NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre → les grains de café
Job : courtier en bourse.
Age : 23 ans.
Célébrité : tom handsome felton.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 12:19





Maxxim Soren Madsen


Je m'appelle Maxxim Soren Madsen et je suis né à Londres le 18 Mars 1991. Donc si vous savez compter, ça veut dire que j'ai 23 ans. Je suis d'origine danoise par mon père et anglaise par ma mère, et je suis fils unique. J'aime les femmes et je suis actuellement célibataire. Dans la vie de tous les jours, je suis broker et je fais partie des café corsé. J'ai un projet dans la vie : réussir une brillante carrière de broker pour faire taire mes parents et m’offrir une belle vie. Mais surtout, mon rêve c'est de revenir en arrière et de réparer mes erreurs..
Comment définirais-tu ton caractère ?
Maxxim est un jeune homme très ambitieux. Toute sa vie, il a été bassiné par ses parents comme quoi le travail est la chose la plus importante qui soit. Il n’y croyait pas trop autrefois, mais il se pliait aux exigences de son père et sa mère. Mais avec le temps, et après de nombreux conflits avec ses parents qui ne croyaient plus en lui parce qu’il pensait différemment, et ses autres problèmes, il s’avérait que le travail était tout ce qu’il avait. Travaillant dur, il a prit l’habitude de se plonger dans le travail pendant des heures, sans même voir le temps passer ou se lasser. Bourreau de travail, Maxxim veut devenir quelqu’un d’influent et montrer qu’il peut s’en sortir seul. C’est un acharné, il ne baisse jamais les bras et lorsqu’il entreprend quelque chose, le Madsen fait tout pour réussir –acharnement qui porte ses fruits vu sa situation. Solitaire, Maxxim est peu entouré en dehors du travail. Si certains ressentent le besoin d’être seul, pour lui, c’est différent. La solitude s’est installée petit à petit, et vivant seul dans un grand appartement, il avait tendance à s’isoler. Maintenant, il vit cette solitude comme un véritable enfer mais il ne se sent pas prêt à se jeter à corps perdu dans une foule pour y remédier. Il refuse de s’attacher mais cela ne fait pas de lui un coureur de jupons, non, il déteste ça. Il respecte trop les femmes, et se respecte trop pour faire ça. Il ne croit plus trop en l’amitié homme/femme depuis son histoire avec Castiel, mais entretient tout de même quelques relations amicales avec des femmes sans vraiment se confier. Maxxim est quelque peu égoïste, mais pas comme on le pense… Il fréquente les gens uniquement pour se sentir moins seul. Il fait parfois semblant de s’intéresser aux gens pour qu’ils restent auprès de lui, et tuer le temps. Il cherche à se divertir, et veut, grâce aux gens, apprendre de nouvelles choses, les entendre parler de leurs passions, voir à quel point ils aiment telle ou telle chose. Il se force à voir du monde pour oublier sa tristesse. On peut dire, oui, qu’il se sert des gens pour ne plus être un jeune homme misérable et seul à seulement vingt-trois ans. C’est un ami exemplaire lorsqu’il accorde son affection et sa confiance à quelqu’un, il est protecteur, franc et taquin. Quand il trouve quelqu’un qui le fait se sentir bien, c’est un Maxxim totalement différent qui refait surface… le Maxxim d’avant. Après avoir été frappé par son père pour un rien, Maxxim est devenu très impulsif. La moindre chose qui va de travers peut le rendre agressif, voire violent. Il n’est pas très patient non plus. Parfois, il a l’air d’être quelqu’un de froid et distant, mais lorsqu’on le connait, il est chaleureux et ne demande qu’à être apprécié, et à passer de bons moments avec des amis. Si Maxxim vous donne l’opportunité de mieux le connaitre, foncez, vous ne le regretterez pas… le jeune Madsen est quelqu’un d’entier, un feu ardant qui s’éteint lentement.

Parle-nous de ton métier :
Maxxim est ce qu’on appelle un « broker ». Il travaille dans une grande société de courtage, rattachée à une banque d’affaire.  Les chiffres, les affaires, c’est son domaine. Il doit jouer l’intermédiaire entre un acheteur et un vendeur, et facile les échanges entre les traders. Il doit jongler avec des chiffres toute la journée, et passe son temps à courir dans tous les sens, et est quasiment toujours au téléphone. Il assure la mise en contact des vendeurs et acheteurs, et assure la liquidité du marché. Maxx a passé son enfance à travailler dur pour satisfaire ses parents, et prenait un tas de cours à domicile pour perfectionner son bon niveau. Si à l’adolescence il avait développé une sorte d’allergie aux chiffres tant il avait passé du temps à faire des exercices de mathématiques, à la sortie du lycée, il avait immédiatement souhaité rejoindre le milieu des finances. Il avait toujours été fasciné par ce milieu, et avec le temps, son changement de personnalité avait facilité son intégration dans ce milieu complexe. Il ne voulait pas faire comme ses parents, et a voulu prendre sa propre voie. Son métier lui plait beaucoup, si bien qu’il se perd dedans et ne fait rien d’autre.

