NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 I love the way you lie » Fitzgerald's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: I love the way you lie » Fitzgerald's   Mar 17 Déc - 13:42





I love the way you lie


Cela fait trois jours que j’ai l’impression que rien ne va. Je m’énerve pour un rien et pour une fois cela n’as aucun rapport avec Shanae et ses hormones. Justement. La jeune femme supporte plutôt ma mauvaise humeur depuis l’anniversaire de Théa. Déjà parce que je dois l’avouer, je suis un peu déçu d’avoir appris que nous attendons une nouvelle petite fille. Enfin ce n’est rien de bien grave, mais je crois que je m’étais trop mis en tête que l’on allait avoir un garçon et du coup j’ai pris une grande déception en pleine figure. Mais il est clair que ce n’est pas le problème principal. Non. Ce qui m’énerve le plus c’est ma relation actuelle avec ma petite sœur. Depuis qu’elle a appris pour la grossesse de Shanae, rien ne va plus entre nous. Je sais que je n’aurais pas dû lui dire les choses de cette façon. Elle aurait pu rester à la maison jusqu’à la naissance de bébé, mais non. Je me suis mal exprimer et avec son sale caractère Lana a fait ses cartons en moins d’une semaine et a disparue de la maison. Depuis on ne se parle plus. Elle est revenue à la maison pour l’anniversaire de Théa, mais elle est partie en un coup de vent tout simplement parce que l’on parlait de notre futur avec Shanae. Oui elle a fait un beau cadeau à sa nièce, oui elle a été là pour elle, mais lorsque j’ai voulu la rattraper pour ne pas qu’elle parte elle m’a demandé de ne rien faire. Depuis je me remets sans cesse en question. Nous n’avons aucune famille avec Lana. Je suis son seul point d’attache et elle est le mien. Oui désormais je suis fiancé, heureux, amoureux et papa. Mais ma sœur est toute ma vie, je ne veux pas la perdre pour quelque chose d’aussi stupide. Cela me prend tellement la tête et mobilise toutes mes pensées que je ne fais plus vraiment à ce que je fais dans la maison. La preuve je viens de mettre la bouteille de lait dans le placard au lieu du frigo. Je sens la main de Shanae se poser sur la mienne et je tourne la tête pour croiser son regard. « Va la voir Isaac. J’en ai marre de te voir errer dans la maison depuis l’anniversaire de Théa. » Sans rien dire, je me contente d’hausser les épaules et prends ma chérie dans mes bras. J’aime quand elle me soutient de cette manière. Des fois, je me dis que je serais tout de même un peu perdu sans elle. Je pose ma main sur le ventre arrondi de la jeune femme et bébé donne un petit coup de pied. Cela me fait sourire. « J’irais tout à l’heure. » dis-je doucement. « Je vais emmener Théa au parc tu veux venir ou te reposer un peu ? » « Prends un moment avec ta fille. » Je l’embrasse tendrement et vais chercher ma petite princesse pour l’habiller et l’emmener un peu au parc.

La journée touche à sa fin, Théa à passer l’après-midi à courir dans le parc en passant du toboggan, à la balançoire et tout le reste. Depuis qu’elle marche, elle court dans tous les sens et ce fatigue encore bien plus qu’avant. Cela me fait toujours chaud au cœur. Elle a tellement couru qu’elle a finit par s’endormir dans la poussette en rentrant à la maison. Je l’ai laissé se reposer un petit moment avant de l’emmener dans la salle de bain pour lui donner son bain. Shanae commence à avoir du mal à porter Théa sans ce faire mal au dos. Alors je préfère m’occuper de cela pendant que Shanae s’active déjà pour préparer le dîner. Une fois Théa douché et mise en pyjama je la redescends au premier pour la confier à sa maman. « Je vais voir Lana. Mangez sans moi, je ne sais pas vraiment quand je rentre. Je te tiens au courant. » Shanae viens m’embrasser et me serre fortement dans ses bras. Je sais que cela veut tout dire. J’embrasse ma fille et finis par récupérer ma veste en cuir pour me rendre chez ma sœur. Elle m’avait au moins donné sa nouvelle adresse. Elle a trouvé une colocation avec une de ses amies apparemment. Dans le centre de Town Square. Je préfère y aller à pied. Cela me laisse le temps de réfléchir à ce que je vais bien pouvoir lui dire, parce qu’il faut avouer que je n’ai pas vraiment de plan d’attaque. Je veux juste crever l’abcès. Je veux qu’elle me parle. Je sais que je vais en prendre plein la tête, mais je dois dire qu’à ce moment précis, je m’en fiche. Je préfère qu’elle me hurle dessus au moins cela veut dire qu’elle m’en veut, mais pas au point de ne plus jamais me voir. Enfin j’espère. Je ne supporterais pas de voir ma sœur s’éloigner. J’ai conscience de ne pas toujours avoir écouté ses conseils, mais je suis heureux avec ma famille et je voudrais qu’elle le soit avec nous. Tout simplement. Et puis j’aimerais lui dire quelque chose aussi. Enfin. Je vais déjà voir si elle a envie de me voir.

Devant la porte j’hésite un petit instant et finis par frapper. Pas de réponse, mais j’entends du bruit dans l’appartement. Je frappe à nouveau et une jeune femme qui n’est pas ma sœur finis par m’ouvrir la porte. « Bonjour. Lana-Joy est ici ? » « Vous êtes ? » « Son frère. » Enfin si elle veut bien encore m’appeler comme cela. Je vois la demoiselle hésitez et finir par fermer un peu la porte sans aucun doute pour aller chercher ma petite sœur. Moins de deux minutes plus tard, je remarque la silhouette de ma sœur. Elle s’active et finis par apparaître dans l’encadrement de la porte, son sac à la main. Elle n’a même pas le temps d’ouvrir la bouche que je comprends déjà ce qu’elle va faire. Elle finit tout de même par parler pour me servir une excuse bidon. Cette fois je vois rouge. Je veux bien la laisser s’échapper une fois pour ne pas faire de scandale le jour de l’anniversaire de ma fille, mais il ne faut pas me faire le coup une deuxième fois. Cette fois j’attrape Lana par le bras et la force à se tourner vers moi. « Je veux juste que l’on discute Lana. » Son regard veut tout dire. Elle m’en veut bien plus que ce que j’ai pu imaginer. Sa colocataire nous regarde sur le seuil de l’appartement et je crois qu’on lui lance un regard noir en même temps puisqu’elle disparaît en quelques secondes. « Je sais que tu m’en veux et je crois que t’as tous les droits pour ça, mais il faut qu’on arrête. Tu me manque et je ne veux pas que l’on se dispute pour ça. » Je soupire un peu et plonge mon regard dans celui de ma petite sœur. « Tu veux bien m’accorder un peu de temps ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Mer 18 Déc - 18:20





I love the way you lie


Affalée dans le canapé, les jambes croisées, je secoue ma jambe nonchalamment tout en entourant les annonces susceptible de m’intéresser dans le journal. Lunettes au bout du nez, je suis concentrée. Je sais que je pourrai demander de l’aide à mon frère. Après tout, il tient un bar, ce n’est pas la première fois que je bosserai pour lui. Pendant mes études, j’ai fait des centaines d’extras quand il avait besoin d’aide. Je suis une bonne serveuse. Et maintenant que j’ai besoin d’argent, je pourrai lui demander de bosser pour lui histoire de me remettre à flot. Mais après tout, c’est lui qui m’a jetée de chez lui, ce n’est quand même pas moi qui vais revenir vers lui la bouche en coeur. J’ai quand même assez de fierté pour ne pas me laisser marcher sur les pieds. J’adore mon frère, je l’aime, plus que je n’ai jamais aimé personne, mais y’a des fois où je ne peux passer par dessus certaines choses ou certains comportements.

Qu’ils aient un autre bébé avec sa future femme est une chose, mais qu’il me dégage de chez lui parce qu’ils ont besoin de la chambre, c’en est une autre. Je me retrouve en galère à cause de ça, à cause de lui, et je lui en veux. J’ai été là pour lui quand il en a eu besoin, et maintenant que j’ai fini mon école de journalisme, et que je dois trouver du boulot, je me retrouve seule, dans un appart’ avec un mec que je ne connais même pas. Ça n’est qu’un coloc certes, mais ça n’empêche que ce n’est pas super prudent non plus.

Depuis l’anniversaire de ma nièce, je n’ai plus donné aucune nouvelle à Isaac, je suis partie de chez lui comme un courant d’air, et plus rien. Il n’a pas non plus cherché à savoir où j’étais, ce que je faisais. J’ai l’impression que depuis que Shanae est revenue, je suis transparente pour Isaac, et ça me fait un mal de chien.

Je finis par balancer mes lunettes sur la table basse et je me lève pour aller dans ma chambre. Heureusement, c’est un appartement 3 pièce et nous avons chacun notre chambre. Je n’aurai pas supporté dormir dans un salon pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Je commence à me préparer pour sortie, je vais aller voir ma meilleure amie, j’ai besoin de parler, et de me défouler un peu. Quelqu’un sonne à la porte, je laisse mon coloc aller  ouvrir, avant d’entendre : «Lana c’est pour toi..» «Ah ouai qui ?». Je sors de ma chambre d’un air enjoué que quelqu’un ait pu venir me voir ici, et je devine la silhouette de mon frère dans la porte entre ouverte. Je soupire largement et prends mon sac avant de m’avancer vers la porte, l’ouvrant d’un air assuré. «J’ai pas le temps Isaac, j’ai ... un rendez vous.». Je passe à côté de lui et me dirige vers les escaliers mais il me rattrape vite, m’empoignant par le bras. Je retire son étreinte d’un coup sec en frinçant les yeux en sa direction. «Arrête tu m’fais mal. Tu crois que c’est comme ça que je vais avoir envie de te parler ?». Je sais que mon frère n’est pas violent. Enfin, il peut l’être mais jamais envers des gens, et encore moi des gens qu’il aime.  « Je veux juste que l’on discute Lana. ». Je serre la mâchoire fermement, j’ai envie de tout lui envoyer à la gueule, lui dire combien j’ai mal de ce qu’il m’a fait, même si je sais qu’il ne me voulait pas de mal. Mais c’est là, c’est en moi, et je lui en veux malgré tout.

« Je sais que tu m’en veux et je crois que t’as tous les droits pour ça, mais il faut qu’on arrête. Tu me manque et je ne veux pas que l’on se dispute pour ça. » . «Pour ‘ça’ ?». Je mime les guillemets avec mes doigts, avant de reprendre, sur un ton légèrement énervé. «Mais c’est pas juste ‘ça’, c’est pas un caprice de gamine Isaac. Tu m’as fait mal, t’en es conscient ? Moi non plus ça m’enchante pas cette situation mais tu m’as pas donné le choix.». Je suis sèche, j’ai souvent eu du mal à lui parler comme ça, parce que c’est mon frère et parce que je l’aime, mais parfois il faut savoir ne pas se laisser faire. Et en plus de ça, j’ai même pas assez d’argent pour renouveler mon traitement qui atténue les symptomes de ma maladie. Alors je suis du genre très irritable depuis quelques jours. « Tu veux bien m’accorder un peu de temps ? ».

Je le regarde longuement. En même temps, comment lui dire non ? Je ne vais pas lui griller cette chance de se rattraper. Je croise mes bras fermement contre ma poitrine, et je soutiens son regard. «Je t’écoute.». Je n’ai pas envie de le laisser entrer chez moi. D’abord parce que ce n’est qu’à moitié chez moi, et parce que je pense que je vais avoir besoin de temps pour ça.

