NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 We seriously need to talk ! » Shanae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: We seriously need to talk ! » Shanae   Lun 16 Sep - 0:00





We seriously need to talk !


Nous sommes rentrés de Paris depuis une semaine et depuis nous n’avons jamais reparlé de ce que nous avons appris là-bas. Shanae est de nouveau enceinte et nous n’en avons pas parlé une seule fois. C’est comme si cela était devenu un sujet tabou. J’ai essayé. Plusieurs fois, j’ai essayé d’amener le sujet en douceur, mais c’est toujours la même chose, Shanae trouve autre chose à dire, elle se réfugie auprès de Théa ou elle m’ignore totalement. Je n’ose pas aborder le sujet de façon brutale. Je ne veux pas qu’elle se braque. On a déjà passé plus d’une heure dans cette salle de bain de notre chambre d’hôtel à Paris à se demander ce que l’on allait faire. Puis nous avons décidé de ne pas gâcher la fin de nos vacances et depuis nous n’en avons jamais reparlé. Ce n’est pas comme si nous avions décidé de déménager ou quelque chose comme cela. On parle d’un petit être, d’un futur bébé. Ce n’est pas une décision à prendre à la légère. Parce qu’autant la première fois j’étais totalement sûr de moi, autant cette fois je ne sais absolument rien. Nous n’avons rien d’un couple stable et c’est bien cela qui me fait peur. Plus le fait que j’ai constamment peur de la voir partir à nouveau. Parce que depuis que nous sommes rentrés elle n’a pas dormi une seule fois à la maison, préférant retourner chez son ami Nathan. C’est comme si elle se mettait à me fuir d’un seul coup. Je ne veux pas de cela pour nous et pourtant cela fait une semaine que je laisse couler. Elle porte mon enfant et je laisse couler parce qu’à l’intérieur je suis mort de trouille à l’idée de l’affronter et de la perdre pour de bon. Ce n’est peut être pas rationnel, mais c’est comme cela. C’est la peur qui m’anime tout le temps ces dernier temps.

Alors aujourd’hui, j’ai pris la décision d’en parler. Il faut qu’on le fasse, une bonne fois pour toute. C’est comme arracher un pansement, il faut le faire d’un coup sec et surtout il ne faut plus reculer. On a déjà trop attendu et je sais que je vais devenir dingue si on n’en parle pas. Je le sens et je ne veux pas que cela se transforme en une énorme dispute que personne ne serait capable de gérer complètement. J’ai donc envoyé un message à Shanae pour lui demander de venir à la maison ce soir à vingt heures. J’ai besoin de me préparer pour cette soirée. Je devrais nous préparer un bon petit repas, mais je ne pense pas que cela soit une bonne idée. En fait, je ne suis sûr de rien et cela est littéralement en train de me rendre dingue. « C’est quoi cette tête que tu traîne depuis une semaine. Tu me cache un truc Isaac, je n’aime pas ça. » Ma petite sœur viens de se planter devant moi et me force à la regarder dans les yeux. Je déteste lorsqu’elle fait cela, vraiment. « Je vais bien Maé, c’est rien. Tu pourrais juste emmener Théa chez Arya ce soir ? Et je t’autorise à déserter. Il faut que j’aie ma soirée avec Shanae. » « Tout va bien entre vous ? » « Oui, oui. » Elle sait que je mens. Elle le sait parfaitement et pourtant elle n’insiste pas. Une heure plus tard, elle part avec Théa pour la déposer chez ma meilleure amie. Elle aussi ne m’a pas posé de questions. Elle a juste accepté de prendre sa filleule pour la soirée. Elle en était même super heureuse. En attendant, je me prépare pour cette soirée qui, je le sens déjà, va être plutôt compliqué. Très compliqué même.

Il est près de vingt heures et je suis littéralement en train de tourner en rond dans mon salon. Je crois que je vais devenir dingue. Il faut que l’on parle de ce bébé. Est-ce qu’on va le garder ou pas ? Si oui comment on va bien pouvoir s’organiser ? Si non est-ce que cela ne va pas totalement affecter notre couple qui est déjà bien fragile ? Il faut vraiment que j’arrête de me poser toutes ces questions sinon je vais littéralement commencer à parler tout seul ou bien pire. Lorsque j’entends la porte d’entrée s’ouvrir, je lâche un long soupire. Shanae débarque subitement et viens m’embrasser tendrement avant de commencer à regarder autour d’elle. Je sais parfaitement qui elle cherche et déjà je me sens mal de lui dire cela. « Théa n’est pas là. Je l’ai envoyé chez Arya pour la soirée. » Je vois tout de suite dans le regard de la jeune femme que cela ne lui plaît pas du tout, mais je n’ai pas forcément envie de lui faire plaisir ce soir. Elle aurait eu tout le temps de voir sa fille si elle était restée ici ces derniers jours. Bref. Il ne faut pas que je commence à penser comme cela sinon nous allons droit dans le mur. Je soupire une nouvelle fois et passe une main sur mon visage. « Je… Bon écoute, je déteste faire ça, mais je crois que l’on a plus le choix. » Je me mords les lèvres et finis par relève la tête pour croiser le regard de la blondinette. « Ca fait plus d’une semaine Shanae et on a jamais reparlé de… De ta grossesse. Je veux bien que tu es eu besoin de temps pour digérer la nouvelle, mais là… Je vais devenir dingue si on n’en parle pas Sha. Il faut qu’on prenne une décision, que l’on envisage quelque chose. Je… Je veux juste en parler. » Voilà. Maintenant, il ne me reste plus qu’à attendre pour une réaction de sa part.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Lun 16 Sep - 10:08



 


We seriously need to talk !


Il s'est écoulé pratiquement une semaine depuis que nous sommes rentrés de Paris. Une semaine sans qu'aucune minute je n'arrête de penser à ce que nous avons appris. A notre arrivée, j'ai préféré repartir dormir chez Nathan, juste un jour ou deux, le temps de me poser, et puis de parler aussi. Parce que je sens que j'en ai besoin. Nous n'avons pas réussi à en parler avec Isaac et quand bien même, je ne sais toujours pas ce que je veux faire de ce bébé. Peut être que Nathan pourrait m'aider à prendre un décision. Evidemment je sais que ce n'est pas avec lui que je dois prendre cette décision, mais bel et bien avec Isaac. En attendant, j'ai besoin de pouvoir lâcher tout ce que j'ai à lâcher, au moins, je sais que je ne blesserai pas Isaac avec les mots que je pourrai dire à Nathan concernant cette situation.

Finalement, une semaine s'est écoulée sans que je ne vois ni Isaac qui Théa. C'était dur, mais il le fallait, j'en avais besoin, c'était vital. Mais ce soir, c'est autre chose. Isaac m'a demandé de venir pour passer la soirée avec lui. Il me manque, j'ai hâte de le voir, pouvoir le serrer contre moi, l'embrasser. Mais j'ai peur aussi, peur de ce qu'il va bien pouvoir se passer, ce qu'on va bien pouvoir se dire. Je commence déjà à avoir l'appréhension au ventre. Une fois prête, je sors de la salle de bain, et file voir Nathan qui n'est pas encore parti à l'hôpital. «J'suis comment ?». Il esquisse un sourire et me répond le plus simplement du monde «Parfaite.». Je le serre dans mes bras et plaque un bisou sur sa joue. «Bonne chance !». Je lui adresse un signe de main et passe la porte, une boule au ventre. C'est le moins qu'on puisse dire.

En arrivant chez nous, je passe la porte, en essayant d'être le plus naturelle au monde, même si c'est difficile. Je m'approche d'Isaac et l'embrasse tendrement. Mon coeur se met à battre un peu plus fort. Je passe ma main sur sa joue, et pendant que j'enlève ma veste, mon regard balaye la pièce, cherchant Théa du regard. Mais rapidement Isaac me dit : « Théa n’est pas là. Je l’ai envoyé chez Arya pour la soirée. ». Je serre les dents. Il a carrément éloigné notre fille de notre toit. Ça sent pas super bon tout ça. Je prends une grande inspiration et me retourne pour être face à lui.

« Je… Bon écoute, je déteste faire ça, mais je crois que l’on a plus le choix. Ca fait plus d’une semaine Shanae et on a jamais reparlé de… De ta grossesse. Je veux bien que tu aies eu besoin de temps pour digérer la nouvelle, mais là… Je vais devenir dingue si on n’en parle pas Sha. Il faut qu’on prenne une décision, que l’on envisage quelque chose. Je… Je veux juste en parler. ». Je hoche la tête, presque dans le vide. Il a raison évidemment, mais cette semaine ne m'a pas aidée à savoir ce que je voulais. «Tu as raison. Il faut qu'on en discute.». Sauf que je ne sais pas pas où commencer, quoi lui dire. Comment lui faire comprendre que du jour au lendemain, je change d'avis comme de chemise.

«Je... je sais que c'est pas facile pour toi mais ça l'est encore moins pour moi, j'suis paumée, je sais pas où j'en suis, j'arrive pas à savoir c'que j'veux. Et en plus les hormones commencent à me titiller sérieusement. J'suis partagée, y'a un côté de moi qui me dit de le garder, et d'un autre côté j'me dis que ce serait pas bien. Et puis... je sais pas, j'te connais par coeur et pourtant j'arrive pas à savoir c'que toi tu veux. Autant la première fois, je savais, j'ai pas hésité longtemps quand j'ai vu à quel point ça te rendait heureux. Et j'le regrette pas aujourd'hui, mais là j'ai peur de faire quelque chose que je regretterai, autant d'un côté que de l'autre.». Oui, c'est peut être un peu lui remettre la faute dessus, mais finalement je sais pas mieux que lui ce dont j'ai envie. Et Nathan ne m'a pas vraiment aidé sur ce point. En même temps, ça aurait été mal venu de sa part de m'aider à prendre une décision alors qu'il n'est pas mon partenaire.

Je m'assieds sur une chaise de la salle à manger et je regarde Isaac, avant de soupirer. «En fait j'me sens juste conne de pas avoir pensé à nous protéger, ou à reprendre la pillule quand je suis rentrée... ça nous aurait évité ça...». Quand je vous dis que c'est des hauts des des bas. D'une minute à l'autre j'arrive à me persuader que j'ai trouvé la solution, mais finalement une minute plus tard je suis sûre de l'inverse. Paumée. Je suis simplement paumée quoi... enfin ‘‘simplement’’ n’est pas le mot adéquat. Je passe mes mains sur mon visage, j’ai envie de pleurer. Ça fait une semaine que je pleure sans cesse, Nathan ne sait plus quoi faire pour arriver à me faire sourire. J’attendais impatiemment de voir Théa, j’me suis dit que ça pourrait sûrement être la seule à me faire sourire. Mais même ça Isaac me l’enlève. J’en viens à presque lui en vouloir, alors qu’il n’est pas plus fautif que moi dans cette histoire. Mais qu’est-ce qu’on va devenir ? Pourquoi tout est si compliqué ? Une larme perle sur ma joue. Je déteste être dans cet état de nervosité. Je suis à fleur de peau et j’ai peur d’en faire pâtir Isaac. Je ne veux pas qu’il se radoucisse juste parce que je pleure, par peine ou autre chose d’autre. Je veux qu’il reste naturel et qu’il me dise ce qu’il a a me dire une bonne fois pour toutes, qu’on prenne cette putain de décision et qu’on en finisse. Enfin, qu’on en finisse ou pas, mais qu’on prenne une décision. Paumée. Je suis paumée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Jeu 19 Sep - 12:24





We seriously need to talk !


Cette discussion, je la redoute depuis plus d’une semaine désormais. On est rentré de Paris et Shanae est partie. Tout simplement. J’aurais voulu parler de notre ‘problème’ bien plus tôt, mais il a fallut que je m’occupe de mon bar qui est un peu parti à la dérive durant mon absence. Puis il a fallut remettre la maison en ordre, vider les valises, faire les courses et tout le reste. Entre temps, Malèa m’as annoncé qu’elle se cherchait un appartement. Visiblement elle ne veut plus traîner à la maison alors que Shanae est officiellement de retour. Je ne lui ai absolument pas parlé de ce qui se passe entre la jeune femme et moi, mais j’ai comme l’impression qu’il va falloir que je le fasse un jour ou l’autre. Enfin. Cela n’est pas mon problème pour le moment. Le seul et unique problème qui me tord les boyaux en ce moment est que la femme qui est enceinte de mon enfant m’évite comme la peste. Même pour Théa elle n’avait pas réagis de cette manière. Certes la situation était vraiment différente à l’époque, mais cela reste un bébé. Enfin je ne sais pas… Je me retourne la situation depuis des jours et je n’arrive pas à trouver une solution et si je n’en trouve pas une c’est parce que je suis seul dans mon lit pour penser à cela. C’est pour cela que j’ai pris les devants et que j’ai invité Shanae à passer à la maison ce soir. Elle m’a répondu brièvement, mais j’espère sincèrement qu’elle va venir. Sinon cela signerait définitivement la fin de quelque chose.

