NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: /! Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Mar 8 Oct - 8:25





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!


Tranquillement allongée sur mon canapé comme une vulgaire loque (il faut avouer), je sursaute en sentant mon téléphone vibrer sous mes fesses. Loin d'être agréable, et puis surtout tellement peu de gens ont le numéro de ce téléphone que ça m'inquiète toujours un peu en recevant un appel. Ma mère. Je vous épargne la conversation en russe. Une fois raccroché, je laisse tomber mon téléphone sur le sol. Elle vient de m'avouer qu'elle allait se marier. Je ne sais pas si je dois être heureuse ou non, mais le pire dans tout ça, c'est qu'elle me dit qu'elle a eu un appel de mon père. Et je n'étais pas là. Je n'étais pas là pour décrocher au téléphone, pour entendre sa voix. Je n'étais pas là pour lui dire à quel point je le détestais, et à quel point je rêvais de le rencontrer. Je me sens lourde, déçue, désemparée. Je ne sais pas quoi en penser. Elle m'a dit qu'elle lui avait donné mon numéro de téléphone mais je me doute qu'il ne m'appellera pas. Je soupire largement. Je décroche mon téléphone et appelle Crash, j'ai besoin de voir du monde, mais je tombe sur sa messagerie. Il est tellement tête en l'air qu'il a sûrement dû le faire tomber dans le parc. Je pourrai bien aller le voir, mais j'ai la flemme. Je soupire. J'allume la télé, puis l'éteins.

Je me lève et prends ma veste, enfourne mon téléphone dans ma poche avant de quitter mon appartement. Je marche quelques minutes, longuement, trainant des pieds, n'entendant dans la rue vide que le bruit de mes talons sur le bitume. Un mec passe à mes côtés avec un air salace et me demande «Heum mademoiselle... c'est combien ?». Inutile de vous dire la tête que je fais à cet instant précis. «Сохраняемый тихий толчок вы сумасшедший относительно моего рта трахаются от !». Oui parce que quand je suis énervée, j'insulte les gens en russe. Je vous épargne la traduction, elle n'est pas très belle à entendre. Je finis par lui adresser un joli fuck avant de tracer ma route. Je serre un peu plus ma veste contre ma poitrine. L'automne a pris possession du soleil et il ne fait pas très chaud ce soir.

Je passe devant un bar sympa, à l'intérieur il est tout en bois, ça a l'air chaleureux, c'est exactement ce que j'ai besoin. Je pousse la porte et m'installer au bar. Il y a un peu de monde, et le serveur semble bien occupé. Je retire ma veste et attends quelques minutes, le coude posé sur le bar, et ma main retenant ma tête. Mon regard se pose sur un jeune homme un peu plus loin, il a devant lui un "rail" de shooters de vodka, tous de différentes couleurs. Il en prend un entre ses doigts, le vide cul sec, secoue la tête en fermant les yeux très fort. Je souris. La vodka dans mon pays, c'est ce qu'ils servent à toutes les sauces. Je ne tiens pas forcément bien à l'alcool en général, mais à la vodka oui. Allez savoir.

Je rejoins le jeune homme (fort mignon il faut l'avouer, même quelques verres dans le nez). Je m'assieds près de lui, il pose un regard sur moi et je lui lance : «Tu sais l'alcool c'est pas la meilleure façon pour noyer tes problèmes... le mieux c'est d'en parler !». Je prends un par un les shooters qui se trouvent devant lui et les vide un par un, cul sec, dans ma bouche. Aucune grimace, je bois ça comme si je buvais du petit lait. Le jeune homme me regarde avec les grands yeux ronds et la bouche entre ouverte. J'esquisse un petit sourire. «C'est pour ton bien ! Maintenant raconte moi !». Autant oublier mes problèmes et écouter ceux de quelqu'un d'autre !



Dernière édition par A. Teeghan Ivanovitch le Mar 29 Oct - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Jeu 10 Oct - 17:01





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

Je fais tourner ce énième verre dans ma main. Je ne devrais pas le boire je le sais bien. Comme je n'aurais pas du boire les dix qui l'avaient précédé. J'ai déjà la tête qui tourne et une envie soudaine de faire n'importe quoi s'empare de moi. C'est sans doute ce que je devrais faire – ce que j'aurais du faire avant – avant que la vie ne devienne si compliquée. Je laisse cette pensé emmener mon verre jusqu'à ma bouche où je bois le liquide d'un coup, puis je grimace. Bordel c'est fort ce truc Qui aurait cru que je finirais ma soirée ici ? La journée avait pourtant eu un bon commencement, les garçons c'étaient bien comportés ce matin, pas besoin de faire de cirque pour les emmener à l'école. La santé de ma mère était bonne, pas de drame côté travail, aucune mort à déplorer aujourd'hui dans mon service. J'étais rentré le sourire aux lèvres pour me retrouver face à une situation que je n'avais vraiment, mais alors vraiment pas envie de devoir affronter.

Alors que je m’apitoie sur mon sort en buvant mes shots de tequila une jeune femme vient s’asseoir à côté de moi. D'abord surpris puis un peu aggacé qu'on vienne interrompre mon rituel je me laisse tout de même prendre au jeu. Je ne suis pas venu là pour rencontrer quelqu'un. C'est bien la dernière chose dont j'ai besoin aujourd'hui. Mais la jeune femme semble plutôt sympathique, son petit sourire malicieux ma fait penser à celui de Scott et je me laisse attendrir. Puis elle est charmante, je peux au moins attendre de voir ce qu'elle veut avant de faire mon bougon. «Tu sais l'alcool c'est pas la meilleure façon pour noyer tes problèmes... le mieux c'est d'en parler !» Je lâche un petit rire avant d'attraper un autre verre. « A oui vraiment ? Et tu te proposes pour le poste de psy ? Je suis pourtant sûr qu'une jolie fille comme toi à mieux à faire que d'écouter les plaintes d'un ivrogne. » Bon je suis pas tout à fait un ivrogne, mais à première vu c'est l'image que je dois lui donner. Je lève mon verre et l'apporte à mes lèvres, où je laisse l'alcool couler une dernière fois au fond de mon gosier. Oui une dernière fois parce que la jolie brune s'empare de ceux qui sont encore sur le bar pour les vider un à un comme si elle buvait du petit lait. Je la regarde faire les yeux grands ouvert. J'ai de la peine à croire qu'elle a osé faire ça et qu'en plus ça soit si simple pour elle. Moi qui m'arrache la trachée à chaque gorgé j'en reste sur les fesses.

«C'est pour ton bien ! Maintenant raconte moi !» Cette fille à l'air d'avoir un caractère bien trempé et je dois dire que j’apprécie. Elle a sans doute raison, une oreille attentive serait probablement plus utile que de tenter d'oublier dans l'alcool, mais je n'avais pas envie d'aller me plaindre au près de mes proches. Ils ont tous leurs propres problèmes pas besoin d'en rajouter. Mais là c'est différent. Je ne connais pas cette fille et je ne serais sans doute jamais amené à la revoir alors je peux bien me le permettre non ? En plus mon côté réservé semble avoir pris son envole avec le cinquième shot. « Tu sais, si tu voulais que je te paye un verre, il suffisait de le demander. » Parce que bon elle c'est quand même descendu tout mes shots. « Si tu veux tout savoir, mon ex copine est une sorte de psychopathe qui a  kidnappé mes frères tout ça pour m'avouer que le gars avec qui elle m'avait trompé était en fait un de mes amis... Enfin ancien ami maintenant... j'imagine. Alors j'ai le droit à un autre shot madame « l'alcool ne résout pas les problèmes ? » D'accord les choses ne c'étaient pas exactement passées de cette façon. On ne pouvait pas exactement dire qu'elle avait kidnappé les jumeaux. Mais j'avais tout de même eu la frayeur de ma vie quand j'avais compris que les jumeaux avaient disparu. J'aurais sans doute du me douter que Ana était derrière cette histoire, elle a toujours été un peu dans la démesure et il était prévisible qu'elle allait faire quelque chose de fou pour me forcer à lui parler depuis que je refusais de répondre à ses messages ou de la voire. Mais de là à intercepter les jumeaux à la sortie de l'école pour m'y forcer. Elle était allée un peu loin cette fois, d’où le doux surnom de psychopathe que je venais de lui attribuer. « T'as une sacré descente tu sais ? Ça t'arrives souvent d'écumer les bars en profitant des hommes seules pour boire à volonté ? » Je lui adresse un petit sourire accompagné d'un clin d’œil Mon dieu il faut que j'arrête de boire moi, je me prends pour un playboy maintenant. « Au faite je m'appelle Nathan » Je lui tends une poignée de main amicale. Je vais pas la bouder juste parce qu'elle a bu mon alcool, quoi que... Puis un peu de compagnie ne me fera pas de mal !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Jeu 17 Oct - 9:31





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

Je n'ai pas tellement l'habitude de faire ce genre de chose, venir en aide d'un illustre inconnu de cette façon. Mais il m'a paru tellement désemparé que je n'ai pas hésité une seule seconde. Une fois assise à ses côtés, je lui fait part de mon idée : l'alcool ne résous rien, il vaut mieux en parler. Le jeune homme lâche un rire que je prendrai comme nerveux. A vue de nez, il doit avec descendu quelques shots déjà. Ses pupilles sont dilatées, ses yeux légèrement rougis, il a le sourire facile. Je ne peux pas me tromper. « A oui vraiment ? Et tu te proposes pour le poste de psy ? Je suis pourtant sûr qu'une jolie fille comme toi à mieux à faire que d'écouter les plaintes d'un ivrogne. ».

C'est assez étrange, j'ai l'impression de lire en lui assez facilement. Il n'a pas vraiment l'air du mec qui boit tous les jours, et donc, il n'a pas la tête d'un ivrogne. Et puis, un ivrogne ne grimacerait pas en avalant un shot de vodka. Pour son bien, j'avale la totalité de son rail de shots devant ses yeux ébahis, et lui demande une nouvelle fois de me parler. « Tu sais, si tu voulais que je te paye un verre, il suffisait de le demander. ». Je lâche un petit rire amusé, et secoue la tête avant de reposer mon regard dans le sien, avec insistance, pour qu'il commence enfin à me parler. « Si tu veux tout savoir, mon ex copine est une sorte de psychopathe qui a  kidnappé mes frères tout ça pour m'avouer que le gars avec qui elle m'avait trompé était en fait un de mes amis... Enfin ancien ami maintenant... j'imagine. Alors j'ai le droit à un autre shot madame « l'alcool ne résout pas les problèmes ? ». Les yeux ronds, j'hallucine légèrement en entendant son histoire. J'en ai entendu quelques unes, mais alors celle là est quand même hallucinante dans son genre. Je comprends mieux pourquoi ce soir il a besoin de se bourrer la gueule. J'appelle le serveur. «S'il vous plait, un rail de shots, c'est pour moi !». Je sors de ma poche un billet de 50$ que je pose sur le bar avant de récupérer nos shots et ma monnaie.

«Tu vois, j'suis pas venue là pour me faire offrir à boire !» Je lui donne un mini verre, en prends un aussi pour moi. Le bruit du verre qui cogne l'un contre l'autre raisonne un peu et on boit notre verre cul sec. Je le vois grimacer et je souris. « T'as une sacré descente tu sais ? Ça t'arrives souvent d'écumer les bars en profitant des hommes seuls pour boire à volonté ? » J'éclate de rire. Je secoue la tête et lui réponds alors «Non, je suis pas une grande fan des bars, surtout la nuit, et encore moins seule, c'est un concours de circonstances pour moi aussi. Et en te voyant j'me suis dit que j'étais peut être pas là pour rien !». Je plisse les yeux en le regardant fixement, avant qu'il ne se présente à moi, non sans un petit clin d'oeil mignon. J'ai bien l'impression que ce n'est pas trop son genre, mais je trouve ça plus attachant qu'autre chose. « Au faite je m'appelle Nathan » Je prends la main qu'il me tend et la serre amicalement avant de lui répondre «Teeghan, enchantée.» Je prends un autre verre et le regarde faire de même. «Ok on va faire un petit jeu. Tu bois un verre et tu me racontes quelque chose sur toi, surtout ce pourquoi tu es là ce soir à boire de la Vodka, qui d'ailleurs n'est pas très bonne... et je fais la même chose une fois mon verre bu. Ça marche ? Je commence...» J'engloutis mon verre d'une gorgée et le fais claquer sur le bar une fois terminé. «Je suis orpheline de père, et quand ma mère m'a appris y'a quelques années l'identité de mon père, j'ai quitté la Russie pour venir m'installer aux Etats Unis pour le retrouver. J'ai fini par trouver une piste à Town Square, je suis là depuis un mois, mais toujours rien. A toi !». Je fais un signe de tête genre "allez bois et parle moi".



Dernière édition par A. Teeghan Ivanovitch le Lun 21 Oct - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Ven 18 Oct - 15:32





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

Cette fille rit à mes pitoyables blague et je dois dire qu'il ne m'en faut pas beaucoup plus pour me rendre le sourire. J'imagine qu'au fond un peu de compagnie est exactement ce dont j'ai besoin et que la jeune femme en face de moi l'a senti. C'est donc sans trop devoir être poussé que ma langue se délit et que je lui livre une partie de ma vie. C'est étrange et pas vraiment mon genre – non pas que je sois quelqu'un de totalement renfermé sur moi même – mais je n'ai pas pris l'habitude de me confier aussi facilement. Et pourtant les mots sont sortis sans peine.

Je vois bien que mon récit la surprend et je m'en sens presque fier, comme si je justifiais ma présence dans cet endroit avec cette histoire sordide. Il ne lui en fallut pas plus pour revenir sur son idée que l'alcool ne résout pas les problèmes. «S'il vous plait, un rail de shots, c'est pour moi !» Je lui adresse un sourire amusé  me demandant où elle veut en venir. Peut-être a-t-elle, elle aussi besoin d'un petit remontant. Je ne suis sans doute pas le seul à profiter de ce bar pour penser à autres choses. Quelques secondes plus tard les verres sont devant nous, posés en ligne et n'attendant plus que l'on s'empare d'eux. «Tu vois, j'suis pas venue là pour me faire offrir à boire !»  Elle m'offre un verre et je ne peux m'empêcher de sourire, cette fille m'a redonné la pèche en quelques seconde. Je ne sais pas d’où elle sort mais une chose est sûre, elle se débrouille bien. « Et bien moi j'étais justement venu pour ça – dans l’espoir de m'en faire payer. J'ai eu de la chance de tomber sur toi j'imagine. » J'échange un regard complice avec elle tout en rigolant. Je sais qu'elle a compris que je n'étais pas sérieux, même si je dois bien avouer qu'il est plutôt plaisant de se faire offrir un verre pour une fois. Nous engloutissons chacun notre boisson et une fois de plus je reste ébahis devant sa capacité à boire de l'alcool – ce que je suis bien obligé de lui faire remarquer – Non sans tenter d'ajouter une petite touche d'humour. Si je trouve mes blagues plutôt pitoyables ce soir, elles semblent avoir un effet positif sur la jeune femme qui éclate de rire. «Non, je suis pas une grande fan des bars, surtout la nuit, et encore moins seule, c'est un concours de circonstances pour moi aussi. Et en te voyant j'me suis dit que j'étais peut être pas là pour rien !». Mon regard se reporte alors sur le fond de mon verre. « J'ai donc l'air désespéré à ce point » Je tente de rester le plus sérieux possible, en essayant de la faire un peu culpabiliser mais je ne peux m'empêcher de rire. Et de relever des yeux pétillants et sans doute bien dilatés par l'alcool sur la jeune femme. « Je suis bien content que les circonstances t'ai emmené ici mademoiselle. Qui aurait payé mes consommations sinon ? Puis je suis pas contre l'idée d'avoir un ange gardien. J'en aurais bien besoin pour être honnête. » Je laisse mon esprit divaguer un peu en pensant à la perspective d'avoir quelqu'un pour résoudre mes problèmes.

