NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Alone
Job : Avocat spécialisé en négocation contractuelle
Age : 32 ans
Célébrité : Channing Tatum
Age : 26
DC/TC : Aucun

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet:
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Mer 23 Juil - 17:08

La nouvelle qui venait de tomber avait eu de quoi m'assommer en effet je ne l'avais pas vu venir et le moins que l'on puisse dire était que je me sentais plus que démuni devant l'ampleur qu'elle allait prendre. Lorsque le médecin m'expliqua les risques auxquels je m'exposais en repoussant continuellement l'opération je ne pus que songer à ma sœur. J'adorais Rose, plus que ma propre vie, mais pour le moment il m'était impossible de la mettre dans la confidence … elle était enceinte il était donc normal que je me comporte en grand frère digne de ce nom afin de lui apporter mon soutien , et ce, peu importe ma situation. Jamais je ne pourrais me pardonner de l'abandonner alors qu'elle a besoin de moi plus que jamais.

En ce moment la seule chose qui semblait m'importer était de me changer les idées, de cesser de penser à cette obsession qui était de nature à me dévorer de l'intérieure, c'est donc animé de ce désir que je finis par quitter mon appartement après m'y être respectivement reposé et douché. Vêtu d'un jeans, d'une chemise et d'un veston je finis par me diriger vers ce lounge ou j'aimais bien aller me changer les idées. Ma voiture stationnée je croisai le regard du sympathique vigile, à l'entrée, lui donnant une légère tape sur l'épaule et je passai par le bar afin de me faire préparer un scotch insistant, d'ailleurs, afin que la serveuse me double la dose.

Verre à la main, regardant quelque peu autour de moi afin de voir si je n'allais pas tomber sur un visage familier, je finis par me diriger vers un de ses luxueux sofa mis à la disposition des clients histoire de m'y installer. La musique n'était pas trop forte elle donnait envie de se laisser aller, de se détendre, et c'est exactement ce que je fis tout en portant mon verre à mes lèvres. Finalement j'avais bien fait de venir ici, j'allais – du moins l'espace d'un moment – réussir à oublier cette histoire qui était de nature à me troubler l'esprit et à me torturer plus que je ne l'aurais désiré.

_________________

I'm afraid i got some bad news
« It's time to face the facts»
On the day I was born the nurses all gathered 'round and they gazed in wide wonder. At the joy they had found the head nurse spoke up said "leave this one alone" She could tell right away
That I was bad to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Mer 23 Juil - 19:43

Ce soir je suis en congé et comme bien souvent cela rime avec sortie de folie entre coloc. Après avoir passé une bonne heure à nous préparer Hazel et moi étions prêtes à sortir faire la fête. On a sorti le grand jeu, robe sexy, talon haut, maquillage, en ce moment Hazel va mieux et je lui ai promis une soirée inoubliable.  Comme d'habitude on a commencé à s'échauffer le foie au Fitzgerald, histoire d'embêter mes collègues de travail pendant mon jour de congés !

Après quelques bières et deux ou trois shooter de téquila paf, nous décidons de quitter le pub pour un endroit plus dansant. Je sens déjà les effets de l'alcool sur mon corps, léger engourdissement des muscles, envie de rire de tout et je passe mon temps à faire des câlins à Hazel.  Je peux d'ailleurs constater que ma résistance à l'alcool à nettement diminué depuis que je ne sors plus tous les soirs, en temps normal à cette heure-ci je viendrais à peine de finir ma première bouteille de vodka que j'aurais pris soin de faire passer à coup d'exta. Mais cette époque là est révolue, je ne dis pas que je suis désormais pure et sans reproche, mais disons que je sais faire la part des choses, je sors de temps en temps en faisant bien la fête mais en évitant de me retourner la tête a-t-elle point que trois jours après je ne sois toujours pas redescendu... il y a un temps pour tout, un pour faire la fête et un autre pour assurer son travail, ses études et ses relations amicales et familiales. C'est en apprenant à définir mes priorités que je suis enfin parvenue à valider ma licence de droit et à trouver ma voix, la réinsertion des criminels.

Je suis particulièrement fière du stage que j'ai effectué pendant mon cursus, je me suis jamais autant investie dans quoi que se soit. La meilleure expérience professionnelle de ma vie. Tout m'a plu le travail, l'équipe, l'ambiance. Les mauvaises langues vous diront que c'est surtout mon maître de stage qui m'a plu... Ce serait effectivement mentir de prétendre le contraire, en même temps qui peut résister à Mr Jefferson ? Je met au défi n'importe quelle fille digne de ce nom de se retrouver enfermée avec lui dans son bureau sans avoir à aucun moment d'idées derrière la tête... J'ai eu la chance de pouvoir l'observer pendant toute la durée de mon stage, il est passionné et se bat pour ses clients, forcément je ne peux qu'être admirative, j'espère réellement un jour donner autant de moi dans mon travail. Bien entendu lui ne voyait en moi que ça petite stagiaire, mais je sais qu'il a aimé mon travail, il m'en parle à chaque fois qu'il passe boire un verre au Fitzgerald ! Hazel se moque d'ailleurs souvent de moi par rapport à cette fascination que j'ai pour lui.

Mais ce soir on est entre filles et ça fait du bien de rire de tout et de rien, surtout avec ma crevette d'amour.

Nous nous décidons enfin à rentrer dans un bar qui se vend lounge, idéal pour boire un petit cocktail, nous passons devant le videur sans difficultés forcément deux nanas, et puis s'il veut que je continue à lui servir ses pintes de Carlsberg avec le sourire, il a plutôt intérêt à nous laisser passer !

La musique est sympa et il y a pas mal de monde, Hazel va nous réserver une petite place assise pendant que je vais prendre les commandes au bar. Je me faufile parmi la foule qui entoure le bar, je suis la pro pour ça, c'est bien pour cette raison que c'est toujours moi qui va commander.  

«  Deux luxures, s'il vous plait ! »

Un de mes cocktails favoris, Absinthe, Cointreau, purée de fruit rouges, jus de fraise, citron vert pressé et gingembre. Le genre de cocktail qui vous retourne la tête sans que vous vous en rendiez compte tellement il est bon. Mes deux verres en main je cherche du regard Hazel dans la salle. C'est alors que mon regard se pose sur Warren Jefferson, posé seul sur un des sofas. C'est trop beau pour être vrai. Et en plus il est juste magnifique. Je remarque malgré tout Hazel et court la rejoindre, elle semble en pleine discussion avec la table de garçon derrière la notre. Je l'arrache un instant à leur conversation.

« Monsieur Jefferson est là ! »

«  C'est pas vrai? Où ça ? »

« Ne regarde pas! Dis moi simplement qu'est ce que je fais ? »

« Quelle question ! Pour commencer tu me donnes mon verre et après tu ramènes tes fesses rapidement là bas, comme ça tu arrêteras peut être de me gonfler avec ton maître de stage ! »

Hazel avait raison, je lui rends son verre, m'arme de courage et croise les doigts pour que l'alcool dans min sang m'aide à trouver quelque chose à lui dire. Après tout ce n'est pas bien différent de toutes les fois où je l'ai vu au travail ou au Fitz. Je me dirige donc d'un pas faussement assuré vers lui. Il a l'air complètement perdu dans ses songes c'est parfait, au moins il ne me verra pas arriver.

« Bonsoir Monsieur Jefferson ! Comment allez-vous ? Je ne m'attendais pas à vous voir ici. »


J'attends sa réponse avec mon plus beau sourire, espérant que mon niveau d'alcoolémie passe inaperçu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Alone
Job : Avocat spécialisé en négocation contractuelle
Age : 32 ans
Célébrité : Channing Tatum
Age : 26
DC/TC : Aucun

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet:
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Jeu 31 Juil - 5:21

S'il y a bien un truc qui me caractérise c'est bien ma propension à adopter un profil bas et à mener mon existence , de manière pénarde, sans trop attirer l'attention … c'est en me comportant de cette façon que j'avais réussi à me faire une place aussi envié au sein de la profession mais de toute évidence j'avais commis un impair et cet erreur de jugement avait fini par m'attirer les foudres de certaines personnes. Bien sur le FBI avait fait en sorte de me protéger, moi et mes proches, le temps que ce truand Russe se retrouve derrière les barreaux mais je savais pertinemment qu'à partir de maintenant j'allais constamment devoir regarder par dessus mon épaule puisqu'une menace silencieuse - bien que subtile – se profilait dans l'ombre et attendait le moment propice afin de se manifester. Ajoutez à cette histoire le fait que je venais d'apprendre que l'état de mon cœur venait encore de dégénérer , que bientôt j'allais devoir me prêter à une délicate intervention chirurgicale , et vous comprendrez aisément qu'en ce moment c'est loin d'être la joie.

Cette histoire me semblait être une véritable torture, j'étais paniqué par les conséquences qu'elle pourrait avoir sur mon entourage dont Rose, et devant la détresse qu'elle m'inspirait je ne pouvais qu'éprouver un seul et ardent besoin : celui de m'envoyer quelques verres. C'est donc élégamment vêtu, fidèle à mon habitude, que je fis mon arrivée au lounge.

Verre de scotch à la main je souris à la serveuse, ainsi qu'aux quelques clients avec lesquels j'avais échangés des regards, et je finis par m'installer sur ce sofa plus que luxueux qui m'avait fait de l'oeil. Le regard rivé sur mon verre j'eus rapidement une pensée pour mon cardiologue alors que je me disais qu'il me ferait tout un sermon sur les effets nocifs que l'alcool pouvait avoir sur mon cœur mais ce soir je n'avais pas envie de me prendre la tête, non, tout ce qui comptait était justement que je m'affranchisse de mes soucis et l'alcool allait grandement m'y aider.

