NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 + we will find a way through the dark (ezechiel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Mer 23 Juil - 15:01







« Je te fait à manger ce soir frangipane, rendez-vous à 20 heures chez moi. Pas de coloc', c’est la fête! Je t’aime. » Il est treize heures et j’ai décidé qu’il était temps d’avoir une petite soirée en tête à tête avec mon grand frère. Je pense qu’on a plusieurs choses à se dire. Je jette un dernier regard à mon téléphone et voit s’afficher un message de Clarke. Elle veut qu’on parle de ce qu’elle m’a dit l’autre jour. J’ignore son message et range mon téléphone pour ensuite enfiler mon tablier autour de la taille. Je commence donc mon après-midi à la boutique, commençant comme toujours pas vérifier les commandes et s’il y a une nouvelle liste de prix. Je sers les clientes, leur expliquant les bienfaits de tels ou tels produits. Je partage même une recette d’un cake sans gluten et BIO à une jeune femme qui cherche à impressionner la mère de son copain pour le dessert. J’adore ce que je fais, je ne vois jamais le temps passer lorsque je suis dans la boutique. D’ailleurs, de manière générale mes journées passent vite entre les cours de yoga et la boutique. Il est bientôt 18 heures quand je me rends compte que je n’ai pas encore fait mes courses et que je dois bientôt fermer la boutique. Je prends un petit panier en tissu et prend les ingrédients qu’il me manque pour faire le plat de pâtes que j’ai prévu de faire à Ezechiel. Je laisse l’argent dans la caisse puis ferme la boutique après avoir vérifié que toutes les lumières étaient éteinte et que j’avais bien fermé le coffre.

Lorsque j’arrive chez moi, je me mets immédiatement à préparer les pâtes. Je coupes les tomates cerises en deux, ajoute un peu d’huile d’olive dans le pesto, je passes les noix de pécan sous l’eau fraiche puis je fais bouillir les pâtes pendant que je saute sous la douche. Une fois fraîche et sentant les fruits des bois, j’enfile une petite robe légère blanche en dentelle. J’attache mes longs cheveux ondulés en une queue de cheval et reste à pieds nus pour pouvoir mieux évoluer dans mon appartement. Je fais un brin de rangement car comme d’habitude, Gillian a laissé trainer ses affaires de partout… Il est enfin 20 heures lorsque j’ai terminé de mettre la table et mon frère ne va pas tarder à arriver. Je file dans ma chambre et fouille dans mon tiroir pour trouver le dossier qui contient les papiers de candidature pour être le « cobaye » pour ce fameux traitement qui est en train d’être testé à New York.

Mon grand frère souffre d’une maladie très rare; l’analgésie congénitale. Ce qui veut dire qu’Ez ne ressent pas la douleur comme nous. Lorsqu’on se coupe, on le sent immédiatement et on est obligé de nous endormir si on doit se faire opérer du pieds. Mais Ezechiel ne connait pas tout ça. Je n’étais pas encore adoptée lorsque nos parents se sont rendus compte de sa maladie et avec mon petit frère, Jordàn, on a l’impression que ces derniers temps, Ezechiel fait n’importe quoi avec sa maladie. A croire que ça l’amuse… Enfin, n’exagérerons rien mais ça se voit nettement qu’il ne fait plus attention à lui et qu’il se fiche pas mal de finir aux urgences. Le problème c’est qu’une fois, ça pourrait vraiment très mal se finir… Et aucun de nous ne veut ça.

C’est pour ça qu’une petite discussion s’impose. Je pose le dossier sur le bar de la cuisine et prépare des petits feuilletés en attendant que mon frère arrive.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Mer 23 Juil - 18:03







« Je te fais à manger ce soir frangipane, rendez-vous à 20 heures chez moi. Pas de coloc', c’est la fête! Je t’aime. » Un petit sourire se dessine sur mes lèvres tout en lisant ce message. Ah ma petite sœur. Elle me trouve toujours des surnoms plus débiles les uns que les autres. Autant j’avais pris l’habitude de râler lorsque l’on était plus jeune, autant aujourd’hui je m’en fiche totalement. Elle m’invite à dîner chez elle et je perds bien vite mon sourire. Je vais me faire engueuler. Je sais qu’elle va m’engueuler en voyant mon bras. Pour le moment, je suis dans une petite salle d’examen à l’hôpital de Town Square. Hier soir je me suis encore pris la tête avec Nola, à propos de Thayer, mais surtout à propos de sa grossesse et elle a finit par quitter l’appartement en claquant la porte derrière elle. C’est la troisième fois que cela arrive en deux semaines et franchement je n’aime pas cette situation. Je me sens constamment mal, je n’arrive pas à dormir et je ne mange pratiquement rien. Pourtant ce midi j’ai décidé de me faire à manger un peu. Je pianotais sur mon téléphone tout en cuisinant et comme un idiot, j’ai posé mon bras sur la plaque chauffante en essayant de récupérer les quelques pâtes qui avait glissé à côté de la plaque. Bien entendu je n’ai rien ressenti, comme toujours, mais l’odeur de peau brûler et bah… C’est pas franchement appétissant. Au lieu de jouer à l’idiot, j’ai décidé de venir faire un petit tour à l’hôpital. Heureusement Nola ne travaille pas aujourd’hui. Elle m’a envoyé un message ce matin en me disant qu’elle restait quelques jours chez son amie. Je n’ai même pas répondu. De toute manière je peux pas trop pour le moment. J’ai le bras trempé dans une crème gluante et graisseuse à souhait. Il paraît que ça aide pour les brûlures. Encore une fois j’ai choqué une petite interne quand elle m’a demandé si j’avais mal et que je n’avais même pas remarqué qu’elle me touchait le bras. Ma maladie ne cessera jamais d’impressionner les gens alors que pour moi cela devient de plus en plus une contrainte. Enfin. Je vais me disputer avec ma sœur ce soir, mais je ne louperais notre soirée pour rien au monde. De toute manière Nola ne sera même pas à la maison. « Je serais là à 20h. Te n’aime. » répondis-je rapidement alors que mon interne revenait vers moi.