Je sens qu’il s’en veut de la façon dont il m’a mise dehors. Je ne sais pas s’il sait que je galère un peu niveau argent en ce moment, je n’ai pas spécialement envie de lui dire. Je sais que lui et sa future femme n’ont pas trop à se plaindre, il a son bar, et elle a toujours un salaire de sa compagnie aérienne, pour son ‘invalidité’ due à son cancer. Mais ce n’est pas pour autant que je vais aller quémander de l’argent, je ne suis absolument pas du genre. J’aurai été capable de lui demander du boulot, et encore, ça reste difficile, alors de l’argent n’en parlons pas...

Les bras toujours croisés, je le regarde me dire ce qu’il a à me dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Sam 21 Déc - 18:57





I love the way you lie


Ma petite sœur m’avait dit qu’elle avait trouvé un appartement en colocation. C’est à peu près la seule chose qu’elle m’avait dite d’ailleurs. Elle m’avait dit qu’elle allait vivre avec une jeune femme qu’elle connaissait de son école de journalisme ou je ne sais quoi. Je sais que je n’avais pas mon mot à dire, mais lorsque la porte s’ouvre sur un jeune homme je dois dire que j’ai un peu de mal à comprendre ce qui m’arrive. Il a l’air d’être chez lui vu sa tenue et son air surpris en me voyant frapper chez lui. L’espace d’un instant, je me demande si je ne me suis pas tromper d’étage ou même de porte. Mais visiblement non puisque lorsque je prononce le prénom de ma petite sœur le jeune homme commence à regarder derrière lui avant d’appeler Lana. Donc ma sœur vit avec un homme. Je sens mon côté protecteur remonter en flèche d’un seul coup. Lana est ma petite sœur, j’ai toujours tout fait pour elle. Nos parents ne ce sont jamais occupé de nous et j’ai été celui qui était toujours derrière Lana pour être sûr que tout ira bien pour elle. J’ai toujours plus ou moins surveillé ses fréquentations. Je me souviens de la première fois où elle a ramené un homme à la maison. Le pauvre il doit encore me déteste à l’heure qu’il est. Je lui avais fait subir un véritable interrogatoire et vous pouvez être sûr que son colocataire va subir le même plus tard. Pour le moment, je suis là pour voir ma petite sœur et pour lui parler. J’entends du bruit dans l’appartement et d’un seul coup Lana apparaît dans l’encadrement de la porte, manteau sur le dos, sac à la main. Prête à fuir. Je la regarde de la tête aux pieds et attends son excuse bidon. « J’ai pas le temps Isaac, j’ai... Un rendez-vous. » Je fronce les sourcils et la regarde me passer devant sans honte. Parce qu’elle croit qu’elle va s’en sortir de cette manière ?

Je l’attrape par le bras pour la retenir et tout de suite Lana se tourne vers moi en me fusillant du regard. C’est déjà mal parti je le sens… « Arrête tu m’fais mal. Tu crois que c’est comme ça que je vais avoir envie de te parler ? » Elle m’énerve. Bordel. Elle n’est pas une Fitzgerald pour rien elle. Je déteste me relier à mes parents, mais il est clair que notre père avait ce foutu caractère qui est le notre. Je finis par lâcher le bras de ma petite sœur pour ne pas envenimer la situation et la regarde croiser les bras devant moi. Parce qu’elle croit qu’elle m’impressionne ? Il faut qu’elle se souvienne tout de même que je suis le seul à la connaître par cœur. Mais encore une fois je préfère me taire pour ne pas envenimer la situation. Je lui fais simplement comprendre que je voudrais que l’on discute tous les deux. Comme elle ne réagit pas ou presque pas, je finis par ajouter que je ne veux pas que l’on se dispute pour une broutille pareille. D’un seul coup, je vois ma sœur réagir. La colère ce lit littéralement sur son visage et je sens que je vais en prendre pour mon grade. « Pour ‘ça’ ? Mais ce n’est pas juste ‘ça’, ce n’est pas un caprice de gamine Isaac. Tu m’as fait mal, t’en es conscient ? Moi non plus ça ne m’enchante pas cette situation mais tu ne m’as pas donné le choix. » J’ai l’impression de me prendre une claque en pleine figure. J’ai fais mal à ma petite sœur… Je sens la culpabilité monter en moi. Je n’ai jamais voulu ça. Je n’ai jamais voulu blesser Lana, cela n’as jamais été mon but. Je sais que je n’ai pas été vraiment très diplomate dans cette situation, mais je n’ai jamais voulu tout cela et elle devrait le savoir. Lana est la première personne que je me suis mis à protéger dans ma vie et elle sera toujours la première qu’importe si désormais j’ai une autre vie qui m’attend à la maison. Parce que Lana est la seule à comprendre ce qui m’as toujours manqué et puis elle est ma petite sœur par conséquent elle sera toujours la première. Je voudrais répondre, mais avant de la voir partir en courant je lui demande si elle veut bien m’accorder cinq minutes. Juste pour que l’on discute tranquillement. « Je t’écoute. » Je soupire quelque peu et la regarde. Bon. Je n’avais pas vraiment prévu de faire cela sur son palier, mais j’ai comme l’impression qu’elle ne bougera pas tant que je ne lui aurais pas donné un minimum d’explications.

« J’ai jamais voulu te faire du mal Lana et j’espère que tu le sais. T’es ma petite sœur… » Je sais qu’elle n’aime pas que je lui rappelle cela, mais bon… Tant pis. Elle pourra s’énerver sur moi plus tard. « Je sais que je me suis mal exprimé quand je t’ai expliqué la grossesse de Shanae et tout le reste. C’est de ma faute, mais après tu n’as plus voulu m’écouter. On ne voulait pas que tu partes aussi rapidement. T’as encore quatre bon mois avant que ta nièce pointe le bout de son nez, tu aurais pu rester à la maison tu sais. Même après sa naissance, le temps que tu trouve quelque chose de bien pour toi. » Je sais qu’il faut que je me l’as joue fin sur ce coup là. Il ne faut pas qu’elle croit que je pense que tout est de sa faute. J’ai ma part de responsabilité dans son départ également. Parce que je sais parfaitement qu’elle n’apprécie toujours pas le retour de Shanae et tout le reste. Mais nous n’avons jamais eu le temps de parler de tout cela tous les deux et il serait peut être temps de le faire justement. « Je sais aussi que tu n’apprécie toujours pas le retour de Shanae et encore moins ce qui nous arrive, mais… Je ne sais pas parle moi en Lana. Quitte a se prendre la tête une bonne fois pour toute et oublier tout ça. J’en ai marre de pas pouvoir te parler et puis tu me manque. C’est un peu vide la maison sans toi… »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Lun 23 Déc - 15:19





I love the way you lie


Je lui en veux, je ne vais pas le cacher, et puis de toute manière je ne pourrai pas. C’est mon frère, il me connaît par coeur, et essayer de lui cacher quelque chose serait tout bonnement impossible. Même quand j’essaie de mentir ou de trouver une fausse excuse, ça sonne faux. Je n’y arrive pas c’est tout. Finalement, Isaac essaie de me retenir de gré ou de force. Je n’arrive pas a résister à ses petits yeux d’enfant battu. Il m’exaspère quand il fait ça, il sait que je lui donnerai le bon dieu sans confession.

Je croise mes bras et reste là sur le paillasson, je ne compte pas encore le laisser entrer chez moi, surtout que c’est chez Matt, et non chez moi. Enfin, c’est un peu chez nous du coup. « J’ai jamais voulu te faire du mal Lana et j’espère que tu le sais. T’es ma petite sœur… ». Je préfère ne rien répondre. Evidemment je me doute bien qu’il n’a pas voulu le faire exprès. Heureusement en même temps. C’est mon frère et je sais qu’il m’aime. Mais je ne veux pas lui pardonner ce qu’il m’a fait comme ça en un claquement de doigt.

« Je sais que je me suis mal exprimé quand je t’ai expliqué la grossesse de Shanae et tout le reste. C’est de ma faute, mais après tu n’as plus voulu m’écouter. On ne voulait pas que tu partes aussi rapidement. T’as encore quatre bon mois avant que ta nièce pointe le bout de son nez, tu aurais pu rester à la maison tu sais. Même après sa naissance, le temps que tu trouve quelque chose de bien pour toi. » «Je suis pas dépendante de toi Isaac, j'ai plus 10 ans. Et si je suis venue habiter chez toi c’était pour t’aider pendant que tu étais tout seul. Je suis restée c’était en attendant de voir si elle allait pas repartir...». Je sais que ça ne lui fait pas plaisir que je lui dise ça, je sais qu’il aime Shanae plus que de raison, mais j’emets toujours des réserves face à elle. «Tu vois j’ai pas eu besoin de toi pour me trouver quelque part où habiter !».

« Je sais aussi que tu n’apprécie toujours pas le retour de Shanae et encore moins ce qui nous arrive, mais… Je ne sais pas parle moi en Lana. Quitte a se prendre la tête une bonne fois pour toute et oublier tout ça. J’en ai marre de pas pouvoir te parler et puis tu me manque. C’est un peu vide la maison sans toi… ». Oui bon ok, il n’a pas tort. Et puis ça me touche un peu qu’il dise que c’est vide la maison sans moi. Je baisse les yeux et soupire légèrement. Quand je remonte mes yeux pour les plonger dans les siens, je sens qu’il a vraiment envie de parler. Je soupire une nouvelle fois et finis par faire demi-tour pour entrer dans l’appartement. Matt me regarde avec de grand yeux et je pointe mon index vers lui. «Toi, ta gueule !». Il éclate de rire et secoue la tête, avant de finalement prendre son manteau et quitter l’appartement.

Nous voilà enfin seuls. Je retire mon manteau et me laisse tomber dans le canapé, tout en regardant mon frère, sans dire un mot. Il s’assieds en face de moi. Je ne sais pas par où commencer. «Comment va ma nièce ?». Ok, c’est nul comme début. D’ailleurs sa réponse concise me le fait bien comprendre. Je soupire une fois encore. «Bon ok, ça m’enchante pas non plus cette situation, mais tu m’as pas laissé le choix. J’me suis sentie en trop quand tu m’as dit que vous alliez avoir besoin de la chambre pour le futur bébé. C’est pas super agréable de se sentir en trop quand on est à moitié chez soi. Enfin bref.»

Je n’aime pas me prendre la tête avec mon frère, mais parfois il faut prendre le temps de parler. «Et puis merde ! Déjà Théa c’était pas prévu, maintenant le 2ème, qui te dit qu’elle va pas partir une fois qu’elle sera parmi nous ?». Oui bon d’accord je suis remontée contre Shanae, tout le monde le sait, mais je n’arrive pas à lui redonner la confiance que j’avais en elle avant qu’elle ne quitte mon frère. Mon syndrome de l’abandon est encore bien trop présent. En plus de tout ça, je suis un peu perturbée par ce qui m’arrive avec ma patronne, mais ça, je ne compte pas lui en parler. Pas encore en tout cas...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Mar 7 Jan - 23:27





I love the way you lie


Je sais bien que ma petite sœur m’en veut. Pas besoin d’avoir fait math sup pour le comprendre. Je la connais par cœur. Elle ne me parle pas depuis plusieurs jours, elle évite mes appels et lorsque j’arrive chez elle, elle tente carrément de fuir. Donc oui j’ai compris. Mais je connais Lana et je sais qu’elle ne va pas se taire. Je vais m’en prendre plein la tête j’en suis totalement conscient et je suis venu en étant prêt à affronter tout cela. Ce n’est pas la première fois que l’on se prend la tête avec Lana. Je crois qu’on est même un peu devenu des professionnels dans les prises de tête qui ne dure que cinq minutes. Pourtant j’ai l’impression que celle là ne va pas durer que cinq minutes. Je vois bien que le problème est un peu plus profond cette fois-ci. Alors clairement je fais de mon mieux pour me rattraper. Je suis même prêt à attendre ma petite sœur dire que ma future femme est quelqu’un d’horrible. Parce que je sais parfaitement que Lana n’es toujours pas heureuse de voir Shanae de retour dans ma vie. Mais je crois que je ne m’attendais pas à une telle réponse. « Je suis pas dépendante de toi Isaac, j'ai plus 10 ans. Et si je suis venue habiter chez toi c’était pour t’aider pendant que tu étais tout seul. Je suis restée c’était en attendant de voir si elle n’allait pas repartir… Tu vois je n’ai pas eu besoin de toi pour me trouver quelque part où habiter ! » Je passe une main sur mon visage et soupire. Vraiment je ne m’attendais pas à ce qu’elle me rejette de cette manière. Je sais que parfois j’ai tendance à être un peu trop protecteur avec elle, mais je ne pensais pas qu’elle ne voulait plus que je la protège, ne serait-ce qu’un peu. J’ai l’impression de me prendre une bonne claque. J’ai toujours tout fait pour Lana, pour qu’elle soit heureuse et surtout qu’elle ne manque de rien lorsque l’on était petit. Je lui faisais des Thanksgiving et des Noëls avec les moyens du bord, mais elle avait une enfance normale. Et voilà qu’elle ne veut plus de moi maintenant. « D’accord, j’ai compris Lana, t’as grandie c’est bon… » Oui maintenant ce serait presque moi qui lui en veux.

