NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 CHALLENGE WEEK → Michael L. Jamings

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff → les habitués du café
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: CHALLENGE WEEK → Michael L. Jamings   Dim 20 Juil - 19:56





Mike Week

(du 21/07 au 27/07)

Règles

Un personnage, sept jours dans la semaine, sept mises en situation dans Town Square. Voici le principe des challenge weeks. Chaque jour de la semaine, un membre recevra une mise en situation qu'il devrait développer en un minimum de 500 mots. Dès qu'il aura répondu à une situation, Morning Coffee lui enverra la prochaine. Le tout, pendant sept jours, du lundi au dimanche. Si le membre a réussi son challenge, il gagne un prix.

Programme

Lundi ▪ La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit... et pourtant. C'est en allant faire des courses que Michael a de nouveau un accident de voiture.
Mardi ▪ Michael a la bonne idée de s'endormir au parc. Il se réveille face à... une sacrée surprise. Une dont il se serait  bien passé.
Mercredi ▪ Alors que Michael commence à apprécier sa nouvelle vie avec son compagnon à quatre pattes, un petit garçon sonne chez lui. Il cherche son chien qui correspond exactement à la description de son nouvel ami.
Jeudi ▪ à venir.
Vendredi ▪ à venir.
Samedi ▪ à venir.
Dimanche ▪ à venir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → Michael L. Jamings   Mer 23 Juil - 11:18





Autoécole et distances de sécurité



Un lundi matin comme les autres.  Voilà ce qu’espérait Michael en se levant ce matin-là.  Il fallait dire qu’il ne commençait pas si mal que cela.  Il avait reçu un paquet d’un de ces amis avec ses nouvelles plaques d’immatriculation et un petit mot doux qui avait fait jurer affectueusement Michael, il avait fait un petit footing et avait terminé par un petit déjeuner digne de ce nom avant de prendre une douche et se mettre en route avec ses plaques dans le garage qu’il louait pour sa voiture.  Il l’ouvrit dévoilant le nez imposant de sa Ford Mustang.   Cela avait été un pur hasard qu’il avait choisi un modèle plus récent pour cette course, car normalement il utilisait sa voiture porte bonheur, restée en Californie et probablement retenue contre son gré quelque part dans une fourrière.  Il n’essayait pas trop d’y penser.  Il tenait à cette voiture parce qu’elle avait une histoire, et ne pas l’avoir avec lui ne faisait que lui rappeler sans arrêt sa situation et le fait qu’il ait coupé les ponts avec toute sa famille et ses connaissances pour fuir.  

En trois mois, il avait réussi à amasser assez d’argent pour changer le châssis de celle-ci, et également effacer toutes traces d’une éventuelle collision.   Mettre d’autres plaques était réellement la cerise sur un gâteau qui semblait bancal. Il sentait qu’un jour ou l’autre tout ceci lui reviendrait plein en la figure.  On ne peut fuir ses problèmes très longtemps.  Il démonta ses plaques, et mis les nouvelles pour ensuite reculer quelque peu avec ses anciennes plaques en main.  Il devait s’en débarrasser, mais il le ferait plus tard.  Pour l’heure il les posa sur une étagère et les cacha avec divers objets. La petite voix dans sa tête se fit plus forte alors, car ce simple geste lui rappelait que trop bien ce qu’à grande échelle il essayait de masquer un crime.  Certains jours, il se disait qu’il devait retrouver la famille de cette personne qu’il avait renversée, il ne savait en fin de compte même pas si elle était encore en vie.  Il l’espérait, mais il n’osait faire de démarches pour avoir cette information.  Dans un certain sens, il ne préférait pas savoir.

Il monta dans sa voiture et mis le contact.  La sensation lui revint instantanément.  Tout ce qu’il avait fait pour ce petit frisson avant le départ.  Il caressa le volant délicatement, et inspira , puis expira.  Ce n’était pas la course qui l’intéressait mais la liberté qu’il avait derrière ce volant.  En ce lundi, il avait presque l’impression que tout avait été effacé, qu’en appuyant sur l’accélérateur, il pourrait commencer une nouvelle vie, bien sûr cette belle allégorie n’avait pas vraiment de sens car sa  « nouvelle vie » avait déjà commencé.  Passé ce premier moment , il quitta les lieux, ferma le garage derrière lui et fit gronder son moteur sur les routes environnantes , rien que pour tester la conduite après réparation.  Mais comme souvent quand  on est en route et que l’on veut pousser son bolide sur les routes, le voyant s’allume, signalant un besoin pressant de remplir  le ventre de la bête avec de l’essence ou du diesel.  Michael soupira.  Il n’aimait pas vraiment les pompes d’essences, trop de caméras entre la superette et les pompes, trop de possibilités de rencontrer un flic, mais ce qui était nécessaire était nécessaire.  

