallut quelques secondes avant de comprendre à quoi il faisait référence. Il est vrai que je n’avais jamais vraiment voulu mettre un nom sur ce que nous étions. Pourtant, en l’entendant se qualifier de « tu sais pas quoi », je commençais à reconsidérer la question. Je savais que le jeune homme comprenait mes inquiétudes face à nous, et qu’il acceptait ma volonté de prendre notre temps. Mais je voulais le rassurer, lui dire qu’il était important pour moi, que même si je n’arrivais pas à l’exprimer avec des mots précis, notre relation m’était précieuse. Mais je n’avais pas le temps de réagir qu’il reprenait : « Tu te souviens la première fois que j'ai dormi ici ? Carpette m'avait fait tomber du lit. Et ton téléphone avait sonné en pleine nuit. T'avais eu l'air tellement... inquiet. ». Je frémissais légèrement en me rappelant de ce souvenir. Je souriais faussement, essayant de faire bonne figure devant mon amant qui quittait mon dos pour venir s’allonger à ses côtés. Je m’étais inquiété pour rien à l’époque, mais j’étais comme ça. La peur m’habitait constamment, j’étais effrayé à l’idée qu’on m’annonce des mauvaises nouvelles et que je perde à nouveau des personnes qui m’étaient chères. « T'as l'air... moins parano – un peu. » reprit-il avant de venir faire glisser ses doigts sur mon visage. « C’est ce que tu crois… » murmurais-je, me laissant attendrir par ses caresses sur mon menton, puis le contour de mes yeux. Dans un sens j’étais heureux qu’il me voit plus rassuré, et c’était peut-être vrai après tout. Mais je vivais toujours avec la peur qu’un malheur me tombe dessus, et maintenant que j’avais trouvé deux personnes qui m’importaient, mes craintes décuplaient. Alors j’aurais pu lui dire qu’il avait raison, mais il devait savoir dans quoi il s’aventurait avec moi. Je n’étais pas près de changer cette facette de moi.

Ses doigts se posèrent finalement sur ma joue, épousant sa forme. « La première fois que j'ai dormi ici. Je t'ai dit que je pourrais tomber amoureux de toi. Et là, wow – j'ai vu tous tes cheveux se hérisser comme si je t'avais planté les doigts dans une prise. Alors... je t'ai dit que je te demanderai l'autorisation pour m'attacher. » Je riais en entendant sa version de l’histoire, me rappelant parfaitement de la réaction que j’avais eu. A l’époque, j’avais eu peur que Micah s’attache trop facilement, et trop rapidement à moi, et que je serais incapable de lui rendre. Aujourd’hui, cette pensée me paraissait bien lointaine. J’amenais alors ma main sur le sienne, la forçant à rester sur ma joue quelques secondes avant de s’empoigner et la porter à mes lèvres. J’embrassais ses phalanges et le bout de ses doigts quelques secondes, attendant que mon compagnon m’explique où il voulait en venir. « Je me disais que peut-être... tu pourrais me la donner ? » me demanda-t-il enfin. Je souriais contre ses doigts que je portais désormais à mon torse, contre mon cœur. Je rapprochais désormais mon visage du sien, frôlant ses lèvres avec un court baiser. Je restais presque collé à mon amant en lui répondant enfin : « Oui… » C’était un mot simple, presque comme un souffle, mais qui voulait déjà beaucoup dire pour moi. Je l’embrassais à nouveau, souriant à moitié contre sa bouche, et restant ainsi pendant un temps indéterminé. Je prenais simplement plaisir à apprécier la douceur de mon amant contre moi, goûtant ses lèvres, et gardant sa main contre moi. « J’étais idiot à l’époque de douter de moi, de nous... » reprenais-je en reculant le visage, m’humectant les lèvres. Je lâchais finalement sa main pour enrouler mon bras autour du garçon, forçant nos corps un peu plus l’un contre l’autre. « J’ai envie… de toi, de nous. Je veux que tu t’attaches parce que… moi j’ai pas attendu pour le faire. J’ai jamais été aussi sûr de vouloir la présence de quelqu’un dans ma vie. Et pas seulement toi, mais Sam aussi. » avouais-je enfin difficilement, et honteux d’avouer le pouvoir que le jeune homme avait sur moi. « Je ne sais pas comment vous avez fait… mais j’ai toujours envie de vous avoir près de moi. Et pas… juste maintenant, ce soir. Mais… pour longtemps. » J’avais l’impression d’être incapable de faire des phrases correctes, et que mon compagnon ne me comprendrait jamais. Je n’avais pas l’habitude d’exprimer ainsi ce que je ressentais et voulais, mais Micah me donnait envie de me dépasser, et de le rassurer. J’avais beau lui avoir dit qu’il pouvait s’attacher à moi, rien ne lui prouvait que moi-même je voulais le faire. Et pourtant, il avait déjà une large place dans mon cœur. Et je voulais qu’il le sache.
« Ce soir… j’ai découvert à quel point vous comptiez pour moi. » reprenais-je avant de venir caresser son visage du mien, frôlant nos nez, embrassant furtivement ses lèvres. « Je ne pensais pas pouvoir un jour éprouver autant de plaisir dans des occupations aussi simples. Mais du moment que je suis avec toi… je suis juste… heureux. ». J’en disais finalement toujours plus que prévu, incapable de m’arrêter, mais ne trouvant pas pour autant les mots exacts pour exprimer le fond de ma pensée. Je retrouvais alors sa bouche, persuadé que je m’exprimais mieux par mes baisers que par mes paroles. Je laissais mes mains glisser dans son dos, traçant la ligne de sa colonne vertébrale. Mes lèvres s’aventuraient ci et là sur son visage, embrassant son nez, sa joue, le moindre de ses grains de beauté. Je glissais finalement jusqu’à son cou, me montrant câlin dans le creux de son épaule. Je voulais lui montrer mon affection par mes caresses, couvrir son corps de baiser, découvrir de mes doigts la douceur de sa peau. J’arrivais à hauteur de ses omoplates que je titillais du bout des lèvres, et remontais rapidement vers son visage, plongeant mon regard dans le sien. Je quittais son dos alors pour porter ma main à son visage, et caressais sa joue de mon pouce. « J’ai envie de toi Micah… » murmurais-je alors, la voix suave. Ce n’était plus une complète luxure que me donnait envie de le toucher, de le découvrir. Mais plutôt une volonté de m’offrir à lui, et qu’il s’offre à moi, de la plus belle des manières.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Sam 9 Mar - 16:26





Sebastian & Micah


Sebastian souriait. C'était plutôt bon signe. Comme, en faveur du oui, plutôt que du non. Micah n'était sûr de rien. Son utilisation malheureuse du mot ''amoureux'' devenue sujet tabou, comme une scène de crime. Ou comme leur statut de ''non couple, mais pas seulement sex-friends non plus''. Sebastian mena sa main contre son cœur et le doute se dissipa. L'adolescent sourit lorsque ses lèvres effleurèrent les siennes, doucement, comme une bénédiction, lui accordant le « Oui... » qu'il espérait tant. Son cœur battait à un rythme humiliant, et Micah essaya de se concentrer pour sentir celui de son amant sous sa paume. Puis Sebastian l'embrassa à nouveau, de longs et tendres baisers, apaisants.

« J’étais idiot à l’époque de douter de moi, de nous... » ajouta t-il après un long moment câlin que Micah avait supposé mettre un terme à la conversation. « T'as pas toujours des éclairs de génie... » le nargua gentiment l'adolescent, amené tout contre son corps. Mais Sebastian ne comptait apparemment pas en rester là. « J’ai envie… de toi, de nous. Je veux que tu t’attaches parce que… moi j’ai pas attendu pour le faire. J’ai jamais été aussi sûr de vouloir la présence de quelqu’un dans ma vie. Et pas seulement toi, mais Sam aussi. Je ne sais pas comment vous avez fait… mais j’ai toujours envie de vous avoir près de moi. Et pas… juste maintenant, ce soir. Mais… pour longtemps. »

Wow... Micah ne s'était définitivement pas attendu à ça. Il pouvait sentir la tension, l'appréhension dans les paroles de Sebastian, et pourtant il buvait chacun de ses mots comme un précieux nectar. Savoir son amant attaché à Sam, le voir l'inclure à... eux. C'était inespéré. D'accord Sebastian aimait sa sœur, c'était évident. Mais Micah avait toujours vu Sam comme une extension de lui. Comme s'il était un genre de père célibataire, sauf que ce n'était pas exactement ça, mais le fardeau d'un enfant au milieu leur relation naissante était à peu de choses près le même.

« Ce soir… j’ai découvert à quel point vous comptiez pour moi. » Encore un « vous ». Micah sourit. Il se sentait... quelque chose comme comblé, et agréablement étonné de l'étrange pouvoir d'une soirée dessin animé avec Sam. « Je ne pensais pas pouvoir un jour éprouver autant de plaisir dans des occupations aussi simples. Mais du moment que je suis avec toi… je suis juste… heureux. » Sebastian l'embrassa là-dessus, bâillonnant toute réponse. Micah aurait pu lui dire que lui aussi, il était heureux, mais des frissons violents vinrent mordre sa colonne vertébrale au contact de ses mains. Il n'y avait pourtant rien de sauvage dans leur étreinte, ce qui était – rare. Il n'était pas question de sexe, mais de Sebastian, et de son incapacité à exprimer ses sentiments avec des mots. Micah rit en réalisant qu'il embrassait ses grains de beauté. Puis il tourna la tête pour lui offrir son cou et son éclat cristallin se mua en gémissement. L'adolescent glissa ses doigts dans les cheveux de Sebastian. Il – il n'avait pas besoin de mots lorsque son amant se servait de son corps comme d'un meilleur vecteur de conversation, paralysant ses doutes par ses baisers, par la tendresse de ses mains. Sebastian revint en face de lui. Micah se perdit dans ses prunelles fascinantes, se pencha au creux de sa main sur sa joue, embrassa l'intérieur de son poignet – « J’ai envie de toi Micah… »