Totalement absorbé par mes pensées je ne portais que bien peu attention à ce qui pouvait bien se dérouler autour de moi et c'est alors que j'entendis une voix s'adressant à moi … une voix qui, d'une certaine façon, n'était pas sans m'être familière. Je me retournai afin de découvrir l'identité de mon interlocutrice et c'est alors que je me retrouvai nez à nez avec Valentina, cela faisait un bon moment que je n'avais pas eu le plaisir de la revoir, Dieu ce qu'elle pouvait être belle.

Bonsoir Valentina c'est un réel plaisir que de te revoir. Je lui souris laissant mes soucis se tasser dans sombre recoin de mon esprit afin d'accorder à la belle brune toute l'importance qu'elle méritait. Ça peut aller j'ai pas trop à me plaindre et toi? Je préférais lui retourner la question que de prendre le risque de m'avancer sur un terrain glissant, je n'ai jamais aimé parler de moi vous comprendrez qu'avec ce qui m'arrive ces derniers temps que je sois encore moins porter à m'ouvrir. Je dois avouer que je suis également surpris de te voir ici mais , bien sur, il s'agit là d'une bien agréable surprise.

Posant mon verre sur la table qui se trouvait devant le sofa je me levai afin de m'approcher de la jeune femme et je finis par l'embrasser sur la joue pour ensuite faire un pas vers l'arrière. Tu te joins à moi? Lui demandais-je tout en lui désignant le sofa d'un geste de la main.

_________________

I'm afraid i got some bad news
« It's time to face the facts»
On the day I was born the nurses all gathered 'round and they gazed in wide wonder. At the joy they had found the head nurse spoke up said "leave this one alone" She could tell right away
That I was bad to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Jeu 31 Juil - 13:27


Un réel plaisir de me voir, je rougis jusqu'aux oreilles. Je me déteste ! Le fantasme du maître de stage, je sais ça fait cliché, mais qu'est ce que j'y peux tout en lui me plaît et l'alcool ne m'aide pas vraiment à contrôler mes émotions. J'évite cordialement son regard clair, pour reprendre un peu mes esprits, il me sourit, je me sens fondre, on dirait une gamine de 15 ans, reprend-toi ! Je jette un rapide coup d’œil autour de moi histoire de reprendre un peu d'aplomb et de regarder discrètement où en était Hazel, je la vois me fixer discrètement du regard et reprend confiance.

« Ça peut aller j'ai pas trop à me plaindre et toi? »

Malgré sa réponse polie, je le sens soucieux. Sûrement un dossier qui lui donne du fil à retordre, il s'implique tellement dans chacune de ses affaires. Pour être franche, je connais peu de choses de sa vie personnelle, il a toujours mis à point d'honneur à séparer sa vie privé et sa vie professionnelle à mon grand damne car j'aurais bien aimé apprendre à le connaître un peu plus autour de la machine à café, j'aurais certainement eu plus de question à lui poser ce soir. Mais après tout, il n'est jamais trop tard !

« Extrêmement bien, je suis fin prête pour mon concours à la rentré ! »

Après avoir passé des mois entiers à réviser, je me sens enfin prête pour se fichu concours, qui m'ouvrira les portes du monde carcérale et de la réinsertion. Warren a toujours été très attentif à ma réussite scolaire. J'avoue que j'aime l'intérêt qu'il porte à mes études, mais je déplore l'aspect trop superficiel de la chose.

« Je dois avouer que je suis également surpris de te voir ici mais , bien sur, il s'agit là d'une bien agréable surprise. »

Je lui souris, il n'imagine pas à quel point c'est réciproque...

« J'espère bien ! Et je vous retourne le compliment, ma soirée commençait à devenir ennuyeuse. »

Jusqu'à présent ma soirée n'a rien de particulièrement ennuyeux bien au contraire, je me suis bien amusée avec Hazel, mais là il s'agit de Monsieur Jefferson, le reste me paraissait désormais bien fade. Et de toute manière, elle semble s'amuser elle aussi, et je sais très bien qu'elle me tuerait sur place, si je ne trouvais pas tous les prétextes du monde pour m'asseoir ne serait-ce qu'un instant à sa table. J'ai tellement parler à Hazel de Warren et elle me connaît bien, si je laisse passer une telle occasion, je vais m'en vouloir pendant des mois et bien sûr, c'est elle, ma colocataire qui va en faire les frais avec mes jérémiades.

Warren se lève et embrasse ma joue, je suis aux anges, mais par chance cette fois-ci je ne rougis pas comme une pivoine. Il est particulièrement élégant ce soir avec sa chemise et son veston, cela met parfaitement en valeur son torse contre lequel je rêve de me blottir.

« Tu te joins à moi? »

Yes ! Pas besoin de chercher plus d'excuses pour passer un peu de temps avec lui, je prends tout de même le temps d'une légère hésitation, je ne tiens pas à faire plus groupie que je ne le suis déjà. Je regarde à nouveau autour de nous, vérifiant au passage que Warren n'est pas venu accompagné. Visiblement non.

« Bien sûr avec plaisir. »

Je m'installe sur le sofa prêt de lui et voilà que j'ai à nouveau l'impression d'être une gamine, il m'impressionne tellement. Je me sens ridicule à côté de lui, sans compter que j'ai rarement été si proche de lui, la plupart du temps nous étions séparé par son bureau ou alors par le bar du Fitzgerald quand il passe prendre de mes nouvelles. Alors que là, je suis si proche de lui qu'il suffit que je bouge ma cuisse d'une centimètre pour être collé à lui. Je me ressaisis à nouveau, ma petite Val profite de l'instant ! Tu es de toute manière suffisamment alcoolisée pour faire abstraction de tous ces blocages !

Je pose mon verre en face de moi avant de fixer Warren un instant, il m'a l'air légèrement moins sûr de lui qu'en temps normal, j'ai du le déranger en pleine réflexion. Qu'à cela ne tienne j'ai bien l'intention de lui changer les idées.

«  Vous vous avez besoin d'un remontant ! »

Je n'ai pas besoin de regarder le contenu de son verre, je prends sa commande à chaque fois qu'il vient au Fitz, c'est un adepte du scotch. Je me lève et fini mon verre d'une traite, avant de chercher du regard Jarred, un des serveurs que je connais bien. Avec Jarred nous partageons un jeu de barman, quand je viens dans son bar, je me fais payer des verres et quand il vient au Ftiz je lui rends la pareille. Je me souviens d'ailleurs qu'il me doit une tournée, c'est le moment où jamais ! Le voilà justement qui se balade son plateau à la main, je me dirige vers lui m'éloignant à regret de mon cher Monsieur Jefferson.

«  Jarred, je viens réclamer mon dû ! »

« Tient Val qu'est ce qu'il te faudra ? »

« Une bouteille de scotch et deux shooters d'absinthe, s'il te plait. »

«  Rien que ça !?  Je te pose ça à la table d'Hazel ?»

« Non, à cette table là. » rectifiai-je en lui montrant la table de Warren.

« Bien, je vous amène ça ! »

Alors que je retournais à toute hâte à notre table, j’aperçois une demoiselle s'approcher de Warren. Celle-là est bien trop court vêtu pour je la laisse s'approcher comme ça ! Je me dépêche de récupérer ma place à côté de Warren.

« Le remontant arrive ! » lançai-je fièrement avant de lancer à la pimbêche un regard universel connu de toutes les femmes, sourcil légèrement froncé, visage légèrement incliné et regard noir qui cherche à dire « tu le touches, je te bouffe ! ». J'ai du être convaincante car je la vois déjà faire demi tour et avec un peu de chance Warren ne s'est rendu compte de rien. D'un air totalement naturel, je me retourne vers lui.

« Qu'est ce qui vous amène si loin de votre bureau ? »

J'attends impatiemment sa réponse, m'attardant sur chaque trait de son adorable visage. Jarred vient alors déposer notre bouteille et nos deux shooters. Il n'a pas fait les choses à moitié on a même le droit à la bougie crépitante dans le sceau à glaçon. Pour ma part je n'ai d'yeux que pour Warren. L'avantage avec une bouteille, c'est qu'aucun homme poli, n'oserait abandonner la demoiselle qui vient de vous payer la dite bouteille, avant qu'elle soit finie, j'ai donc quelques minutes devant moi pour profiter de lui.

« A la vôtre ! »

Je prends mon shooter et lui tend le sien, la soirée promet d'être sympa, j'en suis convaincue.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Alone
Job : Avocat spécialisé en négocation contractuelle
Age : 32 ans
Célébrité : Channing Tatum
Age : 26
DC/TC : Aucun

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet:
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Mer 6 Aoû - 19:51

Évidemment j'avais plus que ma large part de soucis en tête, je ne parvenais plus à songer à autre chose que ce qui pouvait m'attendre si mon état de santé ne s'améliorait pas et c'est afin de faire taire ce questionnement plus qu'insupportable que j'en étais venu à décider de m'offrir quelques verres. J'étais plus que soucieux et puis je décidai de tenter d'ignorer ce qui était de nature à me tourmenter lorsque je me trouvai en compagnie de Valentina. Je lui souris lorsqu'elle me signala qu'elle était fin prête pour le concours qui l'attendait à la rentrée.

Je suis persuadé que tu sauras tout rafler mais si tu avais besoin d'une lettre de recommandation n'hésite pas il me ferait énormément plaisir de te donner un léger coup de pouce.

Ce n'est pas que je ne trouvais pas la jeune femme attirante, bien au contraire, c'est tout simplement qu'avec mon état de santé je ne voulais pas que l'on s'intéresse à moi pour les mauvaises raisons donc , plutôt que d'avoir l'impression de devenir un poids pour les gens de mon entourage, j'avais préféré me montrer distant ne m'ouvrant que très peu aux autres mais cela ne signifiait pas que je ne les appréciais pas... c'était simplement une façon de les protéger contre une éventuelle tristesse le jour ou je devrai accepter que ma route arrive à son terme.

