NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Ven 3 Oct - 20:59

C'est en ouvrant son réfrigérateur ce matin pour attraper une brique de lait que Wesley fut stupéfait de trouver ce dernier vide. Rien. Nada. Que dal. Le réfrigérateur était tout aussi désert que le Sahara. En même temps, Wesley ne passait pas beaucoup de temps chez lui. Exception faite pour dormir ou ramener quelques filles chez lui et s'envoyer en l'air. Pour manger ? Wesley se débrouillait toujours pour se nourrir. Le restaurant du coin. Enfin, plutôt le fast food. Un sandwich acheté dans un petit stand ou des fois, il ne mangeait pas. Mais si le réfrigérateur de Wesley était désert, son mini bar lui était bien rempli. Whisky, scotch, bourbon. Il y avait tout ce qu'il fallait pour satisfaire un homme de sa corpulence. Mais aujourd'hui, le jeune homme se décidait enfin à aller faire quelques courses. Malgré le fait que ce soit un grand flemmard, Wesley adorait la cuisine. Malheureusement, il n'avait pas le temps pour en faire. Ou plutôt, il n'en avait pas l'envie. L'un des plus gros problème de Wesley c'était sa flemmardise. Les seuls fois où il se bougeait vraiment c'était lorsqu'il était sur un ring de boxe. Ou dans une salle de sport mais autrement, il était très difficile de le faire bouger un peu. Une invitation dans un bar était aussi une excellente idée pour le faire bouger un peu. Vêtu d'un simple jean, d'une chemise blanche aux manches retroussées et d'une vieille paire de basket, Wesley se rendait à pieds jusqu'au supermarché de la ville. Sa vieille bagnole était au garage pour une révision. Bref. De toute façon, la marche ne faisait pas peur à Wesley. Pas du tout même. Il adorait partir plusieurs heures à travers la ville, les écouteurs sur les oreilles avec du bon vieux son rock. La marche, ça vidait l'esprit. Ça faisait réfléchir aussi et puis – comme le dise tous les médecins – la marche c'est surtout excellent pour la santé. Et à ce niveau-là, Wesley avait une santé de fer. Il ne tombait que très rarement malade d'ailleurs. Attrapant l'un des paniers à roulettes, il traversait d'un pas pressé les allés en faisant abstraction des enfants qui réclamaient des friandises à leurs parents, des petits vieux qui ne se poussaient pas d'un millimètre pour que les autres puissent passer. La foule, Wesley détestait cela. Il ne supportait pas d'être bousculé sans qu'il le demande. Boites de conserves ? Surgelés ? Wesley choisissait des choses vite fait à faire s'il devait manger chez lui un jour. Quelques gâteaux apéritifs pour accompagner son scotch du soir. Sortant de prison, Wesley ne possédait pas de carte bancaire encore. Du liquide c'est tout. C'était surtout une contrainte de devoir aller à la banque chaque fois qu'il en avait besoin. Avant, il se contentait de l'argent de ses casses ou de ses deals. Mais il essayait d'arrêter cela. Un homme bien. Wesley désirait devenir un homme bien. Sans problèmes. Arrivé dans le rayon des biscuits, Wesley fut surpris de se prendre un paquet de biscuits sur la tête. Relevant la tête, il vit la jolie Alyson rouge de honte devant lui. Un sourire charmeur, il ramassait le paquet et le lui tendit. « Heureusement que j'ai la tête dur hein. Alors comme ça on a une petite faim ma jolie ? Ça me fait plaisir de te voir. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire.
Job : Etudiante en droit, serveuse dans un restaurant.
Age : 21 ans.
Célébrité : Victoria Justice
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: all i want for christmas is you !
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Dim 5 Oct - 20:38




Wes & Alysson


Ma journée avait été particulièrement pénible. On m’avait grillé la priorité alors que j’allais au travail et cela m’avait mise de mauvais poil. Pour ne rien arranger, mon patron avait râlé parce que nous ne sommes pas assez rapides à son goût. Quel débile de macho à deux francs six sous. Si il daignait remuer son arrière train les choses iraient probablement plus vite ! Mais, trop occupé à draguer les jeunes filles venant seules, il ne peut pas nous aider bien sûr. Quant à nous, on ne peut pas non plus compter sur lui pour gérer les clients récalcitrants, odieux, ou tout simplement pervers.

Bref, j’avais cité la moitié des lois de la constitution à l’encontre de ces idiots de gens qui se prenaient pour je ne sais qui, lorsque j’avais terminé mon service au restaurant. Je sentais la bouffe, et je détestais ça, alors je me précipitais toujours pour rentrer. Sauf que sur le chemin, j’eus une cruelle envie de gâteaux. Même si les cookies de Mamie Rita sont excellents – tant que Crash en laisse et que Gusgus ne les trouve pas avant moi – mais aujourd’hui ma seule envie c’était des Oreos ! Et je savais que j’allais y penser tout le reste de la journée si je ne passais pas en chercher. Alors, j’avais cédé. Me promettant de courir un quart d’heure de plus demain matin, bien sûr, mais j’avais cédé. Rapidement, je m’étais dirigée vers le supermarché et j’avais garé ma voiture avant de me diriger directement vers le rayon réservé aux gâteaux en tout genre. Une fois face à cette multitude de sucreries alléchantes je m’étais arrêtée un moment. Des tas de paquets semblaient me faire de l’œil et je résistais tant bien que mal à dépenser bien trop d’argent dans des aliments peu prolifiques pour ma santé, et ma ligne.

Après ce dilemme quasiment insurmontable, je trouvais enfin les sacrés Oreos. Toutefois, comme pour terminer de pourrir ma journée, ces derniers étaient trop hauts. Pourquoi diable font-ils des étagères bien plus hautes que les humains ? Me hissant sur la pointe des pieds je tentais alors d’attraper le précieux… Que je fis lamentablement tomber. Soupirant, je m’attendais à payer des oreos en miettes quand je constatais qu’ils étaient arrivés sur la tête d’un autre client.

Aussitôt, le rouge me monta aux joues. Ma parole, comment est-ce que je pouvais avoir la poisse à ce point et faire tomber un paquet de gâteau sur la tête d’un pauvre client ? Au bout de quelques secondes je serrais les dents et retirais mentalement le « pauvre » avant le client. La voix de l’homme qui se tenait en face de moi l’identifia immédiatement et alors qu’il me tendit mes gâteaux je le regardais en attrapant mes précieux oreos. Wesley Tellers. Un criminel notoire, chose rare à Town Square. Mon visage se ferma alors qu’il tentait de faire de l’humour. Comment le pouvait-il alors que la dernière fois que nous nous sommes croisés c’était dans un cabinet d’avocat ? Je me retins de lever les yeux au ciel et répondis d’un ton très protocolaire. « Vous savez que de telles paroles peuvent être assimilées à du harcèlement sexuel monsieur Tellers ? Sachez tout de même que le plaisir n’est aucunement partagé. »

Il avait commis la pire des erreurs. Évoquer mon apparence un jour où je suis d’une humeur massacrante. Tant pis pour lui, je n’ai aucune pitié pour les criminels. Même si ses fautes sont différentes, chaque personne enfreignant la loi à un tel niveau me fait penser à l’ordure qui a pris la vie de mon frère aîné et je ne peux m’empêcher d’éprouver du ressentiment, toute compassion disparaissant automatiquement. Mécanisme trivial de défense, j’en suis consciente, mais je ne souhaite pas m’y confronter.


_________________
All for One.
○ Certains vous penseront stupide de croire, en des utopies, en vos liens familiaux hors du commun. Ce sont eux les idiots, ceux qui n'espèrent plus, ce qui abandonne l'idée de rêver, d'y croire de vouloir des choses formidables. Ils sont à plaindre, car ne pas vouloir le bonheur est bien triste.
   
