NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 La poisse internationale ! --- Kaleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyMer 13 Mar - 15:30





La poisse !!!


3 mois, 3 longs mois depuis que j’avais été séparée de force de ma petite Lucy. Je l’avais élevée comme ma fille pendant 4 ans, et elle avait disparu comme la neige au printemps. Depuis toute petite je savais que ma soeur m’en voulait beaucoup, de beaucoup de choses dont je n’étais pas forcément fautive, mais de là à jouer avec mon coeur, avec ma vie comme elle venait de le faire, en me retirant ce que j’avais de plus cher au monde, je trouvais ça vraiment affreux. C’était un monstre... Je crois qu’après ça, je lui en voudrai toute ma vie. Je pensais à Lucy sans cesse, à sa petite bouille d’ange, à son sourire angélique, sa langue bien pendue... elle avait été un vrai rayon de soleil dans ma vie, jamais je n’aurai pensé pouvoir me sentir mère autant que je l’avais été avec elle, et pourtant, elle n’était pas ma fille.

Le lendemain de Noël, j’avais rejoint mon appartement à Ottawa, pour éviter de rester en contact avec mes parents qui avaient beaucoup trop que question, les miennes me suffisaient amplement. Mais je me rendis vite compte que revenir chez moi, chez nous, dans cet appartement où se trouvaient encore toutes ses affaires, c’était encore plus difficile à vivre. Je décidais alors de partir, de quitter le pays. Mais le temps de m’occuper des papiers, de trouver un appartement sympa dans une petite ville, il se passa rapidement 3 mois. Moi qui avais décidé de reprendre mes études dans la fac où j’étais inscrite il y a 4 ans... terminé.

Un jour en allant au supermarché, je tombais sur une annonce pour un charmant appartement dans une petite ville nommée Town Square. Le propriétaire était d’ici. Je décidais d’appeler le numéro et de rencontrer cet homme, qui évidemment me vanta les mérites de cet appartement. Je repartis les clefs en poche, un loyer en moins sur mon compte. Ma valise rapidement faite avec simplement le nécessaire, et me voilà partie à l’aéroport. J’avais pris soin de laisser un message sur le répondeur de mes parents leur prévenant de mon départ, et leur demandant de vider mon appartement pour qu’ils puisse le louer à quelqu’un d’autre. Effectivement, c’était une chance d’avoir habité pendant plusieurs années l’appartement qu’avaient acheté mes parents quand j’étais toute enfant.

Le vol se passa plutôt bien, si l’on fait abstraction de l’homme très bizarre à mes côtés. J’essayais de ne pas remarquer ses regards pervers mais ils étaient difficilement camouflables. Il fallait pourtant que je fasse avec, et c’est ce que je fis. Une fois descendue de l’avion, je courrais pour aller récupérer ma valise, je ne voulais pas qu’il me suive ce fou. Mais en courant, bim... je coinçais mon talon dans une bouche d’égouts. Il se brisa sur le coup, tordant ma cheville dans sa chute. Bingo... je sentais mal cette arrivée à Times Square. Je décidais donc de prendre un taxi pour rejoindre l’adresse donnée par mon propriétaire. Ce taxi qui, me prenant pour une touriste, me fit faire 10 tours de pâté de maison pour finalement m’arrêter devant un grand immeuble, situé dans «la vielle ville» me dit il. Soit. alors allons y.

J’entrais dans l’immeuble, propre et sympa, je retrouvais le sourire. Mais celui-ci s’échappa quand je vis que mon appartement se trouvait au 6ème étage et que l'ascenseur était en panne. J’avais rarement une poisse pareille, mais là, ça allait loin quand même... Alors je pris mes petits bras musclés, retira mes chaussures, ou ce qu’il en restait, et décida de porter seule mon énorme valise qui contenait toute ma vie. Plus je montais et plus c’était difficile, mes muscles tétanisaient, la sueur coulait lentement sur mon front et je sentais mon souffle avoir de plus en plus de mal à récupérer. au bout de pratiquement 30mn, j’arrivais au bon étage qui était le mien. Appartement 22. Je fouillais dans mon sac à main et en sortis les clefs de l’appartement, que j’entrais dans la serrure. Sauf que cette fameuse clef ne voulait pas tourner. J’essayais toutes les clefs du trousseau, impossible. «Mais c’est pas vrai pas maintenant alleeeez !!!!». J’essayais une dernière fois et m’effondrais en sanglot. J’étais à bout de nerfs, à bout de souffle, dans un endroit que je ne connaissais pas, sans personne autour de moi.

Je laissais glisser mon dos contre la porte et finissais assise sur la paillasson, mes larmes inondant mes joues. Je ramenais mes genoux contre ma poitrine et enfouissais ma tête entre mes mains. Il fallait que je craque, j’en avais besoin...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyMer 13 Mar - 17:45


# La poisse internationale

« Le destin est ce qui nous arrive au moment où on ne s'y attend pas. »
# Kaleb & Eileen
Voilà un peu plus de 2 ans que j'avais débarqué en Amérique, pour vivre the American Dream ... ou pas d'ailleurs, j'avais depuis toujours eut l'envie de découvrir ce fameux pays qui a les meilleurs acteurs, les meilleurs films, les meilleurs production, du meilleur en tout donc. J'avais pensé que ma vie serait peux être mieux ici, que j'arriverais à en faire quelque chose, trouver l'amour aussi si la chance s'offrait à moi. J'avais quitté ma vie Irlandaise quelques mois après la mort de mon frère jumeau, mort pour la patrie, comme si on en avait quelque chose à faire qu'il soit mort en héro, le fait est qu'il n'était plus là, un soldat lui avait enlevé sa vie. Pourtant elle venait tout juste de commencer, il aurait du avoir la chance de fonder une famille, qu'on puisse assister l'un comme l'autre à nos mariages respectif, on avait tellement de moment encore à passer ensemble ... mais la vie en a décidé autrement. J'ai encore beaucoup de mal à ne pas y penser, perdre quelqu'un qui nous est cher n'est pas chose facile, je ne sais pas si on s'y fait à un moment donné de toute manière. Quoi qu'on puisse en dire, on laisse tous un passage sur cette terre, et un manque dans le coeur des gens qui nous aiment ... qui nous aimaient, j'aimais mon frère, c'était mon sang même si parfois c'était pas évident qu'on était constamment en compétition. Maintenant je n'ai plus personne avec qui m'engeulait ou partager des passions communes ... alors quand on se retrouve dans un pays qui n'est pas le notre, qu'on a personne pour parler, il y a des journées qui passent difficilement. Des journées qu'on a hâte qui finissent pour rentrer chez soi, ouvrir une bouteille et noyer ses problèmes dans un verre ou plusieurs ... c'est pas la solution, je le sais mais sur le moment ça soulage pas mal je peux vous le dire.