Heureusement Shanae finis par venir à la maison. Elle passe la porte et tout de suite je remarque qu’elle est stressée, tout comme moi. Je sais que cela va être dur. Je le sens. On a déjà eu quelques disputes avec la jeune femme, mais jamais rien de bien sérieux. Enfin. A part lorsqu’elle est revenue après avoir disparue pendant six mois, bien entendu. Elle m’embrasse, sans aucun doute plus part habitude qu’autre chose et je ne bronche pas. Tout en enlevant sa veste, Shanae cherche sa fille. Elle ne le dit pas, mais elle c’est Théa qu’elle cherche et je lui fais savoir que notre bébé n’est pas là ce soir. Je remarque tout de suite le regard noir qu’elle cherche à tout pris à éviter de me lancer. Elle peut m’en vouloir autant qu’elle veut, je dois avouer que je m’en fiche totalement. Théa n’as pas besoin de voir ou d’entendre ses parents s’engueuler. Non vraiment, elle n’as pas besoin de cela. Elle est trop petite pour comprendre et je ne veux pas qu’elle assiste à cela, alors oui pour ce soir, je l’ai envoyé loin de la maison. Et je sais que tout ira bien pour elle chez ma meilleure amie. Je fais savoir à Shanae que je veux parler de notre situation et tout de suite je vois son sourire disparaître. Je ne sais pas quand je pourrais le revoir à nouveau. « Tu as raison. Il faut qu'on en discute. » C’est tout ce qu’elle trouve à me dire. Je viens littéralement de lui dire tout ce que j’ai sur le cœur et c’est tout ce qu’elle me dit. Je passe une main sur mon visage et soupire longuement. Je pose mon regard sur elle et attends la suite.

« Je... Je sais que ce n’est pas facile pour toi mais ça l'est encore moins pour moi, j'suis paumée, je ne sais pas où j'en suis, je n’arrive pas à savoir c'que j'veux. Et en plus les hormones commencent à me titiller sérieusement. J'suis partagée, y'a un côté de moi qui me dit de le garder, et d'un autre côté j'me dis que ce ne serait pas bien. Et puis... Je sais pas, j'te connais par cœur et pourtant je n’arrive pas à savoir c'que toi tu veux. Autant la première fois, je savais, je n’ai pas hésité longtemps quand j'ai vu à quel point ça te rendait heureux. Et je ne le regrette pas aujourd'hui, mais là j'ai peur de faire quelque chose que je regretterai, autant d'un côté que de l'autre. » Je crois que je m’attendais à tout, sauf à cela. En une seule et unique réponse, elle a réussi à me dire oui et non. En quelque sorte. Elle ne sait pas quoi faire. Cela fait plus d’une semaine que je la laisse ruminer dans son coin et elle n’as aucunes réponses concrète à me donner. Mais le pire dans tout cela, c’est qu’elle est presque en train de me rejeter la faute dessus. Il ne faut pas que je m’énerve. Surtout pas, sinon je sais que je vais devenir méchant. C’est toujours comme cela lorsque je m’emporte. Je ne sais même pas par où commencer. Je me contente de secouer un peu la tête avant de prendre appui sur le comptoir du bar avec mon dos. J’enfonce mes mains dans les poches de mon jeans tandis que Shanae prends place sur une chaise. J’allais ouvrir la bouche, mais elle est plus rapide que moi. « En fait j'me sens juste conne de pas avoir pensé à nous protéger, ou à reprendre la pilule quand je suis rentrée... Ca nous aurait évité ça... » Ca c’est la meilleure je crois. « On aurait peut être même pas dû coucher ensemble. Ca nous aurait évité de se demander si on doit tuer quelqu’un ou pas ! » Je n’ai jamais été pour l’avortement. Dans des cas extrêmes oui, mais là… Nous sommes loin d’être un cas extrême.

« Tu veux savoir pourquoi je suis sûr de rien ? Parce que du moment où on a atterris ici, tu n’avais qu’une seule idée en tête : partir. Tu ne m’as rien dit, tu as juste pris ta valise et t’es partie. Encore une fois ! Je peux plus supporter ça. Je ne peux pas imaginer avoir un second enfant avec une femme qui ressemble à un courant d’air. C’est a moi que tu dois parler, pas avec lui. Et me sors pas un discours sur la jalousie Shanae, je crois que sur ce coup là j’ai tout les droits d’avoir une telle réaction. » Parce que je sais parfaitement pourquoi elle est partie chez Nathan. Parce qu’à lui, elle lui parle. Il savait pour sa maladie, il sait tout d’ailleurs, alors que je ne connais que certains détails. Les moins graves, sait on jamais, je pourrais être celui qui panique et s’enfuit en courant. Et voilà qu’elle recommence. Parce que je sais qu’elle est allée lui parler. Je remarque les larmes de la jeune femme, mais j’essaye de ne pas y faire plus attention. Il faut que l’on parle, que l’on soit honnête l’un envers l’autre. Ce n’est pas le moment de s’apitoyer. « Je suis absolument contre l’avortement. C’est notre bébé après tout et c’est sans aucun doute pas lui le problème. Le problème c’est nous. On se voile la face depuis trop longtemps. Il y a toujours quelque chose qui ne va pas. Sinon tu n’irais pas te réfugier chez se type plusieurs fois dans la semaine… »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Mer 25 Sep - 12:41



 


We seriously need to talk !


Je ne sais pas où j'en suis, c'est un secret pour personne, et encore moins pour Isaac. Si ne serait-ce qu'une seconde, j'avais su ce que je voulais à propos de cet enfant, il aurait été le premier au courant. Je sais bien que le problème, ce n'est pas cet enfant que je porte, le problème, c'est notre couple. J'aime Isaac plus que de raison, et personne au monde ne pourra changer ça, mais je sens que c'est différent depuis que je suis rentrée. Je ne lui remets pas la faute dessus, puisque je suis la première fautive, je n'aurai pas dû partir, je le sais. Et je n'ai plus qu'à m'en mordre les doigts. Il n'a plus confiance en moi, et c'est tant pis pour moi.

Je m'assieds sur une chaise et lâche un long soupire, avant de reprendre, les yeux dans le vide, songeuse. Je lui avoue notre bêtise que de ne pas avoir pensé à nous protéger. On aurait pu y penser c'est vrai quoi ! Mais sa réponse me coupe simplement le souffle. « On aurait peut être même pas dû coucher ensemble. Ca nous aurait évité de se demander si on doit tuer quelqu’un ou pas ! ». Ça y est, une boule se forme dans ma gorge. Je relève les yeux vers lui et le fusille du regard. Ses paroles commencent déjà à être blessantes, empruntes de remords. Je serre les dents avant de m'énerver à mon tour. On n'est pas là pour ça.

« Tu veux savoir pourquoi je suis sûr de rien ? Parce que du moment où on a atterris ici, tu n’avais qu’une seule idée en tête : partir. Tu ne m’as rien dit, tu as juste pris ta valise et t’es partie. Encore une fois ! Je peux plus supporter ça. Je ne peux pas imaginer avoir un second enfant avec une femme qui ressemble à un courant d’air. C’est a moi que tu dois parler, pas avec lui. Et me sors pas un discours sur la jalousie Shanae, je crois que sur ce coup là j’ai tout les droits d’avoir une telle réaction. ». Là c'en est trop, je ne compte pas me laisser faire. Le ton de ma voix est devenu sec comme le sien, et ma gorge est serrée. «Mais tu voulais quoi ? Qu'on reste à faire semblant pendant des jours entiers, sans se parler ? Qu'on fasse comme si de rien n'était, juste par peur de se disputer, ou de mettre des mots sur ce qu'on ressent ? Depuis que je suis rentrée on n'a même pas pris le temps de parler calmement, de discuter de nous, de notre famille. On a mis un mouchoir dessus et voilà ce qu'il en ressort. C'est toujours pareil ! Tu sais très bien que je déteste faire semblant. Alors au lieu de ne pas parler avec toi, j'ai choisi d'aller parler avec Nathan. Oui. Et j'assume entièrement mon choix. J'avais besoin de prendre quelques jours pour moi, pour me poser, pour réfléchir à ce que je voulais vraiment. Et puis que je sache, a aucun moment tu m'as demandé de rentrer à la maison. A aucun moment tu as dit à ta soeur qu'elle avait pas le choix, que c'était aussi ma maison et que je pouvais revenir habiter ici qu'elle soit contente ou pas. Alors me reproche pas d'habiter entre ici et chez Nathan ! Merde !».

Je me lève et me dirige vers le dossier du canapé, sur lequel je m'appuie. Je viens de m'épuiser à lui parler comme ça. Je m'en veux déjà mais il faut que tout ça sorte, il faut qu'on communique sinon on n'ira nulle part tous les deux. Je reste dos à lui, parce que j'ai trop de mal à le regarder. Je n'ai qu'une seule envie c'est d'aller me blottir dans ses bras, l'embrasser et ne plus reparler de tout ça. Mais ce n'est pas la meilleure idée qui soit. « Je suis absolument contre l’avortement. C’est notre bébé après tout et c’est sans aucun doute pas lui le problème. Le problème c’est nous. On se voile la face depuis trop longtemps. Il y a toujours quelque chose qui ne va pas. Sinon tu n’irais pas te réfugier chez ce type plusieurs fois dans la semaine… » Je sais qu'il a raison, et pourtant c'est toujours difficile à avouer. Je me redresse, toujours dos à lui, et pose ma main sur mon ventre. Ma voix se radoucit, mais je ne me retourne pas pour autant. «Tu veux savoir pourquoi je suis retournée chez Nathan en rentrant de Paris ?». Je n'attends pas sa réponse et continue avant qu'il ne me coupe. «Parce que quand j'te regarde j'ai qu'une seule envie, c'est de te dire que j'ai envie de garder ce bébé, parce que tout ce qui vient de toi me remplit de joie. Alors j'ai préféré partir quelques jours pour me retrouver seule avec moi même et réfléchir sur ce que je veux vraiment. Peser les pour et les contre. Savoir si je suis prête à devenir mère pour la 2ème fois alors que je suis même pas sûre d'être guérie de mon cancer...». C'est ce moment que je choisis pour me retourner et lui faire face. Les larmes me montent aux yeux mais je résiste au maximum. Ma voix se remet à trembler. «J'ai pas envie de te laisser tout seul avec 2 enfants si jamais il m'arrive quelque chose, tu comprends ? J'ai beau être sûre de l'amour que j'ai pour toi, et pour Théa, y'a toujours une par de moi, qui me dit de faire attention, parce que si je rechute, je vous ferai souffrir plus encore que si j'étais pas revenue...». Je serre les dents. Voilà, il sait désormais la vraie raison. Qu'il me comprenne ou pas, peu importe, je lui ai avoué le fond de ma pensée, je lui ai livré ma plus grande peur. Reste à savoir ce qu'il en pense...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Ven 27 Sep - 10:50





We seriously need to talk !


Il ne me faudra pas longtemps pour comprendre que Shanae est tout aussi perdu que moi. Sa remarque me fait douter encore plus. Est-ce qu’elle regretterait tout ce qui a pu se passer entre nous depuis son retour. Je n’en sais trop rien. De toute manière, depuis qu’elle est rentrée, on ne parle jamais sérieusement. On fuit ce genre de conversation. Pour le moment, on se contente d’essayer de vivre des moments en famille. Ce qui est quelque chose d’assez normal après tout, non ? Mais on n’avait pas vraiment prévu qu’elle tombe à nouveau enceinte. Les tensions ont été éloignés pendant plus d’une semaine, mais là… Nous sommes obligés d’y faire face. J’ai tellement attendu, je me sens tellement tendu que je ne peux m’empêcher d’hausser le ton. Ce qui m’énerve le plus c’est qu’elle soit parti ce réfugié chez Nathan. Je sais qu’il est son ami, mais j’estime que c’est à moi qu’elle doit parler de ses craintes et pas à lui. Mais on n’a pas vraiment le même point de vue sur la question. « Mais tu voulais quoi ? Qu'on reste à faire semblant pendant des jours entiers, sans se parler ? Qu'on fasse comme si de rien n'était, juste par peur de se disputer, ou de mettre des mots sur ce qu'on ressent ? Depuis que je suis rentrée on n'a même pas pris le temps de parler calmement, de discuter de nous, de notre famille. On a mis un mouchoir dessus et voilà ce qu'il en ressort. C'est toujours pareil ! Tu sais très bien que je déteste faire semblant. Alors au lieu de ne pas parler avec toi, j'ai choisi d'aller parler avec Nathan. Oui. Et j'assume entièrement mon choix. J'avais besoin de prendre quelques jours pour moi, pour me poser, pour réfléchir à ce que je voulais vraiment. Et puis que je sache, à aucun moment tu m'as demandé de rentrer à la maison. A aucun moment tu as dit à ta sœur qu’elle n’avait pas le choix, que c'était aussi ma maison et que je pouvais revenir habiter ici qu'elle soit contente ou pas. Alors ne me reproche pas d'habiter entre ici et chez Nathan ! Merde ! » Ma mâchoire ce serre face à ses mots. Je ne m’attendais pas à cela venant d’elle. Elle est presque cruelle sans s’en rendre compte. J’ai l’impression que tout est de ma faute désormais. Je passe une main sur mon visage et soupire longuement. Il ne faut pas que je m’énerve, mais j’ai l’impression que ça va être très dur de rester calme.