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Mar 7 Oct - 11:32

Le plus embêtant dans le fait d'avoir un appartement à soi, c'était toutes ses responsabilités auquel Wesley devait faire face. Payer le loyer en temps et en heure. Remplir le réfrigérateur. Entretenir l'appartement pour ne pas se retrouver expulser. C'était du travail certes mais si Wesley voulait avoir une vie normale, il devait passer par ces étapes-ci. Rien n'est facile dans la vie. On obtient rien sans effort. Ça fait bien longtemps que Wesley l'avait compris et aujourd'hui, c'était devenue comme une sorte de routine pour lui. Se battre pour obtenir ce qu'il voulait. Devenir boxeur professionnel était un rêve pour lui mais en attendant de pouvoir gagner complètement sa vie avec cela, le jeune homme donner un coup de main de temps en temps à un ami dans un garage. La mécanique c'est une affaire d'homme n'est-ce pas ? Wesley n'y connaissait que les bases mais avec le temps, il apprenait petit à petit. Eh oui même à trente ans passés, il apprenait encore des choses. Comme quoi, il n'y avait pas d'âge pour cela. Côté cœur, c'était le désert. Wesley n'avait pas de femme dans sa vie et avoir une femme qui l'attendait le soir en rentrant chez lui, il faut bien avouer que l'idée était tentante. Mais ce n'est pas simple de trouver l'amour. Bah non. Sinon n'importe qui pourrait l'être. Mais il faut dire aussi qu'en amour, il n'avait pas eu de très bons exemples. Ses grands-parents paternels étaient toujours ensemble après plus de quarante ans de mariage et ils s'aimaient toujours mais pour ses parents, là c'était autre chose. À cause de son père, la mère de Wesley avait terminé chez les dingues. Wesley ne lui rendait pas très souvent visite. Non pas qu'il n'en avait pas envie mais il ne supportait pas de la voir comme cela. Ça lui déchirait le cœur. Mais elle était sa mère et malgré tout, il l'aimait quand même. En revanche, son père.. Mais qu'il aille au diable celui-là. Wesley ne voulait plus jamais entendre parler de lui et encore moins le voir. Mais bon, il ne faut jamais dire jamais. Wesley n'avait donc pas de bons modèles dans la vie. Il devait se débrouiller seul, encore une fois. Faire les courses était la tâche la plus pénible dans le fait d'être indépendant. Il adorait cuisiner mais entre le manque de temps et la flemmingite dont il était victime assez souvent, le jeune homme ne mangeait pas vraiment le plus sainement du monde. Pas du tout même. Il essayait tant bien que mal tout de même. Mais en général, cela ne dure qu'un jour ou deux. Les boites de conserves, les surgelés. Il ne se nourrissait que de cela exclusivement. Il avait toujours été plus salé que sucré. C'est donc dans le rayon des biscuits que Wesley fit la très belle rencontre d'Alysson. Il savait à quel point il pouvait être chiant comme mec mais il était comme ça. S'attirer les foudres des autres n'étaient pas nouveaux pour lui. C'était une habitude. Une sale habitude certes mais c'était la sienne. Posant le panier à ses pieds, il s'autorisait de lui caresser la joue. Quitte à se retrouver avec une gifle sur le visage. « OH s'il te plaît, ne me vouvoie pas ! J'ai l'impression d'avoir cinquante ans. » Le fait qu'elle était toujours sur la défensive décrochait un sourire taquin à Wesley. Il récupérait un paquet de cookies en ne détachant pas son regard de la demoiselle. Wesley n'était pas très bavard, ni très sociable. Mais quand il s'agissait des femmes, il contrôlait toujours – ou presque – la situation. Le plus souvent, il cherchait juste à mettre la jeune femme dans son lit mais pas là. Pas avec Alysson. C'était juste pour la faire râler, c'est tout. « Oh mais je ne suis pas un harceleur. Je ne te veux pas de mal tu sais ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire.
Job : Etudiante en droit, serveuse dans un restaurant.
Age : 21 ans.
Célébrité : Victoria Justice
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: all i want for christmas is you !
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Jeu 9 Oct - 20:20




Wes & Alysson


 Bien sûr, mon langage professionnel et mon mépris implicite dans mon langage corporel n'ont aucun effet sur lui. Fichue tête de mule de sale type. Je le battrais jusqu'à ce que son fichu sourire disparaisse de son visage, si je le croisais un jour où je suis énervée.
Comme pour parachever ma vision d'un être pervers, perverti, et profondément déviant, il me touche la joue et je serre la mâchoire. Réflexe numéro un à contrôler : Lui en mettre une dans les parties.
Le pire de tout, il a le culot d'enchainer en reparlant... « Oh mais je ne suis pas un harceleur. Je ne te veux pas de mal tu sais ! » Là, c'en est trop. Je sens mon sang ne faire qu'un tour, et l'impulsivité caractéristique des membres de ma famille me fait agir sans que j'y pense vraiment. Ma main agit de sa propre volonté et finit violemment sur sa joue, avant que je ne mette les mains sur mes hanches, posture de la colère typiquement féminine. « Ecoutes moi bien pervers ! Tout d'abord, je te conseille de garder tes mains loin de moi où tu risques d'éprouver une douleur certaine. Puis, même si tu n'as pas cinquante ans, tu restes un vieux truc pour moi. Alors inutile de penser se permettre des trucs. Enfin, je t'ai à l'oeil et ferait mon maximum pour te renvoyer en taule si tu bouges l'oreille. » dans mes paroles, aucune trace de Mademoiselle Alysson Harrington, étudiante en droit. Juste Aly, la dernière d'une famille nombreuse qui a apprit à se mettre debout sur la table pour que les autres ne prennent pas tous les yaourts à la fraise à table. Cela me ramène à des souvenirs très lointains, au temps où Aiden s'occupait de nous, de moi. Je le revois, toujours dans son uniforme, tenter de m'inculquer des valeurs essentielles. Ne juges pas sans connaitre, aide ton prochain, sois gentille Aly les autres peuvent toujours te surprendre, sois patiente, écoute avant de t'empresser. Face à un homme de l'âge de Wesley, je suis immédiatement renvoyée à l'image de mon frère. Comment quelqu'un qui a disparu depuis si longtemps peut-il me manquer autant ?

Par automatisme, je regarde alors dans le panier de mon interlocuteur et je suis une fois de plus ulcérée. On dirait un jeune adulte étudiant en train de faire ses courses. Non mais sérieusement, même moi je ne fais pas ça.« Vous osez parler de ma compulsion pour les gâteaux, vous avez vu le contenu de votre panier sérieusement ? Les légumes ça existe frais et c'est bien plus nutritif. Je me doute que vous devez avoir perdu l'habitude mais quand même ! » j'explique en levant les yeux au ciel. Sérieusement, un homme adulte faisant ses courses, ça. Désespérant. Blasée, je me retourne vers les rayons de gâteaux bien trop sucrés et continue à regarder avec envie. Peut-être que je devrais plutôt prendre des mini-roulés, bon sang il m'arrive de vouloir donner un rein pour des mini-roulés, ou des pailles d'or. Ah... je pense pouvoir donner un bout de foie pour ça. Une part de moi est dépitée de mon comportement et de cet amour inconditionnel pour ce qui est trop sucré. Que voulez-vous, on ne se refait pas. Et j'aime trop manger.


_________________
All for One.
○ Certains vous penseront stupide de croire, en des utopies, en vos liens familiaux hors du commun. Ce sont eux les idiots, ceux qui n'espèrent plus, ce qui abandonne l'idée de rêver, d'y croire de vouloir des choses formidables. Ils sont à plaindre, car ne pas vouloir le bonheur est bien triste.
   
