NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: /! I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!   Mer 22 Jan - 21:41





Sebastian & Micah


Debout face au miroir du dressing, Micah se penchait de profil pour admirer son reflet. En retrait derrière lui, Macaron était assise bien droite, et seuls ses yeux bleus fendus de ses fines pupilles suivaient les mouvements du jeune homme dans la glace.

« Qu'est-ce que t'en penses Macaron ? » demanda Micah en se passant la touche finale – une cravate volée à son mari – autour du cou.

Il était tard. Toute la maison dormait à l'exception de Sebastian. Pas parce qu'il montait la garde auprès de Quinn et Mary. Non. Sebastian travaillait. Dans son bureau.

Depuis qu'il avait reçu un coup de fil de New York, il ne tenait plus en place. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire et quelques encouragement bien placés de Micah, le voyage était bouclé et le billet d'avion commandé sur internet. Comme si l'architecte qui sommeillait en Sebastian s'était tout à coup réveillé au contact d'un ancien employeur New Yorkais. Dans le fond il n'avait jamais quitté l'architecture. Bon sang, il leur avait préparé une maison pendant plus de 6 mois. Puis il avait enchainé sur la rénovation de celle de ses parents, et il y avait encore l'étage du Morning Coffee à aménager.

Le hic dans tout ça, c'était le voyage à New York. Sans Micah. C'était la première fois qu'ils seraient séparés, et Sebastian était fermement décidé à travailler le plus possible AVANT de partir. Certainement pour avoir moins de travail à faire surplace et rentrer au plus vite.

C'était bien joli tout ça, mais Micah était en manque. Okay – c'était complètement stupide parce que Sebastian n'était pas encore parti. Son corps le trahissait. Il appréhendait tellement le manque à venir qu'il réclamait trois fois plus de sexe. Et Micah était un garçon sain, qui vivait sainement. Refuser un truc que sa libido lui réclamait à corps et à cris ? Définitivement pas son genre.

Il s'humecta les lèvres en finissant de nouer sa cravate, sombre par dessus sa fine chemise blanche. Son jean moulait ses hanches et ses cuisses étroitement. Il avait dompté sa crinière pour offrir à Sebastian le plaisir de le décoiffer en y passant ses doigts. Quant à ses lunettes, elles parachevaient superbement sa panoplie de secrétaire sexy.

L'adolescent se sourit à lui-même, puis au reflet de Macaron qui venait lui donner son aval en venant se frotter contre son pantalon. Il la ramassa et l'emmena avec lui à travers la maison avant de la reposer dans la cuisine où il récupéra une tasse de café.

Cette fois, tout était prêt. En bon secrétaire, Micah lissa sa chemise une fois devant le bureau de Sebastian pour en chasser les quelques poils accrochés, puis entrouvrit la porte.

D'un pas félin, il se dirigea jusqu'au bureau sur lequel était Sebastian était penché, manifestement concentré.

« Je me suis permis de vous apporter un café. » minauda Micah en posant nonchalamment ses fesses sur son bureau, pile sur les papiers que son mari étudiait. Il examina Sebastian, son air agacé... surpris ? Hmm, il y avait définitivement de l'étonnement dans l'air. Micah se permit un rictus, et passa ses jambes de part et d'autre de Sebastian. « Vous devez avoir beaucoup d'endurance pour travailler si tard. » remarqua t-il en égratignant son pull du bout des ongles, son sourire carnassier comme celui d'un chat qui retient ses griffes.

Sebastian avait ouvert la porte à une infinie série de fantasmes en se pointant un beau jour dans sa salopette de plombier. Et Micah n'était rien, sinon décidé à prendre le train en route. Il savait quels genre de fantasmes ses lunettes faisaient naitre dans l'imagination perverse de son époux, et il attendait patiemment le jour où il le ferait craquer. Il voulait le voir perdre le contrôle et le plaquer contre le mur, ou – ou qu'il le penche sur le bureau et assouvisse les bas instincts qu'il avait si brillamment retenu de nombreuses fois à cause de sa saloperie de fibre gentleman.

Micah avala sa salive et chassa l'ardeur qui s'emparait de son corps. Il était question de Sebastian. De lui offrir sur un plateau le jeune secrétaire sexy et malléable qu'il s'était tout de suite imaginé en voyant Micah mettre ses lunettes la toute première fois.

Il ouvrit davantage ses cuisses et respira l'amertume de la tasse de café qu'il déposa ensuite à côté de lui. « Vous n'avez jamais pensé que si vous y ajoutiez un peu de crème.... » Il se laissa glisser sur les cuisses de Sebastian. Sa main se faufila entre eux, et il effleura la courbe de son entrejambe à travers le tissu de son pantalon. Micah se lécha les lèvres avec envie et fit rouler lentement ses hanches en échappant un gémissement. Son regard remonta lentement vers les yeux de sa proie, et il lui offrit un sourire en coin  « ...votre mari pourrait peut-être aimer le café ? »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 


Dernière édition par Micah B. Summers le Dim 26 Jan - 3:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Dim 26 Jan - 0:57




Micah & Sebastian


Micah avait réussi à me convaincre de partir quelques jours à New York. Je cherchais encore comment j’avais fait pour craquer et dire « oui » à cette offre que j’avais réussi. Mon ancien employeur avait besoin de moi. C’était un contexte assez bizarre, compliqué, et peu important, mais il fallait que je me rende quelques jours là-bas. C’était comme si l’univers faisait son possible pour me faire me rediriger vers l’architecture. D’abord cette maison, ensuite l’ancienne, puis le café, puis le projet d’Elena, et enfin ça. J’aurais probablement dit oui sans hésiter si ça n’avait pas impliqué de partir loin de famille, de mon mari, de ma sœur, de mes enfants. Quinn et Mary étaient rentrées de l’hôpital il y a moins de deux semaines. Ça me brisait le cœur rien que de m’imaginer loin d’elles pendant plus jours. J’avais du mal à me résoudre à laisser Micah aussi, simplement parce que j’en étais complètement dépendant et que je n’osais pas m’imaginer passer une nuit sans lui. Mais après de longues discussions que je n’aurais jamais pensé perdre, il avait réussi à me faire accepter de partir, du moment que je serais rentré pour la St Valentin. Pour ça, il fallait que je fasse le maximum à la maison avant de partir. Mon avion était réservé pour dans deux jours.

Voilà pourquoi je passais mes journées et soirée cloîtrées dans mon bureau. Et ce soir ne faisait pas exception. J’avais le nez plongé dans des anciens plans et une commande. C’était incroyable comme j’avais rapidement retrouvé mes réflexes, mes capacités à travailler sur ce genre de choses. Depuis plus d’un an, mon travail consistait à faire des cafés et gérer des comptes et des employés. C’était l’opposé de ce pour quoi j’avais tant étudié à New York. Cette nouvelle vie était loin de me déplaire, mais je sentais l’appel de ma vieille passion se faire de plus en plus puissant. Alors je craquais. J’avais remis un pied dedans, me promettant à moi-même que le deuxième resterait au Morning Coffee.

Il se faisait tard, et mon lit et le corps de mon mari contre le mien m’appelaient. Je frottais mes yeux qui commençaient à fatiguer avant de me replonger au moins encore quelques minutes dans mon travail. Je n’entendais pas la porte s’ouvrir derrière moi, et vis à la dernière minute Micah s’avancer vers mon bureau. Je le suivais du regard lorsqu’il vint s’asseoir sur celui-ci, pile sur ce que j’étais en train de lire. Je fronçais les sourcils d’incompréhension. « Je me suis permis de vous apporter un café. »  Mon regard embrassa son corps des pieds à la tête avant de comprendre ce qu’il manigançait.  « Vous devez avoir beaucoup d'endurance pour travailler si tard. » reprit-il en amenant ses jambes de chaque côté de mes cuisses. « Demandez à mon mari, il pourra vous confirmer à quel point je suis endurant. » répondais-je en comprenant finalement son petit jeu. Je transperçais son corps d’un regard bestial, le désir s’emparant de tout mon corps. Sa tenue, son attitude, ses lunettes. Tout me donnait envie de le faire taire en l’embrassant et de le retourner pour le plaquer contre mon bureau et lui faire l’amour dessus.

« Vous n'avez jamais pensé que si vous y ajoutiez un peu de crème.... » reprit-il en respirant la tasse à café qu’il avait dans les mains avant de la poser à côté de lui. Il écarta un peu plus les jambes avant de se laisser glisser sur les miennes. Sa main s’aventura sur son entrejambe tandis qu’il commença à remuer son bassin, m’arrachant quelques gémissements de plaisir et surtout de frustration. « ...votre mari pourrait peut-être aimer le café ? » finit-il sa phrase en posant un regard insistant sur moi. Je ravalais difficilement ma salive lorsque je comprenais son sous-entendu. La surprise passée, j’esquissais un petit sourire joueur en menant ma main sur la boucle de ma ceinture que je défaisais. « Mon mari devrait définitivement essayer. » répondais-je finalement en faisant sauter le bouton de mon pantalon. « Mais ça se mérite de la crème. Il faut aller à la chercher. » continuais-je en baissant ma fermeture éclair.

Un nouveau sourire à Micah, et je l’attrapais par la cravate pour attirer son visage contre le mien pour m’emparer de ses lèvres dans un violent baiser. Je le repoussais d’un coup, et tirais vers le bas le bout de tissu pour l’inviter à descendre de mes cuisses et se positionner entre elles lorsque je les écartais largement. Son corps se retrouvait presque entièrement sous le bureau. « Mon dieu… » ne pouvais-je m’empêcher de murmurer en observant une telle vue. Micah avec ses lunette sur le bout de son nez me faisait toujours de l’effet, mais dans de telles conditions… J’avais l’impression que j’allais jouir à la seconde où il me toucherait. Comment était-ce censé survivre quelques jours loin de cet homme ?

