NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 Please please, save my day... [Ebba]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyLun 13 Jan - 9:38





Please please, save my day...


«Et vous pensez finir la saison au même poste ?». «Je sais pas trop, on verra bien. L’avenir nous le dira !». J’offre un sourire amical au handballeur professionnel que j’interview. «Je vous remercie en tout cas d’avoir répondu à mes questions.» «Mais c’était avec plaisir. Je peux abuser une seconde ?». Je lui lance un regard interrogateur et le voilà qui me demande «Vous êtes libre pour aller boire un verre, ou aller manger un bout quelque part ?». Je lâche un rire à la fois gêné et amusé. «Je suis désolée mais vous n’êtes pas mon genre.» «Oh. C’est cash comme réponse.». Le pauvre, il est gentil. Je m’approche un peu de son oreille pour lui murmurer comme un secret : «Je les aime avec un peu plus de poitrine...». Il me regarde avec des yeux ronds, complètement sonné par la ‘nouvelle’, et se confond en excuses : «Oh. Je vois. Je suis désolé c’est que... enfin... ça se voit pas. Enfin j’veut dire vous... vous êtes très féminine alors...». Je lâche un petit rire avant de rétorquer. «Oui, enfin toutes les lesbiennes n’ont pas le look d’un camionneur. Bonne soirée !»

Ce boulot est déjà en train de m’user. Faire des piges pour un journal sportif, ce n’est pas de tout repos. Je passe plus de temps à courir après les sportifs pour les interviewer -et à me faire draguer- qu’à écrire. Mais bon ça rapporte de l’argent, et comme on peut pas dire que mon coloc ait une envie particulière de garder le même boulot plus de 15 jours, ça s’avère quelque peu compliqué. Donc, je garde ce boulot alimentaire, le temps de trouver un vrai poste de rédac dans un vrai journal. Tout ça pour dire que c’est complètement à plat que je rentre à la maison, à quasiment 22 heures.

En ouvrant la porte, je ne remarque pas encore que Mathéo n’est pas seul, puisque je me fais assaillir de léchouilles par Armstrong (ndlr : le rottweiler de Matt). «Oui moi aussi je t’aime, allez lâche moi maintenant !». Une fois calmé, je relève les yeux et remarque que mon gentil coloc ne m’a pas prévenu qu’il invitait du monde à la maison. «Salut !». En guise de réponse, je lui lance un regard interrogateur. «J’ai acheté un nouveau canapé, alors pour l’inaugurer j’me suis dit que j’pourrai inviter des copines ! Donc voilà Alex et Ebba !». Je leur offre un petit sourire pour ne pas faire trop la rabat-joie. «Bonsoir !». J’ai beau être crevée, une soirée sympa, rencontrer du monde, ça ne peut que me détendre. Et je ne peux en vouloir qu’à moitié à Matt puisqu’il a racheté un canapé, l’ancien ayant été bouffé par son stupide molosse.

«Je vais prendre une douche, vous me gardez une part de pizza ?». Matt hoche la tête et je croise pour la première fois plus intensément le regard de la petite blonde assise sur le pouf en face du canapé. Je lui offre un petit sourire en coin avant de disparaitre dans la salle de bain. A peine 30 minutes plus tard, j’en sors une serviette enroulée autour de la poitrine, et c’est sur la pointe des pieds que je file dans ma chambre, espérant que personne n’ait remarqué ma présence. Quelques minutes plus tard, me revoilà dans le salon, les cheveux encore mouillés, vêtue d’un simple débardeur noir un peu ample -sans soutien gorge- et d’un legging en coton, juste de quoi me sentir à l’aise. Je pousse un peu Matt qui se retrouve collé à Alex et je pique dans le bol de cacahuètes.

«Ok alors... toi c’est Alex...»
je regarde le jeune femme en question qui acquiesce avec un petit sourire et je me tourne ensuite vers la jolie blonde au minois angélique. «Et toi Ebba. C’est joli Ebba ça vient d’où ?». Je ne suis pas spécialement douée pour draguer, mais quand une fille me plaît ça a tendance à se voir tout de suite. Cependant, mon radar ne me trompe que rarement, et j’ai bien remarqué que toutes les 2 sont hétéros. Tant pis pour moi, j’aurai préféré que Matt pense à moi mais je m’y ferai. Une fois la blondinette répondu à ma question, je demande «Et euh... vous vous êtes rencontrés où tous les 3 ? Parce que Matt m’a jamais parlé de vous. Enfin pas que j’me souvienne. Cela dit c’est pas comme si on se confiait un max hum ?». Je donne un coup de coude à Mathéo qui finit par s’adosser au dossier du canapé, regardant les 3 femmes ornant le salon de son appartement. Je ne connais par coeur. Je me contente de sourire un peu, comprenant bien son petit jeu...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptySam 18 Jan - 21:55

you said you didn't want to flirt with this guy, so explain me what you're doin' now...



"Aller viens ça va être sympa. S'il-te-plait. Fait pas la flemmarde. Tu le reverra ton canapé. Fais le pour moi. Franchement je craint le plan drague, du genre lourd, tu vois ?  Et puis y aura de la pizza !" Ca fait bien une bonne demi-heure qu'Alex tourne en rond dans mon minuscule studio, en me balançant à la figure argument sur argument pour que je l'accompagne ce soir. Parce qu'il se trouve que la demoiselle a rencontré un type, un certain Matheo, et qu'il la invitée à son appartement. Je l'écoute à peine, un livre de cours dans les mains, Batman qui ronronne sur mes genoux. C'est mon amie et je l'aime, mais là il faut avouer qu'elle ne m'arrange pas à avoir besoin de moi là, maintenant. Parce qu'on arrive à la fin du semestre, que c'est à peu près la période la plus chaude de l'année niveau travail, que je suis totalement lessivée et qu'avec ce temps j'ai plus envie de me blottir dans un plaid avec mon chat. "Il te plait ?", je l'interromps sans même lever les yeux de mon livre. "Euh oui... ouais, je sais pas trop... enfin il est quand même pas mal du tout..." "Alors de quoi t'as peur ?" Alex fait la moue et viens s'asseoir à côté de moi en faisant un de ces regards de chiot dont elle a la spécialité. Vous savez un de ces regard qui vous provoquent de grands Aaaw et qui pourraient vous faire faire n'importe quoi. Elle me dit tout timidement, "Ouais mais tu sais je viens juste de le rencontrer... Et il m'invite directement chez lui, tu sais, moi je couche pas le premier soir !" Je pourrait lui citer des tas de contre-exemples, elle le sais très bien. Mais elle me fait le regard de chiot et je n'ose pas le lui rappeler, mince elle est douée celle-là ! "Tu sais que je hais tenir la chandelle, hein ?" Alex me fait un grand sourire et me saute dessus pour me serrer dans ses bras, en faisant valser au passage mon livre et en chassant le chat. Elle me remercie mille fois et tente de me rassurer en disant que de toute façon elle ne passerait pas la soirée à flirter avec ce Matheo. Mon oeil, je la connais depuis le temps.