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Dim 12 Oct - 20:03

Un sourire en coin. Un regard tendre. Wesley ne doutait pas de ses charmes mais plutôt de la jeune femme en face de lui. Il savait fort bien que son caractère lui avait déjà valut plusieurs baffes de la part des femmes. Certaines ne résistaient face au corps de dieu grec de Wesley mais certaines – comme Alysson – ne se laissaient pas avoir. Est-ce que cela résignait Wesley ? Non. Pas du tout. Faire son malin. Wesley passait son temps à jouer à ce petit jeu et parfois – voire même souvent – cela lui jouait pas mal de tours. D'habitude, on dit que la prison changeait un homme mais apparemment avec Wesley se n'était pas si simple de changer. La prison, le commissariat. Ils n'avaient plus de secrets pour lui. A trente ans passés, le jeune homme souhaitait juste devenir un homme meilleur. Avoir une femme qui l'attendait le soir en rentrant chez lui. Des enfants ? Pourquoi pas. Wesley ne s'était jamais imaginé papa mais pourquoi pas après tout. Tout est possible, non ?! Ah et un chien. Wesley avait toujours rêvait d'avoir un chien. Pas un petit chien de mamie – comme il le disait – mais plutôt un gros chien tel un labrador, un berger allemand ou que sais-je encore. Pour en revenir aux femmes, celles qui avaient du caractère attirait fortement Wesley. Bah ouais, c'est toujours mieux et plus rigolo. Bref. Ni une, ni deux. La main de la jeune femme vint atterrir sur la joue de Wesley. Un sourire en coin, il gardait ses mains dans ses poches en secouant la tête négativement. « Hum.. tu sais que tu viens de jouer avec ta vie ma jolie là ?! » Bien évidemment c'était une mise en garde. Juste une mise en garde. Jamais il ne frapperait une femme. D'accord, Wesley a des défauts mais jamais il ne pourrait en venir à frapper une femme. Il trouvait que les mecs qui faisaient une telle chose ne méritait pas de vivre. Dommage que l'usage de la chaise électrique ait été interdit, n'est-ce pas ?! Mais même si elle venait de le gifler, la voir en colère excitait beaucoup le jeune homme. Ouais bon d'accord, un rien pouvait exciter Wesley. Un haut moulant. Une mini jupe où on pouvait arriver à voir la petite culotte de la jeune femme. Un décolleté plongeant. Un rien pouvait exciter Wesley donc il n'était pas vraiment étonnant que voir Alysson en colère – enfin se donner l'air – l'excitait. « Ecoutes moi bien pervers ! Tout d'abord, je te conseille de garder tes mains loin de moi où tu risques d'éprouver une douleur certaine. Puis, même si tu n'as pas cinquante ans, tu restes un vieux truc pour moi. Alors inutile de penser se permettre des trucs. Enfin, je t'ai à l'oeil et ferait mon maximum pour te renvoyer en taule si tu bouges l'oreille. » Hein ? Quoi ? Le renvoyer en taule ? S'il y avait bien une chose que Wesley craignait plus que tout au monde bah c'était bien ça. Non, c'était terminé la taule pour lui. Il n'en avait fini avec tout ça. Le deal c'était terminé. Consommer la moindre substance illégale c'était terminé aussi. Wesley essayait de tenir bon. Ses séances de sport avaient légèrement augmenter. Il fallait qu'il s'occupe l'esprit pour éviter de replonger. Et pourquoi ne pas demander de l'aide ? Ah non. Hors de question. Pour lui, demander de l'aide c'était admettre qu'il avait un problème. Oui, il en avait un c'est vrai mais il ne voulait pas l'admettre. Il ne voulait que les autres puissent se rendre compte qu'il puisse avoir un problème ou même des faiblesses. Non, il en était hors de question. Personne n'était au courant. Excepté Sateen, sa meilleure amie. C'était la seule personne qui le savait et c'était très bien comme cela. Quand les gens découvrent vos faiblesses, ils peuvent essayer de tout faire pour vous faire tomber. L'être humain est égoïste, mesquin. Il ne vous veut que du mal. Bon, pas tous c'est vrai mais les vrais amis – les bonnes personnes – se comptent sur les doigts d'une seule main. Puis, sans qu'il ne s'y attende, Aly vint à lui faire quelques commentaires désobligeants sur le contenu de son panier à roulettes. « Ouais je le sais mais ça va tellement plus vite. Hop au four et c'est terminé ! Et puis, cuisiner pour qui ? Pour moi ? Les plats surgelés me conviennent totalement ! Ah pis arrêtes de me vouvoyer, j'ai pas soixante ans merde ! » En parlant de cuisiner pour quelqu'un, Wesley avait eu un léger sentiment de mal-être. C'est vrai qu'avant il cuisinait et que ça lui plairait de cuisiner pour ses – rares – amis ou bien alors, pour une femme. Il en avait encore du chemin à faire pour changer complètement. Un long chemin certes mais pas impossible. Non tout est possible dans la vie. « Bon écoute, je suis désolé si t'as l'impression que je te harcèle. Va pas croire que je te suis ou quoi hein. C'est pas mon intention loin de là ! » Sincère ou pas ? En tout cas, Wesley en avait l'air. C'était rare qu'il parle de la sorte. Qu'il s'excuse. Rare mais pas impossible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire.
Job : Etudiante en droit, serveuse dans un restaurant.
Age : 21 ans.
Célébrité : Victoria Justice
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: all i want for christmas is you !
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Mar 14 Oct - 20:38




Wes & Alysson


  Sa menace me fait seulement sourire. Aucune peur de sa part. Les gens sous estiment bien souvent les femmes. D'autant plus quand elles sont jeunes et sembles naïves. C'est pourquoi j'ai pris garde à ce qu'on me sous estime vraiment. Des cours de self défense cela peut toujours aider. Bien que je ne sois pas une professionnelle des arts martiaux, je sais comment utiliser la force de l'autre contre lui, et manier des objets du quotidien pour qu'ils me viennent en aide en cas de besoin. Je devrais d'ailleurs m'inscrire de nouveau à un cours, il n'est pas bon de se laisser rouiller on ne sait jamais quand on aura besoin de ces connaissances. Même si je me sens très souvent ridicule à répéter les mouvements du professeur et à les pratiquer en groupe, je me dis qu'un jour cela me sauvera potentiellement d'une agression qui aurait pu mal tourner. Tant de discours personnels de motivation. Pour un but louable, espérons. Ou au pire ça me force à me remuer un peu plus que d'habitude et soyons honnête un peu d'activité physique supplémentaire ne fait jamais de mal. « Tu peux garder tes menaces pour toi, il en faut plus pour m'impressionner. » Cela fait partie du job. Se faire menacer, intimider, regarder de travers. Nous autres avocats pouvons être aussi salvateurs que destructeurs pour les uns comme pour les autres. Cela m'inspire autant que cela me révolte. Les méchants s'en sortent parfois. Et dans ces instants il m'est difficile de continuer à croire aussi fort en la justice de notre pays. Alors bien souvent, je met ces pensées dans un coin de ma tête et évite de les remettre sur le tapis. C'est inutile.

Sa conversation sur la bouffe me ferait presque rire, mais je me contente de croiser les bras et d'avoir un vague hauchement d'épaules. « Après si tu te fiches de manger du cheval à la place d'un bon morceau de bœuf, ce n'est pas mon problème. » il est vrai que les plats surgelés et moi ne font pas bon ménage. Après les polémiques à ce propos je m'en méfie plus encore et préfère les éviter. Je comprends que certains pour des raisons organisationnelles soient tentés de céder. Mais d'autres n'ont aucune réelle justification et c'est dramatique car il y a des tas de produit cancérogène parait-il dans ces plats tout faits. « J'espère bien que ce n'est pas du harcèlement, je ne me gênerais pas à porter plainte s'il s'avérait vraiment être le cas. » une fois de plus je suis sérieuse. Utiliser la loi quand on apprends à la manier est quelque chose de tout simplement excellent, et je ne m'embêterais pas à le faire, jamais.


