NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire
Job : A la recherche d'un emploi
Age : 23 ans
Célébrité : Amanda Seyfried
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: N'est-ce pas qu'ils sont beaux les chocolats viennois au Morning Coffee ?! (/^▽^)/ [X]
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.   Sam 29 Nov - 18:46




Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

"Tut tut, tut tut, tut tut...

C'est machinalement que je cherchais mon réveil, enfin, mon téléphone portable, vu que ça fait plusieurs années que je l'utilise aussi comme tel. C'est fou ce que le temps passe vite quand on dort, déjà 9 heures 30. Pas question de traîner au lit ce matin, aujourd'hui, j'avais rendez-vous avec Delilah, la jeune femme avec qui j'avais sympathisé lors de ma première visite au Morning Coffee. Péniblement, je me sortis de la chaleur du lit et me levais, puis partie en direction de la fenêtre la plus proche afin d'ouvrir les volets et éclairer la pièce. Cet instant quotidien était un supplice pour moi, mais surtout pour mes yeux qui supportaient de moins en moins la luminosité. Les yeux clairs, oui, c'est beau, mais qu'est-ce que c'est chiant.

Comme beaucoup de matinées lors du mois de novembre, le temps était grisâtre et les nuages cachaient le peu de rayons de Soleil qui semblaient vouloir caresser la ville de Town square. C'est vêtue d'une simple nuisette violette que je me dirigeais vers la salle de bain. Celle-ci était toute petite, mais c'était nettement suffisant pour le moment, le temps que le groupe soit de nouveau au complet. Je me mis à nu et entrai dans la douche. Je commençais toujours par mettre l'eau à température tempérée, mais à chaque minute qui passait, j'augmentais la chaleur de celle-ci, histoire de bien la sentir s'incorporer en moi, jusqu'à vider le ballon d'eau chaude. Gel douche à la coco, shampoing au citron, et après-shampoing aux plantes, et hop, c'était plié, et il fallait se confronter au froid de la sortie de douche. Et comme après chaque douche, j'utilisais moulte produits pour ma peau malheureusement fragile, sans oublier un bon lavage des quenottes. Attachant mes cheveux à l'arrache le temps de trouver ma tenue, je sortis de la pièce en peignoir.

Je me dirigeais vers ma garde-robe, blanche, toute simple et bidon. Mais bon, au moins, elle était incrustée dans le mur, ce qui me laissait plus de place dans l'appartement même. Je pris un ensemble de sous-vêtements noirs ainsi qu'une robe qui ressemblait à un tailleur, blanc, mais, bien que blanc, celle-ci n'était absolument pas transparente, et cachait très bien les sous-vêtements. J'aimais l'élégance et la féminité, j'adorai les femmes qui savaient l'être sans être vulgaire ou sans ressembler à des objets sexuels. Je n'étais pas féministe, mais je n'aimais pas non plus le machisme, et je n'aimais encore moins la vulgarité. Toujours en peignoir, j'ouvris la fenêtre dont j'avais ouvert les volets et regardais le thermomètre que j'avais installé. Bien. Il ne faisait pas froid du tout, je n'aurai donc pas à prendre de veste, juste un collant fin suffirait. J'en pris finalement une couleur peau, et m'habillais. J'en profitais par la suite pour ouvrir les volets de la seconde et dernière fenêtre, histoire de ne pas rester dans les ténèbres matinals, puis retourna dans la salle de bain. Sortant du mobilier sous le lavabo une boîte à chaussures en carton, je l'ouvris. La question, aussi difficile que le choix des vêtements, était maintenant concernant le maquillage. Étant dorénavant de nouveau célibataire depuis plusieurs mois, je pris la décision de ne pas faire trop dans le simple, sans pour autant en faire trop tout court. Pour commençer, comme tous les jours, je bannis le fond de teint. Je n'aimais pas en mettre, j'avais l'impression avoir de la peinture sur le visage, je trouvais cela très désagréable. Je pris deux fards à paupières : l'un blanc, l'autre noir, pour aller avec les chaussures, vous comprenez.... Et décidais d'en faire un dégradé. Puis vient le tour du mascara. Jamais je ne sortais sans mascara, c'était l'un de mes éléments de maquillage favoris, j'adorais ça, et en avais plusieurs différents. Celui qui fait de longs cils, celui qui fait des cils épais, un qui fait des cils volumineux, un autre donne un effet de cils moins nombreux... Sans compter les waterproofs ou les différentes couleurs. Je pris finalement un qui faisait plus naturel, des cils noirs, tout simplement. Puis un rouge à lèvres. Là aussi, c'était une de mes pièces maîtresses. Mais mon ex n'aimait pas ça, j'avais perdu l'habitude d'en mettre. Pourtant, l'effet est agréable, et en plus, l'odeur l'est aussi, que demander de plus. J'en pris un de couleur rosée. Je me détachais les cheveux, et les brossais, puis, les laissa finalement ainsi, c'était bien suffisant. Je pris le temps de tout ranger, histoire de laisser de la place en cas de besoin, douche comme toilette. Je pris la porte de la salle de nouveau puis réfléchie à une paire de chaussures. Comme le temps était plutôt bon, ma décision fut vite prise : ce sera mes escarpins noirs avec les orteils apparents sur le bout. Je pris un petit sac à main argenté à motifs d'arabesques noires, y fourra les objets utiles, et sortie de l'appartement et le ferma à clefs.