« Parce que t’as demandé à parler toi. On a essayé et ça c’est plutôt mal fini non ? Je me tais parce que tout les jours j’essaye de me dire que je peux de nouveau avoir confiance en toi. J’y croyais dur comme fer, maintenant… Je ne sais plus trop. Mais si tu veux parler on va parler, de toute façon c’est pour cela que je t’ai demandé de venir ce soir. » Et c’est aussi pour cela que j’ai envoyé Théa loin de la maison. On n’aurait jamais pu se parler de cette manière si elle était là juste à côté de nous, assise dans sa chaise haute. Elle me manque déjà, mais je préfère ne pas penser à elle pour le moment. Il faut que je me concentre sur Shanae. Sur nous, sur notre couple. « Et ne met pas ma sœur là-dedans, d’accord ! » Je n’ai pas envie de m’étaler sur le sujet. Je ne veux pas qu’elle implique ma petite sœur dans nos disputes. Je sais que Malèa n’as pas été tendre avec Shanae, mais elle a ses raisons et je ne peux que les comprendre. Je ne vais pas lui en vouloir pour cela et j’estime que de toute manière ce n’est pas le sujet que nous devons aborder en premier. Il faut que l’on parle de nous de manière générale, parce que ce n’est pas simplement une question de cohabitation. Elle me tourne le dos et je soupire longuement. J’ai l’impression que l’on ne va jamais pouvoir s’en sortir. Je sens que je vais tout perdre ce soir et cela commence à me faire peur.

« Tu veux savoir pourquoi je suis retournée chez Nathan en rentrant de Paris ? Parce que quand j'te regarde j'ai qu'une seule envie, c'est de te dire que j'ai envie de garder ce bébé, parce que tout ce qui vient de toi me remplit de joie. Alors j'ai préféré partir quelques jours pour me retrouver seule avec moi même et réfléchir sur ce que je veux vraiment. Peser les pour et les contre. Savoir si je suis prête à devenir mère pour la 2ème fois alors que je ne suis même pas sûre d'être guérie de mon cancer... Je n’ai pas envie de te laisser tout seul avec 2 enfants si jamais il m'arrive quelque chose, tu comprends ? J'ai beau être sûre de l'amour que j'ai pour toi, et pour Théa, y'a toujours une par de moi, qui me dit de faire attention, parce que si je rechute, je vous ferai souffrir plus encore que si je n’étais pas revenue...» Je l’écoute attentivement et plonge mon regard dans le sien lorsqu’elle décide enfin de se tourner vers moi. Dans le fond, je comprends tout ce qu’elle avance, mais je ne pense pas la même chose qu’elle. On a souvent été en désaccords tous les deux, mais ce soir c’est comme s’il n’y avait pas de point de retour possible. C’est comme si un mur était en train de se construire entre nous. « Alors… Il en est ressortie quoi de te réflexion. C’est quoi les pours, c’est quoi les contres ? » Je voudrais juste entendre ce qu’elle a pu mettre dans cette liste. Juste pour voir si c’est quelque chose de cohérent ou pas du tout. Je lève les yeux vers elle et baisse à nouveau la tête. Je vois bien qu’elle s’éloigne un peu plus de moi et j’ai tellement peur de la perdre… Je me sentais tellement bien avec elle ces derniers temps. En réalité, je me fais bouffer par la peur.

« Je comprends que tu ai peur Shanae. Je te promets que je comprends, mais… On va vivre avec des regrets à cause de ça ? Je préfère essayer. Enfin je ne sais pas… Je préfère dire à mes enfants que leur mère a tout fait pour eux, qu’elle c’est battue jusqu’au bout et qu’elles les aimaient plus que tout. Qu’on était les plus heureux du monde tous ensemble. Je préfère cela que dans dix ans, me dire que j’aurais pu avoir un deuxième enfant et que l’on se dispute encore à cause de ça. » Pour moi, Shanae ne peux pas mourir. Je n’accepte pas cette fatalité qui plane encore au dessus de sa tête malgré tout. Pour moi, il ne lui arrivera jamais rien. Et je me dis que s’il lui arrive quelque chose dans quelques années, je pourrais quand même me dire qu’on a tous essayer et que l’on a été heureux jusqu’au bout. Jusqu’à la dernière minute. Je ne bouge pas et lève les yeux doucement vers elle. « Mais je sais pas Shanae… Tu ne me parle jamais de ta maladie. Je sais que tu va encore chez le médecin, mais tu ne me dis rien. Si tu rechute, tu me le dirais au moins ? Arrête de ne pas vouloir me blesser. Je suis grand, je peux encaisser. Si tu veux qu’on soit ensemble, il faut que tu m’en parle sérieusement. » J’ai besoin de savoir. J’ai besoin d’être celui a qui elle dit tout. D’être son confident et tout le reste. « Et je crois qu’il faut qu’on parle de Théa aussi. Est-ce que tu te sens mieux avec elle ? Je ne sais pas… Tu as encore des doutes ou pas ? » Ce soir on va parler. On va tout faire sortir, c’est tout ce dont on a besoin. J’ai cruellement envie de la prendre dans mes bras, mais je ne fais rien. Pour le moment, je reste dans mon coin, les bras croisés sur le torse.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Mer 2 Oct - 10:07



 


We seriously need to talk !



« Parce que t’as demandé à parler toi. On a essayé et ça c’est plutôt mal fini non ? Je me tais parce que tout les jours j’essaye de me dire que je peux de nouveau avoir confiance en toi. J’y croyais dur comme fer, maintenant… Je ne sais plus trop. Mais si tu veux parler on va parler, de toute façon c’est pour cela que je t’ai demandé de venir ce soir. Et ne met pas ma sœur là-dedans, d’accord !» Ça me fait mal quand il sous-entend qu'il n'arrive toujours pas à me faire confiance, et c'est sûrement ça aussi qui fait que j'ai besoin de retourner régulièrement chez Nathan. Au moins avec lui, je n'ai pas besoin de réfléchir a chacun de mes actes, je ne me sens pas jugée. Isaac est encore trop faible à mon égard, il a encore trop peur que je m'en aille, et ça a tendance à faire vaciller notre couple. Le pire dans tout ça c'est que je ne peux rien y faire. Rien du tout. Il n'y a que le temps qui peut faire quelque chose à ce propos, et encore, parfois j'en doute. J'ai bien peur qu'il ne retrouve jamais une réelle confiance en moi, et j'avoue que ça me mine.

Je me retourne pour être dos à lui et pouvoir lui parler sans flancher. Lorsque je le regarde j'ai du mal à trouver mes mots, je me perds dans ses yeux et je ne suis plus maître de mes émotions. Je préfère alors lui tourner le dos pour être capable de me livrer à lui, tout en restant debout sur mes jambes, bien qu'elles soient quand même tremblantes. A la fin de ma tirade, c'est à lui de lever les yeux vers moi. Il me demande alors : « Alors… Il en est ressortie quoi de te réflexion. C’est quoi les pours, c’est quoi les contres ? ». Je déglutis, avant de baisser les yeux à nouveau. «Je viens de te dire pourquoi ça me fait peur. Ça c'est le contre. Et le pour... c'est simplement que... que je t'aime.» Ça c'est la vraie raison. Si je n'avais pas si peur de nous, de nos disputes, de sa non confiance en moi, et de mon cancer, j'aurai dit oui sans aucune hésitation.

« Je comprends que tu ai peur Shanae. Je te promets que je comprends, mais… On va vivre avec des regrets à cause de ça ? Je préfère essayer. Enfin je ne sais pas… Je préfère dire à mes enfants que leur mère a tout fait pour eux, qu’elle c’est battue jusqu’au bout et qu’elles les aimaient plus que tout. Qu’on était les plus heureux du monde tous ensemble. Je préfère cela que dans dix ans, me dire que j’aurais pu avoir un deuxième enfant et que l’on se dispute encore à cause de ça. » Il n'a pas tort. Finalement je regrette mon choix d'être retournée chez Nathan à notre retour de Paris. Si il m'avait dit ça le premier jour, je n'aurai pas hésité, malgré la peur. Il sait comment me rassurer, comment me parler. Il a toujours été le seul à pouvoir le faire à la perfection. Mais malheureusement dans certaines situations, la peur nous guide bien plus qu'on ne pourrait imaginer.

« Mais je sais pas Shanae… Tu ne me parle jamais de ta maladie. Je sais que tu va encore chez le médecin, mais tu ne me dis rien. Si tu rechute, tu me le dirais au moins ? Arrête de ne pas vouloir me blesser. Je suis grand, je peux encaisser. Si tu veux qu’on soit ensemble, il faut que tu m’en parle sérieusement... Et je crois qu’il faut qu’on parle de Théa aussi. Est-ce que tu te sens mieux avec elle ? Je ne sais pas… Tu as encore des doutes ou pas ?» Je suis face à lui cette fois, et lorsqu'il lève les yeux sur moi, je sens son besoin d'en savoir plus. Mais j'ai tellement de mal à parler de ça. J'ai peur, tellement peur. Je serre la mâchoire et avale ma salive, comme si ça allait pouvoir faire disparaitre cette boule qui s'est logée dans ma gorge il y a quelques minutes. «Evidemment que j'te le dirai... la première fois j'ai agis sans réfléchir, c'est la peur qui a parlé. Mais maintenant que tu es au courant, je n'ai aucune raison de te cacher quoi que ce soit. Et puis... j'arriverai pas à vivre une autre épreuve aussi difficile que la première, sans toi. C'est impossible. Maintenant que je sais combien ça a été difficile, je ne veux plus jamais revivre ça...» Je marque une pause. Je fais quelques pas et reviens m'assoir sur la chaise, un peu plus près d'Isaac. «Mon médecin dit qu'il faut compter à peu près un an après le dernier traitement pour être sûr que ça ne revienne pas. Les chimio que j'ai faites à Atlanta ont détruit les cellules cancéreuses mais je suis pas à l'abris que ça revienne avant la fin de l'année. C'est pour ça qu'il faut surveiller et le prendre à temps si jamais ça arrive, pour pouvoir refaire une série de chimiothérapies. Il dit que je suis résistante et que y'a pas de raison que ça revienne. Mais on est jamais sûrs de rien...» . Je hausse les épaules avant de lâcher un soupir. Je passe mes mains sur mon visage, je suis fatiguée, ça fait même pas une heure que je suis là et je suis déjà épuisée par toutes ces discussions, ça me prend beaucoup d'énergie. Mais il faut en passer par là. «Et pour ce qui s'agit de Théa, ça me vexe un peu que tu me pose cette question. Je pensais que mon comportement avec elle aurait suffit à te rassurer. Je sais pas... j'ai l'impression que je me comporte comme une mère heureuse et aimante envers elle. Non ?» Mon regard croise le sien, il se contente de hocher la tête. Je me mordille la lèvre nerveusement. Un silence s'installe et je lâche d'un coup : «Je veux le garder. Je sais que si je prends la décision inverse je vais le regretter. Et j'ai pas envie. Si y'a bien une chose dont je suis sûre c'est ce que je ressens pour toi, et je ne veux pas passer ma vie loin de toi. Alors ce serait bête d'ôter la vie à un petit être dans lequel nos sangs se mélangent...» . Je n'ai jamais été aussi sûre qu'à cet instant précis de ma décision. Il me fallait ça, il me fallait un moment pour réfléchir, et finir par me retrouver face à lui. Il est mon pillier, mon essentiel, sans lui plus rien n'aurait de sens. Alors pourquoi nous prendre la tête pour quelque chose qui en soit est une merveilleuse nouvelle ?

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Dim 6 Oct - 18:26





We seriously need to talk !


Je sais que je suis loin d’être gentil en faisant comprendre à Shanae que j’ai encore du mal à lui faire confiance. Mais pourtant c’est le cas. C’est quelque chose que je ressens réellement depuis notre retour de Paris. Parce qu’elle est partie sans prévenir pour aller se réfugier chez ce Nathan. Je ne sais absolument rien de ce mec et je ne l’aime pas. Parce que je sais parfaitement qu’elle se confie à lui. Je suis persuader qu’il en sait plus sur elle que je peux en savoir. Il connaît sa maladie sur le bout des doigts. Elle doit sans aucun doute lui parler de nous et de nos problèmes. Au lieu de vouloir régler cela avec moi, elle va d’abord lui demander des conseils à lui. Ce n’est pas quelque chose de normal. Pas pour moi en tout cas. Je ne suis pas allé demander de l’aide à Malèa ou à ma meilleure amie dès que je suis rentré. J’ai juste décidé de prendre sur moi en attendant que Shanae prenne une décision. Mais aujourd’hui, il serait peut être temps que l’on parle tous les deux. Que l’on mette les choses à plat une bonne fois pour toutes. Parce qu’on a terriblement besoin de cela, l’un comme l’autre. Pour la première fois depuis son retour, je dis tout. Je ne prends pas de gants et j’ai peur qu’elle m’en veuille dans le fond. Mais j’ai besoin de lui dire tout ce que je ressens et surtout j’ai besoin qu’elle s’ouvre à moi elle aussi. Qu’elle me parle de sa maladie et tout le reste. Parce que j’ai besoin de savoir pour avancer. Je le sais.