Raconte-nous quelle est ton aspiration dans la vie :
Si Maxxim a sa place parmi les « café corsé », c’est parce qu’il se consacre corps et à âme à sa carrière professionnelle. Sa situation familiale et le fait de ne plus voir sa meilleure amie l’a complètement bouleversé. Il a apprit à enfiler un masque tous les jours pour aller travailler, jouant l’homme souriant, épanoui, se montre agréable et chaleureux avec ses clients… Un homme d’affaire, quoi. Tout le monde pense que quand il quitte le boulot, il rejoint une petite amie, il jouit d’une vie agréable et d’un mode de vie excessif… Alors qu’en réalité, Maxxim rentre chez lui à reculons car il sait qu’il va se retrouver seul et qu’il ne pourra pas rejoindre sa meilleure amie, se vider la tête et décompresser. Rien ne le distrait, rien ne le rend heureux… Sa vie est triste et sa carrière professionnelle est sa seule réussite, son seul « bonheur ». Il fait tout pour devenir le meilleur afin de prouver inconsciemment à ses parents qu’il pourrait réussir sans ses parents.



Behind the screen

Pseudo HIMR. Prénom Béa. Fille ou garçon Fille    . Age 19 ans. Pourquoi vous êtes-vous inscrit sur MC ? Parce que le forum a l’air trop coolos   . Comment l'avez-vous connu ? Dieu m’a donné la foi, un p’tit je ne sais quoi et ce fut MC. Fréquence de connexion 5/7j. Avatar Tom Felton  88 . Pourquoi cet avatar Parce que Felton il est formidable, y a pas de mots quoi .  Statut inventé. Lien du scénario [url=LIENDUSCENARIOICI]scénario[/url] Voulez-vous être parrainé ? Non merci.   Code du règlement Mocha.

Code:
[color=IndianRed][b]TOM FELTON[/b] ●[/color] Pseudo


Dernière édition par Maxxim S. Madsen le Ven 17 Oct - 13:32, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Job : courtier en bourse.
Age : 23 ans.
Célébrité : tom handsome felton.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 12:20






My life


Madsen. Un nom difficile à porter malgré les apparences. A l’extérieur, la famille Madsen est une famille riche et puissante, à qui absolument tout sourit : amour, famille, travail… Les époux Madsen avaient un fils, Maxxim, qui lui aussi semblait parfait aux yeux des autres. Une jolie petite famille que tout le monde apprécie, et qui, en apparence, apprécie tout le monde. Mais comme vous le savez, les familles qui paraissent heureuses et exemplaires sont celles qui cachent le plus de choses. A la maison, tout était moins rose. Adelaide et Jefferson Madsen ne cessaient de se disputer, Jefferson ne supportant pas que la carrière de sa femme soit aussi brillante que la sienne « Tu es une femme, tu n’es pas faite pour travailler et encore moins prendre la place d’un homme ! », disait-il souvent. Adelaide quant à elle, en plus de se défendre avec une hargne indescriptible, adorant remuer le couteau dans la plaie, trouvait la bonne réplique pour castrer son mari qui envoyait tout promener sur son passage. Bon nombre de verres furent brisés, de vases projetés et d’obscénités prononcées en présence de Maxxim. La nourrice passait la plupart de son temps à attraper le petit garçon sous son bras pour l’emmener jouer dans sa chambre afin qu’il n’assiste à tout cela. Oui, ses parents étaient d’odieux personnages. Homophobes, très pieux et racistes en privé, nombreuses furent les fois où ils tentèrent de bourrer le crâne de leur jeune fils afin de transmettre cette haine pour leur prochain. Malheureusement, jamais ils n’y parvinrent.

Toute sa vie, Maxxim avait suivi les traces de ses parents. Une scolarité exemplaire, plusieurs activités extrascolaires pour le rendre créatif, l’ouvrir au monde et aux multiples possibilités qui s’offraient à lui (peinture, musique, théâtre, dessin, sport), des cours à domicile pour consolider son niveau dans toutes les matières… Maxxim n’avait pas une seule minute pour souffler. Il était hors de question, pour les époux Madsen, que Maxxim se tourne les pouces et se contente d’être un bon élève comme les autres. Non. Un Madsen se devait d’être excellent, que dis-je, parfait. Ecraser les autres devait être une satisfaction et sa seule motivation pour réussir dans la vie. Bien entendu, en tant que fils exemplaire, Maxxim voulait bien faire et faisait tout pour rendre fiers ses parents. Si au début il avait râlé face à la quantité de travail qu’il avait, très vite, il s’était rendu compte que crouler sous le travail et réussir seul était un bon moyen d’exister aux yeux de ses parents. Même si ce qu’il faisait n’était jamais assez bien. Car si ses parents tenaient absolument à ce qu’il soit un bon élève, ce n’était pas pour que sa vie soit belle et facile. Du genre : jolie maison, jolie femme et belle voiture. Pas du tout. C’était pour et uniquement pour leur image qu’ils faisaient ça. Ils avaient passé des années à bâtir leur petit empire et il était hors de question que leur progéniture ne vienne tout gâcher. Maxxim n’était pour eux qu’un enfant qui devait refléter la réussite de ses parents… Une sorte de trophée. Combien de fois Maxxim était-il rentré surexcité à la maison pour raconter sa journée à ses parents, qui demandaient immédiatement ses notes, si par hasard, il s’était fait remarquer en bien par ses professeurs… Son bien être n’était pas une préoccupation, car pour Adelaide et Jefferson, Maxxim ne pouvait qu’être heureux dans un tel foyer. La question ne se posait même pas. Comme personne ne l’écoutait chez lui, c’était à sa nourrice qu’il racontait tout ses petits secrets : les petites chamailleries avec des copains, ses histoires de cœur (petit, il était un tombeur, oui oui), les bêtises qu’il faisait à l’école, et sa Nanny riait en lui ébouriffant les cheveux. Sa Nanny n’était pas la seule personne à qui Maxx se confiait, ça non ! C’était plutôt la seule adulte avec qui il discutait de manière sincère, sans avoir peur de se faire punir si jamais il avait fait une bêtise. Dans la vie, le blondinet avait une complice. Un visage fin et délicat, un regard auquel vous ne pouviez refuser quoi que ce soit, un sourire radieux et une allure de petite princesse tant elle était belle, malgré un caractère bien trempé… Cette fille s’appelait Castiel.