Mon esprit me rappelle vite à l'ordre et je me rends compte que je ne me suis même pas présenté, je lui tends donc une poignée de main amicale en faisant les présentations. «Teeghan, enchantée.» « Original comme prénom, ça vient d’où ? » Façon détourné de lui demander du vient son charmant petit accent. Je retourne vite mon regard sur l'alcool qui nous attend. « Bon on a du boulot si on veut descendre tout ça ! » Son regard malicieux me fait comprendre bien avant qu'elle ait dit un mot qu'elle a déjà sa petite idée.  «Ok on va faire un petit jeu. Tu bois un verre et tu me racontes quelque chose sur toi, surtout ce pourquoi tu es là ce soir à boire de la Vodka, qui d'ailleurs n'est pas très bonne... et je fais la même chose une fois mon verre bu. Ça marche ? Je commence...» « Hem... » Je n'ai pas vraiment l’impression que la jeune femme me laisse le choix mais je me permet quand même d'y réfléchir. Puis je me laisse vite convaincre par l'idée. « J'imagine que c'est un bon deal, donnant-donnant. » J'ai à peine eu le temps de finir ma phrase que Teeghan a déjà englouti son verre. «Je suis orpheline de père, et quand ma mère m'a appris y'a quelques années l'identité de mon père, j'ai quitté la Russie pour venir m'installer aux Etats Unis pour le retrouver. J'ai fini par trouver une piste à Town Square, je suis là depuis un mois, mais toujours rien. A toi !» Ma mâchoire se déroche et je perds vite le sourire béat d'homme bourré qui c'était collé à mon visage. « Wouah ! » Je ne m'attendais pas vraiment à ce genre d'information. Quand elle me parlait de personnelle, je pensais qu'elle allait me dire quelque chose dans le genre « mon chien est mort quand j'avais 5ans et j'ai cru mes parents quand il m'ont dit qu'il c'était réincarné en tortue » Enfin une info dans ce genre qui ne touchait pas à ce point un aspect privée de sa vie. Mais non pas du tout. « Et avec ton jeux j'ai le droit de te poser des questions aussi ? » Elle avait réussi à m'intriguer avec cette histoire de père et je mon côté trop curieux avait déjà envie d'en savoir plus. Qui sait je pourrais peut-être même l'aider, mon travail à l’hôpital me permettait de croiser beaucoup de gens et j'avais toujours eu une très bonne mémoire.

Je faisais tourner mon verre nerveusement dans ma main me demandant que je pourrai bien lui raconter une fois celui ci englouti. Le regard que Teeghan portait sur moi était insistant et je finis par boire mon verre d'un coup tentant de ne pas grimacer. C'était un peu la honte que cette fille ait une bien meilleure descente que moi. Une fois le verre posé sur la table ce fut mon tour de me lancer. « Ça fait une année que ma mère est à l’hôpital, elle est atteinte d'un cancer et – et les choses ne semblent pas vraiment aller en s'arrangeant. Du coup je m'occupe comme je peux de mes deux petits frères avec un peu d'aide. Mais.. » Je laissa la phrase en suspend pas vraiment persuadé d'avoir envie de continuer ce petit jeu. Encore une fois mon regard alla trouver le fond de mon verre comme si c'était la chose la plus intéressante dans cette pièce, puis je relevais légèrement la tête pour croiser le regard de la jeune femme qui semblait attendre la suite. « Mais je m'en sors pas aussi bien que ce que j'espérais. » J'accompagnais cette réflexion par un petit rire gêné. En vérité je galérais carrément mais j'avais plutôt honte de l'avouer. Il me fallait maintenant enchaîner vite fait.« Ton tour. Et je crois que si tu veux rattraper ton retard tu devrais en boire plus qu'un... J'ai pris une large avance sur toi à ce niveau. » Je désignais les verres de la tête, me rendant compte que la salle devenait de plus en plus flou à cause de l'alcool.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Lun 21 Oct - 17:35





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

« Je suis bien content que les circonstances t'ai emmené ici mademoiselle. Qui aurait payé mes consommations sinon ? Puis je suis pas contre l'idée d'avoir un ange gardien. J'en aurais bien besoin pour être honnête. ». Je ne me considère pas tellement comme un ange gardien, et puis, je dois avoir quelques années de moins que lui. Je ne pense pas être assez responsable pour aider réellement quelqu'un de manière régulière, mais ce soir, pourquoi pas. Si je suis venue vers lui, ce n'est sûrement pas un hasard. Il est mignon et il a l'air gentil, pas le genre de mec à chercher l'embrouille. Je lui adresse un joli sourire et lui propose alors un jeu. Il n'a pas l'air bien emballé, mais je ne lui laisse pas trop le choix. Je pense vraiment qu'il a besoin de parler, et sans doute que j'en ai besoin moi aussi. J'engloutis le contenu de mon verre avant de le faire claquer sur la table, puis j'enchaîne sur un "secret", une révélation en somme. Nathan me regarde avec de grands yeux. « Wouah !  Et avec ton jeux j'ai le droit de te poser des questions aussi ? ». Je réfléchis une seconde, grimace légèrement et hoche finalement la tête. «Ok, une révélation, une question, pas plus. Et pas de joker, celui qui ne veut pas répondre paye la prochaine tournée.» Ça promet pour la suite ! Heureusement que je tiens bien à la vodka ! C'est bien le seul alcool qui ne me rend pas ivre immédiatement. Etrange. Sûrement le sang russe qui coule dans mes veines.

A lui désormais de boire un verre et me dire quelque chose à son propos. « Ça fait une année que ma mère est à l’hôpital, elle est atteinte d'un cancer et – et les choses ne semblent pas vraiment aller en s'arrangeant. Du coup je m'occupe comme je peux de mes deux petits frères avec un peu d'aide. Mais... je m'en sors pas aussi bien que ce que j'espérais. » Je l'écoute attentivement, et déglutis une fois qu'il a fini. C'est pas joli joli, et il me fait de la peine. Je grimace légèrement et pose un main sur son épaule, compatissante. Je n'ai pas vraiment de question à lui poser face à ça. Ça me fait toujours mal de voir quelqu'un malheureux ou triste. En règle générale, je préfère faire le pitre que d'essayer de réconforter les gens par des paroles adultes. Ce soir, c'est étrange, j'ai vraiment envie d'aider ce jeune homme. Rapidement il essaie de changer de sujet, sûrement mal à l'aise de ses confidences. « Ton tour. Et je crois que si tu veux rattraper ton retard tu devrais en boire plus qu'un... J'ai pris une large avance sur toi à ce niveau. » «Ok, ok !»

Je prends de nouveau un petit verre et le vide dans ma gorge. Je commence à sentir l'alcool glisser dans mon corps. Je secoue la tête, ça tourne vaguement. Je fais mine de réfléchir. «Je suis une éternelle instable ! J'arrive à me poser nulle par, avec personne, mes amis disent de moi que j'ai le feu au cul, c'est pas spécialement péjoratif, c'est juste que je suis hypéractive sur les bords. Mais moi ça m'saoule. J'aimerai bien être comme tout le monde, arrêter d'être irresponsable. Tiens pas plus tard qu'hier j'me suis mariée dans un parc pour enfants avec un illustre inconnu qui m'a offert une bague en sucre !». Son visage s'illumine d'un sourire, et le mien en fait de même. «Si j'te jure ! Bon j'peux pas te prouver, je l'ai mangée direct, mais c'est vrai !».

Je suis plutôt satisfaite d'avoir réussi à le faire sourire. C'est une bonne chose, une sorte de petite victoire. «Bon allez à toi !». Je lui tends un verre, il n'en reste déjà plus que 2 dans le rail en bois. Je vois bien que Nathan n'est pas tout à fait ivre, mais n'en est pas loin. Je vais éviter de trop le faire boire non plus. Ce qu'il a dans le sang suffit à le faire parler, ou rire. Penser à autre chose au moins. Et je prends ça comme ma mission de ce soir !

Mais au moment où Nathan allait boire son verre, je l'arrête net. «Attends ! J'adore cette chanson ! J'te laisse un répit de confidences, viens !». Je le prends par la main, et qu'il ait envie ou non, je l'emmène danser. L'alcool aidant, et mon métier aidant aussi, je danse plutôt de manière déshinibée. De nature joueuse, je ne me prive pas pour jouer un peu avec Nathan me collant de temps en temps contre lui pour danser, ou lui lançant quelques fois des regards équivoques. Je n'ai pas envie de réfléchir ce soir, juste envie de me laisser aller.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Mer 23 Oct - 22:59





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

Ça commence sérieusement à tourner dans ma tête. Mais c'est plutôt agréable, de se sentir un peu plus libre, un peu moins responsable. Ce soir je ne suis pas Nathan le grand frère responsable, je ne suis pas Nathan l'interne en médecine je suis juste Nathan dans un bar – Nathan qui veut passer une bonne soirée et qui a apparemment trouvé la personne idéale pour ça.«Ok, une révélation, une question, pas plus. Et pas de joker, celui qui ne veut pas répondre paye la prochaine tournée.» Je hoche la tête pour approuver sa décision mais décide de ne pas lui poser une question directement derrière. Je n'ai pas envie d'être trop invasif non plus, on se connaît à peine depuis quelques minutes. Puis c'est mon tour de boire.

Je me laisse aller à des confidences qui me mettent vite mal à l'aise. Je n'aime pas me plaindre et pourtant j'ai l’impression que ses derniers temps je ne fais que ça. Je devrais me concentrer sur le positif, sur ce qui va bien, mes frères ont beau être des terreurs, ils ont une santé de fer, ma mère combat la maladie avec la férocité d'un tigresse puis j'ai ma famille pour m'aider. Mon cousin, ma cousine, ma tante ainsi que quelques amis proches. Je devrais me concentrer là dessus, mais ce soir je vois les choses en noir et cette fille semble prête à m'entendre lui raconter tous les malheurs du monde – j'en profite donc un peu. Je me dépêche pourtant de changer de conversation pour que ça soit son tour de boire. «Je suis une éternelle instable ! J'arrive à me poser nulle par, avec personne, mes amis disent de moi que j'ai le feu au cul » « mon dieu » J'éclate de rire à ce commentaire et la laisse continuer. « c'est pas spécialement péjoratif, c'est juste que je suis hypéractive sur les bords. Mais moi ça m'saoule. J'aimerai bien être comme tout le monde, arrêter d'être irresponsable. Tiens pas plus tard qu'hier j'me suis mariée dans un parc pour enfants avec un illustre inconnu qui m'a offert une bague en sucre !» Je jette un petite regard amusé à son doigt pour voir si notre jeune mariée fait honneur à son mari, mais non.

 «Si j'te jure ! Bon j'peux pas te prouver, je l'ai mangée direct, mais c'est vrai !». Je rigole à gore déployée. Cette fille a l'air d'être une originale. Elle mène le train de vie dont je rêve – sans doute simplement car il m'est inaccessible pour le moment. « Si j'ai bien compris, tu es déjà une femme prise c'est ça ? Dommage pour moi j'arrive un peu tard. » Bon je n'avais de  toute façon pas de bague de fiançaille bonbon à porté de main, mais son anecdote me fait bien rire. J'ai beau me douter que la jeune femme a quelques années de moins que moi, je m'amuse à l'imaginer dans un parc pour enfant.
«Bon allez à toi !». J'attrape mon verre et alors que je m'apprête à faire glisser le liquide au fond de mon gosier Teeghan m'arrête.  «Attends ! J'adore cette chanson ! J'te laisse un répit de confidences, viens !». J'ai à peine le temps de riposter avec un vague « Non mais je suis mauvais danseur ! » que je me retrouve déjà sur la piste de danse avec Teeghan.

Il y a peu de monde qui danse et pourtant ça ne semble pas déranger Teeghan qui se déhanche au son de la musique comme un pro. Pour ma part je bouge avec énergie, l'alcool aidant un peu je me sens désinhibé et mes membres partent un peu dans tous les sens. Mais c'est sans doute mieux que la planche de bois que je suis quand je suis sobre. Elle me lance des petits regards équivoques qui ne me laissent clairement pas de marbre et je profite d'un moment ou elle se rapproche un peu de moi pour passer ma main dans son dos et coller son corps au mien. En quelques secondes et sans que je  comprenne vraiment comment, mes lèvres vont trouver les siennes alors que son corps ondule contre le mien faisant remonter en moi des sensations que je n'avais pas eu depuis un petit moment.

C'est tellement peu moi, tellement loin du garçon que je peux être mais tellement bon de se laisser aller. Je ne pense à rien, à personne – pas  de futur ni de passé juste ce moment avec cette fille que je connais à peine. Je n'ai jamais vraiment vécu ce genre d'expérience. Durant mon adolescence je passais bien plus de temps devant mon ordinateur qu'avec les filles, puis j'ai rencontré Ana et je lui suis resté fidèle durant nos sept années de relation. Contrairement à elle.

Alors que nos langues se cherchent, je profite de ma main – encore plaquée sur son dos – pour l'emmener un peu à l'écart. Je finis par la plaquer avec ardeur contre le mur alors que nos baisés sont de plus en plus profond. Je n'ai plus de limites, mes lèvres vont déposer des baisers dans son cou alors que ma main passe sous son haut pour remonter lentement le long de son dos, caressant sa peau nue. Je suis alors pris d'un éclair de lucidité – me rendant compte que nous ne sommes pas seuls – je relève la tête pour croiser son regard. « Hey bah.. Ça c'est plutôt... inattendu. » Pour sûre ce n'était pas le plan prévu pour la soirée, mais je n'allais pas m'en plaindre !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Ven 25 Oct - 16:11





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

« Si j'ai bien compris, tu es déjà une femme prise c'est ça ? Dommage pour moi j'arrive un peu tard. ». A sa phrase, je baisse les yeux pour cacher sûrement un peu mes joues rosies, et je souris avant de redresser mon regard vers lui. «Oui enfin c'est... c'était une bague en sucre quoi...». Je me mordille la lèvre pour éviter de rire. En y repensant, je ne peux que rire de cette situation. J'essaie de changer rapidement de sujet, je ne suis pas habituée à me faire draguer comme il est en train de le faire. Ok, il a quelques verres dans le nez, mais j'essaie d'en faire abstraction.

Et au moment de l'inciter à boire un nouveau verre, j'entends passer une chanson sur laquelle j'adore danser, et j'invite Nathan sur la piste de danse. Forcer aurait été le mot approprié, mais il ne se fait pas longtemps prier non plus. Je ne suis pas comme toutes ces filles qui ont honte de danser. Jouer avec mon corps est en quelque sorte mon métier, et en plus d'être un jeu passionnant, c'est quelque chose que j'adore faire, vraiment. Joueuse de nature, je compte bien m'amuser un peu avec ce bau jeune homme ce soir. Mon jeu est rapidement pris au mot puisque je sens la main de Nathan se poser dans mon dos pour me rapprocher un peu de lui, et après un regard puissant, il vient m'embrasser d'un baiser fougueux et passionné. J'avoue que ça fait bien longtemps qu'on ne m'avait pas embrassée comme ça, et ça a tendance à faire monter en moi une immense vague de chaleur. On peut mettre ça sur le coup de l'alcool, mais je pense qu'il n'y a pas que ça.

Nos langues se cherchent et se caressent divinement alors que Nathan prends l'initiative de nous emmener un peu plus loin pour me plaquer contre un mur. Lorsque j'ai posé mon premier regard sur lui au début de cette soirée, jamais je n'aurai cru qu'il aurait été le genre de mec aussi fougueux qu'à cet instant précis. Ses baisers glissent avec ardeur dans mon cou alors que je me cambre doucement dans ses bras, sentant ses mains chaudes se faufiler sous mon t-shirt. Je me mordille la lèvre inférieure, les yeux fermés, et je me délecte de ses baisers. Assez rapidement je reprends ses lèvres d'assaut, sentant ma respiration et mon coeur s'accélérer de plus en plus.

Il met un terme à notre baiser et avec un petit sourire, il me confie : « Hey bah.. Ça c'est plutôt... inattendu. ». Je lâche un petit rire amusé avant de baisser mon regard, puis de le replonger dans le sien. «Oui, comme tu dis...». Je louche dangereusement sur sa bouche et me mordille la lèvre une nouvelle fois, avant de tourner la tête pour me rendre compte qu'effectivement, nous ne sommes pas seuls, et les regards commencent à se diriger sur nous. Il est encore très près de moi, et je peux sentir son souffle -encore légèrement saccadé- sur ma peau. Cette sensation provoque un long frisson qui parcourt mon dos. Ce n'est pas tellement dans mes habitudes, mais cet homme me donne bizarrement envie de ne plus réfléchir, et de laisser parler mes émotions. Or, mes émotions me disent à cet instant précis, que je ne dois pas le laisser filer. Je penche la tête en arrière pour prendre une grande inspiration et calmer un peu mon coeur qui s'est rapidement emballé. Lorsque je repose mon regard sur Nathan, il était en train de me regarder, un sourire au bord des lèvres.