Après avoir ouvert les pans de mon pantalon, j’en sortais mon membre durci et commençais à me caresser doucement en observant Micah entre mes cuisses. « Pas tout de suite… » l’informais-je en continuant mes aller-et-vient sur mon érection. Je voulais faire monter l’envie en lui, je voulais le voir saliver devant ce spectacle que je donnais à à peine quelques centimètres de son visage. « Ouvre la bouche. » lui ordonnais-je gentiment après un moment, dirigeant l’extrémité de ma virilité entre ses lèvres entrouvertes. Je me frottais contre elles, y déposant les premières traces de mon plaisir. Avant de m’enfoncer dans ses lèvres, j’allais m’amuser à frotter ma jouissance contre les verres de ses lunettes par provocation. Je me laissais tout de même pénétrer sa bouche chaude et humide, et le laissais reprendre le contrôle, maintenant simplement l’une de mes mains dans ses cheveux bien trop coiffés à mon goût. « Oublie pas d’en garder pour le café… » articulais-je difficilement, entrecoupant chacun de mes mots par des rires ou des gémissements. J’essayais de réaliser la chance que j’avais d’être marié à un tel homme, mais c’était impossible. Il était juste parfait. Son corps était parfait. Son esprit pervers était parfait. Sa capacité à réaliser mon fantasme était parfaite. Sa bouche était parfaite. « Micaah… » grognais-je tout à coup, me sentant très très près de l’orgasme. Tellement prêt et tellement rapidement que j’en aurais probablement honte plus tard.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Dim 26 Jan - 21:34





Sebastian & Micah


« Mon mari devrait définitivement essayer. » s'amusa Sebastian, définitivement pris au jeu. « Mais ça se mérite de la crème. Il faut aller à la chercher. »

Ce fut au tour de Micah de sourire. « Comptez sur moi. » lança t-il, malicieusement,ses yeux rivés sur les mains de Sebastian occupées à baisser sa braguette. Il s'apprêtait à descendre de son perchoir pour lui donner un coup de main lorsqu'il se sentit tout à coup tiré en avant et que ses lèvres s'écrasèrent sur celles de son mari. Wow ! Il lâcha un jappement de surprise qui se mua en gémissement. Il ouvrit la bouche pour offrir l'accès à la langue vorace de Sebastian. La suçota comme un avant goût de ce qu'il s'apprêtait à lui faire –

Et Sebastian le repoussa. Brusquement. Comme s'il avait fait quelque chose de mal. Ou comme s'il était trop pressé pour laisser à Micah le loisir de se mouvoir par lui-même. Haletant, l'adolescent eut le souffle coupé lorsque Sebastian s'empara de sa cravate comme d'une laisse pour le trainer vers le bas. Seigneur. Est-ce qu'un jour Sebastian mettrait le holà sur les habitudes d'homme des cavernes ?

Probablement pas. Et Micah se sentait tout à coup comprimé dans son jeans. Excité comme jamais par la fougue animal de son amant. « Pas tout de suite… » Micah gronda de frustration en réponse, mais resta immobile. Comment ça pas tout de suite ? Il devait le regarder se faire du bien tout seul ? C'était ça son fantasme du secrétaire sexy ? Un nouveau moyen de torture ?

Il bougea presque inconsciemment malgré l'interdit pour, toucher Sebastian, parce qu'il voulait mettre ses mains sur son sexe dressé, comme, vraiment. Il était tellement – dur et humide, le fluide s'amoncelant à son extrémité, s'écoulant translucide et brillant sur ses doigts, et Micah avait envie de les lécher. De les lécher jusqu'à ce qu'ils soient propres, jusqu'à ce que Sebastian le laisse le prendre en bouche lui-même. Micah s'entendit-il gémir. Bon sang, il récidivait. Il gémissait sans même que Sebastian le touche. Nom de dieu, c'était humiliant. Mais Sebastian avait cet effet sur lui. Cette capacité à le faire obéir quand bien même Micah bouillonnait de l'intérieur... « Ouvre la bouche. » Cette fois, Micah s'exécuta sans broncher. Il crut que Sebastian allait céder. Mais non. Son bourreau se contenta de presser son érection contre ses lèvres. Et Micah lutta pour ne pas les refermer autour de lui, ni darder sa langue pour lécher.

Il voulu relever la tête, pour – il ne savait pas, supplier Sebastian de le laisser lui faire une bon dieu de fellation – mais ce dernier abandonna ses lèvres pour répandre les premières traces de sa jouissance sur ses lunettes. Oh il pouvait bien les souiller tant qu'il voulait, Micah n'était pas prêt de les enlever !

Puis Sebastian se glissa entre ses lèvres. Merci Seigneur. Enfin. Micah aspira avidement le mélange de salive et de jouissance, se repaissant de la saveur intime de son amant. Il glissa une main à la base de son membre, se retira pour l'embrasser et le laper en humant langoureusement l'odeur masculine et enivrante qui lui embrumait les sens et lui faisait perdre pied.

« Oublie pas d’en garder pour le café… » entendit-il articuler tant bien que mal quelque part au dessus de lui. Micah gémit et le reprit en bouche en réponse. C'était tellement bon. Sentir Sebastian en lui. L'adolescent ronronnait sous la main enfouie dans sa chevelure, ferme et apaisante, contrastant avec sa cravate resserrée après que Sebastian ai tiré dessus, qui lui comprimait un peu trop la gorge pour que ce soit confortable.

Son amant grommela son nom, et Micah reconnu la tension, la note rauque dans sa voix qui voulait dire qu'il était sur le fil du rasoir.

L'adolescent retira sa bouche et se dressa sur ses genoux pour capturer les lèvres de Sebastian dans un baiser passionné. Il remercia les instances supérieures de lui avoir donné un corps souple et se contorsionna pour attraper de sa main libre la tasse encore chaude sur le bureau, qu'il mena entre eux alors qu'il murmurait contre ses lèvres. « J'espère avoir suffisamment mérité ma crème. »

Micah s'amusait, léchait sa bouche, se délectait de l'expression de Sebastian alors qu'il donnait les derniers mouvements de va et vient sur son membre enflé et luisant de salive. Il n'en fallait pas plus à son amant pour jouir dans un râle primaire qui lui allait décidément à merveille. Micah sentit sa jouissance s'écouler dans sa main et la tasse. Il se pencha pour retourner embrasser la chair encore palpitante et la nettoyer de quelques derniers coups de langues lascifs.

« Bien. » soupira dramatiquement Micah au bout d'un moment, en suçotant l'un de ses doigts. « Je suppose que je vais devoir m'occuper de moi moi-même. »

Il se redressa sur ses jambes et se tourna, ses fesses sous le nez de Sebastian, tandis qu'il se penchait pour remettre ses papiers en ordre sur son bureau. Puis il fila d'entre ses jambes pour se rasseoir à un coin du bureau cette fois. Tasse en main, il défit sa cravate, déboutonna sa chemise d'une main agile, et commença à se caresser en avalant sa première gorgée de café.

« Mhh... » gémit-il en effleurant légèrement son mamelon gauche de son pouce recouvert de semence. L'amertume du café mêlée à celle de Sebastian passait nettement mieux. Sans doute que c'était totalement dans sa tête, mais Micah trouvait le café bien plus acceptable avec une touche de Sebastian en plus. « J'ai toujours cru que les patrons adoraient sauter leur secrétaire. » lança t-il innocemment. Parce que merde, il n'avait pas pu se gourer à ce point sur les désirs de Sebastian depuis un an, si ? « A moins que je me sois trompé sur votre endurance ? » le nargua t-il exprès. Quelle meilleure technique que de remettre en cause les capacités de son corps de rêve pour titiller sa fierté masculine ? Micah cherchait la merde, il en avait bien conscience. Mais il n'y avait rien qu'il ne puisse habilement se faire pardonner un usant des charmes de son corps.

Surtout pas après avoir enfin bu un café de son plein gré !

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Mar 28 Jan - 0:42




Micah & Sebastian


Micah retirait sa bouche. Je gémissais de mécontentement lorsque cet antre chaud et si accueillant libérait mon membre au bord de l’orgasme. Mes grognements étaient étouffés par ses lèvres qui venaient recouvrir les miennes dans un profond baiser. Ses doigts toujours enroulés autour de mon érection, Micah me torturait de dernières secondes en murmurant contre moi : « J'espère avoir suffisamment mérité ma crème. ». Je gémissais encore un peu plus, des larmes de frustration perlant aux coins de mes yeux. J’acquiesçais d’un vif hochement de tête alors que je recherchais ses lèvres. Presque aussitôt, je me sentais jouir entre les doigts de mon amant. Je ne remarquais qu’après que Micah s’était emparé de sa tasse pour y récupérer ma semence. Quelques coups de langue du mon membre plus tard, et un nouveau « Mon dieu… » de ma part, j’observais mon mari sucer ses doigts dégoulinants devant moi. « Bien. » Je voulais participer, nettoyer sa main avec ma langue, mais il se tourna pour s’attarder sur les papiers sur mon bureau. « Je suppose que je vais devoir m'occuper de moi moi-même. » Mon orgasme m’avait trop exténué pour que j’arrive à vraiment réagir à ses paroles. Je me laissais plutôt admirer la vue sur ses fesses juste devant alors que je fondais sur ma chaise.

Après un moment, Micah s’échappa d’entre mes jambes pour s’asseoir sur un coin du bureau. J’admirais le spectacle d’où j’étais. Je n’en loupais pas la moindre seconde, de son déshabillement à la première gorgée de café qu’il avalait. « Alors… ? » lui demandais-je, un sourire en coin, curieux de savoir si cette nouvelle « recette » était à son goût. « Mhh... » fut la seule réponse à laquelle j’eus le droit. J’ignorais si c’était un gémissement face au café, ou si c’était parce qu’il commençait à caresser l’un de ses tétons en y déposant les restes de ma jouissance qui coulaient toujours le long de ses doigts. Malgré mon orgasme très récent, je sentais toute l’excitation remonter en moi. Comment réagir autrement face à un tel spectacle ?

