NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: /! i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!   Lun 15 Juil - 15:41





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Appuyé contre le comptoir du bar, je pense à Shanae. Cela fait deux semaines que je n’ai pas de nouvelles d’elle… La dernière fois était le soir où elle a dîner avec moi à la maison. Le soir où on c’est embrasser. Je ne cesse de me demander si je dois regretter ce geste ou pas. Sur le coup j’ai regretter. Tellement que j’ai finis par lui dire tout ce que j’avais sur le cœur. Elle ne c’est pas gêner pour faire de même avant de me planter là. Je suis rester une demi-heure planter dans mon salon à réaliser ce qui c’était passer et surtout qu’elle était partie. Une nouvelle fois, je n’ai pas réussi à dormir cette nuit-là. Je ne cessais de penser à Shanae et surtout à ce baiser passionné que l’on a pu échanger. Je n’arrive plus a savoir ce que je veux. J’aime toujours autant Shanae et j’ai comme l’impression que ce n’est pas quelque chose qui risque de changer, mais… Elle est partie. Et ça, je n’arrive vraiment pas à me le sortir de la tête. J’ai tellement peur qu’elle parte de nouveau. Je ne pourrais pas accepter un nouvel abandon. Je sais que je ne serais pas assez fort cette fois et c’est Théa qui en pâtira la première. Malheureusement. Parce que la première fois, j’ai réussi à me relever. Mais si cela doit arriver une seconde fois, je ne ferais que m’écrouler. Enfin. Il vaut mieux ne pas penser à tout cela. Je dois ouvrir le bar dans moins d’une heure et il me reste un millions de chose à faire. La soirée promets d’être tranquille, nous sommes juste en plein milieu de semaine, mais je dois quand même ouvrir. J’ai du mal à me concentrer, mais je tente de me remettre au travail. Je suis tout seul pour assurer le service ce soir et je dois ne pas me laisser emporter par mes pensées. Il faut absolument que je me sorte Shanae de la tête. Au moins pour ce soir. Avant de me remettre au travail, je passe un coup de fil à ma petite sœur qui s’occupe de Théa ce soir. Visiblement tout va très bien à la maison. C’est l’essentiel. Je repose mon téléphone dans le tiroir caisse et retourner à mon inventaire.

Il est près de vingt-heures et cela fait une demi-heure que j’ai ouverte. Certains habitués sont déjà là. Pour boire leur première bière après le travail. Je discute avec certains, mais reste tout de même derrière mon comptoir pour terminer quelques papiers en surveillant la salle. Le temps passe incroyablement lentement ce soir. J’ai l’impression de m’ennuyer et  je déteste cela. Je continue à tout faire pour m’occuper lorsqu’une tornade blanche finis par entrer dans mon bar. Autrement dit Siloë-Jules. La jeune brunette me rejoins près du bar et ne ce gêne pas pour faire le tour pour venir déposer un baiser sur ma joue. Je lui rends en la prenant dans mes bras dans un sourire. « Comment tu va mon petit Casey. T’as une sale tête ! » Comme toujours, ou presque, elle s’assoit sur le coin du bar et se tourne vers moi. Je jette un dernier coup d’œil dans la salle qui est particulièrement calme et me tourne vers mon amie. Je lui explique ce qui a pu se passer dans ma vie ces dernières semaines dans ma vie. C’est la première fois que je parle aussi ouvertement de mon ex petite amie, mais je n’ai pas eu le temps de voir Arya et il faut sérieusement que je parle à quelqu’un. Bizarrement Celio m’écoute attentivement. Je crois que c’est la première fois que je vois la jeune femme aussi concentrer. On dirait qu’elle va résoudre une affaire de meurtre. Je lui offre un verre et m’absente quelques minutes pour servir mes clients. Lorsque je reviens Celio n’as pas bouger et son bilan ce fait sans appel. « Soit tu tourne définitivement la page et tu va le regretter toute ta vie. Soit tu mets un peu ta fierté de côté mon vieux. » Je passe nerveusement une main sur  mon visage et lâche un long soupire. « Rappelle-moi de ne plus jamais te demander de conseil sur ma vie. »

On continue notre conversation comme si de rien était et comme toujours je finis par la taquiner. Siloë est une jeune femme pleine de vie et j’apprécie réellement sa compagnie. On adore s’emmerder, je crois même que c’est notre jeu préféré. J’étais donc en train de déconner avec la jeune femme lorsque la porte du bar s’ouvrir sur un jeune homme que je ne connaissais pas. Suivi de près par Shanae. Shanae qui a sa main dans celui de l’homme devant elle. Je crois rêver. Il y a quinze jours elle m’a presque hurler dessus en disant m’aimer et maintenant elle se pointe sur mon lieu de travail avec un autre homme. Je n’y crois pas… Mon regard croise le sien tandis qu’elle s’installe a une table avec son nouveau petit ami. « Y en a qui on honte de rien. » Siloë lâche son verre et me regarde plus surprise que jamais. Je n’ai pas besoin de parler, elle se contente de suivre mon regard pour comprendre ce qui se passe. De mon côté, comme par pur jalousie, je me rapproche de la brunette. « Tu veux la rendre jalouse, pas de souci. Mais si tu m’embrasse, je te frappe ! » Au moins cela à le mérite d’être claire. J’explose de rire et secoue la tête. Je ne pensais pas vraiment à cela, mais dans le fond ce n’est pas une bonne idée. Le jeune homme se lève de la table et se rapproche du bar. Surtout ne rien montrer. L’accueillir comme un client normal. Sauf que Shanae le rattrape rapidement et c’est elle qui finit par se présenter devant le bar. « Qu’est-ce que je vous serre ? » Voilà que je la vouvoie maintenant… Jalousie quand tu nous tiens…  


Dernière édition par M. Isaac-Casey Fitzgerald le Mar 30 Juil - 9:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mar 16 Juil - 9:14







Seriously are you jealous ?



Ça fait à peu près 2 semaines que je n'ai pas eu de nouvelles d'Isaac, et que je n'ai pas osé en prendre non plus, même si ça me démange. Il m'a pratiquement jetée de chez lui après notre baiser, que je sache il faut être deux pour s'embrasser, et il ne m'a pas de suite repoussée. Il en avait envie autant que moi, je ne suis pas la seule fautive. Certes parfois j'ai une fierté mal placée, mais j'ai bien compris qu'il fallait que je lui laisse un peu de temps.


Je suis avachie sur le canapé, pendant que les garçons sont dans leur chambre. C'est bizarre que je n'entende rien, généralement ils se chamaillent. Mais je n'y prête pas attention, je larve devant la télé. Nathan s'étale sur le canapé à côté de moi et soupire. «Tu les as tués ?» «J'ai failli... la nounou arrive dans 15 minutes, tu peux aller te réparer !» «Hein ? Une nounou ? Tu sors ? Non mais j'peux les garder hein !» Nathan sourit et secoue la tête. «Non tu peux pas les garder parce qu'ON sort ! J'en ai marre de te voir larver comme ça à faire que penser à lui !» Je soupire. Il a raison. «Bon et on va où ?» Surprise. Bon, je vais me faire "belle" alors. Mes cheveux ont un peu repoussé et j'ai fait un tour chez le coiffeur pour mettre un peu tout ça en forme. Je commence à me trouver jolie, même si je me demande bien pour qui j'me fais belle... Un petit top moulant, heureusement dans la bataille et dans ma perte de poids je n'ai pas trop perdu de poitrine... j'ai encore quelques formes féminines, heureusement ! Un jeans slim bleu clair, une touche simple de maquillage, des talons hauts et me voilà fin prête. Je ne sais pas où on va, mais je compte bien profiter de cette soirée.


Une fois la nounou arrivée, Nathan me laisse sortir et je le suis, j'ai beau lui demander mille fois où on va, il ne veut pas me dire. Pourtant je suis chiante et je le bassine, mais ça le fait plus rire qu'autre chose. Lorsqu'il tourne pour aller dans la rue du bar d'Isaac je m'arrête net, et il fait demi tour pour me regarder. «Quoi ?» «Quoi quoi ? tu plaisantes ! Tu vas pas me faire rentrer dans ce bar !» «Moi je crois bien que si ! vous avez besoin de discuter tous les deux, et mets ta fierté de côté s'il te plait !» «Mais... non !». Il me prend par la main et me tire de force pour entrer dans le bar. Isaac est au bar avec une jeune femme. Je me sens mal d'un seul coup. Sur le moment je ne me rends pas compte que je suis entrée dans le bar, la main dans celle de Nathan. Je bloque quelques secondes sur Isaac et Nathan me tire de nouveau pour aller nous trouver une place.


«Je sens que c'est pas une bonne idée...» «Mais si, je vais nous chercher un truc à boire...» Nathan se relève pour aller nous chercher à boire et je le rattrape rapidement par le bras avant de passer devant lui, pour me mettre face à Isaac. « Qu’est-ce que je vous sert ? ». Je reste bloquée face à lui. Il vient de me vouvoyer là où je rêve ? Sérieusement ? La bouche entre ouverte, je begaye un peu pour lui répondre : «Euh je... j'veux bien la carte, s'il te plait...». Il me donne la carte en fusillant Nathan du regard. Je ne pense pas tout de suite à lui présenter Nathan pour lui dire qu'il n'est qu'un ami. C'est quand même chez lui que je vis depuis un mois. Je parcours la carte des yeux et ils s'arrêtent sur le cocktail appelé "Shanae". Je ne pensais pas qu'il l'avait laissé à la carte. Nathan se penche un peu pour voir la carte et pose son doigt sur le cocktail qui porte mon nom «Oh Shanae, comme ton prénom, trop mignon !» il sourit à Isaac, comme pour lui dire qu'il sait qui il est, et qu'il n'est pas du genre à marcher sur ses plates bandes. «Je veux bien goûter celui là moi !» «Je vais prendre le même, comme avant...». Il nous fait signe qu'il a pris la commande et on retourne s'asseoir.

Je ne me sens vraiment pas bien, et le fait qu'Isaac m'ait vouvoyée me reste en travers de la gorge. Nathan me tape sur l'épaule gentiment pour me réveiller. Je le regarde et soupire, le fusillant des yeux. Je savais que ce n'était pas une bonne idée. « Si aucun de vous ne se bouge le cul, faut bien que quelqu'un le fasse à votre place !». Je soupire une nouvelle fois alors qu'Isaac arrive derrière moi pour nous servir nos cocktails. Je n'ose même pas le regarder, je ne sais pas si je dois lui dire quelque chose ou pas, je me sens paumée, et à la fois je n'ai envie que d'une chose, lui dire à quel point il me manque, et que j'ai du mal à vivre sans lui... Mais rapidement il retourne au bar. Je le regarde rejoindre cette jeune femme. Je ne sais pas trop si je suis jalouse, je me sens juste inférieure, elle est plus jolie, elle a l'air plus drôle, et surtout elle a l'air de lui plaire. Je me sens mal à cette idée.

Nathan se racle la gorge et je relève le menton pour le regarder, il m'offre un regard et un sourire adorable. Ce mec est vraiment un ange. Je ne sais pas ce que je ferai sans lui. Je me lève d'un coup et prend Nathan par la main. Il a juste le temps de récupérer son verre et je l'emmène vers le bar où Isaac est encore en train de dicuter avec la jeune femme brune. «Isaac, j'te présente Nathan, c'est l'ami qui m'héberge depuis un mois. C'est quelqu'un d'important pour moi alors je voulais te le présenter... voilà...». A vrai dire je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça, après tout, il s'en fout sans doute. Mais je préférais qu'il sache que Nathan était juste un ami...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mar 16 Juil - 11:57





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Je ne sais pas pourquoi, mais en prenant mon service ce soir, j’ai senti que cette soirée allait être pourrie. Une sorte de pressentiment. Il n’aura pas fallut très longtemps pour que cela se réalise. Shanae vient tout juste de rentrer dans le bar en compagnie d’un autre homme. Homme que je n’ai jamais vu. Il lui tient la main et en voyant cela je sens une vague de jalousie m’envahir. Je n’ai aucun droit d’être jaloux, après tout nous ne sommes plus ensemble. Et pourtant… Pour moi, mon histoire avec Shanae ne c’est jamais réellement terminer. On n’a jamais mis de mot sur cette rupture. J’ai juste été obligé de vivre sans elle. C’est différent. Enfin. Elle est là avec un autre et je prends cela comme un affront. On dirait qu’elle cherche à se venger de quelque chose. Un instant, nos regards se croisent et j’ai envie de lui demander de sortir d’ici. J’ai l’impression que mon pire cauchemar de ces six derniers mois est en train de se réaliser sous mes yeux. C’est l’horreur. Pourtant je ne dis rien. Je me contente de les suivre du regard, tandis que Siloë me parle de jalousie et je ne sais quoi. Je vais la fusiller elle aussi si elle continue. Je vois le nouveau couple aller s’installer a une table et finis par détourner le regard. Il ne faut pas que je les fixes comme cela. Il faut que j’agisse normalement, je ne veux pas que Shanae se doute de quelque chose. Je ne veux surtout pas qu’elle croit que j’ai encore des sentiments pour elle. Elle est partie, maintenant elle en voit un autre. Je crois que les choses sont claires.

Le jeune homme finis par se lever et je ne peux m’empêcher de le regarder avec insistance. Il se rapproche du bar, mais c’est Shanae qui se présente la première. J’abandonne mon amie et me dirige vers elle. Sans le vouloir – véritablement – je finis par la vouvoyer. Niveau, je ne veux pas montrer ma jalousie, je crois qu’on repassera. La jeune femme semble choquée, tout comme moi d’ailleurs. « Euh je... J'veux bien la carte, s'il te plait... » Elle bégaye et je comprends tout de suite qu’elle est mal à l’aise. Son compagnon arrive derrière elle et il me faudra un effort surhumain pour ne pas leurs jeter la carte à la figure. J’imagine déjà le pire. Cet homme en train de l’embrasser, de lui faire l’amour et de lui murmurer des mots d’amours. Comme j’ai pu le faire auparavant et ce pendant cinq ans. Je ne peux pas la voir avec un autre. Je n’y arrive pas, quoique j’ai pu dire la dernière fois que l’on c’est vu. Je voulais juste du temps, pas qu’elle passe à autre chose. Mais visiblement c’est trop tard. « Oh Shanae, comme ton prénom, trop mignon ! » Je crois que ce mec veut mourir. Il a cru quoi ? Elle lui a dit qu’elle l’emmenait dans un bar tenu par son ex et par le père de sa fille. Sait-il seulement qu’elle a une fille ? Un instant mon esprit s’envole vers ma petite Théa qui doit être sagement en train de dormir dans son lit. Je secoue la tête et pose mon regard sur le jeune homme. J’ai des envies de meurtres. Je serre un verre dans ma main jusqu’à ce qu’une voix me sorte de ma réflexion. « Casey il t’as rien fait ce pauvre verre. » Siloë ou sa manière de toujours intervenir au bon moment. Je lâche mon verre et tourne la tête vers mon amie qui fait comme si de rien était. Finalement j’entends Shanae me dire qu’elle veut prendre son cocktail. Le fait qu’elle ajoute un petit « comme avant » me fait frissonner. A quoi elle joue sérieusement ? Je n’ouvre même pas la bouche et leur fait juste comprendre que j’avais pris leur commande.

« Un cocktail à son nom t’es sérieux ?! » « J’étais amoureux c’est tout… » « Oh mais tu l’es toujours mon vieux ! » Mais elle a quoi elle ce soir ? Elle veut jouer à l’agent matrimonial ? Vu le regard qu’elle me lance, je prends ça pour un oui. Je soupire un bon coup et retourne vers mon bar. Il faut que je m’occupe. Même si pour cela je dois préparer un verre pour le nouveau copain de Shanae. Je jongle un peu avec ma bouteille histoire de me changer les idées. C’est mon petit jeu préféré ici. Adolescent j’avais vu le film Cocktail un bon nombre de fois et j’avais finis par apprendre à jongler avec mes verres et mes bouteilles. Il m’arrive de faire le show certain soir juste à la demande de certains habitués. Ce soir il n’y a personne, mais je m’amuse quand même. Je prépare les cocktails et finis les amener à la table de Shanae. Une nouvelle fois l’homme qui l’accompagne me souris et je me retiens de lancer une réplique cinglante. Souviens-toi Isaac, tu n’as aucun droit d’être jaloux. Je retourne rapidement vers mon bar et vers Siloë qui m’apprends connaître l’homme qui accompagne mon ex petite amie. « Il est pas avec elle. Me demande pas comment je le sais, je le sens c’est tout. Tu devrais aller lui parler. » Habituellement j’adore la jeune femme et c’était encore le cas il y a quelques minutes, mais là elle me tape simplement sur les nerfs. D’un seul coup, tout m’énerve. « J’ai pas besoin de tes conseils. » Siloë soupire et me commande un nouveau verre que je m’empresse d’aller faire.

Lorsque je relève la tête, je me trouve nez à nez avec Shanae et son ami. « Isaac, j'te présente Nathan, c'est l'ami qui m'héberge depuis un mois. C'est quelqu'un d'important pour moi alors je voulais te le présenter... Voilà… » Je crois que je suis en train d’halluciner. Bon d’accord, elle a dit qu’il n’était que son ami, mais je ne l’aime pas quand même. Surtout qu’elle vit chez lui. Oui bon en même temps pour ça je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. La seule maison qu’elle possède c’est la notre et c’est moi qui vis dedans. Je serre la main qu’il me tend et lâche un « Enchanté. » presque incompréhensible. Il faut que je me reprenne, que je fasse celui qui est intéressé. Qui a aussi une vie. Je ne prends même pas la peine de présenter Siloë alors que cette dernière est en train de m’envoyer des yeux doux. Je ne dois pas soupirer. « Vous vous êtes connu comment ? » Le jeune homme semble hésité. « A l’hôpital. » Et là c’est le coup de massue. Elle à l’air de le connaître depuis longtemps. Autrement dit il est au courant de sa maladie alors que moi je vivais encore dans l’ignorance. Je déteste ça. « Je comprends mieux tout ce silence alors… » dis-je froidement. C’est a lui qu’elle c’est confier quand ça n’allait pas. Il est devenu mon remplaçant que je le veuille ou non. « Bon vous m’excuserez mais j’ai un bar à faire tourner ! »

Je vois Siloë s’adresser aux deux jeunes gens, mais je fais comme si de rien était. Je disparais dans la réserve histoire de me calmer un peu. Je passe une main sur mon visage et prends appui sur le mur. Je ne pensais pas que je pouvais encore me sentir aussi jaloux. Je ne veux pas voir un autre approcher Shanae, mais j’ai encore trop de fierté pour lui demander de revenir. Je passe le reste de l’heure à tenter de m’occuper sans croiser le regard de Shanae. Sur le coup des vingt-deux heures trente je me rends compte qu’il ne reste plus que trois personnes dans le bar. Je ne supporte plus de voir Shanae ici, Siloë reste uniquement pour me surveiller… Je me dirige vers la porte et tourne le panneau pour indiquer que nous sommes fermés. Je retourne vers les trois jeunes gens qui sont toujours attabler au bar et me plante devant eux. « Je vais fermer. » Shanae me lance un regard interrogateur et je soupire. « Je suis fatigué. » Ce n’est pas du tout vrai, mais je veux juste qu’on me laisse tranquille et surtout je ne veux plus la voir avec lui. Siloë ce lève de son siège, me plante un baiser sur la joue et attrape le fameux Nathan par le bras. Je ne sais pas ce qu’elle lui dit, mais il laisse Shanae derrière lui et ce sans se retourner. Un instant un silence s’installe entre nous. « Tu devrais partir aussi. Rejoindre ton ami ! » Je ne sais pas ce qui me prends d’agir comme ça. Mais je crois que c’est plus fort que moi…
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mar 16 Juil - 16:06







Seriously are you jealous ?



Tout est toujours trop compliqué quand on réfléchit. Si on se contentait de laisser parler notre cœur, le monde irait bien mieux ! A vrai dire, je ne sais pas pourquoi je suis en train de présenter Nathan à Isaac. Peut être pour le rassurer, lui dire qu’il n’est pas mon nouveau petit ami. Peut être aussi pour lui montrer que je suis toujours amoureuse de lui ? Ou simplement pour lui dire que je ne fricotte avec personne MOI ! Jalouse ? Mais pas du tout ! Du moins pas plus qu’il ne l’est ! Je ne sais pas trop si Isaac est rassurée que je lui présente Nathan. En fait, je ne crois pas. Il aurait fallu que j’appuie sur le fait qu’il n’était QU’UN AMI ? Non évidemment. Et puis il est plus que ça, même si l’amour que l’on se porte l’un pour l’autre n’a absolument rien de sexuel. Eark !

Ils se serrent la main, je suis surprise qu’Isaac accepte de serrer la main à Nathan, mais tant mieux. Je préfère ça. Enfin, même si je vois bien qu’il préfèrerait encore ne pas être ici en face de nous. « Vous vous êtes connu comment ? » Nathan hésite un instant, me regarde et finir par dire la vérité. « A l’hôpital. » . Je serre les dents. Pas sur que cette discussion soit la bienvenue finalement. Nathan a été mon soutien moral pendant ces six mois, alors que j’avais tout fait pour éloigner Isaac de cette foutue maladie. Mais je n’ai rien contrôlé, je n’ai pas choisi de tomber sur Nathan le jour où j’ai appris pour mon cancer, il est comme tombé du ciel, et j’ai simplement pris l’aide qu’il m’offrait, rien de plus. « Je comprends mieux tout ce silence alors… » . Je ne comprends pas bien ce qu’il veut dire par là. Sans doute le fait que j’avais quelqu’un à qui parler pendant que je ne donnais pas de nouvelles au père de ma fille ? « Bon vous m’excuserez mais j’ai un bar à faire tourner ! » . Le message est passé, il ne veut pas de moi ici. Je me contente d’hocher la tête comme simple réponse. Je l’ai en travers de la gorge, mais après tout, depuis que je suis rentrée, c’est un peu ça chaque fois qu’on se voit.