J'avais commencé à travailler avec Ebba à l'atelier sur sa voiture, enfin qui allait s'appelait une voiture parce que là pour le moment elle ne ressemblait pas à grand chose à part une carcasse vide, elle s'était faite avoir par un mec qui lui avait vendu. Et comme elle était étudiante elle n'avait pas trop de revenu pour la faire réparer, gentil comme je suis je lui ai donc proposé de venir travailler avec moi le temps des travaux de sa voiture pour lui permettre de payer un peu moins cher et qu'elle comprenne un peu le fonctionnement d'une voiture. Après avoir passé plus de la matinée dessus, j'avais eut deux trois urgences, une de dépannage à la sortie de la ville et l'autre était un accident mais j'avais quand même du me rendre sur le lieu de l'accident pour remorquer la voiture accidenté. Voilà qui allait me faire travailler encore un peu plus, gérer la voiture d'Ebba et la nouvelle que je devais réparer n'allait pas être facile, mais j'aime le challenge, je suis un bosseur et ça ne me fait absolument pas peur. Dix huit heures sonné quand je glissais le rideau mécanique et que je prenais ma propre voiture pour me rendre chez moi.




Chez moi, que je vous explique après avoir visité un bateau que j'avais trouvé et que j'étais prêt à m'installer, le propriétaire me fit faux bond, donc j'ai du vite me trouver un appartement que je trouva : quartier de la vieille ville, le loyer n'était pas excessif et l'appartement était niquel ça faisait seulement quelque jours que je m'y étais installé. Pour le bateau je verrais j'en achèterais un ou en louerais un plutôt pour l'été afin de partir en mer pour plonger, pêcher, ce genre de chose que j'aime particulièrement. Je garais la voiture à ma place de parking en bas du bâtiment et me préparait psychologiquement. Car oui quand on sait qu'on habite au sixième étage et qu'il n'y a pas d'ascenseur ça fou un coup au morale, vous me direz ça fait faire du sport c'est sur ... mais une fois par jour ça suffit, d'ailleurs c'est bien pour ça que je sors très rarement le soir; quand je suis installé sur mon canapé je n'ai pas la force d'aller en ville quand je sais que j'ai ses fameux escaliers à monter quand je rentre, surtout que si je bois, et me connaissant c'est rarement un verre. Monter six étages en étant pas trop sobre c'est assez risquer pour la santé physique, j'arrivais dans le couloir de mon étage quand je vis une silhouette juste en face de la porte de mon appartement, la tête contre ses genoux elle semblait pleurer. Je m'approchais de plus en plus d'elle, et arrivait devant elle.
« Bonsoir, vous avez besoin d'aide? » lui demandais je, elle finit par se calmer petit à petit et m'expliqua son soucis avec la porte, je lui souris charmeusement avant de prendre la clé de la jeune femme, d'insérer celle ci dans la serrure de lever la poignée avant de tourner la clé et tadam la porte s'ouvrit. « Il faut avoir la technique, j'me suis fait avoir aussi la première fois. » lui dis je avant de regarder plus en détail ma voisine de palier qui avait un regard vraiment profond et magnifique, même les yeux un peu gonflé après avoir pleuré son regard resplendissait. Lui tendant la main je finis par me présentais « Kaleb Fletcher, on est voisin si j'ai compris, si un jour tu as besoin de quelque chose n'hésite pas. » Mon dieu Kaleb tu parles un peu trop là tu risques de lui faire peur, elle va te prendre pour un psychopathe qui n'a jamais vu une fille de sa vie et qui est en manque d'affection, ce qui n'est pas faux ... enfin pour la dernière chose. Je chasse vite cette idée là de ma tête et l'écoute me répondre. Au final Town Square se montrait chaque jours de plus en plus intéressante, bien que le mal du pays se faisait encore un peu, ça finirait par passer avec le temps, je n'en doute pas une seule seconde il faut juste un temps d'adaptation. Je rencontrais vraiment des gens adorables dans cette ville, qui l'aurait cru, tout ça sur un coup de doigt, car oui si j'ai atterris ici c'est un peu le destin, j'avais une carte devant moi et avait simplement fermé les yeux en point une ville du doigt et c'est celle ci qui était sous la surface de ma peau comme quoi.


# code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyMer 13 Mar - 18:26





La poisse !!!



Il ne faut jamais sous-estimer le destin, c’est quelque chose qu’on m’a toujours appris. Mon pére est quelqu’un de très sage, il enseigne la médecine traditionnelle chinoise dans une université canadienne. C’est quelque chose qui nous a suivit toute notre enfance ma soeur et moi. On apprend à vivre différemment des autres gens, on apprend à fonctionner autrement, à se soigner autrement, et à penser autrement. Enfin. je parle pour moi. On ne peut pas dire que Kathleen ait vraiment beaucoup écouté mon père sur tout ce qu’il essayait de nous apprendre. Ma grand mère maternelle était chinoise, mon grand père indonésien, et mon père est né en Indonésie. Mes parents se sont rencontrés au Canada pendant que mon père faisait un colloque sur son métier. Et de leur amour sont nées deux petites filles, au physique quasi identique malgré leurs deux ans d’écart. Mais bien différentes dans leurs manières d’être est de penser.

Toujours est il que mon père m’a toujours appris à rester positive dans toutes les épreuves de la vie. Et surtout il me répétait sans cesse «Les épreuves qui s’offrent à nous ne sont là que parceque l’on est capables de les surmonter. Chaque épreuve apporte un message, quelque chose à apprendre, il faut en être consciente pour grandir chaque jour». Mais que devait m’apporter cette épreuve, je vous le demande ? Et bien la réponse arriva bien vite, déguisée en jeune homme plus que charmant.

«Bonsoir vous avez besoin d’aide ?» J’essuyais mes larmes d’un revers de manche avant de me lever pour saluer cet homme qui était visiblement mon voisin. J’esquissais un sourire avant de lui expliquer alors : «Oui je... en fait je suis pas d’ici, je viens d’arriver. Le propriétaire de cet appartement m’a donné les clefs mais j’ai l’impression qu’elles ne marchent pas... J’ai pas dormi depuis plus de 24h, j’ai dû monter les 6 étages à pieds avec cette énorme valise et... je suis épuisée...» Je n’avais pas l’habitude de débiter un nombre aussi important de mots aussi rapidement, mais la fatigue me mettait dans un état de transe assez hallucinant. Je passais une nouvelle fois ma main sur mes yeux pour enlever les dernières larmes, pendant que mon voisin prit délicatement mes clefs dans mes mains pour ouvrir la porte, comme par magie. J’avais les yeux grand écarquillés. «Il faut avoir la technique, j’me suis fait avoir aussi la première fois.» Je secouais la tête pour vérifier que je ne rêvais pas. Il était mon héros en fait... «C’était que ça ? Je suis désolée je passe pour une blonde...» Je lâchais un petit rire nerveux avant d’enfouir ma main dans la sienne au moment où il me la tendit pour se présenter. «Kaleb Fletcher, on est voisins si j’ai compris, si un jour tu as besoin de quelque chose n’hésite pas.» Je me contentais d’hocher la tête avec un petit sourire au coin des lèvres, comme pour le remercier. J’en oubliais presque de me présenter, sa main toujours dans la mienne. Je percutais enfin, baissant les yeux sur nos mains serrées. «Oh oui pardon. Eileen Graham, enchantée. Et si j’ai besoin, je n’hésiterai pas... promis...» Je lâchais alors sa main délicatement pour le laisser repartir vers son appartement qui était tout à côté du mien. «Merci ! Merci encore... pour la porte...» Non là Eileen tu vas un peu loin, il va te prendre pour une folle.. Je me reprenais rapidement et me retournais pour entrer ma lourde valise dans mon nouveau chez moi.