Bien entendu, j’ai encore eu le droit à une petite visite chez le psychologue de l’hôpital pour savoir si je ne me faisais pas délibérément du mal. Bien sûr et pourquoi faire ? Avoir mal ? Mais je n’ai pas mal et c’est bien ça le problème. Je ne l’aurais pas laissé mon bras sur cette foutu plaque si j’avais senti la douleur. Donc encore une fois, j’ai le droit à une leçon de moral et une conversation qui servira strictement à rien. Il est près de seize heures lorsque je suis enfin libéré. Je ne perds pas de temps et décide de rentrer chez moi immédiatement. Il ne faut pas que j’arrive en retard ce soir, sinon je vais en entendre parler un bon moment. Malgré mon avant bras enroulé dans un bandage je décide d’aller prendre une douche. Autant dire que je fais attention, c’est pas vraiment le moment de glisser. J’essaye de ne pas mouiller mon bras et il faut avouer que c’est pas très facile. J’enfile des vêtements propres et décide d’aller me poser dans le canapé en attendant que leurs d’aller chez Sasha arrive.

Vingt heures, après avoir été cherché quelques bières, j’arrive enfin devant l’appartement de ma sœur. Je frappe doucement et il ne faudra que quelques secondes pour que la porte s’ouvre sur Sasha. Je la prends tout de suite sur mes bras et dépose un long baiser sur sa joue pour lui dire bonjour. « J’ai pris quelques bières. » dis-je tout en lui tendant le sachet de course que j’avais à la main. Je sais que ma sœur est très bio, mais bon une bière n’as jamais tué personne. Sasha me laisse entrer chez elle et je sens tout de suite la bonne odeur du petit plat qu’elle nous a prépare. Je la suis dans le salon et lui offre un petit sourire. « Qu’est-ce que tu nous as cuisiné de bon ? » J’ai pas spécialement faim, mais pour elle je vais faire l’effort de manger. Je ne veux pas qu’elle se fasse du souci pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Dim 27 Juil - 7:15







Je suis la seule fille parmi deux frères et pourtant nos relations ont toujours été bonnes. Que ça soit avec Ezechiel ou Jordàn d’ailleurs. Mais j’avoue que je suis quand même un peu plus proche avec mon frère ainé étant donné que Jordàn est arrivé plus tard dans la famille. Ez a toujours été d’un soutien incroyable pour moi lorsque j’ai dû m’adapter à ma vie aux Etats-Unis et surtout supporter les moqueries des autres enfants. Je l’ai toujours considéré comme mon super héros, sans parler de son super pouvoir qui lui fait ressentir aucune douleur. Mais au fil des années, j’ai commencé à moins aimer cette maladie. C’est carrément triste qu’il finisse si souvent à l’hôpital parce qu’il ne se rend même pas compte qu’il se fait mal et je sais que ça lui pourri lui aussi la vie. Les gens vous regardent comme une bête de foire à l’hôpital. Je le sais, j’ai déjà dû l’emmener plusieurs fois et à chaque fois les internes posent des questions déplacées à mon grand frère. J’aimerais que cette situation cesse pour lui. Et pour notre famille, parce que même si pour le moment il ne se fait que des petits bobos, un jour ça peut vraiment être grave et personne ne veut ça. Ni nos parents, ni Jordàn ou moi. On l’aime notre grand frère et c’est pour ça que j’ai entamé quelques recherches sur internet. Bien sur, je n’ai pas la prétention de croire que je vais pouvoir l’aider d’une quelconque manière, mais j’aimerais au moins qu’on essaie de trouver une solution. J’ai un peu flâné sur le net et j’ai justement découvert ce médecin qui teste un nouveau traitement sur les quelques cas d’analgésie congénitale des Etats-Unis. Apparemment, ça serait un traitement qui travaille sur le système nerveux, un truc du style et même si je sens que ça va être compliqué, j’aimerais beaucoup que mon frère accepte d’essayer. Après tout, on ne perd pas grand chose. A part sept mille dollars bien sur. Mais ça, c’est mon affaire.

Je prépare le repas avec amour et espère qu’Ezechiel meurt de faim. Même si c’est mon grand frère et que je ne cherche pas à le séduire, il n’y a rien de mieux qu’un repas pour adoucir les cœurs et entamer une discussion plus que délicate. Mais lorsque je le vois entrer dans mon appartement, retirer sa veste et dévoiler un bras bandé, je me rends compte que ça va être encore plus compliqué que ce que je pensais. Je pose les bières sur la comptoir de la cuisine et soupire. Il fait comme si de rien était en plus et je crois que c’est ce qui m’énerve encore le plus. Il me parle du repas que j’ai préparé et soudainement j’ai envie de tout balancer dans l’évier. « Tu pourrais arrêter de me prendre pour une demeurée en pensant que je ne vois rien. Tu sais que c’est encore pire quand tu fais comme si de rien était. » Je soupire et m’avance vers mon frère pour lui lever le bras et constater les dégâts. Ce genre de bandage c’est signe de brûlures… « T’as fait quoi ? » Je croise les bras sur ma poitrine, essayant de m’agrandir un peu, sauf que c’est inutile vu que même perchée sur des hauts talons, mon frère sera toujours plus grand et plus imposant que ma frêle silhouette.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Mar 29 Juil - 22:50