Je me dirige vers la sortie mais Nathan me retient par le bras. «Non ! Reste là ! Je suis sûr que vous pourrez vous parler tout à l’heure quand y’aura moins de monde !». Je soupire fortement et on reprend notre place, d’où je peux voir Isaac travailler. Après quasiment une heure de discussion avec Nathan, je vois Isaac tourner la pancarte pour montrer que son bar est fermé, il est 22h30 et en pleine semaine ce n’est pas l’affluence complète. Mais je suis quand même surprise. Je lui adresse un regard et il me répond rapidement « Je suis fatigué. ». Je ne suis pas sûre que ce soit la vérité. Je le connais par cœur, il n’a pas l’air plus fatigué que d’habitude, il ne supporte juste pas de me voir ici avec Nathan Je ne vais pas le forcer non plus. Je savais en venant ici que ce n’était pas une bonne idée de toute manière. Je n’aurai pas dû suivre Nathan ce soir, j’airai dû rester sous mon plaid devant la télé, comme depuis 1 mois. Une loque. Je me lève donc pour partir et à ce moment la jeune femme brune vient prendre Nathan par le bras, lui murmure quelque chose à l’oreille et elle s’en va avec lui. Elle est pas chiée elle ! Je suis surprise et les regarde tous les deux sortir. Je me retourne vers Isaac au moment où il s’adresse à moi sur un ton froid et presque désagréable. « Tu devrais partir aussi. Rejoindre ton ami ! ». Je le regarde une seconde. C’est long une seconde. «Pourquoi tu me parles comme si j’étais une simple cliente, voire une vulgaire inconnue ? C’est quoi ton problème à la fin ? Je suis revenue pour toi, je fais tout ce qui est en mon possible pour te faire plaisir, pour essayer de recoller les morceaux, je te laisse du temps parce que je sais que tu en as besoin, et là je fais l’effort de me pointer dans ton bar avec celui que je considère comme mon meilleur ami, et t’aurais été prêt à lui broyer la main en lui serrant ? Je comprends pas… Je sais pas c’qu’il faut qu’je fasse. Tu préfères que je m’en aille pour de bon et que je revienne jamais ? Dis moi Isaac ! Dis moi c’que tu attends de moi, j’peux pas le deviner toute seule, j’ai beau te connaître par cœur, je peux pas deviner ce qui se passe à l’intérieur de toi. Tu sais… tu sais que j’ferai n’importe quoi pour que tu me pardonnes et qu’on arrête de se battre comme des adolescents. On est des adultes maintenant ! Ca allait y’a 5 ans quand on se chamaillait pour des conneries, on a grandit. Alors je t’en supplie ne me parle pas comme si on ne se connaissait pas.» C’est sorti tout seul. Je suis à moitié en train de le secouer pour qu’il ouvre les yeux, et à moitié en train de lui dire que je ferai n’importe quoi pour lui. J’ai envie de lui dire que c’est lui l’homme de ma vie et que personne ne le remplacera jamais, mais les mots restent coincés dans ma gorge. J’ai tellement peur qu’il m’envoie balader comme il finit toujours par le faire depuis que je suis rentrée. «C’est toi qui m’a demandé de venir Isaac. Tu m’as dit que ça te ferait plaisir. Alors oui, je suis pas venue seule, parce que j’avais peur, tout simplement, avec ce qui s’est passé la dernière fois. Peur de moi, peur de toi, peur de refaire à nouveau des bêtises. Et c’est Nathan qui m’a poussée à venir ici, pour qu’on se voit, qu’on se parle. J’le bassine avec toi depuis que j’le connais, il connaît notre histoire sur le bout des doigts tellement je lui en ai raconté les détails, il a l’impression de connaître Théa depuis toujours tellement je lui parle d’elle à longueur de journée, et je pense qu’il en a marre de me voir malheureuse à ne pas réussir à t’appeler, à t’écrire, ou à venir te voir…»


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mer 17 Juil - 1:10





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Je ne supporte pas de la voir avec cet homme. C’est plus fort que moi. Je n’arrive pas à l’expliquer, c’est… C’est juste de la jalousie pure et dur. J’ai toujours été jaloux avec elle et ce même après plus de deux ans de relations. J’avais toujours peur qu’elle trouve un homme mieux que moi. Un homme barder de diplôme et qui aux moyens de lui offrir tout ce dont elle rêve. Je crois que cette peur ne m’a jamais quitté et ne me quittera jamais. Quoiqu’il puisse arriver entre nous. Elle me présente celui qu’elle considère comme son ami et je lui serre la main. Pure politesse. Rapidement je retourne à mon travail. Je n’allais pas m’arrêter pour discuter avec eux. Je meurs d’envie de passer un moment avec Shanae, pour que l’on parle de ce qui a bien pu se passer entre nous il y a deux semaines, mais je ne ferais pas ça devant son ami. Aussi cher lui soit-il ! Il est vingt-deux heures lorsque je décide de fermer le bar. Je pourrais rester ouvert plus longtemps, c’est les vacances et les jeunes du coin pourrait débarquer à tout moment, mais je n’ai plus du tout envie de bosser. J’ai envie de rentrer chez moi, d’aller embrasser ma fille avant de me fondre sous la couette pour ne plus en ressortir pendant des heures. C’est un très bon programme cela. Sauf que Celio en a décider autrement pour moi. Elle attrape l’ami de Shanae par le bras et l’entraîne vers l’extérieur. D’un seul coup, il ne reste plus que nous dans la salle. Je demande à la jeune femme de quitter les lieux à son tour. Je sais que je suis dur, mais je veux juste me retrouver seul. Peut être même me bourrer la gueule, mais surtout je veux être seul ! Je crois que je m’attendais à tout, sauf à la réaction de Shanae…

« Pourquoi tu me parles comme si j’étais une simple cliente, voire une vulgaire inconnue ? C’est quoi ton problème à la fin ? Je suis revenue pour toi, je fais tout ce qui est en mon possible pour te faire plaisir, pour essayer de recoller les morceaux, je te laisse du temps parce que je sais que tu en as besoin, et là je fais l’effort de me pointer dans ton bar avec celui que je considère comme mon meilleur ami, et t’aurais été prêt à lui broyer la main en lui serrant ? Je ne comprends pas… Je ne sais pas c’qu’il faut qu’je fasse. Tu préfères que je m’en aille pour de bon et que je ne revienne jamais ? Dis-moi Isaac ! Dis moi c’que tu attends de moi, je ne peux pas le deviner toute seule, j’ai beau te connaître par cœur, je ne peux pas deviner ce qui se passe à l’intérieur de toi. Tu sais… tu sais que j’ferai n’importe quoi pour que tu me pardonnes et qu’on arrête de se battre comme des adolescents. On est des adultes maintenant ! Ca allait y’a 5 ans quand on se chamaillait pour des conneries, on a grandit. Alors je t’en supplie ne me parle pas comme si on ne se connaissait pas. » J’aurais peut être dû lui broyé la main à cet abrutit. Je suis sous le choc. Je ne sais même pas comment réagir. Je crois bien que c’est la première fois qu’elle me parle de cette manière. Au moins elle est plus franche que jamais. Nerveux, je passe une main sur ma nuque. Qu’est-ce que je peux bien lui dire ? Je ne suis pas du genre a étaler mes sentiments, loin de là et ça elle le sait parfaitement. Pourtant elle a raison, il faut que l’on cesse d’agir comme des adolescents, on a passé l’âge et surtout il faut que l’on arrête de perdre notre temps. Je me sens plus nerveux que jamais. J’en ai les mains qui tremblent. Je tente de ne rien montrer, mais cela deviens plus en plus dur. Je cherche mes mots, mais ne trouve rien. Aller Isaac ce n’est pas bien dur, tu connais déjà la réponse.

J’allais ouvrir la bouche lorsque Shanae me devança de nouveau. « C’est toi qui m’a demandé de venir Isaac. Tu m’as dit que ça te ferait plaisir. Alors oui, je ne suis pas venue seule, parce que j’avais peur, tout simplement, avec ce qui s’est passé la dernière fois. Peur de moi, peur de toi, peur de refaire à nouveau des bêtises. Et c’est Nathan qui m’a poussée à venir ici, pour qu’on se voie, qu’on se parle. J’le bassine avec toi depuis que j’le connais, il connaît notre histoire sur le bout des doigts tellement je lui en ai raconté les détails, il a l’impression de connaître Théa depuis toujours tellement je lui parle d’elle à longueur de journée, et je pense qu’il en a marre de me voir malheureuse à ne pas réussir à t’appeler, à t’écrire, ou à venir te voir… » Je me retiens de la contredire et finalement d’hurler. Elle est venue me dresser le portrait de son ami si parfait et cela m’énerve. Oui je suis jaloux, je crois que ça ne sert à rien de le cacher plus longtemps. Je suis maladivement jaloux de cet homme, parce que lui il a eu la femme de ma vie avec lui quand moi je me suis retrouver plus seul que jamais. Je serre les poings et attrape une bouteille. Il faut que je me serve un verre. C’est débile comme réaction, mais je crois que j’ai besoin de sentir l’alcool pur venir me brûler la trachée. « Tu veux que je sois franc ? D’accord… Oui je suis jaloux. Jaloux de cet homme parce que visiblement c’est à lui que tu t’es confier lorsque rien n’allait dans ta vie. Tu t’es confié à un inconnu alors que t’aurais pu te confier à moi. Tu sais moi, Isaac, l’homme qui t’aimait plus que tout. J’aurais pu te soutenir moi aussi, peut être pas à la perfection, enfin j’en sais rien, mais tu sais parfaitement que j’aurais tout fait pour toi. Je t’ai jamais rien caché, je pensais que tu ferais pareil… » Oui je continue avec mes reproches, mais je n’ai vraiment pas aimé apprendre que cet homme avait pu être là pour elle. Elle aurait dû être soutenu par sa famille et non pas par un mec qu’elle a connue dans un hôpital froid et lugubre.

Mais il est clair que ce n’est pas cela qui me retient, qui m’empêche de m’accrocher de nouveau à elle. Je m’interdis de la laisser entrer dans ma vie et ce n’est pas pour rien. « Pour le reste… J’ai mes raisons aussi Shanae. Je crève d’envie de t’avoir avec moi de nouveau. Ce baiser qu’on a échangé m’empêche de dormir depuis quinze jours, je n’arrête pas de penser à toi ça commence à me rendre dingue. Mais je ne peux pas te laisser revenir. Parce que… J’ai trop peur. J’ai peur que tu reviennes, qu’on soit de nouveau heureux et que tu repartes sans prévenir. Je ne pourrais pas l’accepter, pas une deuxième fois, je pourrais ne pas m’en relever. Et je n’accepterais pas que Théa s’attache à toi et qu’elle te voit partir. Je sais qu’elle est encore petite, mais c’est pas la question. Puis y a ton cancer aussi… Qui me dit que tu n’es pas revenue parce que tu te sais condamnée et que tu veux absolument que je te pardonne avant de mourir ? Ca aussi tu vois je veux pas l’accepter. Que tu puisses mourir. Je crois que je préférais encore te voir ailleurs que de devoir vivre ça. Enfin j’en sais rien. Je sais plus rien et c’est en train de me tuer. J’arrive pas à faire un choix ! A savoir ce qui est mieux ou pas. » Je crois qu’il faut que je m’assois. Je prends appui sur le bar et soupire longuement. Dans le fond, ça fait du bien de faire sortir tout ça. Au moins, maintenant, elle sait. Elle peut voir à quel point c’est le bordel dans ma tête et dans mon cœur. J’ai encore les mains qui tremblent. « Donne-moi encore un peu de temps. Je te promets que j’arrêterais de jouer au con. Juste un peu de temps… Que tu me raconte tout ce que j’ai pu manquer, qu’on se parle un peu comme avant. Que j’ai de nouveau confiance en toi. » Je t’en supplie Shanae accepte, ne me tourne pas le dos…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mer 17 Juil - 9:15







Seriously are you jealous ?



Plus je lui parle, et plus je le sens se décomposer. Ce n’est pas spécialement ce que je voulais, mais j’ai besoin de lui parler, d’arrêter de faire semblant, de faire genre que tout va bien alors que ce n’est pas le cas… J’ai besoin qu’il sache ce que je ressens, et qu’il arrête d’être jaloux de Nathan alors qu’il n’est qu’un ami. Mais ce n’est que lorsqu’il prend la parole à son tour que je comprends mieux pourquoi cette jalousie. « Tu veux que je sois franc ? D’accord… Oui je suis jaloux. Jaloux de cet homme parce que visiblement c’est à lui que tu t’es confier lorsque rien n’allait dans ta vie. Tu t’es confié à un inconnu alors que t’aurais pu te confier à moi. Tu sais moi, Isaac, l’homme qui t’aimait plus que tout. J’aurais pu te soutenir moi aussi, peut être pas à la perfection, enfin j’en sais rien, mais tu sais parfaitement que j’aurais tout fait pour toi. Je t’ai jamais rien caché, je pensais que tu ferais pareil… » Je n’attends pas qu’il continue pour me défendre et lui dire une nouvelle fois pourquoi je suis partie. «Mais Isaac je SAIS ! Je sais que tu aurais pu me soutenir le problème n’est pas la ! Mon médecin m’a dit que j’allais peut être mourir ! J’ai paniqué et j’ai préféré partir plutôt que tu me vois mourir ! C’est peut être un choix que tu ne comprends pas et que tu ne comprendras jamais, mais c’est fini, on peut plus rien changer maintenant ! Je suis partie pendant 6 mois, mais maintenant je suis là !».

Il ne réagit pas, du moins pour l’instant. Il prend un deuxième verre qu’il boit cul sec. Je le regarde faire, silencieuse. J’ai besoin de savoir ce qu’il attend de moi. « Pour le reste… J’ai mes raisons aussi Shanae. Je crève d’envie de t’avoir avec moi de nouveau. Ce baiser qu’on a échangé m’empêche de dormir depuis quinze jours, je n’arrête pas de penser à toi ça commence à me rendre dingue. Mais je ne peux pas te laisser revenir. Parce que… J’ai trop peur. J’ai peur que tu reviennes, qu’on soit de nouveau heureux et que tu repartes sans prévenir. Je ne pourrais pas l’accepter, pas une deuxième fois, je pourrais ne pas m’en relever. Et je n’accepterais pas que Théa s’attache à toi et qu’elle te voit partir. Je sais qu’elle est encore petite, mais c’est pas la question. Puis y a ton cancer aussi… Qui me dit que tu n’es pas revenue parce que tu te sais condamnée et que tu veux absolument que je te pardonne avant de mourir ? Ca aussi tu vois je veux pas l’accepter. Que tu puisses mourir. Je crois que je préférais encore te voir ailleurs que de devoir vivre ça. Enfin j’en sais rien. Je sais plus rien et c’est en train de me tuer. J’arrive pas à faire un choix ! A savoir ce qui est mieux ou pas. ». Toutes ses paroles me blessent, même si je sais tout ce qu’il me dit. Mais il a réussi a ouvrir son cœur et c’est déjà un point de gagné. Il a l’air affaibli par ses révélations. Mais je ne peux pas partir sans lui dire moi aussi ce que je ressens, et répondre à quelques une de ses interrogations. Je passe mes mains sur mon visage, je ne suis pas sûre d’arriver à trouver les bons mots, mais je ne peux pas rester là à rien dire. «Je comprends… je comprends que tu aies peur que je m’en aille à nouveau mais… je suis revenue Isaac, j’ai aucune raison de vouloir repartir, je suis revenue pour toi, pour Théa. Je serai pas revenue si je ne vous aimais pas démesurément. Et tu vois, tu dis toi-même que tu ne supporterais pas de me voir mourir. C’est pour ça que je suis partie. Parce que je voulais pas te faire vivre une chose aussi atroce. Et je ne serai pas revenue si ça n’allait pas mieux. Je vais mieux. On n’est jamais sûrs de rien avec ce genre de maladie mais mon médecin m’a dit que pour l’instant, je n’ai plus rien. J’peux rien te promettre, si ce n’est que je ne m’en irai pas, à moins que tu me le demande. En 6 mois j’ai eu le temps de me rendre compte que j’avais fait le mauvais choix, mais il était trop tard pour faire machine arrière, alors je me suis battue seule, même si j’aurai préféré que tu sois là. Maintenant je suis là, JE SUIS LA ! » Je m’approche de lui et pose ma main sur la sienne. Je ne lâche pas son regard, j’ai besoin qu’il sache qu’il peut compter sur moi, même si ça va mettre du temps à ce qu’il me refasse confiance. «On fait tous des erreurs, mais on est des êtres humains, on n’est pas parfaits, on a le droit à l’erreur, je suis pas un super héro, je sais que je t’ai fait du mal, je m’en suis fait à moi aussi, mains maintenant tout ça c’est fini… et je referai pas ma vie sans toi… »

Isaac, qui avait la tête baissée, relève les yeux vers moi, et dans un dernier effort, me demande une faveur. « Donne-moi encore un peu de temps. Je te promets que j’arrêterais de jouer au con. Juste un peu de temps… Que tu me raconte tout ce que j’ai pu manquer, qu’on se parle un peu comme avant. Que j’ai de nouveau confiance en toi. ». Je me pince la lèvre, et même si ça me fait mal, ça me fait aussi du bien parce qu’il me laisse un peu d’espoir. Je hoche la tête doucement avant de caresser sa main de mon pouce, puis de la retirer. «Le temps qu’il te faudra. Je ne suis là que pour toi, la seule chose dont j’ai envie c’est qu’on arrive à retrouver un nouveau souffle, ensemble. Et si pour ça je dois te laisser des semaines, des mois, des années, peu importe… de toute manière je sais que tu es… » J’hésite un instant, nos regards se fondent, ma respiration s’accélère, j’hésite encore, avant de finir par baisser les yeux et lâcher timidement, tout bas : «L’homme de ma vie. ». Je reste les yeux baissés quelques secondes avant de pouvoir de nouveau le regarder dans les yeux.  «Je pense que je vais y aller… enfin, à moins que tu veuilles que je reste ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mer 17 Juil - 19:19





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Je savais que je n’allais pas aimer cette conversation. Je l’ai senti dès le début. Mais Shanae a voulu qu’on ce lance là-dedans et dans le fond je pense que c’était nécessaire. Depuis ce baiser, il est clair qu’il y a un véritable malaise entre nous. Tellement que je n’avais même pas osé l’appeler. J’y ai pensé pourtant et plus d’une fois, mais je n’ai jamais eu le courage de prendre mon téléphone pour l’affronter. Je m’en voulais dans le fond, parce que je ne veux surtout pas qu’elle croit que je la prive de sa fille. Mais je n’ai pas encore assez confiance en elle pour lui confier Théa sans que je ne sois là. Je ne devrais pas, je devrais lui faire confiance, après tout c’est sa fille. Je crois aussi que c’est plus fort que moi. Je surprotège notre bébé et j’estime qu’elle ne peut pas m’en vouloir pareil. Telle sa volonté, je lui parle franchement de ce que je ressens et plus particulièrement par rapport à son nouvel ami. Je crois que cela ne sert plus à rien de cacher ma jalousie, de toute manière elle l’as déjà deviner. « Mais Isaac je SAIS ! Je sais que tu aurais pu me soutenir le problème n’est pas la ! Mon médecin m’a dit que j’allais peut être mourir ! J’ai paniqué et j’ai préféré partir plutôt que tu me vois mourir ! C’est peut être un choix que tu ne comprends pas et que tu ne comprendras jamais, mais c’est fini, on peut plus rien changer maintenant ! Je suis partie pendant 6 mois, mais maintenant je suis là ! » Oui elle est là, mais… Mais quoi Isaac. Elle est là, elle est devant toi. Saisi ta chance mon vieux. Agis comme un homme. J’ai envie de me secouer. Je suis tellement partagé que je ne sais même plus comment agir. Tellement que je me serre un verre. Comme si cela allais sérieusement m’aider. Ca me distrait oui, mais ça ne m’aide absolument pas.

Je finis par prendre mon courage à deux mains et par lui dire tout ce que j’ai sur le cœur. Ce n’est pas quelque chose de facile. Je fais rarement ce genre de chose, mais lorsque je le fais, je ne m’arrête pas. Elle veut savoir, elle va tout savoir. Je me laisse aller et me retrouve tout tremblant d’un seul coup. La vérité est que je ne sais absolument où j’en suis et que je déteste cette sensation. Je voudrais tellement pouvoir lui donner une réponse claire et précise. Lui dire que je voudrais qu’elle parte ou que je voudrais de nouveau l’avoir dans ma vie. Sauf que pour le moment je suis incapable de faire un tel choix et je ne supporte pas cela. On dirait un homme faible… L’espace d’un instant, j’ai l’impression qu’elle va s’en aller sans rien me dire. « Je comprends… Je comprends que tu aies peur que je m’en aille à nouveau mais… Je suis revenue Isaac, j’ai aucune raison de vouloir repartir, je suis revenue pour toi, pour Théa. Je ne serai pas revenue si je ne vous aimais pas démesurément. Et tu vois, tu dis toi-même que tu ne supporterais pas de me voir mourir. C’est pour ça que je suis partie. Parce que je ne voulais pas te faire vivre une chose aussi atroce. Et je ne serai pas revenue si ça n’allait pas mieux. Je vais mieux. On n’est jamais sûrs de rien avec ce genre de maladie mais mon médecin m’a dit que pour l’instant, je n’ai plus rien. Je ne peux rien te promettre, si ce n’est que je ne m’en irai pas, à moins que tu me le demande. En 6 mois j’ai eu le temps de me rendre compte que j’avais fait le mauvais choix, mais il était trop tard pour faire machine arrière, alors je me suis battue seule, même si j’aurai préféré que tu sois là. Maintenant je suis là, JE SUIS LA ! On fait tous des erreurs, mais on est des êtres humains, on n’est pas parfaits, on a le droit à l’erreur, je ne suis pas un super héro, je sais que je t’ai fait du mal, je m’en suis fait à moi aussi, mains maintenant tout ça c’est fini… et je ne referai pas ma vie sans toi… » Sa main posée sur la mienne, je ne sais même pas quoi dire. Elle a entièrement raison et d’un seul coup, j’ai l’impression d’être un gamin qui fait un caprice à sa mère. Honteux, je baisse la tête sur nos mains entrelacé. Tout nous rapproche. Je sais que je ne pourrais pas l’éviter pendant des mois. J’ai envie d’elle à mes côtés. Il faut que j’arrête de me voiler la face, mais c’est bien plus difficile à dire qu’à faire.