Heureusement, l’appartement était meublé et il ne manquait rien, du moins à première vue. Je faisais le tour du propriétaire. La vue était géniale. Je soupirais. J’étais enfin chez moi. Une nouvelle vie s’offrait à moi. En plus de ça, j’avais un voisin plus que charmant. Je décida de prendre une douche pour me remettre de mes émotions. Une fois déshabillée, j’ouvrais le robinet et là... rien ! Pas une goutte d’eau. Je repensais à ma discussion avec le proprio qui me disait qu’il fallait réactiver le robinet d’eau à mon arrivée. Mais il était où ce foutu robinet ? Je secouais la tête, m'exaspérant de moi même, et me rhabilla rapidement (juste mon pantalon et mon débardeur sans rien en dessous), et me décida à frapper chez moi voisin.

Je frappais donc quelques coups, et cachais déjà mon visage derrière mes mains, une fois qu’il eut ouvert, je restais cachée et lui débitais un nombre de mots incalculables, avec une voix presque enfantine «Je suis désolée de vous déranger mais mon proprio m’a dit de remettre l’eau à l’aide d’un robinet mais il ne m’a pas dit où et je suis une fille j’y connais rien là dedans alors... est-ce que vous pourriez m’aider ? Encore une fois ?». A ce moment là, j’entrouvrais mes doigts tout en les laissant sur mon visage, juste de quoi pouvoir voir mon charmant voisin. Il avait un sourire radieux sur le visage. Je devais prendre ça pour un oui ?


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyMer 13 Mar - 19:45


# La poisse internationale

« Le destin est ce qui nous arrive au moment où on ne s'y attend pas. »
# Kaleb & Eileen


«Bonsoir vous avez besoin d’aide ?» Lui avais je demander quand j'avais vu la jeune femme recroquevillé sur elle même, pleurant à chaude larme, je la vis essuyais les dernières larmes qui lui restait d'un revers de manche avant de se relever. Elle m'expliqua alors «Oui je... en fait je ne suis pas d’ici, je viens d’arriver. Le propriétaire de cet appartement m’a donné les clefs mais j’ai l’impression qu’elles ne marchent pas... J’ai pas dormi depuis plus de 24h, j’ai dû monter les 6 étages à pieds avec cette énorme valise et... je suis épuisée...»Elle n'avait pas eut besoin de me dire qu'elle n'était pas d'ici ça se voyait, en plus de ça je crois que je n'aurais pas louper une voisine aussi jolie, ou une fille comme ça quand j'allais en ville qu'importe, je récupérais les clés qu'elle me tendait et de la technique qu'il fallait avoir ici j'ouvris la porte de la jeune femme. «Il faut avoir la technique, j’me suis fait avoir aussi la première fois.» Lui expliquais je alors, ce qui m'était moi aussi arrivé lorsque j'avais récupérer les clés de l'appartement et que j'avais tenté d'y rentrer mais c'est un de mes voisins de l'immeuble qui m'avait montré. Après quelques minutes j'avais fini par me résigner et sonner à des portes histoire de pas devenir fou en essayant d'ouvrir une porte ... les systèmes et les américains non mais franchement depuis quand pour ouvrir une porte il faut lever la poigné vers le haut.«C’était que ça ? Je suis désolée je passe pour une blonde...» finit elle par me dire d'un rire nerveux qui était à croquer, je lui souris et lui répliquais « Ne dites pas de bêtise vous ne passez pas pour une blonde, ici les gens on une façon de faire fonctionner certain élément bizarrement je dois dire. »lui dis je afin de la rassurer après tout j'étais passé là avant elle, si quelqu'un devait passer pour un blond c'est bien moi quand j'ai persisté 15 minutes sur une serrure. Je finis par lui tendre ma main pour me présenter et de lui faire comprendre que si elle avait besoin de quoi que ce soit, je serais heureux de l'aider. S'entendre avec ses voisins je trouve ça important, on sait jamais le jour où quelqu'un est dans le besoin on lui tend la main. Comme moi je venais de le faire avec la jeune femme. J'attendais que la jeune femme se présente, enfin si elle le désirait, nos mains étaient resté entremêlés l'une dans l'autre, ce qui l'a troubla peux être je ne sais pas, en moins qu'il n'est pas dans ses habitudes de se présenter j'en sais rien. Elle finit par le faire «Oh oui pardon. Eileen Graham, enchantée. Et si j’ai besoin, je n’hésiterai pas... promis...»



Elle avait décidemment tout pour me plaire celle ci, un jolie prénom, des yeux à s'en damner et un sourire mon dieu son sourire, ce n’est pas humain ... nos mains se lâchèrent et elle regagna son appartement. Tout comme moi. Elle m'avait encore remercié, ce qui m'avait fait sourire d'avantage, elle avait sans doute beaucoup de chose à faire et je ne voulais pas l'importuner. Je m'installais devant mon canapé, allumant la télévision et sortant un verre ainsi qu'une bouteille de whisky je m'en servis un verre pour me détendre. Toujours en tenu de travail, je décidais d'aller me prendre une bonne douche, après une quinzaine de minutes je sortis de la douche en serviette alors que j'entendais une main toqué à ma porte. Merde, vite faut que je me mette quelque chose, attrapant un boxer, un short et un t shirt que j'enfilais plus vite que mon ombre je parvins vite à la porte à temps pour ouvrir et habillé.