« J'ai toujours cru que les patrons adoraient sauter leur secrétaire. » lâcha Micah après un moment, par défi. « A moins que je me sois trompé sur votre endurance ? » continua-t-il aussitôt avant que j’ai le temps de lui répondre. « Vous ne vous êtes pas trompé, monsieur Summers-Petterson. » annonçais-je enfin en trouvant la force de me lever de ma chaise. Sans dire un mot, je venais me poster devant le jeune homme et me penchais pour venir laper son mamelon humide. Je le léchais, le suçoter, le mordillais gentiment avant d’aller faire de même avec le second. A l’aveugle, je cherchais la main de Micah pour le débarrasser de sa tasse et ainsi éviter tout accident. Je lançais un regard sur le café avant de le poser quelque part. D’un coup, j’en buvais une gorgée en provoquant Micah du regard. Je me léchais les lèvres en allant poser la tasse hors de notre portée, et venais embrasser le garçon. Je portais ce que je n’avais pas encore avalé, ce mélange de café et de… moi.

Ma main s’aventurait le long de son torse nu alors que je ne quittais pas les lèvres de mon secrétaire d’un soir. Mes doigts trouvaient rapidement la boucle de sa ceinture, et la faisant sauter aussitôt. Je faisais de même pour le bouton de son pantalon et sa braguette. Ma main continuait son chemin et se faufilait sous ses sous-vêtements, caressant enfin son érection. A mon tour, je venais m’agenouiller devant lui, baissant à peine son pantalon pour en sortir son membre tendu. Après quelques coups de langue sur son extrémité pour en récolter ce qui en dégoulinait déjà, je le prenais entièrement en bouche. Je guidais les va-et-vient de ma bouche en tenant sa virilité entre mes doigts, ma main libre se postant sur ses fesses. Je lançais quelques regards vers Micah, lui montrant tout mon désir et le plaisir que j’avais à sentir ainsi son poids sur ma langue.

Je continuais à prendre mon mari en bouche lorsque ma propre érection se rappela à moi, comme si elle me faisait signe qu’il était temps de nouveau de s’occuper d’elle. Je la caressais rapidement avant de guider mes deux mains sur le haut du pantalon de Micah pour le descendre jusqu’à hauteur de ses genoux. Ses fesses enfin découvertes, je les caressais de mes deux mains avant de les écarter gentiment. L’un de mes doigts s’insinuait entre elles, et je sentais une humidité familière. « Oh – mon dieu. Tu… ? » lâchais-je tout à coup après avoir retiré ma bouche de son membre. Je lançais un regard choqué et ravi vers mon mari avant de me relever et le forcer à se tourner devant moi. D’une main dans son dos, je le faisais se pencher sur le bureau. Celle-ci glissa le long de sa colonne vertébrale avant de retrouver à nouveau ses fesses. Deux de mes doigts glissaient entre elles et venaient confirmer l’impression que j’avais eue quelques secondes plus tôt. « Je connais un secrétaire qui est venu préparé… » commentais-je, amusé, impressionné, mais surtout follement excité. Mes doigts venaient caresser son entrée avant d’y pénétrer presque aussitôt. « Préparé et impatient surtout. Vous ne vouliez pas qu’on perde la moindre seconde. » reprenais-je en jouant le jeu que Micah avait instauré en entrant dans mon bureau ce soir.

« J’espère que vous avez fait ça en pensant à moi. Vous avez utilisé seulement vos doigts ? Ou des accessoires aussi peut-être ? » demandais-je, joueur en ajoutant un troisième doigt en lui. De ma main libre, je baissais à mon tour mon pantalon et caressais mon érection toujours humide. « Votre mari est un homme très très chanceux. » annonçais-je avant de retirer mes doigts et de les remplacer aussitôt par mon membre. Je le pénétrais lentement, remerciant au passage tous les dieux du sexe de m’avoir offert un tel mari. Cet homme sera ma mort. Il me tuerait à force de trop merveilleux orgasmes. « Micah… » gémissais-je au creux de son oreille une fois complètement en lui. L’une de mes mains s’ancrait au bureau devant nous tandis que l’autre se faufilait sur le torse de mon mari et le caressait avec envie.

Je débutais de lents va-et-vient, habituant Micah à ma présence en lui. J’augmentais petit à petit le rythme de mes coups de reins, et guidais ma main sur son torse jusqu’à l'un de ses tétons que je caressais. Après un moment, mon regard s’aventura sur la chaise près de nous. Je l’attrapais sans réduire mes mouvements, et la faisais glisser jusqu’à moi. Ma main toujours plaquée sur le torse de mon mari, je nous forçais tous les deux à venir nous asseoir sur la chaise. Micah se retrouvait désormais assis sur moi, mon érection toujours  profondément en lui. Je roulais mon bassin pour lui arracher quelques gémissements et luttais pour lui voler un baiser avant de murmurer contre ses lèvres : « A vous de me montrer votre endurance. ».

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Jeu 30 Jan - 17:24





Sebastian & Micah


Micah s'attendait à ce que Sebastian se venge, mais euuh pas si rapidement après l'orgasme ?

Sebastian le rejoignit sur son coin de bureau, comme un putain de super guerrier du sexe. Sérieusement, Micah ne remettrait plus jamais en cause l'endurance de son mari. Même pour rire. Ce mec était une machine. Une sex machine, increvable, et qui allait probablement le tuer à coup d'orgasmes.

Les lèvres de Sebastian se refermèrent sur son téton. Micah se cambra par réflexe et rejeta la tête en arrière sous le flot de désir qui ne le lâchait pas depuis qu'il s'était glissé entre les cuisses de son partenaire.

Puis Sebastian le priva de sa tasse. L'adolescent baissa les yeux sur lui juste à temps pour le voir en avaler une gorgée. Un sourire s'insinua sur ses lèvres, immédiatement rejointes par les siennes, puis par un flot de café mêlé de semence partagé directement dans sa bouche. Micah gémit, entoura fiévreusement le visage de Sebastian de ses mains, força pour sentir son corps contre lui alors qu'il léchait voracement l'intérieur chaud et humide de sa bouche. Il sentait ses doigts se faufiler entre eux, mais le jeune homme n'en avait que faire. Il hissa ses longues jambes autour de la taille de Sebastian dans l'espoir absurde de le garder à lui. Son bassin remuait malgré lui, et il poussa un cri de plaisir étouffé contre sa bouche lorsque la paume trop chaude de son amant trouva son érection.

L'instant d'après, Sebastian était partout. Entre ses cuisses et il – il le léchait. Et Micah ne pouvait rien faire à part écarter ses cuisses et gémir. Son corps se cambrait malgré lui. La bouche de Sebastian était tellement chaude et moite. Si Micah n'était pas appuyé sur le bureau ses jambes auraient refusées de le porter. « Oh mon dieu – » croassa t-il, étourdit de plaisir, sa vision embuée entre ses paupières entrouvertes. « Continue... »

Sebastian tira son pantalon de ses cuisses. Ses mains vinrent empoigner impudiquement ses fesses, les écarter –

Puis Sebastian le relâcha.

« Oh – mon dieu. Tu… ? » questionna t-il, comme si Micah s'était soudainement changé en alien agressif et visqueux. Quoi ? Il quoi ? L'adolescent ne le saurait probablement jamais. Car Sebastian le retourna aussi sec, face contre le bureau, et glissa deux doigts contre son entrée. Micah échappa un couinement alors que ses yeux se fermaient étroitement sous la caresse. « Je connais un secrétaire qui est venu préparé… »  constata Sebastian – apprécia, comme un maître satisfait. « Préparé et impatient surtout. Vous ne vouliez pas qu’on perde la moindre seconde. »

« N – non. » souffla Micah, en rouvrant de petits yeux humides. Ses hanches remuèrent dans l'espoir d'inciter Sebastian à faire quelque chose. Micah adorait ça, se sentir captif des désirs de son époux. Sebastian le comblait. Il était dingue de son corps et lui faisait savoir chaque jour. Micah avait beau ne pas s'aimer, il se voyait chaque jour plus désirable dans le reflet de ses yeux, raffolait d'être l'amant déluré et sans complexe qui déployait des trésors d'imagination pour surprendre cet homme qui avait avait la main mise sur son corps et le moindre de ses fantasmes.

Sa bouche s'ouvrit lorsque Sebastian plongea deux doigts en lui. L'adolescent sentit son corps se contracter autour de lui. Il était toujours si étroit – trop étroit...

« S – Sebastian... » implora t-il, alors qu'il lui parlait, le questionnait, et Micah n'écoutait que sa voix, il l'aurait reconnue entre mille. Son intonation à la fois suave et provocatrice, basse comme une fournaise de braises. Il – il ne pouvait juste pas répondre. Son souffle erratique se coinçait dans sa gorge. « Je t'en prie. » souffla t-il, la voix brisée. Il était tellement humide, sa peau douce douce tellement écartée à l'intérieure. Il étouffa un sanglot lorsqu'un troisième doigt s'insinua en lui.

« Votre mari est un homme très très chanceux. » le flatta Sebastian tout en se retirant. Mais... pourquoi il se retirait ? Micah grogna de frustration avant de se taire, parce que Sebastian le pénétrait. Lentement. Précautionneusement. Toujours précautionneux Sebastian, comme s'il craignait toujours de le casser.

L'adolescent enfonça ses doigts dans le bois du bureau. Puis un premier coup de reins lui arracha un cri de plaisir. Tout son corps se cambra pour leur offrir le meilleur angle. La brûlure était exquise. Micah sentait sa chair se contracter au passage de son époux, l'emprisonner en lui comme si tout son corps ne voulait plus jamais le laisser le quitter. « Encore. » s'entendit-il quémander dans un souffle. Cramponné au bureau, Micah subissait avec délice les coups de reins vigoureux de son amant. Son corps secoué par chaque poussée, le plaisir vertigineux de le sentir prendre possession de lui. Le marquer de l'intérieur. Micah ne pouvait pas bouger, prisonnier entre le bureau et Sebastian et... c'était absolument parfait.

Et juste comme ça, Sebastian les fit asseoir. Micah sur lui, comme si il ne venait pas d'interrompre une bonne partie de jambes en l'air.

« A vous de me montrer votre endurance. » lâcha t-il comme... une espèce de pacha trop fatigué pour littéralement finir le travail lui-même. C'était totalement injuste. Parce que Sebastian était en lui. Entièrement et dur comme un putain de rocher, Micah n'avait même pas besoin de remuer pour le savoir.

