NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   Ven 22 Nov - 10:01





Pas facile de porter la vie...


«Théa mon coeur ! Viens voir maman touche pas à la plante !». Même pas le temps de faire un pas vers elle qu’elle a déjà porté à sa bouche la terre qu’elle avait dans la main. «Nooon !». J’accours vers elle pour lui faire cracher et je lui nettoie les mains avec une lingette. «Chérie, ça se mange pas la terre ! C’est pas bon !». Et en voyant la grimace qu’elle fait, je lâche un rire amusé. Comment l’engueuler quand on voit sa petite bouille grimaçante.

Cela fait 2 mois que Théa a commencé à marcher, elle fête ses 1an demain, et je suis enceinte de 5 mois. Le temps passe à une vitesse folle. Mais c’est aussi en regardant ma fille bouger dans tous les sens que je prends conscience que ça ne va pas être de tout repos quand le 2ème sera là. Elle m’épuise déjà. Enfin je suppose que le fait d’être enceinte de la moitié du terme joue aussi sur la fatigue. Je vais commencer à réfléchir à prendre un nounou à mi temps pour ne pas me fatiguer trop si ça continue.

Voilà que Théa est repartie en galopant, prête à faire la bêtise du siècle. Ah pour ça, elle s’en tient une couche. «T’es pas cool avec maman !» En plus j’ai très envie de faire pipi et je sais que si je prends le temps d’aller aux toilettes, je vais revenir et ce sera le carnage à la maison. Une seconde d’inattention et ça pourrait être fatal. Je jette un coup d’oeil à ma montre, ça tombe parfaitement, c’est l’heure d’aller à la sieste. Je choppe petit bébé au passage et la dévore de bisous tout en montant à l’étage. Elle se débat un peu, en ce moment elle n’a plus trop envie de faire la sieste, elle préfère explorer le monde. Juste le temps de changer sa couche et de lui enlever ses petites chaussures, et elle commence à se calmer doucement. Je laisse glisser mes doigts sur ses petits mollets alors qu’elle enfourne déjà son pouce dans sa bouche. La fatigue l’envahit doucement.

Je la reprends dans mes bras pour nous installer quelques minutes sur le canapé qu’il y a dans sa chambre. De temps en temps j’aime bien la garder dans mes bras pour la regarder s’endormir. C’est comme si j’avais besoin de profiter d’elle maintenant, tant qu’elle est encore bébé, et avant que petit frère ou petite soeur vienne au monde. Je garde ma princesse tout contre moi. Son pouce dans sa bouche, son autre main se pose sur mon ventre. J’adore quand elle fait ça, elle a beau n’avoir qu’un an, elle a très bien compris qu’il se passait quelque chose dans mon ventre. Depuis 5 mois, son père l’empêche de grimper sur mon bidon, et elle sent bien que ça bouge là dedans. D’ailleurs au simple contact de sa petite main, le bébé se met à bouger. Généralement c’est plutôt la main de papa qui provoque de genre de réaction. Un large sourire illumine mon visage alors que je continue de câliner ma petite poupée.

Il ne faudra que quelques minutes pour qu’elle s’endorme et que je puisse la déposer dans son lit. Babyphone branché, je peux enfin aller faire un tour aux toilettes avant d’aller me vautrer dans le canapé pour regarder une émission ou un film pourri qui me fera sûrement dormir autant que ma fille. Parce que oui, en début d’après midi, y’a souvent des  émissions avec des gens qui prennent paroles, avec un sujet donné. Et alors là c’est le drame, mes hormones en action, peu importe le sujet, je me fous à pleurer comme une madeleine. J’en profite tant que mon homme est au boulot, en ce moment j’essaie de me contenir pour ne pas trop le solliciter et ne pas trop l’embêter avec mes sautes d’humeurs, alors je me lâche quand je suis seule.

Un pot de glace à la vanille entre les mains, un plaid sur les genoux, je me lance à corps perdu dans ma fameuse émission. Et voilà le festival de larmes qui se déverse sur mes joues. Le sujet n’est pas pour autant plus prenant que les autres jours. C’est certainement juste un besoin de pleurer, juste pour pleurer. J’arrive à la fin de ma glace assez rapidement et les yeux ronds, remplis de larmes, je me mets à pleurer encore plus parce que j’en ai encore envie, et je sais que c’était la dernière. Je m’empresse d’envoyer un sms à Isaac, qui je sais pourtant ne rentrera pas avant ce soir, sans doute tard.

J’espère pourtant qu’il pourra prendre une dizaine de minutes pour venir me faire un bisou et me rapporter ma glace.


    Chéri :sad:J’ai plus de glace... tu veux bien faire ça pour moi ? Et n’oublie pas, c’est celle vanille/caramel avec les noix de pécan, te trompes pas cette fois hein ! Je t’aime


Oui je suis légèrement sadique. Mais j’y peux rien. A peine 20 minutes plus tard, La porte d’entrée s’ouvre et le visage de mon homme apparaît. Il est parfait. Mais lorsqu’il voit ma tête dépitée et mes yeux rougis, il se précipite vers moi me demandant ce qu’il se passe. Je caresse doucement sa joue avec un mini sourire. «Rien, c’est l’émission qui m’a fait pleurer, tout va bien !». Le pauvre... je lui en fais vraiment voir de toutes les couleurs !



Dernière édition par Shanae K. Moore le Mer 27 Nov - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   Ven 22 Nov - 18:28





Pas facile de vivre avec une femme enceinte...


Chéri J’ai plus de glace... Tu veux bien faire ça pour moi ? Et n’oublie pas, c’est celle vanille/caramel avec les noix de pécan, te trompes pas cette fois hein ! Je t’aime.

Oh mon dieu. Mon regard se pose sur mon téléphone pour relire pour la troisième fois le message que je viens de recevoir de la part de Shanae. Je suis au travail, mais je viens littéralement de m’arrêter dans ce que j’étais en train de faire. Ce n’est pas bon quand je reçois ce genre de message alors que je suis au travail. Cela veut dire qu’il va falloir que je me libère rapidement sinon ça va être la guerre à la maison quand je vais rentrer ce soir. Tout de suite, mon regard se pose sur Elya qui a décidé de venir bosser avec moi aujourd’hui. Je lui fais un petit sourire et elle comprend rapidement que je vais lui demander quelque chose. Elle me connaît par cœur après tout. « Quoi ? » « Tu peux gérer toute seule pour une heure ou deux ? » « Pour la soirée aussi pendant que t’y es ! » Je la regarde et me rapproche d’elle tout en lui faisant mes yeux de chien battu. Je la connais. Je sais qu’elle ne peut pas résister à ce regard, c’est comme Shanae. Personne ne peut me dire non quand je fais un regard comme celui-là. « Non ! » Je n’ai rien dit encore, mais déjà elle argumente. Elle commence à tourner en rond dans le bar en m’engueulant comme si j’étais un petit garçon de quatre ans. A force elle finit par rameuter Thomas et Aleyna qui nous regarde comme s’ils étaient au cinéma. Je me retiens de leurs demander s’ils veulent du pop corn et me concentre sur Elya qui a finit par se calmer toute seule. Elle se plante devant moi et un nouveau petit sourire se dessine sur mon visage. « Juste ce soir ! Et demain tu me réserve la moitié du gâteau de Théa. » Je lève les yeux au ciel et me rapproche d’elle pour lui faire un câlin. Il vaut mieux que Shanae n’apprenne rien de cela, parce qu’en ce moment avec ses hormones elle serait presque capable d’être jalouse de ma propre petite sœur. « Merci ma belle. Je te revaudrais ça ! » Heureux de m’être aussi bien débrouillé pour rester avec ma petite famille ce soir, je me précipite presque pour aller chercher mes affaires.