«Je suis désolée de vous déranger mais mon proprio m’a dit de remettre l’eau à l’aide d’un robinet mais il ne m’a pas dit où et je suis une fille j’y connais rien là dedans alors... est-ce que vous pourriez m’aider ? Encore une fois ?». De nouveau c'était ma voisine, qui avait besoin d'un sauveur, elle me parlait avec une voix douce et presque enfantin, ce qui était marrant, la pauvre, elle ne devait pas savoir ou se mettre, ne pas réussir à ouvrir une porte et ne pas savoir ou se trouve le robinet pour allumer le système d'eau. Je lui adressais mon plus beau sourire car la situation m'amusait beaucoup je dois dire et la suivie dans son appartement. qui était très jolie, presque comme moi mis à part les meubles et la configuration des lieux. Je cherchais le placard qui était situé dans l'entré, où il y avait donc le ballon d'eau ainsi que la fameuse valve à tourner pour faire fonctionner tout le système. « Et voilà mademoiselle ... au moins pour la prochaine fois vous le serez, et il n'y a pas de problème c'est avec plaisir. » lui dis je, je suppose que la jeune femme voulait aller se doucher ou quelque chose comme ça sinon pourquoi aurait elle eut besoin d'actionner l'eau, enfin je me fais peux être des hypothèses tout seul. Je ne l'avais pas quitté des yeux, ses yeux oui ses yeux me transporter, mais ré atterris Kaleb, dis quelque chose.
« Euh... je suppose que vous n'avez rien prévu à manger pour ce soir ... ça vous direz qu'on mange ensemble? Enfin je ne veux pas vous obliger. » Lui dis je, je ne souhaitais pas la vexé ou qu'elle me trouve insistant c'était juste un moyen d'apprendre à connaitre ma voisine et de lui éviter les frais d'un livreur de pizza ou d'un fast food du coin. J'espérais profondément qu'elle accepte ma proposition, je ne me sentais pas de passer la soirée seul, alors qu'il y avait une voisine qui était apparemment seul, sinon son copain serait venu l'aider j'imagine. Mais je n'en sais rien, voilà pourquoi un repas et des questions me permettrait de tâter le terrain.






# code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyJeu 14 Mar - 9:25





La poisse !!!


J'avais vraiment l'impression d'abuser en lui demandant ça, mais en même temps, je ne comptais pas passer toute ma nuit à cherche ce foutu robinet avant de prendre une douche ! En retirant mes mains de mon visage, mon sourire en disait long. A la fois il le suppliait, et à la fois il était simplement charmé par ce bel apollon en t-shirt quasi moulant. Il avait l'air amusé de la situation. A vrai dire, je préférais ça plutôt qu'il se foute de ma gueule ou pire, qu'il s'en foute complètement de mes petits problèmes de robinet d'eau. Finalement, il me suivit jusque dans mon appartement et on échangea de position une fois la porte passée. Je ne savais absolument pas où pouvait se trouve ce genre de robinet, alors je le laissais faire. Je m'attardais longuement sur ses mains. Elles devaient certainement être un outil de travail. Elles étaient grandes et paraissaient fortes. Quelques veines sortaient de ses bras musclés, et ça lui donnait une allure monstrueusement sexy. J'essayais de reprendre mes esprits. « Et voilà mademoiselle ... au moins pour la prochaine fois vous le saurez, et il n'y a pas de problème c'est avec plaisir. » Je jouais nerveusement avec mes doigts, et lui adressa un sourire adorable avant de lui répondre «Merci beaucoup, encore une fois, je vous dois une fière chandelle !».

nos yeux se croisèrent alors, et pendant quelques longues secondes, un silence s'installa dans le petit appartement. Une espèce de faille spatio temporelle, quelque chose que l'on ne peut pas repousser. Il se passait quelque chose dans nos regards, mais impossible encore de mettre un mot dessus. Il brisa alors le silence : « Euh... je suppose que vous n'avez rien prévu à manger pour ce soir ... ça vous dirait qu'on mange ensemble? Enfin je ne veux pas vous obliger. » Un nouveau sourire naquit sur mon visage alors que mon charmant voisin venait de m'inviter à dîner chez lui. «C'est vraiment gentil de votre part mais je... enfin je voudrais pas déranger...». Il secoua la tête et me rassura rapidement. En même temps, s'il avait proposé, ce n'était pas que par politesse, c'est qu'il n'avait rien d'autre à faire de mieux que de connaître sa nouvelle voisine. J'accepta alors le deal. «Ok alors j'accepte... j'arrive d'ici... 30 minutes ? Le temps de prendre une douche et me changer ?». Il hocha la tête avant de sortir de mon appartement. Je le raccompagnais jusqu'à la porte et avant de refermer celle ci, je lui dis : «A tout de suite !». Une fois la porte fermée, je me hissais sur la pointe des pieds et regardais par le judas. Il avait une très belle allure et il était vraiment, vraiment bien foutu, en plus d'être bel homme... Je me ravisais rapidement avant de perdre les pédales, et courais rapidement dans la salle de bain pour prendre une douche.

Défaire ma valise n'était sans doute pas une très bonne idée, mais après tout, je n'allais pas sonner chez mon voisin en serviette !!! Je trouvais juste de quoi m'habiller simplement, un pantalon fin et un t-shirt moulant sur lequel j'ajoutais un petit gilet, une paire de ballerines, et c'était parti. J'avais mis à peine plus de 30minutes, mais du coup pas le temps de mettre de l'ordre dans mes cheveux. Je frappais chez mon charmant voisin, avec une surprise. Mes cheveux étaient trempés ce qui me donnait un côté assez sauvage. Il ouvrit la porte et je lui tendais un petit paquet «Tenez c'est pour vous remercier. Je ne sais pas si vous êtes gourmands, mais c'est une merveille, une spécialité de chez moi !». C'était des espèce de petits gâteaux fourrés au sirop d'érable, un délice !

Il me fit entrer chez lui et j'admirais son intérieur. Il n'avait pas l'air d'être ici depuis très longtemps, la décoration était assez sommaire, mais quand même accueillante. Nos appartements étaient similaires bien que disposés de façon différente. Je me tenais là, droite comme un "i", en attendant qu'il me dise de m'installer. Et oui, on ne crache pas sur une éducation ! Une fois fait, je m'assis dans son canapé, en lui demandant quand même au cas où : «Vous n'avez pas besoin d'aide ?»


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyJeu 14 Mar - 14:35


# La poisse internationale

« Le destin est ce qui nous arrive au moment où on ne s'y attend pas. »
# Kaleb & Eileen