Je me souviendrais toujours du jour où mes parents m’ont appris que Sasha n’était pas vraiment ma petite sœur, qu’elle avait pas les mêmes parents que moi. On était petit encore à l’époque, si je me souviens bien Jordàn n’était même pas encore né. Des enfants c’était moquer de Sasha à l’école et quelqu’un m’avait dit qu’elle n’était même pas ma sœur, alors j’avais demandé des explications à mes parents et ils m’avaient tout avoué. Je me souviens que le lendemain j’étais allé voir les gamins qui se moquait de ma sœur pour leurs dire a quel point ils étaient débile. Je n’ai jamais considérer Sasha comme une étrangère à notre famille, bien au contraire. Elle est ma petite sœur et il y a rien que je ne ferais pas pour elle. Je l’ai toujours défendu. Je sais qu’au Lycée il y a en pas mal qui se moquait encore d’elle en lui donnant des surnoms tous plus stupides les uns que les autres uniquement parce qu’elle n’avait pas la même couleur de peau que Jordàn et moi. J’en ai recadré plus d’un à cause de cela, je peux vous le dire. J’avais pas le droit de me battre, mais dès qu’on s’en prenait à ma sœur j’oubliais un peu les promesses faites aux parents. Juste pour la défendre. Aujourd’hui on a bien vieilli et c’est davantage Sasha qui prends soin de moi, mais elle sait parfaitement que si un jour elle a besoin de moi elle peut m’appeler à n’importe quel moment du jour ou de la nuit et je serais là pour elle. Ces derniers temps c’est vrai que je me suis un peu moins montré présent pour elle, mais je compte bien me rattraper ce soir. Je suis persuadé que ma petite sœur à un millions de potins à me raconter. Des fois, je me contente de m’asseoir à table et de l’écouter parler pendant des heures en donnant mon avis juste de temps en temps. Et généralement j’adore ce genre de soirée.

Quand j’entre enfin dans l’appartement de Sasha, je remarque qu’elle a déjà tout mis en place pour notre petite soirée. Et vu la bonne odeur qui s’échappe de sa cuisine, elle nous a également concocté un bon petit repas. J’ai hâte de passer à table. Sauf que j’ai à peine le temps de questionner Sasha sur le contenu de notre repas qu’elle s’énerve. Elle me demande si je la prends pour une débile et je me sens frissonner de la tête aux pieds. Bien sûr qu’elle a vu ma blessure. Bien entendu elle allait me faire une remarque sur cela, mais je ne pensais pas qu’elle allait s’énerver de cette manière. « C’est rien Sasha. » Ma petite sœur me lance un regard noir et je comprends que je ne pourrais pas m’en sortir aussi facilement. « Je cuisinais, j’ai fait tomber un truc derrière la casserole et j’ai… Je faisais pas attention, j’ai posé mon bras sur la plaque. » Je ferme les yeux un instant, persuader que Sasha va se mettre à hurler. Je le mérite en même temps, mais je faisais pas attention. C’est pas comme si j’avais eu mal dans le fond. « Mais c’est rien, je suis déjà soigner regarde. Demain on y pensera plus. » J’ai l’impression que ma sœur me fait la tronche et j’aime pas trop cela. « M’en veux pas Sasha, c’est rien. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Sam 2 Aoû - 16:19







Avec Jordàn nous avons pris l’habitude de recevoir des appels de l’hôpital pour nous avertir que notre grand frère était en train de se faire recoudre l’arcade ou en train de se faire poser un plâtre. Quand on était gamin, on trouvait ça rigolo, enfin plutôt original et héroïque. Puis, le temps a passé et on s’est rendu compte que c’était vraiment pas drôle. Que c’était même dangeureux et qu’un jour c’est le médecin legiste qui allait nous appeler pour qu’on vienne reconnaître un corps. J’ai l’air de partir loin en disant ça mais à cause de la maladie d’Ezechiel, ça pourrait vraiment arriver. Je pense bien qu’il est la seule personne sur cette terre a pouvoir dire qu’il ne souffrira pas en mourrant. Parce que dans le fond, c’est ce dont tout le monde a peur. Personne ne veut mourir en étant un légume, on sentant chaque partie de son corps rongé par la maladie ou à cause d’un accident. Et lui, il semble oublier ce genre de détails. Ce n’est pas parce qu’il ne ressent pas la douleur qu’il ne peut pas mourir bien au contraire. C’est à cause de cette anomalie qu’il peut disparaître et il ne semble pas comprendre qu’aucun de nous ne veut ça.

Cette fois, Ezechiel est allé à l’hôpital mais il ne nous a pas averti. Il ne serait même pas étonnant qu’il ait conduit normalement pour y aller alors que cette plaie aurait fait mal à n’importe qui. J’imagine la tête du policier s’il s’était fait arrêté sur le chemin. Un mec qui conduit sa voiture normalement alors qu’il a le bras grillé comme la peau du poulet du dimanche… Mais ça ne me fait pas rire. Il n’a rien dit à personne et s’il a pu garder ça pour lui, Dieu sait encore ce qu’il nous a caché ces derniers temps. Il fait n’importe quoi et apparemment les visites chez le psychologue ne suffisent pas à le lasser de son manque d’attention. Je sais que je vais encore passer pour la petite sœur chiante et trop protectrice mais pour finir, je ne sais plus quoi faire pour qu’il rende son abonnement aux urgences de la ville. J’ai beau y aller avec la méthode douce, être plus franche ou carrément menaçante, rien n’a l’air de fonctionner sur le jeune homme. Autant dire que je desespère et que je suis presque sûre qu’il ne voudra même pas tester ce programme à New York. Je n’ai plus envie de terminer le repas, je n’ai plus envie de manger et encore moins de lui parler de ce que j’ai trouvé pour lui. Je suis blasée et j’en ai marre. Et je ne me gêne pas pour lui faire sentir même si ça va encore me faire passer pour la méchante sœur.