Petits, Castiel et Maxxim passaient leur temps ensemble. Lorsque vous passiez près d’eux, il n’était pas rare d’entendre leurs rires et leurs grandes théories sur le monde des adultes. Ils parlaient de tout et n’importe quoi, toujours assis sous le même banc qui se trouvait sous le préau de leur école. C’était sous ce préau qu’ils aimaient se confier l’un à l’autre, racontant leurs soirées à la maison, ce qu’ils avaient vu à la télé, entendu de la bouche des grandes personnes… et comme tout bon enfant qui se respecte, ils croyaient tout ce qu’ils entendaient et jouaient les grands eux aussi. Un jour, Castiel fit part de sa découverte concernant ses parents à Maxxim, qui s’était empressé de répondre « Deux papas ? C'est impossible ! Tu m'as dis que c'était ton oncle... ». Maxxim n’avait pas trouvé bizarre que Castiel se retrouve avec deux papas, mais il était surpris, comme tout enfant : comment c’était possible qu’un monsieur et un monsieur puisse avoir un bébé ? C’était très curieux cette histoire ! Il pinçait son menton en fixant sa copine puis dit « Tu dois être une fille spéciale si tu as deux papas. Il faut que je regarde dans mes livres ce qu’ils disent ! ». Maxxim avait toujours le nez dans ses bouquins. Il était curieux et se posait un tas de questions, chaque jour que Dieu faisait. Parfois, sa nourrice lui répondait mais n’ayant malheureusement pas pu suivre une éducation correcte, ne pouvait répondre à tout. Ses parents, quant à eux, se fichaient bien de tout ça. Il se débrouillait donc et s’informait un peu partout. Et ce soir, en rentrant, il allait plonger dans ses livres pour tenter d’avoir une explication. Quand sa nourrice l’avait vu dans ses bouquins, elle lui avait demandé ce qu’il faisait. Spontanément il avait répondu à sa confidente « Nana, tu savais que Castiel elle avait deux papas ? ». Malheureusement, Adelaide passait dans le couloir à ce moment et entra dans la chambre de son fils « Comment, Maxxim, qu’est-ce que tu dis ? », il se pinçait les lèvres pour répondre « Rien ! ». Adelaide demandait en le fixant, avec un petit air dédaigneux « Castiel… C’est la petite mal peignée avec qui tu vas à l’école parfois ? ». Maxxim ne comprenait pas vraiment ce que sa mère voulait dire, mais il répondait en la regardant bizarrement « Mal peignée ? Je suis copain avec elle, pas ses cheveux moi ». Elle avait soufflé, agacée, avant de descendre en hurlant « Alors ça ! JEFFERSON ! JEFFERSON TU NE DEVINERAS JAMAIS ! ». Et depuis ce jour, Maxxim n’avait cessé d’entendre des méchancetés sur sa meilleure copine et ses papas.

Le temps passait et le duo Maxxiel traversait les années. Cinq ans plus tard, la nourrice de Maxxim n’était plus là, décédée d’une longue maladie qu’elle avait tenté de combattre pendant deux ans. Son décès avait été très douloureux pour le jeune Maxxim qui avait, comme toujours, pu trouver du réconfort dans les bras de Castiel. Entre eux, pas de tabous, pas de gêne, rien. Il se fichait de pleurer dans les bras d’une fille, parce que cette fille c’était sa Castiel, pas n’importe quelle potiche de la cour de récré. Ah ça, non. Plus il grandissait, plus ses relations avec ses parents étaient tendues. Il avait beaucoup plus de mal à se consacrer pleinement aux études, voulant aller jouer avec ses copains, traîner avec Castiel après une longue journée de cours… Il n’était plus aussi docile qu’avant, et cela posait un sérieux problème aux époux Madsen. Pour faire revenir son jeune fils dans le droit chemin, Jefferson commençait à prendre la mauvaise habitude de lui mettre des gifles à tout bout de champ pour l’intimider et faire en sorte qu’il lui obéisse. Puis avec le temps, les gifles autrefois rares, devenaient des coups très fréquents. Adelaide, quant à elle, fermait les yeux sur les actions de son cher mari car elle tentait de sauver leur pathétique mariage. Oui, rien n’allait plus entre Adelaide et Jefferson, mais ils ne pouvaient se permettre de divorcer… Hein, leur fils ? Oh, ça, ce n’était pas un souci. Le souci était plutôt l’image qu’ils allaient donner aux autres. Maxxim aurait sans doute préféré qu’ils divorcent, pour ne plus supporter les disputes et les coups de son père. Le blond ne disait pas à sa meilleure amie qu’il se faisait frapper par son père, il lui disait seulement « Je m’en suis prit une hier, je le déteste », et Castiel lui répondait « Mais Maxxim ça peut pas continuer comme ça !! Je vais pas le laisser te faire ça encore longtemps ! ». Maxx haussait les épaules et lui disait en mettant ses mains devant elle « Du calme Cas’, c’est rien. Je sais me défendre, je suis un grand garçon », avec un petit sourire pour la rassurer. En réalité, il ne se défendait pas. Il se laissait faire, car il n’avait pas le courage de frapper son propre père, son géniteur, son modèle. Oui, son père était ignoble et violent, mais malgré leurs désaccords, Maxxim avait été élevé dans l’admiration de son paternel et il était difficile pour lui de changer cela. Les insultes que proférait son père à son encontre commençaient à sérieusement l’atteindre, mais il faisait semblant de n’en avoir rien à faire, pour ne pas donner la satisfaction à Jefferson de voir son fils totalement soumis. Maxxim subissait en silence.