Je finis tout de même par expliquer à ma sœur qu’elle me manque et que la maison fait vide sans elle. Je vois bien que je viens tout de même de toucher un point sensible en parlant de ça. Je ne veux pas me jouer d’elle non plus. Parce que ce ne serait pas spécialement correct, mais bon. Au moins, je l’ai fait craquer. Je lui fais plus ou moins comprendre que je voudrais lui parler et pas uniquement sur le pas de sa porte et visiblement je me suis plutôt bien fait comprendre. Je la suis dans son appartement alors qu’elle engueule son colocataire. Je le regarde s’en aller et me rappelle d’en toucher deux mots à ma sœur. Parce qu’elle prenne son indépendance d’accord, mais qu’elle vive avec un homme je suis un peu moins d’accord là-dessus. Enfin pour le moment, je me concentre sur Lana qui vient de s’étaler dans le canapé. Je m’assois sur la table basse en face d’elle et lui offre un petit sourire. « Comment va ma nièce ? » Je la regarde et fronce les sourcils, mais je n’ai pas le temps d’ouvrir la bouche qu’elle enchaîne. « Bon ok, ça m’enchante pas non plus cette situation, mais tu m’as pas laissé le choix. J’me suis sentie en trop quand tu m’as dit que vous alliez avoir besoin de la chambre pour le futur bébé. Ce n’est pas super agréable de se sentir en trop quand on est à moitié chez soi. Enfin bref. Et puis merde ! Déjà Théa ce n’était pas prévu, maintenant le 2ème, qui te dit qu’elle ne va pas partir une fois qu’elle sera parmi nous ? » Une nouvelle fois, j’ai l’impression de me prendre une claque. Je savais que Lana allait finir par me dire ce qu’elle avait vraiment sur le cœur, mais franchement je ne m’attendais pas à tout cela. Et surtout pas à tout cela d’un coup. Je ne sais même plus quoi dire.

Il me faudra plusieurs minutes avant d’ouvrir la bouche. « Je te permets pas Lana ! » J’hausse un peu le ton sans vraiment le vouloir et finis par me calmer assez rapidement. Je ne veux pas me prendre la tête avec elle, vraiment pas. Mais je n’aime pas la façon dont elle a de parler de ma famille. Parce que oui mes enfants et Shanae sont ma famille désormais. « Je sais que tu n’as pas confiance en Shanae, mais je l’aime, tu peux comprendre ça ? Oui on n’avait pas prévu d’avoir un nouveau bébé, mais quoi ? Tu voulais que je lui demander d’avorter ? » On a longuement réfléchi avec Shanae avant de prendre la décision de garder ce nouveau bébé et je sais que je ne regretterais jamais ma décision puisque ma future femme n’est pas prête de partir à nouveau. Je lui fais confiance. Peut être aveuglement, mais je ne peux pas lui en vouloir toute ma vie alors que je l’aime. « Tu sais au début on ne voulait pas le garder… On a en discuter pendant des heures, je sais ce que je fais Lana. Que ça te plaise ou non tu va avoir une nouvelle nièce et tu va aussi me faire le plaisir d’accepter d’être sa marraine ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Sam 11 Jan - 10:02





I love the way you lie


J’ai l’impression qu’il faut que je lui rappelle que je suis plus une gamine. Oui, je l’aime, oui je lui dois beaucoup, voire tout, mais je n’ai plus 10 ans et je peux me démerder toute seule. J’aime quand il me défend, quand il prend soin de moi, mais je ne supporte pas qu’il me prenne pour une attardée ou une assistée. « D’accord, j’ai compris Lana, t’as grandi c’est bon… ». Son ton est amer, je sens que je l’ai touché en lui disant ça. Il le fallait, mais j’avoue que ça me fend quand même le coeur d’en arriver là.

Il reprend la parole pour m’expliquer tout un tas de choses, entre autre que je lui manque, et j’avoue que ça me fait un petit quelque chose au coeur. Je finis pas lui dire d’entrer chez moi, chez nous. Matt est sur le point de partir, et je l’achève en lui lançant un vulgaire ‘ta gueule’, en somme un ‘je t’aime’ pour nous deux. Ça le fait même sourire. Celui-là je vous jure. D’ailleurs, je suis étonnée que mon frère ne fasse pas encore de commentaire rapport à mon coloc et son chien qui est pratiquement aussi grand que moi. Une fois assise sur le canapé (ou ce qu’il en reste), Isaac prend place en face de moi, et je ne résiste pas longtemps avant de lui balancer ce que j’ai besoin de lui dire. On est comme ça chez les Fitzgerald, on ne prend pas de pincettes quand on s’adresse aux gens. C’est de famille. Et parfois ça blesse, mais tant pis, si ça devait sortir, ça sort comme ça sort. Et je sens que j’ai mis le doigt sur ce qui irrite mon frère, autrement dit : sa famille. « Je te permets pas Lana ! ». Le voilà qui hausse le ton, mais il se calme rapidement, et heureusement, sinon on a pas fini.

« Je sais que tu n’as pas confiance en Shanae, mais je l’aime, tu peux comprendre ça ? Oui on n’avait pas prévu d’avoir un nouveau bébé, mais quoi ? Tu voulais que je lui demander d’avorter ? ». Je soupire. Evidemment que non, on ne demande pas à une femme d’avorter, ça c’est mon côté féministe. Et puis je ne crois pas au hasard de toute manière, si un enfant arrive à un moment où on ne l’attendait pas, c’est qu’il n’est pas là pour rien. Il a son rôle à tenir. Suite à la phrase de mon frère, je baisse les yeux comme le chat potté et soupire doucement. Je redeviens en une fraction de seconde, la petite fille qui a été élevée par son frère. « Tu sais au début on ne voulait pas le garder… On a en discuter pendant des heures, je sais ce que je fais Lana. Que ça te plaise ou non tu va avoir une nouvelle nièce et tu va aussi me faire le plaisir d’accepter d’être sa marraine ! »

Je relève les yeux très rapidement vers lui, c’est une blague ? Je ne sais pas trop comment prendre cette demande, qui je l’avoue me destabilise complètement. «Je euh... non ! Enfin je sais pas...». Je soupire un peu avant de lui expliquer, en essayant de rester calme. «Je sais pas si je pourrai être la marraine de cette petite fille Isaac, autant être sincère avec toi. Ce sera ma nièce y’a pas de doute, mais je... j’en sais rien... Théa c’est la prunelle de mes yeux, j’aimerai jamais aucun bébé autant que j’aime Théa, je m’en suis occupée comme si c’était ma fille pendant 6 mois, et je serai jamais aussi proche d’un enfant comme je le suis de Théa. Alors être la marraine du 2ème tu vois...». Je soupire un peu, parce que je sens que ce que j’ai dit fera sûrement un peu de mal à Isaac, à entendre. Le voilà qui baisse les yeux, je l’ai blessé, et ça me fend le coeur.

«Je vais y réfléchir ok ? Que je sache Théa est pas baptisée et Arya est plutôt sa marraine sur l’honneur non ? Bon... alors moi j’ai un peu de temps avant de donner ma réponse ! J’ai rien à signer, j’peux attendre qu’elle arrive, si elle est belle j’serai peut être sa marraine, et si elle est moche bah, tu chercheras une marraine moche !». Je souris un peu et en voyant le regard à moitié interloqué d’Isaac je finis par lâcher un rire. «Je plaisante ! Allo !». Je secoue la tête légèrement amusée, avant de reprendre mon sérieux. «On verra ok ? Pour l’instant ta fille c’est sûrement une de tes priorités, mais c’est pas la mienne. Faut d’abord que j’arrive à me rabibocher avec mon frère, et que je trouve un taf aussi. La p’tite sera là dans 3 mois, j’ai encore un peu le temps !».

Je reste là, à ne rien dire, pendant plusieurs minutes alors qu’Isaac en fait de même. On a l’air fins tiens. «Ça fait chier voilà. Ça fait chier parce que avant qu’elle parte je l’adorais, même si elle m’a un peu piqué mon frère. Mais quand elle est partie elle a tout cassé. Je sais que toi tu l’aimes comme un dingue et que tu lui fais confiance, mais moi il me faut un peu plus de temps c’est tout. Je la déteste pas, je lui fais juste moins confiance qu’avant, et j’ai peur qu’elle te fasse du mal. Même si je dois bien avouer que depuis qu’elle est rentrée t’es... bien. Enfin, t’as l’air bien en tout cas, même si tu dégage ta soeur comme un malpropre...». Il me lance un de ses regards noirs comme il en a le secret et je lui tire la langue pour lui faire comprendre que je plaisante, encore une fois... La situation se détend peu à peu, c’est plus fort que moi, je n’arrive pas à lui en vouloir trop longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Mer 15 Jan - 22:53





I love the way you lie


Je déteste être en conflit avec ma petite sœur. C’est vraiment quelque chose que je n’ai jamais supporté. Nous avons toujours vécu que tout les deux et plus particulièrement lorsque nous étions encore chez les parents. A l’époque, il n’y avait que nous. Nous étions notre propre famille, à deux. On faisait les fêtes du calendrier juste tous les deux. Etant l’aîné, un soir, je me suis promis de tout faire pour que ma petite sœur soit heureuse. Je savais déjà qu’elle souffrait de l’absence des parents, mais également de leur indifférence. Alors j’ai vraiment tout fait pour elle. Au Lycée, je passais pour le Bad boy pleins de frics de la ville. Personne ou alors très peu de gens ne connaissait vraiment l’envers du décor. Pour tout le monde, j’avais toutes les semaines une somme astronomique donner par Papa pour faire n’importe quoi de ma vie. Alors que ce n’était pas du tout le cas. Oui je faisais des fêtes hallucinantes dans la demeure familiale, mais c’était toujours lorsque mes parents n’étaient pas là. De toute manière, ils n’étaient jamais là. Enfin. Je me suis toujours battu pour ma petite sœur et même si aujourd’hui j’ai bien évolué et que j’ai ma propre famille, je sais que je serais littéralement capable de n’importe quoi pour elle. Je pourrais tout plaquer si elle m’appelait en me disant qu’elle est à des kilomètres de Town Square et qu’elle a désespérément besoin de moi. Voilà pourquoi je déteste être en conflit avec elle. Parce que ce n’est pas quelque chose de naturel pour nous deux. On est bien trop proche, bien trop lier pour abîmer notre relation pour des futilités. Parce que oui pour moi tout cela n’est que futilité. Mais bien entendu, il n’y avait pas que cela.