Micah se mordit la lèvre avec désir. Il y avait quelque chose d'intense dans le regard de Sebastian. Quelque chose qui le fit douter. Ils n'avaient pas pour habitude de se prévenir quand ils avaient envie de l'autre. Ils se sautaient dessus et après, éventuellement, ils parlaient. Des fois pendant dans le cas de Micah, ce qui avait le don d'agacer son partenaire. Mais avant ? C'était tout nouveau. « Tu – tu veux dire ?... » Il ne termina pas sa question, réfléchissant à tous les clichés qui manquaient cruellement à l'idéal de Sebastian. « Mais l'invitation à diner, l'innocente conversation sur nos journées respectives et la cheminée ? » Un sourire taquin ourla ses lèvres. « Est-ce qu'une graine de folie germerait par hasard en toi ? » Il lécha gentiment sa lèvre inférieure en excuse, puis la ligne entre ses lèvres, poussant à l'intérieur, doucement, goûtant la saveur de café maintenant familière. Micah pouvait être brusque avec Sebastian, et il adorait ça. Mais pas – pas maintenant. Il se sentait hésitant et ses joues étaient roses d'un mélange de fébrilité et d'embarras. Et puis... quelque chose manquait – « Hm – non, attends. Je sais ! » s'interrompit tout à coup l'adolescent. « Tu m'as pas invité, mais je suis venu et c'était une surprise, alors c'est bien aussi. Et on a diné. J'ai même gouté du vin ! Ça compte définitivement pour un dîner. On a pas parlé de nos journées mais c'est pas de ma faute si tu préfère un autre type d'occupation, j'ai proposé une simple conversation ! Et puis, p'têtre bien qu'on est plus fait pour les câlins devant les dessins animés. Donc on a aussi la conversation. Il ne nous manque qu'une chose ! »

Il fit une galipette qui le mena hors du lit, et empoigna l'édredon. Il le découvrit du lit sans ménagement, tirant de petits coups secs pour que Sebastian daigne lever son corps de rêve également. « La cheminée est en bas et elle ne peut pas venir à nous, alors nous allons à elle ! » Et c'est drapé dans la couette, les oreillers serrés contre son torse, que Micah sortit de la chambre et descendit au salon à pas de loup. Il laissa Sebastian allumer la cheminée pendant qu'il s'affairait à leur faire un lit juste en face, à base de coussins, couverture et de ses acquisitions de la chambre. Le tout donnait une espèce de lit de fortune un peu brouillon, éclairé par la lumière orangée du feu qui commençaient à s'élever dans l'âtre. Il sourit avec satisfaction et s'y agenouilla pour en tester le confort. « C'est parfait. » commenta t-il, en attrapant la main de Sebastian occupé à tisonner son feu pour l'amener à lui.

Il était... parfait. Micah resta là, à le contempler quelques secondes. Des ombres dessinées par les flammes dansaient sur les muscles de son torse. L'adolescent hésita à relever les yeux vers son visage. Il se mit à jouer avec leurs doigts entrelacés. Mon dieu. Il savait que cette histoire d'attente et de cliché le réduirait à l'état de vierge effarouchée. Tiens, Sebastian avait vraiment de belles mains. Micah la caressa, remonta le long de son poignet, de son bras, prit un virage pour explorer son torse. Il le touchait sans rien dire. Comme s'il le découvrait de ses doigts. Son cœur battait furieusement dans sa propre poitrine, et d'une façon qu'il ne s'expliquait pas, toucher son amant lui faisait du bien. Ses mains remontèrent le long de son cou et Micah plongea enfin ses yeux ambrés dans ceux de Sebastian. Il entoura son visage de ses mains et l'attira à lui. Il l'embrassa, d'abord chastement, le contact était familier, rassurant. L'adolescent le rendit plus passionné en léchant l'intérieur de sa bouche. Son souffle était court, il était excité mais il avait aussi une étrange sensation de peur et de solitude. La vérité c'est que Micah avait peur de cette solitude, de ce qu'il deviendrait livré à lui-même une nouvelle fois. Sebastian était – il ne voulait pas le perdre. Il ne voulait plus douter. Se sentir trop minable pour lui. Trop jeune. Trop pauvre. Trop victime de la vie.

« Fais moi l'amour. » s'entendit-il demander sans pouvoir s'en empêcher. « J'ai besoin de savoir que j'ai ma place entre tes bras. »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 


Dernière édition par Micah B. Summers le Dim 10 Mar - 2:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Dim 10 Mar - 1:40





Micah & Sebastian


Pour la première fois de ma vie, je ressentais le besoin de m’unir à quelqu’un. Tant physiquement, qu’émotionnellement. Je comprenais enfin ce terme, « faire l’amour ». Je n’avais jamais été le genre d’homme qui devenait intime avec quelqu’un sans le moindre attachement, j’avais toujours un attachement particulier pour mon partenaire, ou… ma partenaire plutôt. Mais ce soir avec Micah… Je voulais me donner à lui, mélanger nos corps de manière divine jusqu’à atteindre le plus grand des plaisirs… à deux. Nous avions toujours été proches sur le plan physique, n’ayant aucune gêne à jouer avec le corps de l’autre, le titillant, le provoquant. Mais je n’avais jamais osé tout faire avec le garçon. Jusque-là, ça avait été surtout par peur qu’il regrette de m’offrir cette part de lui. J’ignorais où cette relation allait vraiment nous mener, et je ne voulais pas qu’un jour il soit déçu de ne pas avoir attendu de se donner à une personne plus importante que moi. Mais je savais désormais que nous étions attachés l’un à l’autre, et que ce qu’il se passait entre nous n’était pas… sans lendemain. J’avais réussi à avouer à lui comme à moi que j’étais là pour rester, et je ne voyais pas de meilleur moyen d’exprimer mon affection que de donner à Micah ce qu’il m’avait tant demandé. Et cette idée ne faisait que me rassurer dans ma volonté que j’avais eu d’attendre cette soirée si parfaite pour lui faire l’amour.

J’avais donc exprimé mes intentions pour la suite de la nuit. Peut-être pas très clairement, mais je savais qu’il m’avait compris. « Tu – tu veux dire ?... » Je hochais légèrement la tête en souriant, confirmant qu’il avait bien saisi le sens de ma phrase. Ma main toujours sur sa joue, je continuais de le caresser tendrement, attendant une réaction peut-être plus parlante de ses attentions à mon égard. Peut-être qu’il ne voulait plus de moi de cette manière ? Peut-être voulait-il encore attendre ? Je pourrais être infiniment patient avec le jeune homme. La moindre de ses caresses me comblaient déjà parfaitement, et je n’aurais eu aucun mal à m’en contenter. Mais ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Oh non. Il était juste… surpris ? « Mais l'invitation à diner, l'innocente conversation sur nos journées respectives et la cheminée ? Est-ce qu'une graine de folie germerait par hasard en toi ? » . Je savais pertinemment d’où venaient ses questions. J’avais misé sur la carte du romantisme en lui demandant d’attendre, citant tous les clichés possibles de « la première fois », et aucun n’était réellement présent en cet instant. Je riais tout de même jaune, donnant une tape joueuse sur la joue du garçon qui se moquait assez ouvertement de moi. « Peut-être qu’à mes yeux cette soirée était plus significative que quelques clichés. Mais si tu veux accuser ma folie, tu peux. » remarquais-je avec sarcasme. Heureusement, il racheta rapidement ses railleries en venant embrasser mes lèvres, les caressant de sa langue. Je la laissais s’immiscer entre elles, la suçotant légèrement avant de la laisser prendre le dessus dans un profond baiser. Ma main quitta finalement son visage pour venir glisser le long de son bras nu, et je le sentais frissonner sous le bout de mes doigts. Finalement, Micah quitta mes lèvres pour commenter la situation. « Hm – non, attends. Je sais ! Tu m'as pas invité, mais je suis venu et c'était une surprise, alors c'est bien aussi. Et on a diné. J'ai même gouté du vin ! Ça compte définitivement pour un dîner. On a pas parlé de nos journées mais c'est pas de ma faute si tu préfères un autre type d'occupation, j'ai proposé une simple conversation ! Et puis, p'têtre bien qu'on est plus fait pour les câlins devant les dessins animés. Donc on a aussi la conversation. Il ne nous manque qu'une chose ! ». Je l’écoutais parler sans intervenir, gardant un simple sourire au coin des lèvres. Finalement, mes clichés romantiques semblaient lui être plus importants qu’à moi.

Sans plus attendre, je vis Micah sauter du lit et commencer à tirer sur la couette, me forçant à m’en dégager pour qu’il puisse la tirer du lit. « Mais qu’est-ce que tu fabriques ? » demandais-je en posant le pied à terre, le laissant déménager ma chambre. « La cheminée est en bas et elle ne peut pas venir à nous, alors nous allons à elle ! » m’expliqua-t-il tout naturellement, enroulé dans mes draps, des oreilles entre les bras. Je le regardais ahuri, et commençais à le suivre tandis qu’il quittait la pièce. Amusé par toute cette situation, je laissais faire le garçon sans rien dire, me contentant d’aller rallumer le feu tandis qu’il aménageait un lit près de la cheminée. Devant tant de dextérité, je me demandais presque s’il n’avait pas été scout dans sa jeunesse. J’étais en train d’attiser le feu lorsque j’entendis un  « C’est parfait. » à côté de moi, m’incitant à tourner le visage pour faire face à Micah. Celui-ci m’attrapa la main et m’attira vers lui. Nous nous retrouvions ainsi agenouillés l’un en face de l’autre, le seul contact entre nous étant nos doigts entrelacés. Mon regard était porté sur le visage de mon amant qui semblait… me redécouvrir. Il n’y avait rien de mon corps qu’il ne connaisse déjà, pourtant j’avais l’impression qu’il me regardait comme pour la première fois, détaillant ma main, mon torse, faisant glisser ses doigts sur tous ces endroits qu’il examinait, les appréciant. Ce n’est qu’en portant sa main à mon cou que nos regards se recroisaient enfin, et que je lui lançais un sourire rassurant. L’assurance avec laquelle il me touchait habituellement était partie, et je pouvais prendre le sentir trembler contre moi lorsque je vins enrouler mes bras autour de lui alors qu’il initiait un baiser. Toujours agenouillés, nos torses étaient désormais collés l’un à l’autre, mes bras dans son dos alors que j’appréciais la tendresse avec laquelle Micah m’embrassait. Il y avait une douceur inhabituelle qui était loin de me déplaire, et je me laissais presque fondre sous ce contact. Il ne se détacha de moi que pour prononcer quelques mots : « Fais-moi l'amour. J'ai besoin de savoir que j'ai ma place entre tes bras. ».
Je sentais les battements de mon cœur s’accélérer sur ces paroles, à la fois excité et ému. Je collais mon front contre le sien en murmurant un léger « D’accord… d’accord… » et de poser un court baiser sur ses lèvres. L’une de mes mains quittait son dos pour s’aventurer dans ses cheveux, et je reculais mon visage pour être sûr qu’il entende clairement mes prochains mots. « Mais ne doute jamais de ça. Tu es probablement l’une des plus belles rencontres de ma vie. Et je… Tu me rends heureux Micah. » Et dernièrement, je ne demandais rien de plus. Le garçon n’était pas dans ma vie depuis longtemps, mais il l’avait déjà chamboulée de bien de manières. Tout était plus simple maintenant, je retrouvais goût à tout. J’aurais pu continuer à lui expliquer en quoi il m’était important, mais pour l’instant, je préférais lui montrer par des gestes. « Et aussi longtemps que tu voudras être dans mes bras, tu y trouveras ta place. » concluais-je finalement avant d’embrasser le coin de ses lèvres.  « Allonge-toi… » lui ordonnais-je dans un murmure avant de me décoller de son corps, lui laissant toute la place pour trouver une position qui lui convenait près du feu. Une fois chose faite, je venais me recoller à lui, recouvrant une partie de son corps du mien. Je glissais une jambe entre les siennes, et alignais nos torses, me surélevant juste d’un bras posé près de sa tête. Ma main libre dessinait les contours de son visage tandis que je l’embrassais, frôlant à peine sa peau de mes lèvres, comme si c’était quelque chose de précieux. Et dans un sens… ça l’était. Je faisais danser mes doigts sur la peau de son ventre, le caressant à quelques endroits stratégiques, titillant ses tétons lorsque je m’aventurais sur son torse.