« Euh... je suppose que vous n'avez rien prévu à manger pour ce soir ... ça vous dirait qu'on mange ensemble? Enfin je ne veux pas vous obliger. » Lui avais je dis un peu maladroit après lui avoir montré comment on allumer le robinet d'eau. «C'est vraiment gentil de votre part mais je... enfin je voudrais pas déranger...». me dit elle ce qui m'amuse un peu, si je lui avais proposé c'est que je souhaitais passé une partie de la soirée avec elle, pour permettre de connaitre mieux ma voisine, cette voisine très charmante qui m'intriguait un peu, secouant la tête je lui répondit alors « Vous me dérangez pas sinon je ne vous l'aurez pas proposé » finis je par dire d'un sourire, très vite elle me répondit «Ok alors j'accepte... j'arrive d'ici... 30 minutes ? Le temps de prendre une douche et me changer ?». Me dit elle, ce que je comprenais tout à fait, ce qui allait aussi me permettre de réfléchir à ce que j'allais pouvoir faire à manger, il faudrait que je regarde ce que j'ai dans mon frigo et dans mes placards mais en une demi heure j'avais le temps de préparer un plat pour rassasier sa faim. Elle me raccompagna à la porte et me dit «A tout de suite !». Je lui souris avant de rentrer dans mon propre appartement, cette soirée allait s'annoncer prometteuse pour une fois, je ne ruminerais pas mon passé ni mes souvenirs. J'avais déjà hâte que la jeune femme est pris sa douche et qu'elle soit déjà dans mon appartement mais pour l'heure ce n'était pas le cas et il fallait que je me creuse la tête pour faire à manger. Quelque chose de rapide et de bon pour bien faire. Me dirigeant dans mon frigo que j'observais quelque minute je trouvais déjà quoi faire, sortant de la salade, de la tomate, du cheddar et des steaks haché. J'ouvris mon placard et trouvais par chance des pains à hamburger sans ça mon idée de faire un plat typique américain aurait été un échec.




Je fis préchauffer le four pour faire légèrement cuire le pain à hamburger, pendant ce temps là je coupais la salade en morceau, les tomates en rondelle ainsi qu'un oignon. La demoiselle allait sans doute pas tarder à arriver, je fis vite fait un tour dans la salle de bain pour me peigner ce que je n'avais pas eut le temps de faire et me mettre un peu de parfum, j'en faisais peux être un peu trop qu'importe ce n'était pas forcément pour elle La poisse internationale ! --- Kaleb 337664734 j'avais juste envie de sentir bon l'homme. Retournant dans la cuisine j'allumais la plaque vitrocéramique et mettais une poêle à l'intérieur, pendant à ce moment là aussi de sortir les pains du four quand on frappa à ma porte, ça devait être elle. J'ouvris la porte, et avec surprise j'aperçu ma voisine dans une tenue différente et désormais toute propre, elle était vêtu d'un pantalon, d'un t shirt qui lui moulait parfaitement son corps qui n'était pas trop maigre, avec un peu de forme, à lequel elle avait ajouté un petit gilet par dessus. Elle était tout simplement magnifique. Et je n'avais pas de doute à ce que tout ce qu'elle pourrait porter lui irait comme un gant, elle aurait été en jogging que je suis sur je l'aurais trouvé quand bien même splendide. Elle me tendit alors un paquet tout en ajoutant
«Tenez c'est pour vous remercier. Je ne sais pas si vous êtes gourmands, mais c'est une merveille, une spécialité de chez moi !». Je lui souris de nouveau la laissant rentrer et lui répondant « Je vous remercie mais il ne fallait pas, en tout cas je me ferais un plaisir de découvrir ce que c'est. Maintenant qu'on est voisin on pourrait se tutoyer non ? En moins que vous préférez le vouvoiement. » lui dis je après tout elle devait pas être beaucoup moins âgé que moi, je serais lui donné un âge exacte car si je me trompe pas elle a des origines asiatiques et donner un âge a un asiatique c'est assez compliqué.



Mon appartement que j'avais intégrer il n'y a pas trop longtemps n'était pas encore décoré ni quoi que ce soit, c'était rester dans la sobriété, seul les meubles servait pour le moment de décoration mais j'avais bien l'intention quand j'aurai du temps d'aller acheter quelque cadre pour rendre l'âme de ce lieu plus vivant, plus conviviale, je sortais un verre de plus que je plaçais sur la table en face du canapé. Qui lui était en face d'une baie vitré, je lui fis signe de s'installer, ce qu'elle fit et retournait en cuisine pour finir le repas. Mettant les steacks haché dans la poêle je plaçais déjà les ingrédients préparer dans le pain et attendait que les steaks soit cuit pour finir le plat.

«Vous n'avez pas besoin d'aide ?» me demanda-t-elle gentiment, que suis je bête je ne lui avais même pas proposé à boire mais où était donc passé mes bonnes manières. « Ne vous embêtez pas j'ai bientôt terminé. Par contre vous voulez boire quelque chose? J’ai de tout des sodas, du lait, de la bière, du whisky, du sirop, de la limonade, citronnade? » Énumérais je petit à petit de la cuisine, je finissais par mettre les steaks dans les pains de recouvrir la viande par du cheddar et de refermer le tout par le chapeau du pain. On allait pouvoir manger et une fois le repas ingurgité parler plus en profondeur. J'apportais ce qu'il fallait après qu'elle m'est donné une réponse, poser les assiettes devant nous, ainsi que des couverts, certains mangent les hamburgers avec les doigts d'autre avec des couverts.
« Et dis moi, pourquoi être venu à Town Square si ce n’est pas trop indiscret. » osais je lui demandais au cours du repas ... j'étais curieux, et apprendre à connaitre une personne, commençais par la questionner sur son passé, son présent, j'avais un tas de question à lui poser, que je ne poserais peux être pas toute ce soir sinon elle me prendrait pour un policier ou un fou furieux et ce n'était pas le but de la manœuvre.





# code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyLun 18 Mar - 13:50





La poisse !!!


Je frappais donc à sa porte, les cheveux encore mouillés, et un petit sourire collé sur ma bouille, un cadeau à la main. Une fois offert, il me répondit : « Je vous remercie mais il ne fallait pas, en tout cas je me ferais un plaisir de découvrir ce que c'est. Maintenant qu'on est voisin on pourrait se tutoyer non ? En moins que vous préférez le vouvoiement. » J'hochais la tête et lui répondit alors : «Ok, va pour le tutoiement ! T'as raison, c'est mois froid !». Oui, et puis ça met plus de distance aussi ! Après tout, on devait avoir quasi le même âge, il devait être à peine plus âgé que moi, peut être 2 ou 3 ans de plus je ne sais pas.

Bref, j'entrais dans l'appartement et m'assis dans une canapé une fois en avoir eu l'autorisation. Je lui demandais s'il avait besoin d'aide, mais visiblement pas. Les odeurs de sa cuisine commençaient à émaner et ça sentait divinement bon. «...Par contre vous voulez boire quelque chose? J’ai de tout des sodas, du lait, de la bière, du whisky, du sirop, de la limonade, citronnade? ». «Ah ouai j'ai le choix ! Euh... de la limonade ce sera parfait !».
Il apporta le tout sur la table, et je lâchais d'un air super enchanté «Hum ça a l'air délicieux !!». En fait, je me rendais compte que j'avais une faim de loup. Avec tous ces épisodes fastidieux depuis que j'étais partie, je n'avais pratiquement rien mangé, et j'allais certainement engloutir ce hamburger qui avait l'air plus qu’appétissant. Il s'installait en face de moi et on commençait à manger. C'était vraiment un délice, comme je l'imaginais.