Je savais que Shanae était aussi l’origine du problème. On n’a jamais vraiment eu le temps de se poser avec Lana pour parler du retour de la jeune femme. Ma petite sœur a eu le temps de me faire la morale, mais elle a pas bien eu le temps de faire autre chose avant de partir précipitamment de la maison. Mais visiblement il n’y a pas que Shanae qui pose problème à ma sœur. Sa future petite nièce également. J’essaye d’expliquer la situation à Lana et finis par lui demander de devenir la marraine de ma prochaine princesse. Je n’en ai pas encore totalement parler à Shanae – même si j’ai déjà évoqué l’idée – mais je sais qu’elle ne pourra pas vraiment me refuser cela. Alors autant en parler à la principale intéresser. Mais la réaction de Lana me laisse totalement sans voix. « Je euh... Non ! Enfin je ne sais pas... Je ne sais pas si je pourrai être la marraine de cette petite fille Isaac, autant être sincère avec toi. Ce sera ma nièce y’a pas de doute, mais je... Je n’en sais rien... Théa c’est la prunelle de mes yeux, j’aimerai jamais aucun bébé autant que j’aime Théa, je m’en suis occupée comme si c’était ma fille pendant 6 mois, et je serai jamais aussi proche d’un enfant comme je le suis de Théa. Alors être la marraine du 2ème tu vois... » Elle aurait pu se lever et venir me mettre une gifle que j’aurais ressentit la même chose je crois. Je m’attendais à tout sauf à cela. Je me souviens encore de la crise que Lana avait pu faire lorsque je lui avais appris que ma meilleure amie serait la marraine de Théa. Aujourd’hui je lui offre le rôle qu’elle désirait tant et voilà qu’elle me dit qu’elle n’aimera pas ma fille. J’ai juste envie de lui hurler dessus. « Tu te moque de moi c’est ça ? » Je me sens mal. Elle ne s’en rend même pas compte, mais c’est vraiment blessant tout ce qu’elle vient de me dire.

« Je vais y réfléchir ok ? Que je sache Théa n’est pas baptisée et Arya est plutôt sa marraine sur l’honneur non ? Bon... Alors moi j’ai un peu de temps avant de donner ma réponse ! J’ai rien à signer, j’peux attendre qu’elle arrive, si elle est belle j’serai peut être sa marraine, et si elle est moche bah, tu chercheras une marraine moche. Je plaisante ! Allo ! On verra ok ? Pour l’instant ta fille c’est sûrement une de tes priorités, mais ce n’est pas la mienne. Faut d’abord que j’arrive à me rabibocher avec mon frère, et que je trouve un taf aussi. La p’tite sera là dans 3 mois, j’ai encore un peu le temps ! » Elle a beau faire de l’humour, je n’aime pas du tout la situation. Je le prends vraiment très mal. Je ne m’attendais tellement pas à une telle réaction de sa part. Je pensais sincèrement qu’elle sauterait de joie et que tout irait bien. Mais non… A croire que Lana a littéralement décidé de couper les ponts avec nous d’un seul coup. Cette idée me brise le cœur. Vraiment. « C’est… Tu te rends même pas compte à quel point ça peut être dur ce que tu viens de dire Lana… Je sais que tu tiens beaucoup à Théa, mais… Ma deuxième fille sera tout autant ta nièce et elle aura tout autant besoin de sa tante que Théa. Que tu ne réalise pas encore parce qu’elle n’est pas née, je le comprends, mais que tu rejette mon idée comme ça. Non… Je pensais que ça te ferais plaisir, on dirait que ça t’ennui plus qu’autre chose. Que c’est presque un fardeau. » Je soupire et passe une main sur mon visage. Vraiment ça me fait mal de l’entendre parler de cette manière de ma famille.

Mais ce n’était pas tout. A croire qu’elle a vraiment un souci avec nous en ce moment. « Ça fait chier voilà. Ça fait chier parce qu’avant qu’elle parte je l’adorais, même si elle m’a un peu piqué mon frère. Mais quand elle est partie elle a tout cassé. Je sais que toi tu l’aimes comme un dingue et que tu lui fais confiance, mais moi il me faut un peu plus de temps c’est tout. Je la déteste pas, je lui fais juste moins confiance qu’avant, et j’ai peur qu’elle te fasse du mal. Même si je dois bien avouer que depuis qu’elle est rentrée t’es... Bien. Enfin, t’as l’air bien en tout cas, même si tu dégage ta sœur comme un malpropre... » D’un seul coup, je me sens mal à l’aise. Lana a réellement l’impression qu’on l’a rejeté. Je sais qu’elle a toujours eu un peu de rancune envers Shanae parce qu’elle lui a piqué son frère comme elle le dit si bien. Mais je ne pensais pas que c’était à ce point là. Je me lève et viens m’asseoir à côté de ma petite sœur. Je sais qu’elle va râler, je la connais, mais je finis par la prendre dans mes bras. « Écoute-moi bien avant de râler. Je ne peux pas me couper en deux d’accord ? Shanae et toi vous êtes les femmes de ma vie d’accord. Et met toi bien ça en tête, tu seras toujours la première. Demain tu pourrais m’appeler depuis l’autre bout du pays en me disant que t’as besoin d’aide, je plaque tout pour venir t’aider. Je sais que ça te gonfle d’avoir un frère comme moi, mais on n’a pas eu de parents et je ferais toujours tout pour remplir tout les rôles envers toi. Si j’avais les moyens j’achèterais une maison où l’on pourrait tous vivre ensemble. Je n’aime pas quand tu m’en veux comme ça. » Ma petite sœur est vraiment ce que j’ai de plus cher dans ce monde. Oui j’aime ma future femme et mes filles plus que tout au monde, mais Lana c’est encore quelque chose de différent. « Tu veux qu’on ce fasse un mini road trip comme avant ? Tu pourrais me parler de ton colocataire et puis de ce que tu cherche comme job aussi. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Ven 17 Jan - 11:16





I love the way you lie


En fait je crois que je ne me rends pas trop compte de l’important de la demande d’Isaac. Lorsqu’il me propose d’être la marraine de sa 2ème petite fille, j’ai du mal à dire oui, pour tout un tas de raisons. Alors j’essaie de lui faire comprendre par l’humour. Je ne suis pas méchante, ce n’est pas par vengeance ou quoi que ce soit, c’est simplement que je suis persuadée que je n’aimerai jamais ce nouvel enfant comme j’aime Théa. C’est d’elle que j’aurai aimé être la marraine. C’est pas facile à expliquer, et encore moins quand il s’agit du père du futur bébé. Même avec des pincettes, mon frère est choqué et ne tarde pas à le dire. « C’est… Tu te rends même pas compte à quel point ça peut être dur ce que tu viens de dire Lana… Je sais que tu tiens beaucoup à Théa, mais… Ma deuxième fille sera tout autant ta nièce et elle aura tout autant besoin de sa tante que Théa. Que tu ne réalise pas encore parce qu’elle n’est pas née, je le comprends, mais que tu rejette mon idée comme ça. Non… Je pensais que ça te ferais plaisir, on dirait que ça t’ennuie plus qu’autre chose. Que c’est presque un fardeau. ». A vrai dire je ne sais pas trop comment qualifier ça. Je trouve que ce 2ème enfant arrive trop tôt, Shanae n’est pas encore tout à fait guérie, ça fait beaucoup de choses. Je n’ai pas envie qu’elle fasse du mal à mon frère, une nouvelle fois. D’ailleurs, je me lance finalement sur ce sujet délicat avec lui. Tant qu’à être là, autant parler à coeur ouvert.

Il finit par se lever et venir s’asseoir près de moi pour me prendre dans ses bras. Je suis au départ un peu réticente, pas que je n’aime pas faire de câlins avec mon frère, mais je sais pas, mon petit côté rancunier qui n’est jamais très loin. « Écoute-moi bien avant de râler. Je ne peux pas me couper en deux d’accord ? Shanae et toi vous êtes les femmes de ma vie d’accord. Et met toi bien ça en tête, tu seras toujours la première. Demain tu pourrais m’appeler depuis l’autre bout du pays en me disant que t’as besoin d’aide, je plaque tout pour venir t’aider. Je sais que ça te gonfle d’avoir un frère comme moi, mais on n’a pas eu de parents et je ferais toujours tout pour remplir tout les rôles envers toi. Si j’avais les moyens j’achèterais une maison où l’on pourrait tous vivre ensemble. Je n’aime pas quand tu m’en veux comme ça. » . J’avoue que tout ce qu’il me dit me touche, et me rassure aussi. J’avais besoin d’entendre ça. Malgré tout, j’ai beau avoir pratiquement 25 ans, côté familial, je reste une enfant. Surtout face à mon frère. Il m’a élevée, il a toujours tout fait pour moi, pour que je sois bien, que je sois heureuse. Et il me le prouve encore aujourd’hui. Malgré nos forts caractères, je sais qu’il dit vrai, et que si j’avais le moindre soucis il serait là pour moi.

D’un coup, je me sens comme honteuse de lui en vouloir du bonheur qu’il vit avec sa future femme. Après tout, c’est sa vie, et ça ne me regarde pas. Je ne vois pas pourquoi je m’emballe comme ça. Shanae est une fille bien, au fond de moi je le sais, même si ça me fait mal de me l’avouer, parce que malgré tout elle m’a piqué mon frère. Mais je sais qu’elle le rend heureux et que c’est pour moi le principal. « Tu veux qu’on ce fasse un mini road trip comme avant ? Tu pourrais me parler de ton colocataire et puis de ce que tu cherche comme job aussi. ». Je me tourne vers lui aussi rapidement qu’un éclair, des étoiles dans mes yeux. Il ne pouvait pas me faire aussi plaisir qu’en me proposant ça. «T’es sérieux ? Un road trip comme avant ? Juste toi et moi ?» Il hoche la tête et je plaque un bisou sur sa joue. Je sais bien que ce ne sera pas vraiment comme avant, quand on partait 3 ou 4 jours, maintenant il a une famille et sa femme est enceinte, on ne partira sans doute qu’un ou 2 jours, mais je ne vais pas cracher dessus. «On part quand tu veux, j’ai pas vraiment de boulot, enfin je fais des piges pour un magazine de sport mais c’est rien, j’peux prendre un ou 2 jours !»

A voir son sourire, je sens que ça va mieux et qu’il est content de lui d’avoir proposé ça. Je m’arrête d’un coup et lui fais mon regard noir. «Et puis quoi ? T’as un souci avec mon coloc ? Si tu sors la tronçonneuse j’te promets j’te coupe la tête ! Il est gentil ok ? Et puis c’est un mec alors...». Oh putain la boulette ! Isaac n’est pas encore au courant que je suis plus attirée par les femmes que par les hommes. Il va falloir que je trouve un moyen de me dépatouiller de là... «Enfin j’veux dire c’est un pote quoi. Le genre de mec relou avec lequel je passerai pas ma vie quoi. Et puis on est amis depuis trop longtemps pour qu’il se passe quoi que ce soit entre nous, si ça peut te rassurer... !».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Lun 20 Jan - 17:24




I love the way you lie


Je me suis toujours beaucoup confier à ma petite sœur. Depuis le début, c’est nous contre le reste du monde. Il est vrai que je ne lui ai jamais parlé ouvertement de mes soucis, mais elle finissait toujours par découvrir que quelque chose n’allait pas et je finissais par lui en parler. On a toujours fonctionné comme cela tous les deux. Par conséquent, je sais aussi lorsqu’elle est déçue où énerver. Je sais parfaitement qu’elle a été particulièrement déçue de ne pas avoir été nommée marraine de Théa, mais à l’époque je me disais qu’elle était déjà la tante de ma fille et que c’était déjà bien. Aujourd’hui, j’essaye de rattraper mon erreur en lui proposant de devenir la marraine de mon deuxième enfant et voilà qu’elle refuse en moins de cinq minutes. Elle m’aurait juste dit qu’elle ne se sentait pas capable d’avoir une telle responsabilité, je crois que je n’aurais rien dit, mais là… Ses propos sont presque méchants. Elle est littéralement en train de me dire qu’elle ne veut pas être la marraine de ma deuxième fille parce qu’elle ne pense pas être capable de l’aimer. Non mais sérieusement. Elle est tombé sur la tête ou quoi ? Je ne me cache pas pour lui faire part de mécontentement et Lana finis par essayer de se rattraper du mieux qu’elle peut. Je sais qu’elle a peur de me voir lui tourner le dos sans me retourner. Les parents ont laissé des traces qui ne partiront jamais. J’ai beau être heureux avec ma future femme, moi aussi j’ai toujours peur de l’abandon. Mais il va falloir que Lana arrête de douter de moi comme ça. Même si comme elle le dit si bien, Shanae lui a piqué son frère. Alors je finis par venir m’asseoir aux côtés de ma petite sœur et finis par lui expliquer du mieux que je peux que je ne l’abandonnerais jamais. Peu à peu, je vois que Lana finis par se détendre et je me dis que même si tout n’est pas gagner, elle m’en veut déjà moins.