_________________
All for One.
○ Certains vous penseront stupide de croire, en des utopies, en vos liens familiaux hors du commun. Ce sont eux les idiots, ceux qui n'espèrent plus, ce qui abandonne l'idée de rêver, d'y croire de vouloir des choses formidables. Ils sont à plaindre, car ne pas vouloir le bonheur est bien triste.
   
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Jeu 16 Oct - 13:29

Draguer une fille, c'est tellement facile. Mais la mettre hors d'elle, ça l'était encore plus. Et Wesley était un as en la matière. Il arrivait très bien à mette Alysson hors d'elle. Ça l'amusait en fait. Il savait très bien ce qu'il devait faire pour la mettre dans tous ses états et le pire, c'était que cela marchait très bien parce qu'elle démarrait au quart de tour. Une phrase. Il suffisait juste d'une seule phrase, aussi innocente soit elle, pour que la jeune femme se mette en colère comme jamais. Mais Wesley n'avait pas peur. Pas du tout même. De toute façon, depuis sa naissance, il n'avait peur de rien. Non. Avoir peur c'était pour les faibles voilà tout. Et Wesley ne l'était pas. Il n'était pas faible. Se battre jour après jour. Se relever et être meilleur que ce que les autres pouvaient penser de vous. Voilà, ce qu'il faisait. Il ne voulait pas laisser les autres et leurs bêtises diriger sa vie. Non. Il était assez grand pour le faire et même avec son passé de taulard, Wesley ne se laissait pas abattre. Alors non, ce n'est pas le caractère de cochon d'Alysson qui allait avoir raison de lui. Elle était juste une jeune femme avec un caractère presque aussi fort qu le sien. Rien de plus, rien de moins. Des menaces ? Ouais bon c'est vrai que Wesley était un maître en la matière mais la plupart du temps c'était juste des paroles en l'air. Juste pour foutre une bonne trouille à la personne en face de lui. Des fois, ça marchait. Mais quand ça ne fonctionnait pas, le jeune homme devait se montrer bien plus persuasif. Coups de poings, coups de pieds. La violence n'est pas une solution ? Non, c'est sûr mais elle aide à se faire comprendre parfois. Surtout quand on a un type pas vraiment très futé en face de nous. Plaquant la jeune femme contre une étagère, Wesley passait ses bras de part et d'autres d'elle. « Oh mais je ne cherche pas à t'impressionner ma jolie. Bon, peut-être un peu mais c'est tellement plaisant de te voir monter sur tes grands chevaux. Un seul petit mot de ma part et je peux sentir tes cheveux se dresser sur ta tête. » Un sourire en coin, il restait là. En face d'elle, passant une main sur sa joue. Une gifle ne lui avait pas suffit ? Il faut croire que non. Un peu sado-maso le type non ?!! La conversation continuait de plus belle sur la nourriture. Wesley se fichait pas mal de manger sainement ou pas. Pour lui manger un hamburger surgelé ou fait par ses petites mains, où était la différence ? Tant qu'il mangeait, le reste lui importait peu mais bon, il pouvait comprendre que ce genre de choses étaient fort intéressant pour certaines personnes et Alysson faisait partie de ses personnes-là. « Mais si t'étais un petit africain mourant de faim, tu serais bien heureux de bouffer un plat surgelé non ? Alors pourquoi faire la difficile ?  Par contre, manger sainement je suis pour mais il faut aussi faire du bouger et je connais un bon moyen d'en faire ma jolie. » D'un clin d'oeil, il se reculait d'elle en croisant les bras sur son torse. Porter plainte ? Sans le savoir, elle venait de frapper en plein dans le mil. Elle avait toucher le point sensible de Wesley : retourner en prison ne le tentait pas vraiment. Depuis sa dernière incarcération, Wesley s'était juré de ne plus jamais y retourner. Terminé les conneries. Trente-deux ans. Il serait temps de se poser. D'avoir une petite femme, des enfants et pourquoi pas un chien. Malgré tout ça, Wesley essayait tant bien que mal de cacher sa peur de retourner en taule. Ça ne le bottait pas mais pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire.
Job : Etudiante en droit, serveuse dans un restaurant.
Age : 21 ans.
Célébrité : Victoria Justice
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: all i want for christmas is you !
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Dim 19 Oct - 11:17




Wes & Alysson


  Jamais encore je n’avais été confrontée à une telle situation. Croiser le client d’un cabinet d’avocat chez lequel je m’étais trouvée. A vrai dire, c’était une drôle de situation. Pour un dossier commun, nous avions eu besoin de données factuelles encore récentes. Les archives ne suffisant pas en termes de longévité, nous avions décidé – avec les autres membres de mon groupe de travail – de nous rendre chez divers avocats pour tenter d’avoir des informations. Séparés pour être plus rapide, je m’étais rendue seule dans un cabinet et tentait de convaincre la secrétaire de m’obtenir un rendez-vous entre deux rendez-vous lorsque Wesley était sorti du cabinet. Immédiatement, il m’avait agacée. Sans doute l’arrogance manifeste émergeant de son être. Cela m’insupporte chez les hommes d’ordinaire. Mais ajoutons à cela son côté rebelle, c’était carrément viscéral de me prendre le bec avec lui. Évidemment, comme aujourd’hui, il en avait profité pour me provoquer tentant de me draguer au nez et à la barbe de son avocat qui était resté pantois devant moi. Bien sûr, après une altercation assez vive, je m’étais retrouvée seule avec l’avocat qui c’était répandu en excuses et qui m’avait donné accès au type d’informations que je voulais. Seule dans le bureau, ma curiosité avait été sans limites et j’avais jeté un rapide coup d’œil au dossier de l’homme qui se trouvait à présent en face de moi. Pas de crimes horribles, juste plutôt idiot. Un braquage. Je trouve toujours ça débile. Pourtant, je ne fais pas partie de ceux qui ont toujours eu beaucoup d’argent, etc. Bien au contraire, mais on m’a toujours appris que lorsque l’on ne naissait pas chanceux il fallait beaucoup travailler pour provoquer sa chance. Les braqueurs étaient dès lors devenus pour moi des fainéants de la pire espèce.
Wesley se résumait donc à cela. Un vieux fainéant, dragueur et pénible. Toutefois, nos joutes verbales avaient quelque chose de pas totalement inintéressant sinon j’aurais fait demi-tour depuis bien longtemps. J’ignorais juste quoi. Une part de moi songeais qu’il était l’antithèse parfaite de mon frère Aiden qui aurait eu à peine trois ans de plus que lui si il était toujours en vie. Ce parfait contraire me rappelait sans doute trop mon frère pour que je laisse tomber sans tenter de le « réparer », aussi fou cela puisse-t-il être car il n’est au fond qu’un illustre inconnu qui a le don de me taper sur le système. « Tu es la définition même du mot irritation. C’est sans doute pour ça que de façon épidermique tu me mets en rogne. » Je réponds, calmement affichant un air de je-sais-tout sur mon visage. Il ne manquerait plus que je lui laisse l’illusion qu’il gagne tiens.