« Je te dis de me lâcher !! » , hurlait Maxxim à l’intention de son père. Jefferson tenait son fils par le col de sa chemise et le secouait comme un prunier. Un énième désaccord venait de provoquer une violente dispute, et comme souvent depuis quelques mois, Jefferson était incapable de se contrôler et en venait directement aux mains. Une larme perla la joue du jeune homme alors qu’un flot d’insultes insoutenables sortaient de la bouche de son paternel. Jamais il n’aurait pu imaginer que son père exploserait à ce point là en entendant que son fils avait des projets et des opinions différentes de celles de ses parents. Adelaide et Jefferson avaient tentés de bourrer le crâne de leur fils, mais cela n’avait pas fonctionné. Jefferson ne pouvait que constater cet échec qu’était Maxxim, et il ne parvenait pas à le digérer. Inutile de décrire la scène qui suivit… Qui fut d’une violence scandaleuse. Alors que Maxx se redressait après avoir prit une énorme correction, il plaqua son père contre le mur et prit son élan pour lui mettre un coup de poing. Il fixait son paternel droit dans les yeux, en larmes, et laissait son regard clair faire la navette entre son père et son poing tremblant, qui refusait de s’écraser contre le nez de Jefferson. Son père ricanait avant de le bousculer violemment pour aller voir Adelaide, qui lui massait les épaules afin de le calmer. Pas un regard pour son fils, pas un. Il montait dans sa chambre et claqua la porte. Il se mit devant le miroir de la salle de bain et fixait son reflet… Les mains de chaque côté de la vasque du lavabo, il respirait et ouvrait sa chemise en deux temps, trois mouvements, arrachant quelques boutons au passage. Il suffoquait, il ne supportait plus cette situation. Il baissait les yeux et vit plusieurs ecchymoses apparaitre sur son torse, près de ses côtes… Et en reportant son regard sur son reflet, il vit que sa pommette avait bleuie et qu’un filet de sang coulait de son nez. Il se passait de l’eau fraîche sur le visage, eau dans laquelle se confondaient des larmes. Des larmes de haine, plus que de tristesse. Il aurait aimé tuer son père mais il n’en avait pas le courage. Non, il n’avait pas ce qu’il fallait dans le pantalon, ne serait-ce que pour lui rendre un seul coup. Il avait eu besoin de plusieurs mois pour pouvoir lui répondre en le regardant dans les yeux, pour le défier, mais qui sait combien de temps il lui faudrait pour parvenir à se défendre avec les poings. Une chose était sure : le jour où il serait prêt, il n’hésiterait pas à calmer son père.