Je cours presque jusqu’à l’épicerie du coin. Il faut absolument que je trouve la glace de Shanae, sinon ça ne va vraiment pas le faire. Ma fiancée est désormais enceinte de cinq mois et les hormones sont de plus en plus cruelles. Elle pleure pour un rien, elle à tout le temps faim et pleins d’autres trucs dans le genre. En plus, Théa maîtrise complètement la marche maintenant et je sais qu’elle mène la vie dure à sa maman pendant que je suis au travail. Ce weekend j’ai plus passé de temps à courir après ma fille qu’autre chose. Elle découvre la maison d’une autre manière et elle adore cela. J’essaye d’être à la maison le plus souvent possible, mais ce n’est pas toujours facile avec tout le travail qui m’attend tous les jours au bar. Mais pas besoin de se poser des questions ce soir, j’ai obtenu ma soirée. La tête plongé dans le bac où sont rangées les glaces, je fouille de manière frénétique pour trouver le parfum que Shanae désire. Bien entendu je ne trouve pas. « Hé Sam ! Ne t’as pas de la glace vanille/caramel ?! » « Je ne suis pas sûr qui m’en reste Isaac. » « Déconne pas, j’ai une femme enceinte à la maison qui attends que ça. » J’entends le vieux propriétaire de l’épicerie exploser de rire avant de venir me donner un coup de main. En moins de deux minutes, il me plante un bac de glace sous le nez. « Va falloir penser aux lunettes, hein. » Je lui lance un regard noir et finis par lui payer la glace. Si je n’avais pas trouvé, je crois que j’aurais fait une crise. Parce que rentrer à la maison sans glace, c’est comme déclencher la troisième guerre mondiale. Comme j’ai fait vite, je décide de faire un autre détour avant de rentrer à la maison.

Une bonne vingtaine de minutes après avoir reçu le texto de ma fiancée, j’arrive à la maison. Je me sens un peu comme un héros, je ne vais pas le cacher. J’ai sa glace et je rentre en sachant que je n’ai même pas besoin de repartir. Je pose tout mes achats sur la commode de l’entrée et enlève mon manteau tout en me penchant quelque peu pour apercevoir Sha’ dans le canapé. Tout de suite, je remarque ses yeux rouges et le sillon de ses larmes sur ses joues. « Ca va pas ma puce ? » Je me précipite vers elle et m’assois tout de suite à ses côtés. Je n’aime pas la voir comme cela. La maison est assez calme et je pense que Théa est à la sieste vu l’heure qu’il est. « Rien, c’est l’émission qui m’a fait pleurer, tout va bien ! » Je lève les yeux vers la télé et remarque une de ses émissions un peu débile ou les gens parlent pour rien dire la plupart du temps. Comment elle a bien pu se mettre à pleurer là devant ? Je préfère ne pas poser la question et me penche pour l’embrasser tendrement. « Je suis revenu avec plein de surprise. » dis-je alors en riant doucement. Je me lève et vais chercher tous mes achats dans l’entrée. Je m’assois de nouveau aux côtés de Shanae et sors d’abord la glace du sachet en plastique. « Déjà ça ! Et cette fois je ne me suis pas tromper. » Je lui montre en suite un autre paquet du doigt. « J’ai récupérer le gâteau pour l’anniversaire de Théa demain. Et, je t’ai pris un gâteau pour accompagner ta glace » Je vois le sourire de Shanae s’agrandir et je ne peux m’empêcher de sourire à nouveau. « Et… Je ne suis pas obligé de retourner au travail. »

Je finis par aller dans la cuisine pour préparer un bol de glace à ma chérie et mettre son gâteau dans une assiette. Je m’étais également pris quelque chose pour moi, parce que oui, je ne suis pas enceint, mais j’ai faim ! Je n’ai même pas besoin de retourner dans le salon puisque Shanae m’as suivi jusque dans la cuisine. Je lui tends son bol et l’embrasse à nouveau avant de glisser ma mais sur son ventre. J’attends quelques secondes et bébé finis par donner un petit coup. Ca ne fait pas très longtemps qu’il se manifeste et j’adore ça. C’est un peu le seul contact que je peux avoir avec mon bébé pour le moment en fait, alors ça me fait plaisir. « Bonjour mon bébé ! » dis-je alors en souriant. J’allais m’installer à la table de la cuisine avec Shanae, lorsque notre premier bébé se fit entendre à l’étage. Depuis quelques temps, Théa n’as plus vraiment envie de faire la sieste et la laisser dans son lit n’est pas forcément une bonne idée alors je décide d’aller la chercher.

On vient tout juste d’arriver dans la cuisine que Théa veut déjà repartir je ne sais où en galopant. Je la prends tout de même sur mes genoux pour lui faire un câlin. Elle ronchonne et je rigole. « Tu fais un câlin à papa t’as pas le choix. » Bizarrement elle se calme lorsque son regard se pose sur le gâteau que j’ai posé devant moi. Je lui en donne un petit bout qu’elle dévore presque en deux secondes. Cette morfale. « Tu dis papa ? PA-PA ! » Oui maintenant qu’elle marche, je voudrais qu’elle parle. « PA-PA » répétais-je comme un idiot. Je n’ose même pas lever les yeux vers Shanae, je suis persuadé qu’elle se moque de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   Mer 27 Nov - 14:13





Pas facile de porter la vie...


Quand Isaac arrive, j’ai les yeux tout humides et il court vers moi pour savoir ce qui se passe. Je le rassure rapidement en lui disant que c’est juste cette émission débile qui a mis mes hormones en émoi. « Je suis revenu avec plein de surprise. ». Rien de mieux pour me remonter le moral. Pas qu’il soit dans mes chaussettes, mais rien que de voir mon homme, ça me donne du baume au coeur. Un large sourire sur mes lèvres, je le regarde s’éloigner vers les sacs qu’il a ramené, pour revenir rapidement vers moi. Comme une enfant, je scrute ses moindres gestes. Voilà ma glace, j’ai des coeurs dans les yeux ? Mais non, c’est bébé qui adore ça !  « Déjà ça ! Et cette fois je ne me suis pas tromper. ». Je lâche un petit rire amusé et me penche pour lui voler un baiser. «Tu es parfait !».

Il me montre le paquet sur la table et me dit « J’ai récupérer le gâteau pour l’anniversaire de Théa demain. Et, je t’ai pris un gâteau pour accompagner ta glace » . Mon sourire s’agrandit un peu plus.  « Et… Je ne suis pas obligé de retourner au travail. » . Là je lui saute carrément dans les bras. «C’est la meilleure nouvelle de la journée !». Je le serre contre moi et lui fais quelques bisous dans le cou avant de le laisser repartir pour préparer ma glace.