Et je ne m'étais pas trompée, il m'a suffi de voir quel ensemble avait choisi mon amie, c'est à dire casual mais quand même beaucoup trop sexy pour manger de la pizza. Mais je ne dis rien, j'ai appris qu'on ne changerait pas cette tête de mule, mieux vaut en sourire. Le fameux Matheo s'avère être pas mal du tout, comme elle me l'avait assuré, et heureusement pour moi, plutôt sympa. Et même si il a des flammes dans les yeux et un sourire en coin charmeur dès qu'il se tourne vers mon amie, je garde encore le mince espoir de ne pas passer la soirée livrée à elle même. Je le salue chaleureusement, malgré le regard de notre hôte qui semble vouloir me dire Tu te rends compte que tu risques de me faire foirer mon plan ? Tant pis, je suis invitée -indirectement peut-être- et il y a de la pizza, je ne me fais pas prier et m'installe dans le séjour. Stratégiquement, sur le pouf en face du canapé, celui là je le laisse aux tourtereaux de cette nuit même s'il à l'air incroyablement confortable. Paraîtrait même qu'il est neuf, ce que Matheo nous sert comme excuse pour avoir invité Alex. Bien sûr mon coco. Place stratégique ou pas, parce que depuis mon pouf je vois absolument tout des regards entendu, sourires aguicheurs et roucoulements. Ok c'est marrant 5 minutes, mais bien vite je m'ennuie, heureusement qu'il y a de la pizza. Personne ne semble remarquer que j'engouffre tranche après tranche sans arrêt, tellement ils sont absorbés par leur discussion.
J'ai perdu le fil de ce qu'il se disent depuis un petit moment, malheur il n'y a plus de pizza, mes pensées voguent par ci par là en passant par la décoration de l'appart, la contemplation d'une poussière sur le sol ou un de mes orteils qui tente de s'échapper par un trou dans ma chaussette. Grand moment de solitude. Heureusement un énorme toutou daigne m'accorder un peu d'attention, normalement je ne suis pas très chien mais là, j'ai besoin d'un câlin. Câlin de courte durée puisque après quelques minutes de caresses, le chien me délaisse pour se précipiter fou de joie dans l'entrée. "Oui moi aussi je t’aime, allez lâche moi maintenant !" Bizarre, Matheo n'avait pas dit que quelqu'un devait arriver. Mais à voir la tête de la grande et belle blonde qui vient d'apparaître, elle n'était pas au courant que du monde était invité. Je tourne la tête vers Alex qui se ratatine sur elle même, comme prise en flagrant délit par la copine de son flirt. Probable en effet... Mais il ne semble pas gêné le moins du monde. "J’ai acheté un nouveau canapé, alors pour l’inaugurer j’me suis dit que j’pourrai inviter des copines ! Donc voilà Alex et Ebba !" Je lance un regard télépathique à Alex Calme toi ils sont pas ensemble !  Je te jure tu ressemble à une moule pas fraiche en ce moment... Sa colloc sûrement, elle n'a pas l'air très heureuse d'avoir des invités mais fait tout de même un petit sourire. Pas grave je m'en contenterais, au moins je ne suis plus coincée toute seule devant ces deux, qui on repris leur processus d'approche dès qu'Alex a retrouvé ses esprits.
La jeune femme -que Matheo nous a présenté comme étant Lana, sa colloc. Je t'avais dit, froussarde !- s'est vite éclipsée sous la douche avant de revenir nous rejoindre, en training tout simplement à l'aise, et sans soutien-gorge, oui c'est le genre de trucs que je remarque. Je suis observatrice que voulez vous ? Tellement que j'ai même remarqué son passage, qui se voulait discret, en serviette dans le couloir. Il faut dire que depuis le pouf on voit tout, que ce soit sur le canapé ou dans les coulisses. Lana s'installe donc sur le canapé, poussant Matheo sans ménagement et l'envoyant se coller à Alex. Je sourit intérieurement, je m'entend bien avec les personnalités sans gêne et pleines d'assurance. L'avenir de la soirée me parait soudain bien moins ennuyeux. "Ok alors... toi c’est Alex..." L'intéressée hoche la tête, remise de ses émotions heureusement. "Et toi Ebba. C’est joli Ebba ça vient d’où ?" Elle me plante un regard bleu-vert désarmant, même pour une personne plutôt confiante comme moi qui ne se laisse pas facilement désarmer. Là j'avoue je suis un peu déstabilisée, ça me rappelle un peu le regard de cette fille dans une boutique il y a pas si longtemps. Avec une légère pointe... d'envie. Je hausse discrètement un sourcil mais me maîtrise en me concentrant sur la question qu'on m'a posée. "Merci !  C'est suédois, j'ai fait mon enfance là-bas." J'ai pas l'inspiration de poursuivre, tant pis faut s'y attendre quand on fait ce genre de regard aux gens. "Et euh... vous vous êtes rencontrés où tous les 3 ? Parce que Matt m’a jamais parlé de vous. Enfin pas que j’me souvienne. Cela dit c’est pas comme si on se confiait un max hum ?" Elle regarde son colocataire avec un regard complice, à voir son comportement avec les femmes n'est pas méconnu. Il faut dire qu'avec trois femmes autour de lui, il a l'air de se sentir parfaitement dans son élément. Alex et Matheo expliquent dans les grandes lignes comment ils se sont rencontrés, mais je n'écoute qu'à moitié, elle me la déjà raconté en long et en large. En se rendant compte que je n'ait rien à voir avec leur histoire, Lana se tourne de nouveau vers moi l'air interrogateur. Cette fois je fais meilleure figure. "A vrai dire je connais Matheo que depuis ce soir, je suis une amie d'Alex et comme j'en avait marre de rester chez moi pour bosser et une folle envie de pizza, je suis venue." Bien sûr je n'allais pas griller Alex et ça soit-disant envie de rester sage ce soir, vu les regards qu'elle lance à son voisin ça paraîtrait peu crédible. Mais je lui laisse tout de même un regard empoisonné, qui me relance une moue-sourire. Bon j'avoue concernant la pizza je n'ai pas menti.
eden
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyDim 19 Jan - 10:09





Please please, save my day...


Une fois installée dans le salon, sur le joli nouveau canapé - qui a l’air très confortable à premier abord - je commence mon investigation face aux deux jeunes femmes qui se trouvent dans mon salon. Oui parce que c’est plus fort que moi, malgré une dure journée de boulot, je ne peux m’empêcher de poser encore et toujours des questions, m’intéressant à tout le monde. Alex est une jolie jeune femme, pas vraiment mon goût, enfin si on peut dire que j’ai un goût particulier pour certaines femmes. Elle est brune les yeux très clairs, c’est assez frustrant d’ailleurs, ça fait un joli mélange, [i]penser à se teindre en brune [/]. Je comprends rapidement pourquoi Matt a craqué pour elle, je pense que c’est dû à son sourire en coin, elle fait sa polissonne, Matt adore ça, je commence à le connaitre. Je me tourne avec pour planter mon regard sur la jolie petite blonde en face de moi, et lui demande finalement d’où vient son prénom original. "Merci ! C'est suédois, j'ai fait mon enfance là-bas.". Suedoise hum. Intéressant. Je lui offre un petit sourire gentil, juste ce qu’il faut pour la mettre à l’aise.

En rentrant j’avais juste envie de me terrer dans mon lit, enfin dans la moitié de mon lit parce que Armstrong a pris l’habitude de squatter ces derniers temps. Et puis finalement la soirée a changé d’itinéraire, et ce n’est pas plus mal, ça ne me fera pas de mal de changer un peu des têtes que je vois tous les jours au boulot, et de tous ces mecs à interviewer. Je finis par demander depuis quand ils se connaissent tous. Il ne m’a fallu que quelques secondes pour comprendre qu’Ebba était là simplement pour tenir la chandelle et veiller à ce que son amie ne se soit pas fait prendre dans un piège à goujat. Ce à quoi elle n’aurait pas totalement tort puisque Matt est quand même un peu un dragueur fini. Matt m’explique alors, accompagné d’Alex. «Ben en fait on s’est rencontrés y’a 2 jours...» «3 jours !» «Ah oui 3 jours, dans un endroit sympa à town square. On s’est de suite bien entendus alors comme je bossais pas ce soir j’ai eu l’idée de les inviter toutes les deux...». Il lance un regard à Ebba avec un petit sourire amical, mais les gars, j’ai bien compris ce qui s’est passé, Ebba n’était pas invitée à la base, me prenez pas pour une idiote, je suis journaliste je vous rappelle ! Bref, je me tourne finalement vers la jolie blondinette qui me répond, essayant de cacher comme elle peut la situation merdique dans laquelle elle se trouve. "A vrai dire je connais Matheo que depuis ce soir, je suis une amie d'Alex et comme j'en avait marre de rester chez moi pour bosser et une folle envie de pizza, je suis venue.". Je hoche la tête, accompagnant mon geste d’un petit sourire complice pour lui faire comprendre que j’avais bien compris que ce n’est pas juste pour la pizza qu’elle est là. «Elle est bonne au moins cette pizza ?». Il n’en reste pas beaucoup, alors je prends l’avant dernière part avant qu’il n’y en ait plus. Et tout en mâchant, je jete un regard vers Matt qui dévore des yeux la jeune femme près de lui. Il remarque mon regard insistant et se tourne vers moi un regard interrogateur. «T’occuppe pas de moi toi, t’as mieux à faire !». Je pose ma main sur sa joue et d’un geste circulaire lui fais tourner la tête en direction d’Alex, puis je repose mon regard sur Ebba, m’avançant un peu plus sur le bout du canapé. Je lui demande alors à voix basse. «Ça fait longtemps que tu tiens la chandelle là ? Non parce que c’est pas que c’est rageant mais presque...». Je jette de nouveau un coup d’oeil sur le côté et me sens observée, alors je change de sujet comme si de rien n’était.