L'ascenseur ne semblait pas réparé. Tant pis, il me faudra descendre les trois étages en talons. Une fois au rez-de-chaussée, je vis entrer un jeune homme, sûrement un voisin dont j'ignorais encore l'existence jusqu'à aujourd'hui. Voyant les portes se refermer derrière lui, je lui demandai de mes les tenir -les portes- en accourant vers lui.

-Merci !"

Je lui souriais et lui fit signe de la main avant de tourner les talons et de m'engager dans la rue. Cela ne faisait pas très longtemps que j'étais arrivée, et j'avais un très mauvais sens de l'orientation, je ne savais pas trop où aller. Je me retournais pour voir si mon voisin était toujours là. Apparemment non. Dommage, j'aurai pu lui demander de m'indiquer le chemin. Je soupirai et décidai de m'enfoncer sur ces routes encore trop inconnues pour moi. Après plusieurs allers-retours, oh, miracle. L'enseigne "Morning Coffee" apparue devant mes yeux ! Je sortis mon portable de mon sac et regardais l'heure : ouf, pile poil à l'heure ! Je m'installais sur le banc en face du café, attendant Delilah tout en jouant au solitaire sur mon cher Hua Wei. Je ne savais pas trop si elle était du style à être toujours en retard ou plutôt ponctuelle. Je la voyais plutôt ponctuelle vue son travail, mais peut-être avais-je tort, après tout, cela faisait trop peu longtemps que je la connaissais. Je vis plusieurs personnes entrer et sortir du Morning Coffee, comme la dernière fois, celui-ci était bondé. En même temps, j'avais bien remarqué la qualité de leurs produits lors de mon premier passage, c'était sûrement ainsi qu'ils avaient pu se forger une telle réputation.

_________________

     
Boire du café empêche de dormir. Par contre, dormir empêche de boire du café.

Philippe Geluck

 
©️ Kelalin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.   Ven 5 Déc - 17:39




Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

Tandis que les premiers rayons du soleil éclairent ma chambre, j'ouvre difficilement les yeux. Ma première pensée fut que j'aimerais pouvoir rester bien au chaud dans mes couvertures. Peut-être que je dois mettre cela sur le fait que la température s'est rafraîchi, ses derniers temps. Car en faite, je ne suis pas le genre de personne à paresser au lit. Cela ne me ressemble pas du tout, d'ailleurs. D'aussi loin que je puisse me souvenir, j'ai toujours été une ''fille du matin'', comme disait ma mère. Je me levais très tôt et avec le temps, je n'avais pas perdu cette habitude. Presque chaque matin, vers six heures ou sept heures grand maximum, j'étais déjà prête à commencer la journée du bon pied. Ma mère était exactement pareille que moi. À croire que j'avais dû hériter cela d'elle. Il arrivait souvent qu'on passe du temps entre mère-fille. C'était un peu notre moment à nous. C'est fou comme parfois cela me manquait. Ma famille est très importante pour moi. Je suis parfaitement indépendante, sauf que je ne peux pas imaginer ma vie sans eux, ni le reste de ma famille. Je jette un coup d'oeil à mon réveille-matin. Un « oh mon dieu » s'échappe de ma bouche. Il est neuf heures moins quartes. J'ai dormi plus que d'habitude. C'est vrai que la veille, j'étais couchée très tard et qu'en plus, j'avais eu beaucoup de mal à m'endormir. Une tonne de choses s'était bousculée dans mes têtes. Je m'étais posée mille et une question. Comme toujours, j'en avais perdu le sommeil. J'avais dû prendre des somnifères. Ils avaient fait effet, mais un peu trop, faut croire. Enfin, ce n'est pas très grave. Aujourd'hui, je ne dois pas me rendre au cabinet avant treize heures. Malgré tout, je ne peux pas me permettre de rester au lit ce matin. J'ai rendez-vous avec une amie au Morning Coffee.

Je sortis du lit et je me rendis à ma penderie pour choisir ma tenue. Le choix n'est pas si compliqué, je pris le premier top qui me tombe sous la main et un jean qui va avec pratiquement tout. Je ne néglige pas mon apparence, mais je ne passe pas non plus des heures à chercher quoi me mettre, comme certaines femmes. De toute façon, je vais seulement prendre un café avec mon amie Alice. Je l'ai rencontré il y a quelque temps au Morning Coffee. Elle était seule et elle ne semblait pas avoir bonne mine. Fidèle à moi-même, j'étais allée lui parler et on avait connaissance. Par la suite, je lui avais parlé à quelques reprises et aujourd'hui, on avait prévu de se voir. Je la connaissais depuis peu de temps, mais j'appréciais sa compagnie. Je me rendis à la salle de bain pour prendre une bonne douche. Quelques minutes plus tard, j'en sortis avec une serviette autour de mon torse et je me maquillais légèrement. Un petit fard à joues, un petit gloss et un peu de fond de teint, j'ai l'air déjà d'avoir une meilleure mine. Je me dépêchai ensuite d'aller m'habiller Je ne veux pas être en retard. Je détestais être en retard. Je suis assez ponctuelle et j'aime aussi que les gens le soient. J'ai l'impression que c'est le cas d'Alicia. Étant psychologue, j'analyse beaucoup les gens pour mieux les comprendre et les cerner. Parfois, j'arrive à m'empêcher de le faire, mais généralement lorsque je fais de nouvelles rencontres, je le fais. C'est un peu comme un tic. Ce n'est pas toujours facile de m'en empêcher. Je suis passionnée par mon travail et j'admets que c'est difficile pour moi de délaisser mon boulot. J'ai souvent des journées assez chargées. Par chance, cela semblait s'être calmé au cabinet et donc, j'avais des avant-midi de libre. Je pris la route en direction du fameux café, dans lequel j'aimais bien allé prendre un café de temps en temps. Une fois arrivée, je stationne ma voiture. Sortant de ma voiture, j'aperçois Alicia assise sur le banc en face du café. Je me dépêche de la rejoindre. « Bonjour Alice. J'espère que tu ne m'attends pas depuis longtemps ? » dis-je en m'approchant d'elle. Je regarde l'heure que ma montre et sourie en voyant que je suis arrivé à l'heure. C'est rare que je n'arrive pas la première, quand j'avais rendez-vous avec quelqu'un et j'espérais donc ne pas l'avoir fait trop attendre. Surtout que la température était fraîche. « Je suis contente de te voir. Rentrons vite à l'intérieur pour nous réchauffer. » ai-je ajouté en lui adressant un large sourire.



