NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !

Partagez | 
 

 Love Actually is all around ▲ Micastian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Love Actually is all around ▲ Micastian   Dim 7 Déc - 4:42




Micah & Sebastian


« Soyez le bienvenu chez vous, monsieur le Premier Ministre. »

10 Downing Street. Ce n’était pas la première fois que je mettais le pied dans cette demeure. C’était cependant la première fois que je pouvais dire que c’était « chez moi ». On m’avait élu, moi, Sebastian Petterson, pour diriger le Royaume-Uni. Moi, cet homme trop jeune, peu expérimenté, pas marié, issu d’une famille normale, adopté par les gérants d’un petit café au fin fond de la Grande Bretagne. Je n’étais personne. J’avais simplement eu de la chance. J’avais fréquenté les bonnes écoles, les bonnes personnes. J’avais fait les bons stages, j’avais rencontré les personnes qu’il fallait. Mon histoire et mes mots avaient touché le pays. Mon parti d’abord. Puis le peuple. Ils avaient confiance. J’étais jeune et je leur offrais de l’espoir. Je ne savais pas s’ils avaient eu raison de m’ouvrir les portes de cette si célèbre bâtisse noire. Mais maintenant que j’étais là, j’avais bien l’intention de faire de mon mieux pour que personne ne regrette son vote.

« Bienvenue chez toi Sebastian. » murmurais-je à moi-même en passant le seuil de la porte que quelqu’un me tenait ouverte. Je le remerciais d’un petit signe de tête et pénétrais dans mon nouveau chez moi. J’étais surpris de découvrir tant de monde. Quelque chose me disait qu’ils n’étaient pas là pour simplement m’accueillir et que dans la vie de tous les jours tout serait plus calme. Non, je devinais rapidement que mon chez moi… étaient aussi celui de tous ces gens. Moi qui avais eu peur de me sentir seul à emménager sans famille, avec pour unique compagnie mon chien Carpette. « Comment vous sentez-vous monsieur ? » me demanda un jeune homme en arrivant, surement l’une des nombreuses personnes qui peuplaient l’endroit. « P – » Perdu. « Puissant. » répondais-je avec le peu de naturel qui me restait après le bain de foule que je venais de subir. Si j’aimais les habitants de ce pays, il n’était pas tous les jours faciles de leur sourire et de serrer des mains avec toujours la même fougue.

Mais je me sentais vraiment puissant. Surtout perdu, mais je n’étais pas prêt de l’avouer à un inconnu. Puissant par contre… j’avais le droit de l’avouer. Pour la première fois de ma vie, j’avais le sentiment d’avoir le pouvoir de changer les choses. Des choses qui m’avaient longtemps révoltées et qui m’avaient motivé à poursuivre cette carrière. Mes parents et mon frère m’avaient souvent dit que j’étais fou. Et ils avaient probablement raison. Mais j’avais réussi. J’avais enfin toutes les cartes en main pour faire changer les choses. Et c’était bon.

« Prêt à rencontrer le personnel à votre service monsieur ? » demanda toujours le même jeune homme. J’acquiesçais d’un signe de tête et le suivais près d’une ligne d’hommes et de femmes. Il me présenta Martin, le cuisinier. Elisabeth, la gouvernante en chef. Moundir, mon chauffeur. D’autres prénoms étaient cités, dont celui de l’homme qui me parlait depuis tout à l’heure : Stan. Je n’avais pas encore bien saisi son rôle, mais j’avais l’impression qu’il était un peu l’homme à tout faire. La présentation se termina sur un jeune homme qu’on me présenta sous le nom de Micah. « Micah vient tout juste d’arriver. Comme vous, monsieur le premier ministre. » conclue-t-il, un sourire bête sur le visage. Je posais mon regard sur le fameux nouveau venu. Sans réfléchir, je tendais une main vers lui. De toutes les personnes qu’on venait de me faire découvrir, il était le seul vers qui j’avais fait un geste. Alors quitte à avoir l’air idiot… « Enchanté, moi c’est Sebastian. » Idiot, idiot. Je n’avais plus qu’à prier pour que tout le monde apprécie mon sens de l’humour pourri. « Entre nouveaux, il faudra s’entraider ! » continuais-je, ponctuant ma phrase d’un clin d’œil. D’un… clin d’œil. Nom. De. Dieu.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Love Actually is all around ▲ Micastian   Jeu 18 Déc - 18:10