Il essaie de me rassurer, de faire passer ça pour rien du tout mais il ne se rend même pas compte qu’il aggrave mon humeur en disant ce genre de choses. Pour lui ce n’est pas grave, parce qu’il ne ressent pas la douleur mais pour quelqu’un de normal, ça vaudrait quelques jours d’arrêt ou au moins de repos. Il ne comprend même pas ce qu’il fait subir à son corps et ça commence vraiment pas me dépasser. « T’es fatiguant Ezechiel. » Oulà. Si j’étais lui, je n’aggravrais pas sa situation. Je lui tourne le dos et me dirige vers les pâtes pour les enlever de la plaque de cuisson et les verser dans une passoire. Je ne dis rien, je boude. Oui, parce que je suis une fille et qu’une fille ça boude pour rien. Je mélange les pâtes avec le reste des ingrédients et j’enfile des gants pour aller poser la casserole sur la table. Sauf que je la jette presque. « A table. » Je me laisse tomber sur ma chaise en prenant soin de ne pas croiser le regard de mon frère et je déplie ma serviette sur les genoux au cas où je devrais manger comme une enfant. Je n’attends même pas sur Ezechiel que je commence à manger mon assiette. Je n’ai plus du tout faim mais je veux juste l’énerver.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Lun 11 Aoû - 15:31







J’ai toujours essayé de préserver mes proches face à ma maladie. Enfant je n’avais aucunement conscience de tout cela, mais quand je suis rentré dans l’adolescence j’ai finis par comprendre que je ne devais pas alerter mes proches aux moindres petites coupures. J’ai finis par apprendre à déceler les blessures importantes, des petits bobos sans risque. J’ai appris à faire la part des choses tout simplement et depuis j’essaye de gérer ma vie du mieux que je peux. Mais ce n’est pas tous les jours faciles. Je ne peux pas continuellement cacher mes pansements, je ne peux pas toujours cacher mes bleus. La plupart du temps je m’en sors avec quelques mensonges même avec mes parents. Mais quand il s’agit de Jordàn ou pire de Sasha, c’est réellement différent. Je ne peux rien leurs cacher. Ils sont plus jeunes que moi, c’est moi qui devrait passer tout mon temps à les surveiller, mais non… Depuis qu’ils sont en âge de comprendre l’importance de ma maladie, ils passent tous leurs temps libre à me surveiller lorsque je reviens avec une nouvelle blessure, j’ai le droit à un interrogatoire dans les règles de l’art. Sasha est bien plus douée que mon petit frère à ce sujet-là. Je pensais m’en sortir sans trop d’encombres ce soir, mais au final c’est loin d’être le cas. Bien sûr qu’elle remarque tout de suite mon bras bandé. En même temps, cet idiot d’interne à tout fait pour que ce soit bien voyant. Il aurait pu y laisser à l’air libre tout de même. Mais non… Soit disant qu’une peau brûler doit absolument être hydraté et baigner dans de la crème. Une crème qui colle et qui pue aussi. Enfin là n’est pas la question pour le moment. Ma sœur a vu ma blessure et tout de suite elle m’interroge. Comme toujours j’essaye de faire passer cela pour quelque chose de tout sauf important et d’un seul coup je me prends pleins la tête. Enfin. Pas directement. Ma chère sœur commence à faire la tête. Oui telle une enfant de cinq ans elle commence à bouder. Je fais de mon mieux pour la rassurer et voilà qu’elle me boude. Elle finit même par me dire que je suis fatiguant et l’espace d’un instant j’ai juste envie d’attraper mes affaires et de rentrer chez moi. Je suis venu ici pour passer un bon moment pas pour me prendre la tête avec ma petite sœur. Je sais que je la déçois, mais quoi ? Je ne vais pas non plus me mettre à genou pour qu’elle arrête de m’en vouloir. Je ne sais pas trop quoi faire alors je reste planter là tel un idiot alors que Sasha s’agite tout autour de moi.

Après un long silence elle m’annonce que c’est le moment de se mettre à table et puis plus rien. Elle n’attend même pas que je sois assise en face d’elle pour commencer à manger. D’accord. J’ai compris. Elle m’en veut vraiment. Je passe à côté d’elle et laisse ma main glisser sur son bras, mais bien vite elle évite mon contact. Je me pince les lèvres et ferme les yeux un instant. Je voulais vraiment pas en arriver à ce point-là. Elle lâche son sa fourchette et j’en profite pour m’accroupir face à elle et tirer sa chaise pour qu’elle me regarde. Je dois jouer le grand frère, elle n’aime pas cela, mais c’est mon rôle. « Sasha… Je vais bien. » Je lui caresse doucement la joue et tente de lui faire un petit sourire, mais rien. Je commence à perdre patience, mais je préfère ne pas lui montrer. « Je l’ai pas fait exprès et tu le sais. Je voulais pas retourner à l’hôpital. Je voulais pas te décevoir petite sœur… » J’espère qu’elle va bien vouloir m’adresser la parole après cela. J’avais vraiment besoin de notre soirée entre frère et sœur. « Allez me fait pas la tête ! » Je lui fais un petit sourire et chatouille un peu ses côtes en attendant qu’elle se mette à rire également.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Ven 15 Aoû - 7:44