Sans réfléchir plus longtemps, je prends sa main et lui dis «Viens !». Il ne rechigne pas à me suivre cette fois ci, et nous traversons ensemble la piste de danse pour récupérer nos affaires. Je l'emmène dehors, et une fois fait, j'attrape les deux pans de sa veste pour l'attirer vers mois. Grâce à mes talons, nous n'avons qu'une dizaine de centimètres d'écart, et ça m'évite de devoir me mettre sur la pointe des pieds. «J'ai très, très envie d'apprendre à te connaître mieux...». Le sous entendu est tel que je n'ai pas besoin d'en dire plus. Généralement, je ne suis pas du genre entreprenante, au contraire, lorsque que ça parle de relation amoureuse, je suis plutôt à dernière à faire le premier pas. Mais là, tout semble différent, l'alcool aidant sans doute un peu. A vrai dire, qu'on décide d'aller, chez lui, chez moi, ou qu'on finisse la soirée à marcher ensemble main dans la main, peut m'importe. J'ai juste envie de finir la soirée avec lui...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Dim 27 Oct - 20:06





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

Inattendu c'était le mot mais il était aussi accompagné de sensuel et excitant. Je sentais renaître en moi des sensations refoulées depuis un long moment maintenant. Et le petit regard taquin que Teeghan me lançait ne m'aidait pas vraiment à me reprendre. Cette fille dégageait quelque chose, une sorte de délicatesse mêlée à un fouge facilement décelable – ce qui me rendait fou. «Oui, comme tu dis...» Je souris en entendant que c'est un sentiment partagé – et plus que ça – la dévorant des yeux j'ai de la peine à ne pas reprendre sa bouche en otage, mais les quelques .regards qui se portent sur nous m'en dissuadent. J'ai beau avoir bu quelques verres de trop je n'ai pas envie de me donner en spectacle. Ce moment est entre elle et moi.  

Son mordillement de lèvre me donne de idée vraiment mal placé que je tente de dissimuler. Je la connais à peine il faut que je me calme. C'est Teeghan elle-même qui me sort de mes pensées attrapant ma main comme si c'était la chose la plus naturelle au monde. «Viens !» Je la suis – pensant qu'elle veut que nous retournions danser, mais pas du tout. Au contraire, elle enfile déjà sa veste me faisant bien comprendre qu'elle a envie de sortir. Je ne peux décrocher mon regard du sienne alors que nous nous habillons pour affronter le froid. Je préfère ne même pas penser à l'endroit où elle veut aller – autant que je ne me fasse pas de fausses idées.

La porte à peine franchie, Teeghan m'attrape par la veste et nos deux corps se touchent un fois de plus. «J'ai très, très envie d'apprendre à te connaître mieux...» Je lui adresse un petit sourire amusé en l'attrapant par la taille. « J'aime beaucoup cette idée. » Je ne sais pas où cette soirée va nous mener et c'est sans doute ce qui me plaît le plus – enfin mis à part sa présence évidement – sortir  des sentiers battus et d'une vie beaucoup trop monotone. Je resserre un peu plus mon étreinte déposant un court baisé sur ses lèvres. Bien moins animal et fougueux, celui là est beaucoup plus doux, je me surprends même à penser qu'une fille dans le style de Teeghan pourrait bien s'entendre avec les jumeaux. Mais je chasse cette idée vite fait – je la connais à peine depuis 10minutes et en plus de ça je ne sais que trop bien comme une fille peut attirer des ennuies dans une vie. Surtout quand – comme moi – on a pas de temps à lui consacrer.

Puis je suis bien dans ma vie de célibataire... Du moins c'est ce dont j'essaye de me convaincre !

Mettant terme à notre étreinte nous commençons à marcher l'un à côté de l'autre. Ni elle ni moi ne semble vraiment savoir où nous allons et peu importe. Mon regard est posé sur le trottoir mais je me permets de détourner un peu les yeux pour la regarder marcher à mes côtés. Comme lorsqu'elle dansait Teeghan fait preuve d'une grâce que je n'ai pas souvent eu l'occasion de voir. « Alors dis-moi Teeghan, où as-tu appris à danser comme ça ? C'était plutôt – hem - impressionnant » Il y a peu de chance qu'elle soit passée à côté de mon excitation lorsque son corps se collait au mien sensuellement. Je fais donc mine d'être un peu gêné en repensant à ce moment. Il n'en est rien en fait – du moins pour le moment.  Il en sera sans doute autrement demain matin, quand l'alcool qui coule dans mes veines - est qui me sert de meilleur ami pour le moment – aura disparu.  

Dans un mouvement de tendresse et sans trop y réfléchir ma main s'approche de la sienne pour la saisir dans un geste lent – glissant sur son poignet pour trouver sa place au creux de sa paume. Je lui adresse un petit sourire et nous déambulons comme ça dans la rue. Comme si nous étions un couple d'amoureux. Cette idée me fait sourire et je me dis que nous rejetons une image sans doute bien loin de la réalité. Qui pourrait croire que nous venons à peine de nous rencontrer ? Seul ma démarche un peu bancale doit porter à confusion.
Un petit soupire sort de ma bouche, je ne serais dire d’où il vient ni ce qu'il représente vraiment, pourtant il apporte avec lui une révélation. « J'ai envie de faire quelque chose de fou. » Teeghan vient de m'avouer s'être mariée avec un inconnu dans un parc pour enfant, je me dis alors qu'elle est la personne idéale pour me faire sortir un peu de ma coquille. « Je crois qu'au contraire de toi, je me permets pas assez souvent d’être irresponsable – je voudrais moins réfléchir. Au moins pour ce soir je voudrais – Je voudrais bien avoir le feu au cul moi aussi. » Je la taquine un peu et me permets même de lui donner un petit coup d'épaule. Cette pensée  m'a pris d'une coup, comme si c'était une évidence – profiter de cette soiré de libre où je n'ai pas besoin d'être responsable. J'ai envie d'être un autre pour quelques heures. D'en profiter – en profiter le plus possible.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Lun 28 Oct - 10:56





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

Une fois à l’extérieur, je m’approche un peu plus de Nathan pour pouvoir l’embrasser comme il se doit. Je ne comprends pas trop le comportement que j’ai avec lui, je ne peux pas réellement dire que c’est dû à l’alcool, il me faut plus de quelques shots de vodka pour avoir la tête qui tourne. Je lui avoue avoir très envie de le connaître mieux, sous entendu, j’ai très envie de finir la soirée avec lui. Son sourire me rassure, je n’ai pas envie qu’il croit non plus que je suis une fille facile, puisque ce n’est pas le cas. Là c’est différent, je ne vais pas non plus cacher qu’il me plaît, même si je ne sais rien de lui, ou disons, pas grand chose. « J'aime beaucoup cette idée. » me répond-il avec un petit sourire semi dissimulé. Je ne sais pas trop où cette nuit va nous mener mais à vrai dire je m’en fiche éperdument. Tout ce dont j’ai envie à cet instant précis, c’est d’être en sa compagnie. Difficile à expliquer.

Nous commençons à marcher tous les deux côte à côte, dans trop savoir où nous allons. Je ne sais pas où il habite, et même si on n’est pas très loin de chez moi, je ne suis pas sûre de vouloir qu’on y passe la nuit. Pour briser le silence, Nathan me demande : « Alors dis-moi Teeghan, où as-tu appris à danser comme ça ? C'était plutôt – hem - impressionnant ». Je n’ai pas l’habitude de rougir, et heureusement qu’il fait nuit et que personne ne peut le voir. Je tourne la tête pour le regarder et lui adresse un petit sourire adorable. Il aurait été difficile de ne pas voir à quel point ma petite danse de tout à l’heure lui a fait un effet électrique. «En fait c’est mon métier... je suis danseuse depuis que j’ai... pfiou... depuis toujours en fait je crois. Ma mère était danseuse étoile, et je crois qu’elle ne m’a jamais vue danser. Je suis partie de chez moi quand j’avais 17 ans, et j’ai fait de la danse mon métier en arrivant aux Etats Unis, j’ai dansé pour de grands artistes connus, j’ai gagné beaucoup d’argent, et me voilà ici, à prendre des cours dans une école de danse... ». Je m’arrête un instant et pose mes mains devant ma bouche avant de lâcher un rire amusé. «Pardon, je parle beaucoup, beaucoup trop... c’est un de mes principaux défauts !»

Lorsque je sens la main de Nathan frôler la mienne, puis enlacer ses doigts avec les miens, je sens une nouvelle vague de chaleur m’envahir. Ce n’est pas la première fois ce soir que ça m’arrive. Je vais finir par y prendre goût. Je lui adresse un petit sourire et une petite moue mignonne pour lui faire comprendre simplement que je suis bien là, avec lui, sans avoir à penser à autre chose. Tel un petit couple, nous marchons côte à côte, main dans la main, sans savoir trop où nous allons, avec comme seul bruit celui de la ville plongée dans l’obscurité, et mes talons qui claquent sur les pavés. Nathan brise le silence en me disant : « J'ai envie de faire quelque chose de fou. ». Je m’arrête net, ne lâchant pas pour autant sa main, et le regarde avec insistance. Nathan n’a pas tellement l’air d’être quelqu’un qui aime faire des trucs fous. En fait, je pense que ce n’est pas une question d’aimer ou de ne pas aimer, c’est juste une question d’avoir le cran de le faire des choses un peu folles. Il continue sur sa lancée en m’expliquant ce qu’il veut dire par là. « Je crois qu'au contraire de toi, je me permets pas assez souvent d’être irresponsable – je voudrais moins réfléchir. Au moins pour ce soir je voudrais – Je voudrais bien avoir le feu au cul moi aussi. ».

J’éclate de rire, je ne sais pas quel âge à ce jeune homme, sûrement quelques années de plus que moi, mais à cet instant précis, il avait l’air d’avoir 5 ans. Et j’ai trouvé ça trop mignon. «Fallait pas me dire ça à moi, tu veux faire des trucs fous, tu vas être servi !» . Je n’ai pas lâché sa main, et pour la 3ème fois de la soirée, je le tire par la main pour qu’il m’accompagne. La soirée est loin d’être finie.

En arrivant dans une rue un peu moins fréquentée, je pousse Nathan contre une voiture avant de venir l’embrasser passionnément. Ma main vient glisser dans sa nuque, puis dans ses cheveux. Nos langues s’apprivoisent un peu plus et je prends de la distance avec lui, un petit sourire au coin des lèvres. Je traverse la rue, choisis une voiture pas trop neuve, et essaie de l’ouvrir en tirant la poignée. Parfait, aucune alarme ne se déclenche. Je monte alors sur le capot, puis sur le toit de celle-ci, pour faire un remake que ‘’jeux d’enfants’’. «Embrasse-moi, Cap ?» . Je commence à voir une lueur dans ses yeux, celle d’un enfant qui n’a pas pu ou pas osé faire de bêtises pendant toute son enfance, et qui maintenant a tout le loisir de se lâcher. Du moins, c’est l’opportunité que je lui offre. Il me rejoint sur la voiture sans trop tarder avant de venir m’embrasser langoureusement. Une fois fait, je le regarde avec un petit sourire en coin, et pose ma main sur son torse à l’endroit de son coeur. Il bat rapidement. Mon sourire s’élargit. «Hey ! Qu’est-ce que vous faites là ? Descendez de cette voiture ou j’appelle les flics !» . Le vigil du bar d’à côté nous a grillés, mais ça ajoute un peu de piment à la soirée. Agilement, un peu comme une catwoman sans sa cape, je saute du toit de la voiture, retombant sur mes talons sans aucune difficulté. Nathan saute aussi et main dans la main, nous courons jusqu’à une rue voisine. Légèrement essoufflés, nous continuons de marcher côte à côte. Je marche un peu plus vite et me retourne pour pouvoir marcher face à lui, en ‘‘marche arrière’’. J’ai envie de jouer ce soir. Il m’a lancée, il va être servi.

«Tu as déjà été à Paris, tu as déjà vu la tour Eiffel ?». Grâve à mon métier j’ai eu la chance de pouvoir voyager un peu partout, même si de courtes périodes. Malgré mon jeune âge, je peux dire que j’ai vécu beaucoup de choses. On peut me traiter d’irresponsable ou de gamine, je sais que très peu de gens de mon âge ont vécu la même chose que moi. Ce métier est loin d’être facile. Nathan me répond par la négative et avec un petit sourire en mode ‘’je vais faire une connerie’’, je m’arrête devant une grande résidence. Je trifouille le code de la grande grille avec mon épingle à cheveux, ce n’est pas la première fois que je fais ça. Une fois fait, on entre tous les deux dans la cour. «Reste là, tu vas voir un remix de la tour Eiffel les 5 premières minutes de chaque heure !» Je cours vers le grand batiment, et appuie sur tous les interphones, successivement, avec des temps plus ou moins longs, en y revenant régulièrement. Après quelques minutes, je rejoins Nathan et lève les yeux vers le bâtiment. Peu à peu, toutes les lumières s’allument une à une, et je ris comme une gosse. «Bon, c’est quand même plus joli la tour Eiffel, mais c’est sympa quand même !»

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Lun 28 Oct - 15:53





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

 «En fait c’est mon métier... je suis danseuse depuis que j’ai... pfiou... depuis toujours en fait je crois. Ma mère était danseuse étoile, et je crois qu’elle ne m’a jamais vue danser. Je suis partie de chez moi quand j’avais 17 ans, et j’ai fait de la danse mon métier en arrivant aux Etats Unis, j’ai dansé pour de grands artistes connus, j’ai gagné beaucoup d’argent, et me voilà ici, à prendre des cours dans une école de danse... » Tout s'explique d'un coup, sa façon de danser, de bouger, de marcher mais aussi ce qu'elle semble être. C'est drôle parce que Teeghan semble être en tout point mon opposée, elle a quitté sa mère très tôt alors qu'à 26ans je vis encore chez ma mère – bien qu'elle n'y soit pas pour le moment. Elle semble libre, sans attache et imprévisible alors que je suis tout le contraire. D'après ce que je comprends elle possède aussi une somme d'argent importante  alors que je croule sous les dettes. « Les opposés s'attirent » cette phrase semble prendre son sens pour moi ce soir. «Pardon, je parle beaucoup, beaucoup trop... c’est un de mes principaux défauts !» Je lui adresse un petit sourire. « J'aime bien t'écouter parler. » C'est vrai, la voix de Teeghan est comme une chanson puis je m’intéresse sincèrement à ce qu'elle me raconte. « Tu ne l'as jamais regretté ? D'être partie de chez toi si tôt je veux dire. » Je peux pas dire que l'idée ne m'a jamais frôlé l'esprit. Celle de tout quitter et de commencer un vie ailleurs mais c'est une idée irréaliste et je tiens bien trop à ma famille pour ça. Je sais que je ne pourrais pas être heureux loin d'eux et surtout en sachant que je les laisse dans la misère.

Je savais qu'en m'adressant à Teeghan ma requête n'allait pas tomber dans l'oreille d'un sourd et je vois son regard malicieux s'illuminer une fois de plus.  «Fallait pas me dire ça à moi, tu veux faire des trucs fous, tu vas être servi !» J'avoue que ça m'effraye un peu mais c'est surtout l’excitation du moment qui me submerge alors qu'elle me tire par la main. C'est à son tours de me plaquer contre la voiture et je ne m'en plains pas. Mes mains parcourent son corps avec ardeur alors que nos langues se trouvent pour s'offrir un baisée passionné. Une fois de plus, je sens le désire se saisir de moi alors que Teeghan vient déjà rompre ce moment, me laissant un peu sur ma faim. S'en est presque cruel et je lui fait comprendre mon mécontentement d'un regard. Mais la jeune femme a une autre idée et je la vois déjà traverser la route pour se rendre vers une voiture.

