NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 Les amitiés particulières [PV Micah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité
Les amitiés particulières [PV Micah] Empty
MessageSujet: Les amitiés particulières [PV Micah]   Les amitiés particulières [PV Micah] EmptyLun 6 Jan - 23:44

C’était la disette, disons quasiment la famine : on avait interdit à Caleb de dépenser des mille et des cents en cadeaux de Noël. Hérésie ! En général il s’endettait pour le mois à venir, et étant donné le montant de ses rentes mensuelles, ce n’était pas peu dire. Mais actuellement, tout le monde dans le groupe, y compris le petit Isiah, faisait figure de comptable austère à côté de lui et il ne pouvait pas simplement faire fi de leurs avis éclairés. Non, ils avaient tous raison, à lui d’apprendre à se serrer la ceinture. Pour cela, une seule stratégie : trouver des cadeaux suffisamment luxueux pour satisfaire son besoin de grandeur, mais qui conviendraient à faire le bonheur de plusieurs membres de la smala.

Un mobile de bois peint, choisi dans un cabanon d’inspiration russe qui faisait aussi des matriochkas et des chapkas, attira son attention au marché de Noël : ce serait très bien pour la « famille Shaw », que ce soit le couple de cascadeurs bodybuildés, qui venaient de Russie après tout, leur môme qui adorait les mobiles comme tout bon bébé qui se respecte, et le bâtard post-adolescent qu’ils traînaient dans leurs pattes, un grand fana des structures articulées à monter soi-même. Le styliste, ce serait plus chiant : un type qui fabrique de ses propres mains les trucs qu’il aime le plus au monde, et qui est le mieux placé pour choisir le matériel adéquat, difficile de lui offrir toutes ces choses ; et en-dehors de ça, va trouver un cadeau qui lui plaise vraiment… sans trop te torturer la tête, quand même, parce que Cris n’était pas son mec, ils n’avaient même jamais couché ensemble, hors de question que Caleb cherche cent dix ans comment le contenter. Bah ! Il avait encore bien le temps, on n’était qu’en début décembre.

Il venait de quitter le marché de Noël pour s’installer dans un café confortable et chauffé, son bidule slave en kit bien empaqueté à ses pieds sous quelques flocons attachés à sa surface, quand il aperçut un spectacle qui lui fut immédiatement familier. Là-bas, derrière les vitres, un trottoir bondé de monde, une rue encombrée par la circulation et une palissade de sécurité, bordée de branches de sapin en guise de décoration, il voyait passer des têtes humaines. Leur vitesse, leurs angles de virage, leur expression même à cette distance ne pouvait signifier qu’une chose.

Il en lâcha tout bonnement la carte qu’il tenait entre ses mains, et oublia ce qu’il avait eu l’intention de commander – pareil : qu’il était donc agaçant de devoir faire un choix selon ses goûts et son humeur du moment, alors qu’il avait toujours mis un point d’honneur, en arrivant dans un nouvel établissement, à prendre ce qu’il y avait de plus cher et donc, probablement, de plus rare ? Non, maintenant il fallait réfléchir, se tâter, compter et calculer, comme le dernier des mortels. Incapable de chasser le spectacle qui obnubilait ses pensées, il se leva et traversa la salle pour aller se perdre dans un spectacle propre à réveiller ses appétits plus charnels, et à l’éloigner de la nostalgie. Les petits gâteaux présentés dans la vitrine étaient, ma foi, fort appétissants. Il s’adressa aimablement à celui d’entre eux qui était doté de la parole.

« Pardon, vous vous occupez de ce rayon ? Je me demandais, ça ne serait pas une patinoire, en face de votre établissement ? »

Il avait laissé libre cours à son accent français, histoire de jouer les touristes et de se faire un peu chouchouter, comme tous ceux qui venaient en ville pour visiter le marché de Noël, véritable neige de bénéfices sur la modeste forêt des commerçants locaux. A vrai dire, il courait deux lièvres à la fois, sinon deux et demie. Certes, la patinoire était une grande passion chez lui, et surtout le seul lieu de sa virtuosité, comparé aux autres membres de sa petite bande qui avaient tous leur spécialité charismatique et plus ou moins assimilable à un art. Mais il avait aussi à l’idée de perfectionner une petite stratégie qui venait de naître en son cerveau fertile, et ce, avec l’assistance d’un autre véritable artiste, celui qui avait confectionné les sucreries qui étalaient leurs joyeuses couleurs devant ses yeux admiratifs.