Ma main se plaça finalement sur son cou, et força légèrement son visage à se tourner pour donner un meilleur accès à ma bouche. Je suçais sa peau, la provoquais parfois de mes dents, la léchais comme pour me faire pardonner. Je jouais avec son oreille lorsque je sentis le besoin d’éclaircir quelque chose. « Si je fais… quoi que ce soit qui te déplait, ou te blesse, ou peu importe, dis le moi immédiatement. Tout ce que je veux c’est te procurer du plaisir… » murmurais-je dans le creux de son oreille, ponctuant mes paroles en glissant ma main sur le pantalon qu’il portait, la passant entre ses cuisses. Je pouvais déjà sentir une certaine raideur grandissante sous le tissu, et parcourais lentement mes doigts dessus. Je continuais de baiser la partie haute de son corps, son visage, son cou, son épaule, le haut de son torse, de manière aléatoire et irréfléchie. Ma réflexion se focalisait plus sur les mouvements qu’effectuait de ma main qui se faisait de plus en plus précise. Après de longues minutes de provocation, je l’insérais enfin sous le vêtement, entrant enfin en contact avec sa peau. J’opérais les mêmes mouvements qu’un peu plus tôt, avec peut-être un peu plus de franchise jusqu’à ce que je sente une parfaite érection entre mes doigts. Je décidais alors d’enfin abandonner le cou de mon amant, et me glissais jusqu’à hauteur de son entrejambe, baisant ci et là son torse sur ma route. Arrivant à l’endroit désiré, je baissais enfin le tissu pour laisser apparaitre à mon visage son membre tendu sur lequel je précipitais mes lèvres. Je le léchais d’abord avidement, traçant sa longueur avec quelques baisers. Je le prenais rapidement à nouveau en main, effectuant de léger mouvement de va et vient pour le recouvrir. Mes lèvres vinrent se serrer sur son extrémité, seul endroit que je me refusais à atteindre de ma main, préférant y garder ma bouche. Je faisais glisser ma langue autour, jouant parfois prudemment de mes dents. Je n’abandonnais ma prise que lorsque j’entendis ses gémissements augmenter, et me reculais vraiment de lui que pour lui retirer son vêtement inutile. Je m’empressais de faire de même pour moi, et profitais alors de ma nudité récente pour venir coller mon corps contre le sien, retrouvant le chemin de ses lèvres, et entrainant mon amant dans un baiser lent et passionné.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Lun 11 Mar - 9:09





Sebastian & Micah


« D'accord, d'accord... » lui répondit Sebastian en déposant un unique baiser contre ses lèvres. Micah ferma les yeux sous le contact bref, mais infiniment rassurant, ses mains glissant de son visage sur son torse. « Mais ne doute jamais de ça. Tu es probablement l’une des plus belles rencontres de ma vie. Et je… Tu me rends heureux Micah. » L'adolescent rouvrit les yeux et lui adressa un sourire vif et sensuel. La crainte qu'il avait ressenti le quittait peu à peu, laissant place à cette assurance malicieuse qui était sa signature. « C'est tout moi ça. Belle rencontre, rendre les gens heureux. » Il pencha la tête de contentement, sous la caresse dans ses cheveux, tandis que Sebastian reprenait « Et aussi longtemps que tu voudras être dans mes bras, tu y trouveras ta place. »

C'était la déclaration plus belle et la plus désintéressée qu'il ai jamais entendu. Micah resta bouche-bée, malgré l'ordre de s'allonger que Sebastian venait de lui donner. A la fois profondément sûr de ne plus jamais vouloir quitter ses bras, et désemparé parce que hmm... est-ce que Sebastian avait peur qu'il reparte comme il était venu ? Micah chassa cette idée de son esprit et s'allongea. Cala au mieux sa tête sur l'un des confortables et sans doute très chers oreillers – la manière dont ils s'incurvaient sous sa tête pour en épouser la forme était indécente. En comparaison le sien avait l'air d'un petit bloc de ciment – pour mieux se faire piéger par une masse de muscles et des lèvres sur sa bouche. Micah noua une main derrière sa nuque, les courts cheveux noirs glissants entre ses doigts. Les propres doigts de Sebastian s'égarant volontairement sur ses tétons, les durcissant, les sensibilisant le faisant gémir dans sa bouche.

Puis sa main remonta le long de son cou, et Micah en apprécia la largeur, la facilité avec laquelle et le forçait à se pencher pour offrir sa gorge à son amant. Comme s'il le devait. Comme s'il lui appartenait. Un petit soupire d'extase lui échappa alors que Sebastian léchait sa peau, la mordait, la suçait laissant sans doute des marques sur son passage – Mon dieu, après un tel traitement il allait ressembler à une espèce de petit léopard pervers... « Si je fais… quoi que ce soit qui te déplait, ou te blesse, ou peu importe, dis le moi immédiatement. Tout ce que je veux c’est te procurer du plaisir… » Et si il voulait qu'il proteste, c'était trop tard. Pas avec sa main pile entre ses cuisses. Micah tressaillit sous le brusque assaut de sa main chaude sur son membre. Et Sebastian l'embrassait mais – il n'arrivait pas à se concentrer. Ses hanches animées d'une vie propre s'enfonçaient entre ses doigts, intensifiant le contact, demandeuses.

Après un moment interminable, Sebastian daigna lui donner plus et descendre entre ses jambes. Ça avait pu durer des secondes ou des minutes voir des années, avec la relativité, tout ça. Micah était trop submergé de sensations pour avoir encore la notion du temps. Ou se souvenir de son propre nom. Il – oh mon dieu, Sebastian le léchait, et ça n'aurait pas du le brûler comme un seau d'eau bouillante, sauf que si. Parce qu'il n'arrivait pas à s'habituer, malgré des heures de pratique à leur actif maintenant. Après dix ans de sexe intensif, Sebastian le ferait encore gémir et se tortiller comme un chat en chaleur. Sérieusement, le bruit qui venait de s'arracher littéralement de sa gorge n'aurait jamais du être poussé par humain. « Sebastian... » implora t-il, ses doigts crispés autour des draps. Il ne savait même pas ce qu'il voulait. Il voulait jouir, il voulait – non, il devait se calmer, apprécier ce moment, mais c'était tellement difficile. « Hmm... Non, attends. Je – je peux pas... »

Et Sebastian se retira. Merci seigneur. Micah rejeta la tête en arrière, les lèvres entrouvertes, haletant. Il sentit son pantalon glisser de ses cuisses, et Sebastian le recouvrir de son corps en lui volant un baiser. « Toi... » marmonna l'adolescent, mordant sa lèvre par vengeance. « Je veux jouir pendant que tu me feras l'amour. » dit-il aussi clairement que possible, séparant bien chaque mot. « Je veux jouir pendant que tu seras en moi. » L'adolescent écarta ses jambes en une flagrante invitation et glissa ses mains dans le dos de Sebastian. Caressant les muscles, descendant dans le bas de son dos, poussant pour le faire rejoindre son bassin, frottant son érection humide de salive contre la sienne. « S'il te plait... » s'entendit-il gémir. L'une de ses mains quitta son dos et il déverrouilla leurs bassins. Juste assez pour prendre en otage la virilité de son amant et accompagner ses mouvements d'un lent va et vient langoureux de sa main.

Et parce qu'il ne pouvait pas y porter sa bouche, Micah guida la main de Sebastian à son visage, lécha un doigt, puis l'autre, le prit en bouche, suça ses phalanges, gémit autour d'elles. Il voulait les sentir en lui, il –

Il avait oublié le lubrifiant.