Je lui souris lorsqu'elle me fit comprendre que mon invitation lui plaisait, je l'étais d'autant plus lorsqu'elle me dit qu'elle commençait à s'ennuyer, pourtant une jeune femme aussi jolie qu'elle devait bien se faire courtiser mais bon j'avais préféré ne pas m'aventurer sur cette avenue après tout il était vrai que cela ne me concernait pas.

La savoir aussi proche de moi n'était pas sans éveiller en moi un certain désir que je ne pouvais que peiner à refouler, sa cuisse ne se trouvant qu'à quelques millimètres de la mienne, la regardant alors que son regard semblait interpeller le mien je ne pouvais que sentir mes sens défaillir lorsque son parfum vint titiller mes sens et c'est alors qu'elle me demanda si j'avais besoin d'un remontant. In extremis je venais de me faire sauver par la cloche tel un boxeur au tapis. Il est vrai que je n'étais pas totalement à l'aise bien que je tentais de me montrer à la hauteur en préservant les apparences.

Le sourire que je lui fit semblait lui avoir suffit en tant que réponse puisqu'elle n'attendit pas que je le lui confirme verbalement, il faut dire qu'elle avait conclu qu'un verre ne serait pas de refus compte tenu que le mien était vide. Elle avait bien présumée. Je la regardai donc s'éloigner afin d'aller à la rencontre du serveur et puis je tentai de regarder ailleurs afin qu'elle n'en vienne pas à penser que je l'observe et c'est alors que je me fis aborder à une jeune femme à qui je ne tardai pas à faire comprendre mon total désintérêt la concernant et je soupirai tout en attendant le retour de Valentina.

Merci, c'est gentil.

Je n'avais rien vu du regard échangé entre Valentina et l'autre pouffe, tellement je pouvais être absorbé, et c'est alors que je l'entendis me demander ce qui pouvait m'emmener aussi loin de mon bureau. Question des plus pertinente s'il en est une.

Une folle envie de me changer les idées, de noyer ces soucis qui me hante sous une mer d'alcool. Et toi qu'est-ce qui t'a poussé à venir ici? Je tente de lui sourire du mieux qu'il m'est possible de le faire et je souris ensuite en direction du serveur qui nous apporta la bouteille. Et bien tu fais pas les choses à moitié.

Je souris de nouveau en direction de la jeune femme et je pris mon verre. À la tienne. Lui dis-je avant de le porter à mon verre et de le vider cul sec laissant son contenu glisser contre les parois de mon oesohage.

_________________

I'm afraid i got some bad news
« It's time to face the facts»
On the day I was born the nurses all gathered 'round and they gazed in wide wonder. At the joy they had found the head nurse spoke up said "leave this one alone" She could tell right away
That I was bad to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Ven 8 Aoû - 14:45


Je tente désespérément de ne rien laissé paraître mais je commence à sentir fortement les effets de l'alcool que j'ai siroté depuis le début de la soirée. Comme pour soigner le mal par le mal, je finis d'une traite mon cocktail à l’absinthe, pourtant ce soir je ne vois pas la fée verte, je vois uniquement Warren. J'en oublie presque la présence de ma coloc quelques sièges plus loin, ainsi que celle de tous les autres clients du bar. L'alcool réduit votre concentration et pour ne pas paraître trop distraite il me faut ne me consacrer qu'à une chose, ce soir mon choix est fait, ça sera Monsieur Jefferson...
Une lettre de recommandation de mon maître de stage, voilà qui serait du plus bel effet pour accompagner mon cv. Je lui offre mon plus beau sourire.

« Merci beaucoup, ça serait adorable, mais j'espère que votre lettre sera à la hauteur du travail que j'ai fourni chez vous ! »

Je ne peux m'empêcher d'en rajouter et de le taquiner, après tout nous sommes en dehors du cadre professionnel, autant en profiter. Quand je lui demande ce qui l'amène ici il me répond qu'il a une folle envie de se changer les idées, je lui souris avant de l'entendre me dire qu'il a une myriade de soucis à évacuer. Je suis d'un naturel plutôt curieuse et surtout mon côté hypersensible me permet de reconnaître un sourire de façade entre mille. Je suis donc tenter de lui poser plus de questions, mais malgré mon niveau d'alcoolémie, je me résonne rapidement. S'il est là pour oublier, ce n'est certainement pas pour se confier à une stagiaire qu'il connaît à peine, quoique quelque fois il est plus facile de se confier à des gens moins proche de nous. Je me contente donc de retenir l'information principale, il est là pour se changer les idées, plus tard dans la soirée, s'il en a envie ou plutôt si l'alcool le pousse à me confier certaine chose, je serais ravie de lui prêter une oreille attentive.

« Dans ce cas vous êtes entre de bonnes mains, je suis encore plus douer pour aider les autres à se changer les idées, que pour le classement de fichier, je vous assure ! »

Le classement des fichiers était certainement la seule et unique tâche qui avait pu me barber pendant mon stage. Bien évidemment étant donné que c'était pour lui, je m'appliquais à le faire et avec le sourire s'il vous plaît. Par chance Mr Jefferson est un maître de stage extra. Il m'a confié des tâches très intéressante et je ne me suis pas contenter de faire des photocopies et de lui ramener son café, même si j'adorais lui ramener son café dans son bureau.

Ce que je viens faire ici, je ne le sais même plus, j'ai l'impression que cette soirée a été faite pour que je la passe avec Warren. Je prends un instant pour répondre.

« Je suis venue faire la fête avec une amie. »

Je cherche Hazel du regard et la vois toujours à notre table avec un groupe de personne se dandinant sur un des fauteuils. Je ris et la montre du doigt.

« C'est ma coloc, mais elle a l'air en charmante compagnie, et puis elle m'en voudrait de vous laisser seul, je lui ais tellement parler de vous pendant mon stage. »

Et même après d'ailleurs... je n'arrête pas de parler de lui, mais je ne suis pas encore suffisamment alcoolisée pour être si sincère. Je n'en reviens pas, je suis assise autour d'une bouteille de scotch avec Warren, dans un des bars branchés de la ville. Cette fois je ne me lève plus, en tout cas pas sans lui, hors de question de laisser l'opportunité à une autre femme de prendre ma place ! Comme je vous l'ai dit je n'ai jamais été si proche physiquement de mon maître de stage, mais ce qui m'étonne le plus c'est que non seulement pour une fois j'arrive à la regarder droit dans les yeux (merci à la téquila..) mais surtout il soutient mon regard. Et ça je vous assure que c'est perturbant. Warren est un homme à la carrure imposante, il a du charisme et dégage une image assez froide d'intouchable, avec sa mâchoire carré qui me fait tant craquer. Pourtant j'ai toujours décelé dans ses jolis yeux bleus quelque chose de doux et fragile. Bref vous l'aurez compris son regard me déstabilise.

Il a l'air étonné de voir la bouteille arriver. Je relève le menton fière de moi.

« Et non je ne fais jamais les choses à moitié, comme vous ! »

Warren est tellement impliqué dans son travail, il s'y donne corps et âme, c'est d'ailleurs pour cela que j'ai été étonnée de le trouver ici. Je nous sers deux verres, nous trinquons et il l'engloutit d'une traite alors que j'y ai à peine trempé les lèvres. Je ne m'attendais pas à cela et éclate de rire.

«  C'est bien ce que je disais vous ne faites pas les choses à moitié ! »

Il a visiblement très envie de se changer les idées. Je me décide alors à le suivre et engloutis également mon verre cul-sec. Voilà qui me change des mes cocktails et de mes shooters multicolors ! Je grimace légèrement au début mais finalement le goût qu'il me laisse en bouche est agréable. Je nous ressers deux verres, prenant bien soin de remplir plus le sien que le mien – bah quoi j'ai de l'avance moi! - On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs, comme on ne se change pas les idées en buvant de l'eau ! C'est bien connu.

« Alors dîtes moi, que faites vous en temps normal pour vous changer les idées ? »

J'ai énormément de mal à imaginer monsieur Jefferson faire la fête ici, je décide donc de m'informer un peu plus.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Alone
Job : Avocat spécialisé en négocation contractuelle
Age : 32 ans
Célébrité : Channing Tatum
Age : 26
DC/TC : Aucun

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet:
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Lun 11 Aoû - 17:15

Le fait de rencontrer Valentina dans des circonstances qui étaient loin d'être propice à de sains rapports professionnel, ajouté à une forte consommation d'alcool, ne pouvait que s'avérer plus que troublant. Histoire d'oublier ce qui me troublait , et me perturbait, je finis par proposer à la jeune femme de lui rédiger une lettre de recommandation afin de lui donner un coup de pouce histoire de l'aider à se démarquer des autres candidats et candidates pour ce concours … après tout elle le méritait amplement. Ce sourire qu'elle me fit, plus qu'irrésistible, m'avait manqué si bien que je n'avais pas su résister à la folle envie de m'y abandonner … du moins l'espace d'un bref instant.

Mais de rien c'est tout naturel et puis si je peux t'aider en usant de mon influence alors pourquoi ne pas tenter le coup. Je lui fis un sourire en coin. Crois-moi avec les mots que je vais employer afin de vanter tes mérites les recruteurs ne pourront pas passer à côté de ta candidature.

J'ai toujours été d'une nature distante, me confier aux gens n'a jamais été dans ma nature, d'ailleurs ce trait de caractère contribua au fait que pour bien des gens je sois perçu comme étant de glace. Tout le monde avait droit à son opinion après tout. Baissant ma garde, puisque je me sentais en confiance en sa compagnie, je finis par lui dire que j'étais venu en ces lieux dans le but bien avoué de pouvoir me changer les idées et c'est alors qu'elle me balança que je tombais à point nommé puisqu'il s'agissait là de l'un de ses nombreux talents.

Je suis un sacré veinard alors. Bien sur c'était de l'humour, d'ailleurs le large sourire qui se dessinait sur mes lèvres alors que je la regardais ne pouvait que l'illustrer parfaitement.

