NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 la psychologie du retard compulsif* cassiopée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité
la psychologie du retard compulsif* cassiopée Empty
MessageSujet: la psychologie du retard compulsif* cassiopée   la psychologie du retard compulsif* cassiopée EmptyDim 17 Nov - 22:30





La psychologie du retard compulsif.


J'allais me faire tuer par ma psychologue. Enfin pas littéralement, mais j'étais bon pour avoir un avertissement de sa part. Un deuxième avertissement qui plus est. J'étais déjà arrivé en retard la semaine précédente et j'avais eu une belle tirade de sa part, que la ponctualité était essentielle et qu'elle voyait dans mon retard un manque d'implication de ma part et une absence de volonté. Elle avait tiré tout une idée, absurde en plus, comme quoi mon retard symbolisait un blocage de mon passé et qu'il fallait que j'arrive à dépasser ce stade pour pouvoir avancer. Cette psychologue était tarée. J'étais juste arriver en retard quoi. Je n'avais pas tué quelqu'un. Enfin le plus juste était de dire, je n'avais pas une nouvelle fois tué quelqu'un.
« Taxi ! Taxi ! Putain de bordel, mais arrête-toi, connard. ». Je jurais sur place, au bord de la route alors que les quelques taxis qui passaient étaient soit occupés, soit n'avaient pas la moindre envie de bosser. Ou alors, ce que je ne m'avouais pas, ils n'avaient pas envie de prendre un mec énervé comme je l'étais et préféraient faire ceux qui ne m'avaient pas vu. C'était tout aussi probable et cela ne faisait que m'énerver davantage. Un putain de cercle vicieux. Et les minutes défilaient.

Certains pouvaient avoir la débilité de penser que j'aurais pu y aller moi-même en voiture. En Amérique, il était peu commun que des jeunes de mon âge n'aient pas de voiture et pourtant, je n'avais pas de voiture. Je n'avais pas de permis non plus. Je n'étais pas Américain de toute manière, donc cela réglait l'histoire. Je regardais à droite et à gauche, pas de taxis en vue, je n'avais pas avancé d'un pouce mais les aiguilles, elles, ne m'attendaient pas pour défiler à une vitesse folle.
« Putain, je vais être grave en retard. ». Je me répétais cette phrase dans ma tête depuis tellement longtemps qu'elle était finalement sorti à voix haute sans que je ne retienne ma rage en regardant l'heure qu'affichait ma montre.
« En retard, en retard. J'ai rendez-vous que'que part. Je n'ai pas le temps de dire au revoir. Je suis en r'tard, en r'tard. ». Un gamine à côté de moi, tenant la main de sa mère, venait de prononcer les paroles du lapin d'Alice aux Pays des merveilles en me regardant avec un grand sourire. Je détestais les gosses, encore plus les gamines de ce genre. Je l'ignorais complètement en traversant la route pour rejoindre le trottoir d'en face.

Toujours pas de taxi, plus un seul ne passait désormais. Ils me fuyaient comme la peste. C'était mort. Au point où j'en étais, j'irais plus vite à y aller à pied. Soupirant, je commençais à marcher d'un pas rapide vers le cabinet de ma psychologue qui se trouvait un peu excentré du quartier de la Vieille ville, le quartier animé où je vivais. Un pas, un autre, puis un autre, de plus en plus rapidement, et ainsi de suite, j'arrivais enfin devant l'immeuble de type post-colonial et sonnait à l'entrée. La porte s'ouvrit dans un grincement sourd et je rentrais dans l'entrée, appuyant sur le bouton de l'ascenseur pour me rendre au premier étage. Certes, j'aurais pu prendre les escaliers mais après cette longue marche, j'avais légèrement la flemme. Légèrement était un euphémisme. Et ce n'était pas deux minutes qui allaient changer quelque chose dorénavant. Au point où j'en étais, je me préparais au nouveau sermon de ma psychologue. Je me demandais ce qu'elle allait me sortir cette fois, que si j'étais encore en retard, c'était sans doute parce que j'avais un retard mental ou un truc du genre. Je riais à ma remarque et c'était toujours rieur que j'appuyais sur le bouton ''Sonner et entrer'' et j'entrais donc.

Je m'arrêtais brusquement devant l'encadrement de la porte en constatant le visage connu qui se trouvait dans la salle d'attente. Une jolie jeune femme, blonde, la vingtaine, je ne connais pas son prénom, tout ce que je savais, c'était que je la croisais à chacun de mes rendez-vous. Elle était la patiente qui avait rendez-vous avant moi. Avant moi. Je regardait ma montre en fronçant les sourcils. J'étais pourtant sûr d'avoir rendez-vous en ce moment même, j'avais même dix minutes de retard, me serais-je trompé ? Je m'étais pressé pour rien ?! J'étais particulièrement agacé et en même temps soulagé de ne pas recevoir un nouveau sermon. Pourtant, j'avais un doute. Peut-être que pour une fois, l'inconnue avait changé son horaire. Et là, j'étais bien en retard. Mais, maintenant que j'y pensais, je n'avais plus la moindre idée à l'heure à laquelle j'avais rendez-vous. Je me demandais comment la psychologue aurait interprété cela.
« Pardon, vous avez rendez-vous à quelle heure ? J'ai l'habitude de vous voir sortir du bureau de la psy avant moi et... enfin, je pensais être en retard. ». J'avais un peu bredouillé, je cachais ça derrière un petit rire en avançant vers l'inconnue.

Revenir en haut Aller en bas
 

la psychologie du retard compulsif* cassiopée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la psychologie du retard compulsif* cassiopée
» réveil en retard ou l'art d'avoir la honte (libre)
» NI LE DEPART DE PREVAL NI SON RETARD NE M/INTERESSE PAS ! C'EST SON APRES
» NOIRISME/MULATRISME: WILLY POMPILUS EST DANGEUREUX, IL JUSTIFIE L'ELIMINATION ET
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps abandonnés-