De nature plutôt sûre de moi et à foncer tête baissée, lorsque je suis avec mon grand frère c’est tout le contraire. Je deviens la petite sœur gâteau qui boude pour un oui ou un non. C’est devenu mon jeu préféré avec Ezechiel parce qu’il marche à chaque fois. Avec le temps, j’ai appris à le cerner et surtout à déceler un mensonge. Même si je suis sûre que c’est souvent arrivé qu’il réussisse à nous cacher une blessure, la majorité du temps je suis quand même arrivée à lui faire avouer rien qu’en jouant à la petite fille triste. Et ce soir ne dérogera pas à la règle. Alors qu’il essaie de planquer son bras incognito, je remarque immédiatement le gros bandage qui dépasse de sa manche. Cet idiot a cru que je ne verrai rien… Je me demande vraiment ce que j’ai fait pour mériter un aussi mauvais menteur comme grand frère… Quoi qu’il en soit, je pique ma crise. Il essaie de me rassurer et de se défendre mais je suis bien décidée à le bouder. Comme toujours. Même si dans le fond je suis vraiment en colère contre lui. Je lui lâche une remarque sanglante avant de tourner les talons et de finir de préparer le repas avant d’aller m’asseoir à table. C’était pas vraiment comme ça que j’imaginais notre petite soirée entre frère et sœur mais vu qu’il faut passer par là pour que Monsieur comprenne, eh bien on va passer par là. Je pose la casserole remplie de bonnes pâtes que j’ai préparé avec amour puis me laisse tomber sur ma chaise pour commencer à manger, sans vraiment attendre Ezechiel. Quand je vous dis que je ne fais pas les choses à moitié… Je l’entends soupirer dans mon dos et lorsqu’il passe à côté de moi pour me rejoindre à table, il tente un petit contact. Je bouge mon épaule de manière à ce qu’il comprenne que je ne suis pas contente. Du tout, du tout. Après quelques secondes où je sais très bien qu’il se retient de m’en coller une, il finit par s’accroupir à côté de moi et il tourne ma chaise de manière à ce que je sois en face de lui. Ben purée… Il en a mis du temps ce soir. D’habitude j’ai même pas besoin d’aller aussi loin pour qu’il réagisse. Il me rassure en me disant qu’il va bien mais la partie n’est pas gagnée mon grand. J’attends qu’il me dise autre chose. Je ne bronche pas sous ses caresses, me contentant de le fixer. Il se justifie encore et même si c’est pas vraiment ce que j’attendais, je ne peux pas m’empêcher de lâcher un petit rire et de lui taper l’épaule quand il me chatouille les côtes. « Espèce d’idiot. » dis-je en remettant la serviette correctement sur mes genoux. Je le regarde, secouant la tête exaspérée mais ne cachant pas un petit sourire en coin des lèvres. Avant qu’on ne se mette vraiment à table, je veux lui faire dire une dernière chose. J’attrape ses mains et le fixe le plus sérieusement possible. « On est pas bêtes, on a vu que tu es beaucoup tracassé en ce moment et on sait que c’est à cause de tout ça que tu fais moins attention à toi. Tu n’as jamais été aussi souvent à l’hôpital en aussi peu de temps… On a tous des problèmes à gérer mais toi il faut que tu fasses encore plus attention que nous… On se fait du souci pour toi. Essaie de faire attention, je t’en prie mon petit frangipane. » Je lui sors mon plus beau regard de chien battu avant de passer une main dans ses cheveux pleins de gel pour l’embêter. « Eurk. Allez, asseye toi et mange. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Dim 24 Aoû - 3:52







Je ne supporte pas quand Sasha me fait son boudin. Depuis qu’elle est petite elle me fait ce petit jeu là. Elle devait avoir six ans quand elle a finit par comprendre que je ne pouvais pas résister à sa petite bouille de chien battu. Elle sait parfaitement comment s’y prendre pour me faire craquer. Oui totalement et ce soir je tombe dans le panneau comme un idiot. Je sais que dans le fond elle se fait uniquement du souci pour moi. Parce qu’elle a toujours été comme cela Sasha. Je lui ai toujours dit que ce n’était pas la peine et qu’il fallait qu’elle pense à elle, avant de penser à moi, mais elle ne m’a jamais réellement écouté. Je crois qu’il ne passe pas une journée sans qu’elle ne se fasse du souci pour moi et c’est une idée qui me donne un peu mal au cœur. Elle ne devrait pas autant ce faire de que je n’avais pas fait exprès. Ce n’est pas vraiment mon plaisir ultime de me rendre à l’hôpital. Alors souci. Non elle devrait tout simplement vivre sa vie normalement et m’appeler de temps en temps juste pour me raconter des anecdotes sur sa petite vie ou parce que c’est elle qui a un souci. Mais pas l’inverse. Enfin. Je vois bien qu’elle m’en veut et je fais de mon mieux pour lui faire comprendre comme lorsqu’elle avait cinq ans, je m’accroupis devant elle et lui fait comprendre que je n’avais pas chercher à ce qu’elle s’inquiète. Pour la faire sourire je finis même par lui chatouiller les côtes. Je sais parfaitement qu’elle ne peut pas rester de marbre avec cela. Un léger rire s’échappe d’entre ses lèvres et un cela me fait sourire. Ma petite sœur me traite d’idiot et maintenant je comprends que la crise est passée. Enfin pour le moment. Parce que je connais Sasha et je sais qu’elle ne va pas mettre longtemps avant de me reparler de mon bras ou pire de ma relation avec Nola. J’allais m’asseoir et commencer à dîner mais Sasha me retiens et me fait comprendre – encore une fois – qu’elle et Jordàn s’inquiète réellement pour moi. Bien sûr qu’ils ont remarqué à quel point je pouvais être ailleurs en ce moment. Bien sûr. Je ne veux pas réellement en parler, mais je sais que je ne vais pas pouvoir esquiver la conversation. « C’est juste… Enfin c’est toute cette histoire avec Nola et Thayer. Je le fais pas exprès Sasha. Je pense à plein de trucs et je me fais mal sans le vouloir. Puis j’ai ces bleus bizarre là aussi. Ca me gonfle. J’aimerais juste pouvoir avoir mal pour une fois. Savoir ce que ça fait un peu. Pour me remettre les idées en place. » Je soupire un peu et finalement ronchonne quand Sasha passe sa main dans mes cheveux. « NE touche PAS mes cheveux. » lui dis-je en riant quelque peu pour essayer de faire passer la pilule. Je finis par m’asseoir en face de ma petite sœur et me sert une assiette de pâtes, parce que oui après tout cela j’ai réellement faim. J’attaque mon assiette et finis même par me resservir. Bah oui quand j’ai faim, je ne fais pas semblant non plus hein. Je finis par relever le regard vers ma sœur et m’essuie la bouche avant d’engager de nouveau la conversation. « Je voulais te parler d’un truc… T’as pas l’impression que Jordàn est bizarre en ce moment ? » Je bois une gorgée de ma bière et ajoute : « J’ai l’impression qu’il veut plus vraiment me parler. Il t’a dit quelque chose à toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Mer 27 Aoû - 8:10