«Alors euhm... t’as dit que t’en avais marre de bosser... tu, encore dans les études ? Tu fais quoi ?». Je pose une main sur mes lèvres d’un air un peu gêné avant de la mettre à l’aise. «Je suis désolée je pose beaucoup de questions, déformations professionnelle. T’as le droit de me dire que ça me regarde pas et pas me répondre hum ? J’me vexerai pas !». J’entends les deux tourtereaux qui partent dans une discussion à voix basse, comme si ils étaient seuls au monde. J’avoue que ça m’exaspère un peu, me dégoûte aussi parce que voir mon coloc flirter sous mes yeux, ce n’est pas totalement de mon goût. M’enfin, je préfère laisser mon regard traîner sur la jolie blondinette qui se trouve en face de moi. Ça me fait au moins une occupation pour la soirée. Je la détaille du regard en espérant ne pas être trop intrusive, j’adore regarder en détail le visage d’une personne, sa façon de parler, de se tenir, de réagir à telle ou telle chose. C’est un exercice passionnant. Elle est vraiment jolie, ses larges sourcils la rendent particulière, intrigante, mystérieuse, et contrastant avec le bleu intense de ses yeux, ça amplifie la chose. Elle a un côté timide craquant, et un côté fort et assumé qui est presque désarmant. Elle m’intrigue je dois bien l’avouer. Mes yeux n’arrivent pas à se détacher d’elle le temps qu’elle me parle, et parfois je me fais violence pour éviter d’être trop ‘lourde’. Je ne voudrais pas non plus qu’elle croit que je la drague, ou que je vais lui sauter dessus dans la minute. Bien que cette idée germant dans ma tête me donne un coup de chaud. Je pique alors la bière de Mathéo et en boit 2 ou 3 gorgée avant de faire la grimace. Je n’aime pas particulièrement la bière, contrairement à la plupart des lesbiennes...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyMar 21 Jan - 21:50

you said you didn't want to flirt with this guy, so explain me what you're doin' now...



Je parle, je parle, je parle. Parce qu'on m'a lancée sur le sujet de l'architecture et que j'y suis intarissable. C'est la pente glissante sur laquelle ceux qui me connaissent bien se gardent bien de s'engager, sous peine de me voir me transformer en moulin à parole. Je m'en rend compte, l'architecture ce n'est pas la tasse de thé de tout le monde et ça passe même bien au dessus de la tête de certaines personnes, mais je ne peut pas m'en empêcher. Ca va, Lana n'a pas l'air trop assommée par mon discours, au contraire mon enthousiasme à l'air de lui plaire. Mais elle ne fait pas que de me regarder parler, elle m'observe. En détail, le moindre centimètre de mon visage, j'arrête de parler, ça me déconcentre. Je plante mon regard dans le sien, mi-provoquateur mi-interrogateur, mi-tu veux ma photo ? mi-tu t'amuses bien ? Ca a en général pour effet de faire arrêter à une personne de me dévisager. Mais Lana, elle, même si elle se redresse un peu surprise d'être interrompue dans son observation, me répond avec un sourire mutin. Du culot et aucune gêne, j'aime bien cette fille.
Notre silence ramène soudain les tourtereaux à la réalité, Lana réagit immédiatement en lançant à Matheo : "Quoi ? Il faut qu’on parle pour que vous puissiez roucouler c’est ça ? Si on vous gêne vous avez qu’à aller dans ta chambre vous serez tranquilles !" Alex se recroqueville devant tant de vigueur alors que Matheo, refusant de se plier à sa colocataire devant une future conquête, réplique avec un regard noir : "Tu vas te calmer hein ! J’ai rien dit... ton cerveau fait des associations d’idées bizarres, faut vraiment que tu te trouves un boulot pour ta masturbation d’esprit parce que là c’est vraiment le bordel !" Il a le sourire extrêmement satisfait de tout jeune homme qui vient d'utiliser le mot masturbation dans une phrase plus ou moins bien construite. Je n'ajoute rien, ces deux là me font rire. Ca doit faire déjà un bon petit moment qu'ils réfléchissent à un moyen de s'éclipser dans la chambre. Et maintenant qu'on le leur propose gentiment il semblent ne plus rien en avoir à faire ! "Tu sais quoi je t’emmerde !", lui répond Lana avec un coup de poing. Ils sont chous ces deux-là à s'envoyer des vannes et des coups mais toujours avec ce petit air complice. Ils me rappellent mon frère et moi, le colosse et la brindille, le grand frère trop protecteur et la petite soeur têtue, toujours à se prendre le bec mais tout de même inséparables.
Lana se délaisse de son colloc pour le laisser flirter à nouveau avec Alex, il retourne à la tâche sans rechigner, et de tourne vers moi avec le regard illuminé d'une bonne idée. "Oh mais j’ai un truc qui pourrait t’intéresser !" Elle me fait signe de la suivre dans sa chambre, j'hésite un peu mais je suis heureuse de laisser le salon à nos deux tourtereaux, il faut dire que tenir la chandelle, même à deux, c'est agaçant. J'entre dans la chambre et m'installe sur le lit pour observer chaque recoin de la chambre. J'ai ce petit côté voyeur quand je suis chez des gens, on peut savoir beaucoup de choses sur eux rien qu'en regardant ou ils vivent. C'est encore plus vrai quand il s'agit d'une chambre. Une chambre c'est LA pièce personnelle, l'espace privé, l'endroit qui révèle tout. Pendant ce temps, Lana escalade une chaise, manque de tomber et fouille dans son dressing. "J’ai trouvé !" Elle se tourne vers elle et sourit de me voir en pleine analyse de l'endroit ou je me trouve. Elle s'assied sur le lit elle aussi, un gros livre à la main. "Tiens regarde, c’est un bouquin que m’a offert une amie. Enfin une... c’est une longue histoire. C’est elle qui avait fait toutes ces photos, elle était mordue d’architecture elle aussi, et elle a fait le tour du monde pour voir toutes les architectures qu’elle rêvait de voir." Je le prend et commence à tourner les pages délicatement. C'est un très beau livre et j'ai eu l'occasion d'apprendre quelle est la valeur de ces livres d'arts et de photographie, corner un page me mettrais vraiment mal à l'aise. Je regarde les photos les unes après les autres attentivement, je fais deux trois commentaires sur certaines et me rapproche de Lana vers le centre du lit pour lui montrer celles que j'aime le plus. "Ca c'est magnifique, et ça... j'adore ce style et ces couleurs, ça ça me rappelle un peu d'où je viens..." Je finis tranquillement de parcourir le livre en parlant un peu de mes propres envies de voyages et le pose à côté de moi sur la couette. Pendant que je le feuilletais j'ai senti tout du long le regard de Lana sur moi, s'intéressant à peine aux images que je lui montrait. Je m'y suis presque habituée mais je suis tout de même curieuse de savoir pourquoi elle m'observe comme ça. Je lui fait face sur son lit en tailleur et lui rends ses regards avec un sourire gentiment accusateur. "Tu n'es pas seulement une questionneuse mais une grande observatrice aussi, je me trompe ?"
eden


Dernière édition par Ebba M. Eriksson le Dim 16 Fév - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyMer 29 Jan - 10:45





Please please, save my day...


A vrai dire, je ne me rends pas compte quand je lance une avalanche de questions à quelqu’un, c’est juste que c’est plus fort que moi, et que quand je commence j’ai un peu de mal à m’arrêter. "Déformation professionnelle ? T'es quoi, vendeuse d'assurances ?". Je lâche un rire amusé et amène mes mains pour cacher ma bouche avec une bouille d’enfant désolé d’avoir fait une bêtise. "Non je plaisante ! Ca ne me dérange pas du tout, mais une question à la fois s'il te plait.". Je lui souris et pose mes coudes sur mes genoux, m’approchant encore un peu d’elle pour l’écouter bien attentivement. Je vais essayer de me concentrer pour ne pas poser trop de questions à la fois.

"Oui je suis à l'université ici à TS, en architecture... Dernière année heureusement ! C'est pour ça que j'ai beaucoup de boulot en ce moment, on s'assure de bien nous achever avant de nous diplômer.". Je hoche la tête énergiquement «Oui j’comprends, je sors tout juste de ma dernière année de fac, j’suis bien contente d’avoir fini cette étape !». Heureusement, une journalste sait aussi faire des déductions face à ce qu’on lui raconte, et au lieu de demande bêtement l’âge de la demoiselle, il me suffit de calculer, en fonction de tout ce qu’elle me dit. Ebba doit donc avoir 22 ou 23 ans. C’est marrant, elle ne fait pas si jeune que ça.