N'aimant pas trop les monologues qui ne tournent qu'autour de moi je finis par lui retourner la question histoire de lui démontrer un peu d'intérêt il faut dire que la jeune femme n'en était pas dénuée après tout.

D'accord et tu l'as abandonnée afin de venir à ma rencontre? Bien sur j'étais flatté mais néanmoins je me demandais comment l'amie en question allait prendre le tout. Lorsqu'elle m'identifia son amie, en me la désignant du bout du doigt, je ne pus que sourire en la voyant en bonne compagnie. En effet elle ne semble pas s'ennuyer. Je lui souris en coin lorsqu'elle fini par m'avouer avoir parlé de moi à son amie. En bien ou en mal? Bien sur c'était avant tout pour la taquiner que je lui posais cette question.

Les yeux sont le miroir de l'âme, du moins c'est une théorie à laquelle j'ai toujours adhéré, c'est probablement ce qui me poussait à ne pas quitter son regard et puis je dois l'admettre elle avait de ces yeux … ils étaient si éblouissants que je me refusais de m'en détacher. La jeune femme possédait ce genre de courbes qui ne laisseraient aucun homme insensible mais plus que tout c'est l'éclat de son sourire qui ne me laissait pas de marbre si bien que je lui souris à mon tour alors que la bouteille finit par se retrouver sur la table.

C'est ce que je constate. Le regardant le sourire aux lèvres je ne pus que constater qu'elle était de celles qui se donnaient pleinement lorsque venait le temps de faire les choses, d'ailleurs sur ce point nous nous ressemblions étrangement. Attrapant mon verre j'en bu le contenu d'un seul trait et c'est alors que je souris à sa remarque. J'ai toujours été de ceux qui mènent leur vie l'accélérateur au plancher mais ça tu as été aux premières loges pour le constater. Je lui fis un léger sourire en coin tout en me servant un autre verre et c'est alors qu'elle reprit la parole afin de meubler notre discussion.

Et bien je peux faire un tas de trucs comme allez assister à un combat de boxe, en fait ça ressemble étrangement à un duel entre avocats sauf qu'au lieu de se balancer des arguments l'affrontement se fait à grands coups de poings sur la gueule, ensuite j'aime bien aller regarder un film ou assister à un concert rock mais ce soir , va savoir pourquoi, je ressentais la folle envie de me souler.

Je n'avais pas trop envie de m'ouvrir sur mes soucis de santé c'est pourquoi je demeurai secret sur ce qui me motivait à vouloir me tuer à petit feu et puis, de toute façon, ce n'est pas comme si cela l'intéressait réellement.

_________________

I'm afraid i got some bad news
« It's time to face the facts»
On the day I was born the nurses all gathered 'round and they gazed in wide wonder. At the joy they had found the head nurse spoke up said "leave this one alone" She could tell right away
That I was bad to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Lun 18 Aoû - 21:59


Le fait que Warren reconnaisse mes mérites est pour moi la meilleure des récompenses. J'avais fait de mon mieux c'est clair, mais quand un mec comme lui vous félicite c'est d'autant plus appréciable, cela me conforte dans le fait que je suis faite pour ce milieu. Sortir les gens de la galère, me battre pour eux, c'est dans mes gènes ! Lors de mon stage j'ai eu tout le loisir de constater l'influence de Warren dans le milieu. Le plus souvent quand je passais des coups de téléphone pour lui, j'avais l'impression que les gens ne me prenait pas au sérieux avant que je prononce son nom. Et chacune de ses interventions débloquaient des situations parfois inextricables. Pas de doute une lettre de recommandation signée Mr Jefferson est un sacré coup de pouce.

J'aime beaucoup parler boulot avec lui, mais ce soir j'ai totalement autre chose en tête, et j'avoue faire en sorte de mener la conversation loin des contrés juridiques. Je suis donc plus que ravie de le voir entrer dans mon jeu et me taquiner alors que je lui confie qu'il est entre de bonnes mains. Sacré veinard, je pense que c'est surtout moi la veinarde. D'autant plus qu'il me lance un sourire à faire pâlir une tomate. À croire qu'il cherche à me rendre encore plus accro que je ne le suis déjà... Attention Mr Jefferson, je vais finir par vous sauter dessus ! La conversation dévie ensuite sur ma coloc, parfait voilà qui me permet de reprendre mes esprits !

« Je ne l'ai pas vraiment abandonné, disons qu'elle était contente de rester là bas et moi de partir ! »

Je ne peux m'empêcher de rire en voyant Hazel faire son show de l'autre côté du bar. En temps normal je serais certainement à ses côtés à faire la belle, s'amusant de l'intérêt de garçons dont on se moque. C'est amusant et j'adore ça au moins autant que ma crevette d'amour, mais ce soir j'ai beaucoup mieux à faire.

« En général on s'ennuie rarement toutes les deux. »

Je ne peux m'empêcher de rougir comme une pivoine quand il me demande si je parle de lui en bien ou en mal. En même temps je me sens un peu cruche d'avoir lâché comme ça que je parlais si souvent de lui à la coloc... En même il y a un dicton qui assimile l'alcool à un sérum de vérité, je ne peux que confirmer, il faut néanmoins que je fasse en sorte de peser un peu plus mes mots... Avec un peu de chance, l'ambiance plutôt sombre du bar et les jeux de lumières permettront à mon teint cramoisie de passer inaperçu. Si je lui réponds que oui, je passe pour une lèche botte, si je lui réponds non, il s'agira au mieux d'une blague pourrie et au pire d'un mensonge. Je tente de reprendre un peu d'aplomb et lui répond.

« ça c'est un secret de coloc que je ne peux briser ! Mais vous devez bien vous douter de ce que je pouvais dire de vous ? »

Parfaite réponse de lâche, je retourne la situation l'air de rien, tentant de camoufler la supercherie par un sourire taquin. À chaque fois que je fixe son regard je me rapproche un peu plus de lui, je vous assure que je ne le fais même pas exprès, c'est plus fort que moi, avec des yeux pareil en même temps que voulez-vous faire ? Une fois de plus je suis sauvée par l'arrivé de la bouteille. Et alors que je venais de me promettre de ralentir un peu le rythme voilà, que je m'enfile deux verres quasiment cul sec ! Je commence à sentir mes repères se flouter et mon environnement vasciller autour de moi, j'adore ça.

« Effectivement j'ai été au première loge pour constater tout ça, et ça force le respect, je vous assure ! »

J'écoute avec attention la liste des choses qu'il a pour habitude de faire. Boxe, intéressant, cinéma, j'adore ça,  et en plus je respire rock, je nous imagine déjà nous déchaînant dans une salle blindée sentant la sueur et la bière au rythme de son explosif. Je constate néanmoins que boire des verres dans un bar lounge ne semble pas faire parti de ses habitudes. Raison de plus pour en profiter.

«  Il faut absolument que vous m'emmeniez assister à un match de boxe, j'en ai jamais eu l'opportunité mais je suis certaine que j'adorerais ! En ce qui concerne le rock, je vous suis totalement, rien de mieux pour lâcher la pression. Si je peux me permettre un conseil, la moto c'est magique pour ça également. »

Je me tourne face à lui et lui tend la main avant d'ajouter :

« D'ailleurs si vous m'emmenez à la boxe, je vous promets de vous offrir un tour de moto mémorable ! Marché conclu ?»

En général quand je commence à proposer des tours en moto, c'est qu'il y a manifestement quelques verres de trop. Ces promesses de bar sont le plus souvent des promesses qui ne sont jamais tenues, mais avec lui, j'espère tout le contraire.

« Alors comme ça vous avez la folle envie de vous soûler ? »

Nos verres sont vides, je m'empresse de remplir à nouveau le sien et me contente d'un fond de verre pour le mien. Celui là j'ai l'intention de le faire durer un peu, sinon je m'en remettrais pas. Le temps passe, malheureusement trop vite à mon goût, la musique devient un peu plus dynamique, j'en reconnais une qui nous fait toujours devenir folle avec ma coloc, je regarde de son côté et la voit danser entouré par le petit groupe. Je me retourne vers Warren et ne peut m'empêcher de rire en l'imaginant danser. Voilà une image bien loin de la rigueur à laquelle il m'a toujours habitué. J'attends bien sagement qu'il ait fini son verre. Je trempe mes lèvres dans mon verre et me penche vers lui, m'accrochant fermement à son épaule par peur d'être déséquilibrée, je lui murmure à l'oreille.

« Laissez vous faire... »

Je lui lance un regard malicieux, glisse ma main dans la sienne et nous nous éloignons de quelques pas de la table. Je me surprends par mon audace. Le fait de me lever, ne fait que me rappeler le nombre de verre que j'ai englouti. Pour contrer les effets de l'alcool, je secoue mes cheveux sur le rythme de la musique et commence à danser, j'entends la voix de ma coloc beugler quelque chose que je ne comprends pas à cause du bruit, je me retourne ensuite vers Warren. Je m'attends à le voir mal à l'aise.

« C'est pas du rock, je vous l'accorde mais il faut imaginer, et vous verrez ça fait du bien ! »

La soirée prend décidément une tournure bien inattendue, ce qui n'est pas pour me déplaire, me voilà en train de danser alcoolisé avec mon maître de stage, moi qui avait tant rêver d'un moment  avec lui hors du bureau ou du Fitz...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Alone
Job : Avocat spécialisé en négocation contractuelle
Age : 32 ans
Célébrité : Channing Tatum
Age : 26
DC/TC : Aucun

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet:
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Ven 22 Aoû - 16:50

Il aurait été plus que malhonnête de ma part de ma reconnaître les mérites de la jeune femme vu son implication lors de son stage, alors si je pouvais lui donner un léger coup de pouce en rédigeant une lettre vantant ses mérites alors je comptais bien le faire … elle le méritait bien après tout. Rarement avais-je dénoté tant de professionnalisme chez une stagiaire et pourtant Dieu sait que j'en ai vu des stagiaires défiler au sein du cabinet.