Après s’être calmé un peu, ce soir là, Maxxim allait envoyer un message à Castiel pour lui dire qu’il allait passer. Sans doute allait-il passer la nuit chez elle, ne pouvant rester une minute de plus dans cette maison. Il risquait de devenir fou. C’est en prenant son téléphone qu’il vit que sa meilleure amie lui avait envoyé un message. Un message qui aurait pu paraitre banal si Maxx ne connaissait pas aussi bien Castiel. A peine venait-il de lire la dernière ligne de ce texto, qu’il se retrouvait déjà en dehors de la maison des Madsen. D’un pas rapide, il se rendit à la demeure des Arghezi où Castiel était seule. Elle allait commettre l’irréparable, il le savait, il le sentait. Ayant le double des clés, il pénétra dans la maison pour monter les escaliers à une vitesse incroyable. Ses jambes montaient les marches quatre à quatre, et il courait jusqu’à la chambre de Castiel. C’est là qu’il la vit entrain de porter une petite boîte à ses lèvres. Il s’exclama en courant vers elle « CAS' ! ». Une fois à sa hauteur, il attrapait les somnifères pour les jeter plus loin « T'ES FOLLE ? QU'EST-CE QUI TE PREND ? ». Son cœur fit un bond et il reprit son souffle alors que la crise de larmes de Cas’ s’amplifiait. Il l’attirait à elle pour la serrer dans ses bras, sans se rendre compte de sa force. Si le jeune Madsen n’était pas arrivé à temps, il aurait serré le corps inerte de sa meilleure amie, et cette pensée le terrifiait. Ne la lâchant pas une seule seconde, il écoutait attentivement Castiel lui expliquer la raison de ce geste, de son désespoir si soudain. Maxxim entra dans une rage folle en entendant tout cela, et la main douce de sa meilleure amie ne suffit pas à l’apaiser. Ce connard de Ryan avait essayé de la violer. Elle. Sa meilleure amie, la prunelle de ses yeux, sa vie, sa Castiel qu’il aimait tant. Il ne parvint pas à se contenir et il lâcha, sur un ton très calme alors que son visage trahissait la colère qui montait « Personne n'a le droit de s'en prendre à toi, personne. D'ailleurs tu sais quoi, je vais aller le trouver maintenant. ». Il allait tellement le défigurer que même sa propre mère ne le reconnaitrait pas. Peut-être même qu’il le tuerait. Oui, c’était certain. Rien ni personne ne pourrait le dissuader d’aller lui éclater la tête, non, personne. D’un pas déterminé et rapide, il sortait de chez Castiel pour se rendre devant la maison de ce fameux Ryan. La jolie brune le suivait et lui demandait de ne pas faire de bêtises, de laisser tomber… Mais cela ne fonctionnait pas. Il ne l’écoutait plus, il n’entendait plus que son cœur qui s’affolait tant sa haine était grande. Une fois devant la porte, il sonna à plusieurs reprises, ne lâchant pas la sonnette avant qu’il ne voit la porte s’ouvrir « Qu’est-ce que… », s’exclamait Ryan en voyant Maxxim devant sa porte, entrain de s’acharner sur la sonnette. Le malheureux n’eut pas le temps de finir sa phrase que le blond lui sauta dessus. Une fois son ennemi juré au sol, il se mit à le rouer de coups avec une violence sans nom. Le visage de Maxxim était méconnaissable, ses traits déformés par la folie qui s’emparait de lui. Ryan le suppliait d’arrêter, Castiel tentait de le calmer, mais Maxxim continuait. Il frappait de plus en plus fort, le visage rougit, les larmes aux yeux… Il se défoulait et ne se contrôlait plus. Plus il donnait des coups à l’autre abruti, plus sa force se décuplait et plus Ryan saignait. Son nez craqua sous les droites du jeune Madsen. A chaque coup de poings, il voyait le visage de son père, puis celui de Ryan… Le jeune homme n’avait que ce qu’il méritait, mais il prenait aussi pour Jefferson, qui avait, quelques minutes plus tôt, roué son fils de coups. La frustration de Maxxim ressortait au mauvais moment. Les poings couverts de sang, il ralentissait la cadence de ses coups dévastateurs et c’est à ce moment précis que Castiel parvint enfin à reprendre le contrôle sur son meilleur ami. Elle prit son visage entre ses mains, capta son regard clair bordé de larmes ce qui le stoppa net dans son élan « Arrête. S'il te plaît, arrête, il n'en vaut vraiment pas la peine, et toi tu vaux bien mieux que ça. Il a compris la leçon, viens, on s'en va. ». Sa voix douce revint enfin à ses oreilles, et il se redressa instantanément. Essoufflé, à bout de forces, il secouait ses poings à présent douloureux et mit un dernier coup de pieds dans les côtes de Ryan avant de s’en aller. Ses quelques secondes de passage à tabac avaient dû sembler durer une éternité pour Ryan qui se redressait, chancelant pour rentrer en vitesse chez lui. Castiel emmenait Maxxim plus loin et le remercia. En entendant son je t’aime, un sourire étira les lèvres du jeune homme, qui serrait son amie dans ses bras…

Un gage. Un simple gage donné par des camarades, allait tout chambouler. « Embrassez-vous, allez ! », criait un jeune, complètement euphorique. Les mains dans les poches, Maxxim restait très calme face à l’excitation des adolescents qui se tenaient autour des deux meilleurs amis. Il observait les gens avec un sourire amusé… Pourquoi est-ce qu’ils voulaient à tout prix qu’ils s’embrassent ? Est-ce que les imaginer ensemble faisait fantasmer leurs camarades ? Il trouvait toute cette agitation un peu étrange mais il ne dit rien. Castiel se défendait en disant aux jeunes qu’ils étaient simplement amis, et quelqu’un se mit à rire, doutant sérieusement des propos de la belle brune. Maxx haussait les sourcils, surpris par la petite moquerie de cette personne. S’ils savaient… Il ne s’était jamais rien passé entre eux, et cela resterait ainsi. Non pas parce que Maxxim ne trouvait pas Castiel jolie, au contraire. Il était le premier à reconnaitre qu’elle était magnifique, et qu’elle devenait de plus en plus radieuse au fil des années. Il s’estimait chanceux d’avoir une jeune fille comme elle à ses côtés depuis douze ans maintenant… Mais ce n’était pas pour autant qu’il se voyait faire quoi que ce soit de déplacé avec elle. Même l’adolescence qui en temps normal chamboulait les jeunes n’y pouvait rien … Rien n’avait perturbé leur amitié. Pas d’ambiguïté entre la jeune Arghezi et le jeune Madsen. Tout était très clair entre eux : ils s’aimaient, mais c’était strictement platonique. Pour eux, l’amitié homme/femme existait et ils en étaient la preuve vivante. Castiel jetait un regard à Maxxim, qui haussait les épaules. Après tout, un bisou n’allait pas les tuer, et ils seraient débarrassés qui plus est. Il laissait Cas’ s’approcher et l’embrasser. Cela avait duré une seconde, même pas, et c’était tout juste si Maxx avait pu sentir les lèvres de Castiel contre les siennes. Tout le monde se mettait à crier alors que Maxxim tentait de calmer d’un geste de la main les adolescents en voyant Cas’ s’en aller, apparemment contrariée. Il la suivit afin de la rattraper mais en voyant sa détermination sur le chemin, il avait préféré la laisser seule. Il était toujours sur son dos, de peur qu’elle ne refasse une bêtise comme un an auparavant, lorsqu’elle avait tenté de se donner la mort. Toute la soirée, il avait regretté d’avoir insisté à ce point pour qu’elle l’accompagne à cette soirée idiote. En se couchant ce soir là, il était loin de se douter des conséquences de ce petit baiser de rien du tout.