Elle continue de me parler de sa passion pour l’architecture, ce n’est pas compliqué à comprendre que ce métier est pour elle une vraie vocation. Pendant que je l’écoute attentivement - malgré ce qu’on pourrait en penser - mes yeux se baladent sur elle, je ne loupe pas une miette de ses regards, de la façon dont elle s’humidifie les lèvres après chaque phrase, de sa manière de bouger ses mains quand elle explique telle ou telle architecture. Bref, je ne la lâche pas des yeux, et au bout d’un moment, je me reprends, me rendant compte que ça pourrait effectivement être très gênant pour elle de se faire scruter comme je le fais.

Ebba s’arrête finalement de parler, et elle plante son regard fixement dans le mien, avec un petit air de défi. J’avoue que même si je suis un peu surprise, j’aime beaucoup ça. Je me redresse un peu, un petit sourire mutin au bord des lèvres. Alors que dans notre conversation, le silence a pris sa place, à côté de nous, les deux tourtereaux s’arrêtent net. Je me tourne vers Mathéo, des points d’interrogation dans les yeux. «Quoi ? Il faut qu’on parle pour que vous puissiez roucouler c’est ça ? Si on vous gêne vous avez qu’à aller dans ta chambre vous serez tranquilles !». Il fronce les sourcils en me regardant, me lançant un de ses regards noirs dont il a le secret. «Tu vas te calmer hein ! J’ai rien dit... ton cerveaux fait des associations d’idées bizarres, faut vraiment que tu te trouves un boulot pour ta masturbation d’esprit parce que là c’est vraiment le bordel !». Son petit air taquin, visiblement content de sa réplique, me donne envie de lui foutre des claques. Je lui donne un coup de poing dans l’épaule et ça le fait rire. «Tu sais quoi je t’emmerde !». Vu de l’extérieur, cette altercation pourrait bien faire un peu flipper, mais quand on voit au bord de nos lèvres, ces petits sourires amusés, on comprend vite. En fait Mathéo et moi on est un peu comme des frères qui se chamaillent sans arrêt. J’ai toujours été très proche de mon frère Isaac, et on ne s’est jamais battus, envoyé des trucs à la figure ou craché dans notre tasse de café. Avec Matt, je peux enfin me livrer à toutes ces crasses que je n’ai pas pu faire à mon propre frère, et ça fait du bien !

Je finis par l’ignorer et je me retourne vers Ebba. D’un coup, une lueur traverse mon regard, j’ai une illumination. «Oh mais j’ai un truc qui pourrait t’intéresser !». Je lui fais signe de me suivre, et bien qu’un peu hésitante, elle finit par marcher dans mes pas pour arriver finalement dans ma chambre. «Euh attends... j’ai dû le mettre quelque part par là...». J’ouvre mon petit dressing et attrape une chaise pour y monter dessus. Manque de bol, ma chaise de bureau n’est pas stable et je manque de me casser la figure. Mais je me retiens in extrémis. Je finis par trouver ce que je voulais, et en descendant, Ebba est assise sur mon lit, ses yeux valsant partout dans ma chambre. Je ne peux que sourire, j’ai tendance à faire la même chose quand j’entre chez quelqu’un. «J’ai trouvé !». Je m’avance vers elle et m’assieds sur le lit à côté d’elle. «Tiens regarde, c’est un bouquin que m’a offert une amie. Enfin une... c’est une longue histoire. C’est elle qui avait fait toutes ces photos, elle était mordue d’architecture elle aussi, et elle a fait le tour du monde pour voir toutes les architectures qu’elle rêvait de voir.» Je mets le livre de photos entre les mains d’Ebba, et la laisse l’ouvrir doucement. Elle est très précautionneuse.

Et la voilà repartie dans quelques commentaires de certaines photos. Même un handicapé pourrait se rendre compte que c’est vraiment un passion pour elle. Ça me fait plus sourire qu’autre chose. Je m’assieds un peu plus au milieu du lit pour être plus confortable, et je la laisse finir le bouquin. J’ai vraiment du mal à détacher mes yeux d’elle, c’est étrange...

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyDim 16 Fév - 15:52

you said you didn't want to flirt with this guy, so explain me what you're doin' now...



Je parle, je parle, je parle. Parce qu'on m'a lancée sur le sujet de l'architecture et que j'y suis intarissable. C'est la pente glissante sur laquelle ceux qui me connaissent bien se gardent bien de s'engager, sous peine de me voir me transformer en moulin à parole. Je m'en rend compte, l'architecture ce n'est pas la tasse de thé de tout le monde et ça passe même bien au dessus de la tête de certaines personnes, mais je ne peut pas m'en empêcher. Ca va, Lana n'a pas l'air trop assommée par mon discours, au contraire mon enthousiasme à l'air de lui plaire. Mais elle ne fait pas que de me regarder parler, elle m'observe. En détail, le moindre centimètre de mon visage, j'arrête de parler, ça me déconcentre. Je plante mon regard dans le sien, mi-provoquateur mi-interrogateur, mi-tu veux ma photo ? mi-tu t'amuses bien ? Ca a en général pour effet de faire arrêter à une personne de me dévisager. Mais Lana, elle, même si elle se redresse un peu surprise d'être interrompue dans son observation, me répond avec un sourire mutin. Du culot et aucune gêne, j'aime bien cette fille.
Notre silence ramène soudain les tourtereaux à la réalité, Lana réagit immédiatement en lançant à Matheo : "Quoi ? Il faut qu’on parle pour que vous puissiez roucouler c’est ça ? Si on vous gêne vous avez qu’à aller dans ta chambre vous serez tranquilles !" Alex se recroqueville devant tant de vigueur alors que Matheo, refusant de se plier à sa colocataire devant une future conquête, réplique avec un regard noir : "Tu vas te calmer hein ! J’ai rien dit... ton cerveau fait des associations d’idées bizarres, faut vraiment que tu te trouves un boulot pour ta masturbation d’esprit parce que là c’est vraiment le bordel !" Il a le sourire extrêmement satisfait de tout jeune homme qui vient d'utiliser le mot masturbation dans une phrase plus ou moins bien construite. Je n'ajoute rien, ces deux là me font rire. Ca doit faire déjà un bon petit moment qu'ils réfléchissent à un moyen de s'éclipser dans la chambre. Et maintenant qu'on le leur propose gentiment il semblent ne plus rien en avoir à faire ! "Tu sais quoi je t’emmerde !", lui répond Lana avec un coup de poing. Ils sont chous ces deux-là à s'envoyer des vannes et des coups mais toujours avec ce petit air complice. Ils me rappellent mon frère et moi, le colosse et la brindille, le grand frère trop protecteur et la petite soeur têtue, toujours à se prendre le bec mais tout de même inséparables.
Lana se délaisse de son colloc pour le laisser flirter à nouveau avec Alex, il retourne à la tâche sans rechigner, et de tourne vers moi avec le regard illuminé d'une bonne idée. "Oh mais j’ai un truc qui pourrait t’intéresser !" Elle me fait signe de la suivre dans sa chambre, j'hésite un peu mais je suis heureuse de laisser le salon à nos deux tourtereaux, il faut dire que tenir la chandelle, même à deux, c'est agaçant. J'entre dans la chambre et m'installe sur le lit pour observer chaque recoin de la chambre. J'ai ce petit côté voyeur quand je suis chez des gens, on peut savoir beaucoup de choses sur eux rien qu'en regardant ou ils vivent. C'est encore plus vrai quand il s'agit d'une chambre. Une chambre c'est LA pièce personnelle, l'espace privé, l'endroit qui révèle tout. Pendant ce temps, Lana escalade une chaise, manque de tomber et fouille dans son dressing. "J’ai trouvé !" Elle se tourne vers elle et sourit de me voir en pleine analyse de l'endroit ou je me trouve. Elle s'assied sur le lit elle aussi, un gros livre à la main. "Tiens regarde, c’est un bouquin que m’a offert une amie. Enfin une... c’est une longue histoire. C’est elle qui avait fait toutes ces photos, elle était mordue d’architecture elle aussi, et elle a fait le tour du monde pour voir toutes les architectures qu’elle rêvait de voir." Je le prend et commence à tourner les pages délicatement. C'est un très beau livre et j'ai eu l'occasion d'apprendre quelle est la valeur de ces livres d'arts et de photographie, corner un page me mettrais vraiment mal à l'aise. Je regarde les photos les unes après les autres attentivement, je fais deux trois commentaires sur certaines et me rapproche de Lana vers le centre du lit pour lui montrer celles que j'aime le plus. "Ca c'est magnifique, et ça... j'adore ce style et ces couleurs, ça ça me rappelle un peu d'où je viens..." Je finis tranquillement de parcourir le livre en parlant un peu de mes propres envies de voyages et le pose à côté de moi sur la couette. Pendant que je le feuilletais j'ai senti tout du long le regard de Lana sur moi, s'intéressant à peine aux images que je lui montrait. Je m'y suis presque habituée mais je suis tout de même curieuse de savoir pourquoi elle m'observe comme ça. Je lui fait face sur son lit en tailleur et lui rends ses regards avec un sourire gentiment accusateur. "Tu n'es pas seulement une questionneuse mais une grande observatrice aussi, je me trompe ?"
eden


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyMar 18 Fév - 18:25





Please please, save my day...