Ne vous méprenez pas j'aime mon travail, je dirais même que je l'adore, néanmoins il m'arrive par moment de ressentir cette envie totalement folle de décrocher histoire de me changer les idées et ce soir c'est exactement ce dont j'avais envie. Souriant à la jeune femme je ne pouvais qu'apprécier le fait qu'elle évite de m'entretenir de diverses questions juridiques. La belle brune avait ce petit je ne sais quoi dans le regard qui lui contribuait à la rendre unique à mes yeux … continuant de lui sourire je l'entretins de sa colocataire et sa réponse ne fut pas sans accrocher un large sourire à mes lèvres.

Donc elle ne risque pas de m'en vouloir?

Regardant un moment en direction de l'amie de Valentina je ne pus que rigoler de la voir agir, il faut dire que c'était amusant de voir son comportement et puis je portai à nouveau mon attention sur la charmante jeune femme qui me tenait compagnie. Le simple fait de voir ce regard que certains mecs posaient sur moi ne pouvaient que me faire réaliser à quel point j'étais un privilégié.

Je n'en doute pas. Lui dis-je tout en continuant de lui sourire laissant même mon regard se laisser absorbé par le sien.

Bien sur je senti ma curiosité piqué au vif lorsqu'elle me dit qu'elle parlait de moi avec sa colocataire si bien que je finis par lui demander si le tout se voulait en bien ou en mal. Curiosité quand tu nous tiens. Cette façon qu'elle avait de répondre à ma question, sans toutefois y répondre réellement, ne put que me faire sourire.

En effet il y a de ces secrets qui sont inviolables.

Nos regards se fondant l'un dans l'autre je la vis se rapprocher de moi sans y opposer la moindre résistance, la contemplant d'un regard que d'aucun n'hésiterais à qualifier de complice, je la vis enfiler les verres au même rythme que je pouvais bien le faire … à ce rythme on allait rapidement se trouver ko il fallait ralentir le rythme.

Un respect plus que mutuel je te l'assure.

Discutant de choses et d'autres la séduisante jeune femme finit par me demander de lui parler de ce qui me passionnait, je n'hésitai donc pas à lui faire part de ces quelques activités qui avaient la cote chez moi et je ne pus que remarquer l'enthousiasme qui l'habitait. La voir , le regard pétillant, alors qu'elle me faisait comprendre qu'elle aimerait bien m'accompagner dans ce genre de soirée ne pouvait que me faire sourire … après tout il était rare que l'on m'accordait autant d'intérêt.

J'en serais plus que ravi, d'ailleurs j'ai des tickets pour le prochain chocs de poids lourds je serais ravi de m'y rendre en si agréable compagnie. Ouais ce genre de musique est parfaite pour évacuer la pression. Je lui souris de nouveau lorsqu'elle me parla de moto. J'en prends bonne note, un de ces jours je tenterai l'aventure.

La voyant se tourner vers moi, histoire de me faire face, je ne pus que me laisser troubler par ce regard qu'elle avait et qui était loin de me laisser indifférent. Souriant à sa proposition je lui pris la main afin de lui faire comprendre que nous avions un accord.

Marché conclu.

Je commençais à être bourré sinon jamais je n'aurais accepté une telle proposition, j'ai toujours eu peur des balades en moto donc mon acceptation se voulait une preuve de mon irrationalité.

Une folle envie de me changer les idées en grands coups de verres de scotch … mais déjà c'est bien parti.

La regardant me servir un autre verre j'étais là me perdant dans son regard et je portai mon verre à mes lèvres sans trop réfléchir aux conséquences de cette soirée qui ne faisait que débuter et c'est alors que je ressentis un énorme frisson au contact de sa main contre mon épaule. Lui caressant la hanche du bout des doigts, en toute innocence, je ne pus que frémir de désir à l'écho de cette sonorité plus que sensuelle émanant de sa voix. Hypnotisé par son regard et envoûté par sa voix, sans doute également enivré par la douceur de son parfum, je finis par me lever afin de lui prendre la main histoire de la suivre alors qu'elle me guida en direction de la piste de danse. Cela me faisait étrange de me retrouver dans une telle situation après tout je n'avais pas trop l'habitude de me retrouver sur un plancher de danse, le spectacle c'est dans un tribunal que je le donnais … là je me retrouvais hors de mon élément mais néanmoins je finis par me laisser guider par le rythme.

C'est très bien même si c'est pas du rock.

Si un jour quelqu'un m'avait dit que je finirais bourré sur une piste de danse entrain de danser avec la jolie Miss Griffin jamais je ne l'aurais cru, après tout je suis loin d'être un bon danseur, mais je dois tout de même avouer que cette soirée prenait une tournure tout aussi inattendue qu'agréable … il me tardait de voir comment le tout allait évoluer.

_________________

I'm afraid i got some bad news
« It's time to face the facts»
On the day I was born the nurses all gathered 'round and they gazed in wide wonder. At the joy they had found the head nurse spoke up said "leave this one alone" She could tell right away
That I was bad to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Ven 22 Aoû - 22:02



Non, c'est une certitude Hazel n'en voudra pas à Warren. À moi c'est une autre histoire, si je laisse passer ma chance. Je la vois d'ici me hurler dessus « Mais qu'est ce que tu attends ? Depuis le temps que tu le veux pour toit toute seule une soirée ! Bouge toi les fesse ! » Oui mais bon, il est impressionnant quand même... J'ai déjà réussi à lui payer non pas un verre mais une bouteille. Imparfaite et fofolle Valentina a la chance de partager ce moment avec Mister Jefferson ! Il me respecte, je le respecte, c'est à n'en plus finir, ça serait finalement peut être plus simple si c'était un inconnu, mais me fascinerait-il autant si je ne le connaissais pas ?

Un match de boxe avec Warren, voilà qui pourrait être intéressant, j'ai toujours adoré tenter de nouvelles expériences. La boxe, le golf, le poker, la valse, le football américain, le saut en parachute, je suis ouverte à tout. D'autant plus aux côtés de Warren.

« Poids lourds en plus, voilà qui promet un sacré spectacle ! »

Il y a tant de choses qui passent dans chacun de nos regards s'en est troublant, et ce n'est pas que l'alcool je vous assure, il a des yeux et un regard simplement magnifique. Face à lui, c'en est plus criant. Nos mains se serrent autour d'un marché peu crédible, mais j'adore sentir sa main autour de la mienne toute fine et toute petite. Moi aussi je veux me sentir toute fine et toute petite dans ses bras... Je le sens néanmoins plus fébrile, comme si l'alcool commençait également à avoir raison de lui. Il enchaîne également les verres sur un bon rythme, sans compter que je lui sers des verres toujours plus gros que les miens. J'ai toujours du mal à me rendre compte qu'un homme aussi, à force d'alcool, et malgré ce qu'ils essayent toujours de nous faire croire, ressent tôt ou tard les effets de sa consommation.

Alors que je me penche vers lui pour l'attirer sur la piste de danse, je sens ses doigts frôler simplement mes hanches. Ma réaction ne se fait pas attendre, un frisson me parcourt l'échine. Il faut pas qu'il me refasse cela trop souvent, ce simple contact me donne une folle envie de l'embrasser. De passer ma main autour de sa nuque, de caresser ses lèvres, de me perdre définitivement dans son regard. Je me maîtrise néanmoins, un tel contrôle de ma part, m'étonne surtout au vue du nombre de verres enquillés et du pouvoir de séduction de Warren.

Nous nous en allons donc vers la piste de danse. Je ne veux pas lâcher sa main mais m'y résout pourtant. Mettre un peu de distance entre nous, voilà qui va me faire du bien ! Malgré l'aspect plus qu'incongru que prenait la soirée, Warren semblait pourtant assez à l'aise, chose étonnante, lui qui était plus habitué aux salles d'audiences qu'aux pistes de danse. Il s'en sortait pourtant très bien même sur de la musique électro.

Alors que je me revois penser il y a encore trente seconde que m'éloigner physiquement de lui allait me faire du bien, je n'ai déjà qu'une envie y retourner... il y a définitivement quelque chose qui ne va pas chez moi. Je ne sais pas ce que je veux c'est clair. Mon fantasme est face à moi et pour une fois qu'il me semble à porter de main, je bloque. Pourtant j'ai l'impression qu'il se passe quelque chose, j'ai l'impression que si je m'approche de lui, il ne me rembarrera pas. Mais s'il le fait ? Ou pire s'il ne le fait pas mais que je perds mon fantasme ? Comme dirait ma grand-mère, « ma chérie tu te poses beaucoup trop de questions », elle me dirait également « ma chérie, il est beaucoup trop vieux pour toi, c'est un homme alors que tu es mon bébé ! ». Ma famille n'a jamais accepté que je grandisse, pour eux, je resterais une petite fille jusqu'à la fin de mes jours, alors c'est sur qu'à côté d'un homme comme Warren, je dois faire tâche ! Étrange de se référer à sa grand-mère en pareil moment...


Je tente de me concentrer plus sur la musique que sur le corps parfait de mon partenaire. Je lutte contre moi-même pour ne pas me rapprocher trop de lui et paraître inconvenante, mais que voulez-vous, l'alcool brouille mon équilibre et mes repères et je me sens comme attirée par lui... Seulement voilà à danser si éloignée de lui, je prends le risque qu'une greluche se colle à lui et je sens déjà quelques hommes danser derrière moi d'un peu trop près. Comme toute femme qui se respecte je me sers de cette excuse pour me rapprocher finalement de Warren. Que celle qui ne l'a jamais fait me jette la première pierre ! Grand et beau Warren protège moi des garçons relous... je suis tout contre lui et je me sens mieux que nul part ailleurs, mes mains sont le long de mon corps, j'ose à peine les bouger. Je me laisser bercer un instant par la musique mais le malaise ainsi créé me fait rire, idiote... j'attrape son avant bras et me recule d'un petit pas.