Dernière édition par Delilah J. Mitchell le Jeu 11 Déc - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire
Job : A la recherche d'un emploi
Age : 23 ans
Célébrité : Amanda Seyfried
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: N'est-ce pas qu'ils sont beaux les chocolats viennois au Morning Coffee ?! (/^▽^)/ [X]
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.   Lun 8 Déc - 21:40




Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

Toujours assise sur le banc, en bois, peint d'un bleu pâle, je sors mon mp3 de ma poche. Oui, oui, vous avez bien lu. Un mp3. Et non pas un Ipod ou un I quelque chose. Un mp3. D'aucune marque qui plus est. Simplement car je n'appréciais pas spécialement la marque Apple, et aussi, parce que marque ou sous marque, de toute manière, j'avais tendance à faire buger tout ce qui était électronique. Vilaines ondes magnétiques, si seulement elles voulaient bien sortir de mon corps définitivement. Et puis de toute manière, de nos jours, mettre cher dans l'électronique ne voudra pas forcément dire acheter de la meilleure qualité, donc...

Comme toujours, les musiques étaient en aléatoire, je trouvais ça plus sympa ainsi, et puis ça permettait de ne pas connaître l'ordre des musiques par coeur. Actuellement, mon baladeur passait une musique qui avait été un gros tube il y a de ça deux étés. Mais j'appréciais toujours la musique malgré tout, mes goûts ne changeaient pas au gré du temps, contrairement à beaucoup. La voix de Robin Thincke commença à chanter. Et c'est à ce moment qu'une voiture passa devant moi, j'eut le temps de voir à la fenêtre une jolie blonde au volant. Puis la voiture se gara et le moteur s'arrêta. Une porte s'ouvrit, et, en effet, ce fut une jolie blonde qui sortit de la voiture. Habillée d'un jean et d'un top plutôt simple, je pus reconnaître Delilah. Féminine et simple, cette femme était un rayon de Soleil à elle toute seule. Elle ne m'y pas longtemps à me rejoindre, et moi, à ranger mon mp3. Après avoir passé quelques minutes à démêler les écouteurs, c'était plutôt rageant de le ranger aussi vite. Mais bon, je préférais de loin la compagnie de la jeune femme que de cet objet.

"Bonjour Alice. J'espère que tu ne m'attends pas depuis longtemps ?

Sa question me fit sourire. Delilah était ainsi. Toujours à penser aux autres. Je lui répondis que non, que j'étais arrivée un peu à l'avance, mais pas tant que ça, étant donné que j'avais fais quelques allers-retours après m'être perdue à plusieurs reprises. Et ce qui me fit le plus sourire, c'est le fait qu'elle me nomme toujours Alice à la place d'Alicia. Je trouvais ça très mignon, et ne lui disais rien à ce propos, après tout, ça fait un joli surnom.

-Je suis contente de te voir. Rentrons vite à l'intérieur pour nous réchauffer.

Elle me souriait. J'enviais le fait qu'elle puisse sourire en montrant ses dents. Je détestais les miennes. Non pas que j'ai des dents de lapin ou des dents totalement de travers, mais étant donné qu'à chaque brossage, je saignais des gensives, je n'avais jamais les dents blanches, et ça, ça me complexait beaucoup. Ou plutôt, j'étais apeurée à l'idée qu'on me dise que j'ai les dents sales alors qu'en fait, pas du tout.

Finalement, on se décidait à ne pas prendre racine sur le trottoir et entra toutes les deux dans le salon de thé. Les places étaient quasiment toutes prises, et il y avait une petite queue devant la caisse. J'espérais qu'il y en ait pas mal qui prendraient à emporter, ou bien que ceux qui aient fini partent, histoire que les clients nouvellement arrivés puissent se poser. La queue diminuait assez vite au final, et ce fut rapidement notre tour. Une fois au comptoir, je me surpris à penser aux douces viennoiseries françaises qui commençaient à me manquer : les croissants au beurre, les chocolatines, les pépitos... Rien que d'y penser, mon ventre se mit à gargouiller, ce qui me fit monter le rose aux joues. C'était tellement gênant... Espérons que personne ne l'ait remarqué. C'est dans un anglais qui commençait à se dérouiller que je demandai un chocolat viennois. Par là, j'entendais un bon chocolat chaud, soit, du chocolat fondu avec du lait chaud, de la chantilly par-dessus et du chocolat en poudre de saupoudré sur celle-ci. J'avais l'espoir que les Américains en aient la même définition.

-Que prends-tu pour démarrer la journée ?"