Le jeune homme se dirigea donc vers le centre de la ville, là  où il pensait trouver le moins de monde en cette heure.  C’est en rejoignant un carrefour qu’il réalisa que devant lui roulait une voiture autoécole et vous la signalisation, ce n’était pas  l’instructeur qui conduisait.  Il soupira. Il n’avait aucune possibilité de doubler la voiture devant lui ni même de prendre une même route. Mais il se dit que c’était de bonne guerre, chacun devait bien apprendre à conduire tôt ou tard.  Il passa alors un bon quart d’heure à  suivre cette voiture, secouant la tête à chaque manœuvre approximative . On aurait dit que la personne au volant était saoule,  tellement elle faisait virer de gauche à droite sa voiture. Ce n’était pourtant pas si compliqué de la maintenir dans le couloir prévu à cet effet.  Arrivés à un carrefour, la voiture calla et  Michael manqua de freiner trop tard. Peut-être devrait-il mettre plus de distance de sécurité entre lui et l’autoécole devant lui.  Belle pensée en théorie, mais il commençait à perdre patience et bien qu’il ne voulait pas faire du pressing et mettre le conducteur ou la conductrice sous pression, il se rapprocha de plus en plus de l’arrière du véhicule.   Ceci était notamment dû parce que son esprit allait à nouveau vers ce soir là où il était poursuivi par  les flics.  Il ne cessait pas de revivre cette scène, et de ressentir aux bouts de ses doigts l’impact de l’homme contre son propre véhicule.  Un autre carrefour vint en vue, le dernier avant que Michael ne soit enfin libéré de cette voiture d’auto-école devant lui ou du moins c’est ce qu’il pensait.  Le feu vira au rouge plus rapidement qu’anticipé et Michael pensait réellement que la voiture devant n’allait pas freiner, mais ce fut le cas.  Incapable d’éviter le véhicule devant lui et n’ayant pas assez de distance avec lui pour un freinage normal, il heurta l’arrière du véhicule d’auto-école, pas avec une très grande vitesse, mais  le heurta quand même.  

Michael soupira et posa sa tête sur son volant.  C’était bien sa veine.  Mais alors que pour un œil extérieur il feignait  l’irritation, en fait il tentait de maitriser ses tremblements.  La sensation de heurter quelque chose avait déclenché chez lui une mini crise de panique. « Merde…Merde….Merde…. » Murmura-t-il et prit une grande inspiration.  Il se redressa, ouvrit la portière et sortit de son véhicule.  Ses yeux croisèrent ceux d’un jeune homme, l’instructeur, et d’un gamin n’ayant  sans doute guère atteint la majorité.    Alors que l’instructeur commença à argumenter et s’énerver, Michael qui avait toutes les  raisons du monde de s’énerver parce que ses réparations lui couteraient une fortune, se contenta de mettre une main à sa hanche. Il reluqua sans honte l’homme s’énervant devant lui. Il était mignon, grand, les cheveux en batailles, des yeux bruns et des petites tâches de rousseurs sur le visage.

« Et si vous la fermiez deux secondes ? » répondit-il, faisant fulminer l’instructeur. «  Je n’ai pas pu freiner à temps parce que vous rouliez dangereusement, pas assez rapidement, et il a freiné comme un malade pour un feu rouge qu’il aurait dû passer pour la sécurité de tous… » Entama-t-il et se rapprocha de l’homme, un sourire pendu aux lèvres. « Donc bon, évitons nous de la paperasse inutile mh ?  »  Il inclina sa tête avec un petit air de chien battu. « Pourquoi pas me donner ton numéro pour une réparation en bonne et due forme plus tard et loin de yeux mineurs » proposa-t-il sans honte, voyant dans le regard de son interlocuteur une petite étincelle d’intérêt et de gêne.  Il choisissait mal ses moments,  mais au moins aurait-il tenté d’avoir une compensation  pour le dommage causé.   Et cela fonctionna,  avec un peu de persuasion l’instructeur lui donna son numéro et une adresse et la promesse de ne pas faire de rapport.   « A bientôt mon mignon »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → Michael L. Jamings   Sam 26 Juil - 13:10