Je ne comprends d’abord pas où elle veut en venir. Elle veut voler cette voiture ? Je la regarde tirer sur la portière en faisant les yeux ronds et ce n'est qu'une fois qu'elle entreprend l'escalade de l'engin que je saisis où elle veut en venir. «Embrasse-moi, Cap ?» Je la regarde en riant. Il me faut tout de même quelques secondes pour réagir. Jetant un regard à gauche et à droite pour vérifier qu'il n'y a personne et lui adresse un sourire en retour. « Cap » Il n'en faut pas plus pour que je saute sur la voiture et vienne la rejoindre pour honorer ma promesse. Mon cœur s'emballe et nous restons quelques secondes sur le capot de cette voiture. Partageant simplement cet instant. Jusqu’à ce que le vigile du bar d'en face nous sorte de nos rêveries. «Hey ! Qu’est-ce que vous faites là ? Descendez de cette voiture ou j’appelle les flics !» C'est lui qui me fait redescendre sur terre. Si les flics me choppent entrain de faire le con comment pourrais-je me justifier au près des jumeaux ?

Notre course chasse cette idée de ma tête et je reprends tranquillement mon souffle alors que nous reprenons un rythme plus tranquille. «Tu as déjà été à Paris, tu as déjà vu la tour Eiffel ?». Je la regarde interrogé, me demandant ce qu'elle peut bien avoir derrière la tête. « Hem... Non. » Il n'en faut pas plus pour que Teeghan ce transforme en mini gangster en forçant la sécurité. « Tu fais souvent ce genre de choses. » C'est peu commun tout de même une braqueuse de résidence. Mais elle a la main et nous sommes déjà à l'intérieur. «Reste là, tu vas voir un remix de la tour Eiffel les 5 premières minutes de chaque heure !» Une fois de plus je ne comprends pas où elle veut en venir et je la regarde s'amuser avec les sonnettes en fronçant les sourcils. Puis elle finit par me rejoindre et devant nous les lumières de l’immeuble s'allument les une après les autres. Je lui jette un regard amusé puis reporte à nouveau mon regard sur l'immeuble qui s'illumine. « C'est magique. » Elle semble plutôt fière d'elle alors que j'ai l'impression d'être un enfant devant ce spectacle.  «Bon, c’est quand même plus joli la tour Eiffel, mais c’est sympa quand même !» Je reste les yeux illuminés devant ce spectacle. « T'es pas une fille banale Teeghan. » C'est un compliment, une façon de lui dire que j’apprécie ce moment avec elle et ce sans vraiment le dire.

Alors que je suis encore en admiration devant le spectacle, certaines fenêtres commencent à s’ouvrir pour nous crier des insultes et encore une fois nous fuyons en courant. Nos main se trouvent à nouveau alors que nous courons dans la rue comme deux enfants. Nous ralentissons un peu la cadence devant l'un des parc de la ville. « C'est mon tours de te monter quelque chose. » Je l’emmène avec moi dans le parc et nous escaladons une petite palissade. J'ai presque honte de m'introduire de cette façon dans le petit parc d'attraction qui y est présent, alors qu'il a quelques jours je réprimandais mes frères qui l'avaient eu aussi fait. Pour une fois leurs bêtises me servaient à quelque chose.
Ce n'est qu'une fois face au château gonflable que je m'adresse à elle. « Ça fait des années que j'ai pas fait ça ! Et j'en meurs d'envie. » J'enlève déjà mes chaussures l'incitant à en faire de même et à me suivre dans le château. Nous nous retrouvons à bondir sur les boudins avec enthousiasme tout en riant. Je me sens libre, je me sens jeune comme si j'étais redevenu un adolescent insouciant, j'ai envie que cette nuit ne s'arrête jamais. Ne pas penser à demain.

Après plusieurs minutes je me laisse tomber dans le château. Essoufflé. Je tente de retrouver mon souffle alors que je n'arrête pas de rire. Puis je me calme enfin quand Teeghan se couche à coté de moi. Instinctivement ma main va trouver la sienne et nos doigts s'enlacent comme si ils avaient été crée pour se retrouver. Le regard vers le ciel je profite de ce moment de silence et de calme. « Mon père adorait les étoiles. » Cette révélation est bien plus qu'elle n'y parait. Moi qui ne parle jamais de mon père, pas même aux jumeaux, je me retrouve à faire ce genre de confidence à une quasi inconnue. « Quand j'étais jeune et qu'il rentrait à la maison, il me réveillait pendant la nuit et on allait scruter le ciel ensemble. C'était notre secret. » C'est un bon souvenir et je me sens d'un coup submergé par les émotions. J'ai peu de souvenir de mon père mais je me suis toujours raccroché à ses moments que nous avons partagé ensemble. « Tu vois cette étoile là, celle qui brille plus que les autres. » Je montre de ma main enlace à la sienne la fameuse étoile. « C'est Sirius. Et si tu l'as relis avec celles-là. » Je fais glisser nos mais pour lui montrer les autres étoiles en jeu. « Le tout ensemble c'est la constellation du Grand Chien » je laisse enfin reposer nos mains. Au fond je crois que mon père ma transmis cette passion et j'ai envie de la partager avec Teeghan.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Lun 28 Oct - 16:51





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

C’est étrange la facilité que j’ai à parler de moi lorsque je suis avec Nathan. Aucune personne n’arrive à me faire parler de mon histoire avec autant d’aisance que ce soir. Sans doute parce qu’avec lui je ne me sens pas jugée, je ne sais pas si c’est simplement parce qu’il est alcoolisé et que j’espère qu’il ne se souviendra de rien demain matin. Peut être pas, parce qu’au fond, j’ai bien l’intention de le revoir après ce soir. Je ne sais pas trop pourquoi.  « Tu ne l'as jamais regretté ? D'être partie de chez toi si tôt je veux dire. ». Je hausse les épaules. «Non, je n’ai jamais été très proche de ma mère, quand je suis née j’ai été ballotée de bras en bras, de villes en villes, de pays en pays. Je peux pas dire qu’elle m’ait abandonnée, mais je peux pas dire non plus qu’elle se soit vraiment occupée de moi. Enfin jusqu’à mes 7 ans je l’ai pas tellement vue. Après ça a un peu changé mais du coup j’ai pas toujours été une gamine gentille et facile. Nos avis ont toujours divergé. Alors quand j’ai appris d’où venait mon père, et surtout quand elle m’a appris que son nouveau mec allait s’installer chez nous, j’ai pris la poudre d’escampette. Ça aurait pu se passer autrement, mais je regrette rien. C’est aussi grâce à ça que j’en suis là aujourd’hui...» . Oui, je parle trop, beaucoup trop.

Heureusement, Nathan change rapidement de sujet, peut être a-t-il senti mon malaise de parler de tout ça, et me demande de lui offrir une soirée dont il se souviendra toute sa vie. Bon ok, c’est pas exactement les mots qu’il a employés, mais c’est ce que j’ai retenu.



[...]



Lorsque je traficote le code de la grille de la résidence, Nathan me demande : « Tu fais souvent ce genre de choses? ». Je me tourne vers lui avant de terminer, et me retourne à ma magouille tout en lui répondant : «Quand je suis partie de chez ma mère,  j’ai habité avec mon petit ami de l’époque, mais chaque fois qu’on se disputait, il me foutait dehors, et pour éviter de dormir au froid, j’ai appris à crocheter les serrures et à dormir dans les halls d’immeubles !» . C’est aussi ce genre d’histoire qui fait que malgré mon jeune âge et mon irresponsabilité, j’en ai vécu des choses...

Une fois appelé tous les appartements de tous les étages du grand immeuble, je rejoins Nathan pour regarder ensemble le spectacle qui s’offre à nous. Les yeux de Nathan s’illuminent d’un seul coup, et ça a le don de me faire sourire. Je ne sais pas s’il aurait souri s’il n’avait pas bu, mais l’important c’est que là, maintenant, il sourit, et il a l’air heureux. Ma mission est réussie. « T'es pas une fille banale Teeghan. ». Mon sourire s’élargit un peu plus. Je prends ça comme un compliment.

Mais rapidement les habitants de la résidence commencent à nous engueuler, voire nous jeter des tomates pourries. Pour éviter d’avoir des problèmes avec la police, on décide de s’échapper une fois de plus. Un peu plus loin, c’est à Nathan de prendre les devants.  « C'est mon tours de te monter quelque chose. ». Je ne me fais pas prier, bien au contraire, je suis plutôt surprise et heureuse de voir qu’il est capable lui aussi de faire preuve de folie. J’enjambe derrière lui la palissade et nous nous retrouvons dans un jardin très mignon. Je me demande où il est en train de m’emmener. Il est peut être dangereux ? A cette idée, je ris intérieurement à ma bêtise, et continue de suivre Nathan aveuglément. « Ça fait des années que j'ai pas fait ça ! Et j'en meurs d'envie. ». Il retire ses chaussures et commence à sauter sur la structure gonflable. Ni une ni deux, je retire à mon tour mes bottes et viens le rejoindre pour sauter avec lui. On se bat comme des enfants, les rires qui vont avec, et au bout d’une quinzaine de minutes, le jeune homme s’étale sur l’un des boudins, complètement essoufflé.  J’ai du mal à m’arrêter de rire, et chaque fois que je ris, il rit aussi. Ça faisait très longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi bien. Je me laisse tomber près de lui et sa main vient rapidement récupérer la mienne comme si elles étaient faites pour être enlacées. Nathan a les yeux fixés sur les étoiles, et alors que je me calme doucement, je tourne la tête pour le regarder. « Mon père adorait les étoiles. ». Pour ça, on est pareil, on n’a plus de père. A la différence que lui l’a connu mais ne le reverra jamais, alors que moi je ne l’ai pas connu, mais que j’espère encore aujourd’hui que les choses pourraient changer. Je le laisse parler, je sens qu’il en a besoin. « Quand j'étais jeune et qu'il rentrait à la maison, il me réveillait pendant la nuit et on allait scruter le ciel ensemble. C'était notre secret. ». A mesure qu’il se confie, mes doigts se resserrent sur les siens, comme son coeur doit être en train de se serrer dans sa poitrine. Je sens que sa voix lui échappe quelquefois tant elle est serrée dans sa gorge.

Il prend ma main attachée à la sienne en ôtage « Tu vois cette étoile là, celle qui brille plus que les autres. C'est Sirius. Et si tu l'as relis avec celles-là. Le tout ensemble c'est la constellation du Grand Chien ». Mes yeux ne quittent pas le ciel et je regarde chaque étoile qu’il me montre. Je délie finalement ma main de la sienne pour venir me mettre sur le côté, ma tête appuyée sur mon bras replié. Je pose mon autre bras sur son torse, et le bout de mes doigts vient caresser son visage. «Ton père devait être quelqu’un de formidable, j’en suis sûre...» . Les yeux de Nathan semblent s’embuer doucement, je me penche alors pour déposer un tendre baiser sur ses lèvres. Je ne sais pas pourquoi, mais il me touche tout particulièrement. Je n’ai pas envie de casser ce moment mais en même temps je n’ai pas envie que Nathan gâche sa soirée à cause des souvenirs funestes -aussi beaux soient-ils- de son père.

Je me rallonge près de lui et regarde moi aussi les étoiles. «Moi j’y connais pas grand chose. Je sais juste que là y’a la grande ourse, et que là, ça ressemble à... une belle paire de fesses !» . J’éclate de rire en mettant mes mains devant ma bouche comme une petite fille. «Je suis désolée c’est la première chose qui me soit passé par la tête, non mais regarde !» . J’approche ma tête de la sienne pour que nos yeux soient à peu près au même niveau, et je tends mon doigt vers le ciel, lui montrant la forme que je venais de voir. C’est plus difficile qu’avec les nuages mais ça marche aussi. Après une nouvelle crise de rire, je finis par me retourner, et me mettre à califourchon sur Nathan. Son petit sourire en coin a tendance à me plaire. Je viens glisser ma main dans sa nuque et le tire vers moi pour qu’il s’asseye, alors que je suis encore assise sur lui. Sans rien dire, je reviens poser mes lèvres sur les siennes pour les sceller d’un baiser tout aussi langoureux que les précédents. La tension sexuelle entre nous est largement palpable. Assez rapidement, nos souffles redeviennent courts et nos gestes plus osés. Je déboutonne sa chemise alors que ses mains glissent dans me dos. Je ne lâche plus sa bouche, ça en devient comme vital, et après quelques minutes de baisers ardents, je viens murmurer à son oreille «Emmène-moi chez toi...» . Moi qui n’ai jamais été très entreprenante avant ça...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Lun 28 Oct - 19:51





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

 «Quand je suis partie de chez ma mère,  j’ai habité avec mon petit ami de l’époque, mais chaque fois qu’on se disputait, il me foutait dehors, et pour éviter de dormir au froid, j’ai appris à crocheter les serrures et à dormir dans les halls d’immeubles !» J'aime entendre Teeghan parler de sa vie. Pas parce que je suis un sadique qui aime que les autres aient une vie de merde mais parce que je suis intimement persuadé que les épreuves de la vie font de nous ce qu'on est et que sans tout ça nous ne nous serions jamais trouvé ce soir. J'aurais sans doute fini sous le bar seul et le barman m'aurait mis dans un taxi qui m'aurait emmené chez moi où j'aurais probablement cuvé mon alcool seul et minable comme je l'étais avant d'arriver dans ce bar. Mais Teeghan m'avait trouvé. « Ton ex aussi à l'air charmant. On devrait faire un groupe je pense. » Je ris un peu jaune. En vérité plus le temps passe et plus l'état psychologique d'Ana me fait du soucis. Elle a toujours été un peu instable mais ce qu'elle m'a fait ce soir est la preuve de ce que je pensais. C'est de pire en pire. Pourtant là tout de suite je n'ai pas envie de penser à elle, je préfère profiter du spectacle que Teeghan m'offre avant que les propriétaires ne se déchaînent contre nous, nous faisant fuir les lieux en vitesse.

[...]

Je dois bien avouer que parler de mon père me retourne un peu le ventre. Pas en mauvais, pas réellement parce que je suis triste mais parce que c'est une période de ma vie que je voudrais retrouver. J'y est sans doute trop souvent pensé, retourné les choses dans ma tête en pensant que si c'était à refaire je ferais les choses autrement. Je serais un meilleur fils, je tenterai de faire plus attention à lui, de ne pas lui en vouloir d'être absent mais au contraire d'être fier d'avoir un père qui se bat pour son pays. Mais aujourd'hui les choses sont faites et je sais que je ne peux plus revenir en arrière.
Quand Teeghan lâche ma main je me dis que j'en ai peut-être trop dit. Que parler de mon père décédé était la goutte en trop mais pas du tout elle se contente de changer de position et vient caresser délicatement mon visage. «Ton père devait être quelqu’un de formidable, j’en suis sûre...» C'est idiot mais ça me touche. Je sens mes émotions prendre le dessus. Parce que parler de lui est encore une souffrance que j'ai de la peine à gérer. Au fond je n'ai jamais été très proche de mon père et c'est une chose que je regrette aujourd'hui qu'il n'est plus là. Mais il est trop tard pour les regrets. Je profite du baiser que Teeghan m'offre pour recharger un peu mes batteries. Je n'ai pas envie que cette soirée se finisse en pleure, ça serait vraiment bête de gâcher tout ce potentiel. Je lui rends donc un petit sourire et celui qu'elle m'offre en retour me laisse comprendre que nous sommes d'accord. Le sujet est clos.

 «Moi j’y connais pas grand chose. Je sais juste que là y’a la grande ourse, et que là, ça ressemble à... une belle paire de fesses !»  Je me retourne vers elle avec une moue choquée. Alors qu'elle porte ses mains à sa bouche comme une gamine ce qui lui donne un petit air tout mignon.  «Je suis désolée c’est la première chose qui me soit passé par la tête, non mais regarde !» J’accompagne maintenant son rire en me disant que cette fille est belle est bien différente de toutes celles que j'ai rencontrées auparavant. Alors qu'elle colle sa tête proche de la mienne pour me prouver que ce qu'elle a vu ressemble bien à une paire de fesse, je tourne la mienne pour lui susurrer à l'oreille. « C'est pas la seule belle paire de fesses dans les environs. » Puis je me mets à rire, parce que c'est sans doute la phrase de dragueur la plus nulle que j'ai jamais sortie de ma vie et que je m'en fiche parce que c'est Teeghan et que même si je la connais à peine je sais qu'elle va en rire et non pas me prendre pour un vieux pervers.