Je reste assise sur le canapé, mais je suis tournée au niveau du dossier pour pouvoir le regarder faire. Finalement, je retire mon plaid de sur mes genoux et rejoins mon fiancé dans la cuisine. Je me colle tout contre lui et l’enlace de mes bras avant de le voir se retourner. Je prends son baiser, le prolonge légèrement avant de sentir sa grande main se poser sur mon ventre. Bébé ne met pas très longtemps à se manifester, ce qui me fait sourire. J’aime tellement quand il bouge au contact de la main de son père. « Bonjour mon bébé ! ». Il me fait craquer quand il lui parle.

Mais assez rapidement, Théa se manifeste en pleurant un peu pour qu’on vienne la chercher. Isaac s’en occupe, pendant que je mange ma glace. Assez rapidement je les vois redescendre, et visiblement Théa n’a pas très envie de rester assise sur les genoux de son père.  « Tu fais un câlin à papa t’as pas le choix. ». Je ris doucement de voir qu’Isaac n’a pas décidé de laisser Théa filer avant qu’elle ne lui ait fait un câlin. Je les regarde, rêveuse. Quand notre fille pose ses yeux sur le gâteau de son père, elle se calme illico, ce qui me faire rire de nouveau. «Quelle goinffre ! Comme sa mère !». Isaac essaie tant bien que mal de lui faire dire ‘papa‘ mais il a visiblement un peu de mal. Elle ne dit pas maman non plus, pourtant j’essaie toute la journée. C’est pas avec un bout de gâteau qu’il va y arriver !

Et contre toute attente, nous allons assister à un moment clé de la vie de notre fille, puisque, toujours sur les genoux de son père, elle va prononcer son premier mot. C’est en pointant le doigt vers le gâteau au chocolat, qu’elle ouvre la bouche pour dire : «Dato». J’ouvre grand la bouche, les yeux, et la regarde d’un air interloquée. «Quoi ? Qu’est-ce que tu as dit Théa ?». Elle me regarde un peu étonnée du ton que je prends. Je m’approche un peu, prends le muffin dans mes mains et le présente devant elle. «C’est quoi ça mon ange ? Comment ça s’appelle ? Un ..?». «Dato dato dato dato » dit elle en remuant ses bras. J’éclate de rire et prends sa bouille entre mes mains pour lui faire un gros bisou sur sa petite joue petelée. «Et voilà, le premier mot de notre fille est ‘gâteau‘, ça promet !». Je regarde Isaas avec un air amusé, mais lui est plutôt dépité. Il essayait de lui faire dire papa, et voilà qu’elle dit gâteau. Moi ça me fait plus rire qu’autre chose.

Désespéré, il pose Théa par terre pour la laisse gambader, et on garde tous les deux un oeil sur elle chaque seconde. Je viens me mettre assise sur les genoux de mon homme et lui caresse la joue. «Boude pas va, je suis sûre qu’elle dira papa avant de dire maman !». Je la regarde, et tout en marchant -comme un gars bourré il faut le dire, vu son équilibre- elle babille, dit n’importe quoi, et de temps en temps elle dit ‘dato‘. Moi ça me fait beaucoup rire. On reste là quelques instants tous les deux à regarder vivre notre fille. Le temps passe à une vitesse folle, elle va avoir un an demain, elle marche et vient de prononcer son premier mot. Je commence à me sentir vieille...

«Ça va, Arya était pas trop en colère que tu rentres aussi tôt ? J’espère que tu m’as pas tout mis sur le dos, sinon je vais m’en prendre plein la gueule demain moi !». Je grimace légèrement. C’est vrai qu’avec Arya, on a toujours eu un peu de mal à s’entendre. Ça avait mal commencé puisque j’étais jalouse d’elle, et puis quand je suis partie, ça n’a fait qu’empirer les choses... Mais je ne peux pas vraiment lui en vouloir et puis, elle est la marraine de Théa... «Au fait, t’as vu avec ta soeur si elle sera là demain pour l’anniversaire de Théa ?». On avait décidé de faire ça plutôt dans l’intimité, que les gens proches.. ce n’était pas plus mal, vu mes hormones, il vaut mieux que j’évite trop de contact avec les gens... ça risquerait d’être dangereux !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   Ven 29 Nov - 18:12





Pas facile de vivre avec une femme enceinte...


J’arrive à la maison et découvre ma fiancée en pleurs sur le canapé. Au début, je me dis que c’est de ma faute. Que j’ai mis trop de temps à aller chercher sa glace ou quelque chose comme cela. Ou alors il est arrivé quelque chose à l’un de nos bébés. Mais non. Elle pleure juste à cause de l’émission qu’elle était en train de regarder. Cela me rassure à moitié, mais je préfère ne pas la questionner et plutôt lui faire part de toutes les surprises que j’ai pu lui ramener. Tout d’abord sa glace qu’elle m’avait demandée expressément. « Tu es parfait ! » Sa remarque me fait sourire. J’accepte avec grand plaisir le baiser qu’elle me donne et finit par lui montrer le reste de mes achats. Le gâteau pour l’anniversaire de nos princesses et ceux que j’ai acheté pour nous cette après-midi également. Parce que oui ma femme mange pour deux, mais je suis un gourmand aussi. Puis moi je n’ai pas eu l’occasion de manger à midi, alors j’ai bien le droit de me faire un goûter aussi. Enfin. Je préviens aussi Shanae que je ne suis pas obligé de retourner au travail et là j’ai l’impression que je viens tout simplement de lui annoncer la meilleure nouvelle de l’année voir du siècle. Je lui souris et la serre dans mes bras durant quelques minutes. Ca fait du bien d’être à la maison tout de même. Surtout lorsque je suis accueilli aussi tendrement.

Après ces minutes de tendresse, je décide de me lever pour aller ranger le gâteau dans le frigo et pour préparer notre fameux goûter. Je sens le regard de Shanae dans mon dos et je souris doucement. Il ne faudra que quelques secondes pour qu’elle finisse par me rejoindre. Elle passe ses bras autour de mes hanches et je sens son ventre arrondi contre le creux de mes reins. Je me tourne vers elle et finis par l’embrasser tendrement avant d’essayer de communiquer avec bébé. Il donne souvent des coups de pieds lorsque je pose ma main sur le ventre de sa maman et c’est quelque chose que j’adore. Je tends le bol de glace à ma fiancée et tout de suite je vois un sourire sur son visage. Un bol de glace et elle est heureuse. Dire que des fois je me torture le cerveau pour essayer de trouver quelque chose qui lui fera plaisir et en fait un simple bol de glace lui suffit amplement. Comme quoi. Enfin. On s’installe sur la table de la cuisine pour déguster nos glaces quand Théa se manifeste à l’étage. Elle a dû nous entendre et elle veut nous rejoindre désormais. Je ne sais pas depuis combien de temps elle est au lit, mais je préfère aller la chercher. Elle est déjà debout dans son lit a barreaux lorsque j’arrive dans sa chambre. Je la prends dans mes bras et la couvre de bisous avant de redescendre dans la cuisine.