Le lendemain, Maxxim avait encore l’événement de la veille en tête. Il n’avait reçu aucun message de la part de Castiel, ce qu’il trouvait surprenant. Il se demandait si elle lui en voulait… ce qui l’aurait vraiment étonné car malgré les disputes qu’ils avaient par moment, ils ne pouvaient s’ignorer plus de cinq minutes. Juste le temps de se calmer. Après avoir envoyé un message à Castiel pour la prévenir de son arrivée imminente au lycée, il leva le nez et la vit au loin. Il alla la rejoindre rapidement pour la saluer et tenter de discuter comme si rien ne s’était passé. Seulement, ils ne se regardaient plus comme avant… Ils évitaient le regard de l’autre, un grand malaise était palpable lorsqu’ils se parlaient et Maxxim supportait difficilement cela. Rien n’allait dans sa vie, tout ne faisait qu’empirer, alors si en plus avec la seule personne au monde avec qui tout semblait si facile commençait à s’éloigner et à changer, il ne tiendrait plus le coup bien longtemps. Puis un jour, alors qu’ils étaient au lycée, toujours adossés contre le même mur, Castiel prononça LA phrase qu’il n’aurait jamais cru l’entendre prononcer un jour « Et si on sortait ensemble ? ». Maxxim cru s’étouffer en entendant cela « Hein ? Toi et moi, Cas ? Sortir ensemble, comme… dans sortir ensemble… ? Tu plaisantes ! ».. Non, elle ne plaisantait pas. Après avoir écouté ses arguments plutôt convaincants, Maxxim avait fini par accepter « Bon… T’as raison. Faisons le. Ca coûte rien d’essayer. » . Si, leur amitié, mais c’était encore loin d’être évident pour eux. Tout le monde parlait du couple Maxxiel. Les jeunes présents à la soirée se félicitaient d’avoir enfin permis aux deux amis de s’avouer leurs sentiments et de sortir ensemble. En réalité, ils avaient tout gâché. Avec leurs enfantillages, ils avaient mit terme à une amitié sans failles de douze longues années… Avant de sortir avec, il serrait déjà Castiel dans ses bras comme si il tenait la chose la plus précieuse au monde (ce qui était vrai en un sens), il lui faisait des cadeaux sans raisons, juste parce qu’il voulait lui faire plaisir, il lui prenait la main, lui disait à quel point elle était belle, importante, formidable. Cependant, maintenant qu’il sortait avec elle, embrasser Castiel dérangeait Maxxim. C’était la seule chose qui lui posait réellement problème avec le je t’aime, qu’il lui disait autrefois très facilement, qui prenait un autre sens aujourd’hui. Rien ne serait plus jamais comme avant, il le savait, et Castiel aussi. Ne pouvant plus se résoudre à faire semblant, Castiel et Maxxim prirent la décision d’arrêter là cette mascarade. Ils ne pouvaient plus continuer à sortir ensemble, cela ne faisait qu’empirer les choses… Malgré ce qu’il pensait, Maxxim fut affecté par cette « séparation ». Elle marquait la fin de ce couple improbable qui avait ruiné leur amitié si parfaite, et le début d’une nouvelle relation, toujours plus compliqué et inconfortable.

Rien n’était plus comme avant, c’était un fait. Maxxim ne pouvait plus rien y faire, si ce n’est vivre sa vie et passer au dessus de tout ça. Bien entendu, il souffrait de cette situation. Après dix-neuf ans sans une seule ombre au tableau, voilà comment les choses se passaient… Ils étaient toujours amis, parce qu’il était tout simplement impossible de tirer un trait sur une telle amitié. Même si les choses étaient différentes, il ne pourrait se résoudre à laisser tomber sa jolie Castiel. Cependant, ils ne se confiaient plus, étant trop mal à l’aise pour cela. Et plus un geste tendre non plus. Rien. Maintenant qu’il n’était plus collé à Castiel autant que quelques années plus tôt, les jeunes filles se bousculaient pour pouvoir fréquenter Maxxim Madsen, le riche et attirant blond de vingt-trois ans. Il ne comprenait pas les raisons de son succès auprès des femmes, mais il devait s’y habituer. Comme tous les jeunes hommes de son âge, il tentait de profiter de la vie. Il sortait avec une jolie fille, sympathique et drôle… Mais elle ne lui plaisait pas plus que ça. Il voulait juste se sentir moins seul et essayer de construire une relation à peu près similaire à celle qu’il avait avec Castiel. Il ne voulait pas avoir qu’une simple petite amie, il voulait une complicité hors du commun. Mais c’était peine perdue. Quelques semaines après le début de leur relation, la jeune femme mit un terme à leur couple. La raison de cette rupture ? Castiel. Elle n’était pas dupe. Elle avait bien vu la jalousie qui le rongeait lorsqu’elle voyait quelqu’un approcher de trop près sa meilleure amie, la nostalgie dans son regard en croisant Cas’ pendant une balade qui se voulait romantique avec sa copine… Il regardait parfois des photos d’eux sur son téléphone, et ce fut la goutte d’eau pour sa petite amie. Maxxim lui avait dit, de manière très froide « Eh bah dégage ! Qu’est-ce que tu veux que je te dise ! Je ne t’aime pas, non, tu as raison ! Oui, j'ai peur de perdre Castiel, oui ça me fait chier de ne pas la voir autant que je le voudrais. Elle reste mon amie quoi qu’il arrive, et si ça te dérange que j’accorde plus d’importance à ma meilleure amie d’enfance qu’à une conne que j’ai rencontré il y a moins d’un mois, en effet tu ferais mieux de te tirer. Allez, du vent, sors de chez moi. ». Une gifle, et une porte claquée. Il secouait la tête en pestant intérieurement contre cette petite conne. Il était remonté dans sa chambre, passant directement à autre chose, se fichant pas mal de cette fille. Le soir même, quelqu’un frappa à la porte. Ce fut Castiel, qui vint lui annoncer qu’ils ne pouvaient plus continuer comme ça. Il hochait la tête pour acquiescer, ne sachant pas quoi ajouter en réalisant qu’ils ressentaient exactement la même chose. Il était « heureux » qu’elle soit venue le voir pour lui dire cela, car il n’aurait jamais trouvé le courage de le faire. Elle lui baisa la joue, et partit sans se retourner. Il n’avait pas décroché un mot, et n’avait pas répondu à son je t’aime car c’était une évidence. Et pour être honnête, si Maxxim n’avait rien dit, c’était parce qu’il avait une boule énorme dans la gorge qui risquait de le faire fondre en larmes à tout moment. En refermant la porte ce soir là, il venait de clore un chapitre de sa vie, et de tirer un trait sur l’ancien Maxxim Madsen, celui plein de vie, drôle, amical et chaleureux, pour en accueillir un plus amer, solitaire et éteint.