Une dernière fois, je lui demande de me laisser du temps. Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est moi qui lui demande une dernière chance. Une dernière occasion de pouvoir me racheter et de pouvoir faire les choses correctement avec elle. Je vois à quel point elle est surprise, mais j’espère qu’elle va m’accepter cela. « Le temps qu’il te faudra. Je ne suis là que pour toi, la seule chose dont j’ai envie c’est qu’on arrive à retrouver un nouveau souffle, ensemble. Et si pour ça je dois te laisser des semaines, des mois, des années, peu importe… De toute manière je sais que tu es… L’homme de ma vie. » C’est à mon tour d’être surpris. Je ne m’attendais pas à une telle déclaration de sa part après le mot dur que nous venons d’échanger. Ces mots me vont droit au cœur, mais encore une fois, je suis incapable de dire quoique ce soit. Je baisse les yeux et contemple le comptoir de mon bar. Je suis perdu dans mes pensées et je l’entends à peine me dire qu’elle va désormais partir. Heureusement je relève la tête avant qu’elle n’est le temps de poser sa main sur la poignée de la porte. « Shanae attends ! » Je me dépêche de contourner le bar pour la rattraper. Je pose ma main sur son bras et plonge mon regard dans le sien. Je suis encore assez retourné de la conversation que l’on vient d’avoir et ne trouve pas mes mots… Je me contente alors de la prendre dans mes bras. Pas de baisers, ni rien. Juste deux personnes qui s’enlacent. Je pose ma main sur sa nuque et m’enivre de son parfum. Je ne veux plus la lâcher…

« Tu dois me prendre pour un abrutit… Je sais tellement pas ce que je veux… » dis-je doucement tout en me reculant quelque peu pour plonger mon regard dans le sien. « Si on recommençais à zéro ? Bon d’accord on oublie pas Théa, mais on oublie le reste ? Promis je redeviendrais pas cet adolescent un peu bizarre que t’as connu, non plus. Juste… Un rendez-vous, une après-midi avec la petite, des trucs comme ça tu vois. Je veux faire ça bien, je veux plus faire d’erreurs. » Un renouveau, cela pourrait vraiment nous faire du bien. Cela me permettrait de réellement me remettre les idées en place et surtout de refaire confiance à Shanae. J’aimerais retomber amoureux d’elle. Comme au premier jour quand je l’ai vu devant ses livres avec ses petites lunettes. Je me moquais d’elle, mais à l’époque j’étais déjà amoureux et je le suis toujours que je veuille me l’avouer ou non. « Je peux pas te rayé de ma vie comme ça, malgré tout. Tu m’as offert le plus beau cadeau qui puisse exister et rien que pour ça je pourrais jamais te détester. Je veux toujours qu’on forme une famille tous les trois. Je veux voir Théa t’appeler maman et tout le reste. Je me dis que si on prend notre temps, j’arriverais peut être à te pardonner… » Je reste silencieux un instant et finis par relever la tête vers elle. « Il était vraiment attentionné avec toi ce… Nathan ? » Oui je n’arrive pas à l’oublier lui aussi, mais je fais des efforts.

Je l’attrape par la main et l’entraîne de nouveau vers le bar. J’éteins les grosses lumières pour ne laisser que quelques éclairages qui renvoi une ambiance tamisée. Je baisse un peu la musique et retourne derrière mon bar. « Je t’avais dit que j’avais des trucs à te faire goûter. » dis-je tout en commençant à fouiller dans mes bouteilles pour trouver celle que je cherchais. Je sors un verre propre et mon shaker. « Je dormais pas cette nuit et j’ai eu une idée… Oui je pense à de l’alcool quand j’ai des insomnies. » J’essaye de détendre l’atmosphère du mieux que je peux. C’est un peu flagrant, même beaucoup, mais je fais de mon mieux. Il ne faut plus que l’on se dispute. J’ai l’impression que l’on arrête pas de faire cela en ce moment et il faut que ça change. Je m’active un peu et mélange l’alcool avec un jus de fruit avant de verser le tout dans un verre que je finis par pousser vers Shanae. « Oh il faut que je te montre quelque chose aussi. » J’ouvre mon tiroir caisse et sors mon téléphone. Je fouille un peu dedans et affiche une photo sur l’écran avant de le tourner vers la jeune femme. « Ta fille à essayer de manger comme une grande hier à midi. Je te laisse constater le carnage. » Théa a encore du mal à tenir sa cuillère, mais hier elle m’a fait un vrai caprice alors je l’ai laissé se débrouiller. Le résultat était un peu catastrophique, il y en avait plus sur son visage que dans sa bouche. Je sais que je change littéralement de comportement, mais je veux juste tenter de me rattraper et passer une bonne soirée avec elle. Jusqu’au bout cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Jeu 25 Juil - 18:01







Seriously are you jealous ?



Je lui laisse le temps qu'il veut, le temps qu'il a besoin, j'ai simplement besoin qu'il sache que je ferai n'importe quoi pour lui, pour notre famille. J'ai besoin de le retrouver, et qu'on arrête de se chamailler comme des enfants. Nous avons une fille, et nous nous devons de l'élever dans l'amour et l'attention dont elle a besoin. Cela commence par avoir un père et une mère qui n'ont pas sans cesse envie de se tuer. C'est la moindre des choses. Je sais que j'ai fait du ma à Isaac, je sais qu'il m'en veut et il a raison de m'en vouloir, mais j'aimerai simplement qu'il me pardonne. Je ne l'ai pas trompé, je lui ai juste caché la vérité, aussi difficile était-ce pour moi.

Voilà, il sait que je l'attendrai infiniment. Je n'ai que lui, je ne veux que lui. Comment lui dire autrement que par le fait qu'il est l'homme de ma vie. J'attends quelques secondes, voir s'il n'ajoute rien, et fais finalement demi tour pour me diriger vers la porte du bar. Sa voix me fait m'arrêter net. « Shanae attends ! ». Je ferme les yeux une seconde, j'ai l'impression de rêver, que je vais me réveiller et que non, il ne m'aura pas retenue, mais lorsque je sens sa main se poser sur mon bras, je prends une inspiration presque vitale, comme si je m'étais arrêtée de respirer le temps qu'il arrive jusqu'à moi. Il m'entoure de ses bras dans une étreinte assez inatendue. Je ne me fais pas prier et entoure à mon tour sa taille de mes bras, posant mes mains dans son dos. Je pose ma têt sur son épaule et ferme les yeux. Je ne veux rien de plus à cet instant précis. Je ne pense à rien d'autre, savourant simplement l'instant présent, et ce geste qu'il est en train de m'offrir. Je prends soin de n'en louper aucune miette, son parfum, la texture de son t-shirt, la dûreté des muscles saillants de son dos. J'ai envie de le serrer plus fort encore mais je me retiens.

Sa voix vient me réveiller d'un doux songe et j'ouvre de nouveau les yeux, sans pour autant me séparer de lui. « Tu dois me prendre pour un abrutit… Je sais tellement pas ce que je veux… ». Il se recule alors pour me regarder. Un minuscule sourire en coin me trahit. Effectivement il ne sait pas ce qu'il veut, mais je comprends. Il se recule un peu plus et nos mains glissent le long de nos bras pour se retrouver les unes dans les autres. Les yeux dans les yeux il m'avoue : « Si on recommençais à zéro ? Bon d’accord on oublie pas Théa, mais on oublie le reste ? Promis je redeviendrais pas cet adolescent un peu bizarre que t’as connu, non plus. Juste… Un rendez-vous, une après-midi avec la petite, des trucs comme ça tu vois. Je veux faire ça bien, je veux plus faire d’erreurs. ». J'ai du mal à parler, je sens une boule naître au fond de ma gorge. Depuis combien de temps j'attends cet instant ? Je me contente d'hocher la tête vaillamment, alors qu'il reprend : « Je peux pas te rayé de ma vie comme ça, malgré tout. Tu m’as offert le plus beau cadeau qui puisse exister et rien que pour ça je pourrais jamais te détester. Je veux toujours qu’on forme une famille tous les trois. Je veux voir Théa t’appeler maman et tout le reste. Je me dis que si on prend notre temps, j’arriverais peut être à te pardonner… ». Les larmes me montent au bord des yeux, je nous imagine déjà tous les trois dans le salon, entendre Théa prononcer ses premiers mots, faire ses premiers pas. J'aurai tellement regretté de ne pas pouvoir vivre ces instants précieux avec Isaac, et je suis rassurée qu'il le veuille tout autant que moi. Je reste silencieuse mais mes yeux trahissent le bonheur qui m'envahit. Isaac brise de nouveau le silence, mais cette fois, sa question me fait plutôt sourire : « Il était vraiment attentionné avec toi ce… Nathan ? ». Je secoue la tête d'un air amusé par sa jalousie. «Nathan travaille à l'hôpital de Town Square. « On a dû se voir en tout et pour tout 2h avant que je m'envole pour Atlanta où j'ai eu mon traitement. On s'est appelé quelques fois, souvent, pour qu'il m'explique quelques trucs que je ne comprenais pas vis à vis de ma maladie, mais c'est juste un ami. Un bon ami. Rien de plus.». Mon regard est tendre, doux, amoureux. Personne n'aurai pu se tromper sur les sentiments que j'éprouve pour Isaac, rien qu'en me regardant.

Il me tire par la main et m'emmène vers le bar. Je le suis sans broncher et m'assieds là où il me dit, en face de lui. « Je t’avais dit que j’avais des trucs à te faire goûter. Je dormais pas cette nuit et j’ai eu une idée… Oui je pense à de l’alcool quand j’ai des insomnies. ». Je lâche un rire amusé. S'il voulait détendre l'atmosphère, c'est réussi. Je quitte mes talons haut et m'installe en tailleur sur le tabouret de bar, comme j'ai toujours eu l'habitude de faire, en le regardant travailler. Il est toujours aussi habile de ses mains. Il finit le cocktail et le pousse vers moi. Je vais éviter de trop boire pour ne pas faire la même bêtise que la dernière fois. «Je sais pas si c'est bon, mais ça a le mérite d'être beau !». Je porte le cocktail à mes lèvres et plaque ma langue contre mon palet plusieurs fois pour en apprécier toutes les saveurs. «J'adore ! Mais pas autant que le mien !». Je lui offre un sourire complice avant qu'il ne change une nouvelle fois de sujet. « Oh il faut que je te montre quelque chose aussi. Ta fille à essayé de manger comme une grande hier à midi. Je te laisse constater le carnage. ». Je prends son téléphone dans mes mains et éclate littéralement de rire. Sur la photo Théa en a partout sur le visage, une couleur un peu orangée, j'ai du mal à m'arrêter, en plus elle est trop belle, on dirait qu'elle a l'air de dire "quoi ? pourquoi tu me regardes comme ça ?". «Elle est trop belle !». Je me calme doucement mais garde le téléphone d'Isaac pour continuer de regarder ma fille. Je repose mes yeux sur Isaac et lui dit «Je trouve qu'elle te ressemble de plus en plus en grandissant... elle est magnifique...». Sous entendu que je le trouvais toujours aussi beau. Evidemment puisque C'EST le plus beau !

Je lui rends son téléphone et après avoir bu une autre gorgée de son cocktail, je pose ma tête légèrement sur ma main, coude posé sur le bar, et je regarde Isaac, avant de lui poser une question. «C'était qui cette jolie brune tout à l'heure au bar ? Vous êtes proches tous les deux ?». Jalouse moi ? Mais pas du tout ! Je me renseigne c'est tout !! Je rougis un peu quand il me regarde à son tour avec un sourire en coin. Je crois que je suis grillée !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Ven 26 Juil - 1:38





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Au début, je voulais juste la laisser partir. Je voulais me retrouver seul dans mon bar pour noyer ma peine dans un verre d’alcool. Oui c’était mon but lorsqu’elle m’a finit par me dire qu’elle me laisserait tout le temps dont j’aurais besoin. Mais là elle a commencé à me tourner le dos et j’ai abandonné toutes mes réticences. Une nouvelle fois, je ne peux pas la laisser partir comme cela. Pas aussi facilement et pas sur une telle colère, cela pourrait être mauvais pour la suite des évènements. Pour l’évolution de notre relation. Alors sans réfléchir je me lance à sa poursuite. Je la rattrape avant qu’elle ne franchisse le pas de la porte et sans rien dire de plus que son prénom, je finis par la prendre dans mes bras. Aussi simplement que cela. Je sens ses mains glissées dans le creux de mes reins et sa tête se poser sur mon épaule. Je la serre un peu plus contre moi. Ma main vient se perdre sur sa nuque et je pose ma joue sur le haut de son crâne. Je voudrais rester dans cette position pendant des heures. Je m’enivre de son parfum et au fond de moi j’espère qu’elle ne m’en veut pas trop. C’est ma manière à moi de m’excuser, mais je finis tout de même pas reprendre la parole. Une nouvelle fois, je tente de m’excuser. Je lui fais comprendre ce que j’aimerais faire. Que je voudrais que l’on reprenne sur de bonnes bases et que l’on fasse les choses biens. Je veux reprendre petit à petit pour tenter de retrouver notre relation comme elle l’était avant qu’elle ne s’en aille. On oublie tout nos problèmes, on conserve juste les bons souvenirs et les moments partager avec Théa. C’est tout. Shanae semble d’accord avec cette idée même si elle ne dit absolument rien. Je vois ses yeux se mettre à briller et cela me fait doucement sourire. Malgré tout, il y a une question qui me trotte en tête depuis quelques minutes et je n’hésite pas à la poser. Je veux juste savoir qui était cet homme pour elle. La réponse ne tarde pas à arriver. « Nathan travaille à l'hôpital de Town Square. On a dû se voir en tout et pour tout 2h avant que je m'envole pour Atlanta où j'ai eu mon traitement. On s'est appelé quelques fois, souvent, pour qu'il m'explique quelques trucs que je ne comprenais pas vis à vis de ma maladie, mais c'est juste un ami. Un bon ami. Rien de plus. » Alors c’est là-bas qu’elle avait disparue pendant six mois. « Pourquoi aussi loin ? » Je vois son regard se perdre dans le mien et je baisse un peu les yeux. « D’accord j’arrête avec mes questions. C’est ton ami et je respecte. Je n’aurais pas dû m’emporter comme ça. »

Je serre un peu sa main dans la mienne et finis par l’entraîner vers le bar. Il faut que l’on arrête de se prendre la tête et que l’on commence à mettre en place ce que je viens de lui proposer. Bizarrement je me sens moins tendu et énerver que tout à l’heure. J’ai compris pourquoi elle était aussi proche de cet homme et je ne dois pas en faire toute une histoire. Je lui fais comprendre que j’ai, une nouvelle fois, un cocktail à lui faire goûter et je la vois prendre place comme auparavant. Elle quitte ses talons et s’assois en tailleur sur son tabouret. Je la vois encore batailler pour faire cela lorsque son ventre à commencer à s’arrondir au début de sa grossesse. J’en riais mais elle me faisait rapidement comprendre que ce n’était absolument pas drôle. Aujourd’hui il ne lui faut pas deux minutes pour s’installer et me sourire. Avec une certaine habilité, je finis par lui préparer ce fameux cocktail avant de pousser le verre vers elle. « Je sais pas si c'est bon, mais ça a le mérite d'être beau ! » Je lui offre un petit sourire timide et joue nerveusement avec mon torchon. Je ne sais pas pourquoi je me sens toujours aussi nerveux avec elle, mais j’essaye d’oublier cela. Elle goûte et le verdict tombe. « J'adore ! Mais pas autant que le mien ! » Je me sens presque soulagé. « C’est normal. Le tien je l’avais fait uniquement pour toi. » J’avais passé des heures à observer ses différents goûts pour être sûr de ne pas me montrer. J’avais fait de milliers de mélange et avais recraché une bonne quantité de liquide avant de trouver la composition parfaite. A l’époque, cela avait été mon truc pour lui prouver que je tenais vraiment à elle. Cela avait fonctionné quand même.

Je finis par changer de sujet, encore une fois, et présente une photo de notre fille à Shanae. Hier à midi, Théa a commencé à me faire un caprice durant le repas. Je l’ai laissé se débrouiller comme une grande étant donner que ça semblait la calmer un peu. Tout ce qu’elle voulait c’est tenter de se débrouiller avec sa cuillère. Le résultat me fait encore rire. Elle a réussi à se mettre la moitié de son repas sur le visage et quand j’ai voulu lui enlever tout ce qu’elle avait pu s’étaler sur les joues elle c’est remis à pleurer. Au final, on avait terminé dans le bain tous les deux et elle c’était endormie en moins de deux après cela. Shanae explose de rire en voyant la photo et un nouveau sourire se dessine sur mes lèvres. « Elle est trop belle ! » Elle rigole de nouveau et un instant je la regarde sans rien dire. Mon dieu, son rire m’avait sincèrement manqué. J’ai l’impression que cela fait des années que je ne l’avais pas entendu. « La purée de carotte lui va bien au teint, elle ne voulait pas me rendre sa cuillère après. J’ai du batailler pour qu’elle ne repeigne pas complètement la cuisine. » Je rigole à nouveau en pensant à tout cela et jette un œil à la photo que la jeune maman ne lâche pas des yeux. « Je trouve qu'elle te ressemble de plus en plus en grandissant... Elle est magnifique... » Je me sens toucher parce qu’elle vient de me dire, mais je ne suis pas réellement d’accord avec elle. « Tu rigole ? Je trouve que c’est à toi qu’elle ressemble le plus. Dès que je la regarde, je pense à toi. Oui elle a mes yeux bleus mais quand elle se met à sourire c’est tout toi. » Je ne vais pas le cacher je suis assez heureux de voir que Théa a eu mes yeux. C’est bien la seule chose que j’ai toujours aimé chez moi alors bon… Ma fille sera à craquer lorsqu’elle sera plus grande. « En tout cas, on est pas dans la merde pour les prochaines années… Je suis sûr qu’un millions de garçon vont lui courir après. J’aime déjà pas ça. » Papa poule moi ? Jamais. J’attacherais juste Théa à son lit quand elle aura seize ans. Ou dix-huit plutôt.

« C'était qui cette jolie brune tout à l'heure au bar ? Vous êtes proches tous les deux ? » Oh. La question qui fâche. A croire que je ne suis pas le seul à être jaloux finalement. Je lui offre un petit sourire en coin et la vois rougir en baissant les yeux. Visiblement je vise juste. Pourtant ce n’est pas ce qui va m’empêcher de lui répondre. « Celio ? Non. Non. Cette fille passe beaucoup de temps ici et j’ai finis par sympathiser avec elle. Elle a pas de famille et fait juste attention aux gens qui l’entourent. J’aime bien discuter avec elle, mais ça ne va pas plus loin. Et puis je crois qu’elle est mariée… A son meilleur ami mais ça doit compter quand même. Enfin j’en sais rien. Mais y a pas de quoi être jalouse. » Bon. J’aurais peut être dû m’abstenir sur la dernière phrase, mais ce n’est absolument pas méchant. J’ai juste voulu la rassurer dans le fond, pour être sûr qu’elle ne se fasse pas d’idée. Ce serait tout gâcher que de commencer comme cela. « Je plaisantais pas quand je t’ai dis qu’il n’y avait eu personne. Tu me manquais tous les jours, j’ai même pas eu envie d’aller voir ailleurs. Et j’en ai toujours pas envie d’ailleurs. » Je ne sais même pas pourquoi j’ai ressenti le besoin de me justifier de cette manière, mais je viens de le faire et je viens de sous-entendre que j’ai toujours envie d’elle. De toute façon c’est la stricte vérité alors pourquoi le cacher ? « Ca ne te dirais pas qu’on aille prendre l’air un peu ? Enfin t’es peut être fatiguée remarque il est déjà tard. Enfin comme tu le sens. J’irais bien marcher un peu. » C’est une chose qu’on faisait souvent lorsque l’on était adolescent. J’allais la chercher chez elle et on faisait le tour de la ville en se tenant la main comme des amoureux éperdue. Ce soir j’aimerais juste aller marcher un peu avec elle. Histoire de me rafraîchir les idées et de passer encore un peu de temps avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Ven 26 Juil - 17:46







Seriously are you jealous ?



Assise en face de lui, dans ma position fétiche, mon cocktail dans la main, je regarder la photo de notre fille sur le téléphone d'Isaac. Je n'arrive pas à détacher mes yeux d'elle. J'avoue au père de ma fille que je trouve qu'elle lui ressemble de plus en plus, mais il n'a pas l'air d'être d'accord.« Tu rigole ? Je trouve que c’est à toi qu’elle ressemble le plus. Dès que je la regarde, je pense à toi. Oui elle a mes yeux bleus mais quand elle se met à sourire c’est tout toi. ». J'essaie de calmer mes joues que je sens rosir. Il ne m'a pas fait de compliments depuis un moment, et même si celui-ci est camouflé, c'en est un, et je le prends avec grand plaisir. Je me contente de lui sourire et il ajoute « En tout cas, on est pas dans la merde pour les prochaines années… Je suis sûr qu’un millions de garçon vont lui courir après. J’aime déjà pas ça. ». Cette fois-ci j'éclate de rire. Je vois qu'il est déjà inquiet à l'idée que sa fille grandisse. Je lui adresse un sourire complice avant de lui dire : «C'est clair qu'elle va faire des ravages, mais je m'en fais pas pour elle, son papa veillera au grain !». Je secoue la tête amusée, avant de dire un peu plus bas «Papa poule va !». Ça le fait sourire lui aussi. Je nous vois déjà tous les trois, quand Théa sera plus grande. Je n'ai pas de mal à nous imaginer tous les trois. Et pourtant pour l'instant, nous ne sommes pas réellement une famille à proprement parler, puisqu'Isaac et moi n'avons pas encore retrouvé notre union si forte.