Oui, c’est qu’il avait aussi un « mec », si l’on peut dire, en plus de sa petite famille adoptée et du styliste qui lui donnait des migraines. Un genre de régulier, pour lequel il en était venu à éprouver une certaine affection, et auquel il comptait faire plaisir tout particulièrement pour ce premier Noël en commun. Il faut dire que, depuis les années qu’il le connaissait, jamais ce petit plaisir innocent ne leur avait été accordé ; c’était le moment de marquer le coup. Plus de fêtes solitaires pour son gigolo personnel, plus de tendre épouse à combler et de famille huppée à fréquenter pour lui, juste un petit Noël paisible et normal, entre amis, en compagnie choisie et désirée… Voilà, le désir, c’était une constante entre eux, un lien animal contre lequel ils étaient incapables de lutter. Ce serait une commande particulière.
Revenir en haut Aller en bas
Micah Summers-Petterson
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
Les amitiés particulières [PV Micah] Empty
MessageSujet: Re: Les amitiés particulières [PV Micah]   Les amitiés particulières [PV Micah] EmptyVen 24 Jan - 18:56





Caleb & Micah


Il y avait un type louche dans le café. Micah l'avait repéré dès son entrée au Morning Coffee. Déjà, il ne faisait pas parti des habitués que le jeune homme avait l'habitude de servir quand il n'était pas dans le laboratoire de pâtisserie. Hé, Micah avait un truc pour retenir ce que quelqu'un aimait, pour peu qu'il revienne plus d'une fois ou qu'il lui ai juste fait la conversation plus de deux minutes. Ça n'empêchait pas qu'un tas de têtes inconnues au bataillon défilaient, surtout en période de fêtes, mais ce type là précisément était louche.

Il fusillait le menu du regard comme s'il était personnellement responsable de la mort de son chien, et par conséquent, Micah le fusillait du regard en retour parce sur ce menu il y avait SES gâteaux de Noël. Et l'adolescent avait mis le paquet. Tous les gâteaux du Morning y était passés ! Remasterisés version Noël. Rennes, sapins et bonhommes de neiges ornaient la vitrine sous forme de cupcakes et autres macarons, tous testés sur des cobayes fiables et consentants, à savoir : Sebastian pour les adultes et Sam pour les enfants.

Sam était dotée du gêne Summersien qui faisait qu'on pouvait avaler des tas de trucs hyper sucrés capables de tuer un diabétique en une seule bouchée sans prendre un gramme. Quant à Sebastian, ce qu'il n'éliminait pas au lit, il le perdait en exercices matinaux. C'était toujours le point culminant de la journée de Micah. Il regardait Sebastian faire des pompes. 50 sur la main gauche, 50 sur la main droite, et s'il n'était pas trop dans le coltar, il lui grimpait dessus comme sur le plus outrageusement sexy des arbres et le mettait au défi d'en faire 50 de plus (avec les deux mains autorisées, il n'était pas un monstre) avec lui sur le dos. Ça commençait invariablement torse nu et finissait plein de muscles contractés ruisselants de sueurs. Un peu comme un film érotique, mais interactif. Dooonc... ouaip. Système parfait !

Tout d'un coup, l'homme lâcha la carte. Son attention soudainement aspirée par... la patinoire ?

Micah fronça les sourcils derrière ses lunettes, sa curiosité piquée au vif. Un petit sourire se fit néanmoins une place sur son visage comme l'homme approchait pour le questionner et tiens... la patinoire ! « C'est moi ! » répondit-il avec l'entrain du chaton qui voit son tout nouveau centre d'intérêt s'approcher docilement à portée de pattes.

En fait il n'était pas vraiment « en charge » officiellement du service en salle, mais Stan rallongeait sa pause et Micah avait besoin de bons points pour le réduire en esclavage, plus tard. Quand il aurait besoin d'un alibi pour tricoter en cachette le cadeau de Noël top secret de Sebastian.

« Et la patinoire accompagne le marché de Noël, comme tous les ans à Noël. » précisa t-il en jetant un coup d'œil à ladite patinoire, avant de revenir à son client. « Vous êtes amateur ? De patinage je veux dire. J'adore en faire, mais sur le lac. Il est toujours gelé en hiver et ya moins de monde » Sans oublier que c'était gratuit, ce qui a une époque était un argument. « Mais c'est – dangereux ? » se ravisa humblement Micah. Il ne voulait définitivement pas être responsable de la mort d'un malheureux touriste. Nope. « La patinoire, c'est définitivement mieux. Elle est ouverte toute la journée si ça vous intéresse, jusque 20 heure comme le café. 

En parlant du café ! Micah ajusta un coup d'oeil vers les gâteaux et se pencha sur le comptoir. « Vous avez besoin d'aide pour choisir un gâteau ? Oh et – » il désigna la vitrine d'un vague mouvement de doigt. « Les petits bonhommes de neige en meringue avec leurs chapeaux en pain d'épice sont juste là pour décorer. » il mordit le rire qui remontait insidieusement dans sa gorge à sa propre connerie et se passa une main sur la nuque. « Ouais, faire de la déco comestible quand on vend des gâteaux ? C'était pas ma meilleure idée... »