Bon ok je ne vais pas le cacher, si j’ai proposé à Ebba de lui montrer quelque chose dans ma chambre, ce n’est pas seulement pour laisser les deux oiseaux roucouler, c’est aussi et surtout parce que j’avais envie de me retrouver seule avec elle, sans le regard des animaux d’à côté. Je ne suis pas tellement douée dans le genre drague. Je suis même plutôt très nulle. Mais quand une fille me plait, il ne faut pas être devin pour le voir. Mon ‘gaydar’ ne me dit rien de particulier sur Ebba. Et si au départ je la sentais totalement hétéro et réticente à mes regards, elle a réussi à me faire comprendre le contraire. Consciemment ou non. Peu importe, j’ai passé une journée tellement pourrie, que discuter avec une aussi jolie demoiselle qu’elle ne peut me faire que du bien.

Une fois toutes les deux dans ma chambre, je la laisse s’asseoir sur mon lit et je cherche le fameux livre. Je n’ai pas fermé la porte de ma chambre, simplement pour ne pas laisser penser à Mathéo qu’Ebba et moi faisons des choses intéressantes pour ses petits yeux de pervers. Je finis par poser le livre dans les mains d’Ebba, et la laisse le feuilleter à sa guise. Assise à côté d’elle, j’ai du mal à décoller mes yeux de la jeune femme. Aucun détail ne m’échappe, ni même le minuscule petit grain de beauté sur son oreille droite. C’est pour dire. Parfois je devrais me calmer à regarder les gens comme ça. Ça a tendance à déstabiliser, mettre mal à l’aise ou pire encore.

Elle se rapproche finalement de moi pour me montrer quelques photos et en profite pour faire quelques commentaires. Juste de quoi m’apprendre quelques choses, ou simplement m’exprimer son point de vue. «Ça c'est magnifique, et ça... j'adore ce style et ces couleurs, ça ça me rappelle un peu d'où je viens...» . Lorsqu’elle tourne la tête vers moi je lui offre un petit sourire, qui se veut amical, pour l’instant...

Mais une fois fini de feuilleter le livre, il va falloir que je me calme dans mes regards quasi intrusifs. Ebba pose le gros livre un peu plus loin sur la couette, et se tourne vers moi, s’installant un peu plus confortablement, en tailleur. Le sourire qu’elle me tend a presque le pouvoir de me désarmer. «Tu n'es pas seulement une questionneuse mais une grande observatrice aussi, je me trompe ?».

La grimace que je lui tends en guise de réponse est un mélange entre un pincement de lèvres (qui se veut sexy sans le vouloir évidemment), et un sourire gêné. Je baisse la tête après avoir lâché un petit rire désolé. «Oui pardon... je sais je suis chiante avec ça, on me le dit souvent. J’ai une fâcheuse tendance à poser mes yeux partout et...». Et au moment où je dis cette phrase, mes yeux se perdent dans le doux décolleté de la jeune femme. Ok on se calme Lana. On respire. Je descends mon regard sur la couette quelques secondes avant de les plonger dans ceux de la blondinette. Je passe ma main nerveusement dans mes cheveux et essaie tant bien que mal de changer de sujet.

«Et euh... sinon, j’ai bien compris ta passion pour l’architecture, j’ai entendu parler de tes origines et de tes études... mais tu as de la famille ici ? Un... petit ami ?». Tu touches le fond Lana, tu touches le fond. Je me rends compte que je recommence avec mes questions et je plaque mes mains sur mes yeux pour me cacher. «Pardon, encore des questions... Ok toi pose moi des questions alors ! Ça changera un peu !». Bon j’avoue que j’aurai bien aimé connaître la réponse à ma question quand même, mais je préfère ne pas trop la brusquer, lui faire peur ou quoi que ce soit d’autre. Je ne sais pas trop où va nous mener cette soirée, et le fait que je la trouve craquante ne changera sûrement rien à son orientation sexuelle, mais au moins cette soirée me change les idées. C’est le principal !




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptySam 22 Fév - 19:47

you said you didn't want to flirt with this guy, so explain me what you're doin' now...



Ce n'est pas pour embarrasser Lana que je pose la question, d'ailleurs j'ai bien l'impression qu'elle est facilement embarrassable. Au contraire, elle a plutôt l'air d'être de ceux qui ne se vexent ou se gênent pas facilement. Personnes pratiques d'ailleurs puisqu'on peu leur dire directement à peu près tout ce qu'on pense, sans que ça en devienne trop dangereux. Je ne m'étais pas trompée, elle grimace mais garde le sourire, l'air faussement gêné. C'est mignon cette petite moue désolée, comme un enfant pris en flagrant délit mais tellement amusé par sa propre bêtise qu'il ne parvient pas à avoir l'air de le regretter vraiment. Elle a les même yeux qui brillent, ça lui plait d'observer les gens; elle pourrait me dire le contraire je ne la croirait pas. Elle lâche un petit rire. "Oui pardon... je sais je suis chiante avec ça, on me le dit souvent. J’ai une fâcheuse tendance à poser mes yeux partout et..." En prononçant ces mots sont regard plonge soudain sur ma poitrine avant de les diriger rapidement sur la couette. Je ne peux pas m'empêcher de sourire, ce genre de geste maladroit ça m'attendrit toujours. Comme ce type que j'avais rencontré cet été, Crash, avec ses tentatives de drague plus maladroite les unes que les autres. J'avais adoré ce type. Drague. J'ai soudain le déclic. Je regarde Lana, elle respire profondément les yeux rivés sur la couette. Couette qui a remplacé ma poitrine. Elle me regarde ensuite dans les yeux à nouveau. Pourtant ça saute aux yeux, est-ce que c'est les avances limites lourdes des deux tourtereaux qui m'ont empêchées de voir que je plaisait à cette jeune femme ?  Aucune idée mais au moins j'ai trouvé la raison de ses regards insistants. "Et euh... sinon, j’ai bien compris ta passion pour l’architecture, j’ai entendu parler de tes origines et de tes études... mais tu as de la famille ici ? Un... petit ami ?" Elle change habilement de sujet et ne laisse pas le temps au malaise de s'installer. Je l'écoute à peine, j'avoue, je réfléchis.
Je ne me braque pas, ça m'étonne moi-même Pourtant je suis totalement hétéro, ma seule expérience avec une femme se limite à un baiser furtif dans un bar lors d'une soirée bien arrosée. Je devrais au moins lui dire , ça serait la moindre des choses, pour qu'elle ne se fasse pas des idées. Mais je n'en ait pas envie, ça briserais l'ambiance à coup sûr et j'aime bien discuter avec elle. Et je ne cache pas que se faire regarder ça flatte toujours, surtout après avoir fait tapisserie pendant bien une heure juste avant. Tant pis si c'est pas bien, j'ai le sentiment que si je ne dis rien je passerai une meilleure soirée.
"Pardon, encore des questions... Ok toi pose moi des questions alors ! Ça changera un peu !" Je lui fais un grand sourire en pardon pour son coup d'oeuil dans mon décolleté. "C'est pas grave, je vais pas laisser ta curiosité sur sa faim !" Je me creuse la tête, c'était quoi la question déjà ? Ah oui ! Famille et petit ami. Génial, le sujet délicat, pourquoi est-ce que je lui ai dis que je répondrais ? "Juste mon frère et une tante, le reste de ma famille est resté en Suède." Comme la plupart du temps ou l'on me parle de ma famille, j'ellipse. Ca a tendance à changer le regard des gens d'apprendre que je suis orpheline, j'aime pas trop ça.  "Ah et un petit ami..." Je sourit, elle doit s'en vouloir d'avoir posé la question. "Non les petits amis c'est pas trop pour moi, j'aime bien trop ma liberté pour m'enchainer à un boulet." Je lâche un petit rire. Je viens de lui confirmer que j'étais libre mais je ne regrette même pas, je suis trop honnête. Mais quitte a montrer une ouverture à Lana, je suis contente de discuter avec elle. C'est une fille sympa, sympa et un canon aussi, je vais pas me le cacher.
eden


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyLun 24 Fév - 9:20





Please please, save my day...