Pour finir par détendre l’atmosphère totalement, je propose à Lana de nous refaire un petit road trip comme on avait l’habitude de le faire quand on vivait encore chez les parents. Quand nous étions en vacances et que croiser notre père tous les jours devenait une véritable torture, on prenait ma voiture et on partait sans même savoir où on allait atterrir. A chaque croisement je lui demandais gauche ou droite et on faisait cela pendant des kilomètres. Je dois dire qu’avec tout ce qui m’arrive en ce moment, je donnerais n’importe quoi pour m’enfuir quelque jour sans réfléchir. En tout cas l’idée semble plaire à ma sœur. « T’es sérieux ? Un road trip comme avant ? Juste toi et moi ? » Je hoche la tête et lui offre un petit sourire. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu ma sœur aussi excitée et je dois dire que ça me fait du bien de la voir comme cela. « On part quand tu veux, je n’ai pas vraiment de boulot, enfin je fais des piges pour un magazine de sport mais c’est rien, j’peux prendre un ou 2 jours ! » Je sais parfaitement que l’on ne pourra pas faire cela tout de suite. Pas avec la santé de Shanae et tout le reste, mais je sais toujours tenir mes promesses en particulier envers ma petite sœur. « Je pourrais pas tout de suite, tout de suite, mais je te promets qu’on le fera. » Après tout on avait réussi à le faire avec Théa quand Shanae avait disparu de la circulation alors on pourra bien trouver un moyen pour partir tous les deux. Pour se retrouver un peu.

En attendant je questionne un peu ma frangine sur son colocataire. Oui parce que bizarrement elle avait oublié de me préciser que sa colocataire avait subitement changé de sexe. Je ne vais pas jouer le frère insupportable, mais… Je veux juste en savoir un peu plus sur l’homme qui vit avec ma petite sœur. Elle a beau être assez grande pour faire ses propres choix, je ne laisserais pas n’importe qui entrer dans sa vie. « Et puis quoi ? T’as un souci avec mon coloc ? Si tu sors la tronçonneuse j’te promets j’te coupe la tête ! Il est gentil ok ? Et puis c’est un mec alors... Enfin j’veux dire c’est un pote quoi. Le genre de mec relou avec lequel je passerai pas ma vie quoi. Et puis on est amis depuis trop longtemps pour qu’il se passe quoi que ce soit entre nous, si ça peut te rassurer... ! » Je la regarde littéralement s’emmêler les pinceaux et retiens un fou rire en me mordant la lèvre. Je ne sais pas vraiment qui est ce mec, mais il est sûr que je vais le surveiller de près celui-là. « Nom, prénom, âge. Il vient d’où ? Il fait quoi de sa vie ? » Plus je parle, plus je vois le regard de Lana se décomposer et cette fois je me mets vraiment à rire. « Je déconne. Enfin pas tellement, il va falloir que tu m’en dises plus. Je l’avais jamais vu celui-là. » Oui parce que à force je commence à bien connaître ses amis, surtout quand elle débarque avec eux au bar, mais celui-là, je suis sûr que je ne l’avais jamais vu auparavant.

J’allais enchaîner sur d’autres questions lorsque je sentis mon téléphone vibrer dans la poche de mon jean. Voyant le nom de Shanae s’afficher, je décide de lire rapidement le message qu’elle vient de m’envoyer. « Théa est coucher, je vais en faire de même, je suis fatiguée. J’espère que tout ce passe bien avec ta sœur. Je t’aime. » Ce message me renvoi rapidement sur terre. Tout de suite, je commence à me faire du souci pour ma chérie. Je sais qu’elle va juste aller ce mettre au lit, mais je ne peux m’empêcher d’être inquiet. Depuis que nous sommes allés chez le médecin et qu’il nous a annoncé toutes ces mauvaises nouvelles, j’ai du mal à dormir et je me fais constamment du souci. Je réponds rapidement à Shanae et remet mon téléphone dans ma poche. Lorsque je lève les yeux vers Lana, je remarque déjà les questions dans ses yeux. Je sais que je dois lui en parler. Ca fait des jours que je veux lui en parler, mais je devais d’abord régler notre conflit avant de faire quoique ce soit. « Il faut que je te dise un truc Lana. » Je baisse un peu les yeux et essaye de réfléchir rapidement. Je lui ai parlé de sa nièce, on vient même de déconner et maintenant je vais lui dire ça. Elle ne va pas comprendre ou elle va pas m’en vouloir. « M’en veux pas, mais je savais pas trop comment amener le sujet. Mais… Ca faisait quelques jours que Sha’ n’allait pas très bien, on est allé chez le médecin et… Son cancer est de retour… » Je suis obliger de m’arrêter dans ma phrase. Voilà aussi pourquoi je ne voulais pas en parler. Rien que d’y penser, j’ai envie de me mettre à pleurer pour les trois prochains jours et je ne peux pas me permettre cela. « Mais bébé est encore trop petite pour naître alors on attend… Je… Je te jure je sais plus quoi faire. J’ai l’impression d’attendre le pire. La petite va forcément naître prématuré et on sait même pas comment la maladie va évoluer… Tu vois pourquoi je voulais que tu sois la marraine de mon bébé, tu pourrais lui porter chance. » Je sais que c’est idiot comme pensée, mais au point où j’en suis, je suis capable de prendre tout ce que l’on me donnera.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Mer 22 Jan - 21:02





I love the way you lie


Il faut dire que quand mon frère me parle de road trip, ça me parle à fond. Ça me rappelle quand on était plus jeunes, avant qu’il rencontre sa femme en fait. On partait souvent tous les deux pendant plusieurs jours. Je me souviens encore de l’odeur du vieux cuir de sa voiture, mes pieds sur le tableau de bord, et le freinage à chaque carrefour. “A gauche ou à droite ?“ J’entends encore sa voix, et son sourire chaque fois que je faisais semblant d’hésiter. Et quand on plantait la tente tous les deux, enchaînant les fous rires. C’était le bon temps. Je n’ai pas perdu mon frère, mais nous avons perdu l’âme d’enfants qui nous liaient il y a encore quelques années. Il est devenu un adulte un vrai désormais, avec une famille, et les responsabilités qui vont avec. On ne peut pas en dire autant de moi. Personne dans ma vie, même pas foutu de trouver un boulot, et même pas foutue non plus d’avouer à mon frère mon attirance pour les femmes. Bref. Autant dire que cette nouvelle me ravie, et que j’ai des étoiles dans les yeux. D’un coup j’ai 15 ans, et je saute presque dans les bras de mon frère, oubliant nos différends d’il y a un peu plus d’une quinzaine de minutes. « Je pourrais pas tout de suite, tout de suite, mais je te promets qu’on le fera. ».

Quand Isaac commence à me parler de mon coloc, je le sens venir. Il a toujours été très protecteur, trop protecteur, et il se méfie de n’importe qui s’approcherait de moi d’un peu trop près. S’il savait. D’ailleurs, je m’embrouille un peu les pinceaux, je n’ai pas envie de lui parler de ma vie personnelle maintenant tout de suite, je préfère trouver le bon moment. Et je sens bien que ce n’est pas le bon. « Nom, prénom, âge. Il vient d’où ? Il fait quoi de sa vie ? ». Je le regarde avec les yeux grands ouverts, un regard choqué. « Je déconne. Enfin pas tellement, il va falloir que tu m’en dises plus. Je l’avais jamais vu celui-là. ». Je soupire un peu et je comprends qu’en fait il ne plaisantait pas, il veut vraiment savoir qui il est. «Bah euh... il s’appelle Mathéo, il a ton âge, et euh, il a pas vraiment de boulot fixe. Enfin il cherche quoi comme moi. Il a fait plein de petits boulots un peu partout. Et si tu le connais pas c’est parce qu’il vient de revenir. C’était le pote d’une copine quand j’étais au lycée, le courant était bien passé entre nous... en tant qu'amis je veux dire. Et puis quand il est rentré à Town Square on s’est appelés et comme on avait besoin d’un appart’ on a décidé de se mettre en coloc.» Je vois qu’il est pas très enchanté par tout ce que je lui raconte, et je le regarde dans les yeux. «Isaac. je couche pas avec lui ok ?». Ça a l’air de le rassurer un peu, même s’il a quand même envie de faire passer un interrogatoire sévère au jeune homme.

Heureusement, je suis sauvée par le téléphone de mon frère qui se met à sonner. Son visage se décompose, et je n’aime pas trop ça. Lorsqu’il lève les yeux vers moi, je vois qu’ils brillent. D’un simple regard, je lui demande ce qui ne va pas. Ça me fait mal au coeur de le voir comme ça. « Il faut que je te dise un truc Lana. ». Oh merde. J’aime pas du tout ça. « M’en veux pas, mais je savais pas trop comment amener le sujet. Mais… Ca faisait quelques jours que Sha’ n’allait pas très bien, on est allé chez le médecin et… Son cancer est de retour… ». Choquée, je pose ma main sur ma bouche. «Oh non...». Même si j’en veux un peu à Shanae, je ne suis pas du tout enchantée que son cancer soit revenu. Je ne lui souhaiterai du mal pour rien au monde, surtout quand je vois comme ça affecte mon frère. Il a du mal à continuer, si la boule dans sa gorge pouvait se manifester, je pourrai presque la voir à l’oeil nu.

« Mais bébé est encore trop petite pour naître alors on attend… Je… Je te jure je sais plus quoi faire. J’ai l’impression d’attendre le pire. La petite va forcément naître prématuré et on sait même pas comment la maladie va évoluer… Tu vois pourquoi je voulais que tu sois la marraine de mon bébé, tu pourrais lui porter chance. ». Je me jette carrément sur lui pour le prendre dans mes bras, je n’ai pas pu m’en empêcher plus longtemps. Je le serre contre moi et l’incite à se laisser aller. «Je suis désolée. Je... je sais pas quoi te dire...». Ma voix aussi est tremblante, c’est une terrible nouvelle qu’il vient de m’apprendre là. «Ça va aller, j’en suis sûre. Elle est forte, vous êtes forts. Elle va se battre pour toi et Théa, n’en doute pas d’accord...». Il se contente de hocher la tête. «Tu sais que tu peux te lâcher avec moi, t’as le droit de pleurer c’est humain, et c’est même normal. Je te connais par coeur, je sais qu’avec elle tu évite un maximum parce que tu veux pouvoir la soutenir, mais moi je suis extérieure à tout ça, alors laisse toi aller. Pleurs, j’te jugerai pas tu le sais.». Sans aucun bruit, je sens quelques soubresauts des sanglots de mon frère. L’espace d’un instant, je me sens comme si c’était moi la grande soeur. C’est à la fois étrange, et presque plaisant parce que je peux enfin lui rendre la pareille, pour tout ce qu’il a fait pour moi jusqu’à présent.