Il a beau dire, mais mes provocations fonctionnent au moins aussi bien que les siennes. Elles ne partent pourtant que de constatations très simples. Mais cela suffit pour le faire démarrer au quart de tour lui aussi. Plus aussi drôle, n’est-ce pas quand on est celui qui est agacé ? Un sourire suffisant apparait sur mon visage est je suis plus que satisfaite de sa réponse pleine de nerfs. « Le fait est que nous ne sommes pas de pauvres enfants mourant de faim. Pas besoin d’aller jusqu’en Afrique pour cela d’ailleurs. » Une fois de plus, j’ajoute ma science de façon éhontée. Hélas, je ne fais que dire vrai. Beaucoup d’enfants ne mangent pas à leur faim dans notre beau pays. Alors se préoccuper des autres, c’est très noble. Mais régler les problèmes qu’il y a chez soi auparavant serait tout de même plus logique. Toutefois, je ne souhaite pas parler politique avec Welsey alors je me contente de déclarer cela avant de passer rapidement à autre chose, piquée par la seconde partie de sa phrase qui me donne une furieuse envie de le frapper une nouvelle fois. « Ce n’est pas possible d’être pervers à ce point ma parole. Tu te rends compte des propositions que tu fais. Je pourrais presque être ta fille ! Et sous-entendre de telles choses, c’est également du harcèlement Tellers ! Trouves toi une petite vieille elle te feras a manger. » Je l’interpelle par son nom de famille, confessant à demi-mot que j’en connais plus sur lui que je voudrais le laisser paraitre. Ce n’est une fois de plus que la vérité. Quelle honte à avouer que j’ai lu son dossier et que donc je le juge en connaissance de cause ?



_________________
All for One.
○ Certains vous penseront stupide de croire, en des utopies, en vos liens familiaux hors du commun. Ce sont eux les idiots, ceux qui n'espèrent plus, ce qui abandonne l'idée de rêver, d'y croire de vouloir des choses formidables. Ils sont à plaindre, car ne pas vouloir le bonheur est bien triste.
   
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Lun 20 Oct - 17:10

Comment fait-on ? Comment fait-on pour changer de vie quand tout le monde nous mets des bâtons dans les roues ? À sa sortie de prison, Wesley s'était fait une promesse et pas n'importe quelle promesse. Il voulait repartir de zéro. Avoir un travail, un toit au-dessus de la tête, une femme qu'il aimerait de tout son cœur et qui l'aimerait en retour. Des enfants aussi et pourquoi pas un chien. Pour le moment, côté professionnel ça allait à peu près. Dans quelques semaines, il allait enfin pouvoir disputer son premier match de boxe. Le début de la gloire ? Peut-être ou peut-être pas. Nous verrons bien. Pour le moment, Wesley se trouvait au supermarché en train de faire les courses. Bah ouais, le réfrigérateur ne va pas se remplir tout seul et puis il faut bien manger aussi. Même s'il était seul dans son appartement, Wesley était bien obligé de manger. Manger, boire, dormir, vivre. Ce sont les principes fondamentaux de la vie. Les bases que nos parents nous enseignaient lors de notre enfance. Ou les grands-parents dans le cas de Wesley. Bref. Entre Alysson et Wesley, les choses étaient assez tendus. Lui, il passait son temps à la draguer, à la mettre hors d'elle. Et elle, elle ne cessait de le remettre à sa place. Mais c'était ça qui lui plaisait. Les femmes au caractère assez fort. Celles qui ne lui résistaient pas. Et Alysson était l'une d'entre elles. Et puis, elle était tout de même assez sexy. Toujours habillée avec classe, élégance. Certes, il avait déjà rêvé de la mettre dans son lit et de lui faire ce qu'il faisait habituellement aux autres filles mais pas là. Non, il essayait de devenir sage avec les femmes. De changer. De devenir un homme meilleur. Et croyez le ou non, c'était loin d'être si facile que cela en fin de compte. Les gens ont souvent du mal à croire en la rédemption de quelqu'un et encore plus quand il s'agissait d'un ancien taulard. Ouais Wesley pouvait être agaçant, arrogant ou que sais-je encore mais les gens changent ou en tout cas, ils le peuvent. Il suffisait juste de croire en eux. Voilà c'était ça. Wesley avait juste besoin que l'on croit en lui, qu'on le soutienne et pour le moment, seul Sateen et Beth le soutenaient. Deux personnes, c'était peu tout de même. Wesley n'était pas le mec le plus calme, avec une alimentation ou même un mode de vie très sain mais bon, il faut de tout pour faire un monde. Non ?! Toutes les petites remarques de la demoiselle – aussi blessante soit-elle – avaient le don de faire rire Wesley et puis tant mieux parce que si cela n'avait pas été le cas, il lui aurait déjà tourné les talons depuis bien longtemps. « Ouais je sais mais même si je t'irrites ou te mets en rogne, je sais que tu aimes bien ça. Sinon pourquoi perdrait-tu ton temps à me répondre ? Hein, ma jolie?! » Avait-il dit en caressant doucement la joue d'Alysson. Il aimait bien la mettre en rogne mais au fond de lui – très au fond alors – il l'aimait bien quand même. Elle représentait un peu le style de petite sœur qu'il aurait bien aimé avoir. Mais pour cela, il faudrait que ces parents soient encore ensemble. Mais ça, c'est encore une autre histoire. La seule chose qui faisait carrément flipper Wesley c'était le fait de retourner en prison. Personne ne peut comprendre sa peur, surtout quand on a pas vécu la prison. Pour l'avoir vécu à de nombreuses reprises, Wesley ne tenait pas à y retourner. Il faut avoir un très fort caractère pour résister à la prison. Heureusement pour lui, il en avait un de fort caractère. « Hum.. tu tiens vraiment à parler de nutrition avec moi ? » C'était un moyen suffisamment poli – pour lui – pour lui dire qu'il en avait un peu rien à foutre de manger sainement ou pas. À une époque, il s'en fichait de manger sainement ou pas d'ailleurs puisqu'il ne savait même pas comment manger à chaque repas. Enfin bref, quand ça le soûlait il n'hésitait pas à le dire. Sa fille ?! Euh, il n'était pas quand même pas si vieux. Il ne fallait pas exagérer. « Ma fille ?!! euh.. ouais si tu veux mais ça voudrait dire que je t'ai eu dix ans. Exagère pas non plus !! Non merci, les petites vieilles ne m'intéressent pas. Et pis je cherche pas une femme pour me faire à manger mais autre chose plutôt. » L'agacement était en lui. Il essayait tant bien que mal de conserver son calme. D'habitude, il fumait une clope pour se détendre mais là, il ne pouvait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire.
Job : Etudiante en droit, serveuse dans un restaurant.
Age : 21 ans.
Célébrité : Victoria Justice
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: all i want for christmas is you !
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Mer 22 Oct - 20:47




Wes & Alysson


    Sa conscience de m’irriter ainsi m’agace plus encore. Ce n’est pas possible d’être aussi pénible et d’aimer ça avec une puissance pareille. Je me demande comment son esprit est façonné car ce n’est pas normal d’aimer de telles choses non ? Agacer les gens doit être une passion pour lui. Cela me fait penser au fait qu’ils avaient mis en avance un gène de la criminalité en évidence et qu’ils se sont offusqués en parlant d’eugénisme dans le cadre de fécondation in vitro. En même temps qui aimerait avoir un enfant criminel, ou pénible comme Wesley ? Bien sûr, il me touche de nouveau ce qui me crispe. « Bon sang Tellers ! Tu veux vraiment que je te mette un coup de genou mal placé ? Tu ne sais pas que la distance physique minimale c’est un mètre cinquante ? Et cela ne me plais pas vraiment d’être ennuyée par toi à longueur de temps. Mais c’est peut-être ton côté cas social qui m’attriste qu’est-ce qu’on en sait ? » Je lève les yeux au ciel et me retiens de faire la moue ou de me mettre les mains sur les hanches. Trop enfantin, trop de tentatives pour qu’il m’agace à ce propos par la suite. Bon sang, qu’est-ce qui me rend si charitable envers lui ? Suis-je vraiment masochiste à ce point ?