Et tout naturellement, on commençait à faire connaissance. En l'entendant parler, j'avais deviné que lui non plus ne venait pas d'ici. « Et dis moi, pourquoi être venu à Town Square si ce n’est pas trop indiscret ? ». Je prenais soin de finir ma bouche avant de lui répondre avec un petit sourire qui essayait tant bien que mal de camoufler les blessures du passé. «Un concours de circonstances on va dire... beaucoup de déceptions, et puis j'ai eu envie de changer de vie... tout simplement. Je viens du Canada !» Je buvais une gorgée de limonade pour essayer de penser à autre chose, et m'intéressais alors à lui. «Et toi alors ? Tu viens d'où ? Ton accent est trop mince pour que j'arrive à deviner !». Je prenais le temps de le regarder, discrètement. Il était vraiment bel homme, et il avait l'air gentil en plus. J'avais beaucoup de chance d'être tombée sur un homme aussi charmant que lui. Il n'avait pas l'air d'être un psychopathe, tant mieux. J'en avais marre des fous !

Kaleb avait allumé la télé pour avoir juste un bruit de fond, c'était mieux, surtout pour des circonstances pareilles, on ne se connaissait que depuis à peine plus d'une heure et on dînait déjà ensemble. Mais sauf que cette soirée allait prendre un tournant dont je n'imaginais absolument pas. A la télé passait une émission sur les people, et je faillis m'étouffer en y voyant ma soeur arborant un magnifique sourire et montrant fièrement au grand jour sa fille, ma fille, ma petite Lucy. Je me levais d'un coup, étouffant un «Excuse moi» entre mes dents, et je me dirigeais vers la salle de bain pour me passer de l'eau sur le visage. J'avais envie de pleurer mais ce n'était pas le moment. J'étais à bout, fâtiguée comme jamais, mais il fallait que je me reprenne où Kaleb allait me prendre pour une pleurnicheuse. J'entendais frapper à la porte, porte que je n'avais pas fermée à clefs. Il me demanda si tout allait bien. Je tournais le regard vers lui. J'avais une boule dans la gorge, et l'estomac noué. Je haussais les épaules.

Ma ressemblance avec Kathleen était frappante et je n'avais rencontré que très peu de personnes qui n'avaient pas vu cette ressemblance. Ma soeur était un monument dans le monde du cinéma, tout le monde la connaissait, tout le monde l'avait déjà vue dans un film. Il était difficile de ne pas connaître son nom, son visage. Et il était rare pour les gens de me voir sans penser à ma soeur... «Ça va aller» dis-je en essuyant mes mains sur une serviette de bain qui était accrochée là. «Je suis désolée, vraiment...»


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyMer 27 Mar - 22:32


# La poisse internationale

« Le destin est ce qui nous arrive au moment où on ne s'y attend pas. »
# Kaleb & Eileen


«Ok, va pour le tutoiement ! T'as raison, c'est mois froid !».Me dit elle alors qu'elle venait de rentrer dans mon humble demeure, vouvoyez une personne est signe de respect mais n'empêche que ça met une barrière transparente certes mais ça met une barrière tandis que le tutoiement est plus propice au rapprochement, puis quand on a le même âge ou qu'on s'en approche on ne va pas jouer au grand de ce monde. En même temps avec les services que je venais de rendre à ma nouvelle voisine on pouvait bien se permettre de se tutoyer qu'importe manquant totalement à mes devoirs d'hôte c'est quand je finissais de préparer à manger que je me rendis compte du manque de correction que j'avais pu avoir et essayant de me rattraper tant bien que mal.
«...Par contre vous voulez boire quelque chose? J’ai de tout des sodas, du lait, de la bière, du whisky, du sirop, de la limonade, citronnade? » Pour un célibataire il faut dire que mon frigo était bien rempli, et heureusement j'aurais eut l'air un peu bête de l'inviter à diner si je n'avais comme repas qu'un paquet de cacahuète ou de chips. «Ah ouai j'ai le choix ! Euh... de la limonade ce sera parfait !». me demanda-t-elle, l'odeur qui signalait le repas finit me donnait encore plus faim qu'auparavant, et pas de raison de faire attendre la jeune femme, j'avais certes très envie de la connaitre mais surtout très envie de combler mon estomac vide. Apportant les assiettes sur la table ainsi qu'une limonade pour la jeune femme et une bière pour moi, je m'installais sur un pouf face à elle, mettant en fond sonore la tv.



«Hum ça a l'air délicieux !!» lâcha-t-elle la jeune femme devait avoir terriblement faim, je ne savais pas d'où elle était partie, et si elle était arrivé dans la journée, sans doute si elle venait d'avoir l'appartement en moins qu'elle est résidait dans un hôtel le temps de chercher résidence. Qu'importe je lâchais un « Bon appétit » et commençais à savourer le repas que je venais de faire, y'a pas à dire l'hamburger est vraiment une création de génie simple mais divinement bon et qui cale bien l'estomac que peut on demander de plus. Tout en mangeant je me permettais de poser des questions banales à la jeune femme, je ne voulais pas la pressé et rentrer dans son intimité, libre à elle de m'en parler si l'occasion s'en présenter ...
« Et dis moi, pourquoi être venu à Town Square si ce n’est pas trop indiscret ? ».Avais je commencé par lui demander, c'est fou ce que cette ville à comme charme et dire que c'est un signe du destin qui m'a fait atterrir ici, peux être est ce la même chose pour elle? J’aurais pu très bien tomber sur une grande ville New York, Los Angeles que sais-je mais j'étais heureux de vivre ici. Bien que pour le moment chaque jour se ressemblait, j'avais fait de belle rencontre comme il ne m'était pas arrivé d'en faire depuis un certain moment déjà pour tout vous dire. «Un concours de circonstances on va dire... beaucoup de déceptions, et puis j'ai eu envie de changer de vie... tout simplement. Je viens du Canada !» m'expliqua-t-elle, bien sur quand j'entendis le mot déception je dus tourner sept fois ma langue dans ma bouche pour ne pas piquer ma curiosité, elle aurait invoqué un autre mot que déception si elle avait voulu se livre et le timbre de sa voix trahissait sa douleur, je ne voulais pas la faire pleurer ou la mettre mal à l'aise pour une première rencontre quand même, c'est alors qu'elle me posa à son tour une question. «Et toi alors ? Tu viens d'où ? Ton accent est trop mince pour que j'arrive à deviner !». C'était pas la première personne que je rencontrais ici ou ailleurs d'ailleurs à remarquer la différence de mon accent, il est vrai que ça devait être difficile à deviner, il y a tellement d'accent l'anglais, l'irlandais, l'écossais, posant mon sandwich et buvant une gorgée de ma bière, je l'observais et lui répondit « Techniquement je viens de Belfast, Irlandais donc, ça fait 3 ans que j'suis ici à peu près ... ça fait un peu bizarre je dois dire de quitter sa patrie en quelque sorte mais on s'y fait » ajoutais je en souriant.