Cleps

Les idées que l’ont parfois avoir ne sont pas toujours les meilleures. Michael après ce début de semaine fort intéressante , enfin pour une vie de fugitif cela l’était, avait décidé de se faire un peu de bien. Notamment parce que lors de sa nuit avec ce fameux instructeur, il avait remarqué que ses tablettes de chocolat n’étaient plus celles qu’elles devaient être. C’est donc avec la ferme attention de faire un long footing suivi d’un bon stretching ou d’un cardio qu’il avait chaussé ses baskets et s’étaient mis en route vers le parc pour un petit marathon. Marathon qui après quelques douloureuses foulées s’arrêta assez rapidement avec un Michael au bord de l’asphyxie. Il s’était écroulé sur la pelouse et avait passé les minutes qui suivirent à reprendre son souffle. Le jeune homme se rappelait maintenant pourquoi il n’aimait pas le sport, c’était trop éprouvant pour sa santé. En même temps, il se sentait un peu vieux, de cracher ses poumons après même pas 20 minutes de course lente, mais il avait voulu viser trop haut, il en récoltait les conséquences maintenant. Se giflant mentalement, il prit comme résolution de mieux s’échauffer et faire une distance proportionnelle à son état physique.

Bonne résolution, mais pour l’heure, l’homme décida de prendre son temps , il était bien sur la pelouse, et le temps clément l’enrobait d’une douceur qui le fit fermer les yeux. Progressivement, les bruits de cris d’enfants et d’oiseaux, et de brouhaha identifiable de la petite ville s’estompèrent. Michael sans le vouloir, s’endormit là, en pleine relaxation après l’intense effort, alors qu’il n’en avait nullement l’attention. En fait, s’il avait trouvé le courage de bouger et martyriser ses muscles un peu plus, il serait rentré chez lui, aurait pris une douche et se serait affalé sur le canapé où il aurait, avec joie, exercé la même activité qu’en cet instant précis. Son esprit alla alors dans un rêve plutôt agréable. Un rêve où il n’y avait aucun problème et où il s’amusait avec quelqu’un quelque part. En fait, les détails restaient flous pour la plupart, il était concentré sur l’action même qui était de faire mumuse. Il se perdait dans les sensations, de toucher et de baisers qui étaient tellement réelles qu’il s’y croyait vraiment. Alors que pour lui tout était parfait, le spectacle qui s’offrait à un œil spectateur était tout autre. Comique et dégoutant à la fois pourrait-on dire et Michael ne s’en rendait même pas compte. Bien au contraire, il murmurait des petits « oh oui » et faisait des grimaces d’homme heureux. Ce n’est que quand la sensation baveuse sur son visage le fit sortir de sa torpeur et qu’il ouvra un œil qu’il réalisa ce qui était en train de lui arriver. « NOM DE….» s’écria-t-il et se redressa pour s’éloigner de la créature qui avait été sur lui.

Il lui fallait un instant pour reconnaitre que cette créature était en fait un chien et que le dit chien avait été en train de lui lécher la figure avidement. Une expression de profond dégout se peignit sur son visage. «Ewwwwww….beurk beurk beurk….sale cleps ! » s’emporta-t-il et se leva pour courir vers la plus proche fontaine. Là il tenta de se rincer la bouche tant qu’il le pouvait, mais même 10 douches ne pouvaient le laver correctement, ou du moins c’est ce qu’il pensait. Il espérait également que cette bête n’avait pas de maladies ou de parasites parce qu’il ne semblait appartenir à personne. Et d’ailleurs en parlant du dit chien, il se trouvait aux côtés de Michael. « Tshhh….tshhh….vas-t-en le cleps ! » lui ordonna l’homme en faisant de grands gestes, ce qui fait reculer le chien, et soupirer Michael qui prit la direction opposée, mais après quelques pas, il se rendit compte que quelqu’un le suivait. Il s’arrêta et en se retourna, le chien était à nouveau là. « Je t’ai dit , vas-t-en … » répéta-t-il son ordre en jetant une pierre sur l’animal, s’attirant par la même occasion le regard sévère de quelques passants. Il soupira quand le chien revint et s’arrêta avant de s’agenouiller. « T’es vraiment tétu toi …» murmura-t-il au chien et tendit la main vers lui. Le chien approcha et il caressa son museau. « Te faut un bon bain, tu pues…» lui parla-t-il et se releva. « Allez viens , Cleps, t’as du caractère , je t’aime bien »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → Michael L. Jamings   Dim 27 Juil - 18:05





Preuve à l'appui

«Cleps…viens là…la bouffe est prête» Michael mis un bout de viande dans une assiette et la posa par terre. Le chien, qui semblait encore lui en vouloir pour le bain de la veille. Cela allait de soi que la salle de bain avait eu des allures de champs de bataille aquatique. L’animal ne se fit pas prier pour engober le morceau de viande. Michael prit l’autre bout et s’installa devant sa télé avec une bonne bière pour regarder Breaking Bad. Cette série , il ne pouvait pas s’en passer. Alors que tous deux mangeaient tranquillement, enfin Michael, parce que Cleps avait déjà terminé son assiette avant même qu’il ne commence à manger , quelqu’un sonna à sa porte. Le chien aboya et Michael regarda avec une certaine inquiétude la porte close. Qui pouvait bien passer chez lui à cette heure-ci ? Il vérifia son téléphone, si jamais quelqu’un avait mentionné qu’il passerait mais rien. Il se leva et éteignit le son avant de se mordre la lèvre. Un coup sur la porte le fit sursauter quelque peu.