Je m'emmêle les pinceaux. Me voilà troublée par une hétéro. Cela dit, ce n’est pas la première fois que ça m’arrive. Par par une jeune femme plus jeune que moi, oui. Ça n’a aucune importance en même temps. L’importance c’est que je suis en train à moitié de draguer une fille qui n’est pas réceptive aux avances d’une femme.

Lorsqu’elle me demande si je ne serai pas aussi une grande observatrice, je rougis légèrement, et essaie de me dépatouiller comme je peux. Mais mes yeux n’ont pas dit leur dernier mot, et se perdent une demi seconde dans le décolleté de la jeune femme. Je me désespère toute seule. Je crois que je suis en manque d’amour, ça fait trop longtemps que je n’ai pas échangé ne serait-ce qu’un baiser avec une femme.

J’essaie comme je peux de changer de sujet, et posant de nouvelles questions. Encore des questions. Mais qu’est-ce que j’ai ? C’est vraiment plus fort que moi, et d’ailleurs, je le fais bien comprendre à Ebba, en soufflant d’un air désespéré de moi-même. Le sourire qu’elle me tend me rassure un tantinet. «C'est pas grave, je vais pas laisser ta curiosité sur sa faim !». Je me mordille la lèvre en souriant, comme pour la remercier, mais en étant un peu gênée quand même. Je suis insupportable quand je veux.

" «Juste mon frère et une tante, le reste de ma famille est resté en Suède.». Je me contente de hocher la tête. J’aurai bien quelques questions à lui poser mais c’en est déjà assez, alors je me mords l’intérieur de la joue pour me retenir au maximum, et me contente de hocher la tête. Je sens bien qu’elle n’a pas envie de parler particulièrement de ça. «Ah et un petit ami...». Je plonge mon regard dans le sien. D’un côté mon petit ange espère qu’elle a un petit ami, pour que j’arrête de buguer sur elle, et mon petit démon espère qu’elle n’en a pas, pour pouvoir continuer d’espérer que j’aurai peut être le pouvoir de la faire douter quant à son orientation sexuelle. Ou au moins, qu’elle soit du genre à se laisser tenter par ne expérience de ce genre. Mes yeux restent pendus à ses lèvres, attendant la fin de sa phrase.

«Non les petits amis c'est pas trop pour moi, j'aime bien trop ma liberté pour m'enchainer à un boulet.». Mon rire se mêle au sien à cet instant. «J’aime bien comment tu parles des mecs, ça me parle !». Je ris un peu plus et c’est Mathéo qui nous coupe dans ce moment de franche rigolade. «Pas trop de bêtises ici ?». Je regarde Mathéo, puis Ebba, avant de dire à voix basse, exclusivement pour elle : «Quand on parle de boulet...». Puis je me retourne de nouveau vers Mathéo. «Tu parles pour toi et Alex ?». Il m’adresse une grimace. «On n’a plus de vin, on va aller en chercher à la petite épicerie qu’est ouverte toute la nuit.». Je hoche la tête. «Ouai c’est ça. Vous perdez pas trop en chemin hum ?». Il plisse les yeux et finit par quitter le pas de la porte de ma chambre, et ce n’est que quelques secondes plus tard que j’entends la porte d’entrée claquer.

Je repose mon regard sur Ebba. «C’est chiant, j’ai envie de te poser mille questions, t’es le genre de fille un peu mystérieuse dont on a envie d’en savoir plus. Mais j’ose plus maintenant...». Je lui adresse un petit sourire et baisse le regard comme une enfant prise à son propre piège. «Oh non je sais, j’ai une idée !». Je me lève d’un bond et vais chercher dans mon dressing un foulard que je noue autour de ma tête, avant de revenir m’asseoir en face d’elle. Je prends un accent à couper au couteau, en roulant les ‘r’ genre un peu espagnol, ou un pays de l’Est. «Puisque je ne peux pas vous poser de questions, je vais lire dans les lignes de votre main..». Ça a l’air de l’amuser plus qu’autre chose, tant mieux. Je tends ma main pour qu’elle me donne la sienne, et je la retourne face contre ciel, la gardant dans ma main gauche, et commençant à poser mon index droit dans les lignes de sa main. Je m’approche un peu plus d’elle, pour éviter qu’elle ait le bras trop tendu, et puis pour être plus proche d’elle tout simplement. Toujours avec le même accent, je commence mon petit jeu, glissant mon doigt à l’intérieur de la paume de sa main. «Vous aurez une longue vie, quelques embuches, mais quelle vie n’est pas semée d’embuches ?». Je relève les yeux vers elle et remarque le petit sourire qu’elle a au coin des lèvres. Je rebaisse finalement le regard pour continuer la lecture de ses lignes. «Ici nous avons la ligne de tête, très prononcée. Vous êtes une intellectuelle mademoiselle, on voit que vous pensez beaucoup !». Son rire fait bouger sa main dans la mienne, et provoque en moi un large sourire. «Et ici, la ligne de coeur.» Je la souligne de mon doigt. «A la base elle n’est pas très linéaire, pas très droite, sans doute plusieurs aventures, expériences... et puis ici elle se solidifie, ça doit être le grand amour. Ça ressemble a quelque chose comme 27 ou 28 ans. Ça laisse un peu de marge ! Et ici, il y a comme un décroché. Je sais ! Vous allez rencontrer une personne dont vous ne vous attendiez pas, à une soirée imprévue, le courant va très bien passer avec elle, enfin avec cette personne, et...» Je relève le regard pour le plonger dans le sien, et avec un petit sourire en coin, je termine ma phrase. «Non, vous ne voulez sûrement pas savoir la suite...».




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptySam 8 Mar - 14:04

you said you didn't want to flirt with this guy, so explain me what you're doin' now...



Je lui ai clairement annoncé que j'étais libre, ce qui revient à lui laisser le champ libre. C'est pas bien je sais. J'aurais du mentir, au moins pour ne pas lui filer de faux espoirs mais c'est plus fort que moi :  j'ai de la peine à mettre le frein quand on s'intéresse à moi, peut-être parce que ça flatte délicieusement mon ego ou alors c'est l'appel du jeu qui est particulièrement excitant. Ou les deux à la fois. Elle en rit avec moi. Mes théorie sur les relations amoureuses font souvent rire les gens, on me prends des fois pour une militante féministe ou une écorchée de l'affectif, le coeur trop souvent brisé par les hommes. Alors qu'au fait je suis juste une grande amoureuse de la vie, même si, si on creuse un peu, on peut se rendre compte que je suis réellement handicapée des sentiments. "J’aime bien comment tu parles des mecs, ça me parle !" Je souris, en même temps c'est clair que si elle préfère les femmes - comme je pense l'avoir deviné, et mon instinct me trompe rarement - elle doit en effet être du même avis que moi sur les relations homme/femme. Matheo débarque soudain dans la chambre sans prévenir, alors qu'on en rit encore. Je le regarde et me dit mentalement en voilà un bon exemple de boulet !  Lana se tourne vers moi et me dit à voix basse :  "Quand on parle de boulet.."  Notre croisement de pensées fait repartir mon rire de plus belle. Le jeune homme, en vrai boulet justement, y vois tout de suite les amorces d'un rapprochement. En même temps c'est un homme, on ne peux pas lui en vouloir, ils ont tous tendance à voir les choses d'un point de vue strictement biologique. "Pas trop de bêtises ici ?" "Tu parles pour toi et Alex ?" En effet la température à du monter dans le salon depuis qu'on s'est exilées dans la chambre. "On n’a plus de vin, on va aller en chercher à la petite épicerie qu’est ouverte toute la nuit." En revanche le fait qu'ils aient besoin de plus de vin n'est pas forcément bon signe, mais au fond je m'en fiche pas mal, Alex est bien assez grande pour se débrouiller toute seule et je préfère honnêtement rester là à bavarder avec Lana que de faire du baby-sitting.
Dans ma tête je me dis sans réfléchir on est seules dans l'appart, un peu comme on se le dit ado, tout excité, quand on a invité tout un groupe d'amis et que finalement le dernier qui reste et, comme par miracle, celui qui nous intéresse et qu'on à l'impression d'être un aventurier en terre inconnue. Je me surprend moi même, calme toi ma grande, quand tu joue trop avec le feu, tu finis toujours par te bruler et j'ai aucune envie de dire à cette fille, au dernier moment, que ça ne va pas le faire. Mais je fais taire la partie sage de ma conscience, je passe une bonne soirée et je n'ai aucune envie de refroidir l'ambiance maintenant.