Là-dessus, le jeune homme se détacha du comptoir, logea ses prunelles cuivrées sur l'homme ténébreux-louche-possiblement-patineur et ajouta telle la fouine qu'il avait toujours été. « Mais j'pourrais vous en donner un si vous me dites d'où vient votre accent. »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian Les amitiés particulières [PV Micah] 1608589755:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Les amitiés particulières [PV Micah] Empty
MessageSujet: Re: Les amitiés particulières [PV Micah]   Les amitiés particulières [PV Micah] EmptyDim 26 Jan - 1:35


Oh ! Lui, c'était un amateur. Au sens "débutant", pour avoir peur de se faire couper les doigts par une lame glissant à pleine vitesse, et au sens "intéressé", pour ce qui était de l'accent. Caleb était toujours profondément ravi lorsqu'il pouvait débiter ses bobards à une oreille naïve et si possible compatissante. Sa malice profonde se réjouissait des amabilités dont on le consolait d'un mal du pays imaginaire, un véritable petit Satan en pattes de velours. Il prit donc son plus bel accent français pour répliquer, avec quelques touches de vocabulaire ça et là, compréhensible à l'oreille américaine, il l'espérait :

« Je viens de Louisiane. Ma famille était dans le vin français. Toute mon éducation a été tournée vers l'ancien monde. Je suis allé à Paris en séjour linguistique, l'anglais est presque ma seconde langue. »

Son plaisir à faire l'objet de questions était évident, ne serait-ce qu'à la pose qu'il prit devant le comptoir, comme s'il s'attendait à faire l'objet d'une mitraille photographique. Mais il ne perdait pas de vue le sujet de leur présence à tous deux, ces délicieuses créations personnelles qui se trouvaient sous leurs regards et tentaient d'attirer l'attention de leurs couleurs vives. La fibre, non pas artistique, mais artistophile pour plus de précision, s'éveillait chez Caleb. Le créateur n’était pas la moitié d’un bricoleur, il avait bien envie de stimuler un peu cette habileté manuelle en mettant à l’épreuve son imagination. Il lui manquait un cadeau, après tout ! Une idée en tout cas, eh bien l’idée était petit à petit en train de se mettre en forme. En forme de quoi, voilà la question. Mais connaissant Cris…

« A votre tour de répondre à une question de ma part, très cher. Vous seriez en mesure de me faire un joli lapin en chocolat, d’ici les fêtes ? Rien de bien compliqué, mais quand je dis joli… C’est pour un ami à moi qui préfère les lapins mâles, vous voyez ? Pas anatomiquement correct, parce qu’on aura un enfant à table ; mais dans la thématique, si possible. »

Un petit sourire innocent pour se faire pardonner cette requête inattendue, un petit clin d’œil pour faire accepter la familiarité soudaine de son entrée en matière, et le tour était joué. Enfin, généralement, c’était comme ça. Il proposait un jeu, on l’acceptait. Les uns jouaient franc jeu et les autres essayaient de se montrer plus malins que lui, mais il ne lui était pour ainsi dire jamais arrivé qu’on refuse tout net ; ce type de communication était une coquetterie hollywoodienne, il n’y avait que ces acteurs charismatiques qui tournent le dos aux explosions, pour oser dire un vrai non qui veuille dire non. Bon, et peut-être le général, pour être honnête. Mais à présent qu’il était jeune papa, c’était couru d’avance, il allait se ramollir. Personne n’était à l’abri de ces trucs-là, pas vrai ?

Malgré lui, et malgré l’intérêt qu’il portait à cette nouvelle conversation, sa taille se redressa et son regard se porta vers l’extérieur. Il pouvait presque percevoir, dans son imagination en tout cas, le crissement caractéristique du métal contre la glace, et l’envol d’un nuage de particules de givre étincelant qui s’ensuivait. Décidément la région parfaite, il était fait pour ce climat et son instinct brillait au fond de son regard, comme la prunelle phosphorescente d’un loup qui entend l’appel de la steppe. La danse en soi lui avait manqué mille fois davantage que l’attention du public, lorsqu’il avait mis fin à sa carrière professionnelle. La légéreté qu’on ressent en échappant à soi-même, et en incarnant la virtuosité d’un instant aussitôt éteint.

Mais immédiatement, cette bouffée d’enthousiasme s’éteignit et son expression se ferma. Il avait promis d’être discret, il n’allait tout de même pas rompre cette louable intention alors même que la première occasion s’en présentait ! Pas de patinoire donc, du moins… Quelle heure avait-il dite, ce charmant garçon ? Vingt heures, va pour vingt heures, il aurait un petit rendez-vous à ce moment-là. Il rentrerait très tard ce soir, et très frigorifié sans doute, mais dans une forme olympique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Les amitiés particulières [PV Micah] Empty
MessageSujet: Re: Les amitiés particulières [PV Micah]   Les amitiés particulières [PV Micah] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les amitiés particulières [PV Micah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?
» Amitié de la délicieuse duchesse de Bouillon
» Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard
» L'amitié, c'est la propriété de la vie ! ( PV Rivière de Givre )
» « L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines. » [Livre II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps abandonnés-