Micah relâcha l'index prisonnier de ses lèvres. Inspira profondément pour se souvenir comment faire une phrase entière. « Dis moi que le lubrifiant était pas dans la chambre. » Il était en grève de point d'interrogations. Ce n'était pas une question. Juste une affirmation. Un besoin impérieux. « Parce qu'il est pas question que je me relève. Ni que je te laisse bouger de là. »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Mar 12 Mar - 2:41





Micah & Sebastian


La nuit ne faisait que commencer pour Micah et moi. Même si je voulais lui faire plaisir et lui donner tout ce qu’il désirait, j’avais surtout besoin de prendre mon temps avec lui. D’une part pour être sûr de ne pas le blesser, mais surtout parce que je voulais faire les choses bien. C’était la première fois que j’allais lui faire l’amour. Aussi cliché soit-il, je voulais que ce soit un moment mémorable pour mon amant comme pour moi. Dans plusieurs années, je voulais qu’il se souvienne de la manière dont j’avais pris soin de lui, comme je l’avais fait se sentir désiré et aimé. Même si nous étions plus ensemble (ce que je n’espérais pas), j’avais envie qu’il garde au moins ce bon souvenir de moi, et qu’il ne regrette jamais de s’être offert ainsi. C’est pourquoi j’avais d’abord voulu faire monter l’excitation en lui, me montrant toujours aussi prévenant et câlin. Il n’y avait aucune précipitation, j’appréciais le moindre touché, la moindre caresse, le moindre plaisir que je pouvais donner à mon amant. J’avais donc recouvert son corps nu du mien, ne ratant pas une occasion de le faire frissonner de mes doigts ou de l’embrasser toujours un peu plus. « Toi... » murmura-t-il contre mes lèvres, les mordant. « Je veux jouir pendant que tu me feras l'amour. » m’expliqua-t-il clairement. J’étais ravi de voir qu’il avait récupéré son assurance et qu’il assumait pleinement ses désirs. Je le sentais en confiance avec moi, et il n’y avait pas de meilleure récompense. « Je veux jouir pendant que tu seras en moi. » Il ne pouvait pas être plus clair sur ses intentions. Je lui lançai donc un sourire rassurant, hochant légèrement la tête pour lui montrer que j’étais d’accord. Surtout parce que c’est ce que je voulais aussi. Je scellais notre accord dans un court baiser, et venais mordiller gentiment son oreille, souhaitant à mon tour lui dire mes envies. « Et moi je veux jouir en toi… » lui soufflais-je dans le creux de l’oreille. « Je veux que tu me sentes me déverser en toi… te remplir… » continuais-je, appréciant ses mains qui descendaient lentement dans mon dos. Nous avions déjà discuté de ces soucis… techniques, et savant pertinemment que Micah n’avait aucun problème avec ça. Et je ne mentais pas en disant que je voulais tout lui donner.

Ses mains dans mon dos forcèrent nos bassins à se rencontrer, forçant une délicieuse friction entre nos érections. Je gémissais face à ce contact que j’ignorais tant désiré, et entendis le garçon faire de même dans un « S'il te plait... ». Mon amant avait écarté ses jambes, et je luttais pour ne pas enfouir mes mains entre ses cuisses, le laissant tout d’abord me faire ce qu’il voulait. Je caressais alors plutôt son visage, et ses torses, jouant avec ses tétons durcis par l’excitation. L’une de ses mains finit par glisser entre nous, décollant nos bassins afin qu’il puisse prendre mon membre tendu, et y opérer quelques mouvements de va-et-vient. Inconsciemment, mes reins se mirent à mouvoir au même rythme, m’offrant ainsi toujours un peu plus de contact et de plaisir. Micah s’empara alors de ma main, et la porta à sa bouche. Incrédule quelques secondes, je le vis faire glisser mes doigts entre ses lèvres. J’ignorais si c’était une manière de me dire que c’est ce qu’il aurait voulu me faire si sa main n’avait pas été sur ma virilité, ou si c’était sa façon de me lubrifier pour enfin le préparer à m’accueillir. C’était peut-être les deux. Dans tous les cas, j’étais hypnotisé par cet acte à la fois obscène et excitant. Je vis soudain un léger vent de panique s’emparer du garçon, et il relâcha mes doigts. « Dis-moi que le lubrifiant était pas dans la chambre. » m’ordonna-t-il presque, l’air grave. « Parce qu'il est pas question que je me relève. Ni que je te laisse bouger de là. ». Je ne pouvais m’empêcher de rire calmement. Je ne moquais pas de lui, mais étais simplement amusé par son air aussi sérieux, comme si notre vie dépendait de la présence – ou non – de lubrifiant à portée de main. Je passais alors une main rassurante dans ses cheveux, et embrassais son front avant de me détacher complètement de lui, juste assez pour tendre le bras vers la table basse près de nous. « Ne va pas croire que j’en gardais là au cas où l’occasion se présenterait un jour… » Quoique. « Mais… tu te souviens de ta première nuit ici ? » demandais-je en sortant d’un tiroir de la table un flacon rosé, un sourire malicieux sur le visage. « Je n’avais jamais remonté le lubrifiant qui t’avait fait sortir de ma porte, et l’avais plutôt stocké là. » continuais-je en me recollant à mon amant, posant le lubrifiant sur les draps. « Donc à moins que ça te rappelle de mauvais souvenirs… on pourrait l’utiliser. » Cette fois-ci dans un contexte bien plus plaisant. Même si au final sans l’épreuve de la boite aux lettres, nous n’en serions pas là. Un mal pour un bien.
Enfin à nouveau contre Micah, je venais recouvrir son torse de mes lèvres, le léchant, l’embrassant, mordillant ses tétons de plus en plus sensibles. Je m’aventurais de plus en plus bas, faisant bien exprès d’éviter une partie de son anatomie que je connaissais déjà plutôt bien, écartant largement ses jambes pour venir embrasser tendrement l’intérieur de ses cuisses. J’examinais quelques instants son entrejambe, jugeant de ce qui serait le mieux pour la suite des évènements. Je me reculais alors finalement, caressant ses jambes du bout des doigts. « Retourne-toi… » soufflais-je doucement, le regardant s’exécuter. J’appréciais la vue quelques secondes avant de laisser parcourir mes mains du bas de ses jambes écartées autour de moi, et de remonter jusqu’au haut de son dos, effectuant un léger massage sur mon passage. Je venais alors baiser ses épaules, et invitais mon amant à tourner son visage pour que je l’embrasse passionnément. Ce baiser était peu précis, mais j’avais besoin de sentir ses lèvres sur les miennes quelques instants à ce moment-là. Je l’abandonnais finalement, et retrouvais son dos. Je fis glisser ma langue sur sa colonne vertébrale, posant quelques baisers ci et là en descendant de plus en plus bas. Je me trouvais trop rapidement à hauteur de ses fesses que j’entrouvrais délicatement de mes mains, faisant parcourir mon index doucement entre elles. Je le portais à ma bouche rapidement, y apportant un peu de salive, et le ramenais à son entrée que je provoquais gentiment. Je traçais des cercles sur l’anneau de chair, et m’aidais de mes avant-bras pour empêcher mon amant de trop bouger sous moi. Je jouais encore un peu ainsi, hésitant à déjà lui en donner plus, hésitant à savoir si moi-même j’étais prêt pour ça.

Dans un élan d’excitation, je baissais mon visage pour venir avidement lécher l’entrée de mon amant, accompagnant de ma langue mon index qui le titillait. Comme par instinct, ma bouche et mon doigt s’alliaient pour l’ouvrir petit à petit, assez pour y insérer déjà une phalange. Je lui faisais opérer quelques mouvements de va-et-vient, appréciant cette nouvelle intimité entre nous. J’étais bercé par mes mouvements et les gémissements de Micah, et ne fus sorti de mes pensées qu’en voyant qu’il était de plus apte à recevoir plus. Je me redressais alors enfin, juste pour voir et attraper le lubrifiant à côté de nous. Je le débouchonnais, et recouvrais généreusement mes doigts de la matière. Sans plus attendre, je les faisais glisser entre ses fesses, jouant à nouveau avec l’anneau de chair, cette fois avec deux doigts. Je remontais mon visage au niveau du sien, embrassais le creux de son cou, mordillais son oreille. Mes doigts continuaient leurs actions, et je décidais enfin d’en insérer un, sans trop de difficulté. Quelques va-et-vient plus tard, et je prenais l’initiative de faire pénétrer un second, plus difficilement. Et encore plus tard, un troisième, avec toujours moins d’aisance. Je faisais entrer et sortir mes doigts en lui, les écartant quelque peu pour élargir toujours plus son entrée, les courbant pour essayer d’atteindre une zone qui, je le savais, le ferait bientôt crier de plaisir. Je ne cessais d’embrasser son cou, son épaule, parfois même sa bouche quand l’angle me le permettait. Finalement, alors que je léchais sa bouche avec envie, je lui demandais enfin : « Dans quelle position tu me veux ? ».


_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Mar 12 Mar - 20:49





Sebastian & Micah


« Ne va pas croire que j’en gardais là au cas où l’occasion se présenterait un jour… » Comme si Micah allait gober ça. Ce n'est pas comme si Sebastian ne planifiait pas de l'étreindre langoureusement devant sa cheminée depuis le début. Il lâcha un petit « Mh mh » dubitatif et joueur. « Mais… tu te souviens de ta première nuit ici ? » Comment l'oublier ? « Je n’avais jamais remonté le lubrifiant qui t’avait fait sortir de ma porte, et l’avais plutôt stocké là. Donc à moins que ça te rappelle de mauvais souvenirs… on pourrait l’utiliser. »

« Ça me plait bien. » remarqua l'adolescent en plongeant ses doigts dans la chevelure de Sebastian, reparti embrasser son torse. « C'est un peu notre – hmm – symbole... » Et articuler devenait difficile avec les lèvres de Sebastian entre ses cuisses. « Retourne-toi… » demanda t-il, tout à coup. Micah hésita, pas encore totalement vacciné contre la pudeur. Imaginer son amant regarder son pli intime sous la lumière du feu lui arracha toute sorte de frissons. Ses joues arborèrent une intéressante teinte carmine, mais il fini par obéir. Lentement, il s'allongea sur le ventre et sentit le regard de Sebastian lui brûler la peau. De la même façon que ses mains, qui remontaient le long de ses courbes, langoureuses et patientes. L'adolescent se détendit, se concentrant uniquement sur les paumes de Sebastian dans le creux de ses reins, sur son dos, la pression de ses lèvres sur son épaule. Micah ouvrit la bouche pour happer ses lèvres, les lécher dans un baiser maladroit.

Mon dieu, comme il avait eu besoin de ce baiser. Et Sebastian avait dû le deviner, ou en avoir besoin autant que lui. Il était comme ça, instinctif, rassurant. Et romantique aussi. Même si le romantisme là tout de suite n'était plus la préoccupation de l'adolescent. Parce que Sebastian était reparti et qu'il – venait d'écarter ses fesses. La caresse de son doigt obligea Micah à se cambrer et son souffle se bloqua dans sa gorge. Sebastian prenait tout son temps, une phalange experte écarta sa chair puis la laissa refermer, son intimité à sa vue. Comme si – comme s'il mesurait l'élasticité de sa peau. Seigneur – Micah ne s'était jamais sentit aussi exposé, aussi offert, aussi –

Une langue brûlante effleurait tout à coup l'entrée de son corps.