« Evidemment que j'te le dirai... La première fois j'ai agis sans réfléchir, c'est la peur qui a parlé. Mais maintenant que tu es au courant, je n'ai aucune raison de te cacher quoi que ce soit. Et puis... Je n’arriverai pas à vivre une autre épreuve aussi difficile que la première, sans toi. C'est impossible. Maintenant que je sais combien ça a été difficile, je ne veux plus jamais revivre ça... Mon médecin dit qu'il faut compter à peu près un an après le dernier traitement pour être sûr que ça ne revienne pas. Les chimio que j'ai faites à Atlanta ont détruit les cellules cancéreuses mais je ne suis pas à l’abri que ça revienne avant la fin de l'année. C'est pour ça qu'il faut surveiller et le prendre à temps si jamais ça arrive, pour pouvoir refaire une série de chimiothérapies. Il dit que je suis résistante et que y'a pas de raison que ça revienne. Mais on n’est jamais sûrs de rien... » Je l’écoute attentivement, sans bouger. Je la regarde s’asseoir en face de moi et j’enregistre toutes les informations qu’elle me donne enfin. Il y a toujours un risque. Elle pourrait à nouveau être malade et je ne vais pas le cacher, j’ai du mal à encaisser la nouvelle. Mais je ne dis rien. Je ne veux pas la braquer. Parce qu’enfin elle parle et j’ai désespérément besoin de cela. « Et pour ce qui s'agit de Théa, ça me vexe un peu que tu me pose cette question. Je pensais que mon comportement avec elle aurait suffit à te rassurer. Je ne sais pas... j'ai l'impression que je me comporte comme une mère heureuse et aimante envers elle. Non ? » Je sais qu’elle a raison. Dans le fond, je ne sais même pas pourquoi je lui ai dit cela. Je n’aurais jamais dû le faire. Elle est exemplaire avec Théa. Je ne peux pas lui reprocher cela. Vraiment pas. « Je… Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça. Désolé. Tu es parfaite avec Théa. Elle a enfin retrouvé sa maman et elle à l’air heureux comme ça. » Oui notre petite fille est heureuse. Elle gazouille tout le temps, elle rigole et elle grandi bien. Elle a son équilibre et je ne veux pas briser cela. Je m’en veux d’avoir oser douter de Shanae sur ce sujet-là…

« Je veux le garder. Je sais que si je prends la décision inverse je vais le regretter. Et je n’ai pas envie. Si y'a bien une chose dont je suis sûre c'est ce que je ressens pour toi, et je ne veux pas passer ma vie loin de toi. Alors ce serait bête d'ôter la vie à un petit être dans lequel nos sangs se mélangent... » Je lève les yeux vers elle. Cette réponse. Ces quelques mots, c’est ce que j’ai attendu depuis plus d’une semaine. Je voulais juste l’entendre me dire cela et pourtant je n’arrive pas à m’en réjouir. Une nouvelle fois, il y a quelque chose qui bloque en moi. Quelque chose qui me dit de ne pas sauter de joie ou tout du moins pas tout de suite. « T’es sûre de toi ? Je ne veux pas que tu fasses ça juste pour me faire plaisir Shanae. Pas cette fois… » Parce que je sais parfaitement que ça a été le cas la première fois. Nous avons eu Théa parce que j’étais vraiment heureux d’apprendre la nouvelle. Les choses ne ce serait pas dérouler de la même façon sinon. On le sait tous les deux. J’hésite un instant et finis par venir m’asseoir en face d’elle. Je n’ose pas la prendre dans mes bras. Je ne sais pas pourquoi. « Il faut que tu reviennes ici une bonne fois pour toute Sha’. Je ne supporterais pas de te voir partir là-bas à nouveau. Pas si on doit avoir un nouvel enfant ensemble. Je vais m’occuper de ma sœur, je te le promets, mais il faut que tu reviennes. On a tous besoin de toi ici. Ta place n’est nulle part d’autre. » Je ne veux pas qu’elle retourne chez ce Nathan. Elle est enceinte, de moi, et elle doit revenir vivre dans sa maison. « Et promets moi que tu me dira tout maintenant. Que si tu te sens faible tu me le diras au lieu de forcer pour faire semblant que tout va bien. D’accord ? Je ne veux pas te perdre et je ne veux pas perdre ce bébé non plus… »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Mer 9 Oct - 10:14



 


We seriously need to talk !


Je sais qu'il est pommé lui aussi. Surtout quand je lui parle de ma maladie. Je sens que ça le met mal à l'aise, ou mal tout court.  C'est d'ailleurs pour ça que j'aurai préféré ne pas lui dire tout pas. Pas pour le lui cacher, mais simplement pour le préserver. Ça ne lui sert à rien après tout de savoir tout ça. Mais il me l'a demandé, et je ne veux plus rien lui cacher désormais. Je me sens mal de lui parler de tout ça, lui dire que je pourrai rechuter, peut être, mais qu'on ne sait pas. On avance dans l'obscurité avec cette foutue maladie. Mais après tout, tant que je suis avec lui, obscurité ou non, je m'en fous, je suis avec lui et c'est ce qui compte.

Je me défends quand il s'agit de Théa, moi qui pensais lui avoir prouvé que j'aimais ma fille éperdument et que je me sentais enfin mère. Je me sens vexée par sa remarque et ne manque pas de lui dire. « Je… Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça. Désolé. Tu es parfaite avec Théa. Elle a enfin retrouvé sa maman et elle à l’air heureuse comme ça. » Je me sens légèrement rassurée. Il avait sûrement la tête ailleurs et je peux le comprends.

Un silence comble la pièce, avant que je ne dise à Isaac que je voudrais garder le bébé. Ça y est, je sais ce que je veux. Je sais que si je prends la décision inverse je vais le regretter. « T’es sûre de toi ? Je ne veux pas que tu fasses ça juste pour me faire plaisir Shanae. Pas cette fois… ». Normal qu'il soit réticent. Je secoue la tête, les yeux brillants. «Non j'le fais pas uniquement pour te faire plaisir. J'ai découvert mon instinct maternel avec Théa depuis que je suis rentrée, et c'est tellement le bonheur de l'avoir dans mes bras, de pouvoir la voir grandir, arriver à la faire rire. Quand je suis avec elle je me sens mère plus que jamais. Alors pourquoi pas avec lui ?». Je pose ma main sur mon ventre avant de relever les yeux vers Isaac, un minuscule sourire au bord des lèvres. «Ou elle !».

Isaac vient s'asseoir en face ce moi. Mon coeur se met à battre un peu plus vite. Je ne le lâche pas des yeux. « Il faut que tu reviennes ici une bonne fois pour toute Sha’. Je ne supporterais pas de te voir partir là-bas à nouveau. Pas si on doit avoir un nouvel enfant ensemble. Je vais m’occuper de ma sœur, je te le promets, mais il faut que tu reviennes. On a tous besoin de toi ici. Ta place n’est nulle part d’autre. ». Mes yeux se remettent à briller. Depuis 2 mois que je suis rentrée, je n'ai rêvé que d'une chose, c'est qu'il me demande enfin de revenir ici définitivement. Je hoche la tête avec cette fois un sourire sincère, et conquis. «T'imagines même pas depuis combien de temps j'attends ça...». Je me lève et lui saute carrément dans les bras. Mes bras passent autour de son cou dans lequel j'enfouis mon visage. Je m'assieds sur ses genoux et je sens enfin ses bras m'entourer. J'ai bien cru que ça n'arriverait jamais.

« Et promets moi que tu me dira tout maintenant. Que si tu te sens faible tu me le diras au lieu de forcer pour faire semblant que tout va bien. D’accord ? Je ne veux pas te perdre et je ne veux pas perdre ce bébé non plus… ». Je reste enfouie dans son cou et je hoche doucement la tête, avant de lâcher dans un murmure «Promis !». Je reste là quelques minutes, profitant de ses mains parcourant mon dos. C'est vraiment ici que je me sens le mieux. «Je peux revenir à partir de ce soir ?». Je prends du recul pour pouvoir le regarder. «Nathan bosse de nuit, j'me dis que peut être on pourrait aller chercher ensemble mes affaires, et puis peut être que...». Je me pince la lèvres avec un petit sourire en coin. «Peut être que sur le retour on pourrait aller chercher Théa ? J'ai très envie de la voir...».

Ma main glisse sur la joue de mon amoureux. Finalement, cette discussion nous aura été bénéfique, et pour longtemps je l'espère. Ça a été difficile, mais l'issue est heureuse, et c'est le principal. Isaac accepte qu'on aille récupérer mes affaires. Je pense que le plus tôt pour lui est le mieux, et le fait que Nathan ne soit pas là doit peser dans la balance. J'enfile mon manteau et on se dirige vers la voiture. Pendant le trajet, je reste silencieuse, mes yeux rivés sur mon ventre, ma main le caressant doucement. «C'est fou quand même... on a beau vouloir essayer de tout contrôler dans sa vie, y'a toujours quelque chose ou quelqu'un qui décide à notre place. Ce bébé en est la preuve...» Je lève les yeux et regarde Isaac, qui a un petit sourire au coin des lèvres. J'attrape sa main droite et la pose sur mon ventre qui est encore plat, mais ça ne va pas durer. «Tu voudrais que ce soit un garçon ou une fille ?».

Assez rapidement on arrive chez Nathan qui finalement n'habite pas très loin. Je sens Isaac hésitant à descendre de la voiture. «Allez viens, j'te jure qu'il est pas là !». Il finit par enfin descendre, et on se dirige ensemble vers la maison. Il reste silencieux. Je sens qu'il n'est pas très a l'aise. «Je te promets de faire vite !». Je tourne la clé dans la serrure et on entre ensemble dans la maison de Nathan. Je prends une grande inspiration, attrape la main d'Isaac et le tire légèrement pour qu'il vienne avec moi. Je me dirige alors dans "ma" chambre. La salle de jeu en fait qui avait été transformée en chambre d'amis quand je suis arrivée. Au mur, quelques dessins des jumeaux avec des "mots d'amour", des photos de Nathan et moi en train de faire les cons, et des photos de moi avec les jumeaux. Isaac reste planté au milieu de la pièce alors que je suis déjà en train de remplir ma valise avec mes affaire.
«Mon coeur tu veux bien mettre toutes mes chaussures dans ce sac ?» Je lui balance un sac qu'il rattrape in extremis tellement il était absorbé par les photos et dessins accrochés au mur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Lun 14 Oct - 11:19





We seriously need to talk !


J’ai du mal à accepter la maladie de Shanae. Je sais qu’elle est malade. Je le sais depuis quelques temps désormais, mais je ne sais pas… Pour moi, ce n’est pas concret. Parce que je l’ai toujours vu en santé. Oui elle est bien plus fragile depuis qu’elle est revenue dans ma vie, c’est vrai. Mais je ne sais pas… Pour moi, elle est toujours la même Shanae. Il n’y a rien qui la ronge. Et pourtant… Elle est malade et le cancer n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Elle est guérie, mais elle ne le sera jamais totalement. Le cancer peut décider de revenir la frapper n’importe quand et c’est bien cela qui me déstabilise. Je l’ai déjà perdu une fois et je ne suis pas prêt à la perdre à jamais. J’ai trop besoin d’elle dans ma vie, Théa à trop besoin d’elle… Pourtant. J’ai besoin de savoir, j’ai besoin qu’elle me parle de son mal. Elle se confie. Elle se défend quand à son rapport avec sa fille également. Je me suis emporter et je m’en veux. Parce que je sais parfaitement que la jeune femme est une maman exemplaire. Elle est tellement attentionnée avec sa fille. Je sais que parfois, je ne lui laisse pas beaucoup de place. Je suis toujours le premier pour m’occuper de Théa. C’est une habitude. J’étais seul auparavant et je suis encore souvent seul à la maison avec elle. Enfin. Visiblement Shanae ne m’en veux pas trop.

Et alors qu’un silence presque gênant empli la pièce, Shanae se tourne vers moi, un léger sourire sur les lèvres. Elle veut garder ce bébé. Elle a décidé. Je l’entends rien qu’au son de sa voix. Désormais, elle ne changera pas d’avis. Pourtant, je n’arrive pas à me sentir soulagé. J’ai peur que comme pour Théa, elle prenne cette décision uniquement pour me faire plaisir. Je ne veux pas que ce soit le cas. Je veux qu’elle soit réellement sûre d’elle et que ce bébé elle le désire pour elle avant tout. « Non j'le fais pas uniquement pour te faire plaisir. J'ai découvert mon instinct maternel avec Théa depuis que je suis rentrée, et c'est tellement le bonheur de l'avoir dans mes bras, de pouvoir la voir grandir, arriver à la faire rire. Quand je suis avec elle je me sens mère plus que jamais. Alors pourquoi pas avec lui ? … Ou elle ! »  Je la regarde poser sa main sur son ventre et je me rends compte que c’est la première fois que je la vois faire cela depuis qu’elle est de nouveau enceinte. Cela me touche. Elle se sent prête et je me sens prêt moi aussi. Certes bébé n’était pas prévu – encore une fois – mais on va l’avoir ensemble. On va agrandir notre famille et je crois qu’il n’y a rien qui ne pourrait me rendre plus heureux. « On va avoir un deuxième bébé. » dis-je doucement presque ému par la situation. Je calcule rapidement. Ma petite puce à bientôt dix mois, elle aura donc plus d’un an lorsque son frère ou sa sœur arrivera. Elle sera plus autonome et les choses seront un peu plus faciles pour nous. Moi qui commençais à m’habituer à refaire des nuits complètes. Il va falloir que je sacrifie cela, mais je m’en fiche dans le fond. Je vais de nouveau être papa !