Après une dizaine de minutes dans le silence, Isaac se redresse et se reprend doucement, levant les yeux au ciel quelques secondes comme pour reprendre ses esprits. Je serre sa main et lui adresse un petit sourire. «Je serai la marraine de cette petite battante. C’est promis.». Je sens que ça lui fait du bien de l’entendre. Ça le rassure sûrement. Et puis avec tout ça, comment je pourrai continuer de détester ma belle soeur ? «Et puis... vu que je bosse pas pour l’instant, si vous avez besoin de moi, si tu dois bosser et que Shanae a besoin d’aide pour Théa, vous savez que je suis là ok ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Jeu 30 Jan - 16:17




I love the way you lie


[color=#cc99cc]Je sais que ma sœur adore faire des road trips. Surtout avec notre concept pour choisir la destination. Je ne sais pas vraiment quand on pourra faire tout cela, mais je me promets de prendre un peu de temps pour lui offre au moins cela. Peut être après la naissance de bébé quand je serais sûr que tout ira bien pour ma petite famille. Une chose est sûre je tiens toujours ma promesse et Lana est au courant de cela. Son regard me fait sourire. On dirait qu’elle redevenue une gamine d’un seul coup et ça me fait plaisir. J’ai le sentiment d’avoir enfin retrouver ma petite sœur. Je ne sais pas vraiment si tout est régler, mais j’ai l’impression que tout va mieux malgré tout.

Rapidement, tout de même, j’aborde un sujet important pour moi, le colocataire de Lana. Parce que depuis le début, je suis persuadé qu’elle vit avec une de ses amies. Amie féminine bien entendu. Autant dire que la surprise a été grande et que je veux en savoir plus sur ce garçon qui vit avec ma petite sœur. Personne n’a le droit de toucher ma sœur avant d’avoir eu mon accord et autant dire que je ne me souviens pas de la tête de celui-là. Je pose quelques questions à Lana qui commence à prendre peur. « Bah euh... Il s’appelle Mathéo, il a ton âge, et euh, il n’a pas vraiment de boulot fixe. Enfin il cherche quoi comme moi. Il a fait plein de petits boulots un peu partout. Et si tu le connais pas c’est parce qu’il vient de revenir. C’était le pote d’une copine quand j’étais au lycée, le courant était bien passé entre nous... En tant qu'amis je veux dire. Et puis quand il est rentré à Town Square on s’est appelés et comme on avait besoin d’un appart’ on a décidé de se mettre en coloc. » Je fronce les sourcils et regarde Lana qui semble plus sérieuse que jamais. Un homme de mon âge qui ne fait rien de sa vie, je n’aime pas spécialement cela. Je sais qu’on n’a pas tous la chance que j’ai pu avoir et puis je sais aussi que ce n’es pas tous les hommes de mon âge qui veulent déjà être papa, mais tout de même. Avant même que je n’ai le temps d’ouvrir la bouche, Lana finis par ajouter : « Isaac. Je ne couche pas avec lui ok ? » Je soupire un peu et plonge mon regard dans celui de ma sœur. Je vois bien qu’elle est honnête avec moi, mais ça ne m’empêche pas de ne pas trop aimer ça. « D’accord. D’accord. » Je soupire un peu et finis par ajouter : « Tu me le présenteras quand même. » Je vois qu’elle va pour répliquer quelque chose et suis plus rapide qu’elle : « Juste pour être poli ! » Je sais bien qu’elle ne va pas totalement tomber dans le panneau, mais bon. Je préfère le connaître vraiment ce garçon.

J’allais continuer à questionner ma petite sœur sur sa vie actuelle lorsque mon téléphone ce mit à sonner dans ma poche. Un message de Shanae qui me fait savoir qu’elle va se coucher se sentant quelque peu fatiguée. Tout de suite, la bonne humeur que j’avais réussi à trouver pour la soirée disparaît. Je repense à l’état de santé de Shanae et tout cela me déprime. Je ne voulais pas embêter ma petite sœur avec mes problèmes de famille, mais je voulais lui en parler malgré tout. Un regard lui suffira pour que je finisse par cracher le morceau. Lorsque je lui dis que le cancer de Shanae est de retour, sa réaction ne ce fait pas tarder. « Oh non… » Autant dire que cela ne m’aide pas. Mais je ne veux pas craquer devant Lana. Je continue alors mon explication. Je n’ai même pas le temps de fermer la bouche que ma sœur se jette littéralement sur moi pour me prendre dans ses bras. Je dois dire que pour une fois je ne refuse pas un câlin de sa part. Bien au contraire. Je viens me blottir contre elle comme pour me sentir en sécurité. « Je suis désolée. Je... Je ne sais pas quoi te dire... Ça va aller, j’en suis sûre. Elle est forte, vous êtes forts. Elle va se battre pour toi et Théa, n’en doute pas d’accord… Tu sais que tu peux te lâcher avec moi, t’as le droit de pleurer c’est humain, et c’est même normal. Je te connais par cœur, je sais qu’avec elle tu évite un maximum parce que tu veux pouvoir la soutenir, mais moi je suis extérieure à tout ça, alors laisse toi aller. Pleurs, j’te jugerai pas tu le sais. » Et oui ma sœur me connaît par cœur. Je ne veux surtout pas pleurer devant Shanae. C’est déjà assez dur comme cela pour elle, il ne faut pas qu’elle voit en plus son homme craquer. Je suis responsable de ma famille et je dois me montrer fort pour elles. Pourtant là, dans les bras de ma petite sœur, je finis par craquer. Je n’en pouvais plus. Cela fait plusieurs jours que je garde tout pour moi et je pense qu’il fallait que cela sorte. Lana me berce comme un enfant et je me laisse totalement aller.

Après de longues minutes, je finis par me relever et passe une main sous mes yeux pour sécher mes larmes. Je déteste craquer de cette manière. Je n’aime pas me montrer faible, surtout face aux gens qui m’ont toujours vu comme quelqu’un de fort. Mais voilà… C’est dans les bras de ma petite sœur que je me suis mis à pleurer lorsque Shanae a quitté la ville et aujourd’hui c’est encore elle qui me soutient. « Merci… » dis-je doucement. « Je voudrais tellement faire quelque chose, mais il n’y a rien à faire… » Non il n’y a rien à faire si ce n’es attendre et je crois que c’est bel et bien cela le pire. Je ne vais pas supporter d’attendre encore trois semaines pour savoir si j’aurais le droit d’avoir ma famille au complet à mes côtés ou non. « Je serai la marraine de cette petite battante. C’est promis. » Un soupire de soulagement s’échappe d’entre mes lèvres. Cette fois c’est moi qui prends ma petite sœur dans mes bras et dépose un bisou sur sa joue. « Merci. D’ailleurs… Ta nièce n’as toujours pas de prénom alors si tu as une idée fulgurante pour nous donner un coup de main ce serait avec plaisir. » Je lui souris doucement et serre sa main dans la mienne. « Et puis... Vu que je ne bosse pas pour l’instant, si vous avez besoin de moi, si tu dois bosser et que Shanae a besoin d’aide pour Théa, vous savez que je suis là ok ? » Cela me touche vraiment venant de Lana. Après tout c’est elle qui n’acceptaient pas du tout le retour de Shanae et c’est elle qui a décidé de me bouder. Je lui offre mon plus beau sourire malgré mes yeux rougis par les larmes. « Tu sais bien qu’on veut pas t’embêter avec nos soucis, mais c’est vrai que si tu pouvais l’aider juste de temps en temps ce serait cool. Puis tu sais que Théa est toujours contente quand elle te voit. » Ma fille adore sa tante, ça j’en suis certains. Elle a vécue avec Lana h24 pendant les dix premiers mois de sa vie et même si elle est trop petite pour tout comprendre, je l’ai bien vu aller dans l’ancienne chambre de Lana pour la chercher. « D’ailleurs elle a commencé à dire maman et papa. Il va falloir lui apprendre à dire Lana. Enfin je te trouverais bien un petit surnom, mais… Tu va faire la tête après et tout. » Je regarde la tête surprise de ma sœur et finis par exploser de rire.

« Shanae est partie ce coucher et puis elle m’as interdit de rentrer à la maison sans être sûr que tout ira bien entre nous. Tu veux que je t’emmène manger un bout ? » Je veux profiter de cette soirée avec ma sœur. Je ne sais pas si ça va arriver de nouveau avant un moment et puis… Je veux vraiment être sûr qu’elle ne m’en veut plus. C’est quelque chose que je ne supporterais pas sinon. « Je sais que ce n’est pas cool de passer la soirée avec son grand frère alors si tu préfère sortir je t’en voudrais pas. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Sam 1 Fév - 17:00





I love the way you lie


C’est plus fort que lui, il a besoin de tout savoir sur les gens qui m’entourent, s’il pouvait il ferait passer un interrogatoire à tous les gens que je fréquente, homme ou femme. Plus particulièrement les hommes puisqu’il pense encore que j’aime les hommes. Peut être que son comportement changera quand il saura. Toujours est-il que ce n’est pas le bon moment. « Tu me le présenteras quand même... Juste pour être poli ! » . Je lâche un rire amusé. Je ne pourra jamais rien faire pour changer ça je crois. Je lui donne une tape sur l’épaule et lui souris. Je suis contente que notre passade de bouderie soit passée. Je préfère quand même quand on est complices, comme maintenant.

Mais cette joie ne durera pas bien longtemps, jusqu’à ce qu’il reçoive un message sur son téléphone. Vient le moment où il se livre à moi. Je me sens impliquée malgré tout, parce que c’est mon frère et parce que finalement Shanae fait partie de ma famille elle aussi maintenant. Le choc de l’annonce est terrible, mais je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour rassurer mon frère et lui dire que tout ira bien. Je le berce, comme un enfant, je sens qu’il en a besoin. Malgré sa carapace de gros dur, il a aussi une grande sensibilité, et parfois il a besoin de déverser son trop plein d’émotions. Si je ne suis pas là pour ça alors à quoi puis-je bien servir ?

Après de longues minutes, Isaac se redresse et balaye ses larmes d’un revers de main. « Merci… ». Je caresse son dos délicatement, pour lui faire comprendre que je suis là. « Je voudrais tellement faire quelque chose, mais il n’y a rien à faire… ». «Si, lui montrer que tu es là pour elle et que tu te bats avec elle. Tu sais je pense sérieusement que la maladie peut être vaincue grâce à une force puissante de l’esprit. Si vous faites tout en sorte pour que tout se passe bien, alors ça se passera bien. Sois-en sur, ne doute pas. C’est ce qui vous mènera à une fin heureuse...». Il a l’air dubitatif, mais je sais qu’il est un peu perdu et c’est tout à fait normal. D’un coup je lui dis que je veux bien être la marraine de cette petite fille, et je sens que ça lui fait du bien de l’entendre. Rapidement, je lui propose mon aide pour Shanae, je suppose que ça ne doit pas être facile pour elle, alors si je peux me rendre utile... « Tu sais bien qu’on veut pas t’embêter avec nos soucis, mais c’est vrai que si tu pouvais l’aider juste de temps en temps ce serait cool. Puis tu sais que Théa est toujours contente quand elle te voit. » Un sourire se dessine sur mes lèvres à l’évocation de ma nièce chérie. Je sais qu’elle m’adore en même temps elle a un an, et la moitié de sa vie, elle l’a passée avec moi. Ça ne peut que créer des liens !

« D’ailleurs elle a commencé à dire maman et papa. Il va falloir lui apprendre à dire Lana. Enfin je te trouverais bien un petit surnom, mais… Tu va faire la tête après et tout. ». Je fronce les sourcils et lui envoie mon regard noir dont j’ai le secret. «T’inquiètes pas. Avant même que ma filleule pointe le bout de son nez, Théa aura dit Lana. Tiens, tata Lana même !». Je lui tend ma main pour qu’il puisse taper dedans, lançant ainsi le pari.