« Ce n’est si grave, c’est bien mieux pour toi. Depuis que tu ne la fréquente plus, tu es différent, tu te concentre à nouveau sur le plus important : le travail ! », Lâcha sa mère en se resservant du vin. Bien sûr qu’il n’était plus comme avant. Maxxim était devenu peu bavard, se plongeait dans le travail pour oublier ce mal qui le rongeait : l’absence de Castiel à ses côtés. Il était amer, froid, distant avec tout le monde et plus rien ne parvenait à le distraire. La vie lui semblait terne et monotone sans elle. Il levait les yeux de son assiette pour regarder son père « Et puis ces gens… Ils ne sont pas fréquentables Maxxim ». Il fronçait les sourcils en reposant sa fourchette « Pourquoi ? Parce que ce sont deux hommes, c’est ça ? ». Adelaide riait nerveusement « Oui, puis cette petite sans mère c’est affreusement dérangeant. Comment peut-on donner sa fille à des gens comme eux ». Maxxim fermait les yeux pour ne plus voir le visage de sa mère qui se transformait en une énorme cible à travers laquelle il aurait volontiers jeté son assiette. Il soufflait en serrant les poings « Dans la vie des Madsen, il n’y a pas de place pour des gens comme ça. Il faut t’y fai… ». Il frappa de toutes ses forces sur la table, brisant un verre au passage et quitta sa chaise d’un bond « MAIS BORDEL FERMEZ LA !! FERMEZ LA !!!! C’est tout ce que vous trouvez à dire !? Vous vous êtes regardés un peu avant de juger les autres !? Ils s’aiment, ils aiment leur prochain et aiment leur fille plus que tout. Vous n’avez pas le droit de parler de la famille de Castiel comme ça !! Vous ne comprenez rien ! Ces gens sont de meilleurs parents que vous et ça vous fait MAL de le reconnaitre, parce que vous êtes des gros CONS ! ALORS MAINTENANT TERMINEZ CE QUE VOUS AVEZ DANS VOS ASSIETTES CA VOUS EVITERA DE DIRE DES CONNERIES PLUS GROSSES QUE VOUS !!!! ». Il hurlait et crachait ses propos au visage de ses parents sans sourciller. Il se foutait de leur réaction, de manquer de respect à ses parents. Cela faisait six mois qu’ils ne cessaient de lui dire cela et qu’il ne bronchait pas. Mais ce soir, il n’en pouvait plus. Il ignorait les cris révoltés de son père, puis fit ses affaires. Il allait quitter cette maison, quitter ses parents. Il ne voulait plus jamais les voir, il ne voulait plus dépendre d’eux. Plus jamais. Il voulait prendre son indépendance et ne plus avoir l’impression de faire partie de la même catégorie que ces gens là, parce que ce n’était pas le cas. Il valait bien mieux qu’eux…

Après avoir retrouvé une condition nettement moins avantageuse après avoir quitté le domicile familiale, refusant de recevoir le moindre centime venant de ses parents, Maxxim était parvenu à gagner beaucoup d’argent. Il travaillait dans le milieu des finances et gagnait bien sa vie. Il avait fait les bonnes rencontres, au bon moment, et il jouissait d’une vie plutôt agréable. Un grand appartement bien situé, une jolie voiture, des vêtements de marque… Tout le couplet du type aisé. Seulement, il restait toujours le même. Enfin, l’homme simple, le Maxxim qu’il était lorsqu’il n’était qu’un pauvre adolescent banal. En revanche, son caractère avait changé du tout au tout. Même lui ne se reconnaissait plus par moments. Il ne parvenait pas à accepter le fait qu’il devait vivre sans Castiel. Il avait l’impression de la croiser à chaque coin de rue, il revivait leurs meilleurs moments en boucle… Il n’en pouvait plus. Parfois, il se disait qu’il aurait aimé qu’elle ne fasse jamais partie de sa vie, car il ne souffrirait sans doute pas autant. Puis finalement, il se disait que sans elle, il ne serait sans doute plus là. Il avait toujours été un homme fort, faisant face à ses problèmes avec philosophie, ne se laissant jamais abattre même face à l’échec… Mais Cas’ l’avait aidé à devenir ainsi. Maxxim était un homme seul, désespérément seul, qui sortait avec quelques femmes histoire de se divertir un peu, de sortir. Parfois, il acceptait de revoir des jeunes femmes juste pour qu’elles restent avec lui, pour que quelqu’un lui parle et qu’il se sente moins seul… Mais la plupart du temps, il regardait le mur en attendant que le temps passe et que la jeune femme s’en aille. Le travail, et la solitude... C’était tout ce qui lui restait.