Pour une personne sans passé, quelqu’un qui frappe à votre porte, cela n’avait guère d’importance, mais Michael allait déjà vers des cas de figure extrêmes. Il était recherché après tout, et si derrière cette porte il y avait à présent des flics armés qui n’attendait que d’enfoncer la porte ? L’avait-on retrouvé ? Ses nerfs lui jouaient de mauvais tours. Il alla vers l’armoire et sortit son arme. Il avait tué une fois, il pouvait le refaire n’est-ce pas ? Il secoua la tête, quelle bêtise, il n’était pas un meurtrier, c’était juste pour faire peur. Le chien aboya à nouveau. «Ferme là» murmura le jeune homme et se faufila vers la porte. Il jeta un coup d’œil à travers le judas optique pour voir de qui il s’agissait. Il soupira, soulagé de voir qu’il ne s’agissait que d’un enfant. Il rangea l’arme dans le tiroir du meuble près de la porte et déverrouilla la porte avant de l’ouvrir. Son regard descendit vers l’enfant qui ne devait pas avoir plus de 12 ans. «Oui ?» «Bonjour, vous avez mon chien .» déclama le garçon et Michael ne put que cligner de yeux, surpris par cette affirmation et le ton du jeune garçon. «Pardon ?» «J’ai dit que vous aviez mon chien. Il a un pelage brun tortue , les yeux bruns, ressemble à un retriever…vous avez mon chien» répéta le garçon et Michael se gratta la joue.

Okay , cela ressemblait à la description du chien, qu’en première instance il n’avait pas l’attention de garder. En fait, il voulait juste le ramener et le mettre au refuge après une bonne nuit sous un toit. Une excuse qu’il se disait parce que Cleps était un compagnon collant et il s’était déjà attaché à lui. « Okay gamin, admettons que j’ai ton chien. Qui t’a dit de venir ici, comment tu m’as trouvé ?» demanda-t-il alors. Il n’avait pas émis d’avis de recherche, son nom n’était aucunement associé à la bête, et il ne connaissait pas cet enfant. «Personne. » La réponse le replongea dans sa paranoïa . Il recula quelque peu, pour avoir accès à son pistolet et regarda aux alentours. « Personne ? Je ne te connais pas, tu ne me connais pas, et tu sonnes par hasard à la « bonne » porte ? » demanda-t-il à nouveau, se faisant plus pressant. Dieu seul savait ce que les flics pouvaient utiliser de nos jours pour faire sortir les rats de leur trou. «L’épicier a dit qu’il a vu un homme avec mon chien et que cet homme habitait dans l’immeuble, j’ai sonné chez tout le monde…je peux avoir mon chien maintenant ?» expliqua l’enfant, ce qui sembla apaiser à nouveau le jeune homme. «Cleps… » appela-t-il et fut coupé par le garçon. «Il s’appelle Bono» Michael leva les yeux au ciel et secoua la tête.«cleps, viens là» ordonna-t-il au chien qui vint à ses côtés, puis s’intéressa au gamin qui l’appela et tenta de gagner son attention , mais Cleps renifla le garçon, puis s’en désintéressa rapidement. Il rentra , l’air de dire : pourquoi tu me déranges pour ça. « Ah ouais, c’est tellement ton chien ça» commenta Michael. Devant la mine déconfite du garçon, il lui tapota l’épaule et l’encouragea à chercher son chien, puis ferma la porte. Il soupira. Cette simple visite inopinée avait l’avait extenuée. «Les gosses de nos jours…. Hey Cleps descend de là, c’est mon assiette ça ! »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: CHALLENGE WEEK → Michael L. Jamings   

Revenir en haut Aller en bas
 

CHALLENGE WEEK → Michael L. Jamings

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CHALLENGE WEEK → Ebba M. Eriksson
» CHALLENGE WEEK → Sebastian L. Petterson
» CHALLENGE WEEK → Kora J. Burkle
» Un bon mécano [ft. Michael L. Jamings]
» Michael Jackson est mort...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: CHALLENGES ECHOUES-