Assis en face de Shanae, je finis par lui demander de revenir définitivement à la maison. Je veux qu’elle vienne à la maison pour vivre avec nous tous les jours. Je sais déjà que ma petite sœur va faire une crise. Crise qui sera amplifié lorsqu’elle va apprendre que Shanae est enceinte. Mais je vais lui faire face. J’aime ma sœur plus que tout au monde, mais à vingt-six ans, je ne veux pas qu’elle dicte ma vie. Il est temps que l’on prenne sérieusement les choses en main. « T'imagines même pas depuis combien de temps j'attends ça... » Je n’ai même pas le temps de dire quoique ce soit, que Shanae se lève et me saute dans les bras. Elle enfoui son visage dans le creux de mon cou et je serre mes bras autour de son corps frêle. De nouveau, le silence s’installe entre nous, mais pas de malaise cette fois. Juste un moment de paix et d’amour. Un câlin tendre. Entre temps, Shanae me promets de tout me dire désormais. Même si elle va mal et même si elle a peur de me blesser. Parce que j’ai besoin de se lien privilégier avec elle. C’est quelque chose de réellement important pour moi.

« Je peux revenir à partir de ce soir ? Nathan bosse de nuit, j'me dis que peut être on pourrait aller chercher ensemble mes affaires, et puis peut être que... Peut être que sur le retour on pourrait aller chercher Théa ? J'ai très envie de la voir... » Un sourire se dessine sur mes lèvres lorsque Shanae évoque Théa. Elle serait prête à faire n’importe quoi pour voir sa petite puce ce soir. D’un côté cela me touche et je sais que ma meilleure amie sera contente d’avoir sa nuit de libre finalement. Pourtant, je ne suis pas très emballé à l’idée, de me rendre chez le fameux Nathan. Pourtant… « D’accord. » J’ai besoin de l’avoir avec moi dès ce soir. La main de Shanae glisse sur ma joue et je viens l’embrasser tendrement. Je ne supporte pas de me prendre la tête avec elle, mais je pense que l’on en avait sincèrement besoin.

Assez rapidement, on se retrouve dans la voiture. Shanae me donne le chemin et je me concentre sur la route. Pourtant je sens que Shanae gigote à côté de moi. Je tourne la tête et remarque sa main posé sur son ventre. Il est encore bien plat, mais dans quelques mois, elle aura de nouveau un beau bidon tout arrondis. Elle était sublime pendant sa première grossesse et j’ai hâte de la voir de nouveau comme cela. « C'est fou quand même... On a beau vouloir essayer de tout contrôler dans sa vie, y'a toujours quelque chose ou quelqu'un qui décide à notre place. Ce bébé en est la preuve... » Un nouveau sourire se dessine sur mes lèvres. C’est vrai que ce bébé on ne l’avait pas prévu. « Encore un bébé pas vraiment prévu… Faudra qu’on arrête après. » dis-je alors en riant. Papa de deux enfants oui, trois. Euh… Pas vraiment. Pourtant je me sens réellement heureux. J’ai toujours rêvé d’avoir une famille. Ma propre famille. Parce que je n’ai pas vraiment été gâté de ce côté là. Je suis déjà le papa d’une petite princesse et dans neuf mois je serais à nouveau papa d’un petit être. « Tu voudrais que ce soit un garçon ou une fille ? » Ouah. Bonne question. A l’époque de la première grossesse de Sha’ je lui avais simplement dit que je voulais un bébé en bonne santé. Aujourd’hui j’ai un avis un peu plus marqué sur la question. « J’aimerais bien un petit boy. Pour me soutenir dans ce monde filles. Et toi ? » Une nouvelle fois je rigole un peu. Je suis entouré par les femmes. Ma meilleure amie, ma sœur, ma copine et ma fille. Un garçon ne ferait pas de mal au milieu de tout cela. Shanae à attraper ma main et la poser sur son ventre. J’ai déjà hâte de sentir les coups de pieds à nouveau. « Mais maman et bébé en bonne santé avant tout. » Je me penche pour déposer un baiser sur sa joue et finis par me garer devant la maison qu’elle m’a indiqué.

« Allez viens, j'te jure qu’il n’est pas là ! Je te promets de faire vite ! » Je suis réticent, mais je décide tout de même de lui faire confiance. J’ai l’impression de rentrer chez l’ennemi, mais je préfère ne pas faire de commentaire. Je ne me sens pas chez moi et j’ai bien l’intention de rester ici quelques minutes seulement. Je suis Shanae sans rien dire et elle m’entraîne dans la pièce qui semble être sa chambre. Je la laisse s’activer et regarde autour de moi. Il y a des photos et des dessins au mur. Je me rapproche et observe tout cela. Des photos de Shanae et Nathan. Deux enfants que je ne connais pas et… C’est tout. « Mon cœur tu veux bien mettre toutes mes chaussures dans ce sac ? » Je l’entends à moitié et attrape son sac au dernier moment. Une nouvelle fois, mon regard se pose sur le mur. Je cherche tout autour de moi, mais je ne trouve pas ce que je voudrais trouver. « T’as pas de photo de nous… » Cette constatation me fait mal au cœur. « Tu as des dessins d’enfants, des photos d’eux aussi, mais t’as même pas une photo de ta fille… » Je lâche le sac et m’assois sur le lit, un peu abasourdi. « Je… Je te laisse finir. » dis-je en me relevant. Cette constatation m’as fait froid dans le dos. Oui elle voit sa fille tous les jours ou presque, mais quand même… Rapidement, je retrouve le chemin qui mène à l’extérieur. Pour m’occuper l’esprit, je prends mon téléphone et appelle ma meilleure amie pour lui dire que je vais aller chercher ma fille dans une bonne demi-heure.

***

Une bonne heure et demie plus tard, je dépose le dernier carton de Shanae dans l’entrée de la maison. Voilà. Elle est officiellement de retour parmi nous. Elle est là et cette fois c’est bel et bien réel. Nous sommes allés chercher Théa chez ma meilleure amie et cette dernière ne semble pas spécialement prête à dormir. En même temps, elle a fait la sieste pendant près de quatre heures cette après-midi. D’un côté, j’ai l’impression que cela plaît tout particulièrement à sa maman. Nous allons pouvoir passer un peu de temps tous les trois. Je crois que nous avons besoin de cela. Je ferme la porte derrière moi et rejoins les deux femmes de ma vie qui ce sont installées dans le canapé. Théa essaye de se tenir debout sur les genoux de sa maman et rigole de bon cœur aux grimaces que Shanae est en train de lui faire. Lorsque je m’assois à leurs côté, je les regarde pendant un bon moment sans rien dire. Jusqu’à ce que Théa se mette a sautillé sur le ventre de sa mère. « Héhé doucement bébé ! » Je la fais reculer et elle tombe sur ses fesses en me regardant d’un air étonnée, prête à pleurer. Je me penche vers elle et lui souris pour lui montrer que ce n’est pas une grosse bêtise qu’elle vient de faire. « Commence pas à écraser ton frangin hein ! » Je rigole et croise le regard de Shanae. « Ou ta petite sœur, je sais. » dis-je en râlant quelque peu. Je regarde à nouveau ma petite fille et la couvre de bisou. Ma princesse va bientôt être une grande sœur. Cela amène pas mal de question tout de même. Je viens me blottir contre ma petite amie et pose ma tête sur son épaule. « Tu crois que ça ira pour elle ? » demandais-je doucement. « Je veux dire… On s’occupe uniquement d’elle depuis sa naissance. Surtout moi. » Je regarde ma petite puce et caresse son ventre du bout du doigt. « J’espère qu’elle sera pas jalouse. »  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Mer 16 Oct - 10:09



 


We seriously need to talk !


Mon chéri ne mets pas longtemps avant d'accepter qu'on aille chercher mes affaires chez Nathan, même si je vois bien que ça ne l'emballe qu'à moitié. Pas qu'il ne veuille pas que je me réinstalle ici dès ce soir, mais surtout parce qu'il n'est pas fan de l'idée d'aller chez Nathan. Je le câline un peu pour faire passer la pilule. Je ne me sens pas d'y aller seule pour tout préparer, ranger, porter. Et puis surtout je ne veux plus me séparer de lui une seule seconde.

Assez rapidement on se retrouve dans la voiture, Isaac est concentré, alors j'essaie de détendre l'atmosphère en parlant du bébé. « Encore un bébé pas vraiment prévu… Faudra qu’on arrête après. ». Je lâche un petit rire et secoue la tête amusée. «Oui après ça je reprends la pilule t'en fais pas. Faudra juste que je vois avec mon médecin pour qu'il en trouve une qui n'altère pas mon traitement.». Je grimace légèrement. Mais avant de nous miner le moral à parler de mon cancer, je demande à Isaac ce qu'il préfèrerait, un garçon ou une fille. « J’aimerais bien un petit boy. Pour me soutenir dans ce monde filles. Et toi ? ». Je ris deoucement, en même temps ça ne m'étonne pas il est entouré de filles, sa soeur, sa meilleure amie, Théa, moi, et même au bar il y a plus de serveuses qu'autre chose. «Tu m'étonnes ! Moi aussi j'aimerai bien un petit frère pour Théa. Un garçon une fille c'est bien. Mais bon 2 filles c'est bien aussi !». Je hausse les épaules et n'enlève pas ma main de sur mon ventre alors que nous arrivons chez Nathan. Je rassure mon homme comme je peux mais je ne le sens pas à l'aise. Je lui promets de faire le plus vite possible.

En arrivant dans "ma chambre", je fais le plus vite possible pour qu'on parte d'ici rapidement. Isaac est pensif, dans la lune. Il regarde tout autour de lui. J'essaie de le distraire mais non. Il est ailleurs, jusqu'à ce qu'il me dise : « T’as pas de photo de nous… Tu as des dessins d’enfants, des photos d’eux aussi, mais t’as même pas une photo de ta fille… ». Je me retourne vers lui et m'arrête net de ranger mes affaire. Je fais le tour du lit alors qu'il s'assied dessus, et sors de ma table de nuit 3 livres que je mets dans les mains d'Isaac. «Tiens... ouvre les au niveau des marque-pages...». Dans chacun d'eux, une photo différente. Une d'Isaac et moi, une de nous 3, et une juste de lui. J'ouvre le tiroir de la table de nuit et en sort un cadre avec une photo de nous 3 à notre retour à la maison à la naissance de Théa. «Je suis obligée de le cacher, les petits frères de Nathan sont de vraies tornades qui cassent tout sur leur passage. Et ici avant d'être une pseudo chambre, c'était leur salle de jeu. Et tous les dessins au mur, c'est eux qui les ont accrochés, chaque fois que je partais d'ici, quand je revenais il y en avait un nouveau.» Je m'assieds près de mon homme, prends son menton entre mes deux doigts pour tourner sa tête vers moi. «Arrête de voir le mal partout ! Vous êtes ma famille, et vous êtes ce qui m'est le plus cher.» Je plaque un rapide baiser sur ses lèvres avant de me lever pour finir de ranger.

[...]


Théa dans mes bras, je laisse Isaac finir de décharger mes affaires de la voiture. Il n'y avait pas tant de choses que ça, mais ça s'accumule vite. Je m'installe dans le canapé avec bébé et lui fais des grimaces pour la voir rire. C'est mon plus grand bonheur. Surtout depuis qu'elle a ses deux petites dents d'en bas, elle me fait craquer quand elle rit. Isaac nous rejoint rapidement, et alors que Théa sautille sur mon ventre, en mode papa gâteau, il l'arrête avant qu'elle ne me fasse mal. Elle fait une petite moue comme si elle était vexée et Isaac rattrape vite le coup. « Commence pas à écraser ton frangin hein ! » Je lui souris en lui faisant une tête genre "n'espère pas trop quand même!" « Ou ta petite sœur, je sais. ». Je lâche un petit rire et me penche pour l'embrasser. Théa se met alors à remuer. Quelle jalouse ! « Tu crois que ça ira pour elle ? Je veux dire… On s’occupe uniquement d’elle depuis sa naissance. Surtout moi. J’espère qu’elle sera pas jalouse. ». Mes mains dans celles de ma fille, elle même assise sur mes genoux, je la regarde longuement. Je penche ma tête pour la poser sur celle d'Isaac avant de lui répondre. «Je pense que ça ira, je suis sûre qu'elle sera une grande soeur merveilleuse. Et au contraire, ça va la changer, elle va apprendre le partage... c'est toujours mieux plutôt qu'elle reste une enfant unique pourrie gâtée !». En disant ça je l'attire vers moi et la couvre de bisous avant d'entendre son rire raisonner dans la pièce. Ça doit être ça le bonheur... Non, c'est sûr. C'est ça le bonheur !