Cette fois c'est à moi de changer de sujet, je lui demande avec une once de jalousie, qui était cette femme brune tout à l'heure avec lui au bar. Il a l'air un peu gêné mais je connais ce regard, je sais qu'il n'y a rien entre eux. Il me rassure quand même en m'expliquant ce qu'il en est entre eux.« Celio ? Non. Non. Cette fille passe beaucoup de temps ici et j’ai finis par sympathiser avec elle. Elle a pas de famille et fait juste attention aux gens qui l’entourent. J’aime bien discuter avec elle, mais ça ne va pas plus loin. Et puis je crois qu’elle est mariée… A son meilleur ami mais ça doit compter quand même. Enfin j’en sais rien. Mais y a pas de quoi être jalouse. ». Je me pince la lèvre en baissant le regard. Je sais que je n'ai pas de raison, mais c'est plus fort que moi. J'aime tellement cet homme que je n'arrive pas à m'empêcher qu'il pourrait trouver mieux que moi. Il ajoute alors « Je plaisantais pas quand je t’ai dis qu’il n’y avait eu personne. Tu me manquais tous les jours, j’ai même pas eu envie d’aller voir ailleurs. Et j’en ai toujours pas envie d’ailleurs. ». Je rougis une nouvelle fois et n'arrive pas à le regarder, je préfère noyer mes rougeurs dans mon cocktail. Il ne faut pas se leurrer, je suis ravie et rassurée de ce qu'il vient de me dire. Ça me laisse espérer encore et toujours que tout n'est pas fini entre nous. Je sais que ça prendra du temps, et même si je ne suis pas du genre patiente en général, pour lui je le serai.

« Ca ne te dirais pas qu’on aille prendre l’air un peu ? Enfin t’es peut être fatiguée remarque il est déjà tard. Enfin comme tu le sens. J’irais bien marcher un peu. ». Je saute directement sur l'occasion et me redresse d'un coup pour lui répondre à l'affirmative. «Oh oui !». Je me rends compte que j'ai peut être été un peu trop enthousiaste et je me calme un peu. «Enfin j'veux dire, oui, j'ai besoin de prendre l'air, j'ai chaud et puis, j'en ai marre d'être toujours enfermée. En plus c'est la pleine lune !». Je parle trop ? Sans doute ! Mais c'est qu'il me trouble et j'ai du mal à rester de marbre devant lui. Je descends de mon tabouret en finissant mon cocktail (oui, on peut faire les deux en même temps c'est possible !), et je me baisse pour remettre mes talons. Fin prête, je me dirige vers la sortie et l'attends quelques secondes, le temps pour lui de tout éteindre et de me rejoindre. Nous sortons alors et je prends une grande inspiration, les yeux fermés, comme pour respirer l'air extérieur et m'en mettre plein les poumons. Je n'ai pas senti cet air là pendant 6 mois consécutifs, et je peux enfin en profiter à fond.

Je marche un peu près de lui avant de me retourner, marchant en arrière pour être face à lui. «Alors, tu veux aller où ? Tu as une envie particulière ? Ou juste marcher pour marcher ?». Je sens que l'alcool a réchauffé mon corps, mais je ne suis pas ivre, juste suffisamment bien dans mon corps pour ne pas être la jeune femme renfermée que je peux être parfois. Il me regarde avec un petit sourire en coin, ses mains dans ses poches comme souvent. L'air est doux, la lune illumine les rues, je me sens juste parfaitement bien. Je n'aurai pas rêvé mieux pour cette soirée. Il faudra que je remercie Nathan en rentrant. C'est grâce à lui tout ça. Je continue de marcher à l'envers en ne le lâchant pas des yeux, c'est assez étrange cette sensation, comme si on avait besoin tous les deux de ne pas se quitter des yeux. Sauf que mon regard quitte le sien au moment où je trébuche sur un pavé un peu plus haut, et me retrouve les fesses à terre. J'éclate de rire alors qu'Isaac se précipite pour voir si tout va bien. Je hoche la tête. «Oui, j'ai juste plus l'habitude de porter des talons !». Je les enlève et bouge un peu ma cheville que j'ai légèrement tordue dans ma chute, mais rien de grave. Je me relève avec son aide, et je frissonne au contact de ma main dans la sienne.

On reprend notre route, discutant de tout et de rien, juste un moment simple et sans prise de tête. Je suis pieds nus et j'essaie de faire attention où je marche, quand soudain on passe devant un jardin privé. Il a l'air magnifique. Je m'approche de la grille et me retourne vers Isaac, des étoiles plein les yeux. «On y va ?». Oui, je suis du genre rebelle parfois. On l'était tous les deux il y a encore quelques années. J'espère juste qu'il dira oui.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Ven 26 Juil - 21:38





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Un instant, mon regard se perd dans celui de Shanae. Sa remarque sur Théa me fait doucement sourire. Bien sûr que je suis un papa poule, je le suis depuis la naissance de ma princesse et je crois que je le serais toute ma vie. Elle n’aura pas le choix, même quand elle aura trente ans je serais encore derrière pour la protéger. C’est comme ça. « Tu t’es laisser avoir par un type comme moi, alors oui je veillerais au grain. Le type aura le droit à l’interrogatoire et tout le bordel. Comme ta mère m’avait fait d’ailleurs. » Je me souviens de cette période en souriant. A l’époque, mes parents n’existaient déjà plus pour moi, mais chez Shanae la famille est quelque chose de très important. Elle m’avait présenté à sa maman et cette dernière m’avait fait subir un véritable interrogatoire de police pour savoir si j’étais un homme bien pour sa fille. Aujourd’hui j’ai finis par savoir pourquoi elle se méfiait temps. Elle connaissait mon nom de famille et comme mes parents ne sont pas forcément apprécier dans cette ville, cela n’avait pas joué en ma faveur. A l’époque, j’étais encore un peu naïf et j’avais fait venir Shanae à la maison pour lui présenter mes parents. La soirée avait été un véritable échec et aujourd’hui encore je le regrette. Enfin. C’est pas le moment de penser à cela. Je relève la tête vers Shanae et lui offre un petit sourire. « Je suis papa poule et je l’assume. Je suis sûr que tu va finir par être comme moi voir pire ! » Je rigole et finis de ranger mon bar tandis que la jeune femme me questionne à nouveau. Cette fois elle me parle de Siloë. Je suis un peu gêné par sa question, mais très rapidement je lui explique ma relation avec la jeune brunette. J’adore la demoiselle et je ne vais pas le cacher, mais il n’y a rien de plus entre nous. On se parle souvent de nos vies et je surveille ses arrières lorsqu’elle est dans le bar, mais c’est tout. Je fais de mon mieux pour l’expliquer à Shanae et visiblement elle semble comprendre. Finalement, j’insiste un peu sur le fait qu’il n’y a eu personne dans ma vie ces six derniers mois. Il y a eu des occasions ça c’est sûr, mais je n’ai jamais rien tenté. Les autres femmes ne m’intéressent pas. Je sais parfaitement que c’est Shanae que je veux dans ma vie et je ne suis pas prêt à changer d’avis là-dessus.

« Ca ne te dirais pas qu’on aille prendre l’air un peu ? » J’ai besoin de prendre l’air d’un seul coup. La soirée a été plutôt calme, mais assez charger en émotions et j’aimerais aller marcher dans les rues de Town Square en compagnie de la jeune maman. C’est quelque chose que l’on avait l’habitude de faire lorsque nous étions ensemble et je me dis que cela ne pourrait pas nous faire du mal. En marchant on abusera pas de l’alcool et on ne fera pas de bêtises comme cela. « Oh oui ! Enfin j'veux dire, oui, j'ai besoin de prendre l'air, j'ai chaud et puis, j'en ai marre d'être toujours enfermée. En plus c'est la pleine lune ! » Je ne comprends pas trop pourquoi elle me parle de pleine lune, mais je lui souris tendrement. Elle à l’air d’apprécier l’idée en tout cas et dans le fond c’est le plus important. « Je ferme tout et on s’en va. » Je récupère son verre et le met dans le lave-vaisselle. Tant pis je viendrais plutôt demain pour tout ranger correctement. Je préfère profiter de ma soirée avec Shanae. Je vais dans mon bureau pour éteindre toutes les lumières et prendre mes clés. Je récupère mon téléphone sur le comptoir et rejoins Shanae à l’extérieur. Je donne un coup de clé pour fermer la porte et me tourne vers la blondinette. « Alors, tu veux aller où ? Tu as une envie particulière ? Ou juste marcher pour marcher ? » Comme toujours, j’enfonce mes mains dans les poches de mon jean et me rapproche d’elle. « Comme tu veux, je te suis. » Elle à l’air tout enjouée d’un seul coup et cela me fait sourire. Au moins, on a réussi à sauver notre soirée qui avait pourtant si mal commencé. Shanae marche à reculons et je surveille où elle se dirige, je voudrais pas qu’elle se casse la figure. Mon regard est plonger dans le sien et je n’arrive pas à détourner les yeux. Elle me manque cruellement. J’aimerais pouvoir me dire que je vais rentrer avec elle à la maison ce soir. Qu’on ira dans la chambre de Théa sur la pointe des pieds juste pour être sûr qu’elle dort bien et qu’on finira par aller se coucher dans les bras l’un de l’autre. Je suis en train de me faire mal en pensant à tout cela. Mais très rapidement je reviens sur terre lorsque Shanae trébuche et atterris sur les fesses. Je me précipite vers elle. « Ca va ? » Elle éclate de rire alors il semblerait que tout va bien. « Oui, j'ai juste plus l'habitude de porter des talons ! » Je baisse les yeux sur ses chaussures et rigole. Effectivement je ne pense pas que je serais capable de marcher avec ça. « En tout cas marche plus à reculons. » lui dis-je avant de lui tendre la main pour l’aider à se relever.

Nos bras se frôlent, on parle de tout et de rien, on est tranquille, on est heureux. On déambule dans les rues de la ville et très rapidement nous arrivons aux limites de la ville. Cela fait des années que je ne suis pas venu traîner ici. Sagement je suis Shanae qui finit par s’arrêter devant une grille. Je n’aime pas le regard qu’elle me lance. « On y va ? » Qu’est-ce que je disais. C’était inévitable. Je regarde autour de nous, la rue est totalement libre. Après tout, qui ne tente rien à rien. Je me rapproche de la grille et remarque qu’elle est fermée. « Il va falloir escalader. Je te fais la courte échelle ! » La blondinette monte sur la margelle et je l’aide à se hisser par-dessus la barrière. Elle retombe gracieusement de l’autre côté et je lui passe ses chaussures entre les barreaux. C’est désormais à mon tour de faire un peu d’escalade. Je me hisse sur mes bras et enjambe la barrière, j’allais passer ma deuxième jambe du bon côté lorsque je finis par glisser et par tomber lourdement sur l’herbe. « Aïe p*tain. » Je ne me suis pas louper et j’ai mal au dos maintenant. Shanae semble sur le point d’exploser de rire tandis que je me relève du mieux que je peux. « Ah parce que ça te fait rire ?! » Elle rigole franchement et je me mets à rire à mon tour. « Tu va voir si je t’attrape, tu va moins rire. » Et comme deux adolescents de quinze ans on ce met à courir dans le parc. Enfin je lui cours après surtout. On rigole à en perdre haleine et cela me fait un bien fou. Je crois que je ne m’étais pas senti aussi heureux depuis bien longtemps. Elle accélère le pas et on s’enfonce un peu plus dans le jardin privé. Je finis par la rattraper et l’attrape par les hanches.

Dans la précipitation on finit par tomber tout les deux sur l’herbe fraîchement couper. Je me retrouve au-dessus d’elle et me décale rapidement. Pas besoin de faire de bêtises maintenant alors que tout ce passe si bien. Ma tête se retrouve à côté de la sienne et j’observe le ciel. « Ca me rappelle la soirée où je t’ai abordé. Tu regardais les étoiles et je suis venu t’embêter. » Ma main viens frôler la sienne et je tourne un peu la tête vers elle en lui souriant timidement. « Sérieux j’avais sorti le grand jeu pour toi ce soir-là. Bon je m’étais un peu servi de Malèa pour t’attendrir, mais j’ai bien fait dans le fond. » Je rigole nerveusement et repose mon regard sur le ciel étoilé. « Tu devais vraiment me prendre pour un idiot à l’époque. Un idiot nul en math en plus. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Sam 27 Juil - 9:37







Seriously are you jealous ?



J'aime parler de Théa et de son avenir avec Isaac. Ça me fait toujours quelques chose, là, dans ma poitrine, que je ne saurai qualifier. « Tu t’es laisser avoir par un type comme moi, alors oui je veillerais au grain. Le type aura le droit à l’interrogatoire et tout le bordel. Comme ta mère m’avait fait d’ailleurs. ». Je baisse les yeux et souris. C'est vrai qu'à l'époque, ma mère avait voulu savoir si Isaac était bien un mec pour moi, s'il était simplement un mec bien. Avec son nom, c'était difficile pour ma mère de lui faire confiance au premier abord. Mais c'est un mec bien et il n'a pas mis longtemps à se mettre ma mère dans la poche. Maintenant elle l'apprécie beaucoup, et il me semble que c'est réciproque. Ça a été très difficile pour elle de ne pas venir voir Isaac et Théa pendant que j'étais à l'hôpital à Atlanta. Bref, tout ça pour dire qu'il allait être un papa poule et très protecteur, et d'ailleurs il me dit que je serai sûrement pire. Je ne sais pas, mais oui, je serai très protectrice avec elle, c'est certain.

Isaac émet l'idée d'aller nous promener, et je dis oui avec un grand plaisir. Difficile ce cacher mon enthousiaste à ce moment précis. Une fois dehors, je marche face à lui et finis par me casser la figure. Il se précipite vers moi pour me venir en aide, mais heureusement je ne me suis pas fait mal, au contraire je suis morte de rire. J'aime quand il s'inquiète pour moi. Plus le temps passe et plus j'ai l'impression de le retrouver, petit pas par petit pas. Et ça a tendance à me donner des ailes. On reprend notre route alors que je suis pieds nus, et je m'arrête devant un jardin privé, demandant à Isaac s'il veut qu'on y aille. Je ne lui cache pas que j'en ai très envie, mes yeux pétillent, je n'ai qu'une envie, me retrouver seule avec lui, avec un petit goût d'interdit. Je pensais qu'il allait hésiter mais il se contente de sourire « Il va falloir escalader. Je te fais la courte échelle ! ». Je trépigne de bonheur, une vraie enfant. Il se baisse un peu et lie ses mains pour que je puisse y poser mon pied. Il me hisse facilement vu mon poids léger, et j'enjambe la grille qui heureusement n'a pas de longs et grands pics pointus. J'atterris de l'autre côté avec une facilité déconcertante. Je lui fais signe de venir à son tour alors que je me retourne pour regarder la beauté qui s'offre à mes yeux. La lune éclaire le parc qui n'a pas besoin d'éclairage artificiel, c'est juste magnifique.

Je me retourne d'un coup en entendant un gros bruit et vois Isaac étalé au sol. Je porte ma main à ma bouche et pouffe de rire. Il lâche un juron et ça me fait encore plus rire. Je vois bien qu'il ne s'est pas fait mal alors je peux me le permettre. « Ah parce que ça te fait rire ?! Tu va voir si je t’attrape, tu va moins rire. ». Il se relève et à vrai dire je ne m'attendais pas à ce qu'il mette en application ce qu'il venait de dire. Il commence à me courir après, j'en lâche mes talons et je cours entre les arbres pour le semer. Il ne lâche pas l'affaire et continue de courir en poussant des petits cris tellement je suis morte de rire. Je me cache derrière un arbre mais il me retrouve rapidement et je reprends ma course. Ses jambes sont plus grandes et je m'essouffle plus rapidement que lui, il n'a pas trop de mal à me rattraper. Je sens ses mains sur mes hanches mais dans la course, je me retourne face à lui et il me tombe dessus. Mon souffle est court, et lorsque je plonge mon regard dans le sien, il se laisse tomber sur le côté. C'était une position encore trop explicite pour deux ex amoureux qui essaient de se réapprivoiser.

J'essaie doucement de reprendre mon souffle, j'ai mal à la mâchoire tellement j'ai ri. Mes yeux sont rivés sur le ciel étoilé, et sur la lune. J'ai toujours eu une admiration particulière pour cette planète. Allez savoir pourquoi. Isaac tourne la tête vers moi et je fais de même. Il est tellement beau avec ces reflets bleutés. « Ca me rappelle la soirée où je t’ai abordé. Tu regardais les étoiles et je suis venu t’embêter. » Sa main vient frôler la mienne, et je fais de même, jouant un peu à caresser le dessus de sa main de mon index. Je lui souris amoureusement. « Sérieux j’avais sorti le grand jeu pour toi ce soir-là. Bon je m’étais un peu servi de Malèa pour t’attendrir, mais j’ai bien fait dans le fond. Tu devais vraiment me prendre pour un idiot à l’époque. Un idiot nul en math en plus. » Je ne peux pas m'empêcher de lâcher un rire sur la fin de sa phrase. «Nul en maths c'est clair, mais pas un idiot... et puis t'étais tellement beau... ». Je retourne mon regard vers les étoiles pour éviter qu'il voit mes yeux les dévorer. «Parfois quand j'te regarde je revois ce premier regard que tu m'as lancé ce soir là. J'ai pas dormi pendant plusieurs jours après cette soirée, tu hantais trop mes pensées !». Un petit sourire naît au bord de mes lèvres quand je repense à ces souvenirs. Nos mains se lient tout naturellement, comme si c'était ce qu'elles désiraient le plus au monde. Mes doigts enlacés avec les siens. Mon coeur se met à battre un peu plus fort, alors que je tourne la tête vers lui. Il fait de même. Mes jeux jonglent entre ses yeux d'un bleu sublime, et ses lèvres. J'ai une envie folle de l'embrasser mais je sais que ce n'est pas bien. Sauf que cette fois, au lieu d'assouvir ma pulsion, je la stoppe avant. J'arrache quelques brins d'herbe avec ma main libre et lui lance au visage gentiment. «Ne me regarde pas comme ça ! J'ai une envie folle de t'embrasser, et je sais que c'est pas bien. Tu... on a dit qu'on se laissait du temps, alors ne me regarde pas comme ça où je vais jamais pouvoir tenir !». Je lâche sa main et fais une roulade pour me retrouver sur le ventre. Je cache mon visage dans mes bras et marmonne «D'ailleurs me regarde plus ! Plus du tout, sinon je vais te sauter dessus ! T'as pas le droit d'être aussi beau !». Je finis par lâcher un rire et je me relève. «Je vais faire le tour du propriétaire, tu viens ou tu restes là ? Au fait, ça va ton dos papy ?». Je lâche un petit rire un peu provocateur. J'avoue que j'aime bien quand il me court après ! .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Sam 27 Juil - 13:06





I'm not jealous, I'm just in love with you...


On marche tranquillement dans les rues désertes de la ville. Cela me fait un bien fou je ne vais pas le cacher. J’en rêvais depuis quelques jours. De me retrouver seule avec Shanae. Pour la première fois depuis bien longtemps, je n’ai pas besoin de me soucier de Théa. Bien entendu, je pense à elle, mais je sais qu’elle est bien installer dans son petit lit et que sa tante sera prête à courir dans sa chambre si elle se met à pleurer. Je n’ai aucun souci à me faire et avec Shanae nous pouvons prendre un moment pour nous deux. Pour se retrouver sans être influencer par la présence de notre petite puce. On se retrouve comme des adolescents et c’est tout simplement parfait. D’ailleurs. On dirait que la blondinette à vraiment retrouver son âme d’enfance. On passe devant les grilles d’un jardin privé et tout de suite, elle se tourne vers moi et me lance son regard de petit chien battu. Elle sait parfaitement que je ne sais pas résister à ce regard. Elle pourrait me demander n’importe quoi en me regardant de cette manière. La preuve, il ne faudra que quelques secondes pour que je cède à sa demande. Je me rapproche de la grille et tente de l’ouvrir. Visiblement cette dernière est fermée à clé. Il va falloir que l’on escalade, heureusement il n’y a pas de pointe sur le grillage et cela va être facile de passer par-dessus. Je fais la courte échelle à Shanae qui passe de l’autre côté sans problème et je finis par la suivre. Je pensais que cela serait aussi facile pour moi. Grave erreur. Je m’étale comme un idiot sur le sol et ne peut m’empêcher de lâcher un magnifique juron. Chose qui semble faire rire la jeune femme. Elle pose une main sur sa bouche et finis par exploser de rire. « Ah parce que ça te fait rire ?! Tu va voir si je t’attrape, tu va moins rire. » Il ne me faudra que quelques secondes pour me mettre sur mes pieds et partir à sa poursuite. Shanae continue à rire et je lui cours après dans se jardin que je connais à peine. Pendant un instant, nous nous courrons après et je finis par l’attraper. Mes bras s’enroulent autour dans ses hanches et dans notre course on finis par s’affaler dans l’herbe. Je me retrouve au-dessus d’elle mais roule rapidement pour m’allonger à ses côtés.