« J'arrive pas à y croire. » marmonna t-il, scandalisé. « Heureusement que je suis pas vraiment ton secrétaire, Monsieur-j'interromps-le-sexe-juste-avant-le-coït, parce que cette partie du fantasme ? Elle craint ! » Micah se libéra de son pantalon en gigotant ses jambes. Parce qu'il pouvait difficilement se pencher en avant avec le baobab planté en lui... bref – puis tourna la tête pour fusiller Sebastian du coin de l'œil, avant de réajuster ses lunettes de travers sur son nez, et de réendosser son rôle de secrétaire. « Vous êtes diabolique. »

Micah éleva son corps. Il aurait probablement eu besoin de plus de lubrifiant. La pression du membre de Sebastian en lui le fit geindre. Sa respiration était forte audible. Puis il se laissa redescendre brusquement. Trop brusquement. Un pic de douleur aigüe le fit bredouiller. « Oh mon – mon dieu... »

Et Sebastian ne bougeait pas. Le bâtard. Micah ne voulait même pas se tourner pour le regarder. Il était capable de le trouver les bras croisés derrière la tête, comme le bâtard qu'il était totalement.

« Je – je te déteste. » maugréa l'adolescent en enfonçant ses ongles dans ses cuisses pour prendre appui tandis qu'il remontait. Il réussit seulement à égratigner son pantalon – parce que bien sûr, il était encore habillé, lui – et se laissa choir à nouveau. « T'es tellement – tellement borné... »

Chaque va et vient lui donnait l'impression de se briser. Comme – comme s'il allait se fendre en deux et crier. Chaque mouvement lui faisait du bien, lui faisait du mal, envoyait des étincelles dans chacun de ses muscles, le faisait se contracter autour de Sebastian d'un manière douloureuse, aiguisée, tellement intense –  

Des pleurs de bébé résonnèrent tout à coup dans le babyphone.

Micah s'immobilisa.

Les pleurs reprirent, en double cette fois.

« Je t'interdis de bouger. » prévint Micah, sa voix rêche comme si on lui avait frotté les cordes vocales avec du papier de verre. « Je te jure Sebastian – » il reprit son souffle, mains posées sur le bureau. Sa chemise collait à son dos, ses lunettes menaçaient de glisser de son nez à cause de la fine pellicule de sueur qui faisait briller sa peau et il allait avoir besoin de son inhalateur dans moins d'une minute, mais Micah n'en démordait pas. « Que si tu t'en vas maintenant c'est la... la dernière fois qu'on fait l'amour. »

Il l'avait déjà menacé cinquante fois après que Sebastian l'ai laissé en plan pour aller refourguer des fraises à Elena. Et il était à peu prêt certain qu'il allait récidiver avec Mary et Quinn.

Les pleurs s'intensifièrent. Comme si le monde entier complotait pour que Micah choisisse : ses filles ou ses orgasmes.

Et merde tiens.

Accompagné d'un soupir interminable, Micah se redressa, serra les dents sous la (toute dernière) vague de plaisir au creux de son ventre, et se désolidarisa du corps de Sebastian. « J'peux pas. » couina t-il, de mauvais poil, frustré, épuisé et incapable de laisser ses enfants pleurer. Il jeta un petit regard navré à Sebastian tout en se baissant pour attraper son pantalon. « De toute façon, mon inhalateur est dans la chambre... »  

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Sam 1 Fév - 17:46




Micah & Sebastian


« Je – je te déteste. » râlait Micah en jouant le petit jeu que j’avais lancé. « Non, tu m’aimes. » le rectifiais-je, un sourire aux coins des lèvres. Je caressais son dos alors qu’il se laissait descendre sur mon membre. « T'es tellement – tellement borné... » reprit-il, gémissant et grognant. Comme si c’était une mauvaise chsoe. « Tu aimes ça. » Il ne pouvait pas le nier. Il pouvait maugréer autant qu’il le voulait, je savais qu’il aimait que je le torture ainsi. Si on pouvait appeler ça de la torture. C’est lui qui était venu dans sa tenue de secrétaire sexy et tellement pervers, il savait ce qui l’attendant en mettant en scène tout ça.

On entendait soudainement des pleurs de bébés.  Des pleurs de nos bébés.

Micah était en train de gémir en se laissant pénétrer par mon membre lorsque des pleurs s’échappèrent du baby phone sur mon bureau. C’était le pire moment pour que les filles se réveillent. Quel patron était interrompu par ses enfants alors qu’il faisait l’amour à son secrétaire ? Aucun. A part moi. Le seul soir où mon mari décidait de répondre à l’un de mes fantasmes avec un talent incroyable. « Je t'interdis de bouger. »  me prévint Micah, immobile sur moi. « Je te jure Sebastian – que si tu t'en vas maintenant c'est la... la dernière fois qu'on fait l'amour. »  me menaça-t-il, haletant. Je portais une main sur l’une de ses cuisses pour la caresser, pour le rassurer. « J’en ai – pas l’intention. » gémissais-je en bougeant malgré moi, toujours en lui. « T’as qu’à – mh, t’as qu’à éteindre le baby phone. On ira les voir après. » J’allais brûler en enfer. Je préférais finir de faire l’amour à mon mari plutôt que d’aller m’occuper de nos enfants qui pleuraient à quelques mètres de là. Mais il me menaçait. Mon enfer serait sur Terre si je décidais de faire le contraire.

Les pleurs étaient de plus en plus forts. Micah ne bougeait toujours pas, alors j’essayais de tendre le bras pour éteindre moi-même l’appareil. « J'peux pas. » lâcha-t-il finalement en se redressant. Je me figeais sur place. « Quoi ? » demandais-je, incrédule, les fesses plantées dans ma chaise. Je l’observais se rhabiller. De mon côté, j’étais incapable de bouger, me repassant la scène en tête pour essayer de voir si j’avais loupé quelque chose. « De toute façon, mon inhalateur est dans la chambre... » reprit-il en finissant de boutonner son pantalon. Je le laissais rejoindre notre chambre où dormaient pour l’instant Quinn et Mary. Il me fallut de très longues secondes avant de trouver le courage de me lever à mon tour et de remonter mon pantalon qui pendait sur le haut de mes genoux.

Je retrouvais mon mari près des lits, Quinn dans les bras. Je m’approchais du berceau de Mary et venais caresser son visage avant de la porter à mon tour. Emmitouflée dans sa turbulette, je la prenais dans mes bras et la collais contre mon torse pour la bercer doucement. « Il faut retourner dormir mon ange. » murmurais-je avant de déposer un baiser sur son front. Elle se calma presque aussitôt, la fatigue étant surement plus forte que son envie de pleurer. Je jetais un coup d’œil vers Micah, et allais poser un baiser dans sa nuque avant de rejoindre notre lit. J’allais chercher son inhalateur sur sa table de chevet et lui ramenais immédiatement. « Pourquoi – pourquoi t’en avais besoin ? » lui demandais-je en lui tendant. « C’était trop… intense ? » J’avais constamment peur de ce petit appareil auquel Micah s’accrochait où qu’il aille. J’avais peur qu’il en ait besoin. J’avais peur qu’un jour il ne lui suffise pas. Mais je n’avais jamais eu peur qu’il sente le besoin de l’utiliser alors… qu’on faisait l’amour. Avant ce soir.

Mes yeux quittaient mon mari pour se reposer sur Mary qui s’était endormie contre moi. Je souriais en l’admirant, et déposais un nouveau baiser sur son front. Je voulais la couvrir de baiser et passer le reste de ma soirée ainsi, à l’admirer alors qu’elle dormait paisiblement. Mais je profitais de son sommeil de plomb pour la remettre dans son berceau. « Dors bien mon ange. » lui dis-je en la reposant. Je retournais vers Micah et passais mon bras autour de sa taille. J’embrassais sa joue et déposais mon visage sur son épaule, observant Quinn qu’il gardait toujours contre lui alors qu’elle s’était endormie à son tour. « Elle est adorable. » remarquais-je, attendri par cette image. Je restais comme ça un moment, appréciant simplement le silence et la présence des personnes que j’aimais le plus dans ce monde. Même si ces personnes m’avaient incroyablement frustré cette nuit.

Après un moment, je me détachais de Micah pour venir me placer dans son dos et débuter un léger massage de ses épaules. « Je suis désolé pour ce soir. » m’excusais-je en embrassant à nouveau sa nuque. Tout avait été parfait.  Assez étonnement, j’avais réussi à rentrer dans son jeu et j’y avais pris un plaisir fou. Mais ça s’était terminé trop tôt avant que je puisse à mon tour faire plaisir à mon mari. « Laisse-moi m’occuper de toi maintenant. » murmurais-je contre son oreille avant de m’éloigner de lui. Je caressais ses fesses au passage et partais en direction de la salle de bain. Sur la route, je me débarrassais de mes vêtements un à un. Il ne m’en restait déjà presque plus rien alors que je passais l’encadrement de la porte. Hors de portée de la vue de mon mari, je terminais de me déshabiller. Je retrouvais la baignoire et faisais couler l’eau bien chaude, y ajoutant quelques sels et autres parfums. Une fois le bain prêt, j’apparaissais de nouveau dans l’encadrement de la porte sur lequel je m’appuyais, entièrement nu. « Tu viens ? » lançais-je à mon mari, tendant une main vers lui. « Monsieur Je-t’interdis-de-faire-quelque-chose-que-je-vais-faire-moi-même. » finissais-je, taquin, mais un sourire tendre sur les lèvres.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Sam 1 Fév - 22:45





Sebastian & Micah


Micah avait été vaincu. Vaincu par les pleurs de ses filles et par l'élan paternel tapi au fond de lui, aiguisé par des mois à s'occuper d'une gosse de 7 ans comme de sa première fille née une bonne décennie trop tôt.

C'était juste... dans ses gênes. Micah ne se l'expliquait pas. L'idée de Sam livrée à elle même sans maman pour s'occuper d'elle lui donnait des vertiges. C'était pareil avec Quinn et Mary. Ce n'était sans doute pas justifié et il faudrait sans doute qu'il en parle à Sebastian. Il présentait déjà les symptômes de la mère louve qui veille jalousement sur ses petits. Et en plus, il était totalement du genre territorial, à défendre son clan en montrant les crocs au premier venu. Sebastian ne s'était pas fait mordre uniquement parce que les deux Summers l'avaient adopté comme l'un des leurs. Parce qu'ils avaient besoin de lui autant que lui avait besoin d'eux.