Théa ne semble pas très enclin à vouloir rester avec ses parents. Pourtant je tente de l’acheter avec un gâteau. C’est un peu dégueulasse, mais bon… Il faut bien se débrouiller pour avoir un peu d’attention de la part de ma fille. « Quelle goinfre ! Comme sa mère ! » Je lève les yeux vers Shanae qui est aussi en train de dévorer sa glace. C’est vrai que c’est légèrement de famille ce trait de gourmandise. Je me retiens de rire et finis par faire une petite remarque – parce que je ne pouvais pas m’en empêcher. « J’osais pas le dire. » Je rigole et repose mes yeux vers Théa qui gigote encore sur mes genoux. On dirait une véritable pile électrique ce n’est pas possible. Je sais que c’est parce que sa poupée l’attends assise dans le coin du salon vers son parc et qu’elle préfère ses jouets à son père. Ca me déprime, mais bon. Ma petite princesse tend de nouveau les mains vers mon gâteau. « Tu préfère le gâteau que ton père hein ? » Théa lève les yeux vers moi et rigole. Je le prendrais presque personnellement, mais essaye de ne pas me vexer. Elle n’a même pas un an, elle n’est pas consciente de tout ce qu’on lui dit pour le moment. Enfin c’est ce que je me dis, mais je vais vite changer d’avis. Alors que je relevais les yeux vers Shanae, Théa a finit par tendre de nouveau la main vers mon gâteau et ouvre sa petite bouche pour dire : « Dato. » J’ai l’impression d’avoir rêver vers la situation, mais vu l’expression surprise sur le visage de Shanae, je comprends que je n’ai pas rêver. Théa viens de dire son premier mot. Ma petite princesse vient de parler. Je suis sur les fesses. C’est Shanae qui réagit bien avant moi. « C’est quoi ça mon ange ? Comment ça s’appelle ? Un ..? » Théa semble hésiter un peu, elle regarde sa maman, puis le gâteau et finis par dire à nouveau : « Dato dato dato dato. » Mon dieu. J’ai l’impression que je vais me mettre à pleurer. Ma petite fille à fait ses premiers pas il y a deux mois et voilà qu’elle parle. Shanae semble ravie et embrasse Théa et la félicite. Tandis que je n’arrive toujours pas à dire quelque chose. Je viens de nouveau de me prendre une claque. Ma fille grandi et je n’aime pas ça. « Et voilà, le premier mot de notre fille est ‘gâteau‘, ça promet ! » « Tant que c’est pas bière. » dis-je alors l’air plus dépité qu’autre chose.

Je laisse Théa descendre de mes genoux pour aller gambader dans la maison. Je me rassois correctement sur ma chaise et ne lâche pas ma princesse des yeux. Elle a encore du mal à trouver son équilibre, mais il faut dire qu’elle maîtrise parfaitement bien la marche désormais. Je sens la main de Shanae se poser sur mon épaule et elle vient s’asseoir sur mes genoux. Une nouvelle fois, je me retiens de lâcher un petit soupir lorsqu’elle prend place sur mes genoux. Bah oui. Elle a quand même un bon bidon maintenant et bébé pèse son poids. Je glisse une main dans le creux des reins de ma chérie et l’autre sur son ventre tout en posant mon menton sur son épaule. « Boude pas va, je suis sûre qu’elle dira papa avant de dire maman ! » Je souris quelque peu avant de chercher Théa des yeux. Elle est désormais assise sur le tapis du salon et joue avec ses peluches. « Je boude pas. C’est juste que… Y a un an t’allais me réveiller en pleine nuit pour me dire qu’il fallait qu’on aille à l’hôpital de tout urgence et regarde maintenant… Elle marche, elle parle. Elle a grandi trop vite. » Je me souviendrais toute ma vie du jour de la naissance de Théa. J’étais paniquer comme un dingue, mais Shanae avait gérer parfaitement bien et notre petite princesse était arriver assez rapidement dans notre monde. Elle était si petite. Après cela je me suis retrouver tout seul avec elle et pourtant j’ai l’impression de ne pas avoir assez profiter. C’est bizarre comme sensation. Je me penche un peu vers le ventre de ma chérie et parle à bébé. « Toi tu va te faire couver, mais tu sais même pas comment. » dis-je alors en riant. Je suis très fusionnel avec Théa, mais j’ai l’impression que ça va être pire avec son petit frère ou sa petite sœur. J’entends de nouveau Théa dire ‘dato’ et je souris. « Et maintenant elle va parler bouffe toute la journée. » dis-je en riant.

« Ça va, Arya était pas trop en colère que tu rentres aussi tôt ? J’espère que tu m’as pas tout mis sur le dos, sinon je vais m’en prendre plein la gueule demain moi ! » Je relève la tête et plonge mon regard dans celui de ma chérie. Je sais que ça n’as jamais été la grande entente entre Arya et Shanae. Je n’ai jamais bien compris le pourquoi du comment et je ne cherche pas à comprendre. Tant qu’elles ne se battent pas ça me va. Et tant qu’aucunes d’entre elles ne me demande de choisir, ça ira. « Je crois que c’est à moi qu’elle en veux. Mais moi j’ai l’habitude. Et puis ce n’est pas comme si je lui demandais de bosser tous les weekends. » Autrement dit, il n’y a vraiment pas de quoi ce faire de souci. Je suis persuader qu’Arya va faire la tête durant dix minutes et puis elle va aller vers Théa et ça ira bien mieux. Donc vraiment, je ne me fais pas de souci pour la journée de demain. « Au fait, t’as vu avec ta soeur si elle sera là demain pour l’anniversaire de Théa ? » Ah ma sœur. Depuis qu’on lui a appris la nouvelle grossesse de Shanae et que par conséquent on allait avoir besoin de sa chambre, elle me boude. « Elle as dit qu’elle passerait. Elle ne veut toujours pas me parler, mais je sais que pour Théa elle viendra. Elle ne restera sûrement pas longtemps. » J’ai un peu du mal avec le fait que ma sœur veuille à peine m’adresser la parole. Avec tout ce que j’ai pu faire pour elle, c’est un peu dur à avaler, mais bon. Je dois faire avec. Je sais qu’elle va finir par se calmer, mais c’est un peu dur. « Ta maman viens toujours ? » La maman de Shanae est un peu la seule famille que nous avons à Town Square. Enfin mes parents vivent toujours ici également, mais on ne se parle plus depuis près de dix ans, je ne sais même pas s’ils savent qu’ils ont une petite fille. Enfin vaut mieux ne pas en parler.

D’un seul coup, je pense à quelque chose. « Oh mais demain on a ton rendez vous aussi ! » Je relève les yeux vers Shanae et lui souris à nouveau. Heureusement que je n’ai pas oublier ça sinon je crois qu’elle m’en aurait voulu. « On va savoir si c’est un garçon ou une fille cette fois hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   Mer 11 Déc - 10:50





Pas facile de porter la vie...


Je crois que nous ne sommes pas au bout de nos surprises avec notre fille. Voilà qu’elle vient de prononcer son premier mot, et qu’en plus de ça, ce mot est ‘gâteau’. Je suis hallucinée. Amusée, mais hallucinée. « Tant que c’est pas bière. ». J’éclate de rire en voyant son air dépité et je viens m’asseoir sur ses genoux et dépose un baiser dans son cou, tout en posant mes yeux sur Théa. Je lui dis de ne pas douder, je suis sûre qu’elle dira ‘papa’ avant ‘maman’. « Je boude pas. C’est juste que… Y a un an t’allais me réveiller en pleine nuit pour me dire qu’il fallait qu’on aille à l’hôpital de tout urgence et regarde maintenant… Elle marche, elle parle. Elle a grandi trop vite. ». Je le câline un peu, un petit sourire au bord des lèvres. Je comprends ce qu’il veut dire, ce n’est jamais facile de laisser grandir un enfant, notre enfant. Je dépose un baiser sur sa tempe, doucement, juste pour le rassurer.