D'un coup l'ambiance change du tout au tout. Teeghan vient me chevaucher et je lui adresse un petit sourire en coin qui en dit long sur ce que je pense de cette position. Avec son aide je me relève pour être assis et une fois de plus nos lèvres se trouvent pour échanger des baisers ardents. Je laisse mes mains courir du bas de son dos jusque dans ses cheveux alors que nos baisers se font de plus en plus intenses ce qui ne fait qu’accroître mon excitation. J'ai envie d'elle, là maintenant tout de suite. Et mes mains redescendent pour prendre d'assaut son dos resserrant notre étreinte un peu plus. Son corps contre mon membre qui en dit long sur l'effet que la jeune femme à sur moi. Après quelques minutes je sens que je suis à bout, j'ai envie de plus mais pas ici. Comme si la jeune femme avait entendu mes pensées elle s'arrête pour me faire une proposition. «Emmène-moi chez toi...» Ou plutôt une demande. « Mon château ne vous convient pas madame ? » Je la taquine un peu mais déjà je retourne la jeune femme pour le mettre sur le dos alors que je suis au dessus d'elle et après un bref baisé je me relève puis lui tends la main pour l'aider à en faire de même. « On y va ? » Je lui adresse un sourire assuré alors que tout bouillonne à l’intérieur de moi. J'ai de la peine à croire ce qui est entrain de m'arriver. Si mon esprit avait été plus claire, j'y aurais sans doute réfléchi à deux fois. Emmené cette fille chez moi, dans la maison des mes parents, celle que je partage avec mes frères en ce moment. C'est le genre de choses que je ne faisais jamais, il ne me serait même pas venu à l'esprit il a quelques heures que je pouvais en être capable. Et pourtant ça me semble tellement logique maintenant que la jeune femme est à mes côtés.

En marchant nous parlons encore, de tout de rien. La maison n'est pas loin et en quelques minutes nous y sommes arrivés. Une fois devant je m'arrête une seconde comme si revenir ici était un moyen radicale de me remettre la tête sur les épaules. « C'est ici. » Elle semble d'un coup aussi gênée que moi. Comme si ça la rendait d'un coup mal à l'aise ou moins sûre de ce qu'elle veut. Je ne sais pas ce qui passe dans sa tête mais je fais un pas en avant et me retourne vers elle. « Tu viens » Je lui tends ma main qu'elle saisit et nous entrons dans la maison. Dans le salon les jouets des garçons traînent un peu partout. J'avais oublié ce détail. Je lâche sa main pour tenter de mettre un minimum d'ordre. « Excuse-moi c'est un peu le bordel ici.. On vit entre mec. » Comme si c'était un excuse. Une fois les jouets réunis dans un coin je me retourne vers la jeune femme. « Tu – tu veux boire quelque chose. » Après tout ses efforts je peux bien lui offrir un verre. Puis d'un coup je me sens un peu moins à l'aise. C'est idiot parce que la seule chose dont j'ai envie c'est de me rapprocher d'elle pour que nos corps se touchent à nouveau créant ce contact enivrant qui me manque déjà.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Mar 29 Oct - 11:24





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

Je suis plutôt douée quand il s’agit de changer de sujet ou de faire penser à autre chose quelqu’un qui déprime. C’est d’ailleurs ce que je m’apprête à faire en lançant une connerie dans l’univers. Voir dans le ciel une belle paire de fesses, n’importe quoi quand même. Cela dit, ça a au moins le mérite de faire rire Nathan, ce à quoi il ajoute « C'est pas la seule belle paire de fesses dans les environs. ». Mes yeux s’arrondissent alors que je le regarde et j’éclate de rire. Effectivement, c’est la phrase de dragueur la plus nulle que j’ai jamais entendue, c’est d’ailleurs pour ça que je ris ouvertement.

[...]


Les mains de Nathan caressant mon dos, les miennes agrippées dans ses cheveux, je me cambre alors qu’il dépose des baisers dans mon cou, j’ai terriblement envie de lui, et à sentir ce qui se passe entre ses jambes, je ne m’avance pas beaucoup en disant qu’on est deux dans ce cas. Ma main glisse d’ailleurs au niveau de son entre-jambes, sur son jean, et je me mordille la lèvre en souriant, avant de me pencher vers son oreille pour lui demander -lui supplier - en murmurant qu’il me ramène chez lui. « Mon château ne vous convient pas madame ? » . Je lâche un rire amusé et hausse les épaules l’air de dire ‘moui’. Rapidement il se retourne, étant ainsi allongé sur moi, je peux encore mieux sentir son excitation. Une nouvelle vague de chaleur m’envahit alors qu’il se relève pour me tendre la main et m’aider à me relever à mon tour. Outch... ça faisait bien longtemps que je n’avais pas eu autant envie de quelqu’un. « On y va ? ». Je hoche la tête en essayant de remettre un peu d’ordre dans mes cheveux.

Sur le chemin, la tension entre nous ne s’est pas évaporée, mais pour éviter de se sauter dessus en plein milieu de la rue, on décide de discuter d’un peu tout et rien à la fois. Après quelques toutes petites minutes, nous arrivons sur le parvis de sa maison. En entrant à l’intérieur, je remarque un peu le bazar, sûrement mis par ses petits frères dont il m’a parlé un peu plus tôt dans la soirée. J’ai compris que leur mère étant à l’hôpital, il fallait qu’ils se débrouillent tous les trois. Au vue des jouets présents, je présume que ses frangins ne doivent pas être bien vieux. Je l’envie un peu quand même d’avoir une famille. Mais je ne suis pas là pour déprimer de n’avoir aucune famille. « Excuse-moi c'est un peu le bordel ici.. On vit entre mec. » . Je lui adresse un petit sourire et avance un peu plus dans la maison en balayant les environs du regard. « Tu – tu veux boire quelque chose. ». Je repose alors mon regard sur Nathan qui semble tout à coup un peu moins à l’aise. J’esquisse un sourire et me rapproche un peu plus de lui. Ma main vient se poser sur son torse pour glisser dans son dos afin d’entourer sa taille de mes bras. «Ne te sens pas gêné de m’inviter chez toi, y’a pas d’malaise ok ? Et si tu veux savoir, je ne vois que toi ici... pas la peine de faire le grand ménage. Je suis pas la reine d’Angleterre !». Je lâche un petit rire avant de l’embrasser tendrement.

Je plonge mon regard dans le sien, et avec une petite bouille dragueuse, je lui avoue «Et puis j’ai pas spécialement soif... j’ai bien mieux à faire que de boire un verre avec un inconnu !». Je ris de ma bêtise avant de reprendre ses lèvres d’assaut. C’est plus fort que moi je ne peux pas m’en empêcher. Nathan est appuyé sur le dossier du canapé pendant que je commence à déboutonner sa chemise. Entre deux baisers, je lui demande «Ta...chambre... est loin ?».

Je n’arrive plus à me séparer de ses lèvres, je ne sais pas ce qui se passe exactement, c’est plus fort que moi, chaque fois qu’il s’arrête pour respirer, j’ai envie de lui sauter dessus pour l’embrasser de nouveau. Mes mains glissent un peu partout sur son corps, j’ai envie de le découvrir un peu plus intimement. Progressivement, Nathan nous emmène à l’étage dans sa chambre. C’est un peu compliqué quand on ne veut pas séparer nos lèvres. La chaleur monte en même temps que nous montons les escaliers. Avant d’arriver dans sa chambre, je le plaque contre le mur du couloir et finis par lui enlever sa chemise que j’avais déjà pris le temps de déboutonner. Chaque fois qu’il passe ses mains dans mon dos, je me sens prise d’un long frisson qui me traverse de part en part. Une fois arrivés dans sa chambre, il me fait tomber sur son lit. Je ne vois plus rien, plus que lui, impossible de dire si sa chambre est grande, si elle est bien décorée. Mes yeux sont absorbés par lui, ses yeux, son corps... Je prends quelques secondes pour retirer mes bottes et l’attrappe rapidement par la ceinture de son pantalon pour l’attirer vers moi et le faire tomber à son tour sur le lit. Je me remets à califourchon sur lui comme un peu plus tôt dans la soirée. A cet instant, je commence une descente de baisers sur le long de son corps. Tout en descendant sur son torse, mes mains déboutonnent et font glisser son jean jusqu’à ses pieds. Je ne me retiens pas d’embrasser ses jambes et de passer près de son intimité au passage. Joueuse jusqu’au bout. En revenant auprès de son visage, je lui offre un sourire charmeur et l’embrasse une nouvelle fois. A son tour de prendre le dessus, je me retrouve alors allongées sur le dos, Nathan en boxer juste au dessus de moi. Ouf... encore une vague de chaleur... ça promet !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Mar 29 Oct - 15:18





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

 Le tension est papable entre Teeghan et moi, une sorte d’électricité mêlée de quelques doutes et de beaucoup d'attirance. Si je m'écoutais, je la rejoindrais direct pour plaquer son corps contre la parois derrière elle, mais sans savoir pourquoi je me retiens. C'est étrange d'être ici avec une fille, une nouvelle fille. La vérité c'est que si l'alcool m'aide, il ne fait pas totalement disparaître ma peur. Je n'ai connu qu'une fille dans ma vie et notre première fois n'avait pas été des plus réussie. Et si j'étais aussi maladroit cette fois ? Avec le temps j'ai appris à connaître le corps de Ana ce qu'elle aimait ou pas, ce dont elle avait envie, mais devant moi c'est une autre fille, avec d'autres envies d'autres besoins et je n'ai pas envie de la décevoir. Je veux lui donner du plaisir.

Il me suffit d'un contact, un main qui se pose sur mon torse pour que mes doutes s'envolent. Il y a une alchimie entre Teeghan et moi et les baisers que nous avons déjà échangés laissent prévoir un moment délicieux.  «Ne te sens pas gêné de m’inviter chez toi, y’a pas d’malaise ok ? Et si tu veux savoir, je ne vois que toi ici... pas la peine de faire le grand ménage. Je suis pas la reine d’Angleterre !». Je lui souris tendrement. J'aurais tout de même voulu pouvoir offrir mieux. D'un garçon de mon âge, on pourrait attendre au minimum un studio, une collocation, pas la maison familiale en désordre que je lui présentais là. Mais Teeghan ne semble pas s'en formaliser et j'ai envie d'en faire de même. Elle me donne envie de penser simplement et de ne pas me prendre la tête pour des bêtises dans ce genre. Puis son contact a déjà réveillé en moi des pulsions animales. «Et puis j’ai pas spécialement soif... j’ai bien mieux à faire que de boire un verre avec un inconnu !» Teeghan semble ressentir la même chose que moi. Et nous voilà déjà l'un sur l'autre dans le canapé à échanger des baisés brûlants. Nos vestes ont volé en deux secondes et ses mains s'attaquent déjà à ma chemise alors que nos bouches semblent incapable de se détacher. «Ta...chambre... est loin ?» Elle a à peine le temps de finir sa phrase que mes lèvres vont retrouver les siennes comme si elles ne pouvaient se passer d'elle. J'ai à peine le temps de souffle un rapide « En haut » Que nos corps – se suivant et ne pouvant se lâcher – tentent désespérément de trouver le chemin menant à cette fameuse pièce.

Arrivé en bas des escaliers avec peine je perde un peu patience et fini par l'attraper par les fesses pour qu'elle enroule ses jambes autours de moi et je la porte jusque en haut des escaliers. Une fois à l'étage ses pieds retrouvent le sol et c'est son tours de prendre le dessus me poussant contre le mur faisant sortir un soupir de plaisir de ma gorge. Alors qu'elle me couvre de baisers je sens que ma chemise glisser sur mes bras et je la vois voler dans le couloir. Nous arrivons enfin devant ma chambre. J'ouvre la porte avec plus de violence que desiré et nous pénétrons dans cette partie intime de ma maison. Décorée simplement de quelques photos de ma famille et mes amis, le lit prône au milieu de la pièce et je louche déjà dessus.  En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire je la pousse sur ce dernier. Prenant le temps de respirer un coup et de reprendre mes esprits, je la regarde enlever ses bottes. Comment peut-elle être aussi sexy même en faisait un geste aussi banal ? Mon regard s'accroche au sien alors que je me débarrasse à mon tours de mes chaussures puis en quelques secondes je me retrouve sous Teeghan qui prend les devants, baissant déjà mon pantalon. Alors que sa bouche s'attarde sur des parties sensibles de mon corps je me sens devenir fou, tout mon corps est pris par le désir et mon intimité est plus que gonflé. Il faut que je reprenne le dessus. J'attrape donc sa taille pour la tourner et me retrouver au dessus d'elle.

« Tu n'as pas l'impression que c'est un peu injuste ? Tu es encore bien trop habillée. » Je lui adresse un regard coquin, en effet je suis en caleçon alors qu'elle ne c'est vu dépourvue que de ses bottes et je compte bien remédier à ça au plus vite. Mes doigts effleurent sa joue, son cou et jouent avec une mèche de ses cheveux. Puis sans quitter le contact avec son corps ils descendent dans un effleurement pour se saisir de son haut et l'en débarrasser. La vision de son corps à moitié nu fait monter une vague de chaleur en moi et mes lèvres se précipitent sur sa nuque d'où elles descendent en gouttant chaque parcelle de sa peau jusqu'à ce qu'elles arrivent à son pantalon. C'est au tour de ce dernier de quitter le corps de Teeghan, je le fais glisser délicatement le long de ses jambes alors que mon regard ne quitte pas le sien. La sensualité de cette scène me percute d'une coup. J'ai envie d'elle, et je ne sais pas combien de temps je pourrais encore faire durer ses préliminaires sans me frustrer totalement.  

Je colle mon corps presque nu au sien et quand nos deux têtes se retrouvent à la même hauteur nous échangeons un baisé passionné. Alors que ma main gauche tente vaillamment de partir à l'assaut de son soutien gorge l'autre se dirige timidement vers l'intimité de ma partenaire. Teeghan à cette lueur espiègle au fond du regard et j'ai la vague impression que je ne vais pas garder mon avantage bien longtemps. Arrivant sans trop de peine à bout de son soutien gorge je m'en débarrasse alors que ma bouche descend sur cette nouvelle partie de son corps à ma porté. Ma main quand à elle entreprend de se glisser sous ce qui lui reste de lignerie pour partir à la découverte de son anatomie. J'ai envi de lui faire plaisir mais plus que ça j'ai envi d'elle.

L'espace de deux secondes mon esprit semble prendre conscience de ce qui se passe. Et merde. Il nous faut une protection mais mon cerveau embrouillé et incapable de savoir où j'ai bien pu les cacher. Il faut dire qu'il y a bien longtemps que je n'en ai plus utilisé. Je tente de solliciter les quelques neurones qui ne sont pas entrains de sauter dans mon cerveau. « La commode, dans la commode » mais oui bien sûre J'ai parlé tout haut, plus dans un soupire qu'une vrai information. La commode est proche de mon lit et j'y glisse déjà un œil avant de reporter mon regard dans celui de Teeghan me redressant un peu au dessus d'elle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Mar 29 Oct - 16:39





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

J’essaie de rassurer Nathan sur le fait qu’il n’est pas obligé d’avoir une maison super rangée juste parce que je suis là. Après tout, ce n’était pas prévu que je sois là, ce n’était même pas prévu que l’on se rencontre alors c’est pour dire. Comme quoi la vie fait des choses étranges parfois. Mais je ne vais pas me plaindre de cette rencontre bien au contraire. Assez rapidement, nous nous dirigeons vers la chambre du jeune homme. Je l’en ai presque supplié tellement je ressens un besoin express de le sentir contre moi. En arrivant au bas de l’escalier, je sens les mains de Nathan se poser sous mes fesses pour me porter. J’entoure alors mes jambes autour de son buste, je peux sentir de plus en plus son excitation malgré tous les tissus qui nous séparent. Nos lèvres elles, ne se séparent plus, on aurait presque l’impression qu’elles ne peuvent plus se séparer, ne serait-ce que deux secondes, c’est bien trop long.

Une fois à l’étage, après avoir reposé mes pieds sur le sol, je pousse Nathan contre le mur pour l’embrasser de plus belle, commençant à déboutonner sa chemise pour finalement la lui retirer. Notre étreinte devient carrément bestiale, sauvage, exactement comme j’aime. Les papillons initialement logés dans mon ventre, descendent peu à peu dans mon bas ventre, voire même un peu plus bas, ça commence sérieusement à me chatouiller.