« J’ai un minimum de culture, alors je pourrais parler d’à peu près n’importe quoi. Mais tu devrais t’inquiéter de ton alimentation. Fin après tout si tu veux mourir d’un cancer à cause des ondes de ton micro-onde ou être incapable d’avoir un enfant ce n’est pas mon problème. » Je souris, lorsque l’on parle aux hommes de fertilité ils sont tout de suite plus réceptif. Cela touche à leur virilité plus encore que cela touche à la féminité des femmes. Et après ils ont le culot de dire que nous sommes les susceptibles. On aura vraiment tout vu ! Je me demande comment on pourrait qualifier notre échange, de conflictuel, pour sûr. Des joutes verbales, c’est ce que l’on fait. Pourtant, c’est presque une conversation à demi-mots. Parce que mon caractère ne peut aller de concert avec le sien, et qu’il est trop provocateur pour écouter les maigres conseils que je peux laisser filtrer. Deux fortes têtes qui se confrontent sommes toutes. « Tu le fais exprès ou quoi ? De me provoquer avec tes allusions sexuelles à deux balles ? A chaque fois que je pourrais avoir un minimum de compassion tu trouves le moyen d’être un imbécile encore plus grand. T’as trop peur que les gens voient que tu es un mec normal et pas le caïd du quartier ou quoi ? » Je m’emporte, mais c’est la vérité. N’importe qui aurait compris que je ne suis pas intéressée, et même si il peut continuer à blaguer cela n’empêche pas, sa façon de le faire sans tact aucun c’est juste pénible. Et je suis sûre que c’est pour cacher quelque chose. Reste à savoir quoi. Finalement, c’est peut-être ses dessus rustres qui m’intriguent. Oui, sans doute.




_________________
All for One.
○ Certains vous penseront stupide de croire, en des utopies, en vos liens familiaux hors du commun. Ce sont eux les idiots, ceux qui n'espèrent plus, ce qui abandonne l'idée de rêver, d'y croire de vouloir des choses formidables. Ils sont à plaindre, car ne pas vouloir le bonheur est bien triste.
   
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Ven 24 Oct - 20:48

Pénible. C'était pratiquement toujours le mot qui venait à l'esprit de toute personne qui croisait la route de Wesley. C'est vrai que le jeune homme était assez pénible et il pouvait très rapidement taper sur le système. Voire même devenir extrêmement lourd. Mais c'était Wesley ça. C'était sa personnalité après tout. Il n'allait certes pas changer mais peut-être essayer de s'améliorer. Un nouveau départ. Voilà. C'était ça qu'il souhaitait le plus au monde. Enfin l'une des choses qu'il souhaitait le plus au monde. Ça faisait un bon moment qu'entre Wesley et Alysson, les choses étaient tendus. En fait, depuis le premier jour, ils ne cessaient de se chercher, de s'envoyer des piques. C'était leur truc et, ça non plus, ça n'allait pas changer d'aussitôt. Wesley avait pour habitude d'avoir les femmes assez rapidement dans son lit. Mais Alysson était beaucoup plus coriace que les autres. Un caractère plus fort que celui des autres femmes, elle ne se laissait pas faire. Un peu le même que Wesley d'ailleurs et c'est pour cela que ça créait des étincelles entre les deux de temps en temps. Malgré tout, Wesley aimait beaucoup la jeune femme sauf que pour lui, dire à quelqu'un qu'il tenait à lui, ça relevait du défi. Il n'avait pas l'habitude de faire cela. En fait, il ne l'avait jamais fait. Jamais, il n'avait dit à quelqu'un qu'il l'aimait, qu'il tenait à lui ou quoi que ce soit d'autre. Même pas à ses grands-parents et encore moins à ses parents. Pour Wesley, la notion d'aimer quelqu'un lui était totalement inconnu. Il ne savait pas ce que c'était et encore moins ce que ça représentait d'aimer quelqu'un. Les amis, il en avait peu. L'amour ? Ah non ça jamais. Il n'avait jamais eu de petite amie. Juste des filles comme ça de temps en temps pour une nuit mais jamais plus. C'était ça le contrat. Au début qu'il avait rencontré Alysson, il avait bien évidemment voulu la mettre dans son lit – comme les autres – mais au fil du temps, le jeune homme avait juste voulu devenir ami avec elle. Ou essayer du moins. Une chose difficile à faire tout comme changer de vie. Les gens vous collent une étiquette et vous avez du mal à vous en défaire par la suite. Pour certaines personnes à Town Square, Wesley resterait toujours le type qui couchait avec toutes les femmes et celui qui a fait de la taule aussi. Les gens ne voient pas plus loin que le bout de leur nez parfois. Wesley s'autorisait toujours à toucher les gens sans même leur demander leur avis. En fait, il était beaucoup plus à l'aise avec les gestes qu'avec la parole. Certaines personnes ne disaient rien mais d'autres, comme Alysson, ne se gênaient pas pour le remettre à sa place. Il ne comptait plus le nombre de gifles qu'il s'était pris à force d'agir de la sorte. Les poings serrés dans ses poches, Wesley tentait tant bien que mal de conserver son calme. « Hum.. Non je ne le savais pas mais je suis ravi de le savoir. Jme coucherais moins con au moins. » ironie. Toujours l'ironie. C'était son truc ça. Il ne prenait jamais rien – ou du moins pas grand chose au sérieux et des fois, ça lui jouait des tours. Même après avoir fait comprendre à la demoiselle qu'il ne souhaitait pas discuter de sa façon de se nourrir avec elle, Alysson continuait de le faire. Tête de mule en plus de ça. Incapable d'avoir un enfant ? Pour le moment, il n'avait personne dans sa vie mais c'était sympathique à elle de s'intéresser à ses spermatozoïdes. Se passant la main dans les cheveux, Wesley ne détachait pas son regard de la jeune femme. Ne jamais perdre le contrôle de la situation ou du moins, ne pas le montrer à la personne en face de lui. Ça lui ferait bien trop plaisir à cette personne. Même lorsqu'ils vous demandent comment ça va, les gens ne s'attendent pas une seule seconde à une réponse de votre part. C'est juste par politesse qu'ils vous demandent comment vous allez. Rares sont les personnes qui s'intéressent vraiment à vous. Et ce n'est pas toujours les personnes que l'on croit d'ailleurs. Les autres, ils ne vous veulent pas que du bien. Moralité : ne pas s'attacher aux autres. C'était ce que Wesley faisait depuis des années. On né seul, on meurt seul voilà. Ce n'était pas plus compliqué en fait. « Je suis ravi de constater que tu t'intéresses à mes spermatozoïdes mais rassures toi ma jolie, ils fonctionnent à merveille. » un petit sourire moqueur en coin, il lui proposerait bien de tester ce soir – ou même maintenant tiens – mais il allait encore passer pour un pervers et il voulait retirer cette foutu étiquette. Un mec normal ? Ouais bon, il faut bien avouer que pour le coup, Alysson marquait un bon point. Wesley ne voulait pas que quiconque puisse le voir tel qu'il était vraiment. Personne ne devait savoir ce qu'il avait vécu dans son enfance. Ce qu'il avait dû endurer dans sa vie, toutes les épreuves qu'il avait dû traverser seul. Certaines personnes aimaient raconter leurs vies ou se faire plaindre mais pas lui. Passer incognito, il préférait. Soupirant, il s'accroupissait deux secondes dans le rayon des biscuits puis se relevait aussitôt. « Okay. Tu veux la vérité ? Je n'ai jamais laissé personne me voir réellement. Jsuis ptêtre pas le caïd du quartier comme tu dis mais je suis loin d'être une personne fréquentable. Pourquoi tu perds autant de temps avec moi ? Okay jt'emmerde sûrement avec mes remarques sans cesse mais t'aurais très bien pu ne jamais y répondre et ne pas perdre de temps avec moi. Ah mais jsuis bête, t'aimes sûrement bien t'occuper des cas socials comme moi. C'est ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire.
Job : Etudiante en droit, serveuse dans un restaurant.
Age : 21 ans.
Célébrité : Victoria Justice
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: all i want for christmas is you !
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Lun 27 Oct - 11:55