Micah aspira l'air d'un coup de sa bouche, surpris et contracté. Mon dieu – qu'est ce que ?... « Ah... Seb – Sebastian... » sa plainte se mua en un long gémissement. Le jeune homme voulu tourner la tête pour voir ce qui se jouait dans son dos mais chaque caresse de sa langue électrisait tout son corps, soumis à la volupté de son amant. Et Micah quémandait encore, essayait d'articuler quelque chose mais, les – les bruits que Sebastian faisait, comme... comme s'il festoyait. La brûlure de sa barbe râpeuse contre la peau douce de ses fesses. C'était tellement obscène et – et excitant.

Il se sentait défaillir d'extase sous cette sensation trop nouvelle qui fourmillait jusque dans sa nuque, et voulu protester lorsque Sebastian s'empara du lubrifiant. Trop tard, de toute façon, sa gorge refusait d'émettre au chose que des gémissements. Il se tendit langoureusement sous l'assaut des doigts de Sebastian. Sa peau sensible semblait frétiller au moindre frôlement. Et – le premier doigt qui s'inséra en lui lui fit fermer les yeux, se mordre les lèvres. Un second le rejoint, Micah se contracta malgré lui autour de ses doigts. Son corps encore décidé à rejeter cette présence intruse. Il fit de son mieux pour se relaxer. Sebastian le travaillait doucement mais inexorablement. Profondément.

Et le troisième. Et bien c'était un troisième. Une poussée, un peu plus forte, alors que la respiration de Micah s'emballait sauvagement. Il – seigneur, il était encore étroit. L'écartement le brûlait à chaque passage de ses phalanges. Puis il échappa un grognement alors que les doigts en lui se tordaient juste comme il fallait. « Continue. » souffla t-il difficilement. « C'est tellement – » trop, c'était trop. C'était la première fois. Mon dieu, c'était sa première fois. Et Micah tremblait, il haletait, il avait l'impression que ses jambes allaient se dérober, ce qui était ridicule étant donné qu'il était allongé. Il avait l'impression qu'il allait s'étouffer en embrassant Sebastian et que le reste de son corps allait faire une overdose de – tout. De plaisir. Et de désir. Parce que le frôlement des doigts de son amant contre sa prostate n'était vraiment pas suffisant.

« Dans quelle position tu me veux ? » l'entendit-il demander contre ses lèvres. L'adolescent n'hésita pas une seconde. « Je veux te voir. » Il voulait pouvoir regarder son visage, l'embrasser, le serrer contre lui. Ça serait plus douloureux, comme ça. Mais Micah ne voyait pas les choses autrement. Il se tourna lentement, roulant sur le côté pour se remettre sur le dos, parce que son corps ne lui répondait plus assez pour qu'il se redresse. Il se sentait terriblement vide sans les doigts de Sebastian en lui, alors il l'attira à lui et échangea un long baiser tandis qu'il retrouvait sa place entre ses jambes. « Comme ça. » L'adolescent attrapa à son tour le lubrifiant, en déversa dans sa main et la glissa entre eux. Comme tout à l'heure, il l'enroula autour du membre dressé de Sebastian, cette fois pour l'enduire en le caressant, un peu maladroitement, parce que ses mains tremblaient. Micah releva les yeux vers lui. « Viens... » demanda t-il – supplia, implora. Sa voix chancelante alors qu'il guidait son érection contre son orifice trempé de salive et de lubrifiant, ouvert pour lui.

Et Sebastian le pénétra, centimètre par centimètre. Micah sentit tout son corps se tendre. Le comprimer en lui. Comme si ses muscles internes n'arrivaient pas à décider s'ils voulaient repousser Sebastian ou le garder en lui toute sa vie. Et c'était – incomparable. Brûlant. Intime. Douloureux. L'adolescent planta ses ongles dans le dos de son amant. Ses yeux papillonnaient, humides, alors qu'il réprimait un sanglot au fond de sa gorge. Il ne pouvait pas empêcher son corps de bouger. C'était tellement bon. Merveilleux. Parfait. Sentir Sebastian, et ce quelque chose qu'il déclenchait en lui. Qui le faisait s'écarter et se resserrer en même temps.

Micah remua ses hanches, lentement pour rencontrer celles de Sebastian. Il l'embrassa, passionnément, se pressant contre son corps. Puis il captura ses hanches de ses jambes. jouissant de chaque mouvement, du plaisir qui irradiait, de la sensation incroyable d'être possédé par cet homme qu'il l'avait séduit si aisément. « Je – je t'en prie, t'arrête pas. » Un deuxième coup de rein. Plus dur, plus profond, et Micah rejeta son visage en arrière, et poussa un cri de plaisir. Tout son corps accroché à celui de Sebastian, comme s'ils étaient connectés, exactement comme il l'avait tant désiré. Comme il n'avait jamais voulu l'être avant lui.


_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Mer 13 Mar - 1:42





Micah & Sebastian


Les gémissements de Micah sous moi étaient une véritable récompense. Ils me réconfortaient dans mes actes, me donnant toujours plus envie de lui faire plaisir. C’était la première fois que je retirais autant de satisfaction à entendre quelqu’un gémir ainsi grâce à moi. J’étais heureux de voir que je ne commettais aucune faute, et que je ne le blessais pas. Au contraire, mon amant m’en demandait toujours plus, essayant difficilement de formuler quelques phrases. Seulement, je n’entendais que de longs soupirs et des grognements. C’était bien assez pour moi pour me faire continuer, l’ouvrant toujours un peu plus de mes doigts, le pénétrant toujours plus profondément. J’avais hâte de pouvoir le sentir autour de mon érection, la pression autour de mes phalanges me donnant déjà un aperçu de ce que je pourrais bientôt ressentir. Mais je préférais prendre mon temps et être sûr qu’il serait capable de m’accueillir sans difficulté. Je gardais ainsi patience, me rassurant en me disant que je pourrais bientôt goûter au plaisir moi aussi, et qu’en attendant, j’en donnais à Micah.

Finalement, lorsque je sentais enfin son corps se détendre, s’habituant quelque peu à moi, j’offrais à mon amant le choix de la position dans laquelle il me voulait. C’était sa première fois, et je voulais qu’elle se déroule à son goût. Sans grande surprise, il me répondit : « Je veux te voir. ». Je devais l’avouer, c’est aussi ce que je préférais. Ce n’était sûrement pas le plus agréable pour lui comme pour moi, et l’angle en serait pas adéquate… mais je voulais pouvoir voir aisément le visage de mon amant lorsqu’il me sentirait enfin en lui. Ou encore l’embrasser pour effacer la moindre douleur qu’il pourrait ressentir. Face à face, cet acte serait encore plus intime, et c’est ce que je voulais avec Micah. Je retirais alors mes doigts de lui, souriant pour lui indiquer que j’étais prêt à passer à l’étape supérieure. Il roula alors sur le côté, et m’attira immédiatement contre lui, m’embarquant dans un profond baiser. J’y prenais part avec envie, léchant l’intérieur de sa bouche comme si ma vie en dépendait. Nos visages se détachèrent un instant. « Comme ça. » commenta-t-il notre position avant de s’emparer du lubrifiant à nos côtés, et d’en déverser sur sa main. Sans plus attendre, il la dirigea sur mon érection, et la recouvra du liquide. J’observais sa main autour de moi, gémissant légèrement. Si les doigts du garçon arrivaient déjà à me faire cet effet, je n’osais pas imaginer mon état lorsque je serais en lui. Je le sentais trembler, et n’arrivais pas à savoir si c’était dû à l’excitation et au plaisir, ou s’il était tout simplement stressé. C’était peut-être même un mélange de tout ça. Je me montrai alors rassurant, et venais caresser son visage avec douceur, l’embrassant avec une réelle tendresse. Ce n’était pas un baiser plein de luxure et maladroit comme plus tôt, mais plutôt une preuve de mon affection, et un gage de la bienveillance que je souhaitais lui apporter.

« Viens... » me supplia-t-il enfin en dirigeant mon érection entre ses jambes écartées. « Je suis là… je suis tout à toi… » le rassurais-je dans un murmure. Je le laissais me guider, doucement, le laissant maître de la situation. Je continuais de caresser son visage et ses cheveux d’une main, et maintenais son bassin immobile de l’autre. Mes lèvres ne cessaient de baiser ses lèvres chastement tandis que je le pénétrais petit à petit. Le corps de Micah qui avait fini par se détendre se contractait de nouveau autour de moi, et je gémissais au contact de cette pression. Je continuais tout de même de m’introduire, le plus doucement possible pour qu’il s’habitue à moi. Les ongles de mon amant me rentraient dans le dos, et je lâchais finalement ses lèvres pour enfouir mon visage de le creux de sa nuque. Je serais les dents, priant pour qu’enfin je sois complètement à l’intérieur et ainsi offrir un peu de répit à mon érection comprimée. La sensation était à la fois une torture et un délice. Je me sentais connecté à mon amant plus que jamais, mais avais besoin d’une friction pour me libérer. Finalement, le jeune homme vint ancrer ses jambes sur mon bassin, nous offrant la dernière proximité dont nous avions besoin pour être parfaitement uni l’un à l’autre. Je soufflais finalement, et retournais embrasser les lèvres de Micah comme pour fêter ensemble ce moment. C’était la première fois que nos deux corps ne faisaient qu’un, et c’était… « Parfait… » remarquais-je à voix haute.