Isaac se tourne vers moi et commence à parler à bébé. « Toi tu va te faire couver, mais tu sais même pas comment. ». Mon rire se mêle à celui de mon fiancé avant que Théa ne reprenne à dire ‘dato’ à tout va. « Et maintenant elle va parler bouffe toute la journée. ». «On n’est pas sortis de l’auberge !»

Je change de sujet d’un coup, demandant à mon homme si sa meilleure amie n’était pas trop énervée de le laisser filer comme ça en pleine après midi. « Je crois que c’est à moi qu’elle en veux. Mais moi j’ai l’habitude. Et puis ce n’est pas comme si je lui demandais de bosser tous les weekends. ». Je hausse doucement les épaules. Il n’a pas tort. J’ai besoin de l’avoir avec moi le plus souvent possible, mais je ne peux pas l’obliger à lâcher son boulot pour être avec moi non stop. Je lui demande si sa soeur sera là demain malgré nos différends. « Elle as dit qu’elle passerait. Elle ne veut toujours pas me parler, mais je sais que pour Théa elle viendra. Elle ne restera sûrement pas longtemps. » Je baisse les yeux, me sentant un peu fautive. J’espère que ça lui passera quand elle comprendra que ma vie avec Isaac a repris de plus belle et que je vais plus jamais l’abandonner. « Ta maman viens toujours ? ». «Oui oui, elle est toute excitée elle lui a déjà acheté tous ses cadeaux... mamie gâteaux.». En disant ça, je vois que Théa s’arrête de discuter avec sa poupée et elle se retourner vers moi avant de lâcher «Dato !». J’éclate de rire. Elle est vraiment à croquer.

« Oh mais demain on a ton rendez vous aussi ! On va savoir si c’est un garçon ou une fille cette fois hein ? » J’offre un sourire radieux à mon amoureux et lui réponds avec une douceur infinie. «Oui, demain on devrait savoir !». Il est trop mignon. J’espère vraiment que ce sera un garçon, même si évidemment, si c’est une fille, on l’aimera tout autant !

[...]


«Chéri tu vas ouvrir ? Ça doit être ma mère !» Je suis en train de batailler avec la robe de Théa, je ne suis même pas encore prête. J’ai passé toute ma matinée dans la cuisine pour préparer le repas et le gâteau. J’entends la porte s’ouvrir, et c’est la voix d’Arya qui retentit. Raté, ce n’était pas ma mère. Je les laisse donc discuter un peu tous les deux, et je prends Théa dans ma chambre une fois habillée, pour m’habiller à mon tour. Avec ce gros bidon, j’ai du mal à trouver comment m’habiller. Heureusement, j’avais fait un petit moment essayage avec mon chéri la veille pour savoir ce que j’allais bien pouvoir mettre aujourd’hui.

Une fois habillée, je prends ma petite puce avec sa robe adorable, et je descends à l’étage inférieur pour dire bonjour à la marraine de ma fille. «Salut Arya !». Je lui plaque un bisou sur la joue alors qu’elle récupère Théa pour lui faire plein de bisous. J’avoue que ça me fait sourire. Elle est vraiment une marraine parfaite. Isaac passe ses bras autour de moi avant de déposer un baiser dans mon cou. J’adore voir ces petites étincelles dans ses yeux lorsqu’il me regarde. Il n’y a pas énormément d’hommes qui aiment les rondeurs d’une femme enceinte. Je sens bien que ça ne dérange pas le mien, bien au contraire.

La sonnette retentir de nouveau et cette fois c’est moi qui vais ouvrir. C’est ma mère. «Coucou maman !». Elle m’entoure de ses bras comme elle peut avant de me faire un bisou, puis elle me donne les paquets pour Théa, que je puisse les poser quelque part le temps que tout le monde soit arrivé.

Il ne manque plus de Malèa. J’aurai bien invité Nathan pour cette journée importante, mais je sais qu’il n’aurait pas été le bienvenue rapport à mon fiancé. Une fois tout le monde arrivée, Théa peut ouvrir ses paquets. Elle est excitée comme une puce, et pousse ses fameux petits cris de joie, c’est juste adorable. Et ça a l’air de faire rire tout le monde. Rapidement elle commence à dire son mot fétiche, et à le répéter. «Dato dato dato...». «Ah oui. Depuis hier, Théa dit gâteau sans s’arrêter une seconde. Je me demande si elle le dit pas aussi dans son sommeil.». C’est juste trop mignon, mais j’aurai évidemment préféré qu’elle commence par dire papa ou maman.

Les paquets enfin déballés, on peut se mettre à table. Il ne faut pas que l’on traîne trop, mon rdv chez le gynéco est à 16h, et je sais que les repas d’anniversaire ont tendance à s’éterniser. Ma mère me demande justement : «Tu as pas un rendez vous chez le gynéco bientôt ?» «Oui, c’est tout à l’heure à 16h». «Alors, vous préférez que ce soit une fille ou un garçon ?». Je me tourne vers Isaac et lui offre un sourire amoureux. Je le laisse répondre. Je sais déjà sa réponse, on en a déjà parlé plus d’une fois, on aurait même le prénom si c’était un garçon...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   Dim 15 Déc - 1:27





Pas facile de vivre avec une femme enceinte...


Assis à la table de la cuisine, ma chérie sur mes genoux, je regarde ma petite fille qui est en train de répéter son premier mot à tue-tête dans la maison. Dato. J’aurais tellement aimé qu’elle dise papa en premier. Cela aurait été ma plus grande fierté. Parce que j’ai tellement fait pour elle, je me suis tellement battu pour elle, pour qu’elle est une vie parfaite. Je ne veux pas le dire à Shanae, mais voilà… Cela me blesse un peu plus que je ne le voudrais au final. Je ne dis rien à ma fiancée pour autant et lui fais simplement crois que je boude un peu. En réalité, je me prends pas mal de chose en pleine figure en seulement cinq minutes. Je me rends compte que l’on ne m’as sans aucun doute jamais regardé comme nous sommes en train de regarder Théa avec Shanae. Jamais on m’a dit ce qu’avais bien pu être mon premier mot, je suis persuader que mes parents ne m’ont même pas applaudi lorsque j’ai fait mes premiers pas. Cela fait un peu mal de faire ce genre de constat. Je me dis également que cela a été la même chose pour ma petite sœur. Parce que j’étais bien trop jeune pour faire cela pour elle. J’ai été fier pour d’autres choses pour elle, mais bien plus tard. Enfin. Je reviens violement sur terre lorsque je sens les lèvres de Shanae se poser sur ma tempe. Je tourne la tête vers elle et lui offre un petit sourire. Il ne faut vraiment pas que je pense à cela. Oui je n’ai pas eu la meilleure des enfances, mais aujourd’hui je suis un père de famille heureux et fier de sa petite famille. J’ai une femme qui m’aime et des enfants qui sont ma plus grande fierté. Pas besoin d’aller chercher plus loin.