Je ne connaissais pas encore assez la jeune femme pour commander à sa place, je souhaitais pouvoir remédier à cela plutôt vite, afin de pouvoir lui faire quelques surprises dans le futur, ne serait-ce déjà qu'en remerciement de ce qu'elle avait déjà fait pour moi à mon arrivée ici.

Nos commandes prises, une table se libéra. Je me dirigeais vers celle-ci en entrainant la demoiselle avec moi. Étrangement, ou non en fait, plusieurs hommes se retournèrent après le passage de celle-ci, et ne se génèrent pas à lui reluquer le derrière, et ce, malgré le fait que certains étaient accompagnés. Comme quoi, changer de pays peut ne pas nous dépayser totalement !

_________________

     
Boire du café empêche de dormir. Par contre, dormir empêche de boire du café.

Philippe Geluck

 
©️ Kelalin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.   Jeu 11 Déc - 20:07

Hors RP:
 




Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

Après avoir paresser au lit, je devais me dépêcher de me préparer pour rejoindre mon amie Alicia. Je ne suis pas à la minute près, mais je ne veux pas être là à la dernière minute non plus. Heureusement que je ne suis pas le genre de femme à passer des heures à se préparer. Je prends mon temps, certes, mais je porte généralement un maquillage léger et me choisir une tenue n'est pas problématique pour moi. J'ai mon propre style et cela me convient bien ainsi. Une fois prête, je quitte mon appartement pour aller rejoindre Alicia. Pendant que je roulais, je repensais à toutes ses choses qui m'avaient empêché de dormir la nuit dernière. En autre, je songeais au fait que je devrais sérieusement penser à prendre des vacances. De VRAIS vacances. Quelque part en dehors de la ville. Juste pour délaisser quelque peu ma vie ici. Non pas qu'elle me déplaise. Au contraire, j'aime bien mon train-train quotidien. Mais je me dis que partir quelques jours Town Square ne me ferait pas de tort. Au cabinet, cela s'était calmé. J'ignore si c'est le fait que c'est bientôt le temps des fêtes et que les gens n'ont pas les moyens d'aller voir un psy, ayant de grosses dépenses à faire. Je ne vais pas me plaindre. Cela me permet de passer du temps avec mes proches et dieu sait qu'ils sont une priorité pour moi. Je ne veux pas être le genre de personne qui fait passer sa vie professionnelle avant tout le reste. Pourtant, je sais que je devrais penser plus à moi. Raison de plus pour quitter la ville quelque temps et me concentrer sur moi-même.

Après avoir roulé quelques minutes, j'arrive enfin au Monning Café. Il ne me fallu pas beaucoup de temps pour voir la jeune femme au loin. Je ne sais pas depuis combien de temps elle m'attendait. En m'approchant d'elle, je vis qu'elle avait son lecteur mp3 dans les mains. J'imagine qu'en m'attendant, elle avait dû écouter sa musique. J'ai voulu tout de même m'assurer que je ne l'avais pas trop fait attendre. J'ai horreur de cela. À l'inverse, cela ne me dérangeait pas qu'une personne arriver quelques minutes après l'heure donné. Même quand il ont une demi-heure de retard, je ne dis jamais rien. Je fus soulagé d'entendre qu'elle avait seulement une légère avance sur moi. Je me suis adressé à elle en l'appelant Alice au lieu d'Alicia. Je ne m'en rends même pas compte, en plus. Je ne peux pas m'empêcher de l'appeler ainsi. Avec ses boucles blondes, elle me faisait un peu penser à Alice au pays des merveilles. Cela n'a jamais semblé la déranger que je l'appelle comme cela, alors c'est un peu devenu une habitude. J'invitais mon amie à rentrer à l'intérieur de la bâtisse. Le temps s'était rafraichi. Étant assez frileuse, je commence à me sentir inconfortable par la température. Alicia entra la première et je l'a suivi. Je constate que toutes les tables sont prises. Cela arrivait quelques fois. Même souvent, à vrai dire. Il faut dire le café avait une sacrée réputation auprès des habitants. D'autant plus que c'était le seul en ville. C'était sans contredit un des lieux incontournables à TS. Je décide d'attendre en file avec mon amie, croisant les doigts pour qu'une table se libère entre-temps. Ce fut bientôt notre tour de commander. Alicia commanda un chocolat viennois. Je souris légèrement. Elle avait cette façon très distinguer de s'exprimer. Peut-être que cela venait du fait qu'elle n'était pas d'ici. À notre première rencontre, elle m'avait dit qu'elle était d'origine française et qu'elle avait vécue quelque temps à Taïwan. Son anglais n'est pas encore tout à fait au point, mais elle se débrouillait plutôt bien. Elle m'a alors demandé ce que je vais prendre. Habituellement, j'aime bien essayer de nouvelles choses et étrangement, je n'ai jamais essayé le chocolat chaud comme elle avait commander. « Je vais prendre la même chose. Et pourquoi pas avec une chocolatine ? » ai-je répondu, en haussant légèrement les épaules.