« Vous êtes plutôt bon danseur ! »

Cruel paradoxe, c'est bien la première fois que je vouvoie un homme dans de pareilles circonstances. Homme dont je n'arrive même plus à affronter le regard par peur de déraper. Je me laisse aller en dansant, je suis moins déchaînée qu'en temps normal, trop occupée à regarder Warren. Je laisse ma main glisser le long de son bras pour finir par réattraper sa main. Je lève enfin la tête et croise son regard dont je ne parviens pas à me détacher. Tout en le fixant, je me rapproche doucement de lui. Nous sommes tellement proche que je sens sa cage thoracique s'ouvrir à chacune de ses inspirations. Je me hisse alors sur la pointe des pieds et dépose un petit baiser sur ses lèvres qui m'obsédaient depuis le début de la soirée. Contact bref mais magique, pourtant je m'en veux déjà, je reste immobile.

« Je suis désolé... »

Par chance je suis encore suffisamment proche de lui pour pouvoir lui parler sans hurler. À peine j'ai prononcé ces mots que son odeur vient me chatouiller les narines. Je prend une profonde inspiration, parfum envoûtant. Et je n'ai déjà qu'une envie recommencer. Avant de lui laisser le temps de s'écarter de moi, je caresse sa joue et l'attire vers moi, cette fois-ci ma langue vient caresser ses lèvres au bon goût salé.  Nos lèvres se séparent.

« En fait non, ça serait mentir que vous dire que je suis désolé, c'était encore mieux que ce que je pensais. Mais je peux toujours promettre d'essayer de pas recommencer, si ça peut vous faire rester encore un peu... »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Alone
Job : Avocat spécialisé en négocation contractuelle
Age : 32 ans
Célébrité : Channing Tatum
Age : 26
DC/TC : Aucun

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet:
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Mer 27 Aoû - 19:12

Comment expliquer un tel malaise en sa compagnie? À vrai dire je ne saurais pas comment l'expliquer. Probablement était-ce là l'expression de cette peur maladive que j'avais de m'attacher aux gens et de les décevoir? Après tout il s'agit tout de même d'une théorie pouvant tenir la route et puis il était vrai que mon état de santé me poussait à me montrer des plus distants avec les gens mais sans trop savoir pourquoi je ne parvenais pas à résister à ce fort désir , qui me tenaillait des profondeurs de mon être, et qui m'incitait fortement à me laisser aller à ce rapprochement qu'avait initié la séduisante jeune femme.

Discutant de choses et d'autres nous finîmes par mettre de côté l'aspect professionnel afin de discuter de trucs un peu plus personnels et je ne fus pas sans remarquer son enthousiasme lorsque je lui fis part de ma passion pour la musique rock et la boxe. D'ailleurs l'entendant me proposer de m'accompagner lors d'une soirée de boxe, lui souriant, je finis par lui proposer de venir y assister en ma compagnie puisque je détenais une paire de tickets pour le prochain événement mettant aux prises deux pugilistes devant s'affronter pour le titre chez les poids lourds … une idée qui semblait lui plaire autant qu'à moi.

C'est ce qui est bien dans ce genre de match, un seul coup de poing peut signifier la fin des épisodes.

Sans trop le savoir je venais de m'éloigner de cette image que je cultivais, exit l'homme calme et discret puisque je m'étais permis de dévoiler un aspect plus que méconnu de ma personnalité soit le bon vivant qui se dissimulait derrière l'avocat accompli. L'alcool fait tomber les inhibitions c'est bien connu et les miennes semblaient vouloir tomber une à une. Serrant la main de la jeune femme afin de sceller notre pacte. Était-ce l'effet de tout cet alcool que j'ingurgitais ou plutôt l'effet que me faisait sa compagnie? Toujours en est-il qu'il me devenait de plus en plus difficile de me détacher de son regard.

Ses lèvres pulpeuses et charnues se rapprochant de mon oreille , afin de me faire une proposition que je ne pouvais pas refuser, je me laissai aller à lui effleurer les hanches du bout des doigts. Était-ce l'effet de l'alcool qui finissait par se manifester? Toujours est-il que je me sentais épris d'un désir plus qu'ardent à son égard mais pour le moment je parvenais néanmoins à me contenir. Pour combien de temps? Me dirigeant vers la piste de danse en sa compagnie je ne pu résister à cette folle envie d'échanger quelques regards avec elle. Bien que j'étais loin d'être dans mon élément je finis par me laisser aller et, au final, force est d'admettre que je ne m'en tirais pas trop mal du moins si je m'en fiais au regard de la belle brune.

Maintenir une certaine distance entre nous était une sage décision, je la regardai danser alors qu'elle se trouva à une distance raisonnable mais malgré tout je ne pouvais pas nier cette folle attirance que je pouvais ressentir uniquement qu'en la voyant. Ah les effets de l'alcool. Bien que j'étais à un doigt d'envoyer par dessus bords mes principes je finis par trouver la force de me contrôler et c'est alors que la belle brune se rapprocha de moi … probablement motivée par le fait que d'autres types semblaient vouloir l'approcher d'un peu trop près. Le regardant avec une subtile  lueur de désir dans le regard je ne pus que frémir au contact de sa main contre mon avant bras.

Merci c'est gentil, bien que je ne sois pas convaincu de mériter un tel compliment, par contre vous bougez avec tant de grâce et d'élégance. N'auriez vous pas été une danseuse professionnelle dans une autre vie?

Il ne m'arrivait que très rarement de me sentir intimidé mais , je vous prie de me croire, ce moment me paraissait des plus intimidants … il faut dire qu'il ce qui était entrain de se dérouler était fort peu fréquent pour le bourreau de travail que je suis. Faisant passé ma vie professionnelle au tout premier plan je ne m'étais que très peu occupé de ma vie personnelle ce qui explique le fait que je n'avais plus trop l'habitude de ce genre de promiscuité avec le sexe opposé. Sa main glissant contre mon bras étant de nature à me procurer un doux frisson je ne pus que me mordiller la lèvre tout en glissant ma main droite contre le bas de son dos. Son visage se rapprochant du miens tout en douceur je continuais de la regarder alors que mon regard se sentait tout simplement absorbé par le sien. Laissant glisser l'extrémité de mes doigts contre le bas de son dos je ne pus que fermer les yeux an gré de cette douce sensation que me procurait ses lèvres s'emparant des miennes. Une telle douceur étant de nature à me laisser bouche béé je ne répondis rien à ce qu'elle venait d'affirmer … après tout je ne savais pas trop ce que je devais lui dire.

Ce regard envoûtant, ce parfum plus qu'enivrant, je ne pouvais que m'y abandonner. Ne sachant plus trop ou j'en étais je me sentais déchirer entre cette folle envie de profiter de ce moment qui s'offrait à moi et celle de  prendre la fuite. Ne parvenant plus à me contenir je ne pus que me laisser influencer par cette douce caresse qu'elle me fit sur la joue pour finalement me laisser subjuguer par son approche des plus coquines.

Pour ma part je serais le dernier des menteurs si j'osais affirmer que je n'en avais pas envie et que je n'avais pas apprécié. Approchant mes lèvres de son oreille je lui en mordillai le lobe avant de glisser mes lèvres contre son épaule pour ensuite lui caresser la joue la dévorant à nouveau du regard.

Et si on laissait les convenances au vestiaires? Appelle moi Warren après tout le professionnalisme n'a pas sa raison d'être en ces lieux.
Là je ne me reconnaissais plus.

_________________

I'm afraid i got some bad news
« It's time to face the facts»
On the day I was born the nurses all gathered 'round and they gazed in wide wonder. At the joy they had found the head nurse spoke up said "leave this one alone" She could tell right away
That I was bad to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Dim 31 Aoû - 13:19


J'ai toujours été en admiration devant Warren lorsqu'on travaillait ensemble. Son acharnement au travail, son professionnalisme, son côté imperturbable, intouchable. C'était un tout autre homme que j'avais devant moi ce soir pourtant j'adorais cet homme là également et j'étais tout autant en admiration devant le Warren qui se laisse aller dans un parfait compromis entre maladresse, charisme et contrôle de soi. Je le sens un peu perdu mais il assure. Au bureau Warren est un chasseur, il n'arrête pas tant qu'il n'a pas atteint son but. Je vous laisse imaginer ma satisfaction quand au fil des minutes qui passent je comprends que pour une fois j'ai du pouvoir sur lui.

L'alcool aidant ce soir c'est moi qu'il fixe de son regard bleu pénétrant. Je suis complètement alcoolisée c'est un fait, mais nos regards sont forts, charnels. Il semble se contrôler encore plus que moi. Il m'effleure du bout des doigts et je sens tous mes sens s'agiter, je l'emmène danser, une complicité inconnue s'installe entre nous. Nous nous amusons ensemble. Moi danseuse professionnelle ? Je ris. Je reprends néanmoins un peu de confiance. Mes hanches ondulent au rythme de la musique. Plus je gagne en confiance plus je le sens mal à l'aise. Et ça serait mentir que de dire que je n'aime pas ça. Voir un mec comme Warren être sur la retenue c'est jouissif même si j'avoue espérer qu'il se laisse aller complètement. Je tente de lutter contre l'attraction qu'il a sur moi, je sais que ce n'est pas chose à faire, pourtant je ne résiste pas longtemps, grisée par les regards qu'il porte sur moi, j'en veux plus. Je m'approche de lui et lui prend le bras je sens sa main glisser le long de mon dos, je ferme les yeux et frissonne. Il répond à chacune de mes tentatives de rapprochement et à chaque fois je veux aller encore plus loin. J'ignore où cela va nous mener et au moment où je vous parle je m'en moque complètement, je profite de l'instant. Je joue avec ses regards et fini par déposer un petit baiser sur ses lèvres. Une sorte de test pour voir jusqu'où il me laisserait aller. J'ai peur de sa réaction. Il ne me repousse pas, reste silencieux. Je m'excuse pour la forme mais lui saute à nouveau dessus quasiment aussitôt. C'est de sa faute après tout, faut pas qu'il me regarde comme ça...