Et ça l’était. Parfait. Mon amant commençait à remuer ses jambes, et mes reins adoptèrent son rythme, permettant à mon membre de débuter un lent mais merveilleux mouvement de va-et-vient. Je nous laissais nous habituer à ce nouveau plaisir, nos gémissements se mêlant de telle manière que j’étais incapable de connaitre de qui ils provenaient. Je donnais de coups plus francs et plus profonds de temps à autre, provoquant de légers cris chez Micah. Ceux-ci ne faisaient que m’inciter à lui donner toujours plus de vitesse et de mouvements secs. « Je – je t'en prie, t'arrête pas. » gémit-il alors que je trouvais un rythme absolument divin, mouvant mes reins avec plus de précision. Mon regard passa du visage rempli d’extase de mon amant à l’endroit où nos deux corps se rencontraient. Je me regardais alors disparaitre en lui, et décidais que c’était l’image la plus excitante qu’il m’avait été donné de voir, et que je comptais bien être amené à l’observer très souvent à l’avenir. Je m’humectais les lèvres en voyant son sexe frapper son bas ventre au rythme de ma pénétration, et me retenais d’y porter ma main. Je voulais le faire jouir simplement de par ma présence en lui, même si j’avais honteusement envie de faire glisser mes doigts sur son membre humide. Je décidais alors de porter mes deux mains à son visage, et l’emprisonnais pour l’embrasser avidement. « Tu es magnifique… » soufflais-je entre deux baisers. Nos bassins remuaient à l’unisson, nous offrant à tous les deux une cadence magnifique. Je devinais enfin atteindre la prostate de mon amant lorsque j’entendis augmenter la fréquence et le volume des gémissements de Micah. Je les étouffais en l’embrassant, et continuais mes va-et-vient en lui, sentant petit à petit que j’allais bientôt atteindre l’orgasme. J’essayais de le prévenir, mais trop haletant, j’étais incapable de prononcer le moindre mot. Toutes mes pensées étaient dirigées vers mon envie pressante de jouir, et je m’emparais finalement des jambes de mon amant que je venais placer encore un peu plus haut dans mon dos, m’offrant un angle plus adéquate pour le pénétrer. J’accélérais mes coups de reins, me montrant plus violent, et tentais à nouveau de parler. « Je… ah – Micah… Est-ce qu – que je… peux ? Mh… parfait… » Sur ces mots, je donnais le coup final qui me fit perdre l’esprit. Je sentis l’orgasme s’emparer de moi, et ma semence vint remplir l’intimité de mon amant. Je donnais de dernier coup de reins, profitant de mon plaisir jusqu’à ce qu’il soit insoutenable, et voyais finalement Micah me rejoindre dans la jouissance. Il se déversa alors entre nous deux, tandis que je faisais des ultimes va-et-vient, me retirant enfin délicatement du garçon.

Pantelant, je venais me coller à lui, et m’emparais de ses lèvres pour l’entrainer dans un baiser lascif. Je léchais sa bouche assez obscènement, la mordillais gentiment. L’une de mes mains glissait jusque sur son ventre, et jouais avec sa semence. J’entrelaçais alors nos jambes, cherchant un moyen quelconque de retrouver cette proximité que j’avais découvert et qui me manquait déjà. Je m’étais réellement senti connecté à Micah, et j’avais éprouvé un plaisir incomparable en lui faisant l’amour. J’étais plus que satisfait d’avoir attendu pour m’unir à lui ainsi, et n’aurais pas pu rêver d’une meilleure première fois. J’embrassais lentement la ligne de sa mâchoire lorsque je décidai de briser le silence qui s’était naturellement installé. Jusque-là, notre échange s’était passé de mot, mais je tenais désormais à exprimer ce que je ressentais. « C’était… merveilleux. Tu es merveilleux. » commençais-je en me redressant avant de pouvoir plongé mon regard dans celui de Micah. « J’ai vraiment… c’est la première fois que j’ai réellement la sensation de faire l’amour à quelqu’un. Tu es juste… parfait. C’était parfait. » concluais-je en embrasser à nouveau le jeune homme. Je ressentais pour la première fois un véritable sentiment d’être… complet avec quelqu’un. Micah avait définitivement réussi à se faire une place dans mon cœur, et j’étais désormais incapable d’imaginer ma vie sans lui.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Jeu 14 Mar - 2:59





Sebastian & Micah


« Tu es magnifique… »

Micah poussa un gémissement en réponse, lapa ses lèvres comme un petit animal. Il essaya de sourire mais un nouveau coup de rein, plus profond, plus précis, lui arracha un nouveau cri. Ses jambes se resserrèrent autour des hanches de Sebastian par réflexe alors qu'il agrippait sa nuque, lui volant un baiser fiévreux et chaotique pour taire ses propres cris.

Oui Micah était bruyant, comme si le monde entier ne s'en était pas douté.

Sebastian était juste tellement bon au lit. Ce n'est pas comme si Micah avait matière à comparer. Mais ça ne pouvait pas être toujours aussi bon. Sinon tout le monde démissionnerait de la vie pour faire l'amour jusqu'à la fin des temps. Une bonne façon de finir ses jours avec Sebastian. Un gérant s'occuperait du Morning Coffee. Le monde n'avait pas tellement besoin de Sebastian Petterson, si ?

Son amant releva ses jambes plus haut dans son dos. Micah ne pouvait plus vraiment bouger pour rencontrer ses hanches. La sueur agglutinait leurs corps, soudant un peu plus leurs épidermes rougis par les caresses. Il était comme piégé – et il n'y avait rien de tel que d'être totalement à sa merci et de s'abandonner à lui. Sebastian prenait soin de lui, de toutes les manières possible. Il n'oubliait pas que c'était leur première fois, mais il n'était pas non plus trop doux. La force et la vigueur s'accroissaient dans chaque poussée, comme s'il se faisait un devoir de faire crier Micah, de les lier, d'enlacer leur deux corps si étroitement – jusqu'à ce qu'ils ne fassent plus qu'un. Sebastian ne faisait rien à moitié, et c'était encore plus vrai pour le sexe que pour tout le reste.

Il le prenait, inlassablement. A travers la brûlure, les gémissements et les suppliques de Micah. L'adolescent haletait à chaque coup de rein, comme si un charbon ardent venait de prendre place dans son abdomen et brûlait, brûlait, brûlait...

« Oh Sebastian... Ne t'arrête pas ! Ne t'arrête surtout pas ! » cria Micah, immédiatement bâillonné par un baiser. Mais les mots ne s'arrêtaient pas, il continuait de gémir contre ses lèvres. « Encore, encore, je t'en prie, encore. » ses hanches cambrées pour leur offrir le meilleur angle, ses ongles égratignant la peau de Sebastian, convulsivement, douloureusement. Il était près, il était si près... « Je… ah – Micah… Est-ce qu – que je… peux ? Mh… parfait… » Et dans un râle, Micah le sentit jouir et se répandre au plus profond de lui. L'adolescent observa son visage se tendre de plaisir, et la façon dont il le regardait – Micah n'avait pas de mot mais il voulait voir ce regard, et le revoir, pas seulement pendant le sexe mais –

Dans un ultime cri, Micah céda à son plaisir. Tout son corps se cambra alors qu'un orgasme dévastateur remontait le long de son échine et se propageait dans tout son être. « Sebastian... » soupira t-il, tremblant. Et Sebastian ralentit ses coups de reins, le laissant reprendre son souffle avant de finalement se retirer.

Micah ne bougeait pas, son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. Et il était – tellement épuisé. De sa main Sebastian traçait des formes avec sa semence, il le soupçonnait vaguement de connecter ses grains de beauté mais il était encore trop brouillé par le plaisir pour s'y attarder.

« C’était… merveilleux. Tu es merveilleux. » dit Sebastian après un moment. Micah essaya de se concentrer sur son regard. « J’ai vraiment… c’est la première fois que j’ai réellement la sensation de faire l’amour à quelqu’un. Tu es juste… parfait. C’était parfait. » L'adolescent enroula ses bras autour de sa nuque, lécha la sueur sur sa gorge, laissa trainer ses dents sur son menton. Il planait encore grâce à l'orgasme, il ne savait même pas ce qu'il faisait. Juste que Sebastian avait bon goût, et qu'il sentait bon, et que ce qu'il disait lui faisait plaisir. Micah ne savait pas s'il comprenait ce qu'il avait voulu dire juste parce qu'il venait de le vivre, ou s'il une telle notion aurait été capable de l'atteindre avant. Mais... il comprenait, cette sensation de s'unir par le corps et par l'âme. C'était inexplicable avec des mots. Il savait juste que parfois, il avait envie de prendre Sebastian dans ses bras et de ne plus jamais le laisser le quitter. Parfois, il voulait le mordre et le faire sien. Parfois, il voulait dire « Je t'aime. » à Sebastian, parce qu'il l'aimait.

Et... mon dieu. Il venait de parler à voix haute. L'orgasme avait annihilé son filtre cerveau, bouche. Oh mon dieu. Micah avait l'impression qu'une tonne de brique venait de lui tomber dessus.

« Je – je... » Il ne savait même pas comment finir sa phrase. « Je voulais pas dire ça. » s'empressa t-il finalement d'ajouter. Il se mordit la lèvre, jusqu'à sentir le goût du sang entre ses lèvres. Aïe... Il fallait qu'il se calme. Rester calme. Inspirer, expirer, essayer d'en rire. Voilà, en rire, c'était la solution. A moins que Sebastian ne le prenne mal ? Non, il ne pouvait pas en rire. Mais il ne pouvait pas non plus rester sérieux. Il savait combien son amant était allergique à ce genre de déclaration. Mon dieu, ce n'était tellement pas comme ça qu'il avait imaginé la fin de la soirée.

« Je veux dire... c'est pas obligé que ça veuille dire ça. » reprit-il, optant finalement pour la douloureuse sincérité. « Pas si tu veux pas. J'essayais pas de te faire dire... Mon dieu – est-ce qu'on peut ignorer ce petit moment d'égarement ? »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Jeu 14 Mar - 23:28





Micah & Sebastian


Il n’y avait pas de plus doux son à mes oreilles que Micah prononçant mon nom pendant l’orgasme. C’était définitivement ce que je préférais entendre sortir de sa bouche. C’était là le signe que j’étais la personne qui arrivait à lui faire atteindre tant de plaisir. Au moment où tout le reste était censé s’effacer, et que rien ne devait compter plus que sa propre jouissance… il pensait à moi. Ce n’était pas la première fois que le garçon et moi étions intimes et que je l’entendais dire ainsi mon prénom, mais il y avait quelque chose en plus ce soir. J’avais réellement… au sens le plus stricte du terme… fait l’amour à Micah. Nous nous étions unis. Plus qu’une envie physique, nous avions réellement partagés l’un avec l’autre. La moindre caresse avait paru plus tendre, le moindre baiser plus significatif. Je ne pensais pas qu’une personne serait un jour capable de me faire me sentir aussi complet, aussi heureux. Mais Micah y était arrivé. J’accueillais ses bras avec plaisir, le laissant abuser de ma gorge exposée. Je sentais que certains mots n’avaient pas besoin d’être prononcés, que seules nos caresses suffisaient à exprimer le contentement que nous ressentions. J’avais essayé de m’exprimer, mais mon orgasme récent m’encombrait toujours l’esprit, et au final, mes baisers étaient sûrement plus parlants que mes mots. Je retrouvais alors la bouche de mon amant, l’embrassant avec une douceur extrême, parcourant le reste de son visage du bout des lèvres.