Le temps d'avoir nos commandes, des gens venaient de partir et une table s'est libérer. Mon chocolat et ma chocolatine en main, je m'y dirige aussitôt avec la jeune femme avant que quelqu'un d'autre y prenne place. En allant vers la table, je remarque que certains hommes ne se privent pas de me mater. Je lève vivement les yeux au ciel. À vrai dire, je n'apprécie pas être dévisagé de la sorte. Après, je ne dis pas que je n'aime pas plaire. Je crois que tout le monde aime plaire. C'est une chose agréable, quand cela n'est pas exagéré. Ce n'est pas le fait d'attirer l'attention de la gente masculine qui me dérange, c'est le fait qu'il n'ont aucune gêne à le faire et qu'il s'attarde sur un détail de mon anatomie. Soit ses mon derrière ou ma poitrine. Ce sont des hommes, vous allez me dire. Ce n'est pas une excuse. Il faut savoir garder une certaine retenue. À croire que c'est trop leur demander. Avec le temps, j'ai fini par me faire à ce genre d'intérêt, mais cela m'agace toujours un peu. Je m'assoie et fait un effort pour ne pas rire, en voyant qu'Alicia a aussi remarqué que plusieurs hommes ne cesse de regarder dans notre direction. « Ne fais pas attention à eux. Cela m'arrive souvent. À moins que ce soit toi qu'il regarde. » dis-je en lui faisant un clin d'oeil. Je prends une bonne bouchée de ma chocolatine. Elle est délicieuse. Je n'ai pas peur de manger du chocolat. Je ne crains pas de prendre quelques livres. Étrangement, j'ai toujours été une personne assez proportionnelle à ma taille, sans même que j'aille à me forcer pour garder la ligne. On me dit souvent que je suis mince, mais j'admets avoir quelques poignées d'amours que je sais bien cachées. Je n'ai pas honte pour autant de mon corps. Je porte des bikinis l'été sans problème. « Dis-moi, tu te plais toujours à Town Square ? Cela doit faire changement de ce que tu as connu auparavant. » Cela fait quelque temps qu'elle vit ici. Je crois même être l'une des premières personnes qu'elle avait rencontrée à son arrivé. J'espérais que la ville lui plaisait. Je n'ai jamais voyagé, donc je n'ai aucune idée de comment c'est ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire
Job : A la recherche d'un emploi
Age : 23 ans
Célébrité : Amanda Seyfried
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: N'est-ce pas qu'ils sont beaux les chocolats viennois au Morning Coffee ?! (/^▽^)/ [X]
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.   Lun 15 Déc - 21:53

Hors RP:
 




Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

"Je vais prendre la même chose. Et pourquoi pas avec une chocolatine ?