Je ne cache pas mon contentement de voir que bouder et faire le bébé avec mon grand frère pour obtenir ce que je veux fonctionne toujours autant à merveille. Bien sur, ça reste toujours gentil et bon enfant. Je ne veux pas commencer à lui taper une crise pour une broutille ou simplement pour l'énerver. Je m'inquiète réellement pour lui et je ne suis pas le seul, Jordàn aussi me parle de ce qu'il pense des allers-retours de notre ainé à l'hôpital. On sait que dans le fond il n'y est pour rien, que c'est à cause de sa maladie mais ça fait vingt sept ans qu'Ez' ne ressent pas la douleur et on aimerait éviter qu'il en vienne à se faire du mal exprès pour essayer de ressentir ne serait-ce qu'un picotement... Et je pense que tout ce qu'il se passe dans sa vie ne l'aide vraiment pas... Je lui demande sans honte si c'est à cause de ses tracas qu'il est moins concentré sur sa santé depuis quelque temps et sa réponse ne se fait pas attendre. Pour une fois, il joue la carte de la sincérité et je ne peux que baisser les épaules tristement en comprenant que ça ne va pas avec Nola et tout le reste de l'histoire. Assez rapidement, Ezechiel s'énerve un peu à cause de sa maladie de nouveau. Apparemment, il a des bleus de partout et il ne sait pas d'où ils viennent. Je tente un peu d'humour pour essayer de le calmer un peu. « Ca? Oh t'inquiète pas, c'est moi qui vient me défouler sur toi pendant que tu dors. C'est vachement pratique pour évacuer la frustration! » Je ri légèrement avant de le regarder tendrement. Je l'aime mon grand frère et j'aime pas qu'il soit autant tracassé à cause d'une femme. Enfin... Je suis peut-être mal placée pour dire ça finalement mais c'est pas pareil, lui il veut se poser, il veut construire quelque chose. Moi je fuis tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à une relation plus qu'amicale. Bref... Pour l'embêter, je passe mes mains dans ses cheveux et sa réaction ne se fait pas attendre je rigole avant de le regarder s'assoir à table et manger comme un ogre. Et ça fait plaisir de voir ça! J'aimerais bien le questionner à propos de Nola mais je n'ai pas envie de tout de suite le braquer, surtout que j'ai quand même un sujet très sérieux à aborder avec lui. Je vais garder ça pour le dessert qui est au frigo. Je mange moi même mes pâtes, me rendant compte qu'elles sont plutôt réussites même si j'aurai pu rajouter un peu de tabasco pour que ça soit un peu plus piquant... M'enfin, Ezechiel semble se régaler, c'est le plus important. Je relève la tête vers lui lorsqu'il me parle de Jordàn. J'hésite un instant, mâchouillant lentement ce qu'il me reste dans la bouche avant de boire une gorgée de vin blanc français. J'aime beaucoup mon grand frère et j'ai tendance à tout lui confier mais je ne suis pas sûre de pouvoir lui faire partager ce que je pense avoir découvert à propos de notre benjamin. « Je sais pas... J'ai aussi remarqué qu'il était différent mais je ne savais pas qu'il se confiait moins à toi. » Je termine mon assiette et débarrasse la table une fois qu'Ezechiel a terminé de faire les fonds de casseroles. Je mets de l'eau à chauffer. « Tu veux un thé ou un café avec le dessert? » Je souris et prépare la boisson de mon grand frère avant d'aller déposer sa tasse devant lui. Je pose mon thé vert également puis me retourne pour attraper le dossier que j'ai préparé pour Ezechiel. « Hum... Ez. Il faudrait que je te parle de quelque chose... Mais promets moi de me laisser terminer. » Je me tortille sur place, serrant le dossier contre ma poitrine. J'y tiens vraiment, j'ai passé des heures et des heures à bosser là-dessus et j'aimerais vraiment qu'Ezechiel m'écoute jusqu'à la fin avant de refuser le programme. Parce que je le connais, il va refuser.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Mar 9 Sep - 15:58