Je me lève d'un coup après avoir déposer un bisou sur les cheveux de mon chéri. «Bon et alors ça en est où ma puce de la marche ? 10 mois maintenant, va falloir tenir debout hein !». Je la pose sur ses pieds, la tiens par les mains, et la regarde faire. Elle n'a pas l'air bien décidée. Elle a juste envie de laisser tomber ses pattes par terre. Je ris doucement alors qu'Isaac glisse du canapé pour se mettre assis par terre, et il tend les bras à sa fille. «On va voir papa ?». On n'est qu'à quelques mètres de lui, et d'un coup Théa se dresse sur ses petits jambes et mets un pas devant l'autre. Pour l'équilibre on repassera, mais au moins elle avance vers son père en poussant ses fameux petits cris de joie. Elle me fait fondre quand elle fait ça même si ça me pète les tympans, j'adore. Assez rapidement, elle arrive dans les bras de son père qui la couvre à son tour de bisous. «Je suis sûre que si on l'aide à marcher comme ça régulièrement, à un an elle marchera !» Je m'assieds par terre sur le tapis juste en face d'Isaac, Et Théa jongle entre nous deux, à 4 pattes. Ma fille est juste magnifique. Je prends le temps de savourer l'instant. Je regarde mon homme et lui sourit, puis je regarde ma fille et me rends compte de la chance que j'ai. Je ne laisserai pas mon cancer revenir. Impossible...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Jeu 17 Oct - 10:46





We seriously need to talk !


Dans la voiture, Shanae attrape ma main pour la poser sur son ventre encore plat. Cela fait plus d’une semaine que nous sommes au courant de sa grossesse et pourtant j’ai encore un peu de mal à me faire à l’idée. Cela avait été la même chose la première fois. J’avais attendu la première échographie pour comprendre que j’allais réellement devenir papa. En comptant quelque peu, je me rends compte que l’on pourra voir notre bébé dans quelques semaines si tout va bien. En pensant à cela, un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Je retire ma main pour changer de vitesse et viens pourtant la reposer à la même place quelques secondes après. Shanae me fait savoir qu’après la naissance de notre deuxième petit bout, elle tentera de reprendre la pilule. Je me contente d’hausser les épaules. On aura bien le temps de voir pour tout cela de toute manière. Pour une fois, on tombe assez rapidement d’accord. On veut un petit garçon. Même si Sha’ me fait comprendre qu’une autre fille ce serait bien aussi. Bah bien sûr. Et comme cela je me retrouve avec quatre filles contre moi dans la même maison. L’enfer sur terre.

Très rapidement on arrive chez son ami. Je me sens tout sauf à ma place ici. Je déteste ça. Je déteste être ici et je n’aime pas voir ce que je vois sur les murs. Pas de photos de nous ou de Théa, mais des enfants qui vivent ici. Je ne trouve pas réellement cela normal, et je le fais quelque peu comprendre à la jeune femme. Je sais que je suis trop jaloux, mais je crois que c’est plus fort que moi. J’ai l’impression d’avoir énerver Shanae en disant cela. Elle me tend trois livres et les jettent presque dans mes mains. « Tiens... Ouvre les au niveau des marques-pages... » Je m’exécute et tout d’un coup, me retrouve face à trois photos qui avaient subitement disparu de la maison. Une de Shanae et moi, au début de notre relation. Une photo de nous trois avec Théa dans notre lit. Et une dernière de moi. Je ne sais plus vraiment quand celle là a été prise, mais je ris aux éclats là-dessus. Je lève les yeux vers ma chérie et essaye de me faire pardonner avec un sourire alors qu’elle s’assoit à mes côtés. « Je suis obligée de le cacher, les petits frères de Nathan sont de vraies tornades qui cassent tout sur leur passage. Et ici avant d'être une pseudo chambre, c'était leur salle de jeu. Et tous les dessins au mur, c'est eux qui les ont accrochés, chaque fois que je partais d'ici, quand je revenais il y en avait un nouveau. Arrête de voir le mal partout ! Vous êtes ma famille, et vous êtes ce qui m'est le plus cher. » Je hausse quelque peu les épaules et réponds rapidement à son baiser. « Désolé. »

***

Assis dans le canapé avec les deux femmes de ma vie, je regarde Théa sautiller sur les genoux de sa maman. Elle est en pleine forme malgré l’heure tardive et d’un côté cela me fait plaisir. Parce que je pense que nous avons réellement besoin de passer un petit moment à trois. En famille. Ma petite fille commence à marcher sur le ventre de sa maman et je l’arrête tout de suite. Elle me fait une petite moue qui veut tout dire et je lui souris tendrement pour lui faire comprendre que ce n’est pas bien grave. Alors que je fais de nouvelles spéculation sur le sexe de notre futur bébé, Shanae me fait comprendre que je ne dois pas me faire trop d’espoir et je rigole avant de venir ma calé un peu plus contre la jeune femme. On parle de nouveau de notre fille et de ce qu’elle pourrait ressentir à l’arrivé de ce nouveau bébé. « Je pense que ça ira, je suis sûre qu'elle sera une grande sœur merveilleuse. Et au contraire, ça va la changer, elle va apprendre le partage... C'est toujours mieux plutôt qu'elle reste une enfant unique pourrie gâtée ! » Je lève les yeux vers ma petite puce et lui caresse la joue du bout des doigts. Elle continue à nous sourire comme toujours et avec ses deux petits dents qui ont poussé elle est encore plus jolie comme cela. « Puis c’est cool d’être l’aîné tu verras ma puce. Tu fais faire n’importe quoi à ton cadet, c’est ça qui est drôle. » Je sais de quoi je parle. Je me suis souvent amuser à mener Malèa part le bout du nez et en même temps elle ne pouvait jamais réellement contredire ce que je lui disais. Bon. En même temps, nous on avait pas de parents pour nous surveiller. Ce ne sera pas vraiment la même chose avec mes enfants.

« Bon et alors ça en est où ma puce de la marche ? 10 mois maintenant, va falloir tenir debout hein ! » dit Shanae tout en se levant pour mettre Théa debout sur ses petits pieds. Pour le moment, ce n’est pas quelque chose qu’elle apprécie réellement. J’ai l’impression qu’elle a un peu la flemme de faire l’effort de se lever et de mettre un pied devant l’autre. D’ailleurs si sa maman ne la tenait pas, elle se serait déjà laisser tomber sur ses fesses. Alors pour la motiver, je me laisse glisser sur le sol et m’assois un peu plus loin sur le tapis en lui tendant les bras. « On va voir papa ? » Théa semble hésitée puis met son petit pied en avant. Je suis assez impressionné quand même. « Avec moi elle fait tout un caprice parce qu’elle veut pas avancer. » dis-je alors un peu jaloux. Ma princesse avance tout doucement mais sûrement. Elle penche un peu à gauche puis à droite, mais elle avance. Après quelques pas elle arrive enfin vers moi et je la récupère dans mes bras. « Bravo Théa ! » dis-je tout en lui faisant un gros bisous sur la joue. Comme souvent lorsque je lui dis cela, elle tape ses petites mains ensemble ce qui me fait rire. « Oui bravo mon bébé. » Elle finit par s’asseoir et se met à quatre pattes. Son jeu préféré en ce moment. Elle part à la découverte de toute la maison comme cela. Shanae s’assoit en face de nous et me souris tendrement. « Je suis sûre que si on l'aide à marcher comme ça régulièrement, à un an elle marchera ! » Théa grimpe de nouveau sur les genoux de sa maman et je les regarde toute les deux. « Oui je pense aussi. »

Je me recule quelque peu et prends appui sur le meuble derrière moi. Je remonte un peu mes genoux contre ma poitrine et me contente d’observer les deux femmes de ma vie. C’est ça le bonheur alors ? C’est ça que j’ai recherché toute ma vie. Cette fois c’est bon. A vingt-six ans, j’ai trouvé ce qui m’a tellement manqué durant mon enfance. J’ai une petite amie qui m’aime et que j’aime. Une petite fille adorable et qui grandie à toute vitesse. Et un deuxième bébé en route. Je suis certains que je ne pourrais pas trouver mieux. C’est tout ce que j’ai toujours voulu. Pourtant, je pense à autre chose. Une chose que j’avais voulu, que j’avais préparé également. C’était il y a quelques mois, avant qu’elle ne s’en aille. Je n’y avais plus repensé depuis longtemps, mais aujourd’hui cela me revient en mémoire. Je regarde Shanae sourire et je me dis que je pourrais jamais trouver ce genre de bonheur ailleurs. Je vois qu’elle me parle, mais je l’entends à peine. Je ne pense qu’a une seule chose. J’ai l’impression que c’est le moment où jamais. « Attends. » Je me lève subitement et monte à l’étage. J’entre dans ma chambre et ouvre mon armoire. Il faut que je retrouve ce truc. Je retourne la moitié de mes fringues et finis par mettre la main sur ce que je cherche. Un instant, je regarde cet objet entre mes mains et m’assois sur le bord de mon lit. Je le fais ou je le fais pas. Je me sens plus nerveux que jamais d’un seul coup. Comme lors de notre tout premier rendez-vous ou quand je lui ai demandé d’emménager avec moi. Enfin cette fois c’est pire.

Quelques minutes plus tard, je redescends dans le salon et retrouve la jeune maman et notre petite fille. Elles sont toujours assise sur le tapis et joue avec les jeux de Théa. « Sha ? » Elle lève les yeux vers moi et je tente de lui sourire malgré ma grande nervosité. « Tu peux t’asseoir sur le canapé ? » Elle semble surprise et moi j’ai l’impression que je vais me liquéfier sur place. « S’il te plaît… » Elle prend Théa contre elle et retourne s’asseoir dans le canapé. Je la suis du regard et finis par venir vers elle. Avant tout je m’assois sur la table basse en face d’elle. Bordel. Je me sens vraiment stressé, je n’aime pas ce genre de situation. « Bon… Euh… » Par où commencer ? Là est la question. Je voudrais tellement que cela soit parfait, que je me mets trop la pression. « Je… » Aller Isaac va falloir parler maintenant. Je sors la boîte que j’avais cachée de la poche de mon jean et finie par me mettre à genou en face de Shanae. J’ouvre la fameuse boîte et lui met sous les yeux avant de croiser son regard. « Shanae Kasey Moore, accepterais- tu de devenir ma femme ? » Maintenant si elle dit non, il ne me reste plus qu’à aller me jeter du haut du toit…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Ven 18 Oct - 8:53






We seriously need to talk !


C'est un moment divin que je suis en train de passer là avec Isaac et Théa. C'est sûr qu'en arrivant là un peu plus tôt dans la soirée, je ne m'attendais pas à ce qu'à cette heure-ci je sois en train de jouer avec ma fille et mon homme. Nos trois rires se mêlent avec amour et raisonnent dans la maison. Ça y est, je peux enfin dire que c'est de nouveau notre maison, je vais enfin y vivre comme avant, pouvoir dormir et me réveiller auprès de l'homme que j'aime chaque matin, pouvoir voir les petits yeux de ma fille au réveil... Je me rends compte de ce qu'est le réel bonheur.

Assise par terre sur le tapis, je récupère Théa qui commence à trottiner un peu partout. Je la garde tout contre moi et la couvre de bisous alors qu'Isaac s'est recroquevillé contre lui, appuyé sur le buffet de la salle à manger. «Mon ange ça va ?». Je fronce les sourcils en le regardant, il est carrément dans ses pensées. Je ne sais pas trop si c'est une bonne chose. «Chéri ?». Je garde Théa contre moi mais elle a envie de se balader et du coup elle commence à râler, alors que je m'inquiète de voir Isaac dans cet état. J'insiste une nouvelle fois. «Isaac !». Il relève enfin les yeux vers moi et me dit juste « Attends. », avant de se lever pour monter à l'étage. J'avoue ne pas comprendre et ça commence légèrement à m'inquiéter.

Je repose les yeux sur Théa qui est déjà partie à quelques mètres de là. Je m'allonge à plat ventre sur le tapis (il faut que j'en profite, je vais bientôt plus pouvoir me mettre dans cette position), et appelle ma fille pour qu'elle me rejoigne seule. Il ne faut pas qu'elle prenne l'habitude que je vienne toujours là chercher ou ça va vite se transformer en un grand jeu et je ne pourrai bientôt plus la récupérer qu'en lui courant après. Je lui montre alors son jouet préféré. Elle accourt en poussant ses petits cris, et ses mains claquent sur le sol tellement elle veut aller vite pour me rejoindre - moi et son jouet favori. A son arrivée, je la bouffe de bisous et on se met à jouer tranquillement. Alors qu'elle est assise en train de jouer, je me place sur le côté, reposant ma tête sur ma main, en appui sur mon coude. Je scrute de temps en temps l'escalier. Si Isaac ne revient pas dans les 5mn je serai bien obligée de monter voir ce qui se passe. Il commence sérieusement à m'inquiéter.