Ce deuxième baiser est plus sensuel et passionné, je sens ses lèvres répondre aux miennes, nous nous laissons aller un instant, enivrée par la chaleur qui se diffuse dans mon bas ventre. Nous finissons par nous séparer j'appréhende le moment où nos regards vont à nouveaux se croiser. Est ce que cela paraîtra malsain, gênant ?Il n'en est rien, bien au contraire. Il m'avoue qu'il en avait également envie. J'avais bien lu dans ses yeux, c'est bien du désir qu'il y a entre nous cette nuit. Bien loin de nos liens professionnels ce soir il n'y a que ça. Malgré nos efforts pour tenter de l'ignorer.

Il se penche vers moi et me mordille le lobe de l'oreille, ses lèvres me caressent, je sens mon cœur s'emballer. Mes respirations se font plus intense. Je me mords la lèvre inférieure. Chose étonnante, j'ai du mal à dire que cela me surprend. Pourtant jamais auparavant je n'aurais oser rêver d'une telle étreinte avec Monsieur Jefferson. Mais cette soirée permet progressivement à tous mes désirs de s'exprimer. Si bien que dans le contexte, ça ne me choque même pas de me déhancher contre mon maître de stage pendant que ses lèvres se baladent le long de ma nuque jusqu'à mon épaule.

Une de ses mains se fait aussi douce que puissante et me caresse la joue alors qu'il me lance un regard qui me donne simplement envie de fondre. Je souris et me perd un instant dans son regard. Il ne faut pas qu'il joue avec moi comme ça, il sait pas à qui il a affaire. Gentille Valentina est sage, dévouée et plus que convenable sur son lieu de travail, mais nous sommes bien loin du bureau de Warren... malgré mes sourires innocents, je suis bel et bien une femme, complètement folle de lui et alcoolisée de surcroît !

Les convenances aux vestiaires ? Pour ma part je pense que ça fait un moment que je les ais abandonnées ces pauvres convenances, au moment où j'ai glissé ma langue dans sa bouche.  Mais il est qu'étonnamment je continue de le vouvoyer. Warren n'est pas une personne que je tutoierais facilement. Déjà je n'en ai pas l'habitude et j'éprouve énormément de respect pour lui. Cela dit il n'a pas tord, le professionnalisme ne semble définitivement banni de cette soirée ! Je lui lance un regard amusée et incrédule.

« Comme tu voudras Warren. Ça me paraît être une bonne idée en effet ! » Je ris, le moins que l'on puisse dire c'est que ça n'est pas naturel pour moi. Pas plus que le fait de l'embrasser vous me direz et pourtant je m'en accommode très bien.

J'entoure son cou de mes bras fins et me hisse à nouveau au creux de son oreille.

« En tous lieux, j'ai toujours eu envie de vous... enfin de toi... »

Alcool sérum de vérité le retour ! Allez foutu pour foutu ! Je laisse ma langue taquiner le lobe de son oreille, donnant donnant... Mon attention se porte à nouveau sur ses lèvres sensuelles. J'allais l'embrasser à nouveau mais m'arrête au dernier moment, je me contente de le regarder fixement, un brin de provocation, mon cœur bas à la chamade. Je lui caresse la nuque et l'embrasse doucement, en profitant pour mordiller légèrement sa lèvre inférieure.

« Je ne veux pas que cette soirée se termine. »

Je lui souris. Je ne veux pas qu'elle se termine c'est une chose, mais je ne sais décidément pas où cette soirée va nous mener... Je n'ai qu'une envie rester contre lui, entre ses bras musclés et son torse rassurant. Mes mains glissent de sa nuque jusqu'à ses belles épaules carrées, ses pectoraux. Et les battements de mon cœur ne parviennent pas à se calmer...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Alone
Job : Avocat spécialisé en négocation contractuelle
Age : 32 ans
Célébrité : Channing Tatum
Age : 26
DC/TC : Aucun

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet:
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Mar 2 Sep - 20:38

N'ayant que très peu l'habitude de ce genre de moments, au cour du quel je pouvais me trouver seul avec une jeune femme aussi charmante, il pouvait m'arriver de me comporter avec maladresse un peu comme si l'espace d'un instant j'étais redevenu un jeune homme inexpérimenté face aux choses de la vie. J'avais beau tenter d'y résister , et de tenter de chasser cette folle idée de mon esprit, mais le charisme de la belle brune était tel qu'il m'était impossible d'y opposer la moindre résistance.

J'avais ingurgité une forte quantité d'alcool, j'en conviens, mais je crois qu'il serait malhonnête de ma part de pointer du doigt le fait que j'avais bu plus que je ne l'aurais afin de justifier mon comportement à l'endroit de la séduisante jeune femme. L'alcool n'étant là uniquement que pour faire disparaître les inhibitions. J'ai toujours reconnu que la jeune femme possédait une grâce et un charme hors du commun , d'ailleurs ce n'était pas sans raison si j'avais tant aimé l'avoir à mon service cependant , professionnalisme oblige, j'avais toujours su faire en sorte de préserver une certaine distance entre nous mais de toute évidence cette barrière venait de tomber. Troublé et subjugué par le regard de la belle je ne parvenais plus à m'en détacher si bien que je ne pouvais que m'y abandonner, bien que je tentais de me résoudre à y résister il me devenait de plus en plus difficile de repousser ses avances et frémissant de désir sous les douces attentions de la belle  je finis par m'y abandonner corps et âme … même que je m'y montrais plus que réceptif du moins si l'on s'en fie à cette manière que j'avais d'y répondre. Laissant mon regard se fondre dans le sien j'étais resté sans voix suite à son premier baiser, ne sachant pas trop comment je devais me permettre de réagir, et puis le second baiser fut en quelque sorte le coup de grâce.

Ce second baiser, tout aussi tendre que fougueux, m'avait fait réaliser que je la désirais et que je ne faisais que me mentir en tentant d'aller à l'encontre de ce qui me dévorait des profondeurs de mon être depuis que je suis en sa compagnie. Me laissant totalement dirigé et contrôlé par ce désir qu'elle éveillait en moi je finis par glisser mes lèvres contre son épaule et son cou histoire d'aller lui mordiller le lobe de l'oreille, voyant qu'elle ne me repoussait pas je laissai glisser mes lèvres avec douceur et sensualité afin de l'embrasser dans le creux de son cou alors que mon corps se pressait contre le sien et que mes mains glissaient contre ses hanches au gré de cette musique qui n'avait de cesse que de guider nos pas.

Mon regard dans le sien je ne pouvais que la trouver belle, divinement irrésistible, si bien que je me laissai aller à lui caresser la joue sans trop me douter de la tournure  qu'allait prendre notre petit jeu. Plus que ce moment privilégié que je partageais avec la belle c'était cette propension qu'elle avait à me vouvoyer qui était de nature à me troubler … il faut dire que je n'avais pas l'habitude de vouvoyer une jeune femme que je venais d'embrasser.

Je crois même que cela s'impose. Je lui souris laissant loin derrière moi cet image d'homme austère et intransigeant afin de laisser place au bon vivant que je pouvais être  … du moins par moment.

Les bras de la belle autour de mon cou, je me permis de glisser les miens autour de sa taille, et c'est alors que je sentis ses lèvres – douces et sensuelles – s'approcher du lobe de mon oreille afin de murmurer de bien douces paroles auxquelles j'étais loin de m'attendre bien qu'elles se voulaient fort plaisantes à entendre.

Et cet engouement à mon endroit, enfin ce désir, il remonte à longtemps? Bien sur j'étais curieux d'entendre la réponse à cette question. D'ailleurs je me dois d'admettre que ce désir est plus que partagé. Lui dis-je tout en me mordillant la lèvre inférieure.

Sa langue effleurant sensuellement le lobe de mon oreille je ne pouvais que me sentir submerger par ce désir qui n'avait de cesse que de prendre de l'ampleur et ses lèvres effleurant dangereusement es miennes ne pouvaient qu'amplifier le tout.  Son regard tout aussi charmeur que provocateur ne me laissait pas indifférent  si bien que je lui caressai le dos du bout des doigts alors qu'elle en fit de même sur ma nuque et cédant à la tentation je prolongeai son baiser avec passion avant de frémir sous cette façon , tout à fait coquine, qu'elle avait de me mordiller la lèvre inférieure.

C'est bien là la dernière chose que je souhaite. La regardant avec envie je ne pouvais que frissonner sous la douceur de ses mains parcourant mes épaules et mon torse, si bien que je lui caressai les hanches et le bas de son dos alors que je les parcourais tout en douceur alors que je laissais mes mains viriles les explorer dans un élan de tendresse.

Peut-être était-ce l'alcool, à moins que ce soit mon cœur qui se fatiguait plus rapidement que je ne l'aurais escompté, mais toujours en est-il que je ressentais l'ardent besoin d'aller prendre l'air. Évidemment je me sentais si bien en sa compagnie que je ne parvenais pas à me résoudre à l'abandonner. Et si on s'éclipsait? Je lui souris tout en l'embrassant tendrement capturant sa lèvre inférieur afin de faire monter la température d'un autre cran. J'ai besoin de prendre l'air. Tu m'accompagnes?

_________________

I'm afraid i got some bad news
« It's time to face the facts»
On the day I was born the nurses all gathered 'round and they gazed in wide wonder. At the joy they had found the head nurse spoke up said "leave this one alone" She could tell right away
That I was bad to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Dim 21 Sep - 12:28



Je me laisse bercer par la musique et les yeux bleus de Warren. Sa simple façon de me regarder me donne envie de lui sauter dessus. Cela fait si longtemps que je rêve de voir dans ses yeux autre chose qu'une reconnaissance professionnelle. Si longtemps que je laisse mon regard parcourir son corps dès qu'il a le dos tourné. J'apprécie ce changement, je me sens enfin vivante à ses yeux.