Parfois je me dis que je suis un véritable poids pour ma famille. Je ne l’ai jamais réellement voulu dans le fond. Après tout, je n’ai jamais décidé de tomber malade. Non je suis né avec cela. Pendant longtemps je trouvais cela bien de ne jamais ressentir la douleur, en particulier lorsque Sasha est entré dans notre famille et que j’ai vu que quand elle tombait elle pleurait et elle disait avoir mal. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’elle disait. Je me souviendrais toujours d’une fois ou l’on jouait dans le jardin tous les deux alors que maman s’occupait de Jordàn qui était encore un tout petit bébé. Maman m’avait demandé de surveiller Sasha parce qu’elle faisait de la balançoire et qu’il ne fallait pas qu’elle tombe, mais bien entendu ma petite sœur est tombé et sa tête à heurter la balançoire. Elle c’est mise à pleurer tout de suite en se tenant la tête et en ne cessant de me dire qu’elle avait bobo, je ne savais rien de la douleur et je me suis mis à rigoler en disant qu’elle était un gros bébé. Je l’ai encore plus fait pleurer ce jour-là et c’est bien après quand j’ai vu la grosse bosse bleue sur son front et qu’elle pleurait dès que l’on touchait que j’ai compris. J’ai compris que je n’étais pas comme les autres. Si ma tête avait heurté la balançoire je n’aurais rien senti du tout et je serais reparti jouer comme si de rien était. Pendant longtemps c’est moi qui ai veillé sur mon frère et ma sœur. Puis trop rapidement les rôles ce sont inverser. Dès que l’on se retrouvait seul à la maison parce que les parents partait en weekend, c’est plus à moi qu’on disait de surveiller le reste de la famille pour ne pas qu’il arrive d’accident. Une fois une seule je me suis fait une blessure assez grave alors que j’étais seul à la maison avec Jordàn. Il avait quatorze ans et il a paniqué en voyant que je saignais sans même me plaindre. Il a tellement eu peur pour moi que j’ai culpabilisé pendant des semaines et aujourd’hui encore ce souvenir me fait un pincement au cœur. Ils passent tout leurs temps à se faire du souci pour moi et je n’aime pas cela. Parce que c’est ma petite sœur qui ce sent obligé de faire une blague pour que je me calme et que je ne pense plus à cette maladie qui m’handicape tous les jours. Je m’en veux tellement de lui faire du souci comme cela, mais je ne sais pas trop comment m’exprimer pour lui dire à quel point je m’en veux. Je sais qu’il va falloir que je me reprenne en main très sérieusement, mais je ne sais pas comment faire et je n’ose pas demander de l’aide à quelqu’un. J’ai déjà l’impression de trop en demander à mes proches, alors je m’enfonce un peu plus dans mes galères.

Heureusement la culpabilité s’en va peu à peu, pour laisser place a un sentiment de bien être un peu plus présent. Ma petite sœur nous a cuisiné un très bon repas et comme toujours quand c’est bon et que j’ai faim, je ne parle pas beaucoup à table. Pour autant le silence n’est pas pesant, bien au contraire. On c’est disputer un peu, mais je sais que ça va déjà mieux. Parce qu’on est incapable de se faire la tête plus de dix minutes surtout lorsqu’on est dans la même pièce. Je termine mon assiette et redresse la tête pour croiser le regard de ma petite sœur. Je ne cesse de penser à notre frangin depuis quelques minutes et finis par demander à Sasha si elle trouve pas que Jordàn a une tendance à s’éloigner en ce moment. Elle confirme mes pensées et je grimace quelque peu. Il faut absolument que je vois mon petit frère, cela fait trop longtemps que je ne m’occupe plus de lui. Je demande un thé à ma petite sœur et m’affale un peu plus dans ma chaise après avoir aussi bien manger. Lorsque Sasha reviens vers moi, elle reprend son petit air de chien battu pour me dire qu’elle a quelque chose à me dire et que je dois la laisser parler. Je n’aime pas ça. Elle serre un dossier papier contre elle et je fronce les sourcils. Qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir me dire ? « Je t’écoute… » Je vois bien qu’elle attends autre chose et je soupire un peu : « Promis je te coupe pas. Tu m’inquiète Sasha, dit moi ce qui se passe ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Mer 17 Sep - 6:28







Enfants, je me rappelle que c’était Ezechiel qui veillait sur nous lorsque maman était occupée et que papa travaillait. C’était lui qui gardait un œil sur nous et qui faisait attention à ce qu’on ne se fasse pas mal. Demander à quelqu’un qui ne ressent pas la douleur de faire attention à ce que son frère et sa sœur ne se fassent pas mal ça a quelque chose d’ironique quand même. Si bien que des fois je m’éraflait le genou et au lieu de me croire et d’aller chercher un sparadrap, Ezechiel me disait que ça ne pouvait pas faire si mal et qu’il fallait que j’arrête de chouiner pour rien. D’un côté, ça m’a aidé à ne pas trop m’écouter, à ne pas pleurnicher pour rien mais c’est allé jusqu’au jour où il a dû venir me chercher à l’école parce que je m’étais brisé le poignet en gymnastique et qu’il a même hésité à m’ammener aux urgences jusqu’à ce que je lui montre à quel point ma main était gonflée et bleue. C’est là qu’il a réalisé que nous, nous sentions vraiment la douleur et que même si des fois c’était anodin, il y avait d’autres situations avec lesquelles il ne fallait pas rigoler. Puis avec le temps, c’est moi qui ait pris le relais et lorsque Jordàn était assez grand, il s’est joint à moi dans notre quête de veiller sur Ezechiel. Avec l’âge, on a compris qu’est-ce qu’on pouvait faire sans craindre la douleur et qu’est-ce qu’on ne pouvait pas faire. Maintenant, c’est notre ainé qui fait n’importe quoi. Dans le fond, il a toujours repoussé ses limites mais ces derniers temps, il les pousse trop loin et un de ces quatre, il va finir par avoir quelque chose de très grave.