Ma main frôle la sienne tandis que je me plonge dans mes souvenirs. Enfin nos souvenirs. La première soirée que nous avons passée ensemble. La soirée où j’ai compris qu’il fallait que je sois avec cette jolie blonde. Je lui avais sorti le grand jeu. Pour la première fois de ma vie, j’avais parlé de ma famille. Je lui avais avoué que malgré mon nom de famille, j’étais loin d’être le gamin que tout le monde pensait connaître. Mes parents ne ce sont jamais occuper de moi et elle a été la première à le savoir. Oui ce soir-là je m’étais ouvert à elle et cela avait plutôt bien marché. « Nul en maths c'est clair, mais pas un idiot... Et puis t'étais tellement beau... » Je rigole nerveusement. Il va falloir qu’elle arrête avec les compliments sinon je ne vais plus savoir où me mettre. Je me sens déjà assez nerveux comme cela. « Parfois quand j'te regarde je revois ce premier regard que tu m'as lancé ce soir là. J'ai pas dormi pendant plusieurs jours après cette soirée, tu hantais trop mes pensées ! » Il m’arrive aussi de penser à cette soirée. Je revois le regard qu’elle m’avait jeté. Au début, elle ne voulait pas que je sois à côté d’elle. Elle me prenait pour un mec plein aux as et arrogant et elle n’avait pas vraiment tord. Mais tout avait changé à cette fête. J’ai l’impression de revivre cette première fois. On avait beaucoup discuté ce soir-là et il ne m’avait fallut que deux rendez-vous supplémentaire pour tomber amoureux. Je tourne la tête vers elle et aperçois son petit sourire. Sa main vient se lier à la mienne et cette fois, c’est à moi de sourire comme un idiot. Je me sens comme sur un petit nuage d’un seul coup. Je me perds dans ses yeux et oublie tout ce qui m’entoure d’un seul coup. Je ne pense qu’à elle. A nous. A ce que j’aimerais retrouver en sa compagnie. J’en oublie presque tous nos problèmes et toutes mes réticences. Une seule chose compte d’un seul coup, la retrouver. L’avoir de nouveau avec moi pour ne plus jamais la perdre…

J’allais parler, mais Shanae fut plus rapide que moi. « Ne me regarde pas comme ça ! J'ai une envie folle de t'embrasser, et je sais que c'est pas bien. Tu... On a dit qu'on se laissait du temps, alors ne me regarde pas comme ça où je vais jamais pouvoir tenir ! D'ailleurs me regarde plus ! Plus du tout, sinon je vais te sauter dessus ! T'as pas le droit d'être aussi beau ! » La jeune femme se décale rapidement de moi et cela agrandis sans conséquent mon malaise. « Oh... Euh… Je suis désolé. » Je ne devrais pas m’excuser de la regarder comme cela. Ce n’est pas de ma faute. Au plus profond de moi-même, je suis toujours aussi amoureux d’elle. Elle est la femme de ma vie, je ne vais pas le renier. Elle se tourne et je me redresse un peu sur mon coude. Vraiment, je me sens mal à l’aise. Elle lâcher ma main et on est désormais a une distance plus qu’éloigné l’un de l’autre. J’ai l’impression de faire une chute violente. J’ai besoin d’être auprès d’elle. Malgré tout, je ne dis rien. C’est moi qui lui est demandé du temps. Je ne dois pas me plaindre de cela. Elle m’as clairement fait comprendre son point de vue. Elle sait exactement ce qu’elle veut, maintenant à moi de le savoir. Je me perds rapidement dans mes pensées. Aller Isaac, c’est pas bien dur. Laisse toi guider par tes envies une fois dans ta vie. Bordel.

« Je vais faire le tour du propriétaire, tu viens ou tu restes là ? Au fait, ça va ton dos papy ? » Elle me sort de ma réflexion et je lève les yeux vers elle en souriant. « Papy il t’emmerde ! » Bien entendu, je rigole. On avait souvent l’habitude de se taquiner tous les deux. Ce n’était jamais méchant. Juste pour s’embêter, parce que c’était quand même notre jeu favoris quand on avait qu’une vingtaine d’année. Je me relève et me rapproche d’elle. Ses cheveux blonds sont éclairés par les reflets de la nuit. Cela souligne la blancheur de sa peau et pourtant elle est toujours aussi magnifique. Elle à l’air fatiguée tout de même. Et elle est plus maigre également. Cela se voit qu’elle a été malade. Je lui ôte quelques brins d’herbes qui était venu se coincer dans la bride de son débardeur et lui offre un petit sourire. On se remet en marche pour explorer ce fameux jardin. « J’ai vécu toute ma vie dans cette ville et je n’ai jamais vu ce jardin auparavant. » L’endroit est magnifique sous les rayons de la lune. L’herbe y est parfaitement verte. Il y a quelques bancs dissimuler ci et là. Au détour d’un virage dans le sentier, on finis par tomber sur un lac. Plus romantique tu meurs. A croire que c’est un signe du destin ou quelque chose comme cela. Shanae prends les devant et marche sur le ponton qui avance dans le lac. Un instant, je la regarde au loin et finis par la rejoindre. Elle est dos à moi et sans réfléchir, je passe mes bras autour de ses hanches et viens poser mon menton sur son épaule. Son parfum viens me chatouiller les narines et j’adore cela. Je sais que c’est moi qui est demandé du temps, mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire cela. J’ai besoin de la sentir contre moi. Mon cœur s’accélère, mais je ne dis rien. Je ne veux surtout pas briser ce moment. Les minutes s’écoulent et aucun d’entre nous ne bouge. « Je crois que j’avais vraiment besoin d’une soirée comme celle-là. » lui dis-je doucement comme dans un murmure.

Je me sens heureux. Ici personne ne peut venir nous déranger. On est tous les deux et c’est ce qui est parfait. Pourtant, je sais que si je reste encore aussi près d’elle, je vais finir par craquer. Je me recule un peu et finis par déposer un simple baiser sur sa joue. « Hé… » Je la regarde un air malicieux et de défi sur le visage. « Ca te dirait un petit bain ? » C’est complètement idiot et puérile, mais c’est marrant du fond. On a un lac qui nous tends les bras alors autant en profiter. Personne n’en sera rien et cela me permet de pouvoir encore passer du temps avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Dim 28 Juil - 8:49







Seriously are you jealous ?


J'ai du mal à rester de marbre. L'environnement, notre proximité, la lune, ses regards. Mon coeur a tendance à s'emballer plus vite que je l'imaginais, et j'ai rapidement envie de l'embrasser. Mais je sais que ce n'est pas bien, je n'ai pas envie de tuer notre belle soirée comme je l'avais déjà fait la dernière fois. Je sais qu'il faut être deux pour échanger un baiser, mais l'initiative était venue de moi, et je m'en veux encore d'avoir saccagé une soirée qui avait pourtant bien commencé. Pas question de refaire la même erreur ce soir, j'aime bien trop notre soirée pour qu'elle s'arrête maintenant. Je me cache donc quelques secondes et lui demande de ne plus me regarder comme il était en train de le faire. Il me trouble, trop, bien trop. « Oh... Euh… Je suis désolé. ». Je ne voulais pas qu'il s'excuse, après tout ce n'est pas de sa faute, et ça me flatte plutôt qu'autre chose, mais j'ai besoin d'essayer de garder les pieds sur terre, et avec ce genre de regard, j'ai plutôt du mal.

Je me lève et l'invite à me rejoindre, en lui lançant un petit pic en riant. D'ailleurs, il ne met pas longtemps à me répondre  « Papy il t’emmerde ! ». J'éclate de rire. Avant ça nous arrivait souvent de se traiter de tous les petits noms d'oiseaux, on s'insultait gaiement, juste pour rire, pour s'embêter mutuellement, on n'en pensais pas un millième, mais c'était notre jeu. D'ailleurs, il va falloir qu'on se calme parce que en grandissant Théa va pouvoir tout répéter. On va entrer dans la période fini les gros mots. Isaac se lève et on reprend notre marche tous les deux l'un à côté de l'autre, silencieusement. « J’ai vécu toute ma vie dans cette ville et je n’ai jamais vu ce jardin auparavant. ». Je lui offre un petit sourire et lui répond «Je suis passée une fois ou deux devant, ça m'a toujours intriguée, mais j'ai jamais osé entrer. Ce soit était le soit parfait ! Et si j'vais en prison j'irai avec toi !». Je lâcha un petit rire et le bouscule doucement avant de tomber devant un petit lac adorable. La lune s'y reflète et donne un paysage romantique à souhait. Je marque un temps d'arrêt pour regarder ce qui s'offre à mes yeux, et je poursuis enfin ma marche. Sans hésiter une seconde, je me dirige vers le petit ponton qui offre une avancée sur l'étendue d'eau. Je lève la tête pour admirer la lune, alors que je sens les bras d'Isaac m'entourer. Je ferme les yeux et il pose son menton sur mon épaule. Je souris de bien être.  « Je crois que j’avais vraiment besoin d’une soirée comme celle-là. ». Mon sourire s'élargit un peu. Je pose mes mains sur ses bras, les caressant doucement du bout des doigts. A cet instant précis je n'ai qu'une envie, me retourner et le serrer contre moi, l'embrasser à perdre haleine. Je sens ses frissons sous mes doigts, il a toujours adoré que je le caresse du bout des ongles. Je lui réponds, dans un murmure aussi puissant que le sien «J'suis tellement bien avec toi...». Ça n'a pas changé. Ça fait plus de 5 ans que ça dure, et je n'ai envie de rien de plus que d'être dans ses bras, c'est ce qui me fait vibrer.

Isaac finit par se décaler de moi juste après avoir déposer un baiser sur ma joue, baiser qui m'a fait frissonner, avouons le. « Hé… Ca te dirait un petit bain ? ». Je me retourne, un peu surprise de sa proposition. J'avoue que ça faisait longtemps que je ne l'avais pas entendu me proposer un truc aussi "fou". Si on peut appeler ça quelque chose de fou. On est entrés dans ce jardin interdit, et voilà qu'il me propose de faire un bain de minuit. Je reste un peu surprise, mais un large sourire illumine mon visage. Je ne vais pas dire non à sa proposition, évidemment que non. «Ok, alors le dernier à l'eau a un gage !». Mon côté enfant est en train de reprendre le dessus sur moi ? Je ne sais pas, mais ce soir, oui. J'ai besoin de me lâcher et d'arrêter de me prendre la tête. Je redeviens celle que j'étais quand on s'est connus. Un petit sourire naît sur les lèvres d'Isaac et d'un coup on commence à se déshabiller le plus rapidement possible. Heureusement que j'avais pas choisi des sous-vêtements dépareillés ou trop sexy, j'aurai eu l'air fine. Un simple petit ensemble fushia qui aurait d'ailleurs très bien pu passer pour un maillot de bain. Une fois en sous-vêtements, je vais pour me précipiter sur le bout du ponton mais je vois déjà Isaac courir sur celui-ci et plonger tel un athlète dans l'eau sûrement un peu fraîche.Je vois sa tête sortir de l'eau et je reste finalement sur le bord du ponton, les mains sur les hanches. «C'est pas vrai on peut pas se battre avec toi hein ! Ben du coup je viens pas ! En plus je suis sûre qu'elle doit être froide !». Visiblement Isaac ne l'entend pas de cette oreille. Je le vois disparaître sous l'eau alors que je le cherche des yeux. Mais lorsque je le vois grimper sur le ponton derrière moi, je comprends que je n'ai aucune issue. Soit son corps trempé, et... magnifiquement sexy, soit l'eau qui me tend les bras. Il avance vers moi alors que je recule, les bras en avant pour ne pas qu'il m'approche de trop près. D'une part parce qu'il est trempé et surtout parce qu'il est bien trop beau et trop attirant... «Non non non mais qu'est-ce que tu fais ? T'approches pas vilain ! Reste loin de moi sexy monstre du Lochness !». Je lâche un rire et continue de reculer à petit pas, les bras tendus vers lui comme "barrière de sécurité". Je sens que je vais bientot arriver au bout du ponton. J'espère juste qu'il ne va pas vulgairement me pousser à l'eau. Je commence déjà à contracter tous mes muscles, particulièrement les abdos qui sont réticents à plonger dans l'eau froide.


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Lun 29 Juil - 0:41





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Allonger dans l’herbe, on se regarde en silence. L’espace d’un instant, je me demande comment une fille comme elle à bien pu choisir un homme comme moi. Quand je l’ai connu elle était l’intello de base à qui personne ne parlait, parce que personne ne la comprenait vraiment. Quant à moi, j’étais le gamin d’un homme d’affaire richissime, j’étais le type le plus populaire du Lycée et je me moquais de tous les intellos. Si je n’avais pas échoué à cet examen de mathématique je n’aurais sans aucun doute jamais eu l’occasion de parler avec Shanae. Au début, elle me détestait. Elle peut tenter de le nier aujourd’hui, je sais parfaitement que les premiers temps elle m’aurait bien collé une baffe. J’arrivais en retard au cours de soutien et la plupart du temps je me fichais totalement de ce qu’elle pouvait bien me raconter. Puis elle a commencé à m’intéresser. Je ne sais toujours pas expliquer pourquoi je me suis autant intéresser à elle, mais j’avais finis par voir que derrière ses lunettes il y avait quelqu’un de sensible et de droit. Et il y avait eu cette soirée. Je ne pourrais jamais l’oublier. Je me souviens encore parfaitement de notre conversation et ce même après cinq longues années. Je ne regretterais jamais d’avoir osé l’embrasser ce soir-là en la ramenant chez elle. Pourtant rien n’est simple aujourd’hui. Nous ne sommes plus un couple et pourtant nous ne sommes pas amis. Shanae résume assez bien la situation. Je la perturbe et elle fait de même sur moi. Elle me perturbe, mais il y a toujours cette petite voix qui me répète sans cesse qu’elle était partie. Cette petite voix que je commence à détester de plus en plus, mais dont je n’arrive pas à me séparer. Je m’excuse maladroitement, mais très rapidement nous décidons d’oublier cet épisode quelque peu gênant. Elle me fait une petite remarque sur ma condition physique et je lui fais comprendre très gentiment mon point de vue sur la situation. Oui j’ai dit un gros mot, mais je sais parfaitement que la jeune femme ne le prendra pas mal. On n’a jamais vraiment donné dans les surnoms affectifs, par contre pour les noms d’oiseaux on est assez doués ! Enfin. On continue notre exploration du jardin et je fais remarquer à la blondinette que je n’avais vraiment jamais vu cet endroit auparavant. « Je suis passée une fois ou deux devant, ça m'a toujours intriguée, mais j'ai jamais osé entrer. Ce soir était le soir parfait ! Et si j'vais en prison j'irai avec toi ! » En prison. Mon dieu, il ne manquerait plus que cela. « On aurait l’air malin en prison tous les deux. Théa nous apportera des oranges. » Je rigole et nous finissons par tomber sur un petit lac.

Le lieu est magnifique. Shanae devient étrangement silencieuse d’un seul coup. Elle observe notre nouvel environnement et s’avance sur le ponton qui borde le lac. Je me rapproche doucement d’elle et finis par passer mes bras autour de ses hanches. J’ai besoin de la sentir contre moi. C’est quelque chose qui m’avait bien trop manqué. Je sens ses doigts glisser sur mes avant-bras et je frissonne doucement. J’ai toujours aimé cela et visiblement elle ne l’a pas oublié. Je n’ai pas oublié ce qu’elle aime non plus, mais je préfère ne rien faire. On a dit doucement. Je ne veux surtout pas ruiner notre soirée. « J'suis tellement bien avec toi... » Sa voix est un doux murmure. Un instant, je ferme les yeux pour profiter de ce moment unique. Dans le fond, même après cinq ans de relation et de nombreux problèmes on s’aime comme au premier jour. Une chose que personne ne pourra jamais clairement expliquer. Je ne crois pas aux âmes sœurs, je n’y ai jamais cru. C’est comme le coup de foudre, pour moi c’est une légende urbaine, rien de plus. Mais on pourrait presque qualifier notre histoire de ces quelques mots. C’est quelque chose qui ne s’explique pas. J’ai besoin d’elle dans ma vie, je l’aime d’une manière que je ne serais qualifier et je n’ai jamais aimé personne comme je peux l’aimer elle.

Pour éviter de faire de nouvelles bêtises, je lance une idée un peu idiote. « Hé… Ca te dirait un petit bain ? » A mon tour de lui lancer un regard presque suppliant et le petit sourire qui va avec. On a déjà enfreint la loi pour venir dans ce jardin alors pourquoi ne pas continuer ? L’été bat son plein en ce moment et même s’il est déjà tard il fait toujours très chaud, un petit tour dans ce lac ne nous fera pas de mal. « Ok, alors le dernier à l'eau a un gage ! » D’accord. Là elle cherche à réveiller mon côté compétiteur. C’est mauvais pour elle. Je lui offre un petit sourire en coin et en deux secondes on part dans une compétition pour se déshabiller le plus rapidement possible. Idéalement j’aurais aimé lui enlever ses vêtements pour faire autre chose, mais on a dit qu’il fallait y aller doucement. Alors je me concentre sur mes propres fringues et bien entendu, je termine avant elle. Je la vois se tourner vers moi et sans lui laisser le temps de comprendre quoique ce soit, je me précipite et plonge dans le lac. J’aurais peut être pas du faire ça… L’eau est tout de même légèrement froide. Pourtant j’essaye d’oublier cette sensation. Cela fait du bien quand même. Je sors la tête de l’eau et me retourne vers Shanae qui boude sur le ponton. « C'est pas vrai on peut pas se battre avec toi hein ! Ben du coup je viens pas ! En plus je suis sûre qu'elle doit être froide ! » Je secoue la tête et nage un peu vers elle. « Aller Sha’ ! Saute ! » Je me rends rapidement compte que c’est la première fois que je l’appelle de nouveau par son surnom. Je l’appelais tout le temps comme cela et elle s’amusait toujours à m’appeler Casey. Lorsqu’elle disait mon prénom entier c’est que j’allais en prendre pour mon grade. Enfin. Pour le moment, elle ne m’a toujours pas rejoint…

Je finis par revenir sur le ponton. Sortir de l’eau me provoque un léger frisson, mais je veux juste la mettre dans le lac. On dirait deux gamins d’un seul coup. On ne soucie plus de nos problèmes ou de cette difficulté que l’on a à définir notre relation. On veut juste profiter un peu. « Non non non mais qu'est-ce que tu fais ? T’approche pas vilain ! Reste loin de moi sexy monstre du Lochness ! » Elle recule de plus en plus, les bras tendus devant elle pour pas que je l’approche. Je me mords les lèvres pour ne pas exploser de rire. Je continue à avancer et elle recule de plus en plus. Encore deux pas et elle va chavirer dans le lac. « T’es sûre ? Tu veux pas que je vienne ? » Elle hoche de la tête et je fais de nouveau un pas vers elle. Elle se tourne et remarque qu’il ne lui reste que quelques centimètres avant d’arriver au bord. On dirait qu’elle hésite un instant et j’en profite pour m’approcher encore. Elle me tourne à peine le dos et ses bras sont toujours tendus vers moi. Je l’attrape par les hanches et dans un léger saut je nous en traîne tous les deux dans le lac. Shanae se débat et on remonte rapidement à la surface. « C’était ça ou un gage. » dis-je pour me justifier. Elle fait semblant d’être vexée et s’éloigne de moi en nageant. Roh c’est pas drôle. Je la rejoins et me rends compte que contrairement à elle, j’ai pied. Je m’approche d’elle et sens sa jambe frôler la mienne. « Tu boude ? » Je lui fais mon regard de chien battu et m’approche un peu plus d’elle. Je sens déjà que c’est une connerie, mais je le fais quand même. Mes bras passent de nouveau autour de ses hanches et presque naturellement ses jambes s’enroule des miennes. On est déjà en train de franchir les barrières que l’on c’était imposer une heure plus tôt. Mon front vient se coller au sien et je sens mon cœur s’affoler d’un seul coup. Je sens son souffle sur mon visage et nos regards ne ce lâchent plus. Je sens sa peau glisser contre la mienne et je finis par craquer… Mes lèvres rejoignent les siennes pour un tendre baiser. Je ne peux pas lui résister plus longtemps, ce n’est pas possible. J’ai juste envie de l’embrasser encore et encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Lun 29 Juil - 16:53







Seriously are you jealous ?


Oui je boude et alors ? Je suis une fille, et les filles ça boude ! C'est bien connu, je ne vous apprend rien. Mes mains bien collées sur mes hanches, je le regarde, tout seul là au milieu de l'eau. Un petit rictus au coin de ma bouche, j'attends qu'il me donne mon gagne. Mais je crois qu'il ne le vois pas de cette manière. Il disparait sous l'eau et réapparaît au bout du ponton, s'avançant doucement vers moi. J'ai beau tendre les bras pour ne pas qu'il ne m'approche de trop près, et reculer doucement, j'ai du mal à détacher mes yeux de son corps parfaitement musclé et dégoulinant d'eau. Son petit sourire joueur me fait totalement craquer. Il y a des fois comme ça où je me reprends en pleine face ce pour quoi j'ai craqué pour lui il y a 5 ans. Il s'approche de plus en plus de moi. « T’es sûre ? Tu veux pas que je vienne ? » . Je secoue la tête activement, bras toujours tendus pour ne pas qu'il m'approche de trop près. «Non non non ! reste loin ! très loin !». Mais évidemment, je m'en doutais bien, il ne m'écoute pas. Il m'attrape par les hanches et saute dans l'eau, m'entraînant avec lui dans son saut. En même temps avec mes 43kg toute mouillée, j'aurai eu du mal à résister !

Je me débats comme je peux. La différence de température est violente même si au final l'eau n'est pas si froide que ça. Je sors la tête de l'eau et lance un regard noir à Isaac. Il sait que j'aime bien faire ça avec lui, et puis un regard noir n'est jamais un vrai regard noir avec Isaac, c'est plus un jeu qu'autre chose. « C’était ça ou un gage. ». Je plisse les yeux et me retourne pour nager loin de lui. Aujourd'hui c'est un peu "fuis moi je te suis, suis moi je te fuis". « Tu boude ? ». Toujours dos à lui, je lui réponds comme si je boudais vraiment «Oui !». Et puis je le sens se rapprocher de moi, doucement il me prend par la taille et me retourne face à lui, avec son petit air de chien battu. Comment veux tu que je résiste à ça. Impossible, et il le sais bien, il se joue de moi.

Pour éviter de faire la nage du petit chien, j'entoure mes jambes autour de sa taille, alors que ses mains sont déjà dans mon dos pour me soutenir. A cet instant précis, je pose mon cerveau de côté. Pas question de culpabiliser avant que quoi que ce soit n'arrive, je sais que je culpabiliserai assez une fois rentrée ce soir. Je ne veux pas réfléchir, je veux simplement laisser parler mon coeur. Mes yeux transpercent ceux d'Isaac alors que je viens entourer sa nuque de mes bras. Je ne lâche pas ses yeux, et son regard me trouble de plus en plus. S'il n'y avait que ça. Mes yeux jonglent entre ses lèvres qui ont l'air de m'appeler, et ses yeux qui me donnent pratiquement le tournis. Je me mordille la lèvre inférieur pour essayer de calmer mes pulsions, mais mon rythme cardiaque s'accélère de plus en plus. Les papillons dans mon ventre commencent à s'agiter fortement, et c'est ce moment que choisis Isaac pour poser ses lèvres, douces, tendre et fruitées, sur les miennes. Je n'en reviens pas. Un baiser tendre et doux, délicat comme notre rapprochement en douceur. Ma main glisse dans sa nuque, caressant doucement ses cheveux.