Quinn ensommeillée entre ses bras, Micah faisait quelques pas dans la chambre en la berçant instinctivement contre son torse. « Là tout va bien. » murmura t-il tout bas en se penchant pour lui faire un bisou sur sa joue potelée et humide de larmes.

Il jeta un coup d'œil par dessus son épaule en entendant Sebastian le rejoindre. Un baiser pressé dans sa nuque lui indiqua qu'il ne le boudait pas, et Micah esquissa un sourire pour lui et Quinn. Sa petite main serra un bout de sa chemise débraillée, essaya d'attraper un bouton, trop concentrée sur son exploration pour pleurer autant qu'elle le voudrait.

L'ihnalateur de Micah apparu dans son champ de vision en même temps que le visage marqué par l'inquiétude de Sebastian. « Pourquoi – pourquoi t’en avais besoin ? » Micah pencha la tête sur le côté en plissant les yeux dans un « hmm ? » silencieux qui signifiait qu'il ne comprenait pas la question. « C’était trop… intense ? » précisa Sebastian tandis que Micah se débrouillait tant bien que mal pour enlever le capuchon avec une main et demi.

L'adolescent se figea, la bouche ouvert dans un « o » de stupéfaction. « Comment ça trop intense ? » pesta t-il, la voix basse à cause du bébé lové dans ses bras mais le ton clairement plein de reproches. « Tu crois que je suis plus capable de faire l'amour dès que ça devient un peu sport ? J'ai 19 ans Sebastian, bord – » Il ferma la bouche et expira par les narines, refusant de laisser sa colère pointer le bout de son nez devant les filles. Mary était calme entre les bras de son père et Quinn était passée des pleurs aux couinements tristounets écrasés de sommeil.

Sans un mot de plus, il se détourna en gesticulant pour enfin enlever le capuchon de son inhalateur. Il reporta son attention sur Quinn. Elle ouvrit plus grand ses yeux bleus en entendant le « pchit » de l'inhalateur dans la bouche de son père, ce qui arracha immanquablement un nouveau sourire à Micah. Elle était si curieuse. Si scandaleusement mignonne. Et elle allait bien.

Le jeune homme cligna des yeux en réalisant que Quinn allait bien. Qu'elle n'hériterait pas de son asthme, et que décider que Sebastian soit le père biologique de leurs enfants était sûrement l'une des rares bonnes décisions qu'il ai pris dans sa vie. Même si à l'époque il n'avait pas envisagé son asthme dans l'équation de leur paternité.

Un bras s'enroula autour de sa taille et l'attira gentiment dans un câlin. « Elle est adorable. » ajouta Sebastian à la liste mentale des adjectifs émerveillés que Micah venait de dresser avant de penser à son asthme. L'adolescent hocha doucement la tête, puis la tourna pour déposer un baiser sur le visage de Sebastian calé contre son épaule.

Finalement Sebastian passa dans son dos, et entama un massage qui lui fit relever la tête et étouffer un gémissement de bonheur. Micah haussa les épaules à ses excuses. Pourquoi est-ce qu'il s'excusait au juste ? « T'y peux rien si nos filles décident de pourrir notre vie sexuelle. Et puis, c'est ton fantasme qui est tombé à l'eau. » constata t-il, un peu dépité.

Dans ses bras, Quinn ne gigotait presque plus, et sa main avait quitté le bouton de sa chemise. « C'est quand même difficile d'en vouloir à une bouille pareille. » ajouta t-il plein d'affection, et en contenant son envie folle de lui faire plein de bisous. « Laisse-moi m’occuper de toi maintenant. » Une horde de frissons mordirent violemment son épine dorsale au murmure glissé à son oreille. Micah tourna la tête, et remua sous la caresse contre ses fesses, avant de regarder Sebastian disparaître de son champ de vision.

« Je crois que papa a envie d'un second round. » glissa t-il en se baissant pour remettre Quinn dans son berceau. Il s'attarda auprès de Mary qui semblait prête à dormir au moins quelques bonne heures également, puis enleva sa chemise et ses lunettes. Il déposa la première sur le lit et les secondes sur la table de chevet, accompagnées de son inhalateur dont il reprit une dose pour que ses bronches lui foutent la paix.

C'est la que Sebastian apparu dans l'encadrement de la porte. Entièrement nu, et une main affreusement tentatrice tendue vers lui. « Je suis tout à toi ! » s'extasia Micah en trottinant pour venir se poster tout contre lui et poser ses mains sur son torse. « Monsieur Je-t’interdis-de-faire-quelque-chose-que-je-vais-faire-moi-même. »

« Oh tais toi. » rétorqua Micah en penchant la tête pour cueillir ses lèvres dans un baiser lent et tendre qui lui donnait envie de plus. Micah le rompit, se contenant d'apprécier ce moment, et glissa sa main dans celle de Sebastian pour se laisser mener dans la salle de bain.

Il laissa Sebastian entrer dans l'eau en premier et fit voler son pantalon et son caleçon en un temps record pour le rejoindre. L'adolescent feula de bien-être en sentant l'eau chaude sur sa peau encore humide de sueur. Dos à Sebastian, il se tourna avec la grâce d'un baleineau échoué sur la plage pour faire face à son mari et embrasser son torse là où il dépassait de l'eau. « T'as un don pour lire dans mes pensées. Un bain et toi entièrement nu dedans, c'est pile ce dont j'ai toujours besoin. » glissa t-il, à la fois ravi et câlin. Il glissa une main occupée à caresser le ventre de Sebastian hors de l'eau, et fit crisser sa barbe sous ses ongles tout en l'épiant avec admiration. Tu es si beau, si parfait. Micah ne le dit pas à voix haute. Quelque chose l'en empêchait.

« Je vais bien. » dit-il alors que les mots n'étaient pas tellement passés par la case cerveau avant de sortir d'eux-même. Le regard de Micah se voilà, d'un masque de peine, d'impuissance et d'amertume. « J'aime pas quand tu parles de moi comme si... » il pinça les lèvres, un mélange de colère et de tristesse lui tordant l'estomac. « Comme si j'étais pas capable de faire ce que tout le monde fait normalement sans se fatiguer. Ça me donne l'impression d'être inférieur, alors que toi – regarde toi. T'es juste l'incarnation du type parfait sur qui tout le monde flash. »

Micah se mordit la lèvre, l'angoisse faisait son chemin dans ses veines avec sa meilleure amie le désarroi. « J'me suis souvent senti pas à la hauteur à côté de toi. » avoua Micah dans un murmure coupable. « Et ça me dérangeait pas parce que je me fous complètement du regard des autres mais je veux pas que toi tu le penses. Je veux pas que tu me vois comme... un truc fragile. J'suis pas fragile, j'suis juste malade. » Et il se sentait déjà bien assez malade avec ses bronchodilatateurs. Un mot barbare pour parler des cachetons qu'il prenait comme traitement de fond, censés réduire son asthme pendant l'effort, et lui éviter des crises nocturnes.

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Dim 2 Fév - 5:28




Micah & Sebastian


« Oh tais toi. » Je souriais contre le baiser que Micah venait me donner en me retrouvant. J’attrapais sa main et l’attirais avec moi dans la salle de bain, déçu qu’il ait déjà enlevé sa chemise et que je ne puisse pas le faire moi-même. J’abandonnais mon mari un instant pour pénétrer dans l’eau chaude et parfumée. Je m’installais confortablement dans la baignoire, appréciant la vue sur mon époux en train de se déshabiller. Je lui lançais un clin d’œil alors qu’il me rejoignait dans l’eau, amusé par la vitesse avec laquelle il l’avait fait. J’accueillais son dos contre mon torse pendant une courte durée, Micah préférant se retourner pour me faire face. Je lui lançais un sourire alors que nos regards se croisaient, et déposais un baiser sur son front tandis qu’il baissait le visage pour s’occuper de mon torse. Je me détendais sous ses baisers, menant mes deux mains dans son dos, une qui caressait sa colonne vertébrale, l’autre ses fesses. Le geste était tendre, loin de la sauvagerie avec laquelle je les avais touchées un peu plus tôt.

J’avais l’impression que les mains de Micah étaient partout sur moi, et c’était loin de me déplaire. « T'as un don pour lire dans mes pensées. Un bain et toi entièrement dedans, c'est pile ce dont j'ai toujours besoin. » Je souriais à sa remarque et tournais le visage pour embrasser la paume de la main qu’il avait porté sur ma barbe. « Tu m’as fait plaisir tout à l’heure, c’était à mon tour de le faire. » remarquais-je simplement. Et ce n’était pas comme si je n’éprouvais pas du plaisir à passer un moment de détente avec mon mari dans un bon bain. Si je le pouvais, je vivrais ma vie ainsi. J’y rajouterais peut-être juste de la mousse. La mousse c’est bien.

« Je vais bien. » lâcha Micah tout à coup, sans que je m’y attende. Et vu le regard qu’il arborait, sans que lui-même s’y attende. « D’accord ? » J’avais du mal à saisir d’où cette révélation lui venait. Je le laissais donc continuer, espérant que ses paroles m’éclaireraient. « J'aime pas quand tu parles de moi comme si... Comme si j'étais pas capable de faire ce que tout le monde fait normalement sans se fatiguer. Ça me donne l'impression d'être inférieur, alors que toi – regarde toi. T'es juste l'incarnation du type parfait sur qui tout le monde flash. » Je finissais par comprendre. Il parlait de l’inhalateur. De ma question de tout à l’heure, de mes craintes. J’avais envie de réagir, de le secouer pour lui faire comprendre qu’il avait mal interprété mes paroles. Mais je sentais qu’il n’avait pas terminé et préférais qu’il aille jusqu’au bout.