C’est dans cette optique que j’ai fait venir Ezechiel à la maison. J’aurai voulu inviter Jordàn aussi mais il avait un truc de prévu avec ses copains de l’astrophysique, un truc vachement compliqué apparamment mais mon petit frère est au courant de mes dernières recherches et il m’a demandé de lui envoyer un message lorsque j’en aurai parlé à Ezechiel. Une fois que notre petite dispute est passée et qu’on s’est rassasié l’estomac, je décide de débarrasser la table et de proposer un thé ou un café. Je me hâte à préparer deux thés cent pour cent issu de l’agriculture écologique et m’assure qu’il y a du sucre sur la table. Bon. Je prends une profonde inspiration avant d’attraper le dossier que j’ai préparé pour Ezechiel. Je lui demande de se taire et de vraiment m’écouter jusqu’à la fin. Apparemment, à mon air, il se met à s’inquiéter et je me rends compte que je ne peux plus vraiment faire marche arrière. Je me mords la lèvre inférieure avant de finalement prendre mon courage à deux mains. « Ne t’énerve pas hein mais j’ai fait des recherches. Sur ta maladie. Jordàn m’a aussi un peu aidé mais bref. J’ai découvert qu’il y a un médecin à New York, qui teste un traitement sur le système nerveux de patients atteints de ta maladie. » J’ouvre le dossier et le lui donne afin qu’il puisse le lire en même temps que moi. « C’est un programme sur un mois. Pour l’instant, ce ne sont que des tests mais il y a déjà de très bonnes réactions sur les personnes qui se sont proposées pour tester le traitement. » J’évite soigneusement d’utiliser le terme « cobaye » parce que je sais que ça va surement être une des raisons pour lesquelles Ezechiel va refuser d’aller à New York. « Jusqu’à maintenant, des personnes ont ressenti un mal de ventre après avoir mangé un produit moins frais. Y a même une dame qui a ressenti l’aiguille qu’on lui plantait au bout du doigt pour tester sa sensibilité. » J’affiche un large sourire pour accompagner ces dernières bonnes nouvelles même si mon inquiétude se lit toujours sur mon visage. Je décide de tirer ma chaise face à mon grand frère, de manière à ce que nos genoux se touchent presque. Je veux être sûre qu’il comprenne où je veux en venir. « J’ai gardé toutes mes semaines de vacances pour pouvoir t’accompagner à New York. Ce n’est qu’un mois. Tu reviendras et tu n’auras peut-être plus de maladie et si ça n’a pas marché, on aura essayé. » Je me mords la lèvre. J’ai terminé de parler et je sens que la réaction de mon grand frère ne va pas me plaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   Sam 20 Sep - 5:10







Je dois dire que Sasha commence à me faire peur avec son dossier dans les bras et surtout avec l’air sérieux qu’elle affiche. Je connais ma sœur par cœur. Je sais parfaitement lorsqu’elle est sérieuse ou lorsqu’elle rigole. On en a eu des discussions sérieuse tous les deux. Tout un tas. En ce qui concerne ma maladie, notre famille, sa sexualité… On a passé des heures à se parler pendant des années et aujourd’hui j’ai l’impression que nous allons encore avoir une de ses importantes conversations, mais pour une fois je ne connais pas du tout le sujet qu’elle va vouloir aborder. En le voyant avec un dossier comme cela je me mets un peu à imaginer tout et n’importe quoi je dois l’avouer. Surtout qu’elle a l’air vraiment stressée. J’ai l’impression de revivre le jour où elle m’a appris qu’elle était lesbienne. Ou encore le jour où elle m’a demandé si je la considérais réellement comme ma petite sœur même si mes parents l’avaient adopté. Je sais qu’elle va aborder quelque chose de vraiment sérieux et cela m’inquiète. Heureusement elle ne me laisse pas le temps de me poser trop de questions et entre assez rapide dans le vif du sujet. Il s’agit de ma maladie. Encore et toujours. Visiblement ma petite sœur à fait des recherches sur le cas extrême que je représente et elle a trouvé quelque chose qui pourrait me venir en aide. Elle me parle alors d’un médecin baser à New-York qui est en train de tester un traitement expérimental pour remédier à ma maladie. A se problème qui fait que mes terminaisons nerveuses ne fonctionnent pas réellement comme celles des autres êtres humains. Elle m’explique que les tests ont déjà montré quelques résultats et que certaines personnes on pu ressentir une sensation de mal de ventre ou quelque chose qui y ressemble. Je l’écoute parler, mais déjà je sens une sorte de colère monter en moi. Ou est-ce de la panique ? Je ne sais pas vraiment. Je ne sais plus rien du tout. Cela fait des années que je recherche à ressentir la moindre petite douleur. Je passe mon temps à me blesser en espérant que la prochaine je vais finir par avoir mal comme mon frère a pu avoir mal en se cassant le bras, comme je peux voir Nola grimacer lorsqu’elle se tape contre un meuble. Oui je voudrais connaître la douleur une fois dans ma vie, mais est-ce que je suis réellement prêt à changer qui je suis dans le fond ? Je ne crois pas. « Je ne veux pas être un cobaye. » dis-je tout doucement tout en continuant à lire le dossier que viens de me tendre Sasha. Je suis conscient de tout ce qu’elle a pu faire pour construire une telle chose, je suis conscient que mes proches ce font tous du souci pour moi. Mais… Je n’aime pas cela. « Ce… Cette maladie c’est qui je suis. Je suis né avec ça. Je veux pas changer. Je connais pas le danger et la douleur et je crois que dans le fond ça me va. Même si des fois j’aimerais juste savoir ce que ça fait d’avoir physiquement mal. Je… » Je pense a tout ce que j’ai pu apprendre ces dernières semaines, a tout ce qui fait que désormais je ne dois plus uniquement penser à moi. Je peux pas me lancer dans un tel truc. « Et si ça marche pas ? Et si ça empire même ? » Je n’ai jamais cru en la médecine. Je déteste les hôpitaux. Je ne veux pas être un cobaye. Je n’ai pas envie de cela. Et puis… Je relève subitement la tête et croise le regard de ma petite sœur. « Je vais être papa Sasha… » Je soupire un peu et passe une main sur mon visage. «Je voulais pas te l’annoncer comme cela, je te le jure, mais… Je vais être papa et je peux plus uniquement penser à moi. Si ça se trouve j’ai refilé cette merde à mon bébé. Vouloir me soigner changera rien, je dois penser à lui ou elle maintenant et pas à moi. Ca fait vingt-six ans que je vis avec ça, je vais pas aller faire le cobaye pour voir si ça va changer quelque chose. » Une nouvelle fois, je relève la tête et croise le regard de Sasha. « Et je refuse que tu mette toutes tes économies dans un truc comme ça. » Parce que je sais que rien de tout cela n’es gratuit et je connais ma sœur.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: + we will find a way through the dark (ezechiel)   

Revenir en haut Aller en bas
 

+ we will find a way through the dark (ezechiel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps abandonnés-