***

Je tire sur le col de ma chemise et me regarde encore une fois dans le miroir. Shanae a voulu que je me rase, mais j’ai un peu triché. Je n’aime pas être rasé de près, je trouve que cela me donne un visage de bébé. Là on dirait juste que j’ai une barbe de trois jours, mais plutôt bien tailler, enfin je crois. Mais ce qui m’énerve c’est que Shanae m’as demandé de porter une chemise. On fête juste l’anniversaire de Théa. Je pensais mettre un tee-shirt et un jean, mais non ma chérie en avait décidé autrement. Elle ne peut pas vraiment mettre ce qu’elle veut à cause de son ventre de femme enceinte et je sais que cela la frustre quelque peu. Hier soir elle a passé plus d’une heure à me faire un défiler pour savoir ce qu’elle allait bien pouvoir porter aujourd’hui et bien entendu elle avait choisie mes propres fringues. Enfin. Je me regarde donc dans le miroir et soupire. Je suis vraiment tirer à quatre épingles. Pas le temps d’aller râler, j’entends Shanae me dire : « Chéri tu vas ouvrir ? Ça doit être ma mère ! » Je passe ma tête dans la chambre de Théa et remarque que sa maman bataille un peu pour lui enfiler sa robe. Cela me fait sourire, mais je me dépêche pour aller ouvrir la porte. Je pensais voir ma belle-mère comme viens de me le dire Shanae, mais c’est Arya qui me saute littéralement dessus. « Salut ma belle. Tu va bien. » « Toi me parle pas, tu m’as bien eu hier soir. Je viens juste voir ma filleule. » Je lève les yeux au ciel alors qu’Arya me jette presque le paquet qu’elle avait dans les mains à la figure. Je suppose qu’il s’agit d’un cadeau pour Théa et vais le poser sur la table du salon. Finalement je discute un peu avec ma meilleure amie quand Shanae et Théa finisse par nous rejoindre. Ma princesse est tellement belle dans sa petite robe. Arya prend tout de suite sa filleule dans ses bras et la couvre de bisous. De mon côté, je vais me blottir vers Shanae.

Rapidement tout le monde arrive à la maison. Je me retrouve entourer par des femmes. Ma sœur est là aussi. Elle m’a à peine dit bonjour et ne parle en réalité qu’à sa nièce et ma meilleure amie. Je préfère ne pas relever, je veux juste qu’elle soit là pour Théa, c’est tout. On en vient vite à l’ouverture des cadeaux. Je crois que je n’ai jamais vu ma princesse aussi exciter. Elle ne sait même plus où donner de la tête. Elle a bien conscience que tous le monde la regarde et nous fait aussi son petit show. Elle a le droit a des poupées, une dînette et une nouvelle peluche de Winnie l’ourson qui est un peu son favori depuis toujours. Mais bien entendu la Barbie devient tout de suite sa nouvelle copine, elle ne veut déjà plus la lâcher. Je prends Théa sur mes genoux et lui montre la robe de sa poupée. Elle a les yeux écarquillés et sans que j’ai le temps de comprendre le pourquoi du comment elle vient me faire un bisou. « Je t’aime ma princesse. Bon anniversaire. » lui dis-je tout doucement. « Dato. » Non mais elle le fait exprès ou quoi ? Je lève les yeux au ciel alors que Shanae rigole. « Ah oui. Depuis hier, Théa dit gâteau sans s’arrêter une seconde. Je me demande si elle ne le dit pas aussi dans son sommeil. » « La première qui lui fait dire papa aura le droit à ma reconnaissance éternelle. » ajoutais-je en riant quelque peu.

On finit par passer à table et la conversation continue à bon train. La maman de Shanae l’interroge un peu sur sa grossesse et bien entendu Sha parle du rendez-vous que nous avons dans quelques heures. « Alors, vous préférez que ce soit une fille ou un garçon ? » Je vois le regard de ma chérie se tourner vers moi et un immense sourire se dessine sur mon visage. « Un garçon ! » Oui j’y vais de bon cœur en disant cela, mais c’est parce que j’aimerais vraiment que l’on ai un petit bonhomme. « Je n’ai absolument rien contre vous les filles, mais un petit garçon ce serait vraiment bien. » Je rigole, mais m’arrête rapidement en remarquant que ma petite sœur lève les yeux au ciel. Quoi ? Je préfère ne pas la questionner et nous continuons le repas. Bien entendu le sujet principal est Théa, mais aussi notre futur bébé et puis finalement notre futur mariage et là tout va très vite. Lana sort son téléphone de sa poche le regarde un instant et finis par ce lever. Elle va embrasser Théa et finis par me regarder. « Désolée je dois y aller. » Je fronce les sourcils, mais déjà elle est en train de récupérer son sac. Shanae m’envoi un regard noir qui veux tout simplement dire : va parler à ta sœur idiot ! « Cherche pas à me suivre Isaac. » Au moins cela a le mérite d’être clair. D’un seul coup, je me sens honteux. Ma belle-mère me regarde et m’offre un petit sourire alors que je me lève et vais me réfugier dans la cuisine. Je n’aime pas cette situation, mais voilà… Chez les Fitzgerald on est vraiment trop fier. Shanae finis par me rejoindre et je baisse les yeux. « Ca va t’inquiète pas. »

***

« On devrait pas en avoir pour très longtemps. Vous êtes sûr que ça ira. » « Déjà après six ans il va falloir que tu arrête de me vouvoyez Isaac et tout ira bien. » Je souris à ma belle-mère et enfile mon manteau alors que Shanae m’attends déjà impatiemment dans l’entrée. Arya a finis par rentrer chez elle et la maman de Sha reste à la maison pour surveillez Théa le temps de notre rendez-vous chez le gynécologue. Je rejoins ma chérie et finis donc par la conduire jusqu’à la clinique. On se retrouve dans la salle d’attente et je fixe le mur en face de moi. Je suis un peu fatigué et je ne cesse de penser à ma petite sœur. Mais très rapidement, le médecin viens nous chercher et on entre dans son cabinet. La femme a un air assez… Grave. Je n’aime pas trop cela, mais je me tais. Parce que comme souvent elle va plus parler à Shanae.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   Mer 18 Déc - 17:42





Pas facile de porter la vie...


Le sourire d’Isaac quand je lui montre sa fille dans sa jolie robe, en vaut le détour. J’adore voir ses yeux briller quand il regarde sa fille, c’est tellement le bonheur. Arya récupère sa filleule dans ses bras ce qui me fait esquissez un petit sourire. Même si on n’est pas les meilleures amies du monde, je ne peux pas nier qu’Arya a toujours été une marraine parfaite pour Théa depuis deux ans.
A peine quelques dizaines de minutes plus tard, tout le monde est à la maison, et on peut commencer les festivités. Théa est dans tous ses états avec tous ces cadeaux devant elle, elle ne sait plus où donner de la tête. Les papiers cadeaux volent et elle répète le seul mot qu’elle connait, ce qui me fait pouffer de rire.
« La première qui lui fait dire papa aura le droit à ma reconnaissance éternelle. ». ajoute Isaac avec un petit sourire au coin des lèvres. Je sais qu’il aimerait qu’elle dise papa en premier, enfin, si on oublie gâteau évidemment. Je ferai de mon mieux pour que ce soit le cas. Généralement les mamans ont tendance à vouloir absolument que leur enfant dise ‘maman’ en premier, mais moi je voudrais qu’elle dise d’abord ‘papa’, déjà parce qu’il le mérite, et que j’ai tellement hâte de voir la fierté dans ses yeux brillants au moment où elle lui dira droit devant lui.