En entrant dans sa chambre, après m’être fait pousser sur son lit, je prends quelques secondes pour retirer mes bottes sous le regard de Nathan. Après un sourire ravageur, je l’invite à me rejoindre, mais je reprends rapidement le dessus, embrassant tout son corps et frôlant avec amusement son intimité, tout en lui retirant son pantalon. Il ne faut pas être devin pour comprendre que le jeune homme me désire fortement. L’avantage c’est que c’est réciproque, et ça en présage long pour le reste de la nuit.

Il attrape ma taille pour reprendre le dessus en me faisant rouler, me laissant échapper un petit gémissement de surprise mêlé à une once de plaisir. « Tu n'as pas l'impression que c'est un peu injuste ? Tu es encore bien trop habillée. » . Je lui lance un sourire aguicheur avant de lui répondre «Hum.. c’est juste que je vais plus vite que toi !». Je me mordille la lèvre inférieure avec envie en le regardant. Avec sensibilité et volupté, c’est à Nathan de me deshabiller, laissant parcourir ses mains brûlantes sur mon corps tout entier. Je frémis sous des doigts, tellement j’ai envie de lui. Il s’attaque assez rapidement à mon soutien gorge qu’il dégrafe avec une habileté dont je ne lui aurai pas soupçonnée. Alors que j’allais dire -encore- une connerie, sa main glisse dans le bas de mon sous-vêtement et me laisse finalement échapper un gémissement de plaisir. Les yeux clos, mon corps se cambre instinctivement, comme un appel au sexe. Ses baisers parcourant désormais ma poitrine, j’ai du mal à me contenir, et mes ongles glissent dans son dos, lui laissant à son tour échapper un grognement terriblement sexy.

Mais alors que je commence à me transformer en une tigresse, Nathan semble parti un instant dans un autre monde, celui de trouver rapidement de quoi se protéger avant que le pire n’arrive. « La commode, dans la commode ». Sa pensée à haute voix me fait lâcher un petit rire amusé, alors que je sépare mon corps du sien pour qu’il puisse une seconde aérer son esprit. Je saute alors du lit et avec un petit sourire taquin je me dirige vers la commode. «C’est de cette commode là que tu parles ? Je pensais pas qu’elle te faisait autant d’effet que ça !». Mon regard glisse le long de son corps pour s’arrêter sur son caleçon, orné d’une jolie bosse. Un petit sourire au coin des lèvres, j’ouvre le premier tiroir et enfouis ma main à l’intérieur. A tâton, je la laisse glisser entre les caleçons du jeune homme. «J’espère que je ne vais pas tomber sur quelque chose de compromettant !». Le sourire que me sert Nathan me fait comprendre que ce n’est pas du tout son genre et oh, bingo, ma main tombe sur une boîte en carton que je sors du tiroir. «J’ai trouvé quelque chose qui pourrait nous intéresser... A moins que la date d’expiration ne soit dépassée !». Je le taquine, et d’ailleurs ma vanne me fait rire autant que lui. Heureusement qu’il prend tout ça à la dérision. Je sors un préservatif de la boîte et le dépose entre ma peau et le tissus de mon sous vêtement, juste au niveau de mon aine.

Sensuellement et avec une démarche très féline, je rejoins Nathan sur son lit. «Tu sais quoi on va faire un jeu ! ». Je le pousse pour qu’il s’asseye sur le lit, et je me rassieds à califourchon sur lui -oui, j’aime bien cette position. «Interdiction de toucher ! Les mains sont prohibées, le premier qui touche l’autre a perdu.Quant au gage, on verra après !». Le petit sourire au coin de mes lèvres en dit long, je suis plutôt douée à ce genre de petit jeu, et puis ça a tendance à bien faire monter le désir pour en découler sur une partie de jambes en l’air digne de ce nom.

C’est parti pour un jeu dont j’ai le secret. Alors que ses mains ont du mal à se retenir, je joue avec lui tout en l’embrassant langoureusement. Mes baisers viennent se nicher au creux de son cou, et au passage je lui mordille le lobe de l’oreille. Je lui dis alors, dans un murmure au creux de son oreille : «Si tu gagnes, tu pourras faire de moi ce que tu veux..». Je sais, c’est traitre, mais c’est tellement bon... J’ondule doucement mon corps sur le sien, accélérant volontairement ma respiration pour le rendre fou. Pour l’instant, quelques morceaux de tissus nous séparent encore, mais je ne rêve plus que d’une chose, c’est qu’ils s’envolent comme le reste de nos vêtements...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Mar 29 Oct - 22:24





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

Il me faut quelques secondes pour me rendre compte que je l'ai dit  à voix haute. Et que sortie du contexte, cette réflexion peut sonner d'une façon étrange aux oreilles de ma partenaire. Je la vois d’ailleurs rire alors que je me stoppe dans mon élan. Mon esprit est totalement confu, comme si toute l’excitation du moment m'était montée à la tête. Quand Teeghan se défait de mon étreinte pour aller vers la commode je tente de me calmer un peu et me releve sur mes coudes tournant mon corps dans sa direction pour la regarder faire. Son contact me manque déjà mais je profite de la vu qui s'offre à moi, observant un Teeghan presque  nu qui marche jusqu'à ma commode.  «C’est de cette commode là que tu parles ? Je pensais pas qu’elle te faisait autant d’effet que ça !». Je hausse les sourcils amusé et décide de ne pas démentir son propos, je sais que c'est une taquinerie et rien de plus et que dans quelques secondes elle comprendra mon intérêt soudain pour cette commode. «J’espère que je ne vais pas tomber sur quelque chose de compromettant !» Encore une fois je me contente de lui offrir un sourire sans rien dire. De plus il semble logique que si j'avais des choses compromettantes à cacher je les mettrais hors de porté des jumeaux et non pas simplement dans un tiroir de ma commode.

Son regard s'illumine et je comprends qu'elle vient de trouver l'objet tant convoité. Elle ressort la petite boite  «J’ai trouvé quelque chose qui pourrait nous intéresser... A moins que la date d’expiration ne soit dépassée !». Je me retrouve encore à rire, me prenant même à me demander depuis combien de temps je n'ai pas ri comme ça pendant une soirée... Beaucoup trop longtemps c'est sûre. Et pourtant Teeghan n'est pas si loin de la réalité, si nous nous étions rencontrés à peine quelques mois plus tôt, elle aurait bien pu en trouver des passés de date. Et me voilà entrain de remercier mes frères d'avoir confondu mes préservatifs avec des ballons ce qui m'avait obligé à en acheter des nouveaux. Sait-on jamais voilà ce que je m'étais dit, et maintenant je pouvais affirmer que j'avais bien fait.

Je ne me lasse pas de scruter le corps de Teeghan, en admiration devant ses formes, la cambrure de son dos, ses jambes musclés, son ventre plat et sa poitrine qui en ferait rêver plus d'une. Rien qu'à l'idée que cette fille est dans ma chambre ce soir j'en frissonne de plaisir. Elle attrapa un des préservatif qu'elle glisse sensuellement dans ses sous-vêtement et je ne peux m'empêcher de me mordre l’intérieure de la bouche face à cette scène, un tic nerveux qui ne m'a jamais quitté. « Tu sais que t'es incroyablement sexy quand tu fais ça ? » L'alcool me fait décidément dire n'importe quoi sans aucune gêne. Après un sourire qui en dit long sur les idées qu'elle a derrière la tête Teeghan vient me rejoindre. «Tu sais quoi on va faire un jeu ! » Je la regarde intrigué alors qu'elle me pousse pour que je retrouve une position assise et vient me chevaucher ce qui m'arrache un petite soupire. Elle a sans doute bien compris que cette position me rends fou de désir pour elle. «Interdiction de toucher ! Les mains sont prohibées, le premier qui touche l’autre a perdu.Quant au gage, on verra après !» J'ouvre grand la bouche. Elle est sérieuse là ? Croisant son regard je comprends vite qu'il n'y a pas plus sérieux qu'elle. « C'est plutôt excitant comme jeu je dois bien l'avouer. Puis je me réjouis d'avance de te voir perdre. » Je suis plutôt mauvais joueur, c'est un de mes défauts il fait bien le dire, mais pour cette fois je compte jouer le jeu comme il se doit et mieux je compte le gagner.

La partie s'annonce plus dur que ce que j’espérais. Mes mains habituées à ce contact charnelle ont de la peine à rester bravement à leur place alors que Teeghan commence son supplice. Sa langue titille la mien puis se perde dans mon cou avant de remonter vers mon oreille dont elle vient mordiller le lobe ce qui faire remonter un vague de chaleur en moi et tout mon corps en frissonne. Évidement Teeghan ne passe pas à côté de cette réaction et je vois bien qu'elle s'en amuse la vilaine. Qu'elle elle me murmure à l'oreille  «Si tu gagnes, tu pourras faire de moi ce que tu veux..». Je sens toutes mes barrières lâcher. Cette fille me possède complètement et si je ne régis pas vite je vais perdre le jeu. Je sens maintenant son corps onduler sur le mien ce qui ne fait qu’accroître mon désir et mon excitation est clairement au bord de l'explosion. « C'est trop facile si c'est toi qui a le dessus. » Je lui adresse un petit sourire taquin « Je crois qu'il est temps qu'on échange les rôles. » Je presse mes lèvres fortement contre les siennes et sans lui laisser le temps de comprendre je donne un coup de reins sur le coté pour me retrouver au dessus  à mon tours sans avoir à utiliser mes mains. Je me fais une place entre ses jambes en usant des mienne et profite du poids de mon corps sur elle pour qu'elle ne puisse plus bouger. J'ai envi qu'elle me désire autant que je la désire, même plus si c'est possible..

C'est à mon tours de faire des va et vient au dessus d'elle, d'abord lentement puis en accélérant, pressant mon membre bien enfle contre elle en lui faisant comprendre mon désir. « J'ai envie de toi Teeghan » Je murmure ses mots à son oreilles alors que mes bras ont trouvé leurs place des deux cotés du coussin prenant bien garde de ne pas la touche. Je reste proche de son oreille déposant de temps à autre des baisers tout autour et ce sans jamais touché la principale intéressée. « J'ai envie qu'on fasse voler ses sous-vêtement, et qu'on ne fasse plus qu'un. Je veux être en toi » J’intensifie encore un peu plus la pression de mon érection sur son entre jambes frottant nos vêtements ensemble ce qui crée une chaleur enivrante. Je suis à bout, mais je veux qu'elle lâche elle, le jeu a pris le dessus sur tout. « Tu le veux aussi non ? Ne me résistes pas Teeghan – me résistes pas. » Je finis ma phrase en murmure. Elle sait qu'il suffit d'un contact pour que le supplice s'arrête. Puis je m’empare enfin de son lobe avec passion pour redescendre ensuite dans son cou et finir par arriver jusqu'entre ses seins avec fouge, mordillant chaque parcelle de sa peau entre deux baisers sans jamais rompre le contact de mes lèvres avec sa peau.

J'ai moi même de la peine à me reconnaître et c'est – j'en suis sûre – bien  plus que l’alcool qui est en jeu. C'est Teeghan – Teeghan et son effet sur moi. C'est elle qui m'enivre, elle qui m'a attiré dans son jeu et j'y prends goût, réellement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Mer 30 Oct - 18:03





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

« Tu sais que t'es incroyablement sexy quand tu fais ça ? » Qu’est-ce que tu crois mon chéri ? Je suis entrée dans ta vie pour te faire tourner la tête, au moins pour la soirée. Chacun de mes gestes est fait pour te faire chavirer... Je le rejoins assez rapidement sur le lit, me mettant à califourchon sur lui, tout en lui proposant un jeu assez enivrant. « C'est plutôt excitant comme jeu je dois bien l'avouer. Puis je me réjouis d'avance de te voir perdre. ». Un large sourire naît sur mon visage, il pense vraiment qu’il va gagner ? Je suis une experte, que dis-je, je suis L’EXPERTE !

Assez rapidement, j’essaie de faire craquer Nathan, moi qui pensais qu’il allait craquer rapidement, je me suis fourvoyée. J’en rajoute des caisses en lui faisant des avances coquines, en lui disant qu’il pourra faire de moi ce qu’il veut s’il gagne. Je veux qu’il craque le moins vite possible pour faire grimper encore la température, même s’il fait déjà bien chaud ici. Mais Nathan est un bon joueur, et assez rapidement, même si je sens qu’il est tout aussi excité que moi, il commence à vouloir reprendre les commandes. « C'est trop facile si c'est toi qui a le dessus. Je crois qu'il est temps qu'on échange les rôles. » . Il n’a pas tort, mais avant même que je n’ai eu le temps de lâcher un soupir, je me retrouve sous lui, bloquée par son corps parfaitement dessiné.

A son tour de jouer avec moi, je sens ses va et viens entre mes jambes, alors que nos sous vêtements séparent encore nos deux intimités. Plus les secondes filent, et plus son étreinte est sensuelle, bestiale. Sa bouche près de mon oreille, je l’entends me murmurer dans un soupir terriblement attirant « J'ai envie de toi Teeghan » . Je ferme les yeux et presse le drap entre mes paumes de mains comme pour me retenir de le toucher, le caresser, le griffer. Mes pieds glissent le long de ses mollets pour finalement venir s’enrouler autour de son bassin, qui lui, ondule encore tout contre moi. Je me cambre en sentant son membre durci titiller mon entre jambes. Je meurs d’envie qu’il me fasse l’amour, là maintenant. Qu’est-ce qui m’a pris de vouloir faire ce jeu, maintenant ? Quelle idée ? J’ai tellement envie de lui...

Ses baisers brûlants ont tendance à me rendre folle, alors qu’il me murmure encore des mots doux à l’oreille. « J'ai envie qu'on fasse voler ses sous-vêtement, et qu'on ne fasse plus qu'un. Je veux être en toi » . Je ne peux retenir un espèce de grognement, ou de gémissement, impossible de savoir. C’est simplement quelque chose qui est sorti de ma bouche au lieu de crier que j’en ai envie tout autant que lui... Lorsqu’il commence à intensifier la pression de son érection sur mon entre jambes, je sens que je ne vais pas tarder à craquer. J’ai chaud et c’est comme si mon reste de sous vêtement était devenu une espèce de grosse doudoune en plumes d’oie, extrêmement chaude et encombrante. « Tu le veux aussi non ? Ne me résistes pas Teeghan – me résistes pas. ». Dans un gémissement, je prononce son prénom, mes lèvres à peine entre-ouvertes et mes yeux toujours clos. «Hum Nathan...». Ses baisers glissent sur mon corps pour venir goûter à ma poitrine, c’en est trop, je ne peux pas lui résister plus longtemps. Je n’aurai jamais cru qu’un jour j’aurai pu être prise à mon propre jeu, mais Nathan a un pouvoir sur moi que je n’ai jamais ressenti avec personne d’autre.

«Oh et puis merde !». J'attrape son visage entre mes mains pour le faire remonter à mon visage, et je l’embrasse follement, comme si c’était la première fois, comme si c’était vital. Mes mains glissent dans son dos et je le serre contre moi comme s’il pouvait être plus près encore. «Ok, t'as gagné... mais tu peux quand même faire de moi ce que tu veux...». Ça y est, je viens de me transformer en tigresse. Et c’est d’ailleurs cet instant même que je choisis pour le faire chavirer une nouvelle fois, reprenant ainsi le dessus. Mes baisers glissent pour la 2ème fois le long de son torse, pour arriver cette fois à l’endroit tant convoité. Je retire rapidement son caleçon et en remontant vers son visage, c’est ma langue que je laisse glisser sur toute la hauteur de son corps, en m’attardant quelque peu sur un endroit très précis, avant de terminer ma course sur son visage, nous scellant d’un baiser torride. D’un coup, je me lève, debout sur le lit, et le regarde de tout en haut. Mon regard le toise de haut en bas avec un petit sourire. Je sors le préservatif encore tout emballé de mon sous-vêtement et je jette sur Nathan, avant de faire glisser très sensuellement mon string en dentelles sous ses yeux ébahis. Désormais tous les deux nus, je lui laisse une seconde pour enfiler notre protection, avant de revenir lui sauter dessus, pas une seconde de plus.