Je n'avais pas fait attention à la chaine que j'avais mis, j'en avais mis une au hasard car après tout je ne comptais pas regarder la télévision, j'avais des choses bien plus passionnante à faire enfin ... je ne compris pas du tout le tournant du repas je dois dire, elle s'est soudainement levé en s'excusant très vite et se dirigea vers la salle de bain, je me tournais vers la télé pour voir ce qui avait pu troubler la jeune femme et observa une jeune femme qui ressemblait bizarrement à Eileen, c'était comme si j'avais son reflet dans mon écran, ce qui n'était pas possible. Elle avait une jumelle ? C’est fou les points en commun que je nous trouvais mais ceci étant ce n'était pas vraiment la question, il fallait que j'agisse, elle avait peut être une jumelle qui avait un enfant de ce que j'avais vu sur les images mais je ne saurais vous dire dans quel film ou comment elle s'appel, les films américains j'ai un peu du mal pour le moment et pas le temps comme vous pouvez vous en douter.

J'avais frappé à la porte de la salle de bain et l'avait ouverte pour voir comment allait ma voisine, ne sachant pas trop quoi dire je demandais « ça va? » elle haussa les épaules, puis après plusieurs instant de silence elle finit par me dire «Ça va aller» tout en essuyant ses mains sur une serviette de bain qui était accrochée non loin d'elle. «Je suis désolée, vraiment...» ajouta-t-elle, posant ma main sur son épaule je finis par lui dire « Ce n’est pas grave ... je t'avoue juste que j'ai pas compris pourquoi t'es parti comme ça ... en voyant .... Ta soeur j'imagine vu la ressemblance ? » je ne savais pas trop quoi dire d'autre, je ne savais pas si elle voulait en parler ou non je me rapprocher un peu d'elle et plongeant mon regard dans le sien j'ajoutais « tu sais, je comprendrais si tu me fais pas encore confiance ... on se connait tout juste mais si tu as besoin de parler... n'hésite pas. » J’esquissais un sourire et attendait une réaction de sa part. J'espérais que la soirée repartirait comme elle avait commencé mais quelque chose me dit qu'avec ce qu'elle a vu derrière ce téléviseur c'était mal barré, je peux comprendre ceci étant même si je ne connais l'histoire qu'il y a entre ses deux sœurs ... je lui avais au moins proposé mon oreille si elle en avait besoin, je lui prêterais même mon épaule si elle en avait besoin.




# code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyJeu 28 Mar - 10:12





La poisse !!!


De voir ma soeur là, sur cet écran, accompagnée de sa fille, ma fille. C'était trop dur à supporter. J'avais préféré m'exiler dans la salle de bain de Kaleb quelques minutes. Elle n'avait pas le droit de l'exhiber comme ça, devant les médias. Pendant 4 ans je l'avais élevée comme étant ma fille, je l'avais aimée comme étant ma fille, et elle me l'avait reprise. Du jour au lendemain je m'étais retrouvée seule, on m'avait enlevé une partie de moi, et de me prendre ça en pleine poire, ça faisait un mal de chien.

Kaleb entra dans la salle de bain, doucement, et posa sa main sur mon épaule. Je m'excusais de mon comportement et il me rassura : « Ce n’est pas grave ... je t'avoue juste que j'ai pas compris pourquoi t'es parti comme ça ... en voyant .... Ta soeur j'imagine vu la ressemblance ? ». Je plongeais mon regard dans le sien, une grosse boule venait de se former dans ma gorge. J'imagine que la fatigue n'aidait pas, après ce long voyage, j'étais vraiment à bout de souffle, et pas assez d'énergie pour supporter ça. Il était mignon Kaleb, il était tendre aussi. Je ne savais pas trop si je devais en parler avec lui, c'était un sujet difficile, et je ne le connaissais que depuis quelques heures à peine... « Tu sais, je comprendrais si tu me fais pas encore confiance ... on se connait tout juste mais si tu as besoin de parler... n'hésite pas. » ajouta-t-il avec un air réconfortant. Son regard toujours dans le mien, j'hésitai une seconde encore, et au moment où j'allais ouvrir la bouche, je me ravisais. La boule dans ma gorge était trop grosse pour que je puisse dire quelque chose. Je retenais mes larmes comme je pouvais. J'étais sans doute un peu trop pudique pour m'ouvrir à lui d'un coup comme ça. Je me forçais à esquisser un sourire et lui demandais alors «J'veux bien un truc un peu plus fort qu'une limonade... si tu as...». Mes paroles étaient étriquées dans ma gorge. Il se contenta d'hocher la tête et je le suivais dans le salon. Il me servit alors un verre de martini. En l'attendant, j'éteignais la télé, pensive.

Il s'assit à mes côtés. Je n'arrivais pas à enlever ces images de ma tête. C'était trop dur, et la fatigue n'aidant pas, j'éclatais en sanglot dans mes mains. Tant pis s'il pensait que j'étais une pleurnicheuse ou une folle, je ne pouvais plus me contenir, j'avais bien trop mal pour faire semblant et parler d'autre chose toute la soirée. J'aurai pu courir me cacher chez moi, mais malgré tout, la présence de Kaleb me faisait du bien, et encore plus quand il m'attira vers lui pour me prendre dans ses bras. Cela faisait bien longtemps que personne ne m'avait pris dans ses bras aussi tendrement. Je pleurais alors à chaudes larmes, j'en avais besoin... Mais je me forçais à me calmer quelques minutes plus tard. Je n'allais pas squatter ses bras pendant des heures à pleurer comme une madeleine. J'essuyais mes yeux rougis d'un revers de manche, et prenais dans mes mains mon verre de martini, que je bus d'une traite, sous les yeux surpris de Kaleb. Je m'essayais à un sourire. «Tu dois me prendre pour une folle hein... Je suis désolée. Je suis pas comme ça d'habitude, je suis plutôt le genre de fille à être toujours joyeuse... mais je m'y attendais pas à celle là...». Il frictionnait mon bras comme pour me dire que ça allait aller. Mais je lui devais quand même des explications, sur tout ça, et sur la soirée que je venais de plomber en beauté.