Wes & Alysson


    C’est incroyable d’avoir le pouvoir d’irriter les gens à ce point. Si on était dans un film de science-fiction faire chier le monde serait incontestablement son pouvoir magique. Totalement inutile s’il avait dû être un X-Men mais définitivement adapté. Je lève les yeux au ciel lorsqu’il me répond qu’il se couchera moins bête ce soir. Ce type est juste, étrange. S’approcher d’autrui comme ça, il n’a pas peur des représailles et devrait probablement se méfier un peu plus des femmes et savoir à qui faire du rentre dedans. Mon insensibilité à ses avances ridicules est une source d’hilarité pour lui, et je me dis qu’il ne doit pas avoir la lumière à tous les étages pour en rire comme ça. N’importe qui serait touché d’être rembarré d’une pareille façon. Je me connais très bien, et mon manque de tact vis-à-vis des hommes flirtant de manière malhabile est notoirement reconnu.
Je me demande alors si il ne cache pas ses émotions. Cela doit être plus aisé en prison. Pour l’instant, je n’ai jamais eu l’occasion d’aller visiter quelqu’un derrière les barreaux. Cela viendra probablement assez vite au cours de mes stages. Mais cela m’intrigue. Une part du métier qui m’intéresse se fait en prison. Et même si on reste bien habillés et du bon côté du parloir, c’est un environnement qui m’intrigue. Tant de normes sont différentes là-bas, tant de dangers sont encourus par ces personnes que nous défendons et qui sont parfois innocentes. La maltraitance que l’on peut y trouver me rend folle, même si certains ne déméritent pas leurs peines, personne ne mérite de purger une peine dans de tels environnements.

Wesley me cherche encore en me parlant de ses spermatozoïdes et je reste de marbre face à sa déclaration. Comme si l’état de ses gamètes m’intéressait. Quand bien même faire des folies avec lui m’aurait intéressé, l’état de sa semence aurait été le dernier de mes problèmes. Hors de question de procréer avec quelqu’un comme lui. Bien trop provocateur et incontrôlable à mon goût si jamais je veux un jour penser à avoir un gosse. Mais là n’est pas la question car il ne m’intéresse définitivement pas en tant que partenaire sexuel. Il a l’âge d’être l’un de mes aînés et c’est tout simplement dégoutant de l’imaginer en tant que potentiel conquête. Brrr.

Sa tirade me touche. Car en dépit de ma répartie, de mon air un peu supérieur lorsque je me réfère à la loi, et de ma manie de remballer tous les mecs qui tentent de me complimenter sur mon physique, je suis tout de même sensible. Plus que je ne le souhaiterais bien souvent. Et c’est justement pour ça que je parle encore avec cet abruti. Parce que j’ai lu son dossier entièrement et qu’il me fait ressentir de l’empathie, de la compassion. Je sais, pas vraiment compatible avec l’intransigeance du métier que je vais exercer d’ici quelques années. Mais c’est ainsi que je suis. Un cœur tendre derrière toutes ces connaissances que je balance pour me protéger la plupart du temps. Je sais qu’il tente de s’en sortir, et j’imagine que cela doit être difficile car il n’a pas d’entourage et que pour vivre il est boxeur. Se battre pour vivre alors que l’on sort de prison, cela a une connotation bien différente que pour les autres sportifs de haut niveau. Je soupire et décide de poser les armes alors qu’il semble braqué par le fait que je ne cesse de lui envoyer des piques. Non pas que je n’aie pas de répartie cinglante à lui sortir, je pourrais. Mais parfois il faut savoir quand être plus gentil, moins incisif. « Les gens normaux font des erreurs Tellers. Ce n’est pas une bêtise qui fait de toi quelqu’un de peu fréquentable. » je me mords la lèvre, cela me coûte d’être gentille alors que l’on est très piquants envers l’autre depuis que je le connais. Mais je continue de faire des efforts, car c’est un être humain après tout. « Si j’aimais les cas sociaux, je ne ferais pas des études de droit mais plutôt d’assistance sociale. Je pense que tu es seul, c’est pour ça que je t’inflige un peu de ma compagnie. Puis, je suis certaine que personne n’ose te remettre à ta place, alors ça ne doit pas de te faire de mal qu’une jeune te fasse un peu la morale sur ton alimentation. » Je récupère un autre paquet de gâteaux pour me récompenser d’avoir été aussi mature et de ne pas lui avoir lancé de piques pendant plus de trois minutes et me prépare à aller à la caisse. « Tu viens ? Ou tu veux que je t’apprenne à choisir des légumes parce que tu es incapable de reconnaitre ceux qui ne sont pas murs ? » Je me retourne et le regarde en souriant. Il ne faut pas croire que j’allais totalement cesser de le narguer. Sympathique, oui, mais toujours moi-même voyons.



_________________
All for One.
○ Certains vous penseront stupide de croire, en des utopies, en vos liens familiaux hors du commun. Ce sont eux les idiots, ceux qui n'espèrent plus, ce qui abandonne l'idée de rêver, d'y croire de vouloir des choses formidables. Ils sont à plaindre, car ne pas vouloir le bonheur est bien triste.
   