« J'me suis souvent senti pas à la hauteur à côté de toi. » J’avais l’impression que des milliers de couteaux me transperçaient le cœur lorsqu’il me disait ça. Et ce n’était pas la première fois qu’il le faisait. Pourtant, la douleur restait la même. C’était peut-être même pire. Parce qu’à chaque fois je croyais au fait que c’était fini, qu’il ne nous voyait pas sur deux niveaux différents. « Et ça me dérangeait pas parce que je me fous complètement du regard des autres mais je veux pas que toi tu le penses. Je veux pas que tu me vois comme... un truc fragile. J'suis pas fragile, j'suis juste malade. » finit-il, un air presque coupable sur le visage. Je portais ma main à ses lèvres marquées par ses dents qui ne cessaient de les mordre depuis qu’il avait commencé à parler. Je les caressais avec mon pouce, espérant que ce simple geste effacerait la trace.

Un baiser sur le front de Micah, et j’essayais de trouver le courage de parler. Ou plutôt, j’essayais de trouver les mots justes pour qu’il me comprenne. « Je te vois pas comme un petit être fragile. » commençais-je, triste qu’il puisse penser à ainsi. « Mais tu m’aies… tellement précieux. Je m’inquiète pour toi, même quand je n’ai aucune raison de le faire. » C’était dans ma nature de m’inquiéter. J’avais peur de perdre les personnes qui m’étaient chères, et Micah était au sommet de cette liste. « Et il faut que tu comprennes que… j’ai peur à chaque fois que tu sors ton inhalateur. J’ai peur que tu en aies besoin à cause de quelque chose que j’ai fait. Et j’ai surtout peur qu’un jour tu aies besoin de plus et de pas savoir quoi faire. » Je fermais les yeux un instant. Simplement parce que je ne pouvais pas regarder ailleurs et que je voulais éviter d’affronter le regard de mon mari. « Je suis pas – j’ai l’impression de rien savoir de cette maladie. Je te considère pas plus faible à cause d’elle. Au contraire je pense que tu sous-estimes énormément ton courage et ta force. Mais… je me considère plus faible face à elle. »

J’ouvrais à nouveau les yeux embués de larmes qui ne couleraient pas. J’oubliais le plus souvent que Micah était malade. Il ne le montrait pas. Il était d’une force incroyable et me prouvait chaque jour qu’il pouvait tout surmonter. Mais il y avait parfois des moments qui me faisaient douter moi. Comme celui de tout à l’heure. « J’ai pas compris tout à l’heure pourquoi tu as eu besoin de ton inhalateur. On était en plein… en pleine action. Et il faut bien avouer que c’était un peu plus bestial que d’habitude. J’ai cru – j’ai cru que j’avais fait quelque chose de mal. » J’ignorais où étaient les limites de Micah. J’ignorais même s’il en avait. J’en doutais jusqu’à présent, mais ce besoin soudain de tout à l’heure m’avait fait douter. Peut-être que parfois je ne me rendais pas compte de ce que je demandais. « Mais je ne te vois pas comme quelqu’un de faible. Tu es juste… malade. Et il n’y a pas de mal à parfois avoir besoin de… se reposer. » La situation de tout à l’heure était assez exceptionnelle. Il était normal que je me sois posé des questions, sans penser à mal pour autant. J’étais juste inquiet. « Je voulais prendre soin de toi. » finissais-je, ému. Ma main s’était glissée dans ses cheveux que je caressais pour le rassurer. Ou plutôt pour me rassurer. J’avais peur de mal exprimer certaines choses alors que j’étais simplement un mari inquiet qui ne cherchait que le bien-être de l’homme qu’il aime.

« Tu penses vraiment que dans mon regard il y a autre chose qu’une pure admiration quand je le pose sur toi ? » demandais-je en repensant à ses paroles. « Je t’aime plus que tout. Quand je te regarde je vois un être merveilleux, fort, qui a changé ma vie de la plus belle des façons. » Un sourire se glissa sur mes lèvres alors que les mots sortaient de ma bouche. Micah était la plus belle rencontre de ma vie. Il était… un diamant pur. La plus belle des merveilles, à égalité avec nos filles. Ça me tuait d’imaginer qu’il pouvait voir autre chose dans mon regard. Jamais il ne changerait en se posant sur lui. J’y verrai toujours l’homme de ma vie.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Lun 3 Fév - 1:00





Sebastian & Micah


« Je te vois pas comme un petit être fragile. » se défendit Sebastian, et ce n'était pas ce que l'inquiétude gravée au burin sur son visage reflétait il y a moins de 10 minutes. Sans vouloir paraitre emmerdant, il allait lui en falloir un tout petit plus pour être convaincu. « Mais tu m’es… tellement précieux. Je m’inquiète pour toi, même quand je n’ai aucune raison de le faire. »

On y était. Ça faisait longtemps que la paranoïa persistante de Sebastian n'était plus venue dire bonjour. C'était comme retomber par hasard sur une vieille connaissance qu'on aime pas trop. Micah ne pouvait pas y faire grand chose. Il avait lui-même aiguisé la bête à coup de crise d'asthme imprévue dans les bois et d'accident de la route. Difficile de dire à son mari de ne pas s'inquiéter quand on a été retrouvé baignant dans son propre sang l'année d'avant.

Ça ne le dérangeait pas moins pour autant, mais c'était une donnée à laquelle Micah ne pouvait rien. Alors il ne fit rien. A part baisser les yeux sur l'eau qui clapotait doucement contre le torse de Sebastian.

Le torse en question bougea comme son propriétaire continuait. « Et il faut que tu comprennes que… j’ai peur à chaque fois que tu sors ton inhalateur. J’ai peur que tu en aies besoin à cause de quelque chose que j’ai fait. Et j’ai surtout peur qu’un jour tu aies besoin de plus et de pas savoir quoi faire. » avoua Sebastian. La phrase eu l'effet d'un coup de massue. Comment... comment est-ce qu'il pouvait vivre avec cette peur ancrée au creux de son ventre chaque fois Micah sortait son inhalateur ? Pourquoi il ne lui avait jamais dit ? L'adolescent releva la tête, chercha les réponses dans les yeux de son mari, mais les trouva fermés, hermétique à toutes les questions qui déferlaient dans son esprit. « Je suis pas – j’ai l’impression de rien savoir de cette maladie. Je te considère pas plus faible à cause d’elle. Au contraire je pense que tu sous-estimes énormément ton courage et ta force. Mais… je me considère plus faible face à elle. »

A quel moment ils en étaient arrivés là ? A Sebastian qui craignait silencieusement son asthme sans oser lui poser la moindre question ? Micah n'était pas très bavard concernant sa maladie. Il avait l'habitude de ses symptômes et de les subir au jour le jour. Ce n'était pas grand chose. Un pchit par-ci, un cachet par là, faire attention à la poussière et autres acariens. C'est sûr, il n'était pas prêt de courir un marathon, mais rien d'insurmontable. Rien qui l'empêchait de s'adonner à tous les marathons sexuels du monde.

Ça ne lui était juste pas venu à l'esprit. Et maintenant, il apprenait que Sebastian allait lui claquer dans les pattes pour cause d'ulcère à force de le voir dégainer son inhalateur.

Mais quel con. Lui. Pas Sebastian, évidemment.

« J’ai pas compris tout à l’heure pourquoi tu as eu besoin de ton inhalateur. On était en plein… en pleine action. Et il faut bien avouer que c’était un peu plus bestial que d’habitude. J’ai cru – j’ai cru que j’avais fait quelque chose de mal. » « Non. » intervint Micah en remuant pour se presser un peu plus contre Sebastian. Comme si ça pouvait l'aider à comprendre qu'il était là, qu'il ne lui avait pas fait de mal. Jamais. « C'est pas toi... » tenta t-il avant que son Sebastian ne grave « mauvais mari » en lettre capitales sur le front.

Mais non, Sebastian voulait juste prendre soin de lui. Les épaules de Micah s'affaissèrent. C'était mieux qu'une dissertation sur sa peur de le voir claquer... un peu toute la journée, ou de s'imaginer que ça pourrait être de sa faute, mais ce n'était pas terrible non plus. Ca lui donnait l'impression d'être une toute petite poupée de porcelaine. Et s'il avait le choix, l'adolescent préférait largement être la poupée de chiffon que Sebastian molestait à la moindre pulsion sexuelle à peu trop brutale. Moins classe, mais incassable.

« Tu penses vraiment que dans mon regard il y a autre chose qu’une pure admiration quand je le pose sur toi ? Je t’aime plus que tout. Quand je te regarde je vois un être merveilleux, fort, qui a changé ma vie de la plus belle des façons. »

Un petit sourire gêné se dessina sur les lèvres de Micah, juste en dessous de ses joues rouges. « Tu parles, j'avais pas un rond, une petite sœur à charge et j'étais un vrai rat d'hôpital à l'époque. » Mouais, rat d'hôpital ça se disait sans doute pas mais c'était tout ce qui lui était venu en tête au milieu du bordel de questions et de réponses et d'émotions contraires qui mitonnaient joyeusement. « En plus j'étais chiant » ajouta t-il pour faire bonne mesure. « Mais ça, c'était ce que t'adorais secrètement. Mon arme de destruction massive rien qu'à moi. »

Il dédramatisait. Comme si amoindrir son intervention dans la vie de Sebastian pouvait amoindrir tout le reste de cette conversation. Peine perdue.

Micah observa Sebastian, mal à l'aise, se lécha les lèvres et soupira. « Ce qui s'est passé tout à l'heure, c'est pas ta faute. » commença t-il, fermement. « J'ai toujours besoin de mon inhalateur. C'est juste... tombé au mauvais moment. Mes bronches attendent pas que je fasse un 100 mètres pour se rétracter sans me demander mon avis. » Il illustra ladite rétractation en fermant doucement son poing en l'air. « Je te cache pas que c'est pas très agréable. » Ses yeux oscillèrent de son poing retombé mollement sur le torse de Sebastian, à son visage où se mêlait toujours l'inquiétude et la culpabilité. « Ni qu'il est possible – et je dis bien possible – que mon inhalateur suffise pas. Et si tu veux, je te ferais un cours dès demain sur tous les symptômes d'une crise d'asthme et à quel moment tu dois appeler l'ambulance avant que je me mette à étouffer comme un poisson rouge hors de son bocal. »

C'était loin d'être une partie de plaisir. Une vraie crise et il étouffait, son cerveau n'était plus oxygéné et les dégâts seraient irréversibles. C'était le genre de moment où il fallait agir vite, savoir quoi faire et à quel moment le faire. Sebastian devrait être prêt à y faire face s'il le fallait, parce que Micah... Et bien Micah n'était pas vraiment doué quand il était question de sa propre survie.