Je l'entends enfin descendre les escaliers, et mon coeur se met à battre un peu plus rapidement. J'essaie de faire comme si tout allait bien, je ne le regarde pas, j'attends de voir s'il va dire quelque chose. « Sha ? ». Je relève les yeux vers lui et je remarque son sourire nerveux. Je ne sais pas trop quoi en penser. Veut-il me rassurer sur quelque chose qui n'est pas rassurant ? A t-il peur de me dire quelque chose de grave ou d'important ? « Tu peux t’asseoir sur le canapé ? ... S’il te plaît… ». C'est de pire en pire, il commence vraiment à m'inquiéter. Je déglutis mais ne dis rien, exécutant ce qu'il me demande. Je récupère Théa et son jouet, pour éviter de la perdre des yeux et qu'elle fasse une bêtise. Isaac s'assied en face de moi sur la table basse. Je ne le quitte pas des yeux, je commence à avoir vraiment peur. «Isaac qu'est-ce qui se passe tu m'fais peur... !». Il baisse les yeux, il est vraiment étrange, j'ai l'impression de ressentir son stress. « Bon… Euh…Je... » . Je soupire légèrement, il faut qu'il dise quelque chose ou je vais péter un câble à attendre et à stresser comme une folle. Tout un tas de choses me passent par la tête. J'ai beau lui avoir une confiance aveugle, je me prends à imaginer les pires choses. Non, mauvaise idée, je suis enceinte, mes hormones commencent à me titiller, ne pas penser à ce genre de chose ou je vais exploser comme une cocotte minute - Ça promet pour la suite.

Mais lorsqu'il se met à genou devant moi, une petite boîte carrée entre les mains, mon sang ne fait qu'un tour et je suis à la fois rassurée et complètement paniquée. Mon coeur bat à une vitesse folle, je suis presque en train de trembler, sans doute les nerfs, l'impatience, l'amour ? Il ouvre la boîte devant mes yeux. A l'intérieur, une magnifique bague d'une simplicité étonnante, ornée d'un petit diamant. Exactement ce qui me fait fondre, il me connaît sur le bout des doigts. Je relève le regard vers lui et porte ma main à ma bouche pour cacher mes lèvres légèrement entre ouvertes. C'est comme si le bleu de ses yeux était devenu d'un coup plus puissant, plus violent que jamais. J'attends simplement qu'il prenne la parole. Mais à bien y réfléchir, il n'aurait même pas besoin de parler que je pourrai déjà lui donner ma réponse. « Shanae Kasey Moore, accepterais- tu de devenir ma femme ? ». Mes yeux commencent à s'embuer, mais Théa, ne comprenant pas vraiment l'importance de la maneuvre, commence à s'agiter fortement, voulant descendre explorer le monde. Je pose ma main sur la joue d'Isaac et lui murmure alors «A toi de m'attendre une seconde...». Je me lève rapidement et pose Théa dans son parc en espérant qu'elle ne râle pas trop. C'est important. Je reviens en courant me rasseoir à ma place, essuie mes yeux et prends une grande inspiration. Je plonge mon regard dans celui de mon chéri et avec un petit sourire je lui dis «Shanae Fitzgerald, ça l'fait quand même !!». Le visage de mon homme s'illumine d'un magnifique sourire et je me jette dans ses bras et l'assaille de «Oui oui oui oui oui oui oui mille fois oui...» Je l'embrasse amoureusement alors que des larmes perlent sur mes joues. Je suis la femme la plus heureuse du monde. Je serre Isaac contre moi avant de me rassoir sur le canapé, pour prendre une grande inspiration et essuyer mes larmes d'un revers de main. Il prend ma main et me passe la bague au doigt. Mon coeur fait de nouveau un bon, j'ai du mal à me rendre compte. Je la regarde longuement avant de relever les yeux vers lui. «Elle est magnifique...». Je me jette de nouveau dans ses bras et je fais carrément tomber par terre. On éclate tous les deux de rire. Je suis allongée sur lui, et un cri de Théa nous fait arrêter de rire et nous tournons la tête dans sa direction. Elle est debout sur ses petits pieds, se tenant à la barre la plus haute du parc. Seule sa petite tête dépasse d'au dessus du parc en bois. Elle sourit et pousse de nouveau un petit cri d'excitation. Je ne sais pas si c'est de voir ses parents heureux qui la rend comme ça mais elle est juste à croquer !


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Ven 18 Oct - 17:35





We seriously need to talk !


Mes deux petites femmes s’amusent ensemble. Théa est aux anges. Elle est toujours en train de sourire. Bon il lui arrive de pleurer, comme tous les bébés du monde, mais cela ne dure jamais bien longtemps. Elle m’a déjà fait des caprices, mais ce n’est pas une habitude chez elle. Elle ne pleure pas pour obtenir tout ce qu’elle veut. Je peux paraître assez stricte avec elle parfois, mais je ne veux pas que ma fille devient une princesse qui se prend pour le nombril du monde. Je sais que je la surprotège et je sais que parfois je suis un peu trop gaga avec elle, mais c’est plus pour combler le manque d’affection. Elle n’a pas eu sa maman avec elle pendant longtemps et je ne veux surtout pas qu’elle vive ce que moi j’ai pu vivre pendant mon enfance. Je ne veux pas qu’elle me déteste. Alors je fais tout pour que ma petite puce soit heureuse. Ce soir, je me rends compte que j’ai plutôt bien fait mon travail. Elle rigole et elle me regarde comme si j’étais la chose la plus importante du monde. De son petit monde. Mon regard se pose alors sur sa maman. Elle aussi ne cesse de sourire. Elle est heureuse. Nous sommes heureux et pour la première fois depuis des mois, je ne pense qu’à une seule chose : nous sommes une famille. Une vrai. Celle que j’ai toujours rêvée d’avoir.

Perdu dans mes pensées, j’entends à peine Shanae qui m’appelle. Je pense à autre chose subitement. Quelque chose auquel j’avais déjà pensé auparavant. Avant qu’elle ne s’en aille sans prévenir, j’avais prévu de la demander en mariage. C’est quelque chose que je voulais vraiment. J’avais tout préparé même. J’avais acheté la bague et j’avais même commencé à réfléchir à un petit discours. Je voulais que cela soit parfait. Le matin du jour où elle est partie, j’avais appelé pour réserver une table à son restaurant préféré. J’avais déjà demandé à ma petite sœur de jouer les nounous. J’étais prêt. Et elle est partie… L’envie de me marier m’est passée d’un seul coup. Pour ne plus penser à tout cela, je me suis concentré sur ma petite fille. Aujourd’hui je reconsidère la question. Parce que je sais que je ne pourrais jamais envisager ma vie avec une autre femme. On va avoir un deuxième bébé, elle a de nouveau emménagé à la maison. Tout va bien. N’est-ce pas le moment parfait ? Je sais que je pourrais attendre. Essayer de faire cela de manière parfaite encore une fois, mais j’ai peur d’attendre. On ne sait jamais… La dernière fois elle est partie avant que je n’ai le temps de faire quoique ce soit. « Isaac ! » Surpris, je relève les yeux vers Shanae qui semble inquiète. Je ne prends même pas le temps de la rassurer et lui demande juste de m’attendre.

Il ne me faudra pas longtemps pour retrouver la boîte à bijou que j’avais caché dans mes vêtements il y a bien longtemps. Assis sur mon lit, je regarde cette petite boîte avec appréhension. Et si elle disait non ? Après tout, c’est une possibilité. Elle pourrait me dire que je vais un peu trop vite en besogne, que je ne devrais pas m’emballer de cette manière. Que l’on devrait attendre la naissance de notre petit bout avant d’envisager quoique ce soit. Mais malgré cette appréhension et ce doute, je sens réellement qu’aujourd’hui est le bon moment. Je ne sais pas. C’est comme un pressentiments. Ce n’est pas un coup de tête. J’ai eu envie de l’épouser une fois et cette envie ne m’a jamais quitté. Même quand je l’ai détesté pour m’avoir abandonné. J’aimerais qu’elle porte mon nom, qu’elle soit mienne à jamais. Bon c’est un peu old school comme façon de pensée, mais c’est ma façon de pensée. Je me rends compte que les minutes s’écoulent et que je suis toujours là à peser le pour et le contre. Il faut que je prenne une décision. Dans le fond, ma décision était prise depuis longtemps. Il faut que je le fasse, sinon je vais le regretter.

Pourtant en retournant dans le salon, je me sens plus nerveux que jamais. Après tout, ce n’est pas quelque chose que j’ai l’habitude de faire. Je n’ai jamais demandé une femme en mariage, j’ai juste vu ça dans les films et je sais que je ne pourrais pas être à la hauteur niveau romantisme. Je ne l’ai jamais été et heureusement Shanae est au courant de cela. Pourtant je me sens véritablement sur les nerfs. Je lui demande de s’asseoir sur le canapé et heureusement elle ne discute pas. Bon. Je n’avais pas vraiment prévu que Théa soit entre nous à ce moment précis, mais bon. On va faire avec. Pourtant je bégaye comme un idiot. Aller Isaac. Lance-toi mon vieux. « Isaac qu'est-ce qui se passe tu m'fais peur... ! » Voilà. J’ai tout gagné. Subitement je me mets à genou devant elle et je vois son regard changer. Elle a compris. Elle est loin d’être bête et je sais qu’elle a compris. Je vois ses lèvres tremblées et elle pose sa main devant sa bouche. Un petit sourire tordu s’étire sur mes lèvres. Encore deux petites secondes et je finis par lui poser la question fatal. J’ai l’impression que je vais me liquéfier sur place. Vraiment. Si elle ne répond pas maintenant, je vais finir par faire une connerie. Sa main vient se poser sur ma joue et je commence vraiment à prendre peur. « A toi de m'attendre une seconde... » « Quoi ? » Je lève les yeux vers elle et la voit partir précipitamment à l’autre bout du salon. Elle dépose Théa dans son parc et reviens en courant vers moi. Elle va dire non. Je le sens, elle va dire non. Qu’est-ce que je vais faire si elle dit non ? Je suis déjà en train d’imaginer tous les pires scénarios qui puissent exister. Je remarque ses larmes et panique encore plus. « Shanae Fitzgerald, ça l'fait quand même !! » Je pousse un long soupire de soulagement et un immense sourire se dessine sur mes lèvres. Alors elle a dit oui ? « Oui oui oui oui oui oui oui mille fois oui... » dit-elle tout en me sautant dans les bras d’un seul coup. Je la serre contre moi et prolonge le baiser qu’elle me donne. Elle a dit oui. Je suis prêt à sauter dans tous les sens. Elle a dit oui. « Je t’aime. » dis-je doucement tout en l’embrassant à nouveau.

Shanae se rassoit sur le canapé et en soupirant une nouvelle fois de soulagement, je lui enfile la bague au doigt. C’est réel. On va se marier. On est parents d’une petite princesse et bientôt on sera parents d’un nouveau petit bout et on va se marier. C’est presque trop de bonheur d’un seul coup, je pourrais trouver cela suspect, mais je préfère ne pas y penser. « Elle est magnifique... » Je lui souris à nouveau. « Si tu savais depuis quand elle est cacher dans l’armoire… » Je n’ai même pas le temps de venir l’embrasser à nouveau qu’elle se jette dans mes bras. Sous le choc, je n’ai pas le temps de trouver mon équilibre et on s’étale tous les deux sur le tapis du salon. Nos regards ce croisent et nous explosons de rire. Mon nez vient frôler le sien et je n’arrive pas à enlever ce sourire béat de mes lèvres. Je suis sur le point de l’embrasser quand notre petite fille décide de se manifester. On tourne la tête en même temps et nous pouvons voir Théa qui est sur la pointe de ses pieds pour tenter de nous voir par dessus la barre de son parc. Elle sourit et rigole. Elle aussi à l’air heureuse. Je rigole à nouveau. « Cache tes yeux mon bébé. » Et avant que Shanae n’est le temps de protester, je viens l’embrasser. Je nous fais pivoter et l’allonge sur le tapis pour l’embrasser encore plus passionnément. A bout de souffle, je recule quelque peu et plonge mon regard dans le sien. « Je vais pouvoir dire, ma femme, maintenant. » Je rigole quelque peu. « Enfin ma fiancée d’abord. » J’allais l’embrasser de nouveau, mais cette fois c’est les pleurs de ma fille qui me rappelle à la réalité. Je tourne la tête et la vois sur ses fesses en pleurs. Elle a dû perdre l’équilibre et tomber. Heureusement la couche à atténuer le choc, mais cela ne semble pas vraiment lui plaire. Je soupire un peu et finis par me lever pour aller la chercher. « Je connais une petite fille qui est fatiguée. » dis-je tout en la prenant dans mes bras. Théa viens se blottir contre moi et frotte ses petits yeux. Il est tard, elle a besoin d’aller au lit maintenant. Je me tourne vers Shanae et lui souris. « On va la coucher et on profite ? »

On monte ensemble à l’étage et après quelques câlins et une tonne de bisous, on finit par mettre notre petite puce au lit. J’allume le baby phone et nous retournons dans le salon main dans la main. A peine arriver en bas, j’entraîne ma désormais future femme contre moi. Je pose une main sur son ventre et rapproche mon visage du sien. « On va avoir un nouveau bébé, on va se marier… T’y aurais cru toi y a cinq ans ? » dis-je en souriant à nouveau. Je suis vraiment surexcité et heureux surtout. Très heureux. « Je t’offre même un mariage de princesse si tu veux. » ajoutais-je. Je n’aurais jamais imaginé me marier et pourtant c’est bel et bien ce qui va arriver. J'emmène la jeune femme avec moi et nous retournons nous asseoir dans le canapé. Je ne peux plus lâcher son regard. « Ma puce, je veux juste que tu sache que... C'est pas une décision prise à la légère, hein. J'y pense depuis très longtemps et je... Tu est la seule femme avec qui j'ai envie de continuer ma vie. Je veux que tu sois ma femme et qu'on vive une vie heureuse avec nos enfants. Bon j'avoue que j'avais pas vraiment prévu ce que j'ai fait ce soir, mais je le pense sincèrement et je sais que je le regretterais pas. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Lun 21 Oct - 16:25






We seriously need to talk !