Dernière édition par Maxxim S. Madsen le Ven 17 Oct - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → Cow Girl Up
Côté coeur : Célibataire
Job : Palefrenière la journée, barmaid en soirée.
Age : 23 ans
Célébrité : Shelley Hennig
Age : 26

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: Trust me you can dance —Vodka
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 12:39

Bienvenue !

_________________
Quelquefois, vos paroles me reviennent comme un écho lointain, comme le son d’une cloche apporté par le vent ; et il me semble que vous êtes là, quand je lis des passages d’amour dans les livres. ▵ ©️endlesslove.
We mature with the damage, not with the years ▵
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Job : courtier en bourse.
Age : 23 ans.
Célébrité : tom handsome felton.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 13:01

Merci mademoiselle  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 13:03

Bienvenue parmis nous et bon courage pour ta fiche. :89:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Job : courtier en bourse.
Age : 23 ans.
Célébrité : tom handsome felton.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 13:37

Merci à toi bril
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 13:58

bienvenuuuuuuuuuuuuuue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 14:00

Bienvenue parmi nous bril

On voit pas assez Tom à mon gout, merci de venir corriger ça Et puis j'ai jamais vu Emma/Tom :77:

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : where are you ? and I'm so sorry, I cannot sleep I cannot dream tonight. I need somebody and always this sick strange darkness comes creeping on so haunting every time
Job : scripte
Age : 23 y.o
Célébrité : emma (perfect) watson
Age : 27

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I've got thick skin and an elastic heart. I’m like a rubber band, until you pull too hard #sia
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 14:21

moi aussi je laisse ma marque, y'a pas de raison ! t'es à moi je le montre
Maxx c'est la perfection incarnée jolem jolem jolem toi aussi jotem jotem jotem
FAISONS DES BÉBÉS MAXXIEL TOUT DE SUIIIITE

_________________


tu nous entends l'amour ?

tu nous entends ? si tu nous entends, il faut que tu reviennes parce qu'on est prêts maintenant, ça y est. on a déconné c'est vrai mais depuis on a compris, et là on a les paumes ouvertes avec notre cœur dedans, il faut que tu le prennes et que tu l'emmènes. tu nous entends l'Univers ? tu nous entends? si tu nous entends, attends-nous ! on arrive. on voudrait: tout comprendre, tout savoir, tout voir, tout vivre
@STUNNING - FAUVE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire.
Job : Etudiante en droit, serveuse dans un restaurant.
Age : 21 ans.
Célébrité : Victoria Justice
Age : 26

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: all i want for christmas is you !
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 16:28

Bienvenue à toi !
Et les cafés corsés, c'est la vie

_________________
All for One.
○ Certains vous penseront stupide de croire, en des utopies, en vos liens familiaux hors du commun. Ce sont eux les idiots, ceux qui n'espèrent plus, ce qui abandonne l'idée de rêver, d'y croire de vouloir des choses formidables. Ils sont à plaindre, car ne pas vouloir le bonheur est bien triste.
   
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 26

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 17:23

Bienvenue parmi nous :canard:

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 22:59

Bienvenue! Amuse-toi bien par ici Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Ven 17 Oct - 23:40

Bienvenue parmi-nous bril
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Job : courtier en bourse.
Age : 23 ans.
Célébrité : tom handsome felton.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Sam 18 Oct - 0:22

Qu'est-ce que vous êtes beaux ! bril
Merci à tous pour votre accueil, c'est adorable 88
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Sam 18 Oct - 1:14

Excellent choix d'avatar bril
Bienvenu parmi nous :canard:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Job : courtier en bourse.
Age : 23 ans.
Célébrité : tom handsome felton.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Sam 18 Oct - 1:53

Oh gosh, merci ! Et que dire du tien... Taylor
Merci à toi :minicoeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Sam 18 Oct - 3:18




Félicitations, tu es validé !


Pauvre Maxxim, il mérite pas de finir tout seul dans son coin En tout cas, j'ai beaucoup aimé ton histoire, et tout est parfait dans ta fiche, tu peux désormais commencer à jouer sur Morning Coffee bril

Pour bien commencer ton aventure parmi nous, voici une liste des endroits que tu devrais visiter, ou des choses que tu devrais faire :
→ Aller lire le GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE et la DESCRIPTION DE TOWN SQUARE.
→ Recenser ton MÉTIER, créer tes fiches DE LIENS, DE SUJETS, et ouvrir tes TÉLÉPHONE, FORMSPRING, TWITTER.

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff.

Tout l'équipe te souhaite un très bon jeu sur Morning Coffee :canard:

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Job : courtier en bourse.
Age : 23 ans.
Célébrité : tom handsome felton.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   Dim 19 Oct - 1:39

Je suis contente que ma fiche te plaise, je te remercie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.   

Revenir en haut Aller en bas
 

maxxim ► i am left in the cold, is this night the last of my life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» It's too cold outside for angels to fly [PV Gryfi] || Fini ♪
» Cold war Commander
» 03. This is the way you left me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: FINIES-