J'essayais de contenir mes larmes, il fallait que je sois forte, je n'avais pas le choix. «Je...» Je me raclais la gorge pour essayer de virer cette foutue boule qui traînait là. «Ma soeur... Kathleen, est une grande comédienne américaine. Tout le monde la connaît. On se ressemble beaucoup. Y'a un peu plus de 4 ans elle a débarqué chez moi alors qu'on ne s'était pas vues depuis des années, et elle m'a collé un bébé dans les bras. Son bébé. Elle m'a demandé de m'en occuper. Elle est pas venue le chercher, et pendant 4 ans, j'ai éduqué cette petite fille, je l'ai vue grandir, je l'ai aimée comme si c'était la mienne... Et elle est venue me la reprendre. Au noël dernier...». Je me pinçais les lèvres pour éviter de pleurer une nouvelle fois. Et j'ajoutais «Et maintenant elle la montre fièrement à tous les médias...». Je serrais la mâchoire, de nerfs sûrement, mais aussi pour retenir de nouvelles larmes qui cherchaient à sortir. Je regardais dans le vide, jouant nerveusement avec le bout de mon gilet...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb EmptyMar 9 Avr - 12:09


# La poisse internationale

« Le destin est ce qui nous arrive au moment où on ne s'y attend pas. »
# Kaleb & Eileen



« Tu sais, je comprendrais si tu me fais pas encore confiance ... on se connait tout juste mais si tu as besoin de parler... n'hésite pas. » lui avais je dis essayant de me montrer réconfortant, je voyais bien que la femme et la fille qu'elle avait montré devant les médias avait beaucoup touché ma voisine, une certaine douleur se lisait à travers son regard mais je ne voulais pas me montrer indiscret et la pousser à me raconter ses secrets. Après tout comme je lui avais dit on ne se connaissait pas j'avais simplement aidé la jeune femme à allumer l'eau de son appartement et aussi sa porte mais ce n'était rien. «J'veux bien un truc un peu plus fort qu'une limonade... si tu as...». Finit elle par me demander, laissant ses quelques mots sortir de sa bouche avec difficulté... je me contentais d'hocher la tête et de me diriger dans le salon, et plus précisément vers le bar je sortir un martini pour la jeune femme et sorti un whisky pour moi, le son de la télé s'arrêta soudainement et j'imaginais que la jeune femme l'avait éteinte pendant que je servais les verres. Je reviens à ses côtés, déposa les verres sur la table basse.
Je me tenais à ses côtés silencieux, que pouvais je bien dire je n'en savais rien, je ne savais pas comment l'aider, essayait de la réconforter de la soulager d'un poid, c'est elle qui rompa le silence avec des pleures ... je me contentais de l'attirer dans mes bras passant ma main dans ses cheveux pour la calmer. Je ne jugeais pas la jeune femme elle avait sans doute ses raisons de craquer ainsi, et ça me faisait de la peine je dois avouer bien que je ne la connaissais pas, ni son parcours ni sa vie, elle me touchait. Et voir une fille pleurait ne laisse pas insensible il faudrait être cruel pour penser le contraire. Elle aurait pu rentrer chez elle, mais elle avait préférer rester ici, d'une certaine façon elle finirait peux être par me parler sinon elle serait déjà partie s'isoler chez elle. Elle finit par se calmer et vida le verre de Martini que je lui avais servi je la regardais stupéfait tout en plongeant mes lévres dans mon verre de whisky.





«Tu dois me prendre pour une folle hein... Je suis désolée. Je ne suis pas comme ça d'habitude, je suis plutôt le genre de fille à être toujours joyeuse... mais je m'y attendais pas à celle là...».Me dit elle ce qui me fit esquissais un sourire, je pressais légèrement son bras pour lui faire comprendre que ça allait et lui répondit doucement « Je ne te prends pas pour une folle ... tu dois avoir tes raisons. Ça arrive de craquer, on n’est pas obligé d'être heureux tous les jours alors ne t'excuse pas. » Je restais là à la regarder, je sentais bien qu'elle essayait de se montrer forte alors qu'elle n'avait qu'une envie c'était de déverser ses larmes, ses yeux étaient boursouflé par les pleures d'auparavant et était aussi pétillant elle finit par tenter de m'expliquais et je l'écoutais
«Je...» Elle se racla la gorge, essayant de reprendre, je restais là ma main sur son bras, mon regard posté sur son visage guettant le mouvement de ses lèvres.«Ma sœur... Kathleen, est une grande comédienne américaine. Tout le monde la connaît. On se ressemble beaucoup. Y'a un peu plus de 4 ans elle a débarqué chez moi alors qu'on ne s'était pas vues depuis des années, et elle m'a collé un bébé dans les bras. Son bébé. Elle m'a demandé de m'en occuper. Elle n’est pas venue le chercher, et pendant 4 ans, j'ai éduqué cette petite fille, je l'ai vue grandir, je l'ai aimée comme si c'était la mienne... Et elle est venue me la reprendre. Au noël dernier...». Je l'écoutais attentif et surpris à chaque parole de la jeune femme, je ne connaissais pas sa sœur qui était donc comédienne comme le disait la jeune femme, ce qui me choqua d'autant plus c'est qu'elle avait élevé l'enfant de sa sœur et que celle ci était venu la récupérer après quatre ans ... au final elle ne connaissait pas sa fille, je me demandais comment une mère pouvait abandonner un enfant pour sa carrière, c'était cruel. Je ne dis rien et la laissait continuer son histoire.





«Et maintenant elle la montre fièrement à tous les médias...». Je posais alors ma main sur la sienne, la jeune femme m'avait touché avec son histoire, les histoires de famille c'est difficile, il fallait que je réfléchisse à ne pas froisser la jeune femme, je passais une main dans mes cheveux avant de lui dire. « Je suis désolé ... pour tout ça... je suppose que c'est pour cette raison que tu es venu ici ? » je raclais ma gorge, finit mon verre de whisky et le reposa sur la table avant de reprendre « C'est cruel ce qui t'es arrivé ... mais tu ne peux pas avoir de recours? Après tout elle a abandonné sa fille pendant 4 ans comment elle peut se permettre de la reprendre comme ça parce que ça lui pète, ce n’est pas un jouet ... Tu dois bien pouvoir faire quelque chose, je ne suis pas avocat mais je suppose qu'on peut faire quelque chose. » dis je tout en haussant les épaules, elle avait l'air d'une personne intelligente Eileen et sans doute avait elle essayait du fait ce que je venais de lui demander ne servait à rien mais j'essayais de lui donner de l'espoir, de comprendre les choses ... elle avait élever l'enfant de sa sœur comme son enfant, lui avait donné tout l'amour qu'on peut donné à un être aussi fragile je n'imagine pas la douleur que ça fait quand on vous enlève quelqu'un ... du moins qui est encore vivant. La douleur quand on perd un frère ou un membre de la famille c'est dur, déchirant sa détruit mais quand on vous enlève votre nièce, que vous avez élevé comme votre fille comment ça se passe ? Je soupirais avant de lui demander « tu veux un autre verre? Ou quelque chose d'autre? »



# code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
La poisse internationale ! --- Kaleb Empty
MessageSujet: Re: La poisse internationale ! --- Kaleb   La poisse internationale ! --- Kaleb Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La poisse internationale ! --- Kaleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La poisse internationale ! --- Kaleb
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» Festival de films de Jacmel a portee internationale
» Oh la poisse une albinos!! (recherche parents adoptif)
» one piece date de sortie internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps abandonnés-