« Quand ça m'est arrivé. » reprit-il en déposant son visage quelque part entre l'épaule et le torse de Sebastian, là où il pouvait entendre son cœur un peu plus bas. « Quand j'ai eu des crises que je pouvais pas gérer et qu'on m'a mis sous oxygène – j'étais paniqué. » Ce n'était pas la violence fulgurante d'un accident de voiture qui vous fauche en pleine action. C'était son propre corps qui l'attaquait de l'intérieur, et c'était terrifiant. « J'ai pas envie que ça recommence. Pas maintenant que je vous ai, toi et les filles. J'essaie de faire attention à moi je fais de mon mieux. J'te le jure. » Un silence tomba là-dessus. Comme un argument. Micah enroula ses bras autour de Sebastian. « Mais je t'en voudrais à mort si tu me ménages. J'ai besoin de toi. Tu m'as toujours dis de pas me retenir avec toi, et je te le pardonnerais pas si toi tu te retiens. »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Mar 4 Fév - 23:03




Micah & Sebastian


Je n’arrivais pas à faire autre chose que rouler les yeux lorsque Micah prenait plaisir à se dénigrer. Comme si le fait qu’il n’ait pas d’argent et une petite sœur avait bien pu être un défaut à mes yeux. Je l’aurais aimé de la même manière milliardaire ou pauvre. Fils unique ou frère de cinq petites sœurs. J’étais tombé amoureux de l’homme, de ce qu’il était. Ce qu’il y avait autour ne m’importait pas. Je ne relevais pas son « En plus j'étais chiant », parce que dans le fond... il avait raison, j’adorais ça. Il était têtu, fou. Assez pour faire ressortir ma propre folie. Et c’est exactement de ça dont j’avais eu  besoin. Et dont j’avais toujours besoin aujourd’hui. Je répondais à ses remarques avec un simple clin d’œil, et un sourire au coin des lèvres.

« Ce qui s'est passé tout à l'heure, c'est pas ta faute. » reprit finalement Micah, plus sérieusement. « J'ai toujours besoin de mon inhalateur. C'est juste... tombé au mauvais moment. Mes bronches attendent pas que je fasse un 100 mètres pour se rétracter sans me demander mon avis. Je te cache pas que c'est pas très agréable. » Le geste qu’il fit avec sa main pour illustrer ses propos m’arracha une grimace. Je voulais glisser mes doigts entre les siens, comme si relaxer sa main ferait de même avec ses bronches. Mais je savais que ça ne marchait pas comme ça. Je savais que je ne pourrais pas effacer sa maladie en une simple caresse. Ça ne m'empêchera pas d'essayer. « Ni qu'il est possible – et je dis bien possible – que mon inhalateur suffise pas. Et si tu veux, je te ferais un cours dès demain sur tous les symptômes d'une crise d'asthme et à quel moment tu dois appeler l'ambulance avant que je me mette à étouffer comme un poisson rouge hors de son bocal. » Une partie de moi avait envie de s’éloigner le plus possible de cette réalité, et de ne rien en savoir. C'était comme si rester dans l’ignorance voulait dire que tout allait bien. C'était peut-être plus rassurant de vivre comme ça, mais pas plus sain. Heureusement, une plus grosse partie encore mourait de peur d’un jour ne pas être à la hauteur. C'est pour ça que je voulais tout savoir. « J’aimerais bien ça. Qu’on – que tu me fasses un cours. Sur ça. » finissais-je alors par dire, tout de même hésitant, un sourire faible sur les lèvres. J’avais besoin d’être prêt. Peut-être que le problème ne se posera jamais. mais j’avais besoin de me savoir prêt.

Micah posa sa tête sur mon torse. Je portais l’une de mes mains sur son visage, le caressant tendrement alors qu’il reprenait. « Quand ça m'est arrivé. Quand j'ai eu des crises que je pouvais pas gérer et qu'on m'a mis sous oxygène – j'étais paniqué. » Je venais poser un baiser sur le haut de son crâne pour le rassurer. Je voulais qu’il oublie sa panique passée, qu’il en parle sans cette mélancolie que j’entendais dans sa voix. « J'ai pas envie que ça recommence. Pas maintenant que je vous ai, toi et les filles. J'essaie de faire attention à moi je fais de mon mieux. J'te le jure. » C’était exactement ce que j’avais besoin d’entendre. C’était le principal, qu’il prenne soin de lui. « Mais je t'en voudrais à mort si tu me ménages. J'ai besoin de toi. Tu m'as toujours dis de pas me retenir avec toi, et je te le pardonnerais pas si toi tu te retiens. » Les bras de Micah se serrèrent autour de moi alors qu’il finissait. Je faisais de même, collant par la même occasion ma joue contre son visage.

« Je t’aime. » murmurais-je simplement, comme si c’était ce qui comptait le plus au final. « J’ai eu peur tout à l’heure, ça m’a… surpris. » C’est pour ça que j’avais besoin d’en savoir plus. J’ignorais comment réagir dans ce genre de situation, quoi en penser. Je ne voulais plus avoir peur dans une telle situation. Pas sans raison. « Mais je te promets que je te ménagerai pas. Du moment que toi tu me promets de prendre soin de toi. Si au moindre moment… ça va pas, il suffira de le dire. » Je glissais ma main sous le menton de mon mari pour l’inciter à relever le visage et me regarder. « Et je promets… d’essayer de ne pas trop m’inquiéter si ça arrive un jour. » reprenais-je avec un petit rire. J’allais faire de mon mieux et je ne me retiendrai pas avec lui. Mais j’étais sûr de m’inquiéter si un jour il y avait un problème. Je pouvais simplement essayer de ne pas trop l’être.

Ma main toujours sous son menton, j’en profitais pour voler un baiser à mon époux. Puis un second. « Demain on reparlera de tout ça calmement. » reprenais-je avant un nouveau baiser. « Tu m’enseigneras tout ce qu’il y a à savoir. » Encore un. « Mais ce soir je me dois de remplir mon devoir conjugal. » avouais-je finalement en souriant contre les lèvres de mon mari. Je resserrais mes bras autour de lui et forçais Micah à se relever un peu, assez pour s’asseoir sur le dessus de mes cuisses. « J’ai été le seul à jouir cette nuit. » murmurais-je toujours contre ses lèvres alors que je glissais ma main entre nos deux corps immergés et enroulais mes doigts autour de son érection. « C’est la moindre des choses que tu le fasses à ton tour. » Je caressais doucement son membre, mes lèvres s’amusant à recouvrir tout le visage de mon compagnon par une multitude de petits baisers. « C’est la clé d’un bon mariage d’avoir le même nombre d’orgasme quotidien. » annonçais-je sérieusement. « Ou au moins de finir ce qu’on a commencé pour avoir un équilibre pendant un moment. » Je fronçais le nez avant de reprendre. « Parce que dans le fond je serais pas contre un second de mon côté. » continuais-je amusé, sans cesser mes va-et-vient sur sa virilité. J’accompagnais mes paroles d’un petit coup de rein, ma propre érection se rappelant à moi alors qu’elle se frottait contre Micah. « Si mon sexy secrétaire d’un soir me le permet et pense que je le mérite. »

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Mer 5 Fév - 22:15





Sebastian & Micah


Micah ne pouvait pas s'empêcher de sourire. Comblé par les promesses de Sebastian et par les baisers qui ponctuaient chacune de ses phrases. Sebastian s'était même permis de rire, ce qui avait achevé d'alléger le poids qui pesait sur son cœur, et de dissiper ses doutes.

« Demain on reparlera de tout ça calmement. » conclut finalement Sebastian. « Demain. » acquiesça Micah, en se lovant plus confortablement contre lui. Ce revirement câlin lui donnait envie de rire et de sourire. Sa maladie était déjà repartie dans un coin poussiéreux de sa tête. Il aurait bien voulu écouter ce que Sebastian lui disait, mais ses lèvres pressées contre les siennes étaient vraiment une distraction efficace. Quoique... Il avait parlé de devoir conjugal là, non ?

L'eau bougea, ainsi que Sebastian sous lui, pendant que lui-même se faisait tracter vers le haut. Le tout sans pouvoir esquisser le moindre geste parce qu'une solide paire de bras le maintenait résolument contre le torse de son époux. Soit. Qui était-il pour se débattre quand il avait un torse nu et humide à portée de bouche ?

Micah pencha la tête pour lécher une goutte qui s'enfuyait rejoindre l'eau du bain entre les pectoraux de Sebastian. Puis une autre qui dessinait le chemin de sa clavicule. Encore une le long de son cou. Seigneur, Sebastian tout entier additionné de quelques gouttes était distrayant.

Il retrouva ses lèvres avec facilité comme il avait gagné quelques centimètres en se faisant asseoir sur ses cuisses.

« J’ai été le seul à jouir cette nuit. »

Micah n'écoutait rien. Alors la phrase en elle-même ne court-circuita pas trop les deux neurones qui bataillaient pour poser ses fesses confortablement sur les cuisses de son mari sans lâcher ses lèvres. Sa main en revanche, le fit gémir et cambrer ses hanches brusquement.

« C’est la moindre des choses que tu le fasses à ton tour. » susurra t-il, et il avait l'air amusé. Ou juste particulièrement concerné par les orgasmes de Micah. « T'es tellement un gentleman. » souffla l'adolescent en riant sous les combles de baisers qui dévalaient son visage. « Arrêtes ! » couina t-il en enfouissant sa tête dans le cou de Sebastian.

« C’est la clé d’un bon mariage d’avoir le même nombre d’orgasme quotidien. Ou au moins de finir ce qu’on a commencé pour avoir un équilibre pendant un moment. » Le pire, c'est qu'il était parfaitement sérieux. Et Micah ne savait pas s'il avait balancé des sels de bain parfums cannabis dans l'eau mais ça pouvait expliquer bien des choses.