Nous nous contentions de communiquer par nos caresses, cherchant un moyen de prolonger cette intimité que nous avions découverte et appréciée un peu plus tôt. J’essayais tout, l’embrasser, caresser son ventre, ses cuisses, son visage… Mais au final, il y avait peu de chose plus intime que de simplement plonger mon regard dans celui de mon amant. C’est ce que je faisais alors, pendant que mes mains frôlaient calmement ses épaules et son cou. J’appréciais le silence lorsque Micah se fit enfin entendre, stoppant net mes caresses. « Je t'aime. » m’avoua-t-il, simplement. Je me figeais sur place, mes mains restaient immobiles sur le haut du corps du garçon, et mes yeux écarquillés analysait le visage de mon compagnon. Je reconnais la panique dans ses yeux, et il devait surement pouvoir voir la même chose chez moi. Même si finalement… ce n’était pas ce qui m’envahissait le plus. J’étais dans un état entre la surprise, la nervosité, la crainte, et bizarrement… la joie. Autant, Micah m’avait pris au dépourvu, autant… ça faisait du bien de s’entendre dire ces mots. Ils étaient sortis aussi facilement, aussi naturellement… Comme si ça lui avait paru normal, presque anecdotique de me dire ça. J’avais envie de lui sourire, de l’embrasser, de lui montrer que ses paroles me réjouissaient. Mais la vérité c’était que même si je me sentais tomber amoureux de lui de plus en plus au fil des minutes, je ne pouvais pas lui répondre que moi aussi. Je n’avais jamais avoué mes sentiments à quelqu’un, surtout… parce que je n’en avais jamais eu. Mais là c’était différent, je savais que j’en avais pour lui, et qu’ils allaient grandir de plus en plus, à tel point que j’aurais envie de lui déclarer mon amour à un moment. Mais pas maintenant. Je lui avais montré mon attachement par mes actes, mais je ne saurais pas encore le faire par mes mots. Et il fallait que j’arrive à lui expliquer ça. Pour autant, ce qui commençait à m’inquiéter plus était l’angoisse grandissante sur le visage du garçon.

Je commençais à caresser gentiment sa joue, comme pour le rassurer alors qu’il reprenait : « Je – je... Je voulais pas dire ça. ». Je le vis se mordre la lèvre, tellement qu’il devait se faire mal. Je faisais alors glisser mes doigts sur celle-ci, l’empêchant de se blesser encore plus, et surtout, de lui enlever la douleur. « Tu… ne voulais pas ? » demandais-je innocemment. Est-ce qu’il regrettait de l’avoir dit parce qu’il ne le pensait pas ? Ou parce qu’il avait peur que je m’enfuis en courant ? Ou alors il le pensait mais se disait que ce n’était pas le bon moment pour le dire ? J’avais envie qu’il le pense, et qu’il n’ait pas peur de me l’avouer. J’étais surpris, et sûrement pas très à l’aise, mais s’il était à l’aise avec ses sentiments pour moi… alors je l’encourageais à s’exprimer sans retenue. « Je veux dire... c'est pas obligé que ça veuille dire ça. Pas si tu veux pas. J'essayais pas de te faire dire... Mon dieu – est-ce qu'on peut ignorer ce petit moment d'égarement ? » Je le regardais sans rien dire, attendant de réellement comprendre le fond de sa pensée. Je reprenais mes caresses dans son cou, et riais doucement en le voyant si mal à l’aise. Je posais alors un baiser sur ses lèvres, signe que je n’étais pas près de partir, ou d’oublier, et qu’il ne me forçait à rien. J’embrassais son menton, joueur, avant de me reculer quelque peu pour être sûr qu’il comprenne mes paroles. « Si tu veux que j’ignore tes paroles, je le ferai. Mais seulement si… tu les regrettes, pour une raison ou pour une autre. Ou… si tu les penses pas… » J’avais eu la gorge serrée en citant cette dernière possibilité. Il n’y avait rien de pire que de prononcer ces mots sans les penser. J’avais été comblé d’une certaine manière de les entendre, et ne voulais pas qu’il les retire. « Mais si tu les penses… et que ton seul regret et que ça m’effraie… ne me demande pas d’ignorer tes mots. » Je m’humectais les lèvres, marquant une courte pause. Ma main quitta son visage pour se glisser sur l’emplacement de son cœur, et l’y laissais alors que je continuais. « Ils m’effraient, c’est vrai… mais ils me rassurent aussi. Je me suis surpris à être plus heureux que paniqué en t’entendant les dire. » Je parlais avec un certain sourire, amusé par ma propre réaction à toute cette situation, et à la réalisation que… peut-être que je partageais les mêmes sentiments. « Je… je pourrais pas te dire que moi aussi. Pas aujourd’hui. Pas ce soir. Mais mes sentiments sont là. Et un jour, bientôt peut-être, quand… ce sera le bon moment… je le ferai. » Sur ces mots je venais me lover contre mon amant, gardant nos visages à la même hauteur, de sorte à ce que je puisse le regarder dans les yeux. « Mais en attendant, ne te retiens pas de me dire ce que tu ressens. Je ne m’enfuirai pas, au contraire. Te savoir aussi à l’aise avec moi pour être honnête ainsi… ça me comble. » Je l’embrassais tendrement avant de terminer : « Et tu me fais me sentir aimé, ce que… je n’aurais jamais cru possible. ».

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Ven 15 Mar - 23:22





Sebastian & Micah

Contre toute attente, Sebastian l'embrassait. Pourquoi est-ce qu'il l'embrassait ? Il n'était pas plutôt censé fuir ou trouver un moyen d'expliquer à Micah qu'il était trop tôt pour les déclarations d'amour enflammées ? « Si tu veux que j’ignore tes paroles, je le ferai. Mais seulement si… tu les regrettes, pour une raison ou pour une autre. Ou… si tu les penses pas… » Micah cligna des yeux. Alors ce n'était pas grave si il l'aimait ? « Mais si tu les penses… et que ton seul regret et que ça m’effraie… ne me demande pas d’ignorer tes mots. » Il fit glisser sa main sur son cœur. Ce n'était pas la première fois ce soir. Et le contact rassura l'adolescent comme il l'avait rassuré plus tôt dans la chambre, lorsqu'il lui avait demandé la permission de s'attacher. « Ils m’effraient, c’est vrai… mais ils me rassurent aussi. Je me suis surpris à être plus heureux que paniqué en t’entendant les dire. Je… je pourrais pas te dire que moi aussi. Pas aujourd’hui. Pas ce soir. Mais mes sentiments sont là. Et un jour, bientôt peut-être, quand… ce sera le bon moment… je le ferai. » Non, non, non, attendez là. Stop. Micah ne demandait pas de réponse. Il avait entamé le débat par un malheureux concours de circonstance. Apparemment l'orgasme était à ajouter à l'hypothermie dans la liste des choses qui annihilait son filtre cerveau bouche. Il ne pouvait pas deviner avant. Il n'avait jamais été amoureux avant. Mon dieu. Amoureux. Il était amoureux. Et pourquoi est-ce qu'un petite pointe glacée étreignait malgré tout son cœur à l'idée que Sebastian ne puisse pas lui dire ces mots ? « Mais en attendant, ne te retiens pas de me dire ce que tu ressens. Je ne m’enfuirai pas, au contraire. Te savoir aussi à l’aise avec moi pour être honnête ainsi… ça me comble. Et tu me fais me sentir aimé, ce que… je n’aurais jamais cru possible. »

« Alors tu es... content, que je t'aime ? » Micah étouffa un rire, à la fois amusé et soulagé. Il embrassa ses lèvres, en prenant son temps, parce que l'air entre eux portait leur odeur et leur chaleur. « Parce que tu sais... » continua t-il contre sa bouche. « Je ne te demande rien. » Micah riva ses prunelles ambrées dans les siennes, et avec une infini douceur, caressa sa joue du bout des doigts. « J'ai pas dis ça pour que tu me dise que toi aussi. Ça n'a rien à voir avec moi. » Il n'avait même pas voulu en parler. L'aveu était juste... sorti de lui malencontreusement. Parce que oui, Micah était à l'aise avec Sebastian. Il l'avait été depuis le début. Sans doute trop d'ailleurs. Mais hey, c'est ce qui lui avait donné l'assurance de l'embrasser la première fois ! « J'avais même pas prévu de te le dire, ça devait rester mon petit secret à moi, peut-être que Sam l'aurait su mais pas toi... pas avant 6 mois – ou 6 ans. » Une petite moue mi gênée, mi rieuse s'insinua sur ses lèvres. « J'avais vraiment peur de te voir t'enfuir en courant. » expliqua Micah, parce que son aveu – disons le, lamentablement cliché après l'orgasme – avait suscité un tas de questions en Sebastian. Un tas de questions qui n'impliquait pas de fuir. Et c'était à son tour de le rassurer. « Alors voilà – tu ne vas pas t'enfuir. Je ne vais pas revenir sur ce que j'ai dis. Parce que je le pense, et que quoi que toi tu penses, tu mérites de te sentir aimé. » Il frotta doucement son nez contre celui de Sebastian et ajouta plus bas. « J'aurais jamais cru que le bonheur se résumait à si peu de choses. » Tout n'était pas parfait. La vie continuait, et les soucis de Micah ne s'était pas soudainement envolés mais le bonheur, il le ressentait, chaque fois qu'il entendait la voix de Sebastian, son timbre qu'il aurait reconnu parmi des millions et dont il pouvait dessiner chaque intonation. La caresse de ses mains, la chaleur de ses bras. « Et je connais toute ta constipation chronique avec les sentiments. On a tout le temps de travailler sur une future réponse acceptable, le jour où j'en voudrais une. Pour l'instant... »

Le jeune homme bascula pour venir chevaucher son amant. Et eww... il sentait la semence couler entre ses cuisses. C'était... excitant. Okay, ça aurait dû lui paraître obscène, mais c'était juste excitant. Excitant et affreusement dommage, parce que Micah voulait la conserver en lui. « Tu sais, un jour tu m'as dis que quand tu me ferais l'amour, je te supplierai de recommencer encore et encore parce que je me sentirai vide sans toi. »