Les cadeaux déballés, nous partons à table pour partager tous ensemble le repas que j’ai préparé pendant toute la matinée. J’ai essayé de faire au mieux. Je sais que tous les gens qui se trouvent autour de cette table ne me portent pas spécialement dans leur coeur, hormis ma mère et mon futur mari, mais je me contente de faire de mon mieux, toujours, pour être la future épouse et la mère parfaite. Je ne veux pas attirer les foudres sur moi, c’est fini ce temps là. J’ai juste envie qu’on nous foute la paix et qu’on arrête de me juger, de nous juger. J’aime Isaac du plus profond de mon être et je sais que je ne le laisserai une seconde fois pour rien au monde.

Ma mère me sort de ma bulle en nous demandant si on préfèrerait avoir un garçon ou une fille. La réponse de mon fiancé est sans appel. « Un garçon ! ». J’éclate de rire avant de mettre ma serviette devant ma bouche pour aténuer le son de mon rire.  « Je n’ai absolument rien contre vous les filles, mais un petit garçon ce serait vraiment bien. ». Je le comprends en même temps. Encore aujourd’hui, il est le seul homme. Ma mère a l’air de comprendre aussi. Quand à Lana, elle a l’air complètement ailleurs, ou même saoulée par la conversation. Rapidement elle se laisse déconcentrer par son téléphone et finit par se lever. Je la suis du regard, elle va chercher son manteau et vient déposer un bisou sur la joue de Théa. « Désolée je dois y aller. ». Je sens qu’Isaac hésite un instant à se lever pout aller lui parler, et je l’incite à suivre son instinct, en lui disant tout bas, accompagné d’un petit coup de coude. «Allez qu’est-ce que tu attends !» Et au moment où Isaac va pour se lever, Lana prends les dessus. « Cherche pas à me suivre Isaac. ». Elle lui lance un regard et finit par quitter les lieux. Je sais que cette situation ne plait pas à Isaac, il aime trop sa soeur pour que tout ça rester comme ça l’est actuellement. D’ailleurs, surement un peu vexé, il va se réfugier dans la cuisine où je le rejoins rapidement, un lourd silence s’étant installé dans la pièce. Avant même que je n’ai eu le temps d’ouvrir la bouche, Isaac répond à ma question : « Ca va t’inquiète pas. ». Je sais que ce n’est pas le cas, et je me promets de le pousser à faire quelque chose pour que les choses changent. Je passe simplement une main dans son dos et dépose un baiser sur son épaule, qui est juste à ma portée, avant de retourner dans le séjour.

***

« On devrait pas en avoir pour très longtemps. Vous êtes sûr que ça ira. » « Déjà après six ans il va falloir que tu arrête de me vouvoyez Isaac et tout ira bien. ». J’entends Isaac discuter avec ma mère le temps que j’enfile mon manteau. Ils me font rire tous les deux, ça fait 6 ans que ça dure, elle le supplie de la tutoyer mais il n’y arrive pas. Je dépose un baiser sur la joue de ma mère, puis celle de ma fille. «A tout à l’heure maman, tu peux la mettre au lit un peu, je pense qu’elle est fatiguée, et au moins t’auras pas à lui courir après !».

Je prends la main d’Isaac et nous nous dirigeons vers la voiture pour aller jusqu’à la clinique. On est pensifs, tous les deux, je sais qu’il pense à Lana, je ne peux pas lui en vouloir. Une fois dans la salle d’attente, je pose ma main sur sa cuisse et finis par lui dire, d’une petite voix «T’inquiètes pas chéri, je suis sûre que ça va s’arranger... vous vous aimez trop pour que ça dure cette situation.». Le petit sourire qu’il me tend semble un peu plus apaisé que tout à l’heure. Il sait bien que Lana et moi ne sommes pas les meilleures amies du monde, et pourtant, je sais qu’elle est importante pour lui, et c’est pour ça que je ne compte pas me mettre entre eux, au contraire, je sais qu’il se sentira mieux quand leurs différends seront réglés.La gynéco nous appelle et nous fait finalement entrer. Je suis excitée à l’idée de savoir le sexe du bébé.

Une fois installée sur la table, le gel sur mon gros ventre, elle pose l’appareil et le bébé apparait à l’écran. Il a bien grandit depuis la dernière fois, on discerne beaucoup mieux ses formes, sa tête, ses jambes, tout. «Alors comment va-t-il ? Ou elle...». «Il se porte comme un charme, deux bras, deux jambes, cinq doigts de chaque côté, et.... ah non... pas de petit zizi.». Elle m’a fait un faux espoir. Je tourne la tête vers Isaac qui semble forcément un peu déçu. Je serre doucement sa main, et il s’efforce de me sourire malgré la déception. «Et son coeur, tout va bien ?». «On va écouter ça?». Elle met le haut parleur et on entend son petit coeur se mêler au mien. Ça fait bizarre de réentendre ça.

La gynéco me pose quelques questions en rapport avec mon cancer, mais comme tout va bien, je n’ai aucune crainte. Elle finit par nous donner la photo de l’échographie et on peut sortir de la clinique. Une fois dehors, j’attrape la main d’Isaac pour le freiner dans sa course vers la voiture, et je me mets dans ses bras. «Tu es pas trop déçu ? C’est pas grave, le 3ème ce sera un garçon ?». Voilà que je retrouve enfin un semblant de sourire. Je préfère ça... !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   Sam 21 Déc - 18:54





Pas facile de vivre avec une femme enceinte...


Ma fille est définitivement la plus belle dans sa petite robe. Depuis qu’elle est revenue Shanae as littéralement dévalisé les magasins de la ville pour acheter des vêtements à Théa et il est clair qu’elle a de bien meilleurs goût que moi en question de mode. Théa semble toute heureuse dans sa belle robe. C’est limite si elle ce met pas à tourner devant moi comme pour me dire « t’as vu comme je suis belle Papa. ». Mais elle n’as pas vraiment le temps de faire autre chose qu’elle ce fait attraper par sa marraine. Je me souviens avoir légèrement imposé le nom d’Arya quand on avait commencé à discuter parrain/marraine pour Théa. Je sais que ma chérie ne s’entend pas spécialement avec ma meilleure amie, mais elle avait accepté et je vois bien dans ses yeux aujourd’hui qu’elle ne le regrette pas. Très rapidement ma belle-mère arrive et me lance un petit sourire tandis que je lui fais la bise. La dernière fois que l’on c’est vu, elle m’a trouvé en caleçon en train d’embrasser langoureusement sa fille. J’ai beau la connaître depuis six ans, je ne me remets pas de cet épisode de honte. Visiblement cela la fait rire. Enfin. Elle rapidement suivi par ma petite sœur qui m’adresse à peine un regard. L’ambiance va être sympa entre nous, je le sens… Mais pour le moment, je préfère ne pas m’en soucier. Le plus important c’est Théa et surtout ses cadeaux. Je ne l’ai jamais vu aussi excitée. Elle déchire les papiers cadeaux avec ses petites mains et applaudis dès qu’elle découvre ce que renferme le paquet. Je la regarde tendrement dans mon coin tandis que les filles s’extasient un peu avec elle. Mon bébé a un an. Je crois qu’il va me falloir quelques jours pour digérer cela. Elle a grandis tellement vite. Ma belle-mère semble voir mon désespoir puisqu’elle finit par se lever pour venir se poser à côté de moi. « Tu peux être fier de ta petite famille. » me dit-elle doucement. Si je n’étais pas aussi timide avec elle je crois que je l’aurais directement pris dans mes bras. Elle ne peut pas savoir a quel point cela me touche d’entendre cela de sa part. Je lui offre un petit sourire et décide de rejoindre ma fille pour partager son moment de bonheur.