Sebastian, tellement sûr que la logique était de son côté, réclama quand même un second orgasme. Hé, voilà qu'en plus d'être gentleman il faisait des politesses sexuelles. C'était ridicule, Micah ne pouvait pas s'empêcher de rire et de remuer ses hanches en même temps. « Si mon sexy secrétaire d’un soir me le permet et pense que je le mérite. »

Au prix d'un effort de volonté digne de figurer aux prochains jeux olympiques, Micah se redressa et lui colla une tape sur son torse – stupidement musclé, si bien qu'un final le plat de sa main devait avoir pus mal que lui. En plus, quelques micro-gouttelettes lui éclaboussèrent les cils. « Tu peux pas me tripoter et me faire rire en même temps ! C'est totalement pas fair play ! »

Mais Sebastian (et sa main) s'en foutait. Il se contentait de l'observer de ses yeux profonds, expressifs et intenses de ce que Micah aurait juré être du désir.

« Il est pas question que je refasse tout le travail. » prévint-il, parce qu'il n'y avait pas moyen qu'il se fatigue alors que ses muscles entrevoyaient la possibilité de se détendre dans l'eau chaude du bain. Il posa une main à plat sur son torse et se pencha pour l'embrasser. « Même si tu mérites tous les orgasmes du monde. »

Il glissa son autre main derrière lui, trouva la virilité de Sebastian qu'il entoura de ses doigts, la plaqua entre ses fesses. « T'es un peu mon patron. » susurra t-il en bougeant sensuellement son bassin pour torturer Sebastian, juste comme il prenait plaisir à le torturer lui. « Je travaille au Morning Coffee. Le Morning Coffee t'appartient. Si on enlève la politique du ''ce qui est à moi est à toi'', ça fait de toi mon supérieur. » La main sur son torse remonta le long de son corps, s'arrêta juste à la base de son cou. Micah se redressa pour le toiser d'un regard joueur. « Quand tu seras plus occupé à rétablir l'équilibre des forces maître Yoda, tu pourras exiger de ton secrétaire qu'il te montre comment il s'est préparé pour toi. »

Il l'embrassa. Comme si la perspective de se faire l'amour à lui-même, avec ses propres doigts, pendant que Sebastian pourrait seulement regarder l'excitait plus que lui. Titillait sa fibre exhibitionniste. Il adorait tellement exhiber Sebastian. Il ne l'avait jamais fait avec sa personne. Est-ce qu'il serait jaloux ? Micah serra légèrement son cou. Comme une menace. Comme un challenge.

Puis desserra sa prise. Et lécha langoureusement ses lèvres une dernière fois, avant d'aligner l'érection de son amant contre son entrée et d'incliner son dos pour se laisser pénétrer, centimètres par centimètres.

Micah enfonça ses ongles dans ses épaules et essaya de se relaxer, de respirer.

« Ah, Sebastian... » Il ne pouvait pas bouger, pantelant, pendant que Sebastian entrait lentement en lui. « Tu devrais finir ce que t'as commencé. » haleta t-il, son front pressé contre le sien. « L'équilibre... Tout ça, c'est – quand même important. »

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   Sam 8 Fév - 2:16




Micah & Sebastian


« Tu peux pas me tripoter et me faire rire en même temps ! C'est totalement pas fair play ! » m’accusa Micah en venant plaquer l’une de ses mains sur mon torse, nous éclaboussant au passage de quelques gouttes. « Mais comment je suis censé choisir entre les deux ? J’adore te faire rire et te tripoter ! » plaidais-je ma cause aussitôt. Je n’avais pas forcément eu l’intention de le faire rire, mais je ne me lasserai jamais du sourire de mon mari. Encore plus quand il était mêlé à ses gémissements de plaisir. C’était le plus beau des spectacles à mes yeux et mes oreilles. « Il est pas question que je refasse tout le travail. » prévint-il. « Même si tu mérites tous les orgasmes du monde. » Je souriais contre la baiser qu’il venait déposer sur mes lèvres, sa paume plaquée contre mon torse. Je ne savais pas ce que j’avais fait pour mériter tous les orgasmes du monde, mais c’était une information dont je saurais me passer.

Une main que je ne voyais pas d’où j’étais s’enroula autour de ma virilité, m’arrachant un gémissement au même moment. J’oubliais de respirer lorsque Micah vint la plaquer contre ses fesses, le tout rythmé par quelques ondulations de son bassin. « T'es un peu mon patron. » remarqua-t-il, joueur. « Je travaille au Morning Coffee. Le Morning Coffee t'appartient. Si on enlève la politique du ''ce qui est à moi est à toi'', ça fait de toi mon supérieur. » J’embrassais son corps du regard, appréciant la vue des gouttelettes qui glissaient le long de son torse. « J’imagine qu’on peut voir ça comme ça… » Je continuais de penser que tout ce qui était à moi était à lui, mais je lui laissais ça. Au moins ce soir, parce que j’appréciais la tournure que prenait les choses.

Tout à coup, Micah se redressa, une main plaquée en dessous de mon cou. « Quand tu seras plus occupé à rétablir l'équilibre des forces maître Yoda, tu pourras exiger de ton secrétaire qu'il te montre comment il s'est préparé pour toi. » Ma seule réponse fut un grognement. Le plus beau des grognements qui voulait dire que je rêvais de faire ça. Très bientôt. Tellement bientôt. Si possible maintenant. Maintenant c’était bien. Mais pas du goût de mon époux. Il m’embrassa, et ne perdit pas plus de temps avant d’aligner mon érection contre son entrée. « Ah, Sebastian... » gémit-il en se laissant pénétrer, doucement. « Mh, Micah… » l’accompagnais-je, mes mains se dirigeant automatiquement sur ses hanches pour l’aider. « Tu devrais finir ce que t'as commencé. » dit-il difficilement, son front reposant contre le mien. « Très bonne idée. »« L'équilibre... Tout ça, c'est – quand même important. » Je venais capturer ses lèvres dans un profond baiser en murmurant contre elles : « Très important. » Je gardais tout de même sa première proposition dans un coin de ma tête. Je rêvais de le regarder se préparer pour moi. Quitte à mourir de frustration de ne pas pourvoir participer pendant le processus. Ce serait peut-être une idée à exploiter lors de mon séjour à New York. Il faudrait se montrer créatif pendant ces quelques jours loin l’un de l’autre. Un spectacle par écran interposé serait peut-être une bonne idée. Une merveilleuse idée.

Mon érection pénétrait doucement en Micah, toujours ouvert et préparé pour moi. Une main toujours ancrée sur sa hanche, je guidais l’autre à nouveau sur sa virilité, la caressant avec envie alors que je débutais quelques va-et-vient en lui. L’eau autour de nous me permettait de répondre à sa demande, il ne faisait pas tout le boulot. A l’inverse, il restait simplement accroché à moi, acceptant chacun de mes coups de reins, rythmant chacun d’entre eux pas un gémissement, et autres petits mots très encourageants. « J’ai envie de t’entendre gémir mon nom… » lui demandais-je entre deux baisers maladroits. Je voulais l’entendre dire qui il aimait, qui le mettait dans un état pareil, qui pouvait lui faire l’amour ainsi. J’avais juste envie d’entre mon prénom sur ses lèvres, son souffle haletant à chacune de ses syllabes.

Il n’avait cessé de répéter mon nom, de plus en plus rapidement alors qu’il atteignait bientôt l’orgasme. J’avais quitté sa hanche pour glisser ma main près de son entrée, glissant un doigt contre mon érection qui ne cessait ses va-et-vient. Sa chair s’écartait un peu plus, s’habituant à cette nouvelle présence alors qu’il jouissait enfin entre nous, les jets de semence se déversant dans l’eau du bain. Je donnais de derniers coups de rein avant de le rejoindre dans l’orgasme, restant encore un peu en lui tandis que je récupérais doucement mon souffle. De dernières ondulations, et je le libérais de mon membre. Je gardais tout de même mon index en lui, jouant avec ma jouissance qui glissait lentement hors de mon époux. Je m’amusais à lui arracher quelques derniers gémissements, certainement plus de frustration que de réel plaisir.

Exténués tous les deux par cet orgasme récent, ni lui ni moi nous décidions à bouger de l’eau toujours chaude du bain. A la place, Micah retourna se lover contre moi, ses bras serrés autour de mon torse. J’embrassais à nouveau son crâne, passant mes doigts dans ses cheveux humides. « Je t’aime. » lui confiais-je simplement avant d’apprécier les quelques minutes de paix parfaite dans la baignoire. Nous étions l’un contre l’autre, fatigués mais comblés, et c’était tout simplement parfait.

Nous avions fini par sortir de l’eau lorsqu’elle était devenue trop froide pour notre confort. Séché et rhabillé d’un simple caleçon qui ne ferait probablement pas long feu une fois sous la couette, j’allais jeter un dernier coup d’œil à nos deux anges endormis dans leurs berceaux. Rassuré de les voir plongées dans un sommeil profond, j’allais rejoindre Micah dans notre lit. Je me collais contre lui, et recouvrais son visage de nombreux petits baisers. « Je le redis mais… votre mari est vraiment l’homme le plus chanceux du monde. » Et le plus heureux. Sans cesser de l’embrasser, ma main glissa le long de son corps. Je découvrais à l’inverse de moi et sans surprise que lui n’avait pas pris la peine de remettre des sous-vêtements. « Je vois que l’équilibre des orgasmes t’importe beaucoup. C’est un appel pour ton second de la soirée ça. » remarquais-je, joueur, avant de l’embrasser tendrement. Je lui lançais un regard espiègle avant de soulever la couette au-dessus de lui. J’admirais la vue quelques secondes et m’enfonçais sous les draps, y disparaissant pour rejoindre son entrejambe qui n’attendait que d’être recouverte par ma bouche. Ou peut-être que c’était ma bouche qui n’attendait que de recouvrir son entrejambe. Dans les deux cas, c’était l’heure du second orgasme de mon secrétaire sexy.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: /!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\   

Revenir en haut Aller en bas
 

/!\ I want to live in fire with all the taste I desire ▽ Micastian /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-