J'essaie tant bien que mal de lui résister, je prends quelques centimètres de recul, posant mon index sur ses lèvres quelques secondes. Sauf que si la raison dit stop, la passion en demande encore, et son regard laisse parler la passion qui nous dévore tous les deux. Ni une ni deux, je retire mon doigts de sur ses lèvres et nos bouches se retrouvent, bien plus goulument cette fois ci. Nos langues se touchent, se réapprivoisent. Mon coeur tambourine dans ma poitrine et "bizarrement", les papillons initialement localisés dans mon ventre, descendent quelque peu faisant une descente dans mon anatomie. Impossible de cacher mon envie folle de retrouver le père de ma fille, mais pas seulement dans un baiser, aussi torride soit-il. Je resserre mes jambes autour du buste d'Isaac, et c'est à cet instant que je comprends que je ne suis pas la seule à avoir des envies pas très catholiques. L'avantage pour une femme c'est qu'elle peut toujours essayer de cacher ce genre d'envies, ce n'est pas le cas pour l'homme. XD. Sans même que je m'en aperçoive, Isaac avait marché quelques pas, et c'est alors que je me retrouve plaquée sur un des piliers du ponton en bois. Il sait à quel point ça me fait tourner la tête quand il me plaque contre un mur ou quoi que ce soit d'autre. Je quitte ses lèvres quelques secondes pour respirer, ma tête commence à tourner légèrement tellement j'ai une envie folle de lui faire l'amour. Pourtant une partie de moi se demande encore si c'est une bonne idée. J'essaie de chasser cette partie de mon cerveau alors que je le bouffe des yeux.

Je reprends assez rapidement ses lèvres d'assaut, je n'ai pas envie qu'il change d'avis en si bon chemin, je ne veux plus que nos corps se séparent avant un bon et long moment. Isaac dégrafe mon soutien gorge et mon coeur s'accélère encore un peu plus. Je l'embrasse encore et encore, mon souffle devient de plus en plus court, et je ne peux m'empêcher de lui dire à l'oreille, dans un murmure ultra sensuel «J'ai envie de toi..». Je crois que je n'avais pas tellement besoin de lui dire, ça se voyait assez, mais on ne contrôle pas ce genre de choses... Ma main glisse dans son boxer et je peux ainsi caresser ses jolies fesses rondes, mais je m'arrête net en entendant un sifflement. J'essaie de retenir mon souffle alors qu'Isaac nous emmène un peu plus sous le ponton pour ne pas être vus. Un autre sifflement arrive suivi cette fois d'une voix. Je me pince la lèvre et regarde Isaac avec un petit sourire en coin «T'as laissé un paquet d'oranges à Théa ?». Je fais allusion à notre discussion un peu plus tôt quand je lui avais dit que si j'allais en prison, il viendrait avec moi. Il pouffe de rire et je plaque ma main sur sa bouche pour ne pas qu'il fasse de bruit. Je reste toujours aussi collée à lui, c'est là que je me sens le mieux. On attend quelques secondes et on voit arriver une grand mère sur le bord du lac de l'autre côté de la rive, avec une lampe de poche, elle a l'air de chercher son chien. Cette fois c'est à mon tour de pouffer de rire, surtout quand on sait le nom de son chien "Rocky", pour un chien de grand mère, caniche ou yorkshire, c'est un peu prétentieux. Elle braque sa lampe de poche vers le ponton et Isaac se décale pour qu'on soit cachés derrière le pilier. J'ai du mal à m'empêcher de sourire à cette situation. Mais il ne faut pas plus d'une dizaine de secondes pour que la grand mère finisse ses recherches en s'éloignant vers le bois. Je chuchotte alors : «Pauvre grand mère, tu crois qu'il faut qu'on aille l'aider ?». Isaac prend mon visage entre ses mains et m'embrasse comme jamais. Je crois que je vais prendre ça pour un non ! 19 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mar 30 Juil - 0:09





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Je savais qu’en plongeant dans ce lac, on n’allait pas rester sagement chacun dans notre coin. Il ne faut pas se faire d’idée non plus. On a été ensemble pendant cinq ans, il y a des choses qui ne s’oublient pas, des gestes que l’on a envie de reproduire. Pendant six mois, je n’ai fréquenté personne. Shanae est la seule femme que j’ai envie d’avoir à mes côtés et sans vouloir paraître cru, la seule femme que je veux dans mon lit. Enfin. Je la regarde bien se déshabiller et il ne me faudra que quelques secondes pour remarquer que son corps est réellement amaigri. On voit ses côtés sous sa peau claire, chose que l’on ne voyait pas auparavant, mais je ne me formalise pas. C’est normal après tout et elle reste toujours aussi magnifique. Son sourire s’illumine et je lui passe devant pour aller me jeter dans le lac. J’aurais peut être dû éviter le plongeon, mais bon… Evidemment, Shanae ce met à bouder parce qu’elle a perdue et qu’elle va devoir subir mon gage. Heureusement pour elle, je n’ai pas envie de la torturer. Pourtant je retourne rapidement sur le ponton avec une seule idée en tête, la faire plonger avec moi. Il ne me faudra que quelques secondes pour l’entraîner avec moi. On se retrouve tous les deux à l’eau et la jeune femme me tourne le dos en boudant pour de bon cette fois. Quand elle me dit que oui, elle boude, je ne peux m’empêcher de rire. On dirait une femme et moi je trouve ça touchant. Je suis en train de craquer, je le sais. Plus je passe du temps avec elle, plus j’ai envie de retrouver notre complicité d’antan. Je veux la prendre dans mes bras, la sentir contre moi. Je veux embrasser ses lèvres et sentir ses mains glisser sur ma nuque. C’est tout ce que je veux dans le fond. Je suis déjà en train de contre dire mes propres paroles, mais je ne sais pas… J’ai l’impression que depuis que nous sommes sortis du bar, rien n’est pareil. C’est comme si d’un seul coup, on c’était véritablement retrouver. Et cela me rends heureux.

Doucement, je me rapproche d’elle. Je passe mes bras autour de ses hanches et ses jambes s’enroulent sur ma taille. Nous sommes là, dans ce lac, à moitié nu et l’un contre l’autre. J’oublie toutes mes réticences, toutes mes peurs. Je pense uniquement à elle. Ce n’est pas le moment de culpabiliser. J’aurais bien le temps de me battre avec ma conscience plus tard, ou même demain. Pour le moment, je veux juste profiter de l’instant présent. On ne sait jamais, peut être que l’occasion ne se représentera jamais ou pas avant de longues semaines. Enfin ce n’est pas le moment de se prendre la tête avec ça non plus. J’hésite encore un instant et finalement mes lèvres viennent ce posé sur celle de Shanae. Tendrement et simplement. Un baiser léger. Juste pour voir. Je ne veux rien précipiter, je ne veux pas la forcer. Alors j’attends sa réaction. La blondinette se recule quelque peu et alors que j’allais m’excuser elle pose un doigt sur mes lèvres m’incitant à me taire. Je lui offre un petit sourire et plonge mon regard dans le sien. Je vois bien qu’elle hésite. Je ne dis rien, mais j’espère qu’elle ne va pas reculer. Si elle recule encore plus et qu’elle finit par prendre la fuite, je ne sais pas trop comment je le prendrais. Heureusement pour moi, Shanae viens de nouveau emprisonner mes lèvres avec les siennes. Cette fois, notre baiser ce fait plus présent. Ma langue vient jouer avec la sienne, tandis que mes mains glissent sous ses cuisses pour la tenir un peu plus contre moi. Je ne vais pas le cacher, et de toute façon ça deviens difficile de le faire, j’ai vraiment envie d’elle. Vu le regard qu’elle me lance, je pense qu’elle a compris. On rigole comme deux adolescents avant de reprendre nos baisers. Je me redresse un peu dans l’eau et en quelques pas, je viens délicatement la plaquer contre le pilier du ponton. Nos lèvres se séparent pour que l’on puisse retrouver notre souffle. Mes lèvres descendent dans le creux de son cou et d’un coup de main presque expert, je détache son soutien gorge. Je jette le vêtement sur le ponton pour ne pas me faire engueuler plus tard et me concentre de nouveau sur Shanae.

J’allais nous emmener sur le rivage lorsque l’on finit par entendre une sorte sifflement. Je lâche Shanae qui se retrouve les deux pieds sur terre et regarde autour de nous. Au loin, de l’autre côté du rivage, j’aperçois une mamie qui appelle son chien a toute voix. « T'as laissé un paquet d'oranges à Théa ? » J’explose de rire à la remarque de Shanae et celle-ci me bâillonne immédiatement tandis que je nous cache un peu plus sous le ponton. On à l’air malin tout les deux, cacher là-dessous. La grand-mère pointe sa lampe torche vers le ponton et on retient notre souffle comme deux adolescents sur le point de se faire prendre en flag. Je suis en caleçon et Shanae n’as que son boxer sur elle, autant dire que personne a besoin de réfléchir bien longtemps pour savoir ce qu’on était en train de faire. Mamie appelle encore un peu son chien et finis par disparaître. Je lâche un long soupire et me tourne de nouveau vers la mère de ma fille bien décider à reprendre nos activités. « Pauvre grand mère, tu crois qu'il faut qu'on aille l'aider ? » Je la regarde un instant, me demandant si elle déconne ou pas. Pour la faire taire, j’attrape son visage entre mes mains et l’embrasse passionnément. « On s’en fou de grand-mère. » dis-je a bout de souffle. On se lâche un instant, histoire de remonter sur le ponton. Je fais une boule de mes fringues et entraîne Shanae avec moi dans l’herbe. On devrait rentrer à la maison, mais je n’en ai vraiment pas envie. De toute façon, il y a personne ici.

La jeune femme s’allonge sur l’herbe et je la rejoins rapidement. Je l’embrasse à nouveau et mes lèvres descendent sur sa mâchoire, le creux de son cou, la naissance de ses seins… Je redécouvre ses courbes que je connaissais par le cœur, le goût sucré de sa peau et de ses baisers. Je descends encore un peu et lui ôte son dernier vêtement. A partir de maintenant, seul son plaisir compte. Je veux la sentir frissonner sous mes doigts. Je prends mon temps. Je l’embrasse de partout, laissant mes doigts courir sur sa peau en descendant toujours plus bas. Je suis à bout de souffle et j’ai l’impression que mon cœur va exploser. Je suis tellement heureux de la retrouver de cette manière. « Tu m’as tellement manqué… » lui murmurais-je entre deux baisers passionnés. J’aurais pu lui dire ‘je t’aime’ mais c’était peut être un peu trop précipité. Et ce n’est pas le moment de trop réfléchir non plus. Un instant, on s’arrête dans nos mouvements et nos regards ce croisent. On n’a pas besoin de se parler pour comprendre ce que ressens l’autre. On c’est retrouver. Les mains de Shanae glissent sous mon caleçon et l’envoient voler avec le reste de nos fringues et je me sens frissonner de la tête aux pieds. Je me mords la lèvre inférieure pour retenir un gémissement lorsque que ses mains s’arrêtent sur ma virilité. Après un énième baiser, je finis par m’introduire doucement en elle. Je viens enfouir mon visage dans le creux de son cou tandis que mes hanches impriment un lent et sensuel va et vient. Je crois bien que c’est la première fois que l’on fait l’amour dans un lieu public, mais c’est comme si on avait oublié tout ce qui nous entoure à l’instant précis. Les secondes et les minutes se mélangent, je n’ai plus conscience de rien, si ce n’est de Shanae dans le creux de mes bras. Nos corps se rejoignent, se retrouvent, s’accrochent, s’assemblent comme si c’était la chose la plus juste et la plus naturelle au monde. A cet instant précis, j’envisage de reprendre ma vie avec elle. Je me sens envahi par un millions d’émotions que je n’arrive même plus à contrôler. Nos mouvements deviennent anarchiques et on finit par se lancer emporter par le désir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mar 30 Juil - 9:18







Seriously are you jealous ?


Je suis quasiment nue dans les bras d'Isaac, et je me cache pour ne pas être vue de la lampe de poche de la grand mère. Je plaisante avec Isaac, essayant d'être discrète quand même, et une fois la mamie partie, je lui demande si il vaudrait pas mieux qu'on aille l'aider. Sa réponse est sans appel « On s’en fou de grand-mère. ». Il prend alors mon visage entre ses mains pour m'embrasser fougueusement. Je n'en attendais pas moins comme réponse. Il me prend par la main et on remonte à pas de loups sur le rivage où il récupère nos affaires. J'ai tellement envie de lui, je sens mon corps tout entier frétiller d'impatience de sentir son corps tout contre moi, encore et encore. J'espère juste qu'il ne pense pas à rentrer chez lui, surtout qu'il y a Théa et Malèa. Pas question.

On s'enfonce un peu sous les arbres histoire d'être à l'abris d'éventuels fraudeurs pire que nous, et je m'allonge sur l'herbe fraichement coupée. Ça sent bon et c'est très confortable. Isaac ne met pas longtemps à me rejoindre sur ce lit de fortune. Je l'attrape par la nuque, j'ai trop besoin de l'embrasser, de rattraper tout ce temps perdu. Je le dévore carrément de baisers alors qu'il s'allonge sur moi, je sens déjà que nos envies vont nous emmener complètement ailleurs, et je n'attends que ça. Je sens ses baisers partout sur mon corps et je frissonne déjà. Je me cambre quand il embrasse ma poitrine, mon ventre, je ne pense plus à rien. Il m'enlève mon boxer et l'envoie valser. Mes mains s'agrippent dans ses cheveux courts et je le ramène à moi pour pouvoir l'embrasser. C'est comme un besoin viscéral. « Tu m’as tellement manqué… ». Mes deux mains sur ses joues, je le regarde pendant quelques secondes. Je n'ai pas besoin de lui répondre, il sait lire dans mes yeux tout ce que je pourrai lui dire mais que je n'ai pas besoin de dire. Je l'embrasse de nouveau, plus passionnément, plus fougueusement que jamais.

Je ne mets pas longtemps avant de lui ôter à mon tour le dernier bout de tissus qui sépare nos deux corps presque nus et les empêche de se retrouver pleinement. J'envoie balader son boxer comme il a envoyé balader le mien. J'en profite pour le caresser plus intimement. Le redécouvrir ainsi est une chose merveilleuse. Je n'aurai jamais pensé ressentir autant de choses en le retrouvant. Sexuellement je parle. L'entendre gémir doucement me fait frissonner de la tête aux pieds. Il m'a tellement manqué. Mes mains glissent dans son dos alors que nos corps se rejoignent pour ne faire plus qu'un. A mon tour de lâcher un gémissement de plaisir. Mes ongles se plantent dans son dos tellement le plaisir est grand. Il faut avouer que six mois sans aucune activité sexuelle, ça fait long, très long. Mais rien ne vaut des retrouvailles après un si long moment d'absence.

Nos corps ondulent en harmonie, opérant une danse du plaisir incomparable. Mes mains agrippent sa nuque alors que je me sens frissonner de nouveau. J'essaie tant bien que mal de ne pas trop m'exprimer pour ne pas être vus, mais c'est de plus en plus compliqué. Pour palier à mon envie de hurler mon plaisir, je plante de nouveau mes ongles dans le dos d'Isaac, ce qui lui fait lâcher un râle rauque qui me fait tourner la tête. Je le pousse et on roule pour que je me retrouve à mon tour sur lui. A mon tour de mener la danse quelques minutes. Mon corps ondule sur le sien pour notre plus grand plaisir. Mes mains sur son torse, je prends le temps de le regarder. Ses yeux sont fermés et quelques fois il se mordille la lèvre de plaisir. Il me rend carrément dingue, et mon but à cet instant précis, c'est de lui donner tout le plaisir qu'il mérite. J'accélère d'ailleurs un peu la cadence et je le sens se cambrer sous mon corps, avant de nous faire rouler une nouvelle fois pour reprendre le dessus. Je m'abandonne complètement à lui, enfouissant mon visage dans son cou pour étouffer quelques gémissement. J'en viens à le mordre, pour palier à mon envie folle de hurler de plaisir.

Nous ne faisons plus qu'un pendant des dizaines et des dizaines de minutes, plus rien ne nous arrête, je connais son corps et ses envies sur le bout des doigts, comme il connaît les miennes sur le bout de la langue. Rien ne pourrait nous arrêter en si bon chemin. Rapidement je sens venir l'ultime pic de plaisir. Je m'accroche à ses cheveux et me cambre pour accueillir cette dernière dose de plaisir, laissant échapper un réel dernier gémissement orgasmique, tous mes muscles crispés. Isaac est une bête de sexe, je lui ai toujours dit. Je l'entends gémir en même temps que moi, sa tête enfouie dans mon cou. Je l'entoure alors de mes bras, ne voulant plus le lâcher. Il se laisse tomber lourdement sur le dos et je ris doucement. Je ne pensais pas l'avoir fatigué autant. Je me love alors dans ses bras, posant ma main sur son torse et enroulant ma jambe sur les siennes.

J'essaie doucement de reprendre mon souffle, de redonner à mon coeur un rythme un peu plus normal. Un doux silence s'installer, j'aurai presque envie de m'endormir là, dans ses bras, nue sur l'herbe, tant que je suis dans ses bras. Je réouvre les yeux et dessine du bout de mon index ses abdos saillants. Je ne peux m'empêcher de regarder toute son anatomie. Ça m'a terriblement manqué. Je me rappelle quand je prenais un carnet et que je le dessinais, nu après que nous ayons fait l'amour. J'avoue que pendant 6 mois, je regardais régulièrement ces dessins, et que même si ça me faisait mal, je ne pouvais m'en empêcher, espérant pouvoir de nouveau refaire l'amour avec lui, comme ce soir.

Je relève la tête vers lui pour le regarder et passe ma main sur sa joue doucement. De mon doigts je redessine les courbes de son visage, comme je faisais souvent, comme pour apprendre par coeur les lignes de son visage, que je connais déjà par coeur. Son nez, ses lèvres, ses yeux. Il sourit sous mes caresses et je fais glisser mon doigt sur son sourire, ce qui me fait sourire aussi. Je suis tellement bien là, je voudrais que tout ça s'arrête pour rien au monde. Je me hisse sur lui, à califourchon et prends son visage entre mes mains. Je l'embrasse délicatement mais rapidement j'entends un bruit de craquement. Je me retourne d'un coup et lui demande tout bas «T'as entendu ?». Il pose son doigt sur mes lèvres et me pousse doucement pour aller récupérer nos affaires. Une nouvelle lampe de poche s'approche de nous et une voix plus masculine se fait entendre. «Y'a quelqu'un ? Sortez de votre cachette ! C'est un jardin privé ici ! Où êtes vous ?».


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mar 30 Juil - 12:31





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Rapidement nous sortons de l’eau pour nous trouver une nouvelle cachette. Je récupère nos vêtements sur le ponton et rejoins Shanae. Je ne voudrais pas que l’on ce fasse attraper avec les idées que l’on a en tête. La jeune femme m’entraîne dernière quelques arbres et finis par s’allonger dans l’herbe fraîche. Il ne me faudra que quelques secondes pour la rejoindre. Ses bras s’enroulent autour de ma nuque et je l’embrasse de nouveau tendrement. On ne devrait pas faire cela. Je crois qu’on le sait parfaitement tous les deux. On en est pleinement conscient et pourtant aucun d’entre nous n’as envie d’arrêter. On se prendra la tête plus tard pour les détails et surtout pour la suite. Pour l’instant, on a simplement besoin de cela. Je crois que c’est ce qui nous manquait. Je sens sa peau fraîche se coller à la mienne et je finis par abandonner totalement mes dernières réticences. Je ressens le besoin d’embrasser chaque parcelle de sa peau. Je veux redessiner les courbes de son corps, les réapprendre, les apprivoisés à nouveau. Un désir inexplicable m’envahi soudainement. Je la sens frémir de mes plaisirs sous mes lèvres et un petit sourire se dessine sur mon visage. Une nouvelle fois elle cherche mes lèvres. On s’embrasse passionnément. On s’embrasse comme si c’était la dernière fois. Comme si notre vie était en jeu. C’est incroyablement bon.

Les choses deviennent de plus en plus concrètes, nos gestes se font bien plus précis. On a déjà retrouvé nos habitudes. On ce connaît par cœur, je sais exactement ce qui la fait vibrer, ce qui peut l’emmener au septième ciel. Et c’est la même chose pour elle. Elle est déjà en train de se servir de ses connaissances d’ailleurs. Il suffit que ses mains descendent dans mon caleçon pour que je ne réponde plus de rien. Le dernier vêtement qui servait de barrière entre nos deux corps finis par voler pour aller rejoindre les autres. Ses doigts me titillent et je suis obliger de me mordre la lèvre pour ne pas gémir trop fort. Je plonge mon regard dans celui de Shanae et après un tendre baiser, nos corps finissent par ne faire plus qu’un. Ses ongles pénètrent la chair de mon dos et un râle s’échappe de mes lèvres. Je ne vais pas le cacher, six mois sans aucunes activités sexuelles, cela fait beaucoup. Alors je chéri nos retrouvailles dans ce jardin privé au beau milieu de Town Square. J’en ai rêvé pendant des mois. Je voulais pouvoir la toucher encore une fois, lui faire l’amour une dernière fois, pour ne pas regretter, mais aujourd’hui… Rien ne ressemble à une dernière fois. C’est plutôt comme si on revivait la première, avec les sentiments et les habitudes en plus. Lentement mes hanches impriment un va et vient sensuel. Je la couvre encore et toujours de baiser, je ne veux plus m’arrêter. C’est comme si elle était devenu ma bouteille d’oxygène. Respirer devient un réflexe trivial, je veux juste profiter de ses lèvres.