« Shanae est partie ce coucher et puis elle m’as interdit de rentrer à la maison sans être sûr que tout ira bien entre nous. Tu veux que je t’emmène manger un bout ? Je sais que ce n’est pas cool de passer la soirée avec son grand frère alors si tu préfère sortir je t’en voudrais pas.». Je lui offre mon regard de public consterné. «Passer la soirée avec son frère c’est pas cool ? Qui a dit ça ? Et puis j’ai passé l’âge de vouloir être ‘cool’.» Je mime les guillemets avec mes doigts avant de poursuivre. «Tout ce qui m’importe c’est mon bonheur, et ça passe aussi par le bonheur des gens que j’aime, donc toi. Alors tu sais quoi, j’ai une autre idée.». Isaac me regarde, attendant la suite.

«Puisque je te connais par coeur, et que je sais que tant que tu n’es pas près de ta femme, tu vas t’inquiéter, et que d’un autre côté j’ai quand même envie de passer la soirée avec toi, je te propose un deal. On va chez vous, on se mate un bon DVD, puisque de toute manière tous tes meilleurs DVD ce sont MES DVD qu’il va falloir que je récupère !». Je le regarde, en attendant qu’il accepte ma proposition. Une fois fait, on se prépare pour filer chez lui, sur le chemin, je lui parle de la visite de nos parents.

«Tu sais pas quoi ? Les parents sont venus me voir à l’appart la semaine dernière. Ils sont pas restés longtemps j’peux t’le dire !»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Dim 9 Fév - 20:42




I love the way you lie


Après une petite hésitation, je finis par craquer dans les bras de ma sœur. Je n’aime pas me montrer aussi faible, surtout devant Lana. Je me suis toujours montrer fort devant elle, parce que j’ai toujours voulu qu’elle me prenne pour un pilier qui ne craque jamais. Elle m’as vu pleurer pour la première fois lorsque Shanae a subitement quitter ma vie et voilà que ça recommence. Je ne voulais pas pleurer, mais je me retiens depuis bien trop longtemps déjà. Comme la si bien deviner ma petite sœur, je ne veux surtout pas que Shanae voit à quel point notre situation actuelle m’attriste. J’ai peur pour ma future femme et j’ai besoin d’en parler aussi. Alors après avoir lâché quelques larmes, je me redresse pour discuter avec Lana. Je ne veux surtout pas lui imposer mes problèmes, mais j’ai besoin de me lâcher un peu. Je sais que je ne lui en parlerais plus après tout cela et je vois bien que Lana a envie de m’aider. « Si, lui montrer que tu es là pour elle et que tu te bats avec elle. Tu sais je pense sérieusement que la maladie peut être vaincue grâce à une force puissante de l’esprit. Si vous faites tout en sorte pour que tout se passe bien, alors ça se passera bien. Sois-en sur, ne doute pas. C’est ce qui vous mènera à une fin heureuse... » Cela me touche beaucoup que ma sœur me parle de cette manière. Je sais qu’elle a encore beaucoup de mal avec la présence de Shanae, mais pourtant elle m’apporte tout son soutien et cette fois c’est moi qui la prends dans mes bras, juste pour la remercier. Je ne crois pas totalement à ce qu’elle me dit, mais je veux y croire malgré tout. « J’espère que tu as raison. » lui dis-je doucement tout en déposant un bisou sur sa joue pour la remercier.

Finalement on essaye un peu de détendre l’ambiance tous les deux et très rapidement on reparle de sa nièce préférée – pour le moment. Ma fille commence à prononcer ses premiers mots et j’aimerais bien que le prochain soit pour ma sœur. Lana n’est pas un prénom très compliqué à prononcer, mais connaissant Théa, elle va forcément tenter de nous remixer cela à sa manière. « T’inquiètes pas. Avant même que ma filleule pointe le bout de son nez, Théa aura dit Lana. Tiens, tata Lana même ! » Sa remarque me fait rire. Je l’imagine bien souler Théa avec ça jusqu’à ce qu’elle finisse par le dire comme elle le veut. Je secoue la tête. « Têtu comme tu es, je sens qu’elle aura pas le choix. » Je rigole en voyant la tête de ma sœur face à ma remarque.

« Passer la soirée avec son frère c’est pas cool ? Qui a dit ça ? Et puis j’ai passé l’âge de vouloir être ‘cool’. Tout ce qui m’importe c’est mon bonheur, et ça passe aussi par le bonheur des gens que j’aime, donc toi. Alors tu sais quoi, j’ai une autre idée. Puisque je te connais par cœur, et que je sais que tant que tu n’es pas près de ta femme, tu vas t’inquiéter, et que d’un autre côté j’ai quand même envie de passer la soirée avec toi, je te propose un deal. On va chez vous, on se mate un bon DVD, puisque de toute manière tous tes meilleurs DVD ce sont MES DVD qu’il va falloir que je récupère ! » Au moins je me dis que je ne suis pas venu ici pour rien. J’avais peur que Lana me jette dehors sans vouloir m’écouter. Au final, nous allons passer la soirée ensemble et je crois que je ne pouvais pas demander mieux. J’ai besoin de passer un moment avec ma petite sœur. Cela fait trop longtemps que nous n’avons pas prit le temps de le faire. Mais le fait qu’elle veuille bien aller chez moi pour que je sois proche de Shanae. « On fait comme ça alors ! » lui dis-je tout en me levant pour récupérer mon manteau. « Et au fait… Tes soi disant DVD. Il reste à la maison. » Je rigole à nouveau et donne une légère tape sur l’épaule de ma sœur pour lui montrer que je rigole. On quitte son appartement direction ma voiture pour rentrer à la maison. J’étais en train de conduire lorsque ma petite sœur finis par me dire : « Tu ne sais pas quoi ? Les parents sont venus me voir à l’appart la semaine dernière. Ils ne sont pas restés longtemps j’peux t’le dire ! » Heureusement que l’on arrive à un feu rouge, parce que je viens tout juste de faire pile pour me tourner vers ma sœur. « Tu te moque de moi ? » Cela fait près de cinq ans que je n’ai plus vu mes parents. Du moment où j’ai emménagé avec Shanae j’ai coupé les ponts avec eux et ils n’ont jamais cherché à me revoir. Je ne suis même pas sûr qu’ils soient au courant de l’existence de Théa. Et là ils reviennent voir Lana comme si de rien était. « On en parlera à la maison… » dis-je presque énerver. Ils seraient capables de demander à Lana de les pardonner et c’est quelque chose que je ne supporterais vraiment pas…

Une fois à la maison, je laisse Lana s’installer au salon tandis que je monte rapidement à l’étage pour voir ma petite famille. Théa dors profondément. Je dépose un baiser sur sa petite joue et remonte sa couverture avant d’aller voir Shanae. Ma chérie ne dort pas et semble surprise de me voir arriver aussi tôt. « Je suis rentré avec Lana, on va se regarder un film en bas. Si ça va pas, tu m’appelle d’accord ? » Elle hoche la tête en me souriant. « Profite de ta soirée mon cœur. » Je l’embrasse tendrement et lui ramène un verre d’eau avant de redescendre les escaliers. Je retrouve ma sœur assise dans le canapé, un air innocent sur le visage. Je m’assois à côté d’elle et reprends mon air sérieux de grand frère. Je sais que c’est quelque chose que Lana déteste, mais c’est plus fort que moi. « Il c’est passer quoi avec les parents alors ? » Je repense à ce qu’elle m’a dit dans la voiture et soupire. « La semaine dernière en plus et tu me le dis que maintenant… » Je sais très bien pourquoi elle ne me l’as pas dit avant, mais ça m’énerve. Nos parents n’ont jamais été là pour nous et oui je les déteste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Mar 18 Fév - 18:45





I love the way you lie


Lorsque je propose à mon frère d’aller chez lui pour être près de sa famille, avec moi en prime, je sens que ça lui fait plaisir, et je retrouve enfin un petit sourire qui fait sa bouille de papa ours. « On fait comme ça alors ! ». On se lève tous les deux pour nous habiller, et pendant ce temps, il essaye de me gruger. « Et au fait… Tes soi disant DVD. Il reste à la maison. ». J’ouvre grand la bouche d’un air choqué. «Dans tes rêves papa ours !». On rit tous les deux pendant quelques secondes, comme pour lâcher un peu la pression de cette discussion difficile. Malgré tout, je suis confiante, je suis sûre que tout va bien se passer. Il faut que tout se passe bien, je n’ai aucune envie de retrouver mon frère en lambeaux et devoir le ramasser une nouvelle fois à la petite cuillère.

Dans la voiture, j’avoue à Isaac que nos parents sont venus me voir la semaine dernière, et qu’ils ne sont pas restés très longtemps. Il freine un grand coup, heureusement on était au feu rouge. « Tu te moque de moi ? ». J’ouvre les yeux en grand, surprise de sa réaction. A cet instant précis je me sens comme une enfant qui est en train de se faire engueuler. Je ne sais pas trop jauger la voix de mon frère. Je ne sais pas si c’est juste de la surprise, qu’il est dégouté que nos parents ne l’aient pas contacté lui aussi, ou si c’est qu’il m’engueule de ne pas lui avoir dit avant. « On en parlera à la maison… ». Gloup. J’ai perdu une occasion de me taire. A noter sur ma liste de choses à faire : penser à fermer sa gueule de temps en temps ! ^^

Une fois à la maison, c’est sur la pointe des pieds que je me glisse jusqu’au salon, après avoir retiré mes chaussures et mon manteau. Je laisse Isaac monter voir sa petite famille, et je m’installe sur le canapé, après avoir fait une selection que 5 DVD. C’est notre rituel avec Isaac. Je choisis les 5 premiers DVD, il en retire un, j’en retire un, etc jusqu’à ce qu’il ne reste plus que celui que nous allons regarder.

Lorsqu’il descend, je remarque son air de grand frère sur le visage, et j’aime ça qu’à moitié. « Il s’est passé quoi avec les parents alors ? ». Je soupire un peu, je pensais pas devoir parler de ça avec lui ce soir, mais qu’importe, il a le droit de savoir. « La semaine dernière en plus et tu me le dis que maintenant… » «Bah euh oui, j’allais pas t’appeler alors qu’on se faisait la gueule juste pour te dire ‘youhou les parents sont passés chez moi youpiii !’.» Je lui adresse un air dépité. Le regard qu’il me tend m’incite à lui raconter ce qui s’est passé. Alors je prends une grande inspiration et lui explique. «Ils sont arrivés dans l’apres midi, j’étais pas à l’appart. Je les ai trouvés devant l’immeuble. J’ai hésité un peu et maman a dit qu’ils venaient pour prendre des nouvelles. Je sais toujours pas comment ils ont eu mon adresse. En arrivant Mathéo était là et ce boulet m’a appelé avec un petit nom d’oiseau alors qu’il fait jamais ça, du coup les parents ont cru que c’était mon mec...». Je pouffe de rire rien qu’à l’évocation que Mathéo puisse être mon mec. «Non mais... moi et Matt quoi.. le truc improbable...». Isaac me regarde toujours avec ce même air, il n’a pas trop envie de rire visiblement. Je soupire et poursuis. «Bon. Et puis je leur ai dit que c’était pas mon mec et que...» Je m’arrête net, coupant la phrase avant de raconter la fin. Parce que dire à mon frère là maintenant tout de suite que je suis gay, que même les parents sont désormais au courant et pas lui, je risquerai bien de déclencher une guerre civile. Je me rattrappe donc comme je peux. «... et que j’avais pas de mec. Bref. J’ai été super sèche et ils sont restés quoi... 10mn à tout casser. Papa avait pas trop l’air d’être enchanté d’être là, c’est maman qui s’est excusé pour lui, de sa mauvaise humeur, comme d’hab quoi. Rien n’a changé chez les parents Fitzgerald. Enfin voilà quoi t’as rien loupé.»