C’est dingue comme le parfum de sa peau a tendance à me faire tourner la tête, c’est comme si j’en étais complètement éprise. Nathan reprends finalement le dessus sur la situation, et avant même que je n’ai eu le temps de lui dire que je n’attendais plus que lui, je le sens entrer en moi le plus simplement et le plus naturellement du monde, me laissant échapper un gémissement de plaisir. Je me mords la lèvre pratiquement jusqu’au sang, alors que mes jambes remontent comme un peu plus tôt, pour venir quasiment s’enrouler autour de lui. Nos langues se caressent et je sens en moi le plaisir grimper en même temps que les coups de reins de Nathan s’intensifient. Plus rien n’existe autour de nous, que nous. Simplement lui, et moi, son emprise sur moi, la dépendance que je suis petit à petit en train de nourrir. Je froisse de nouveau le drap sous mes mains et lâche ses lèvres pour me cambrer dans un instant de plaisir intense. Mon bassin ondule désormais au même rythme que le sien pour intensifier encore plus cet échange. «Han mon dieu Nathan... t’arrêtes pas... j’ten supplie ne t’arrête pas...». C’est assez dingue la sensation que me fait ce jeune homme, c’est presque comme si je faisais l’amour pour la première fois. De nouvelles sensations s’emparent de moi, tout comme mes ongles s’emparent du dos de Nathan, c’est plus fort que moi, je ne commande plus rien. Je suis vouée à lui, corps et âme, pour le reste de la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Mer 30 Oct - 23:42





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

Je sens un frisson remonter le long de mon échine, je vais craque, je sais que je vais finir par craquer car ne pas pouvoir la toucher me rend fou. Plus je presse mon corps contre le sienne plus la tentation devient forte.  «Hum Nathan...». L'entendre prononcer mon nom est encore plus excitant et je me sens perdre le contrôle. Je tente alors d'occuper ma bouche comme je peux, caressant son corps de mes lèvres pour pallier à ce manque. Chaque parcelle de son corps a un goût enivrant et délicieux et je laisse ma langue s'hasarder sur certains endroits tentant de la faire craquer car moi même je n'en peux plus. Alors que je pense qu'elle ne le fera jamais, ses mains attrapent mon visage pour le remonter vers le sien. «Oh et puis merde !» Je n'ai même pas le temps de savourer cette victoire que nos bouches se retrouve pour échanger un baiser passionné. Dans se baisers je peux sentir la frustration de Teeghan aussi forte que la mienne ce qui ne fait que renforcer mon envie d'elle. Je la sens resserrer notre étreinte dans un espoir passionnel qu'il soit possible d'être plus proche que ça.

Ma fierté non cachée prenant le dessous je glisse un « J'ai gagné » entre deux baisers et ses lèvres retrouvent déjà les miennes pour me faire taire. Alors qu'un large sourire de vainqueur s’affriche sur mon visage.  «Ok, t'as gagné... mais tu peux quand même faire de moi ce que tu veux...» Je me relève à l'aide de mes mains pour toiser son regard et lui offrir un échange qui en dit long sur les idées qui me passent par la tête. Pourtant malgré sa défaite Teeghan n'est pas d'avis de se laisse dominer et elle reprend le dessus, déposant des baisers brûlants sur tout mon corps. Mes mains vont directement se poser sur mon visage en me cachant les yeux alors que tout mon corps se tend, la sentant arriver dans ma zone la plus sensible. Mon caleçon glisse rapidement mais Teeghan entreprend une remontée plus lente en laissant glisser sa langue sensuellement le long de mon corps. Me rendant compte qu'elle s'attarde un peu vers mon érection je mords ma lèvre fortement pour ne pas succomber à la tentation de lui arracher son string pour la prendre tout de suite. « Ho non » C'est une plainte qui sort de ma bouche la suppliant de remonter plus vite, je n'en peux plus.

Je la regarde se lever profitant de ce moment pour reprendre mon souffle. Le désir est tellement fort qu'il m'en coup presque le souffle alors que j'ai le loisir de scruter son corps sous un tout autre angle. Je lui souris tendrement la laissant prendre le contrôle de la situation. Le préservatif vient s'échouer sur mon corps et je prends pleinement conscience que dans quelques secondes nous allons enfin nous unir. La tentation de l'enfiler de suite est grande mais mon regard ne peut se décrocher du corps de mon amante qui entreprend maintenant de se débarrasser de ce qui lui reste de tissu, encore une fois ses gestes sensuelles font monter en moi une vague de chaleur et je décide de prendre le dessus de la situation, je ne peux pas attendre une seconde de plus. J'enfile notre protection et alors qu'elle me rejoint je me place au dessus d'elle et la pénètre avec facilité et lenteur. Tout mon corps se crispe à ce premier contact alors que mes lèvres cherchent les siennes pour compléter au mieux cette union. Puis je me retire un peu pour revenir plus profondément en elle sentant son corps se cambre à sce contact. Mon membre se fait sa place dans l'intimité de Teeghan et j’accélère mes coups de reins, exacerbant les sensations que ce contact me procure à chaque pénétration alors que je ne peux empêcher des bruits animaux de sortir de ma bouche.

Le souffle court mon visage va se nicher dans le cou de  la jeune femme, le caressant de mon nez alors que ma main va trouver son intimité pour tenter de lui offrir encore plus de plaisir. «Han mon dieu Nathan... t’arrêtes pas... j’ten supplie ne t’arrête pas...» Je la sens à bout et je le suis aussi. Le désir me saisit violemment et je ralentis un peu mon mouvement. « Pas maintenant. » J'ai envie de faire durer ça plus longtemps, j'ai gagné le jeu et elle l'a dit elle même je peux faire ce que je veux d'elle. Là tout de suite j'ai envie de la frustrer un peu même s'il faut pour ça que je le sois aussi. Mes mouvements se font plus lents mais plus profonds, alors que ma main qui la caresse encore, ralentie elle aussi pour finir par la quitter pour que mon corps puisse combler ce vide, ne laissant plus aucun écart entre nous. Je finis par attraper son visage de mes deux mains pour sceller nos lèvres alors que nous tournons pour qu'à son tours elle prenne le dessus. Je relève mon torse pour m’assois alors que la jeune femme me chevauche. Elle remue son bassin sensuellement et je sens que notre union et totale, chacun s'abandonnant à l'autre dans une sorte de confiance inexplicable.

Dans cette position il est d'abord plus simple de contrôler mon désir pour ne pas venir trop vite, je la laisse prendre le contrôle, mais plus ses mouvements s'intensifient plus il est dur de me retenir. Mes bras entourent son corps nu le serrant avec force et passion alors que je donne des coups de reins pour accompagner son mouvement et l'intensifier. Je peux sentir les frissons sur sa peau en la caressant  et je sens que je viens. Cette fois je ne peux résister, elle a le pouvoir sur moi. C'est elle qui dirige et me fait succomber. « Teeghan, c'est tellement bon. Je peux plus... Je – je... » Je sens qu'il est déjà trop tard et l'orgasme me saisit, violent et puissant prenant possession de tout mon corps qui est saisi de spasme alors que je gémis à l'oreille de ma partenaire. La bouche à demi ouverte je laisse toutes les sensations m'envahirent et me faire chavirer de bonheur.

Nos langues se délient enfin et mon visage va trouver refuge au creux de son cou où je dépose des baisers plus tendre. J'ai encore de la peine à respirer alors que mon corps commence à se détendre. je l’entraîne avec moi alors que je me rallonge sur le lit. Son corps au dessus du mien, je la tiens fermement dans mes bras alors que mon membre ne l'a toujours pas quitté. « Je.. » Ma bouche s'approche de son oreille. J'ai envie de parler mais je ne trouve pas les mots pour formuler ce que je ressens. « J'avais jamais vécu ça. » Je me rends compte que ma phrase peut-être mal interprète. Je ne suis tout ne même pas novice j'ai déjà eu des relations sexuelles j'ai même déjà quelques années d’expériences. Non ce n'est pas ça que je veux lui dire. « Pas comme ça. Aussi intense... Aussi – aussi bon. C'était... Whoua » Les mots me manquent. Je décolle enfin ma bouche de son oreille pour laisser ma tête retomber lourdement sur le lit, la fatigue s'empare brutalement de moi mais je n'ai pas envie de bouger. Je suis bien. « Merci. » C'est étrange de lui dire merci mais c'est le mot qui me vient. Parce que Teeghan a donné un nouveau souffle à cette soirée, mais plus que ça. Elle a dévoilé des désires insoupçonnés en moi, des frustrations que je ne pensais même pas avoir venait d'être comblées. Je me sentais bien, je me sentais vivant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Jeu 31 Oct - 14:30





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée !

Impossible de tenir plus longtemps, Nathan me rend complètement folle. Et même si les quelques fois où j’ai joué à ce jeu, j’ai toujours gagné, je ne compte pas me laisser guider par mon égo ou ma fierté. J’ai envie de lui, j’ai perdu, tant pis... C’est donc le moment tant attendu, le moment où je peux enfin m’abandonner dans ses bras, pouvoir le toucher, pouvoir le sentir contre moi, en moi. Je reprends le dessus quelques instants, juste le temps de pouvoir lui retirer son caleçon et m’attarder un peu avec ma langue sur son intimité. « Ho non », je lâche un petit rire amusé en comprenant bien qu’il est déjà à bout et que si je ne remonte pas très vite, notre belle partie de jambe en l’air s’en trouvera rompue. C’est donc avec envie que je remonte jusqu’à ses lèvres pour les embrasser, avant de retirer à mon tour le dernier bout de sous-vêtement qui ornait mon corps.

Lorsque mon dos touche à nouveau le matelas, Nathan ne perd pas de temps et vient reprendre le dessus, pour ne faire plus qu’un avec moi. Mon corps se cambre, se crispe, se contracte, tout ce qu’un corps peut faire sous le plaisir que son partenaire lui offre. Je lâche un gémissement bestial, à moitié étouffé entre mes lèvres. Ses va-et vient lents sont un supplice, j’en redemande encore, et lorsque sa main vient s’inviter à l’endroit tant convoité, j’ai l’impression que je vais littéralement exploser. Généralement j’atteins l’orgasme bien plus tard, mais s’il continue sur ce chemin, dans quelques minutes à peine je risque de réveiller tout le voisinage !

Sa main finit par quitter le contact avec mon corps, j’aurai eu envie que ça dure toute la nuit. Je sens un instant de frustration mais le regard de Nathan me fait comprendre que c’est un acte voulu de sa part. Sans doute parce qu’il voudrait que ça dure plus longtemps. Après un baiser plus langoureux que les précédents, le jeune homme me fait valser pour que je m’asseye sur lui. J’ai bien compris à quel point cette position le faisait fondre. Peut être parce qu’il a tout le loisir de me regarder. J’entreprends de lents mouvements avec mon bassin, avant de les accélérer doucement. Mon corps cambré dans ses bras, sous un plaisir intense, je sens que le plaisir final n’est pas très loin. Mes mains autour de sa nuque, je presse de temps en temps ses cheveux, m'agrippant à ce que je peux pour repousse au maximum l’orgasme final. J’ai envie que nous l’ayons en même temps. « Teeghan, c'est tellement bon. Je peux plus... Je – je... ». Je ramène rapidement mon visage vers le sien pour l’embrasser avant qu’il ne termine sa phrase, et j’intensifie une dernière fois mes mouvements de reins pour attendre en même temps le dernier pallier du plaisir. Je m’accroche aux cheveux du jeune homme tout en penchant la tête en arrière, cambrant ainsi mon corps. Un long gémissement s’échappe de ma bouche pendant que mon corps est en train de se crisper tout entier sous le plaisir ultime.

Une fois l’orgasme atteint, je reviens me coller contre Nathan, son nez dans mon cou, mes mains glissent dans son dos délicatement, sereinement. Ma respiration est fortement saccadée et mes muscles de détendent doucement. Nathan se laisse tomber sur le lit m’emportant avec lui dans sa course. Je ne veux plus me séparer son de corps, ruisselant de sueur et terriblement sexy. J’ai du mal à reprendre mon souffle, cela fait bien longtemps que je n’avais pas ressenti quelque chose e semblable, je crois même pouvoir dire que c’est la première fois. Le souffle de Nathan dans mon oreille, je sens qu’il hésite à me dire quelque chose. «Je... J'avais jamais vécu ça. ». Un sourire s’échappe de mes lèvres avant que je ne dépose un baiser dans son cou. «Idem...». Je ne suis pas quelqu’un qui aime parler après l’amour, pour ça, je ne suis pas une vraie fille. Je préfère encore fumer une cigarette - même si je ne fume pas - et juste savourer l’instant, le moment de plénitude. Mais Nathan est tellement trop mignon. Je dirai presque qu’avec lui j’ai envie de bousculer mes habitudes, mes envies, mes besoins...

« Pas comme ça. Aussi intense... Aussi – aussi bon. C'était... Whoua ». Je souris une nouvelle fois, et prends le temps de le regarder, intensément, sans décoller mon corps du sien. Je pose ma main sur sa joue et la caresse délicatement. «En te voyant tout seul au bar tout à l'heure, j’aurai jamais imaginé que tu sois une bête de sexe !». Je lâche un rire amusé et il se joint à moi. La pression redescends, et je me sépare tout juste de lui pour m’allonger dans ses bras, le plus tendrement du monde. « Merci. » me dit-il les yeux clos, la respiration reprenant à peine un rythme normal. Ma tête posée sur son épaule, je dessine avec mon doigt le tour de ses fins abdominaux encore saillants suite à un effort récent. Je souris simplement à son remerciement, avant de relever les yeux vers lui. «Alors, je suis toujours ton ange gardien ?». Finalement, cette idée me plait pas mal. Et même si on a quelques années d’écart, que je suis plus jeune que lui, je trouve ça plutôt marrant. Un instant, je l’imagine m’appeler simplement ‘mon ange’, mais rapidement je chasse cette idée de mon esprit. Ce pic d’hormones me fait tourner la tête.

C’est dingue comme on se sent bien après avoir fait l’amour, après avoir pris du plaisir, après avoir partagé, échangé quelque chose d’intime et d’intense avec quelqu’un. Et on reste là, pendant de longues minutes, simplement dans les bras l’un de l’autre. L’étreinte de Nathan se fait plus faible de minute en minute, et je sens qu’il s’endort. Je le trouve atrocement craquant. Pendant qu’il dort, je prends le temps de le regarder, de le contempler, d’apprendre les traits de son visage. Je commence à cogiter, je me demande si j’ai ma place ici près de lui, dans son lit, alors qu’on se connaît si peu. Est-ce que je ne ferai pas mieux de partir, pendant qu’il dort, sans même qu’il ne s’en rende compte, éventuellement avec un petit mot sur sa table de nuit, mon numéro au dos. Mais finalement, je me sens bien là, dans ses bras.La fatigue commence à prendre possession de moi, et j’ai juste le temps de remonter le drap sur nous, que je m’endors paisiblement, comme un bébé.

[...]

Bien emmitouflée sous la couette je dors paisiblement, quand j’entends un espèce de crissement de porte, suivi de Nathan qui se redresse en sursaut. Je grogne un peu genre ‘qu’est-ce qui se passe, il est trop tôt pour se lever’, mais j’entends alors une voix d’enfant demander à Nathan : «Nathan, c’est qui avec toi dans le lit ?». Oh mon dieu... ça doit être le petit frère de Nathan. J’hésite un instant avant de presser le drap contre moi, et de me redresser légèrement. Mais en découvrant le visage de ces deux chérubins, ma bouche s’ouvre en grand, d’un air stupéfaite. La même chose pour les jumeaux. D’ailleurs, Scott s’empresse de dire à son frère : «Hannn mais c’est la mariée de Crash !». Je ferme la bouche rapidement, faisant claquer mes dents, et je tourne la tête vers Nathan qui semble complètement dépassé par les évènements...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Jeu 31 Oct - 21:13





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

J'ai encore de la peine à me remettre de l’expérience que nous venons de vivre, le plaisir que j'ai pu ressentir avec Teeghan me bouleverse et je ressens le besoin de le lui dire. Je n'ai pas spécialement envie de m’étendre en discours mais il faut que je verbalise ce que je ressens. Quand elle me sourit je me sens fondre et mon corps se détend totalement. «Idem...» Je dois dire que sa réponse m'étonne un peu, non pas que je pense que c'est le genre de fille à sauter sur tout ce qui bouge mais Teeghan avait l'air tellement sur d'elle, elle maîtrisait la situation d'une main de maître et savoir que j'ai pu lui offrir des sensations nouvelles me fait esquisser un sourire. «En te voyant tout seul au bar tout à l'heure, j’aurai jamais imaginé que tu sois une bête de sexe !» Je ris moi aussi, il faut dire que je ne me croyais pas capable de cette fougue non plus. J'ai toujours eu a coeur de donner du plaisir à ma partenaire et j'imagine que les  7 années passées avec la même fille m'auront donné quelques pistes, mais avec Teeghan il me semble avoir découvert des sensations inconnues. Comme si nos corps avaient été crées tout spécialement pour se trouver. Comme si – sans que j'ai besoin de le dire – elle savait exactement quoi faire pour m’exciter et me donner du plaisir.