La porte claque, on est définitivement seules. Seules l'une en face de l'autre assise sur le lit de Lana. "C’est chiant, j’ai envie de te poser mille questions, t’es le genre de fille un peu mystérieuse dont on a envie d’en savoir plus. Mais j’ose plus maintenant..." Elle baisse le regard avec un air coupable de petit fille et un adorable sourire en coin, avant de replonger ses yeux dans les miens, à l'intérieur je vois pétiller des étincelles de malice. "Oh non je sais, j’ai une idée !" Elle se lève tout à coup, me laissant dans le suspens de ce qu'elle prépare, pioche un foulard dans son armoire et se le noue sur la tête avant de revenir s'asseoir en face de moi. "Puisque je ne peux pas vous poser de questions, je vais lire dans les lignes de votre main.." J'éclate franchement de rire, la tête renversée en arrière. Avec son fichu sur la tête et cet espèce d'accent mi-latino mi-roumain, elle a tout l'air d'une de ces bohémiennes diseuses de bonne aventure qu'on retrouve dans les foires avec leurs cartes et boules de cristal en plastique. Une fois que j'ai maitrisé mon éclat de rire, je pose ma main dans la sienne. Elle se penche vers moi et inspecte ma main avec concentration en suivant chaque ligne du bout de ses doigts. "Vous aurez une longue vie, quelques embuches, mais quelle vie n’est pas semée d’embuches ?" Même ma main tremble sous l'effet de mon rire et trouble la séance. "Ici nous avons la ligne de tête, très prononcée. Vous êtes une intellectuelle mademoiselle, on voit que vous pensez beaucoup !" Peut-être mais en ce moment je ne pense vraiment pas. Je devrais m'enfuir, ou au moins m'éloigner un peu plus d'elle. Sa proximité me plait mais ma bonne conscience intérieur me rabâche que c'est dangereux. Mais depuis quand est-ce que j'évite de vivre dangereusement ? "Ton barratin est plutôt bon, tu sais ? Tu pourrais arrondir tes fins de mois en faisant la voyante !" Elle sourit et continue dans son propre jeu. "Et ici, la ligne de coeur. A la base elle n’est pas très linéaire, pas très droite, sans doute plusieurs aventures, expériences... et puis ici elle se solidifie, ça doit être le grand amour. Ça ressemble a quelque chose comme 27 ou 28 ans. Ça laisse un peu de marge ! Et ici, il y a comme un décroché. Je sais ! Vous allez rencontrer une personne dont vous ne vous attendiez pas, à une soirée imprévue, le courant va très bien passer avec elle, enfin avec cette personne, et..." Elle lève les yeux de ma main pour me regarder dans les yeux avec un petit sourire. "Non, vous ne voulez sûrement pas savoir la suite..." Je devine la suite mais j'aimerais le lui entendre dire. Je me sens comme au bord d'une falaise avant de sauter dans le vide et l'adrénaline me saisit. "Je veux bien prendre le risque de savoir." Je me rend compte que j'ai inconsciemment refermé ma main sur la sienne et que mes muscles sont paralysés sur leur prise. Idiote pourquoi tu as fais ça, lâche cette main ! Mais je reste figée, sa main dans la mienne, mes yeux dans les siens sans savoir quoi faire.
eden
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyDim 9 Mar - 9:58





Please please, save my day...


Pas peu fière de mon idée de bohémienne, je peux sans honte prendre la main d’Ebba et faire glisser mon doigt à l’intérieur, créant ainsi un premier vrai contact. J’essaie de capter en elle le moindre petit signe qui pourrait m’aider à savoir si je dois continuer. Mon petit ange me dit d’arrêter ça de suite pour éviter d’être déçue, et mon petit démon lui, me crie de foncer, qu’on a qu’une vie, et que même si je me prends un râteau, je m’en remettrai. Pour l’instant, je penche plutôt sur le petit démon. En même temps, j’ai toujours une affection particulière pour lui, je ne suis que très rarement le petit ange. Je ne sais pas si ça en dit long sur ma personnalité, mais qu’importe.

Je continue de faire glisser mon index dans la paume de la main d’Ebba, alors qu’elle part en fou rire, penchant sa tête en arrière, et faisant trembler sa main dans la mienne. Son rire est communicatif et je ne peux m’empêcher de me joindre à elle dans cet éclat de rire. Le temps passe et je continue mon petit jeu. «Ton barratin est plutôt bon, tu sais ?  Tu pourrais arrondir tes fins de mois en faisant la voyante !». Je penche la tête un peu sur le côté comme pour dire ‘pourquoi pas’, même si ce n’est pas du tout le genre de truc que j’aimerai faire, même pour gagner beaucoup d’argent. Je poursuis mon analyse et termine sur la ligne de coeur. En lui disant son avenir de coeur, mon regard se veut légèrement plus perçant, plus puissant aussi.

Je m’arrête net, lui disant qu’elle ne veut sûrement pas connaître la suite. Je ne sais aucunement comment elle va réagir à cet instant précis, mais je me dis que si elle est encore là, c’est qu’elle n’a pas trop peur de se retrouver seule avec moi. Elle n’a fuit à aucun moment, pourtant, plus les minutes passent, et plus je lui fais comprendre en douceur qu’elle me plait. Il ne faut pas être dupe non plus.

«Je veux bien prendre le risque de savoir.». Mon coeur fait un bond dans ma poitrine. A cet instant, son regard dans le mien, je me sens comme au bord d’un précipice. Sa main se referme sur la mienne, la serrant doucement. Mes yeux jonglent entre son regard et ses lèvres. J’hésite. Quelques secondes passent, et je finis par dire, d’une voix que je me connais peu, comme un murmure. «Je crois qu’une action vaut mieux que mille mots...». Mon coeur s’accélère un peu plus, j’ai à la fois peur de me prendre un vent monumental, et à la fois je m’en voudrais de ne pas essayer. Je décolle finalement mes fesses de sur le lit, me redressant un peu sur mes genoux, et je m’approche dangereusement d’Ebba. Mes yeux ne quittent pas les siens, comme essayant de prévenir le moindre petit détail qui me ferait dire que tout ça n’est qu’une grosse erreur.

Mais elle ne lâche pas mon regard, et même si je sens un peu d’appréhension en elle, j’ai comme l’impression de devenir un ‘challenge’ à moi seule. Mais qu’importe, je ne vais pas me retenir alors qu’elle me plait. Après tout, on n’a qu’une vie. Nos visage à seulement quelques minuscules centimètres, je peux sentir son souffle son mon visage, sa respiration s’est accélérée, et sa main n’a pas quitté la mienne. Elle ferme les yeux, et je profite de cet instant pour poser mes lèvres délicatement contre les siennes.

Ma main libre vient se nicher doucement dans le creux de son cou, alors que je prolonge notre baiser, sans être trop entreprenante. Et même si ma langue rêve de pouvoir caresser ses lèvres, je me retiens. Je finis par décoller ma bouche de la sienne, ma main droite elle, reste pourtant dans son cou, quelques secondes, et je finis par lâcher tout contact avec elle, me reculant à ma place d’origine, un peu sonnée par ce baiser, et désolée de ce que je viens de faire, même si j’y ai pris du plaisir. «Je... je suis désolée j’aurai pas dû, excuse moi...». Je me mordille la lèvre en la regardant, mais mes yeux disent tout le contraire des mots qui sont sortis de ma bouche. La seule chose dont j’ai envie à cet instant précis, c’est de recommencer...




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptyDim 15 Juin - 20:52

you said you didn't want to flirt with this guy, so explain me what you're doin' now...