La fin de ma phrase sonne vraiment comme quelque chose qui n’a aucune importance pour moi. Mes parents ne sont pas tellement mes parents, mais plutôt mes géniteurs. Ils m’ont donné la vie, et ça s’arrête là. Je ne ressens aucun manque (du moins, consciemment) quant à leur non présence dans mon quotidien. Ça me va très bien comme ça. Je vois qu’Isaac est quand même un peu bouleversé par ce que je viens de lui dire. «J’ai pas parlé de Sha’, ni de Théa, ni de rien du tout. Je sais même pas s’ils sont au courant. Il me semble que tu n’avais pas envoyé de faire-part pour la naissance de Théa. Enfin... de toute manière il vaut mieux pour tes 2 princesse qu’elles n’aient pas de grands parents, plutôt que de se taper ceux là. La mère de Shanae est amplement suffisante, et bien plus digne d’être une vraie grand mère. Non ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Mer 26 Fév - 21:15




I love the way you lie


Après avoir eu une longue discussion et avoir quelque peu remis les choses en place avec Lana, nous décidons de retourner chez moi pour finir de passer la soirée ensemble. Je suis heureux que ce soit Lana qui est proposé un tel programme. Preuve qu’elle ne m’en veut pas a mort non plus. Elle pourra dormir à la maison de toute façon étant donner que je n’ai toujours pas fait quelque chose pour la chambre de bébé. Enfin. Pour le moment, nous sommes en voiture, direction la maison. En chemin, Lana finit par m’apprendre que les parents sont venus lui rendre visite. Je suis tellement surpris que j’en écrase le frein par mégarde. Heureusement que nous sommes à un feu rouge et que personne ne nous suivait. Vraiment je suis surpris. Cela doit bien faire six ans que nous n’avons pas parlé de nos parents avec Lana. Cette nouvelle me perturbe. Je me demande bien pourquoi nos parents cherchent à revoir Lana après tout ce temps. C’est vrai qu’elle est resté vivre chez eux plus longtemps que moi, mais tout de même… Ils n’ont jamais été là pour nous et voilà que soudainement ils refont leurs apparitions. Je ne veux pas parler de ça alors que je conduis et fais donc savoir à Lana que l’on reparlera de tout cela une fois arriver à la maison. Le reste du trajet ce fait dans le plus grand des silences. Une fois chez moi, Lana part s’installer au salon, alors que je monte rapidement voir ma famille. J’avertis Shanae de notre présence pour qu’elle ne s’inquiète pas si elle entend du bruit et finis par rejoindre ma sœur qui a déjà sélectionner cinq DVD. Je vois que les vieilles habitudes ont la vie dure.

Je ne perds pas de temps pour questionner ma petite sœur. Je ne lui en veux pas tellement de ne pas me l’avoir dit avant, mais je pensais quand même qu’elle m’aurait prévenu tout de suite. C’est de notoriété public que nous portons aucun réel amour à nos parents, on c’est toujours soutenu tous les deux et je pensais qu’elle m’en aurait parlé. Mais la réponse de Lana va me laisser sans voix. « Bah euh oui, je n’allais pas t’appeler alors qu’on se faisait la gueule juste pour te dire ‘youhou les parents sont passés chez moi youpiii !’. » « Okay je te l’accorde… » Mais quand même. Qu’est-ce que les parents sont venus faire chez elle ? Ils ce ne sont pas intéresser à nous durant toute nos vies alors c’est quoi le problème d’un seul coup ? D’un côté, je suis heureux de voir que ce n’est pas moi qu’ils ont cherché à voir en premier. L’accueil n’aurait pas été le même je pense. Vraiment pas. « Ils sont arrivés dans l’après midi, je n’étais pas à l’appart. Je les ai trouvés devant l’immeuble. J’ai hésité un peu et maman a dit qu’ils venaient pour prendre des nouvelles. Je ne sais toujours pas comment ils ont eu mon adresse. En arrivant Mathéo était là et ce boulet m’a appelé avec un petit nom d’oiseau alors qu’il fait jamais ça, du coup les parents ont cru que c’était mon mec... Non mais... Moi et Matt quoi... Le truc improbable... » Ma sœur se bidonne alors que je trouve cela tout sauf drôle. Je m’en fiche un peu de savoir que les parents ont pris son colocataire pour son copain. Grand bien leur en fasse. Je veux juste savoir pourquoi ils sont allés voir ma sœur. Elle a assez souffert comme cela de leurs abandons, je ne veux pas la voir triste a cause de cela a nouveau. Je sais qu’elle joue son dur, mais je connais ma sœur et je préfère faire attention. Enfin. Je fixe Lana et l’empresse de terminer. « Bon. Et puis je leur ai dit que ce n’était pas mon mec et que… Et que je n’avais pas de mec. Bref. J’ai été super sèche et ils sont restés quoi... 10mn à tout casser. Papa avait pas trop l’air d’être enchanté d’être là, c’est maman qui s’est excusé pour lui, de sa mauvaise humeur, comme d’hab quoi. Rien n’a changé chez les parents Fitzgerald. Enfin voilà quoi t’as rien loupé. » Je hausse les épaules. Effectivement je n’ai rien loupé, mais quand même. « Qu’est-ce qui leurs prends de revenir d’un seul coup comme ça ? » C’est vraiment la seule et unique question que je me pose. Pourquoi ?

« Je n’ai pas parlé de Sha’, ni de Théa, ni de rien du tout. Je ne sais même pas s’ils sont au courant. Il me semble que tu n’avais pas envoyé de faire-part pour la naissance de Théa. Enfin... de toute manière il vaut mieux pour tes 2 princesse qu’elles n’aient pas de grands parents, plutôt que de se taper ceux là. La mère de Shanae est amplement suffisante, et bien plus digne d’être une vraie grand mère. Non ? » Je croise le regard de ma sœur. Je me doute qu’elle n’as pas parler de moi ou de ma famille, mais cela me rassure. Mes parents ne sont pas au courant de tout cela et je ne veux surtout pas les voir dans la vie de mes enfants. Au tout début de notre relation, Shanae me demandait souvent si j’étais aller voir mes parents, quand j’ai finis par lui expliquer ma vie de famille, elle a arrêter de me questionner et c’est fait à l’idée qu’elle n’aurait jamais de beaux parents. Théa ne connaît pas ses grands parents et c’est bien mieux comme cela comme viens de le souligner Lana. « Non les parents ne sont pas au courant pour Théa et ils n’ont pas besoin de savoir. Je ne veux pas les voir dans ma famille. Je ne sais pas pourquoi ils sont venus vers toi, mais ça ne me plaît pas. Ca fait cinq ans que c’est le silence total et ils reviennent comme si de rien était. » Vraiment cela m’énerve, mais je me rends bien compte que ce n’est pas la faute de Lana. « Enfin. Heureusement que ce n’est pas moi qu’ils sont venu voir. » dis-je en soupirant quelque peu avant de m’asseoir un peu mieux dans le canapé auprès de ma petite sœur. « Je te jure ça m’énerve. » ajoutais-je quand même. Je crois que je ne suis pas prêt d’oublier ça.

Enfin. Je ne vais pas non plus passer la soirée à râler sur mes parents. Je regarde le tas de DVD que ma sœur à sorti et me rends rapidement compte qu’aucuns ne me plaît vraiment. Tant pis. Je ne vais pas discuter, Lana as envie de voir l’un d’entre eux et ce soir je veux juste me rabibocher avec ma sœur. « Bon alors on va déjà dire non à celui là. » dis-je tout en retirant un DVD du tas. « Shanae me force à le regarder assez souvent comme ça. » ajoutais-je en riant. Et oui ma femme aime les comédies à l’eau de rose et de temps en temps pour lui faire plaisir j’en regarde un avec elle. « Tu veux boire un truc ? Un chocolat ? » C’est toujours la boisson que je lui faisais lorsqu’on tentait d’occuper nos soirées lorsque l’on était enfants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   Mer 5 Mar - 11:07





I love the way you lie


« Non les parents ne sont pas au courant pour Théa et ils n’ont pas besoin de savoir. Je ne veux pas les voir dans ma famille. Je ne sais pas pourquoi ils sont venus vers toi, mais ça ne me plaît pas. Ca fait cinq ans que c’est le silence total et ils reviennent comme si de rien était. ». Je sens qu’il est énervé, je le connais par coeur, je sais la voix qu’il utilise, elle est plus grave, plus sèche. Il me regarde à peine, je sens qu’il boue à l’intérieur. «Je sais. Mais bon finalement ils sont pas resté, on s’en fout. On les reverra sans doute pas avant 5 ans !». Je lâche un petit rire. Parce que oui, je suis comme ça, je préfère rire que pleurer, et prendre les choses à la légère plutôt que de sombrer dans une profonde dépression.« Enfin. Heureusement que ce n’est pas moi qu’ils sont venu voir. ». «Tu m’étonnes, ils auraient été ravis du voyage ! Genre un nez pété à cause d'une porte claquée en pleine face !». Je ris un peu et plaque ma main sur ma bouche, en regardant Isaac. Je vois que ça ne le fait pas tellement rire. « Je te jure ça m’énerve. ». Je pose ma main sur son bras et le frictionne du coude à l’épaule. «Allez ça sert à rien de t’énerver pour eux, ils n’en valent pas la peine. Pense plutôt à ta chérie et à tes enfants ok ?».

Il hoche la tête et pose enfin les yeux sur les DVD que j’ai choisi. Je le sens hésitant, et il en élimine finalement un. « Bon alors on va déjà dire non à celui là. Shanae me force à le regarder assez souvent comme ça.». Je lâche un petit rire amusé. Je me rends compte de plus en plus que Shanae et moi avons les mêmes goûts sur certaines choses. On finit par choisir notre DVD, et je me lève pour aller le mettre dans le lecteur. Pendant ce temps, Isaac se lève. « Tu veux boire un truc ? Un chocolat ? ». Je me tourne vers lui. Comment lui dire que j’ai grandit et que je ne bois plus de chocolat chaud depuis au moins 10 ans. Je lui offre un sourire. «Oui, un chocolat ce sera très bien.». Finalement, ce ne serait pas si mal de se remémorer le bon vieux temps.

Une fois installés tous les deux sur le canapé, devant le DVD, je sirote mon chocolat chaud. Une fois fait, je me cale un peu plus contre mon frère et remonte mes genoux contre ma poitrine, comme je faisais toujours quand j’étais petite. J’ai l’impression de retomber en enfance parfois. Isaac me prend dans ses bras et je m’endors à moitié. A la fin du film, je me tourne dans la direction de mon frère. Il s’est endormi. Je souris et plaque un bisou sur sa joue, ce qui le réveille doucement. Je lui chuchotte «Allez file te coucher, t’as besoin de sommeil. Je vais rentrer à pieds, Matt doit être en train de promener son chien je vais lui demander de venir me chercher.». Il se redresse et je sens qu’il va dire quelque chose. Je pose mon index sur mes lèvres «Chut. Tais toi. Mathéo est très gentil, et ce sera toujours mieux que de rentrer toute seule de nuit. Alors file te coucher, c’est moi qui joue la grande soeur là !». Il me sourit et je lui refais un bisou, avant de le laisser monter rejoindre sa chérie.

A peine 5 minutes plus tard je reçois un message de Matt qui me dit qu’il est tout près et que je peux sortir. Finalement, il ne sert pas à rien celui là !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I love the way you lie » Fitzgerald's   

Revenir en haut Aller en bas
 

I love the way you lie » Fitzgerald's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I love the way you lie » Fitzgerald's
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-