Je fus étonnée par sa réponse, jusque-là, je l'avais toujours vu prendre des cafés différents. Breuvage que je n'arrivais pas à apprécier, et cela commençait par l'odorat. La seconde chose qui me surpris, c'était sa proposition de chocolatine. Cela voulait dire que le Morning Coffee proposait des viennoiseries, moi qui pensais qu'ils ne faisaient que des pâtisseries... Mais cela voulait aussi sûrement dire qu'elle avait entendu mon ventre grogner. A cette idée, je sens le rouge me monter aux joues. Le vendeur prit nos commandes. Nous n'eumes pas à attendre longtemps notre demande. Je fus ébahie une fois celle-ci devant nos yeux. Les chocolatines ressemblaient à se méprendre à des chocolatines françaises, elles étaient vraiment appétissantes. Quant aux chocolats viennois, ils étaient quelque peu différents de ceux que j'avais en tête. Présentés dans de longues tasses en verre incolores et transparentes, le chocolat avait une belle couleur, et la chantilly une jolie consistance. En outre, à la place de chocolat en poudre parsemé sur la crème, c'étaient des pastilles de sucre colorées différemment. Ils étaient vraiment alléchants.

Le pain au chocolat sur une serviette en papier blanc dans une main, la tasse remplie de chocolat chaud, je me dirigeais avec Délilah vers la table qui venait de se libérer. Pour la rejoindre, nous devions slalomer entre plusieurs tables prises voire remplies. Un vrai sport dès le matin, sachant que la table que nous visions se trouver au fond, collée à l'une des devantures du café. Une fois assise, la jeune femme semblait avoir remarqué que j'avais moi-même remarqué tous ses hommes qui n'hésitaient à pas à se retourner sur son passage. Elle n'hésita pas à m'en parler, armée de son clin d'oeil qui me fit rougir.

-Ne fais pas attention à eux. Cela m'arrive souvent. À moins que ce soit toi qu'ils regardent.

-A moins qu'ils n'aient jamais vu de Française, cela m'étonnerait.


Ce fut avec un grand sourire que je lui répliquais. En France, j'attirais les regards suite au fait que je m'habillais de façon assez extravagante ainsi que le fait que j'avais un visage atypique. En Taiwan, c'était simplement mon visage caucasien qui faisait tourner les regards. Mais ici... J'étais banale. Il y avait peu de chances qu'on se retourne sur mon passage. Sauf peut être quand je parlais. Mon anglais était loin d'être parfait. Quant à mon accent... Il laissait simplement à désirer.

Je pris la tasse dans mes mains, passant l'anse au niveau de ma main droite. Cela me réchauffait, et, au passage, me fit frissonner. Je fermais les yeux, humant la douce odeur du chocolat encore fumant. C'était exquis. Il ne manquait plus qu'une cheminée dont les flammes réchaufferaient la pièce en entier. Plutôt que des radiateurs.

-Dis-moi, tu te plais toujours à Town Square ? Cela doit faire changement de ce que tu as connu auparavant.

Sa voix me sortit de ma bulle. Mais je n'y pouvais rien. J'adorais les chocolats chauds. Pour moi, ça a l'odeur et le goût du réconfort. C'était mon met favori dès qu'il commençait à faire froid et gris, temps qui a tendance à me miner le moral. J'aimais vraiment l'Automne et la tombée des feuilles mortes, l'Hiver et la magie des flocons de neige... Mais les saisons grisâtres, je n'arrivais pas à m'y faire. A défaut de me blottir dans les bras d'un amoureux, de pouvoir câliner un adorable minou, un chocolat chaud, c'était déjà beaucoup.

-Town Square est une jolie ville, et vivante, je m'y sens bien. Mais je me perds toujours autant, c'est désespérant. Après, oui, c'est assez différent de Taiwan et de la France, et pour beaucoup de choses. Mais c'est aussi ça qui est intéressant. Sinon, quel est l'intérêt de voyager ?

Que ce soit en Taiwan ou en France, certaines choses me manquaient, mais ce n'était pas vrai pour tout. Ce qui me manquait le plus de la France, c'était la gastronomie, ma famille ainsi que certains paysages, mais le reste... Je n'avais pas plus d'attache que ça.

-Il y a des endroits que tu aimerais visiter ?"

_________________

     
Boire du café empêche de dormir. Par contre, dormir empêche de boire du café.

Philippe Geluck

 
©️ Kelalin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les sentinelles possédées
» La colère, ça fait vivre. Quand t’es plus en colère, t’es foutu ▬ Libre
» Tu sais maman, le monde fait peur quand on est tout seul pour l’affronter • Maman ♥
» On engraisse bien les cochons...
» QUE FAIT L'ETAT?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Rps abandonnés-