Les minutes défilent et le plaisir devient de plus en plus intense. Dans un mouvement de hanche plutôt bien placer, Shanae prends le dessus sur la situation. Mes mains viennent se poser sur ses hanches et remontent doucement dans son dos. Je ferme les yeux et apprécient les mouvements de son corps. On se tourne encore une fois et je reviens l’embrasser passionnément. Je sens une décharge de plaisir m’envahir et enfoui mon visage dans le creux de son cou pour étouffer le gémissement qui franchi mes lèvres. Je suis à bout de souffle, mais plus heureux que jamais. Je ne pensais pas que ce serait aussi bon. Aussi intense qu’auparavant. Mon front vient ce collé au sien et je lui souris timidement en déposant un léger baiser sur le bout de son nez. Je cherche mon souffle et finis par me laisser tomber sur le dos à ses côtés. Shanae se blottit contre moi et mes doigts viennent s’emmêler autour de ses mèches de cheveux. Comme avant. J’ai ce sourire idiot coller sur mon visage et je m’en fiche totalement. Je baisse la tête et croise le regard de la jeune femme. On ne regrette pas. On avait besoin de faire cela, je crois. Ses doigts glissent sur mon visage et je la regarde comme si elle allait disparaître dans la minute. Elle se replace au-dessus de moi et je fronce les sourcils en me demandant si elle voulait déjà remettre cela. Elle allait m’embrasser lorsqu’un bruit de pas ce fit entendre à quelques mètres de nous. Je pense avoir rêvé, mais vu le regard affolé de Shanae je comprends que ce n’était pas une illusion. « T'as entendu ? » Je relève la tête et regarde autour de nous. Au loin, j’aperçois le faisceau d’une lampe de poche. Je pose mon index sur les lèvres pour lui faire signe de se taire. Je me relève complètement et me déplace sans faire de bruit pour récupérer nos vêtements. « Y'a quelqu'un ? Sortez de votre cachette ! C'est un jardin privé ici ! Où êtes-vous ? » Bordel. On n’est pas dans la merde !

J’attrape la blondinette par la main et l’emmène un peu plus loin. « Habille-toi vite fait. » Tout à l’heure on faisait la course pour se déshabiller et voir qui sauterait le premier dans le lac et maintenant on doit se dépêcher pour se rhabiller. J’enfile mon caleçon et mon jean en moins de deux secondes. Je remets mes chaussures et enfonce mon tee-shirt dans mon jean. On verra plus tard pour ça. Cette fois c’est Shanae qui a été plus rapide que moi. « Hé vous deux, qu’est-ce que vous faites ici ? » Le gardien vient de nous lancer sa lumière en pleine tête et instinctivement ma main cherche celle de Shanae. Je la regarde et rigole. « Cours ! » On n’a aucunement le droit d’être ici. Je ne veux pas finir ma soirée au poste de police, pas après tout ce qu’il vient de se passer entre nous. En riant on se met à courir et on arrive très rapidement vers la grille que l’on avait escaladé en arrivant. Une nouvelle fois, je lui fais la courte échelle et elle passe de l’autre côté sans encombre. Cette fois, je fais attention et j’atterris moi aussi sur mes deux pieds. Je reprends la main de Sha’ et nous partons de nouveaux dans les rues de Town Square. Après une petite course on s’arrête à bout de souffle. « Y a que toi pour me faire faire des trucs pareils. » lui dis-je en riant. La jeune maman a pris appui contre le mur et je viens me blottir contre elle. Je l’embrasse tendrement. Je finis par me reculer et son regard croise le mien. J’y décèle comme une forme de doute et je soupire un peu. « Je sais que… Que ce qu’on vient de faire va à l’encontre de ce que je te demandais tout à l’heure, mais je ne regrette rien Sha. Tu m’as trop manqué, j’ai besoin de t’avoir près de moi. Ca ne s’explique pas. » Je pose ma main sur sa joue et replace l’une de ses mèches derrière son oreille. « Rentre avec moi à la maison. Je… J’ai pas envie de me retrouver tout seul dans mon lit. Pas ce soir. » Je veux m’endormir auprès de Shanae. J’ai envie de la voir dans la cuisine demain matin en me levant. Je veux l’entendre ronchonner parce que Théa va se réveiller assez tôt demain matin ou même dans la nuit. J’ai peur qu’elle refuse, mais qui ne tente rien n’as rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mer 31 Juil - 9:06







Seriously are you jealous ?


Il n'y a rien de plus merveilleux que de pouvoir s'abandonner dans les bras de l'homme qu'on aime. Je n'ai eu qu'un ou deux amants avant Isaac, j'étais une fille sage, et aujourd'hui je sais qu'il sera le dernier, le seul et l'unique. Je sais que je ferai l'amour qu'avec lui jusqu'à la fin de ma vie. C'est une évidence, ça ne peut pas se passer autrement. Il me connaît tellement par coeur, il sait directement comment me satisfaire, mais aussi comment me surprendre. Il est est l'amant parfait. Je n'ai jamais ressenti autant de bien être et de plénitude à faire l'amour avec un homme qu'avec lui.

Mon corps enfin détendu après cette escapade amoureuse, je me remets à califourchon sur Isaac. Pas pour remettre ça, mais simplement parce que j'aime être dans cette position, même lorsque je ne suis pas nue, à la maison, j'adore m'asseoir sur lui de la même façon. Je l'embrasse tendrement et on entend rapidement un bruit. Je me redresse d'un seul coup et lui demande s'il a entendu la même chose que moi. Avant même qu'il n'ait eu le temps de me répondre, on entend une grosse voix nous demander de sortir de notre cachette. Isaac m'attrape par la main après avoir récupéré nos affaires et on se cache un peu plus dans les arbres, il me chuchote : « Habille-toi vite fait. ». Je ne bronche pas et m'exécute à une vitesse folle, le coeur battant la chamade. Je n'ai absolument pas envie de finir cette magnifique soirée en cellule, avec Isaac ou pas.

« Hé vous deux, qu’est-ce que vous faites ici ? », je sursaute et me prends la lampe de poche dans les yeux, que je plisse pour éviter de me faire aveugler. Je sens la main d'Isaac se plonger dans la mienne et après un petit rire enfantin il me dit : « Cours ! ». Je serre un peu plus sa main et on court sous les deux à une vitesse folle, je suis morte de rire, l'adrénaline monte mais je me sens affreusement vivante et ça me fait un bien fou. Au passage je récupère mes chaussures que j'avais laissées près de l'entrée. Isaac me fait la courte échelle et j'atterris de l'autre côté, l'attendant impatiemment, et surtout en espérant qu'il ne se casse pas la figure comme à l'aller. Il me rejoint sans encombre cette fois, et je récupère sa main pour qu'on court encore un peu histoire d'être à l'abris. Je m'appuie contre un mur pour reprendre mon souffle. Je ne quitte pas Isaac des yeux et lui sourit lorsqu'il me dit : « Y a que toi pour me faire faire des trucs pareils. ». Oui, et j'en suis plutôt fière. Je n'ai pas envie d'une vie planplan !

Isaac me rejoint contre le mur, s'appuyant un peu plus sur moi. Il sait très bien à quel point ça me fait chavirer. Il m'embrasse tendrement alors que je passe une main sur sa joue. Lorsqu'il se recule, je le regarde longuement. J'espère qu'il ne regrette pas ce qu'il vient se passer. Quelques heures plus tôt il m'avait avoué vouloir prendre son temps, pour qu'on reparte de zéro. Mais on n'est pas vraiment partis de zéro ce soir. Tout est allé très vite, mais de manière tellement naturelle. Dans mes yeux, je lui fais part de ma réticence, je n'ai pas envie que d'un coup il prenne conscience qu'on a fait une bêtise et qu'il veut de nouveau reprendre du temps pour réfléchir. J'ai simplement besoin qu'il me rassure. Il m'avait dit qu'il ne ferait pas le con à ne pas savoir ce qu'il veut. J'ai besoin qu'il sache ce qu'il veut. Je sens qu'il comprend ce que je veux lui dire, et il prend rapidement la parole.

« Je sais que… Que ce qu’on vient de faire va à l’encontre de ce que je te demandais tout à l’heure, mais je ne regrette rien Sha. Tu m’as trop manqué, j’ai besoin de t’avoir près de moi. Ca ne s’explique pas. Rentre avec moi à la maison. Je… J’ai pas envie de me retrouver tout seul dans mon lit. Pas ce soir. ». Une boule se forme dans ma gorge, mais cette fois, mon envie de pleurer n'est pas un drame, au contraire, c'est quasiment des larmes de joie que j'aimerai laisser couler. J'esquisse un sourire et pose à mon tour ma main sur sa joue. Mon pouce glisse sur ses lèvres que je ne cesse de regarder alternativement. Je me rapproche de lui et l'embrasse tendrement avant de l'entourer de mes bras. Je lui murmure à l'oreille «Si tu savais depuis combien de temps j'attends ça...». Je le serre un peu plus et je sens qu'il est rassuré de ma réponse. Je me recule un peu et lui demande «Malèa ne va pas trop mal le prendre ?». J'avoue que je suis un peu réticente à cette idée. Je sais que ma belle soeur m'a un peu dans le collimateur depuis que je suis partie, et c'est normal, mais je ne voudrais pas qu'elle me prenne en grip en me voyant à la maison demain matin... Isaac me rassure et je reprends sa main pour qu'on rentre chez nous. Je peux enfin redire "Chez nous". Ça me fait un bien fou.

Je sais qu'Isaac va grogner un peu, mais je ne veux rien lui cacher alors je préfère lui dire. «Je vais quand même envoyer un message à Nathan pas qu'il s'inquiète de pas me voir rentrer...». Je sens qu'il se crispe et je souris tendrement. On s'arrête au milieu de la rue, je me tourne pour être face à lui et je pose mes deux mains sur ses joues. «Isaac, tu es le seul homme de ma vie, c'est avec toi que je viens de faire l'amour...» A cette évocation un petit sourire tout mince vient s'installer au coin de mes lèvres, et je poursuis «... et c'est toi que j'aime. Je ne veux pas que tu vois en lui une concurrence ou quoi que ce soit d'autre. Ok ?». Il me fait sa petite bouille de chien battu et je l'embrasse une nouvelles fois avant de reprendre sa main pour rentrer chez nous. Il est près de 2h du matin, Isaac entre doucement la clé dans la porte pour ne réveiller personne. La maison est déserte, comme endormie. Rentrer ici main dans la main avec lui me donne juste des ailes. On ne se lâche pas jusqu'à la chambre où on rentre à pas de loup. Je m'assieds sur le bord du lit et regarde Isaac se deshabiller. Je suis encore un peu sonnée de me retrouver là, avec lui, après une si belle soirée...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mer 31 Juil - 11:55





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Cette nuit, je ne suis pas prêt de l’oublier. Dire qu’il y a encore quelques heures, je faisais une crise de jalousie à la jeune femme et maintenant nous sommes allongé l’un à côté de l’autre complètement nu, a bout de souffle après avoir tendrement fait l’amour. Je voudrais rester comme cela pendant des heures. Malheureusement il semblerait que ce ne soit pas totalement possible. En même temps, on est en plein milieu d’un jardin privé. On est entré ici par infraction et visiblement on vient de retrouver notre trace. Un juron s’échappe de mes lèvres. Je voulais rester ici, avec Shanae. Je voulais que l’on soit encore tranquille pendant quelques minutes, mais le gardien est en train de nous chercher et a entendre le bruit de ces pas il n’est plus très loin. Doucement, je me relève et attrape nos fringues avant d’entraîner ma compagne un peu plus loin. Il va falloir que l’on fasse vite si on ne veut pas se faire attraper. J’aimerais bien éviter de passer le reste de ma nuit au poste. Enfin ça m’arrangerais diront nous. Le plus doucement possible, je dis à Shanae de se rhabiller. On fait cela encore plus rapidement que tout à l’heure. Je pensais que le gardien avait cessé de nous chercher, mais d’un seul coup, il nous aveugle avec sa lampe torche. Je plisse les yeux et instinctivement je cherche la main de Shanae. Je la serre fortement dans la mienne et tourne la tête vers la jeune femme. « Cours ! » On se lance dans une course poursuite qui nous fait rire comme deux enfants. Le jardin n’est pas bien grand et très rapidement on arrive à l’endroit ou nous sommes entrés. Une nouvelle fois je fais la courte échelle à Shanae et cette fois je m’applique pour ne pas m’étaler sur le béton. J’entends le gardien jurer derrière nous, mais le temps qu’il arrive à la grille et qu’il l’ouvre on sera déjà bien loin.

On continue à courir sur quelques mètres et finalement au détour d’une rue on s’arrête pour de bon. Shanae prends appui sur le mur pour reprendre son souffle et je pose mes mains sur mes genoux l’espace de quelques secondes. Je sors mon tee-shirt de la poche arrière de mon jean et l’enfile pour éviter de me balader torse nu dans les rues de Town Square. Finalement mon regard se pose à nouveau sur la mère de ma fille. Elle sourit comme je ne l’avais plus vu sourire depuis longtemps. Je me rapproche d’elle, mes hanches frôlent les siennes et je lui souris timidement. Je viens l’embrasser tendrement et je sens sa main glisser sur ma joue. Je me recule à peine, mon regard plongeant dans le sien. Nos nez ce touchent et nos souffles se mélangent. C’est une sensation que je pensais avoir perdu à jamais. J’ai l’impression de vivre un rêve éveillé. Je me sens heureux. Pourtant je vois le doute dans les yeux de la blondinette. Ce n’est pas d’elle qu’elle doute, mais bel et bien de moi. Elle a peur que je regrette tout ce qui vient de se passer entre nous, mais elle n’ose pas me le dire. Pourtant elle n’as absolument pas besoin d’ouvrir la bouche pour que je la comprenne. Je prends une légère inspiration et finis par lui dire ce que j’ai sur le cœur. Non je ne regrette pas. Tout c’est fait naturellement entre nous alors pourquoi devrais-je le regretter ? Ce soir je n’ai agis que par instinct. C’est ce que je voulais. Je ne me suis pas forcer, j’ai juste retrouvé la femme que j’aime. C’est tout. Shanae semble soulager de m’entendre dire tout cela et réponds assez rapidement à ma question. « Si tu savais depuis combien de temps j'attends ça... » Cette fois, c’est moi qui suis soulager. Elle me prend dans ses bras et je la serre contre moi. J’enfoui mon visage dans le creux de son cou et soupire un bon coup. « Malèa ne va pas trop mal le prendre ? » Je me relève subitement. Oh. Je n’avais pas pensé à ma petite sœur. Bon en même temps, elle n’as rien à dire. « J’ai vingt-cinq ans, je fais ce que je veux de ma vie. Elle va râler, je la connais, mais c’est rien. » Je veux passer la nuit avec Shanae, c’est tout. Je ne veux pas terminer cette soirée sur un baiser chaste devant la porte de la maison. Ce serait vraiment trop dommage. « Te fais pas de souci. C’est ta maison aussi. Et j'en connais une qui sera contente de te voir demain matin. »

Main dans la main nous retournons chez nous. Depuis des mois je n’avais pas pu dire cela. Chez nous. Cette maison on l’a choisi ensemble, on y a fait les travaux ensemble. Enfin. Je faisais les travaux et Shanae donnait les directives étant donner qu’elle était déjà enceinte de six mois lorsque l’on a emménagé ici et je ne voulais pas qu’elle se blesse ou qu’elle se fatigue. Alors elle me donnait des directives et on passait notre temps à rire. On avait passé trois jours à se décider pour la décoration de la chambre de Théa. Le soir on se couchait dans le salon en attendant que notre chambre soit prête et on parlait prénoms. C’était la bonne époque, celle que je regrettais depuis si longtemps. « Je vais quand même envoyer un message à Nathan pas qu'il s'inquiète de pas me voir rentrer... » La voix de Shanae me ramène brutalement sur terre et je me crispe tout de suite. Elle est vraiment obliger de me parler de lui maintenant ? « Isaac, tu es le seul homme de ma vie, c'est avec toi que je viens de faire l'amour... Et c'est toi que j'aime. Je ne veux pas que tu vois en lui une concurrence ou quoi que ce soit d'autre. Ok ? » Je hausse les épaules. Je ne peux pas lui en vouloir après tout. « On devrait recommencer d’ailleurs… A faire l’amour ! » dis-je alors en riant pour détendre l’atmosphère. Elle me vole un baiser et nous repartons.

On arrive enfin à la maison et je fais jouer ma clé dans la serrure. Je me tourne vers Shanae et lui fais signe de ne pas faire de bruit. La maison est plongée dans le noir et dans le calme. On monte les escaliers sur la pointe des pieds et nous allons tout de suite nous réfugier dans notre chambre. J’enlève mes vêtements pour me retrouver en caleçon et remarque que Shanae n’as toujours pas bougé. Pourtant je pense à autre chose. « Je reviens. » Sans bruit je me faufile dans la chambre de Théa. Ma petite puce dort à poing fermé son doudou à côté d’elle. Je me penche sur son berceau et l’embrasse tendrement. Je n’ai pas eu le droit à mon câlin ce soir, alors il fallait quand même que je vienne la voir. Je repars en silence dans la chambre et trouve Shanae toujours bien assise sur le bord du lit. Je fronce les sourcils et m’approche d’elle. « Théa dors profondément si tu veux aller lui faire un bisou. » Elle lève les yeux vers moi et je lui offre un sourire timide. « Ca ne va pas Shanae ? » On dirait qu’elle est mal à l’aise d’être là d’un seul coup. Je m’assois à côté d’elle et la prends doucement dans mes bras. « Il reste des fringues à toi dans l’armoire si tu veux te changer. » lui dis-je doucement tandis qu’elle se lève sûrement pour se changer. De mon côté, je m’allonge sur le lit et fixe le plafond. « Ca fait tellement du bien que tu sois là. J’arrivais plus à dormir sans toi… » dis-je doucement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Mer 31 Juil - 16:26







Seriously are you jealous ?



Lorsque je fais part à Isaac de ma réticence face à Malèa, je vois rapidement dans ses yeux qu'il avait complètement zappé ce détail. Ce n'est pas mon cas, et je suis un peu stressée à l'idée de croiser la jeune femme le lendemain matin. « J’ai vingt-cinq ans, je fais ce que je veux de ma vie. Elle va râler, je la connais, mais c’est rien. ». J'esquisse un minuscule sourire. Je ne sais pas trop bien si je suis rassurée ou non. « Te fais pas de souci. C’est ta maison aussi. Et j'en connais une qui sera contente de te voir demain matin. ». Je baisse les yeux et laisse s'installer un large sourire sur mes lèvres. Me voilà rassurée. D'une part parce qu'il parle de "notre maison", ce qui est vrai, et surtout lorsqu'il évoque la joie de Théa demain matin au réveil. «Tu crois ?». J'ai déjà hâte de la voir, ma petite crevette.

Main dans la main, je marche près de mon chéri. Parce que oui, je vais pouvoir recommencer à parler de lui comme mon chéri. Mais rapidement, je lui dis que je dois au moins avoir la décence de prévenir Nathan. Je ne suis pas folle, je vois bien qu'il se braque au moment où je prononce ce prénom. En même temps, je préfère qu'il se braque un peu alors que je suis honnête, plutôt qu'il me prenne en train d'écrire à mon meilleur ami et qu'il n'en soit pas au courant. La tempête aurait été plus grande. Je n'ai jamais menti à Isaac, mis à part il y a 6 mois pour mon cancer, et encore je lui ai caché la vérité, c'est sensiblement différent. Bref. Je préfère prendre son visage entre mes mains et le rassurer comme je peux. C'est de lui dont je suis amoureuse, et de personne d'autre. Rapidement il fait de l'humour « On devrait recommencer d’ailleurs… A faire l’amour ! ». Je lâche un rire amusé, et lui vole un baiser. Dans mon regard il peut lire "Où tu veux quand tu veux !".

Cette soirée a tellement été merveilleuse, j'ai encore du mal à m'en remettre. Elle était pourtant pas très bien partie, mais comme quoi, tout peut arriver et les plus belles choses peuvent découler de petits incidents plus délicats. Nous entrons chez nous et Isaac m'attire avec lui doucement jusqu'à notre chambre, en silence. J'ai du mal à réaliser à vrai dire. Il se deshabille, je n'en loupe pas une miette, cette fois ci j'ai plus le loisir de le voir faire, j'espère que la prochaine fois c'est moi qui pourrai le deshabiller. Il s'excuse un instant et je le vois sortir de la chambre. Je me doute de ce qu'il est parti faire, ce papa gâteau. Pendant ce temps, je reste là, assise sur le bord du lit, et je regarde tout autour de moi. Rien n'a changé, excepté cette photo de moi sur la table de nuit d'Isaac. Ça me fait sourire et en même temps ça me déchire le coeur. Je me rends compte une nouvelle fois à quel point j'ai pu lui faire mal à partir comme ça sans raison. Cette photo sur sa table de nuit me fait penser à tous ces films, quand une personne dans le couple meurt, l'autre met une photo à cet endroit en son honneur. Cette pensée me fait frissonner que déjà Isaac revient en fermant doucement la porte. Je n'ai pas bougé d'un centimètre. « Théa dors profondément si tu veux aller lui faire un bisou. ». En entendant sa voix, je sursaute à moitié et relève la tête pour le regarder. Je suis encore chamboulée de mes propres pensées. «Oui. Je vais aller la voir.». Isaac me connaît sur le bout des doigts, il sait quad ça va et quand ça ne va pas. Je le sens s'asseoir près de moi et il me demande « Ca ne va pas Shanae ? » Je me contente d'hocher doucement la tête et il me prend dans ses bras avant de me rassurer comme il peut. « Il reste des fringues à toi dans l’armoire si tu veux te changer. » Je hoche une nouvelle fois la tête et me lève après avoir retiré mes chaussures, pour ouvrir l'armoire. A vrai dire je suis en mode automatique, je ne sais même pas ce que je cherche.

Et lorsqu'il ouvre la bouche pour me dire « Ca fait tellement du bien que tu sois là. J’arrivais plus à dormir sans toi… », je tombe à genou sur le sol et prends mon visage entre mes mains, me mettant à pleurer à chaudes larmes. Isaac me rejoint très rapidement pour me prendre dans ses bras et me demander ce qui se passe. Je passe mes mains autour de son cou et j'essaie, entre deux larmes, de lui dire ce que j'ai sur le coeur «Je suis désolée, je suis désolée d'être partie, tu peux pas savoir comme je regrette. Je m'en suis voulu tous les jours, j'ai regretté tous les jours, tu m'as manqué tous les jours. Et me retrouver ici avec toi aujourd'hui, c'est... je sais pas c'est trop d'émotions pour la soirée. Je suis désolée.» Il prend un peu de recul pour plonger son regard dans le mien. Il tient mon visage entre ses mains et m'offre un petit sourire. «Je sais je suis ridicule à pleurer pour ça mais... j'ai passé une tellement belle soirée que j'ai peur qu'en me réveillant demain matin, tout ça n'ait été qu'un rêve...». Il me serre de nouveau contre lui et me rassure. J'avais juste besoin de ça, de lui, de nous, le plus simplement du monde.