Dès le moment, où ma main s'est refermée sur celle de Lana j'ai su que j'avais franchis un point de non retour. Cette main qui ne lâchais plus la sienne, indépendante de ma volonté, juste mue par ma curiosité et mon envie, c'était une réponse à ses avances, irréfutable. Ma bonne conscience avait beau trépigner dans tout les sens, je l'avais baillonnée bien serré pour qu'elle arrête de me taper sur les nerfs.
J'ai un peu peur oui, j'ai bien une petite idée de se qui risque de suivre mais c'est toute de même l'inconnu. J'ai peur mais je garde les yeux rivé dans les siens, et l'étincelle que j'y vois m'intrigue et me plais. J'ai peur mais ça m'excite, c'est le danger, l'aventure, ça me fait l'effet d'une grosse seringue d'adrénaline. Ne reste que l'attente, interminable. Je ne la lâche plus du regard, elle semble hésiter mais je la défie des yeux. Je reconnais un peu de moi en elle, cette même peur de regretter ce que l'on a pas osé essayer, je sais déjà qu'elle va craquer. Elle regarde mes yeux puis mes lèvre, elle est si proche qu'elle pourrait les atteindre sans même que j'ai le temps de réagir.
Je décide de lui laisser la voie libre, je ferme les yeux, je la laisse agir. Je l'attends et elle pose enfin ses lèvre sur les miennes. Chaudes et douces, agréables. Je sens ma tête tourner légèrement et je me laisse emporter. Sa main se glisse sous mes cheveux et viens se loger au creux de ma nuque. Mais même si le baiser dure, je la sens sur la retenue. Et avant que j'ai le temps de répondre avec plus de passion, elle m'échappe. Elle lâche mes lèvres puis ma nuque, elle s'écarte, et je reste là sans trop comprendre. Frustrée, fébrile et un peu perdue. Je me sens tout à coup vraiment bête là, sur ce lit, dans cette chambre. J'aurais envie de sortir de là et me rouler en boule dans mon lit avec mon chat et quelques cookies. Réflexe enfantin classique.

"Je... je suis désolée j’aurai pas dû, excuse moi..." Je suis incapable de la croire. Après tout pourquoi on ne devrait pas ?  Rien ne nous l'empêche, rien n'est interdit. Peut-être qu'on ne se connais pas, mais et alors ?  Je ressens presque de la colère, je lui en veut de m'avoir chauffé pour rien. J'aurais envie de crier. Je me sens comme eue à mon propre jeu, c'est moi qui tiens les rênes normalement et je me suis fait avoir par cette fille comme une débutante. Je rassemble ce qui me reste de fierté, je prévois de me lever de prendre mes affaires sur le canapé, claquer la porte et saisir mon téléphone pour dire à Alex que je rentre manger des cookies avec Batman. Je tends déjà mes bras pour me lever mais je croise son regard et ce qu'elle dit avec ses yeux ne colle pas avec ce qu'elle vient de dire. C'est même tout le contraire, elle me dévore des yeux. Je comprends que si elle ne se retenait pas, elle n'hésiterais pas une seconde. Alors je prends l'initiative, et ma détermination me fait même sourire. Je la regarde dans les yeux et je bondit, debout sur mes genoux, je m'élance et réduis à rien la distance entre nous. Ma main se glisse dans son dos et l'attire contre moi et j'attrape ses lèvres pour y poser un long baiser, fougueux, passionné. Je caresse, lèche, mordille. Et je la sens lentement céder, alors que ma conscience et partie se terrer quelque part ou je ne l'entends même plus grogner de mécontentement. Je ne m'arrête qu'une seconde pour lui murmurer dans un souffle. "On ne regrette que ce qu'on a pas osé." A ce moment j'espère qu'Alex et Mathéo vont se perdre en chemin ou décider de faire trois fois le tour de la ville.
eden
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] EmptySam 21 Juin - 8:44





Please please, save my day...


Au moment où je prends du recul avec la jeune femme, je sens en moi ce petit quelque chose qui me crie que je n’aurai pas dû m’arrêter en si bon chemin. Si elle m’avait repoussée, ça aurait été une autre histoire, mais là ce n’est pas le cas. Pourquoi je mets cette distance à la con alors qu’elle m’a laissé le feu vert ? Sûrement la peur de me faire rejeter, quelque part enfouie au fond de moi. Je vois dans ses yeux qu’elle est un peu déçue, quant à moi, je suis simplement désolée, et même si j’avais envie de plus, de bien plus, j’ai trop peur qu’elle m’envoie balader. J’ai très envie de sentir à nouveau ses lèvres contre les miennes, pouvoir la toucher, la caresser, sentir son coeur battre sous mes mains, alors je ne quitte plus son regard, toujours plongé dans le mien.

Mon coeur bat encore très rapidement, dû au baiser que nous venons d’échanger. Je la regarde se préparer à se lever pour m’échapper très certainement. Mon coeur me crie de la retenir, pourtant je reste là à ne rien faire, je me contente juste de la bouffer des yeux, dans un silence de plomb. Contre toute attente, elle se jette presque sur moi, féline, déterminée. Elle place sa main dans mon dos pour me ramener à elle et m’embrasse à pleine bouche, sans aucune retenue. Mon coeur implose et à mon tour je laisse glisser mes mains sur elle pour la serrer contre moi. Sa langue vient caresser la mienne, et je n’en reviens toujours pas. Elle n’était pas si prude que ça au final.

Elle sépare ses lèvres des miennes, alors que j’en redemande, et dans un souffle, un petit sourire au coin de ses lèvres, elle me murmure, le souffle court : «On ne regrette que ce qu'on a pas osé» Elle n’a pas tort, et d’ailleurs, je lui rends son sourire, complice, avant de me jeter à nouveau sur elle sans réfléchir plus d’une seconde. Je ne pense plus à mon coloc et à sa copine qui sont partis je ne sais où pour je ne sais combien de temps. Tout ce à quoi je pense, c’est Ebba et moi, là , sur mon lit. Je n’en reviens pas d’avoir réussi à faire craquer une hétéro, je cois bien que c’est la première fois.

Nos baiser deviennent plus sensuels, plus charnels, plus fougueux, sauvage, ils deviennent plus intéressants de minute en minute alors que mes mains se baladent doucement sur son corps. Mon souffle commence à devenir de plus court, je n’ai pas envie de précipiter les choses, si c’est la première fois qu’elle vit ce genre d’expérience avec une autre femme, je ne veux pas qu’elle en garde un mauvais souvenir, même si j’en doute, mais d’un autre côté, j’ai peur d’être prise de cours si les autres gugus débarquent. Délicatement, je viens attraper le bas de son t-shirt et le soulève doucement pour le lui retirer, mes yeux glissent sur son buste parfaitement dessiné, avant de reprendre d’assaut ses lèvres. Il ne nous faudra pas longtemps avant de nous retrouver toutes les deux en sous-vêtements, nos mains se baladant chacune sur le corps de l’autre. J’essaie d’être attentive à chacun de ses gestes, de ses regards, pour éviter le moindre incident.

Dans un instant de lucidité, je me lève rapidement et vais fermer le verrou de ma chambre, on ne sait jamais. En revenant sur mon lit, la trouvant là allongée quasiment nue, je me mordille la lèvre d’envie. Plus aucun mot ne me vient, j’ai juste envie de lui faire découvrir ce qu’est le plaisir féminin. Je reviens prendre d’assaut ses lèvres, puis je laisse glisser doucement mes baisers le long de son corps, finissant de la deshabiller au passage. Attentive au moindre de ses frissons, je sens son corps brûlant se cambrer sous mes caresses, ce qui me rassure un peu, c’st donc ce moment que je choisis pour commencer à lui donner réellement de plaisir. J’avoue que ce serait plus facile si on ne s’attendait pas à ce que les deux autres boulets arrivent d’une minute à l’autre, mais je m’efforce de lui faire oublier ce détail, en espérant que cela fonctionne.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Please please, save my day... [Ebba] Empty
MessageSujet: Re: Please please, save my day... [Ebba]   Please please, save my day... [Ebba] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Please please, save my day... [Ebba]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Save the last Rose
» save me from the sky ϟ Emily Taylor Johnson
» My Body Needs A Hero, Come And Save Me ♪♫ (Pv June ♥)
» Soran G. Kenway - I will save the world with you
» Katerina Liszka : Sometimes i wish i could save you [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps abandonnés-