Dire qu'il a quelques heures à peine j'étais seul à ce bar à me plaindre sur mon sort. «Alors, je suis toujours ton ange gardien ?».  Je lui adresse un petit sourire alors que nous changeons enfin de position et qu'elle vient poser sa tête sur mon épaule. « Encore plus maintenant. » C'est étrange, je ne connais rien de cette fille mais en ce moment je me sens proche d'elle comme je l'ai peu souvent été d'une fille. Je me sens en sécurité. Puis le silence s’installe et nous en profitons les deux, je serre son corps un peu plus fort pour aller déposer un baiser sur son front avant de laisser la fatigue m'emporter. Il me faut quelques minutes à peine pour trouver le sommeil. La journée aura été pleine de rebondissement et finissait d'une manière inattendue. Inattendue mais exquise.

[...]

Je reconnais le bruit dès que mes oreilles le captent. Cette porte qui grince, c'est la mienne. Je me réveille en sursaut alors qu'un marteau semble s'être abattu sur mon crane. Je plisse les yeux dans un plainte. Saleté de gueule de bois. Il me faut à peine une seconde pour comprendre la situation. Je tourne la tête pour apercevoir Teeghan à côté de moi et les souvenirs de la soirée que nous avons partagée me reviennent en mémoire. Le frisson d'un plaisir passé me parcours. A croire que je ne m'en suis toujours pas remis. «Nathan, c’est qui avec toi dans le lit ?». Je retourne la tête pour faire face à mon frère qui passe sa tête par la porte. « Bordel, merde... Personne sort ! » Idiot je suis un idiot qui dit n'importe quoi. Personne, je viens de dire que Teeghan est personne. J'ai envie de me taper la tête contre le mur alors que mon cerveau cherche une bonne excuse à servir aux jumeaux. Évidement, allant contre mes indications Scott rentre à son tours dans la chambre. « Tu dois mettre 2 francs dans le cochon Nathan ! » Je tente de chercher mon caleçon pour me lever et mettre ses garnements dehors de ma chambre en grognant un vague. « Saleté de cochon » Bravo l'exemple fraternel. Je geste un regard désolé à Teeghan en mettant enfin la main sur le fameux caleçon que j'enfile en vitesse sous la couette avant d'entreprendre de me lever pour les mettre dehors.  

Les jumeaux n'étaient pas censés être là. Ils avaient dormi chez ma tante et je lui avais pourtant bien fait comprendre que je viendrais les chercher moi-même aujourd'hui. Alors qu'est ce qu'ils font dans ma chambre ? J'entends alors Scott faire une réflexion qui me stoppe net.  «Hannn mais c’est la mariée de Crash !» Quoi ? « Quoi ? » Il me faut quelques secondes pour que cette bribe d'information me revienne au cerveau. Et je jette un regard amusé vers Teeghan. « C'est Crash ton mari ? » Évidement comme tout le monde au parc, je connais le phénomène mais je ne pensais pas le petit ( enfin pas si petit) capable de convaincre Teeghan de devenir sa femme. « Nathan ? Pourquoi ta chemise est dehors ? Et pourquoi ta la femme de Crash dans ton lit ? C'est la nouvelle Ana ? » J'en reste la bouche grande ouverte. Qu'est ce que je peux bien répondra à ça. « Non mais non ! » « T'es son amant ? » « Mais non ! Sortez de cette chambre maintenant ! » Déjà comment ce gamin peut-il savoir à son âge ce que c'est qu'un amant ? J'attrape les jumeaux pour les mettre dehors de la chambre le plus rapidement possible. « Descendez j'arrive tout de suite. »

Un fois la porte refermée je me retourne pour offrir un vague sourire gêné à Teeghan. « Je – Tu – Je suis désolé faut que j'ai leur faire à déjeuné. Tu peux prendre une douche si tu veux... ou pas... Comme tu veux ein ! » Ou comment se défiler lamentablement, évitant la fameuse conversation du lendemain. J'attrape mon pantalon que j'enfile vite fait et un T-shirt dans l’armoire que j'enfile à l'envers sans même m'en rendre compte « Hem – Tu veux un café ou quelque chose ? » La main sur la poignée de la porte, j'ai l’impression d'agir comme un connard alors que cette situation me met simplement très mal à l'aise. Je n'ai jamais fait ça avant – passer la nuit avec une étrangère – et l'apparition de mes frères m'a vite fait redescendre sur terre. Je n'ai pas vraiment réfléchi hier soir, en parti grâce à l'alcool. Je ne sais plus quoi penser de la nuit que nous avons partagé. C'était exceptionnel, étonnant, électrique et tellement bon.. Mais et maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Sam 2 Nov - 8:03





Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!


Au moment où j’entends un bruit de porte crisser, je pousse un petit grognement, mais rapidement je me sens réveillée par Nathan qui a bondit carrément, puis une petit voix enfantine se fait entendre. Oh mon dieu. Le petit garçon demande à Nathan qui est avec lui dans le lit, et au moment où je presse le drap sur ma poitrine pour me relever, je l’entends répondre : « Bordel, merde... Personne sort ! ». J’avoue que sur le moment, je me sens prise d’un coup de poignard dans le thorax. Comme si ma respiration s’était coupée une seconde. Après tout, je suis personne pour lui. Pourquoi vouloir qu’il explique à ses frères qui je suis réellement, comment on s’est rencontrés etc... je n’ai que ce que je mérite. Voilà ce qui arrive quand on couche avec un inconnu bourré, le réveil est brutal.

Je me redresse doucement alors que Nathan est en train de gromeler sur un certain cochon, je ne cherche pas à comprendre. Il enfile rapidement son caleçon alors que je suis encore nue sous les draps. Je le regarde désemparée, et les garçons font leur entrée dans la chambre, me rendant complètement bouche bée, autant que lui. Scoot le plus téméraire n’a pas mis longtemps à me reconnaître, même décoiffée et la tête dans le c*l. En même temps, il a quand même essayé de me draguer avant que je dise oui à la demande en mariage de Crash.  «Hannn mais c’est la mariée de Crash !» « Quoi ? » Je tourne la tête vers Nathan, qui après une seconde, affiche un sourire taquin sur le coin de ses jolies lèvres. « C'est Crash ton mari ? » . Je fronce les sourcils et lui lance un regard noir - oui, même avec les yeux bleu comme les miens, je peux aussi avoir un regard très noir - et lui réponds. «On ne se moque pas de mon mariage, ni de mon mari !», je pointe un doigt vers lui et plisse les yeux en ajoutant «Surtout toi !».

Assez rapidement les jumeaux commencent à questionner Nathan, et je reste assise là, dans son lit, le drap pressé autour de moi, à les regarder tour à tour comme si j’assistais à un match de ping pong. « Nathan ? Pourquoi ta chemise est dehors ? Et pourquoi ta la femme de Crash dans ton lit ? C'est la nouvelle Ana ? » « Non mais non ! » « T'es son amant ? » « Mais non ! Sortez de cette chambre maintenant ! Descendez j'arrive tout de suite ». Une fois les jumeaux mis dehors, Nathan, se retourne vers moi. Je suis déjà hors du lit en train de me rhabiller, dos à lui. Lorsque je me retourne, il m’offre un sourire crispé, et il essaye de communiquer. « Je – Tu – Je suis désolé faut que j'ai leur faire à déjeuné. Tu peux prendre une douche si tu veux... ou pas... Comme tu veux ein ! » . Je secoue la tête et enfile mon t-shirt, puis mon pantalon. «T’inquiètes pas pour moi...». Nathan me tourne le dos et enfile rapidement son jeans puis un t-shirt propre. Une boule est en train de naître dans ma gorge, je ne sais même pas pourquoi. Contiens toi ma fille, arrête de faire du sentimentalisme, vous ne vous reverrez sûrement jamais.... Une fois habillée, je me dirige vers là porte, qu’il vient d’ouvrir pour s’échapper. Avant ça, il me demande « Hem – Tu veux un café ou quelque chose ? » . Je secoue la tête une seconde fois, avant de lui parler d’un ton assez bas pour ne pas que les jumeaux n’entendent.. «Epargne-toi ce genre de scène. On a passé la nuit ensemble, c’était bien, maintenant on reprend nos vies. Te stresse pas ok ?». Malgré tout, je ne résiste pas à poser ma main sur la joue du jeune homme, pour lui faire une caresse tendre, et alors qu’il ferme les yeux pour la savourer, je dépose un baiser sur ses lèvres. Il a comme un goût de dernier baiser, et bizarrement, ça m’arrache le coeur. Lorsqu’il ouvre les yeux, j’esquisse un petit sourire, pour essayer de cacher ma déception. J’aurai voulu que les au-revoirs se passent autrement.

Je descends les escaliers assez rapidement, je ne compte pas me retourner. Mes talons claquent sur le bois et en arrivant en bas, je croise les garçons, et leur adresse un minuscule sourire, avant de me diriger vers la porte d’entrée. C’est sans compter sur Scott qui se lance à ma poursuite. Je vais vraiment croire qu’il est amoureux de moi celui-là. «Teeghan ! Tu veux pas rester petit déjeuner avec nous ?». Il plonge sa main dans la mienne, et bizarrement, même si la première fois je l’avais envoyé balader, là je n’ai plus envie de ça. Je suis sûrement trop blessée par la situation que je n’arrive même pas à l’envoyer bouler. Et puis sa demande est mignonne. Je serre sa main dans la mienne, relève le regard vers Nathan, puis le rabaisse pour m’adresser à Scott. Dans un élan de tendresse, je passe une main délicate sur sa petite joue de crapule. «C’est gentil de proposer Scott, mais j’ai beaucoup de travail aujourd’hui. On se verra peut être bientôt au parc, avec Crash hum ?». Il hoche la tête et lâche ma main. Je relève une dernière fois le regard vers Nathan avant de quitter la maison, le coeur lourd.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   Dim 3 Nov - 2:14





Une vodka drive extra avec des olives, beaucoup d’olives ! Genre... au moins trois olives.

Je voudrais dire quelque chose. Mieux que ça je voudrais avoir quelque chose à dire. Quelque chose de pertinent, mais rien ne vient. Je jette un œil à Teeghan qui se rhabille et baisse les yeux en vitesse. J'ai l'impression de lui voler une part de son intimité, ce qui est idiot parce hier soir il n'y avait aucune question de ce genre entre nous. Hier soir, nous faisions l'amour sur ce lit et aujourd'hui j'ai de la peine à la regarder. Les sentiments se mélangent en moi et il m'est impossible de comprendre ce qui se passe réellement et pourquoi ça me rend d'un coup si triste. Comme si j'étais entrain de laisser filer quelque chose de précieux. Quelque chose qui me rendait vivant. «T’inquiètes pas pour moi...» Je m'habille à ma tours – dans le silence – alors qu'au lieu d'écouter son conseille je m’inquiète d'elle, ou du moins de ce que je devrais faire ou dire par rapport à elle.

Une fois habillé je n'ai toujours pas de réponse et je lui propose un simple café, la main sur la porte comme si je cherchais à fuir. C'est peut-être ce que je fais au fond. Je tente de m'échapper et ma proposition sonne comme une sorte de question forcée. Pourtant ce n'est pas le cas. Je n'ai pas envi de la voir partir, mais pas non plus qu'elle reste dans ses conditions. Je voudrais pouvoir faire une marche arrière revenir à hier soir quand les choses semblaient beaucoup plus simples. Quand les jumeaux ne m'attendaient pas pour manger, quand je ne devais pas me préparer pour aller travailler ou réviser quand il n'y avait ni factures, ni problèmes, ni famille juste elle et moi. «Epargne-toi ce genre de scène. On a passé la nuit ensemble, c’était bien, maintenant on reprend nos vies. Te stresse pas ok ?» Ses mots me tapent dans le cœur directement. J'ai ma réponse. Chacun reprend sa vie. C'est logique pourtant, c'est comme ça que les choses se passent dans ce genre de situation. La fille part et on garde le souvenir d'une bonne soirée, un coup sans conséquence. Pas de sentiments.

Mais quand sa main vient s'attarder sur ma joue un frisson me parcourt. Je me demande si c'est toujours comme ça quand on fait ce genre d’expérience, mais au fond je connais déjà la réponse. Non. Parce que ça fait mal et que ses lèvres qui s'attardent contre les miennes ne font qu'amplifier cette sensation de vide. Alors pourquoi les gens remettraient ça ? Pourquoi voudraient-ils profiter d'une nuit de plaisir pour se sentir aussi vite, aussi inutile et lâche après ? Un léger sourire échangé – le mien sonne faux je le sais – et elle m'a déjà quitté.

Je n'ai rien dit – pas un mot pour le retenir.

Teeghan a descendu les escaliers alors que je suis resté encore un moment la main sur la poignée, tentant de me reprendre. Me disant que c'était idiot de se mettre dans cet état. Que nous avions passé un bon moment et que la vie allait suivre son cours normal. Mais quand je suis arrivé en bas de l'escalier pour retrouver Scott la main dans celle de Teeghan à lui demander de rester, j'ai senti mon cœur se serrer. C'était tout ce que je ne voulais pas. Faire rentrer une personne dans la vie de mes frères pour qu'elle finisse pas disparaître – par nous quitter ou nous décevoir. Je me demande si j'aurais agi de la même manière en sachant que mes frères la connaissaient, mais il est trop tard pour se poser des questions. Son regard croise le mien et je sais déjà ce qu'elle va répondre. «C’est gentil de proposer Scott, mais j’ai beaucoup de travail aujourd’hui. On se verra peut être bientôt au parc, avec Crash hum ?». Scott est déçu. Moi aussi je crois.

Je voudrais lui dire de rester mais les mots sont coincés dans ma bouche. Et si elle me disait non à moi aussi. Et si elle restait pour partir après et faire encore plus de mal. Je sais que c'est la peur qui me ronge, celle d'être rejeté, celle d'être trahi et je ne dis rien. Encore une fois nos regards se croisent et je me contente de hocher la tête alors qu'à l’intérieur de moi les insultes fusent. Mon corps me crie de réagir mais c'est déjà trop tard la porte c'est refermée. Je m'approche alors de mon frère. « Ça va Nathan t'as une drôle de tête. » Je lui adresse un sourire forcé. « J'ai pas beaucoup dormi c'est tout. On va manger ? » Je tourne le dos pour me diriger vers la cuisine d'où Dani a épié toute la scène. « Nathan ? » Je me retourne vers Scott dont le regard a changé du tout au tout et qui s'approche maintenant de moi. « Tu touches pas à Teeghan elle est à moi. Enfin – Un peu à Crash aussi mais surtout à moi ! » Un sourire revient lentement sur mon visage. Ce gamin est vraiment un cas et apparemment on a les mêmes goûts en ce qui concerne les filles. Je passe ma main dans ses cheveux pour les ébouriffer.  « A conditions que tu me fasses un café vite fait ! » Je le vois déjà trottiner en direction de la cafetière. Voilà maintenant que Scott imagine que j'ai tenté de lui piquer sa copine. Je sens que la médaille du meilleur frère ne me sera pas encore remise cette année.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: /!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!   

Revenir en haut Aller en bas
 

/!\ Natheeghan ↝ Trop de vodka tue la vodka, mais pas la soirée..!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le bar ☆ vodka-pomme ou vodka-coca ?
» Une bouteille de vodka, deux grands enfants et trois étoiles
» Vodka orange && Jimmy Choo. {Eden <3 }
» vodka
» (m) •• il a l'ivresse de la vodka, la folie de la tequila

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-