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Dim 2 Nov - 12:30

La naissance de Wesley n'avait pas été vraiment désiré. Il avait toujours eu l'impression que ces parents se foutaient totalement de sa présence sur Terre et du coup, il devait tout faire pour attirer leur attention. Cela ne fonctionnait pas vraiment très bien avec son paternel. La mère de Wesley était un peu plus présente pour lui mais c'était loin d'être une relation fusionnelle entre les deux. Même lorsqu'il était gosse, Wesley se faisait remarquer partout où il allait. Dans son quartier, il avait son petit groupe d'amis. Il était très connus mais pas pour celui qui rendait service ou son amabilité. Oh non, pas du tout ! Il était plutôt connus pour ces mauvais coups, ces farces, etc.. Ces grands-parents étaient un peu déçus de lui. Ils voulaient le meilleur pour leur petit-fils mais Wesley n'était pas ce qu'on appelés un bon garçon. Dommage mais c'est comme ça ! Au fil du temps, Wesley s'était pris au jeu d'être un mauvais garçon. Faut dire qu'il avait tout pour cela : l'allure, les tatouages, sa façon de parler, de s'alimenter.. C'était devenu une habitude d'agir comme cela. Il ne se forçait pas, c'était naturel chez lui. Wesley n'avait pas la moindre peur de s'approcher des autres. Il ne se gênait pas pour les approcher mais à l'inverse, engager une conversation et même la tenir c'était assez difficile pour lui. Il n'était pas très bavard et bien plus habile avec les gestes qu'avec la parole. De toute façon, pour aller baiser une femme dans les toilettes il n'avait nullement besoin de faire de longs discours. Les femmes comme Alysson, il les aimait beaucoup. Celles qui ne se gênaient pas pour lui répondre ou le remettre à sa place étaient celles qui l'attiraient le plus. Les défis, il adorait ça. Toujours plus loin. Toujours plus haut. Wesley repoussait sans cesse ses limites. Un grand sourire, il croisait les bras sur son torse en ne détachant pas son regard de la jeune femme. En général, quand il faisait cela, il voulait juste la mettre dans son lit mais pas là. Pas cette fois. C'était juste une sorte de jeu qui s'était mis en place entre eux deux. Le jeu du chat et de la souris. Mais lequel était le chat et lequel la souris ?! Hum, ça dépendait du moment. Wesley s'efforçait tant bien que mal de garder le contrôle dans tout ce qu'il faisait mais parfois – face à des femmes tel qu'Alysson – c'était loin d'être gagné d'avance. Dans ce qu'elle disait, Alysson marquait des points. C'est vrai que Wesley n'était pas vraiment un méchant garçon. Il essayait juste de se donner l'image d'un mauvais garçon, c'est tout. Mais quand on sait tout ce qu'il a dû traverser seul et la manière dont ses propres parents l'avaient rejetés, Wesley se défendait et se protégeait comme il le pouvait tout simplement. Il a mis plusieurs années à se construire sa carapace. Ses séjours en prison l'ont conduit là où il en était aujourd'hui. Mais maintenant, il voulait juste devenir quelqu'un de meilleur. Avoir une femme à lui, des enfants, un chien, une vraie maison. Seulement le chemin à parcourir pour obtenir tout cela sera long. Déjà, plus de drogue. Wesley avait arrêter de dealer et d'en consommer aussi. C'était dur au début mais plus le temps passait et plus il se sentait capable d'y arriver. La tirade qu'il venait de faire semblait avoir touché la demoiselle. Une larme vint se perdre sur la joue de Wesley mais il l'essuyait bien vite avant que quiconque puisse la voir. Personne ne devait savoir qu'il avait un cœur et encore moins qu'il pouvait pleurer. Sortir de prison ce n'est déjà pas facile à vivre. Mais sortir de prison et voir que le monde vous fuit, c'était encore plus difficile. Personne n'était pas là pour l'aider. Enfin si, il y avait Beth et peut-être Kayla mais là encore, la situation entre Kayla et lui semblait compliqué. Et puis, elle était flic. Ça ne rendrait en rien les choses faciles entre eux deux. « Ouais peut-être bien mais quand tu répètes cette erreur une dizaine de fois c'est bien qu'il y a un problème non ?!! » La violence était en général la cause de l’emprisonnement du jeune homme. Il savait bien que c'était de sa faute et qu'il devait apprendre à se maîtriser mais la vérité, il avait un peu de mal. Déjà, en prison, il avait pris des cours pour rattraper son retard dans la lecture et surtout l'écriture. Bon, ce n'était pas encore ça et son écriture était similaire à une écriture de bébé. Une nouvelle fois, Alysson avait frapper en plein dans le mil. Wesley était seul. Il était seul depuis tellement de temps qu'il ne comptait plus les jours, semaines, mois, années. Ça lui coûtait beaucoup d'avouer cela mais ce n'était que la simple et pure vérité. « La solitude ne me dérange pas tu sais. J'ai l'habitude de l'être depuis que je suis né. Ma naissance n'était pas désiré. Mes parents se fichent pas mal de ce qu'il peut m'arriver. Pour être franc, t'es la première personne qui ose me remettre à ma place mais aussi bizarre que cela puisse paraître, ça ne me dérange pas. » Un petit sourire en coin, il reprenait son panier à roulette et suivait la jeune femme à la caisse du supermarché. Il détestait attendre ou faire la queue mais bon, il faut bien manger dans la vie. « Tu veux vraiment faire ma cuisinière ? Parce que je crois qu'il faudra tout revoir depuis le début. Je suis le seul type capable de rater des pâtes ma jolie ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire.
Job : Etudiante en droit, serveuse dans un restaurant.
Age : 21 ans.
Célébrité : Victoria Justice
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: all i want for christmas is you !
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   Jeu 6 Nov - 20:10




Wes & Alysson


    La solitude n’est pas quelque chose que j’apprécie. Enfin, si. Les moments seuls sont importants. Pour réfléchir, se poser, ou tout simplement respirer. Toutefois, la solitude en tant que telle ne m’inspire pas. En effet, nous autres êtres humains avons l’instinct grégaire. De même que les loups et d’autres mammifères, nous sommes faits pour vivre en groupe. C’est là notre fonctionnement naturel. Notre groupe de base est la famille. Et Wesley en est dépourvu. Ses amis doivent également se faire rares à cause de ses diverses peines de prisons. Alors je deviens plus douce en pensant à cela. Je ne peux continuer d’être dure, pas lorsque je trouve que quelqu’un souffre d’une injustice. Oui. Ce n’est pas normal que certains aient tant d’entourage – comme moi – alors que d’autres n’ont rien. Je lève alors les yeux au ciel en l’écoutant. Inutile. Il ne peut noircir le tableau en ma présence. J’ai lu son dossier, et la mémoire ne me fait pas encore défaut dieux merci.« L’homme n’est pas un être parfait. Et je connais ton dossier, alors cesses de tenter de noircir le tableau en parlant de tes conneries. » je lui rétorque simplement sans plus d’émotions que ça. Je n’ai pas pitié de lui. De toutes façons, quelque chose me dit qu’il ne le prendrait pas vraiment bien si tel était le cas. C’est juste que ma chance insolente de cette fratrie magnifique me laisse un goût amer, lorsque je nous vois si nombreux, et que je vois tant de gens esseulés.

« Mes parents non plus, ne me désiraient pas vraiment. Pour autant, je suis tout sauf seule. Et tant mieux si tu aimes que je te remette en place, car je ne compte pas arrêter. » je lui réponds et cette fois je ne peux masquer un léger sourire. Oui. J’ai toujours eu Jayleen pour prendre soin de moi, Logan pour me conseiller avec sagesse, Amber pour me dire d’étudier avec sérieux, Kate pour m’apprendre que la vie a bien meilleur goût lorsque l’on en profite, et Bryan ma moitié, mon complice en crime. Puis, il y a aussi eu Aiden, ce guide, ce père, cette figure d’autorité qui me manque toujours autant en dépit des années passées. Si ils n’avaient pas été là, j’aurais pu être comme Wesley, seule. J’ai eu la chance d’avoir tous ces êtres extraordinaires pour m’entourer, me cajoler, m’enseigner, et surtout, surtout pour m’aimer sans condition. Alors je suis normale, du moins autant que faire se peut. Jamais je n'ai ressenti le manque de mes géniteurs. Jamais je ne me suis sentie différente ou stigmatisée à l'école. Ils sont ma famille, ils sont cette partie de moi que je ne peux renier, que je ne peux oublier. Ils ont fait de moi la femme que je suis devenue, et même si je suis loin d'eux, je ne peux pas leur tourner le dos. Même si ces temps ci nous ne sommes pas forcément d'accord, ils n'en restent pas moins les personnes les plus importantes de mon existence.

Rejetant ma nostalgie au loin, je me tourne et me dirige vers la caisse. Tout ira bien pour lui, je pense, j’espère. Et il est temps pour moi de rentrer prendre mon goûter aussi. La faim creuse petit à petit mon estomac vide et plein d’envies. « Je ne compte pas être ta cuisinière. Et il faut vraiment être distrait pour louper des pâtes. Prendre soin de toi, c’est la première étape pour prendre soin de quelqu’un d’autre plus tard tu sais. Sois rigoureux, soigneux, et tu verras la cuisine se passera beaucoup mieux. » ‘et pas que’ ajoutais-je mentalement. Etrange de conseiller un homme qui aurait l’âge d’être votre frère ainé de pas mal d’années. Toutefois, je sens cela justifié. Je me suis toujours su mâture, mais là c’est carrément un autre stade. Pour autant, je ne m’en plains pas. Je ne déteste pas ça, pas du tout. C’est même plutôt agréable ce genre de rapport pour le moins étrange.



_________________
All for One.
○ Certains vous penseront stupide de croire, en des utopies, en vos liens familiaux hors du commun. Ce sont eux les idiots, ceux qui n'espèrent plus, ce qui abandonne l'idée de rêver, d'y croire de vouloir des choses formidables. Ils sont à plaindre, car ne pas vouloir le bonheur est bien triste.
   
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson   

Revenir en haut Aller en bas
 

(+) Boite de conserve ou surgelés ?! w/alyson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A la recherche d'une (très grosse) boite de conserve.
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé
» Waaagh du boss ouvr'boite
» dreadnought ou boite ki tue
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps abandonnés-