On finit par passer à table pour déguster le repas que Shanae nous as concocté toutes la matinée. Comme toujours c’est délicieux et celle qui semble le plus se régaler n’est autre que Théa qui en a un peu de partout. Mais aujourd’hui on ne lui dit rien. On la laisse faire. Elle est la reine de la journée après tout. Malgré tout de temps en temps je récupérer sa cuillère pour l’aider à tout mettre dans sa bouche plutôt que sur ses genoux. De sa chaise haute elle domine un peu la table et regarde tout son petit monde en souriant. Je me demande bien à quoi elle peut penser à cet instant précis. Bien entendu elle répète le seul mot qu’elle connaît à tue tête tandis que l’on essaye de faire la conversation à table. Etonnamment Arya semble avoir mis sa rancune envers Shanae de côté et discute tranquillement avec elle. La seule qui ne parle pas est Lana. Elle reste dans son coin, elle nous regarde à peine et finis par jouer avec son téléphone. Elle n’est plus une ado, je ne vais pas lui dire de poser son portable, mais ça me démange. De toute manière, je n’ai pas le temps de faire une remarque qu’elle décide de quitter la maison. En moins de deux minutes elle a pris la fuite en me faisant remarquer de ne pas la suivre. Je suis blesser par l’attitude de ma sœur et pour cacher ma peine je préfère aller me réfugier dans la cuisine. Bien entendu Shanae n’as pas besoin de discours de ma part pour comprendre ce qui se passe et elle me rejoint très rapidement. Sa main dans mon dos me fait du bien. Elle n’a pas besoin de parler pour que ça aille mieux.

Quelques heures plus tard, et après que Théa est souffler ses bougies et barbouillé ses joues de gâteau, Arya finis par quitter la maison en me faisant promettre de l’appeler pour me dire si on allait voir un garçon ou une fille. Finalement il ne reste plus que ma belle mère à la maison, elle c’est tout de suite proposer pour surveiller Théa parce qu’il est vrai que notre princesse n’aime pas trop être avec nous pour les rendez vous médicaux de sa maman. Puis ce sera bien plus pratique pour nous. On finit par quitter la maison en amoureux et tout de suite Shanae attrape ma main. Même dans la voiture, elle ne me lâche pas. Cela me fait sourire. On a aucun soucis à ce faire, mais contrairement à la première fois, on ce fait plus de souci pour cette grossesse, parce qu’on a peur que le cancer ce pointe à nouveau. Alors oui nous sommes vraiment silencieux. Puis je ne cesse de penser à ma petite sœur qui doit être en train de me détester chez elle et sans aucun doute en train de me traiter de tous les noms. Je la connais par cœur. Shanae pose sa main sur ma cuisse et je tourne doucement la tête vers elle. « T’inquiètes pas chéri, je suis sûre que ça va s’arranger... vous vous aimez trop pour que ça dure cette situation. » Je lui offre un petit sourire et retourne assez rapidement dans mes pensées. Jusqu’à ce que la gynécologue vienne nous chercher. Comme toujours je me fais discret dans le cabinet de la professionnelle, parce que je ne me sens jamais vraiment à ma place ici. Je suis juste le papa alors je préfère laisser Shanae s’exprimer sur sa santé et ses états d’âmes du moment. Finalement elle s’installe et dévoile son bidon qui, je dois l’avouer, deviens de plus en plus rond. Rapidement notre petit bébé apparaît sur l’écran du moniteur. Comparer à la dernière fois, je peux clairement voir sa petite tête, ses bras et ses jambes. Cette vision me fait sourire. J’essaye d’en voir un peu plus, mais je ne suis pas assez doué pour cela. Alors je me contente de regarder le médecin. Bon. On va avoir un garçon ou pas ? « Alors comment va-t-il ? Ou elle... » « Il se porte comme un charme, deux bras, deux jambes, cinq doigts de chaque côté, et... Ah non... Pas de petit zizi. » La nouvelle tombe d’un seul coup, ce sera donc une petite fille. Je crois que j’ai un peu de mal à cacher ma déception. Je me suis tellement mis en tête que l’on pourrait avoir un garçon. Pourtant lorsque Shanae se tourne vers moi je lui offre un petit sourire. Je ne vais pas en faire un drame. Fille ou garçon j’aimerais mon bébé de la même façon. Mais bon… On avait trouvé un prénom pour un petit mec et tout. Enfin il ne faut pas que je pense à cela. On nous fait écouter le cœur de notre petite princesse et le médecin interroge un peu Shanae sur son cancer avant que le rendez vous se termine.

En sortant du cabinet je n’ai qu’une seule idée en tête : rentrer chez moi. Je veux voir ma fille et ne plus rien faire de la journée. Cette histoire avec ma sœur me prend la tête et puis je suis quand même déçu de ne pas avoir appris que l’on attendait un petit garçon. Mais avant que je n’atteigne la voiture Shanae me rattrape par la main et viens se blottir contre moi. Je la prends dans mes bras et soupire un peu. « Tu es pas trop déçu ? Ce n’est pas grave, le 3ème ce sera un garçon ? » Sa remarque me fait sourire. Elle nous en prévoit déjà un troisième et dans le fond cela me touche. « On verra. Mais ne t’inquiète pas. Une nouvelle princesse c’est bien aussi. » Je sais que je ne dois pas être le plus convaincant du monde, mais bon. Je fais de mon mieux. On reste un moment comme cela l’un contre l’autre et finalement je décide de nous ramener à la maison. En rentrant je remarque que Théa n’as pas laissé sa mamie tranquille. Pourtant elle montre des signes de fatigues en mettant son pouce dans sa petite bouche. « Tu viens faire un câlin ma puce ? » Elle attrape son doudou et se dandine jusqu’à moi. Je la prends dans mes bras et finis par m’installer dans le canapé avec elle. C’est toujours sa journée d’anniversaire alors je lui mets son dessin animé préféré, un truc de princesse bien entendu. Théa se blottit contre moi et je lui fais un gros câlin. Je crois que j’ai besoin de ça. J’entends Shanae dire à sa mère qu’elle sera de nouveau la grande mère d’une petite puce. Les deux femmes discutent un bon moment et finalement ma belle mère s’en va et Sha nous rejoins sur le canapé. Théa est en train de s’endormir contre moi et je caresse doucement son petit dos. Je vois bien que Shanae semble inquiète à côté de moi et je lui ouvre également mes bras pour qu’elle vienne se blottir contre moi. « Entouré de toutes mes petites femmes. » dis-je en riant quelque peu. C’est vrai que je ne suis pas à plaindre non plus. J’embrasse Shanae et Théa et finis par me détendre quelque peu. Je les aime mes femmes, futur garçon ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mes hormones font de moi celle que je ne suis pas ♤ Shasey
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Que font les autorités haitiennes ?
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-