Micah ondula sensuellement son bassin, passa une main dans son dos pour caresser la virilité de Sebastian tout en la plaquant entre ses fesses. « T'avais raison. » susurra l'adolescent en se penchant pour capturer ses lèvres dans un baiser humide et passionné, un effrayant besoin de lui l'envahissant soudainement. La nécessité de le toucher, de sentir sa peau contre la sienne dans l'intimité et la passion, de se partager complètement avec Sebastian. Avec cet homme qui par sa seule existence rehaussait la valeur de tout le reste. « J'ai besoin de toi. J'ai besoin de sentir en moi. » confessa t-il, à mi voix. Parce que c'était ainsi qu'ils se prouvaient leur appartenance au final, plus que par les mots. Et... hmm – peut-être que cette obsession avait quelque chose de malsain. Qui marquait son ''il ne savait pas quoi'' en le mordant et en laissant des marques sur son corps ? Et qui avait besoin de faire l'amour jusqu'à sentir les affres de ses ébats en une douleur qui se rappellerait à lui toute la journée du lendemain ? C'était légèrement psychopathe. Généralement on s'offrait de bijoux ou on portait la veste de l'autre mais pas Micah. Et peut-être que s'il était légèrement psychopathe, Sebastian l'était aussi parce qu'il n'avait jamais refusé quoi que ce soit... Et l'adolescent espérait ardemment que ça n'allait pas commencer ce soir. Même si ce n'était sans doute pas raisonnable de remettre ça au lieu de laisser son corps se reposer et se remettre de sa première fois...

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   Dim 17 Mar - 2:35





Micah & Sebastian


« Alors tu es... content, que je t'aime ? » J’acquiesçais d’un signe tête, souriant devant le ridicule de cette situation. Quel être un tant soit peu normal n’aura pas été heureux d’être aimé par quelqu’un comme Micah ? La rapidité de notre relation avait de quoi m’effrayer, surtout que je n’avais jamais rien vécu de pareil, mais oui j’étais content. Je recevais alors avec plaisir ses lèvres sur les miennes, de même que ses doigts sur ma joue. « Parce que tu sais... Je ne te demande rien. » reprit-il. « J'ai pas dit ça pour que tu me dises que toi aussi. Ça n'a rien à voir avec moi. » J’avais besoin qu’il me dise ça. Je commençais à réaliser mes sentiments pour le garçon, mais n’étais pas prêt pour pouvoir les lui avouer. J’avais réellement peur qu’il se sente blessé que je ne puisse pas lui dire que je l’aimais aussi. C’est pour ça que j’essayais de lui montrer mon attachement d’une heure manière. Heureusement, il semblait comprendre. « J'avais même pas prévu de te le dire, ça devait rester mon petit secret à moi, peut-être que Sam l'aurait su mais pas toi... pas avant 6 mois – ou 6 ans. J'avais vraiment peur de te voir t'enfuir en courant. » Je riais calmement devant son aveu. Il avait presque eu raison de penser ça. Quelques heures plus tôt, on m’aurait dit que Micah allait m’avouer ainsi ses sentiments, j’aurais sûrement imaginé que j’aurais cette réaction. Je ne m’étais jamais montré très à l’aise avec tous ces sentiments, au contraire, j’étais pris de panique à chaque fois qu’on me parlait d’engagement, d’amour, ou de projets à deux. Mais désormais, toutes ces choses me paraissaient de plus en plus normales et naturelles avec mon amant. Je voulais être capable d’affronter la réalité de notre relation, et d’assumer que des sentiments étaient bien présents. Il me faudrait certainement encore un peu de temps, mais j’en serai bientôt capable.

« Alors voilà – tu ne vas pas t'enfuir. Je ne vais pas revenir sur ce que j'ai dit. Parce que je le pense, et que quoi que toi tu penses, tu mérites de te sentir aimé. » Sur ces mots, je ne pouvais m’empêcher de recouvrir les lèvres de Micah par les miennes. J’entrainais alors un baiser lent et passionné, comme un remerciement pour réussir à me comprendre aussi bien. Je ne devais pas être l’homme le plus facile à vivre, pourtant il réussissait à s’en accommoder. Je ne savais pas si je le méritais réellement, mais il n’y avait pas de meilleur sentiment que de se sentir aimé. J’avais désormais la sensation d’être réellement important pour le garçon, et que j’étais la raison de ce sourire sur ses lèvres. Et c’était tout ce que je désirais, le rendre heureux. J’étais presque étonné d’y arriver vue toutes les contraintes que je nous imposais, et pourtant Micah était toujours là et… il m’aimait, moi. Je souriais à cette pensée tandis que je l’embrassais toujours, et me décollais enfin de son visage, quelque peu à bout de souffle. « J'aurais jamais cru que le bonheur se résumait à si peu de choses. » remarquait-il en frottant mon nez du sien. J’étais aussi surpris que lui. « Moi non plus… » soufflais-je. J’avais lutté pendant des mois afin de retrouver une raison de sourire et l’envie de me lever chaque matin. Maintenant, il me suffisait d’une caresse de Micah, d’un baiser, ou même de la moindre esquisse d’un sourire pour que je sois réellement empli de joie. Lorsque j’étais avec lui, j’oubliais toutes mes préoccupations. Elles étaient toujours là, mais c’était bon d’enfin avoir un aspect positif dans ma vie ; quelque chose qui me faisait penser que tout n’était pas noir et que grâce à lui, je serai un jour capable de vivre la vie dont je rêvais.

« Et je connais toute ta constipation chronique avec les sentiments. On a tout le temps de travailler sur une future réponse acceptable, le jour où j'en voudrais une. Pour l'instant... » continuait-il avant d’inverser nos positions pour se retrouver à cheval sur moi. J’aurais dû ressentir une certaine pression de savoir qu’un jour Micah demanderait une réponse, mais c’était tellement légitime que je ne m’attardais pas là-dessus, et appréciais plutôt cette nouvelle position. Je postais mes mains sur les hanches du garçon, et les caressais quelque peu de mes pouces. J’étais étrangement excité par le poids du corps de Micah sur le mien, et me délectais de l’aisance avec laquelle il me chevauchait ainsi. « Tu sais, un jour tu m'as dit que quand tu me ferais l'amour, je te supplierai de recommencer encore et encore parce que je me sentirai vide sans toi. » Je murmurais un acquiescement, me rappelant parfaitement du moment où je lui avais dit ça. J’étais bien trop obnubilé par l’ondulation de son bassin contre mon membre pour que je puisse formuler de vrais mots. D’autant plus maintenant que je sentais sa main s’emparer de mon membre pour venir le caler entre ses fesses. Je pouvais sentir ma semence couler depuis son orifice le long de ma virilité, et me retrouvais honteusement excité par une telle sensation. Je commençais à effectuer un léger mouvement de va-et-vient en rythme avec son bassin. « T'avais raison. » me dit-il finalement avant de se pencher pour prendre possession de ma bouche dans un long baiser passionné. J’ancrais mes mains dans son dos, collant le garçon un peu plus contre moi alors que je l’embrassais toujours sans cesser mes coups de reins. « J'ai besoin de toi. J'ai besoin de sentir en moi. » murmura-t-il contre ma bouche. Je laissais alors glisser une main le long de son dos jusqu’à pouvoir caresser ses fesses, faisant pénétrer mon index dans son entrée toujours ouverte et dégoulinante de ma jouissance. Je jouais à le provoquer ainsi quelques instants, ajoutant quelques doigts au fur et à mesure, et finissais par prendre en main mon érection, la dirigeant vers l’intimité de mon amant. « Chevauche moi… » murmurais-je, la voix suave avant de me laisser le pénétrer doucement. Le garçon se redressait petit à petit, se retrouvant presque assis sur mon bassin, juste assez baissé pour pouvoir poser l’une de ses mains dans mon cou, l’autre sur mon torse. Les miennes se retrouvaient sur ses cuisses qui m’entouraient et que je caressais gentiment. « Tu es si bon autour de moi… » remarquais-je dans un gémissement alors que mon amant commençait à bouger son bassin, créant un délicieux mouvement de va-et-vient que j’essayais d’imiter. « Continue… continue… » ordonnais-je en bougeant l’une de mes mains pour qu’elle vienne caresser ses fesses, avant de venir prendre en main son membre qui s’agitait entre nos deux corps. J’enroulais mes doigts autour, et adoptais le même rythme que nos bassins pour le caresser. Même si je m’étais retenu de le toucher plus tôt, il m’était désormais impossible de ne pas profiter ainsi de mon amant. « Jouis pour moi Micah, recouvre moi… Marque-moi… » lui demandais-je avant d’effectuer les derniers mouvements qui nous firent jouir ensemble. Nous avions clos notre plaisir avec un long baiser, avant de finalement nous endormir dans les bras l’un de l’autre, recouverts de nos jouissances respectives, mais peu dérangés par un tel détail. L’important étant les instants que nous avions vécu ensemble, et tous ceux à venir.

Comme par exemple le lendemain matin, où nous nous étions réveillés littéralement collés l’un à l’autre à cause de la semence entre nous. Mais malgré ça, j’étais heureux de me réveiller avec le visage de mon amant à côté du mien, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Tout comme le reste de la matinée. Douche ensemble, partage de brosse à dent, préparation du petit déjeuner tandis que Micah réveillait sa sœur qui dormait toujours comme un loir. C’était comme un rituel qui se déroulait entre moi et les deux Summers, comme si nous avions toujours fonctionné ainsi, alors que c’était la première fois. Tout était si simple entre Micah et moi, toutes nos petites manies cohabitaient pour créer une réelle dynamique, et nous commencions tous la journée paisiblement. Comme si ce matin était comme tous les autres, malgré que mon compagnon et moi nous étions complètement ouverts et donnés l’un à l’autre la nuit dernière, dans tous les sens du terme, et que nous entrions désormais un tout nouveau stade dans notre relation. Maintenant, c’était parti pour durer. Nous ne pouvions plus faire marche arrière, et j’étais parfaitement d’accord avec ça... Parce que j’étais tombé éperdument amoureux de Micah.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: /!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\   

Revenir en haut Aller en bas
 

/!\ Please, love me tonight ▽ Micastian /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I'd love to hold you close, tonight and always. w/ Anwar.
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» How do you rate President Obama's speech tonight?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-