Le tutoyer paraît effectivement assez logique.  Pourtant j'ai du mal. Même dans mes rêves les plus fous, ceux où je me jetais sur lui au bureau, je continuais de le vouvoyer. Il s'agit d'une proximité que je n'ai pas envisager avec lui et je vous assure que c'est bien la seule. Je le respecte énormément, cela ne doit pas aider. Vous me direz, qu'il y a un tas de personne que je respecte sans pour autant les vouvoyer, c'est vrai. Mais le respect qu'il y a entre Warren et moi est avant tout professionnel.

Depuis combien de temps je désire Warren... A tous les coups je vais passer pour une groupie ! Il mérite la vérité le pauvre je viens de lui voler deux bisous. Et puis en plus je suis trop ivre pour pouvoir lui mentir, les mots sortent de ma bouche vite, beaucoup trop vite pour pouvoir contrôler et effectuer le filtre habituel.

« Il remonte à l'instant où j'ai posé les yeux sur toi pour la première fois. »

Je ris. Par chance il me rassure en admettant ressentir du désir pour moi à cet instant. Je lis donc bien dans ses yeux. Je ne rêve pas c'est pas de l'envie que je vois dans ses magnifiques yeux bleus ! S'il savait qu'il n'y a pas une minute qu'on a pu passer ensemble au bureau où je n'avais pas en tête de me serrer contre lui et de lui arracher ses vêtements...

« Tu ne t'en es jamais aperçu ? »

Je suis curieuse de savoir si à un seul petit moment il a pu avoir un doute. Il me paraît difficile d'imaginer qu'il ne se soit jamais rendu compte de mes regards parfois insistants ou de mes paroles parfois trop mielleuses.  Si c'est le cas, je suis bien meilleure comédienne que je le pensais. Je laisse tomber les études et me lance dans le cinéma !

Je me délecte du sel de sa peau. Sentant petit à petit le désir monter en moi. Chaque parcelle de son corps qui effleure le mien me rend encore plus fébrile. Les battements de mon cœur accélère quand je sens ses doigts caresser le bas de mon dos. Ma respiration se fait beaucoup plus profonde, ce qui me permet de garder un minimum le contrôle. Je lui confie ne pas vouloir que la soirée se termine. Il me dit qu'il ne le souhaite pas non plus, je sens comme des papillons dans le bas de mon ventre en le voyant se mordre la lèvre inférieure.

Je lui lance un regard un brin plus provocateur que les autres, je laisse glisser mes mains sur ses bras jusqu'à arriver à ses poignets. Je prends délicatement ses mains pour les poser sur mes fesses sans le lâcher du regard. Je le fixe un instant avant d'éclater de rire.  Faire le clown ça fait parti des moyens que j'ai pour garder un peu de contrôle sur moi même.

Quand il me caresse les hanches, je ferme les yeux et sens mon corps frémir. Je me laisse un peu aller, je suis tellement bien contre lui...

Il me propose de s'éclipser. Je n'ai même pas le temps de répondre que je sens ses lèvres caresser les miennes tout en douceur, ce baiser se termine avec la fougue de sa bouche capturant ma lèvre inférieure. Il va me rendre folle... Bien sûr que je vais le suivre ! Hors de question de le laisser partir seul et de me laisser comme ça...  Pourtant l'espace d'une demi seconde mon cerveau reprend le contrôle et j'ai peur. Peur de ce qui va se passer, de son état d'alcoolémie et surtout de sa réaction une fois qu'il aura décuvé ! Avec un peu de chance, il ne s'en souviendra pas mais si j'ai moins de chances il pourrait m'en vouloir... Penser que j'ai joué mon allumeuse avec lui comme avec tous les autres, lui bourrant la gueule pour obtenir ce que je voulais. Pourtant ce n'est pas le cas, je l'apprécie vraiment et je le désire plus que tout depuis de nombreux mois... Et puis je n'ai pas l'habitude de forcer la consommation d'alcool pour qu'un homme me suive. Comme je vous l'ai dit cette hésitation ne dure pas longtemps, j'ai tellement envie de le suivre.

« Bien sûr que je t'accompagne, je ne vais quand même pas te laisser partir seul, on pourrait croire que tu ne sais pas y faire avec les dames...  »

J'ajoute ces derniers mots sur le ton du secret. Je récupère mon sac et glisse ma main dans la sienne attendant son feu vert pour le départ.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Alone
Job : Avocat spécialisé en négocation contractuelle
Age : 32 ans
Célébrité : Channing Tatum
Age : 26
DC/TC : Aucun

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet:
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   Mer 24 Sep - 8:27

Les femmes et moi c'était une longue histoire … dans le genre compliqué et la meilleure façon que j'avais trouvé afin de m'en extraire avait été de me dédier corps et âme à mon travail. Ne vous méprenez pas sur mon compte je ne suis pas homosexuel, je n'ai jamais douté de mon hétérosexualité, c'est simplement que l'amour m'a tellement blessé et anéanti que j'en étais venu à oublier que ce sentiment pouvait bien exister … si bien que je préférais fermer les yeux sur les opportunités qui se présentaient à moi que de me retrouver dans une situation de laquelle je ne pouvais retirer que de la souffrance. J'avais assez donné.

M'étant promis de ne plus jamais me trouver dans une situation de laquelle je ne pouvais que m'en trouver le cœur blessé j'avais préféré noyer ma solitude dans l'alcool à défaut de le faire au travail. Mais était-ce là une saine attitude? Poser la question c'est en quelque sorte tenter d'y répondre.

Alors que la soirée avait débutée de façon banale elle n'avait pas tardé à me réserver une surprise des plus agréable, soit la compagnie de Valentina. Bien que j'avais toujours joué la carte du parfait professionnel à son endroit je serais le dernier des menteurs si je me permettais d'affirmer que je n'avais jamais ressentis le moindre désir à son égard. Les moments que je passais ce soir en sa compagnie, et cette proximité entre nos deux corps, ne pouvaient que m'emmener à le réaliser pleinement.

Nous retrouvant sur le plancher de danse, au beau milieu de tout ces gens, nous étions là entrain de se regarder. Mes bras autour de sa taille et les siens autour de mon cou je ne pus que frémir au gré du doux contact de ses lèvres contre le lobe de mon oreille. Ma curiosité piquée au vif par ce qu'elle m'avait murmurée je finis par lui demander à quand remontait cet engouement à mon endroit et sa réponse fût de nature à me troubler encore plus que je ne pouvais l'être. Comment avais-je pu être aussi aveugle? Ça dépassait l'entendement.

Demeurant sa voix, du moins pendant un moment , après lui avoir assuré qu'il s'agissait là d'un désir plus que partagé. La question qu'elle m'adressa en était une plus que pertinente.

Tu sais lorsque je suis au travail je tente de ne pas trop me laisser distraire mais je dois t'avouer qu'il y a bien eu quelques fois ou je me suis posé des questions mais persuadé que je me faisais des idées j'ai préféré tout ignorer. Je m'en serais voulu de te causer des problèmes alors que ton stage n'était pas terminé.

Avec le recul, sachant ce que je sais maintenant, je comprends mieux les raisons qui la poussaient à se montrer si enthousiaste à accomplir les tâches que je lui confiais … tâches qui pourtant n'avaient rien de bien glorieuses à accomplir.

J'adorais ce moment que je passais en sa compagnie et lorsque je l'entendis me dire qu'elle ne souhaitait pas que ce moment que nous partagions se termine je me laissai aller à lui confirmer que je partageais le même désir que celui qu'elle venait tout juste d'exprimer. La regardant, tout en me mordillant la lèvre inférieure, je lui caressai les hanches du bout des doigts … il me devenait de plus en plus difficile de résister à cet irrésistible désir qu'elle parvenait à éveiller en moi.

Son regard , un brin , provocateur n'était pas sans me troubler et m'ensorceler si bien que je n'avais plus la force de m'en détacher.  Me laissant faire lorsqu'elle prit mes mains afin de les guider contre ses fesses , je me mordillai à nouveau la lèvre inférieure, et son rire ne put que me faire afficher un léger sourire. Bien que légèrement intimidé par la situation je dois avouer que j'aimais bien me retrouver ainsi contre elle et laissant mes mains contre ses fesses je finis par les glisser contre ses hanches histoire de les parcourir du bout des doigts.

Bien que j'avais légèrement dépassé ma consommation d'alcool je n'avais pas totalement rompu avec l'aspect rationnel de ma personnalité, malgré tout je commençais légèrement à libérer mon côté un peu plus déjanté … c'est probablement ce qui m'incita à lui proposer de s'éclipser en ma compagnie.

Ça me ferait une belle jambe hein? L'avocat qui met la profession à feu et à sang mais qui est intimidé par la gente féminine. Bien sur le tout se voulait une boutade , un brin humoristique, mais elle n'en reflétait pas moins une certaine réalité me concernant. Je m'étais refermé et le fait que mon état de santé se détériorait ne m'incitait pas à m'ouvrir aux autres … je faisais fausse route et sans trop s'en apercevoir la belle Valentina était entrain de me le faire réaliser.

L'embrassant sur la joue, non loin des lèvres, je saluai quelques personnes et prenant la main de la belle brune je quittai en sa compagnie.

Spoiler:
 

_________________

I'm afraid i got some bad news
« It's time to face the facts»
On the day I was born the nurses all gathered 'round and they gazed in wide wonder. At the joy they had found the head nurse spoke up said "leave this one alone" She could tell right away
That I was bad to the bone.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Essaie pas de comprendre, c'est la vie coco. (Valentina)
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» COMPRENDRE LE DROIT
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Comprendre la lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps terminés-