Une fois calmée, je vais déposer un baiser sur la jour de ma fille qui dort paisiblement, avant de rejoindre Isaac dans notre lit conjugal. Quel bonheur. Je me deshabille et garde juste mon boxer. Je me faufile sous les draps et me colle tout contre lui. J'ai besoin d'être dans ses bras c'est plus fort que moi. Notre nuit se passe à merveille, comme si on ne s'était pas quittés, juste le bonheur. Mais au tout petit matin , quasiment à l'aube d'ailleurs, je me réveille en sursaut, ce qui réveille Isaac, qui me demande ce qui se passe. «J'ai entendu Théa pleurer !». Serait-ce que mes instincts de mère reprennent possession de moi ? Je fais les yeux doux à Isaac et lui demande «Je peux aller la chercher ?». Il me sourit et hoche la tête, il est encore tout endormi, alors que je pète déjà la forme. Etonnant vu que je suis du genre à plutôt aimer les longues nuits. J'enfile le T-shirt d'Isaac et me faufile alors dans la chambre de Théa. Elle s'arrête de ronchonner instantanément en me voyant. Ce doit être le coup de la surprise. Je lui souris et lui tend les bras. Elle hésite un instant, et lorsque je m'approche d'elle, elle secoue ses petits pieds et ses bras dans tous les sens. C'est bon signe. Je la prends tout contre moi et lui fais plein de bisous, avant de retourner dans notre chambre pour la prendre avec nous dans le lit. J'en avais trop envie. «Dis bonjour à papa ma princesse !». Je prends sa petite main et lui fait faire coucou à son père, avant de le rejoindre dans le lit.

Le bonheur parfait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Jeu 1 Aoû - 1:03





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Cela fait six mois que j’attends ce moment. Que j’attends de rentrer chez moi en compagnie de Shanae. Il y a certains soirs, je couchais Théa et je la laissais sous la surveillance de Malèa et je partais faire un tour en ville. Je ne sortais pas que pour m’aérer l’esprit. Je sortais dans l’espoir fou de pouvoir croiser Shanae. Cela a duré deux mois. Je sortais pratiquement tous les soirs et j’allais dans tous les endroits que nous avons pu fréquenter ensemble. Je retournais devant le Lycée, sur les marches de la mairie, dans le parc, au bord de la plage. Je suis allé de partout. Je passais même souvent devant le restaurant où je l’avais emmené pour notre premier anniversaire. J’ai erré dans ces lieux comme une âme en peine. Dès que je voyais une femme blonde, je me prenais à espérer que ce soit elle. Mais elle n’était jamais là. Pendant deux mois, je me suis infliger ce rituel bizarre. Jusqu’au jour où Malèa a finit par comprendre. Elle a passé la soirée à m’engueuler comme si j’étais un enfant de quatre ans. Elle m’avait dit que je ne devais pas continuer à espérer comme cela sans raison. Ce jour-là elle m’a fait comprendre que Shanae était partie et que je n’avais plus le choix. Et à partir de ce moment-là j’ai arrêté de la chercher, mais je n’ai pas arrêté d’espérer. Je n’ai jamais arrêté de le faire. Aujourd’hui je comprends que j’avais eu raison. Il avait fallut attendre six mois, mais Shanae à finir par revenir. Ce soir elle est là avec moi et j’en suis véritablement heureux. Il y a encore une certaine rancœur qui subsiste en moi, mais j’essaye de ne pas y penser. Pour le moment, il faut que je profite de l’instant présent. Personne ne sait comme cela va se terminer et encore moins quand. On entre dans notre maison et je l’entraîne tout de suite dans notre chambre.

Cela me fait réellement bizarre d’être là avec elle. J’agis comme d’habitude, j’essaye de ne pas trop penser. Je veux bien terminer cette soirée. J’ouvre la fenêtre et ferme rapidement le volet pour que l’on ne soit pas déranger par les rayons du soleil demain matin. Finalement, je commence à me déshabiller. Mécaniquement. Je n’ai qu’une envie désormais, me mettre au lit et prendre Shanae dans mes bras pour m’endormir tranquillement. C’est tout ce que je veux. Pouvoir passer une bonne nuit pour la première fois depuis des mois. Me sentir apaisé et un peu plus en paix. Mais avant de me glisser sous les draps, je vais voir ma petite fille. Je n’ai pas eu mon câlin du soir étant parti avant de lui donner son biberon, alors j’ai au moins besoin de lui faire un bisou maintenant même s’il est deux heures du matin. J’entre tout doucement dans sa chambre et l’embrasse tendrement. Ma princesse dort paisiblement dans son berceau et un instant je me demande comment elle va réagir si c’est sa mère qui vient la chercher dans son lit demain matin. J’ai tellement hâte de me réveiller avec elles à mes côtés. Je retourne rapidement dans la chambre et retrouve Shanae assise sur le lit. Elle n’a pas bougé depuis que nous sommes arrivés. Je trouve cela bizarre et pourtant je lui parle de Théa. « Oui. Je vais aller la voir. » Sa réponse semble automatique. Je la trouve bien moins joyeuse que tout à l’heure. Quelque chose ne va pas. « Ca ne va pas Shanae ? » Je m’assois à ses côtés et la prends délicatement dans mes bras. Elle hausse les épaules, mais ne me réponds rien. Je fronce les sourcils, mais préfère ne pas insister. Elle doit être fatigué après tout il est tard et on c’est pas mal dépasser pendant cette fin de soirée. Je lui indique qu’il reste quelques vêtements à elle dans l’armoire et elle se lève tandis que je me laisse littéralement tomber sur mon matelas.

Je lui fais savoir à quel point cela m’as manqué de ne plus être en sa compagnie ici le soir. Je fixe le plafond et d’un seul coup j’entends un bruit sourd. Je tourne la tête et remarque Shanae a genou devant l’armoire et surtout en pleure. Je ne comprends pas ce qui lui arrive d’un seul coup. Je me précipite vers la jeune femme et m’agenouille à ses côtés pour la prendre dans mes bras. « Sha qu’est-ce qui t’arrive ? » Je me fais du souci pour elle d’un seul coup. Est-ce qu’elle se sent mal ou pire que tout est-ce qu’elle regrette ? Je me sens fébrile. « Je suis désolée, je suis désolée d'être partie, tu peux pas savoir comme je regrette. Je m'en suis voulu tous les jours, j'ai regretté tous les jours, tu m'as manqué tous les jours. Et me retrouver ici avec toi aujourd'hui, c'est... je sais pas c'est trop d'émotions pour la soirée. Je suis désolée. » Je m’assois doucement sur le sol et la prends dans mes bras. Je la serre contre moi comme je ne l’ai jamais fait auparavant. Je viens de ressentir toute la sincérité dans sa voix. Elle s’en veut comme jamais. Elle a compris à quel point cela à pu être dur pour moi également. Pour la première fois depuis son retour, je ne lui en veux plus du tout. C’est comme si j’avais compris. Elle a eu besoin de me cacher cela, mais elle s’en veut. Elle regrette sa décision. Je prends son visage entre mes mains et la force à me regarder. « Ca va aller Shanae. J’ai compris et… Je ne vais pas dire que je t’en veux plus, parce que ce serait mentir, mais j’ai compris pourquoi tu as fait cela. Ca ira avec le temps Sha’ je te le promets. » Je dépose un baiser sur sa tempe et la serre de nouveau un peu plus contre moi. « Je sais je suis ridicule à pleurer pour ça mais... j'ai passé une tellement belle soirée que j'ai peur qu'en me réveillant demain matin, tout ça n'ait été qu'un rêve... » Sa remarque me fait sourire. A croire que je ne suis pas le seul. « Moi aussi j’ai la trouille. J’ai peur de me réveiller subitement et de me retrouver tout seul dans cette chambre. Mais on va aller ce coucher ensemble et demain matin tu va te dire que tu n’aurais pas dû rester dormir parce que je t’aurais collé mon bras en pleine figure pendant la nuit. » Je rigole nerveusement. Je fais de mon mieux pour la rassurer en réalité. Puis dans le fond c’est vrai. Je bouge toujours la nuit et je finissais souvent par donner des coups à ma chérie.

Pendant plusieurs minutes nous restons l’un contre l’autre sans rien dire. Je la berce doucement. Finalement elle arrive à se calmer doucement. On se relève et Shanae finis par sortir de la chambre pour aller embrasser sa fille. J’en profite pour ouvrir le lit et pour reprendre mes esprits. Je n’avais pas prévu qu’elle craque comme cela. Je me sens fébrile à mon tour, mais je ne laisse rien paraître. Je chasse mes mauvaises idées et finis par me glisser sous les draps. Shanae me rejoins très rapidement. Je la regarde se déshabiller avec une certaine envie. Mon regard trouve le sien et elle se faufile contre moi. Je la prends dans mes bras et cale mon visage dans le creux de son cou. Je veux m’endormir comme cela, je ne veux plus bouger. « Je t’aime… » C’est sortir tout seul. Pour conclure cette soirée. Cette merveilleuse et unique soirée. Quelques minutes, je plonge dans un sommeil profond. C’est la première fois depuis des mois que je m’endors aussi facilement. Je sens la chaleur de son corps contre le mien et c’est tout ce qui importe. Je fais une nuit tranquille. Une nuit sans rêve, sans cauchemar.

Je ne sais combien de temps s’écoule pendant mon sommeil, mais je me réveille en sursaut lorsque je sens Shanae bouger à mes côtés. Le soleil du petit matin filtre par les volets et je vois à peine son visage. Pourtant je la sens tendue à mes côtés. Je suis à peine réveiller et j’ai un peu du mal à comprendre ce qui se passe. « Hum… Qu’est-ce qu’y a ? » Ma voix est rauque, éraillé. J’arrive à peine à garder les yeux ouverts. Oui je ne suis pas du matin. Vraiment pas. « J'ai entendu Théa pleurer ! Je peux aller la chercher ? » Je passe une main sur mes yeux et me rapproche un peu de la jeune femme dans le lit. « Oui oui… » La jeune femme se lève dans un bond tandis que je râle un peu. J’ai plus l’habitude que l’on s’agite autant autour de moi dès le matin. Je ferme les yeux dès qu’elle atteint la porte. J’enfoui mon visage dans l’oreiller de Shanae et rouvre les yeux lorsque j’entends du bruit dans le couloir. « Dis bonjour à papa ma princesse ! » Ma petite puce est là dans les bras de sa maman, bien réveillée. Les deux jeunes femmes me rejoignent et je me penche vers elles. « Bonjour mon bébé. » Je dépose un baiser sur la joue de Théa et me tourne vers Shanae. « Et bonjour toi. » Je viens embrasser la jeune femme et Théa se met à ronchonner dans ses bras. Je rigole. « Bah alors princesse, on est jalouse ? » La petite n’as pas l’habitude de me voir avec quelqu’un. De voir ses parents heureux et amoureux et je pense qu’il va falloir qu’elle se réhabitue à cela. « Tu as bien dormi ? » demandais-je alors à Shanae tout en lui prenant Théa des bras. Je pose la petite sur mon torse et la couvre de bisou. « Mes deux petites femmes dès le réveil… C’est parfait. » Shanae reviens se blottir contre moi et je lui souris tendrement. On reste de longues minutes comme cela sans rien dire, a simplement câliner notre fille. A profiter d'un moment en famille. « Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? » Je sais qu’il est tôt pour lui demander cela, mais j’y pense depuis hier soir…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Jeu 1 Aoû - 8:38







Seriously are you jealous ?



Je n'ai pas pu m'en empêcher, j'avais besoin de craquer, trop de choses se passaient dans ma tête, trop de sentiments mélangés. J'ai simplement besoin de lui dire que je suis désolée, vraiment, et que je m'en veux. Il me rejoint rapidement pour me prendre dans ses bras et ainsi me rassurer. « Ca va aller Shanae. J’ai compris et… Je ne vais pas dire que je t’en veux plus, parce que ce serait mentir, mais j’ai compris pourquoi  tu as fait cela. Ca ira avec le temps Sha’ je te le promets. ». J'espère qu'il a raison, tant qu'il m'en voudra, je m'en voudrais aussi. Je me sens ridicule de craquer maintenant alors que notre soirée a été juste parfaite. J'essaie de sécher mes larmes. « Moi aussi j’ai la trouille. J’ai peur de me réveiller subitement et de me retrouver tout seul dans cette chambre. Mais on va aller ce coucher ensemble et demain matin tu va te dire que tu n’aurais pas dû rester dormir parce que je t’aurais collé mon bras en pleine figure pendant la nuit. ». Je lâche un petit rire et secoue la tête avant de plonger mes yeux dans les siens. «Ça aussi ça m'a manqué...». Je passe une main sur sa joue et esquisse un petit sourire. Je me rends compte a quel point je l'aime et à quel point il m'a manqué.

Nous ne mettons pas longtemps avant d'aller nous coucher. J'hésite un moment mais je finis par me deshabiller quasi entièrement. Après tout nous venons de faire l'amour. Je me faufile dans les draps pour rejoindre nos corps et je le serre contre moi. Je commence alors à fermer les yeux, paisiblement, et Isaac me murmure un « Je t’aime… » qui me fait frissonner de la tête aux pieds. Je dépose un baiser sur sa tempe et lui murmure à mon tour «Je t'aime aussi...». Rapidement le sommeil prend possession de nous, et ce n'est qu'au petit matin que je me réveille en sursaut, entendant notre fille pleurer. Ça fait des mois que je n'ai pas aussi bien dormi, et surtout plusieurs heures d'affilée. Je demande à Isaac si je peux aller chercher Théa, il est encore tout endormi, ce qui me fait sourire. Il me donne la permission et je lui vole un rapide baiser avant de sauter du lit, en pleine forme. J'enfile son T-shirt et vais chercher Théa. En revenant dans la chambre, notre fille dans mes bras, je me sens renaître, j'ai encore l'impression de rêver. Je lui fais dire bonjour à son papa et le rejoins dans le lit.

« Bonjour mon bébé. » Isaac embrasse sa fille avant de s'avancer vers moi et m'embrasser « Et bonjour toi. ». Je l'embrasse tendrement et entends rapidement Théa ronchonner. Son père rit en voyant la jalousie de la petite puce. Elle a toujours eu son père que pour elle depuis 6 mois, je comprends qu'elle râle un peu. J'espère qu'elle va rapidement s'habituer à ma présence. Isaac me demande si j'ai bien dormi, et je hoche la tête vivement avec un petit sourire «Oui ça fait très longtemps que j'avais pas aussi bien dormi ! Et toi ?». Théa récupère les bras de son père alors que je suis assise en tailleur sur le lit, et je les regarde tous les deux avec un sourire tendre illuminant mon visage. Je finis par me rallonger près de mon chéri, qui me prends dans ses bras. Je fais glisser mes doigts sur les petites jambes potelées de Théa et elle secoue les pieds en poussant ses fameux petits cris de joie. Je lâche un rire amusé et regarde Isaac amoureusement. Je suis tellement bien...

Mais assez rapidement Isaac coupe ce moment familial pour me demander : « Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? ». Je le regarde et comprends bien ce qu'il me demande. A vrai dire, je n'en sais pas plus que lui, je sais juste que je veux réapprendre à vivre ici, avec eux, doucement. Je pose une main sur sa joue et le caresse doucement, plantant mon regard dans le sien. «On va laisser faire la vie, et surtout on va profiter du moment présent. Ok ? Je vais nous préparer un super petit dej pendant que tu vas donner son bib' à ta fille, et on avisera pour la journée.». Je lui vole un baiser et saute du lit. Je fais le tour pour récupérer Théa le temps qu'Isaac se lève et enfile quelque chose (ou pas d'ailleurs) pour descendre dans le salon.

Il récupère notre fille une fois un t-shirt et un short enfilé, quant à moi, je reste en boxer avec le long t-shirt d'Isaac sur le dos, couvrant tout juste mes fesses et laissant apparaître mes jambes fines. On rejoint rapidement le salon, et Théa change à nouveau de bras, le temps qu'Isaac prépare son biberon. En attendant, j'essaie de calmer la petite princesse qui semble s'impatienter. Je lui fais des bisous partout et elle rit enfin. J'adore tellement son rire. Le biberon est fin prêt, je pose Théa dans son transat sur la table, comme demandé par Isaac, et il prend place face à elle sur une chaise, enfournant son biberon dans sa petite bouche. Je souris, simplement parce que je me sens bien. Je rejoins mes deux amours et Isaac m'attire vers lui pour que je m'asseye sur son genou. J'entoure mes bras autour de sa nuque et je regarde notre fille avaler son biberon à vitesse grand V. «Dis donc c'est plus de la faim c'est de la famine !». Je lâche un petit rire.

J'entends un raclement de gorge et tout le monde tourne la tête vers Malèa qui vient visiblement de se réveiller. Je ne sais pas trop quoi faire, si je dois me lever de sur Isaac ou pas, je reste juste conne, tout comme ma belle soeur d'ailleurs, qui a du mal à croire la scène à laquelle elle est en train d'assister...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   Ven 2 Aoû - 1:27





I'm not jealous, I'm just in love with you...


Après une légère crise de larmes, Shanae finis par se calmer et on s’endort comme deux jeunes amoureux dans les bras l’un de l’autre. C’est sans aucun doute la première nuit complète que je fais depuis des mois. Enfin complète… J’aurais bien dormi quelques heures supplémentaires mais avec un bébé de huit mois ce n’est pas quelque chose d’envisageable. Il est à peine sept heures et déjà Théa est en train de ronchonner dans son lit pour que l’on vienne la chercher. La demoiselle déteste rester dans son lit. Autant quand elle a finit sa sieste cela ne la dérange pas de rester un peu seule dans son berceau, autant le matin il faut venir la chercher tout de suite sous peine d’un énorme chagrin pour l’heure à venir. A force, j’ai pris l’habitude, mais ce matin je n’ai même pas besoin de me lever. C’est une Shanae toute heureuse qui se lève pour aller chercher sa fille. J’ai le temps d’émerger un peu mieux le temps que la jeune femme revienne dans la chambre, notre princesse dans les bras. Elles me rejoignent sur le lit et je les embrasse l’une après l’autre. Chose qui rend légèrement jalouse ma petite puce et qui me fait rire. Il va falloir qu’elle s’habitue à nous revoir ensemble maintenant. Elle va enfin avoir sa famille réunie et c’est important pour moi. Qu’elle voit ses parents heureux et ensemble. « Oui ça fait très longtemps que j'avais pas aussi bien dormi ! Et toi ? » Je lui offre mon plus beau sourire tandis que Théa se débat dans ses bras pour me rejoindre. Ah le câlin du matin. C’est sacré ça aussi. Pendant plusieurs minutes nous restons tous confortablement installer dans le lit. On profite simplement de l’instant présent. Malgré tout une question me trotte dans la tête : qu’est-ce que l’on va bien pouvoir faire maintenant ? « On va laisser faire la vie, et surtout on va profiter du moment présent. Ok ? Je vais nous préparer un super petit dej pendant que tu vas donner son bib' à ta fille, et on avisera pour la journée. » Je hausse les épaules. Après tout elle n’as pas tort. Je profite de son baiser et finis par me lever a mon tour.

En tenue pour traîner à la maison, je rejoins mes deux petites femmes dans la cuisine. J’aurais bien pris une tasse de café avant de faire quoique ce soit d’autre, mais Théa est déjà en train de ronchonner dans les bras de sa maman. Il est l’heure du biberon. Je prépare rapidement se dernier avant que la demoiselle n’éclate en sanglot. Assise dans son transat, je lui donne son biberon. Elle tète sagement tandis que je fais signe à Shanae de me rejoindre. La jeune femme s’assoit sur mes genoux et se colle contre moi. On profite de cet instant en famille dans le calme. Enfin. Jusqu’à ce qu’un raclement de gorge ce fasse entendre derrière nous. Je me retourne et aperçois la mine défaite et peu réveiller de ma petite sœur. « Dit moi que je suis en train de rêver Isaac… » Je soupire et lance déjà un regard d’excuses à Shanae. Elle se lève timidement et je lui tends le biberon de Théa. Il va falloir que je parle un peu avec ma sœur. « Non tu rêve pas. Et garde tes commentaires désagréables pour toi Maé. » La petite blondinette me lance un regard noir et je comprends que même si j’arrive à éviter la conversation maintenant, je ne pourrais pas y échapper lorsque Shanae finira par quitter la maison. « Tu viendra pas pleurer si elle repart sans prévenir. » « T’es vraiment obligée Maé ? » « Oui je suis obliger et tu sais très bien pourquoi je dis ça. Ne fait pas de conneries Isaac c’est tout. » Ma sœur et son franc parler. On n’est pas de la même famille pour rien. Elle passe devant Shanae en faisant tout pour lui montrer son dédain et va embrasser sa nièce qui ne cesse de gigoter depuis qu’elle a vu entrer sa tante dans la cuisine. Elle se rempli une tasse de café et reviens vers moi. « Je passe la journée avec des copains. On se voit ce soir. Seuls ! » Le message est passé au moins… Cette fois c’est moi qui lui envoi un regard noir, mais elle a déjà disparue dans les escaliers. Je me tourne vers Shanae qui semble livide d’un seul coup. « Je suis vraiment désolé… Tu connais Maé elle n’est pas méchante dans le fond. » En même temps c’est ma petite sœur, je ne peux pas lui jeter la pierre, même si je n’approuve pas son comportement.

Enfin. On oublie rapidement se petit incident et on se prépare pour une nouvelle journée. J’abandonne Shanae et Théa pour aller prendre une douche et finalement nous passons le reste de la journée à la maison. On profite un peu du jardin et du beau temps. En famille. Et moi je me sens heureux. Bêtement et idiotement amoureux aussi. Mais c’est tellement bon !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\   

Revenir en haut Aller en bas
 

/!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» /!\ i'm not jealous, i'm just in love with you → shanae /!\
» Be Jealous
» [terminé] The jealous are troublesome to others, but a torment for themselves - Perséphone & Héphaïstos
» La chanson qui vous rend triste
» (02) BLYTHE - you can be the moon and still be jealous of the stars.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-