Ce jour compte désormais parmi les plus beaux de mon existence, bien qu'il n'ait pas commencé comme tel. Je regarde cette bague passé à mon doigt, pendant de longues minutes. J'arrive pas à y croire, c'est juste un compte de fées. « Si tu savais depuis quand elle est cacher dans l’armoire… ». Je plante mon regard dans le sien, brillant, et je comprends rapidement qu'il parle de longtemps, comme longtemps avant que je parte. Je lui saute dans les bras pour l'embrasser amoureusement et on tombe à la renverse dans un éclat de rire.

Théa nous fait comprendre qu'elle est là en poussant un petit cri de joie. « Cache tes yeux mon bébé. ». Je lâche un petit rire, et Isaac vient poser ses lèvres sur les miennes pour un baiser plus amoureux que jamais. « Je vais pouvoir dire, ma femme, maintenant. Enfin ma fiancée d’abord. ». Un large sourire naît sur mon visage et au moment où j'allais l'embrasser, les pleurs de Théa nous arrêtent dans notre course. Elle a dû se casser la figure et elle n'est pas contente. Isaac se lève pour aller la chercher et la prendre dans ses bras. J'en fais de même et les rejoins rapidement. « On va la coucher et on profite ? ». Je hoche vivement la tête avec envie.

Après avoir mis bébé en pyjama, je la laisse à son papa qui prends soin de la coucher. Une tonne de bisous et de câlins plus tard, nous fermons la porte tout doucement pour laisser bébé dormir. J'attrape la main de mon homme pour descendre l'escalier avec lui. J'ai du mal à réaliser. Je fais tourner ma bague autour de mon doigt, comme si ça allait pouvoir m'aider. Isaac m'attrape contre lui, pose sa main contre mon ventre et me dit : « On va avoir un nouveau bébé, on va se marier… T’y aurais cru toi y a cinq ans ? ». Je ne le lâche pas des yeux et lui souris. «C'est clair que non, même si c'est secrètement ce que je rêvais de mieux pour nous... maintenant ça y est... j'arrive pas à réaliser...». Je me hisse sur la pointe des pieds et viens l'embrasser alors qu'il passe ses bras autour de moi. « Je t’offre même un mariage de princesse si tu veux. ». Je commence à avoir des étoiles dans les yeux, à imaginer tout ce dont on peut rêver de mieux pour un mariage de princesse. «Je sais pas trop, j'ai pas envie forcément de quelque chose de grandiose, je voudrais juste les gens qu'on aime avec nous, et une belle robe de princesse. Et toi !». Je lâche un petit rire avant de lui voler un baiser. «L'important c'est que tu me trouves belle ce jour là plus encore que tous les autres... on attendra que bébé soit né hein ? Je veux pas être un oeuf kinder pour mon mariage !».

Isaac m'entraîne avec lui jusqu'au canapé et avec sérieux, il me regarde et me dit : « Ma puce, je veux juste que tu sache que... C'est pas une décision prise à la légère, hein. J'y pense depuis très longtemps et je... Tu est la seule femme avec qui j'ai envie de continuer ma vie. Je veux que tu sois ma femme et qu'on vive une vie heureuse avec nos enfants. Bon j'avoue que j'avais pas vraiment prévu ce que j'ai fait ce soir, mais je le pense sincèrement et je sais que je le regretterais pas. ». J'ai pas assez pleuré pour ce soir je crois. Mes yeux sont tellement embués après cette déclaration d'amour que je ne vois plus grand chose de l'homme que j'aime. Je plisse fortement les yeux pour y voir plus clair et prends une grande inspiration. Je sais qu'il m'aime, il me l'a prouvé plus d'une fois, mais je sais aussi et surtout qu'il a toujours eu un peu de mal à mettre des mots sur ses sentiments. C'est pourquoi j'en suis encore plus touchée.

Je pose ma main sur sa joue avec un petit sourire touché. Je le caresse du bout des doigts, alternant mon regard entre ses yeux et ses lèvres. «Je suis la plus heureuse du monde à tes côtés, et rien ne pourra jamais changer ça. C'est grâce à toi que j'me sens bien, que j'me sens belle, heureuse, accomplie. Sans toi je serai sûrement encore cette petite peste coincée et pour qui rien n'a d'importance à par travailler, travailler, travailler... Tu es celui qu'il me fallait...». Mon pouce glisse délicatement sur ses lèvres avant que je vienne y poser les miennes. «Je t'aime, je t'aime et je suis la plus heureuse du monde de devenir ta femme !». Après tous ces mots doux, je me rapproche un peu plus de lui pour l'embrasser tendrement. Mon ventre commence à me tirailler et d'ailleurs on peut l'entendre grogner. Je me sépare les lèvres de mon futur mari en riant doucement. «Je crois que bébé et moi, on a faim !».


[...]


Après un bon repas simple et efficace, je viens m'assoir sur les genoux de mon chéri. Ma main dans sa nuque, je le câline doucement. «Bientôt tu pourras plus me prendre sur tes genoux je serai trop lourde !». Je me mordille la lèvre avec un petit sourire avant de poser ma main sur mon ventre, rapidement rejointe par celle d'Isaac. Je me souviens encore le nombre de compliments qu'il me faisait quand j'étais enceinte de Théa. J'ai jamais vraiment su s'il pensait tout ce qu'il disait, qu'il me trouvait magnifique, éblouissante, rayonnante, etc... En tout cas, ça m'avait beaucoup aidée. Parce que combiner les hormones et le corps qui se déforme, c'est pas tous les jours facile ! Mais j'en avais pris mon parti et Isaac avait toujours été un homme parfait pendant ces 9 mois. Je sais qu'il le sera autant voire plus encore pour cette nouvelle grossesse...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   Mer 23 Oct - 10:16





We seriously need to talk !


Je ne sais pas réellement ce qui m’a pris d’un seul coup. J’étais là avec les deux femmes les plus importantes de ma vie et je me suis senti plus heureux que jamais. J’ai trouvé ce que j’ai toujours cherché dans ma vie, l’amour d’une femme, d’une famille. Parce que même si ce n’est pas facile tous les jours, je sais que Shanae m’aime et je sais que ma fille m’aime également. C’est là que j’ai compris. Je veux que Shanae devienne ma femme. Qu’elle soit la mère des mes enfants certes, mais qu’elle porte également mon nom. Que l’on soit une vraie famille dans le bonheur et la joie. C’est pour cela que j’ai trouvé le courage de me lancer ce soir. J’avais pensé à plus romantique, mais pourquoi ce prendre la tête ? C’est la spontanéité qui fait la beauté du moment après tout, non ? En tout cas, ma chérie est heureuse et c’est tout ce que je demande. D’ailleurs pour me le prouver elle me saute littéralement dessus. On tombe du canapé avant de s’étaler sur le tapis en riant. Je crois que cela fait des mois que nous n’avions pas été si naturels et si heureux tous les trois ensembles. Parce que oui Théa nous fait part de son bonheur également et cela me fait sourire. J’embrasse Shanae et alors que l’on déconnait tous les deux, Théa se met à pleurer comme jamais. Elle est sur ses fesses alors que deux minutes avant elle était debout et de grosses larmes coulent sur ses joues rouges. Elle est fatiguée et je décide d’aller la mettre au lit. On monte donc tous les trois dans la chambre de notre petite princesse pour la mettre en pyjama et dans son lit.

Quelques minutes plus tard, nous nous retrouvons tous les deux avec Shanae. On redescend dans le salon et je me blottis tout de suite contre elle. Je la vois jouer avec sa bague et cela me fait sourire. Je sens que cela va vite devenir un nouveau tic pour elle. Personnellement j’ai déjà trouvé le mien : poser ma main sur son ventre. C’est quelque chose que je faisais tout le temps lorsqu’elle était enceinte de Théa. Après tout, c’est un peu le seul lien que je puisse avoir avec mon bébé jusqu’à sa naissance. « C'est clair que non, même si c'est secrètement ce que je rêvais de mieux pour nous... Maintenant ça y est... Je n’arrive pas à réaliser... » Ses yeux sont plus brillants que jamais et cela me touche réellement. Elle est superbe, plus pétillante que jamais. Elle est tout simplement la femme que j’aime. « J’ai un peu de mal à réaliser aussi. Je te rassure. » J’ai beau être à l’initiative de la demande, je crois qu’il va me falloir plusieurs jours pour réaliser ce que va devenir notre avenir. D’ailleurs on parle du mariage. « Je ne sais pas trop, je n’ai pas envie forcément de quelque chose de grandiose, je voudrais juste les gens qu'on aime avec nous, et une belle robe de princesse. Et toi ! L'important c'est que tu me trouves belle ce jour là plus encore que tous les autres... On attendra que bébé soit né hein ? Je ne veux pas être un œuf kinder pour mon mariage ! » Je savais qu’elle allait me dire cela. Qu’elle veut d’un mariage simple. On n’a pas besoin d’en faire des tonnes et on le sait tous les deux. Nos familles, ce qui se résume à ma sœur pour moi, et nos amis. Pas besoin de faire plus. Par contre sa dernière réplique me fait rire. « Mais t’es belle avec ton ventre de femme enceinte ! » Non je ne dis pas qu’elle n’est pas belle habituellement, bien au contraire. Mais je ne sais pas… Je la trouve encore plus rayonnante quand elle à son petit ventre rond. Je sens qu’il va encore que je me batte pour qu’elle accepte de nouveau cette idée.

Je finis par l’entraîner vers moi dans le canapé pour justifier quelque peu ma demande en mariage subite. Je ne veux pas qu’elle croit que c’est une idée qui m’est passer par la tête en deux secondes et que c’est quelque chose auquel je n’ai pas réfléchis un minimum. Je sais ce que je veux dans ma vie et Shanae en fait totalement partie. Je vois les yeux de ma future femme se noyé dans les larmes et je lui souris tendrement. « Je suis la plus heureuse du monde à tes côtés, et rien ne pourra jamais changer ça. C'est grâce à toi que j'me sens bien, que j'me sens belle, heureuse, accomplie. Sans toi je serai sûrement encore cette petite peste coincée et pour qui rien n'a d'importance à par travailler, travailler, travailler... Tu es celui qu'il me fallait. Je t'aime, je t'aime et je suis la plus heureuse du monde de devenir ta femme ! » C’est tout ce que je voulais entendre. Elle est heureuse. Nous sommes sûrs de notre choix. Nous n’avons pas besoin d’autre chose. Je lui souris à nouveau et viens l’embrasser tendrement. On va se marier. J’ai quand même du mal à me dire que c’est réel. Je prendrais conscience de tout cela le jour J. Quand elle descendra vers l’autel dans une belle robe blanche et qu’elle me dira oui pour le reste de notre vie. Mon dieu. Cela me donne des frissons. Pour la peine, je l’embrasse une nouvelle fois et avec un peu plus de passion. « Je crois que bébé et moi, on a faim ! » Je rigole doucement. « Mon dieu il va falloir que je recommence à te nourrir pour deux. » Elle va reprendre des habitudes alimentaires bizarres. Pour Théa elle était capable de manger n’importe quoi, c’était assez impressionnant parfois.

On décide donc de se cuisiner un petit repas simple, mais qui pourra combler mes deux amours. On passera le reste de la soirée à parler de notre avenir. Le futur de notre petite fille, ce que l’on aimerait pour notre deuxième petit bout, mais également pour notre mariage. On parle pendant des heures. Shanae blottit dans mes bras. Une soirée comme cela, c’est tout ce que j’aime. Et désormais je vais avoir le droit à cela tous les soirées, pour les années à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: We seriously need to talk ! » Shanae   

Revenir en haut Aller en bas
 

We seriously need to talk ! » Shanae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-