Sebastian & Micah


« Oh mon dieu. Oh mon dieu... » baragouinait Micah, en pleine crise de panique dans les toilettes du 10 Downing Street.

Stan débarqua comme un diable de sa boite dans les toilettes. « Il arrive ! Il arrive, Micah ! Qu'est-ce que tu fous ? Vas rejoindre tout le monde ! »

Micah se tourna tout d'un coup, dans un mouvement qui aurait été souple et gracieux si son cœur ne battait pas la chamade à un rythme death metal. Il y avait tellement de monde là dehors. Et Micah n'était pas préparé à ça, okay ? Il s'attendait à un poste d'assistant. Comme d'assistant dans un bureau, loin du premier ministre.

Assistant du premier ministre ? C'était définitivement à des milliards de kilomètres de son champ d'action.

Il n'était même pas vraiment assistant ! Juste... café boy. L'esclave très personnel de monsieur le premier ministre. Veiller à son bien-être. Voilà sa mission.

Oh mon dieu.

Micah déglutit, décrocha ses mains du lavabo en envoyant un ordre ferme et strict à ses jambes pour qu'elles le portent le temps des présentation officielles. « Allez ! » insista Stan, sur le point de le traîner par le col de sa chemise – une chemise, il portait une chemise, et un veston. Le parfait café boy dans toute sa splendeur.

Un dernier coup d'oeil au miroir et Micah  trottina après Stan en auto pilote pour rejoindre le reste de l'équipe. Moundir lui lança un sourire narquois, tandis qu'Elisabeth levait les yeux au ciel d'un air à la fois supérieur et navré. Martin (Micah s'était assuré de s'en faire un ami comme il travaillait aux cuisines) se décala pour lui faire une place à sa droite. Micah lui lança un sourire crispé et se planta là, en rang d'oignon, bon dernier de la file.

Après avoir vérifié une dernière fois que tout le monde était bien là, Stan fila hors de son champ de vision et c'est là que Micah entendit la porte s'ouvrir. Avant qu'il ai le temps d'envoyer un contre ordre, sa tête émergea du rang pour apercevoir Sebastian-monsieur-le-premier-ministre-Petterson.

Sebastian Petterson était environ 50 ans plus jeune que prévu et un million de fois plus séduisant. Il portait un costume noir, assorti à ses cheveux noirs, et une barbe. Une barbe. Comme sur les affiches. En plus intense. Badass style.

Martin lui colla vicieusement son coude dans les hanches. « Ouch ! » grommela Micah en se repositionnant à sa place.

Le premières présentation passèrent affreusement vite et lentement à la fois. Micah n'était pas certain du temps avec la relativité et tout ça. Puis monsieur le premier ministre apparu devant lui avec – ses épaules larges, directement sorties d'un porno gay, son sourire de top model et sa main tendue vers lui. « Enchanté, moi c’est Sebastian. Entre nouveaux, il faudra s’entraider ! » lança t-il en même temps qu'un clin d'oeil que Micah qualifia automatiquement de foutrement charmeur.

Est-ce que monsieur le premier ministre vraiment de lancer un clin d’œil à Micah ? Parce que les types sexy ne lui lançaient pas de clin d'oeil. Les vieux de la quarantaine bien tassée atteints du démon de midi oui. Et, oh, sa main... Micah glissa la sienne dans celle tendue. Elle était encore un peu fraîche du dehors et ferme. Puissante comme l'homme qu'il avait en face de lui.

« Je suis là pour ça, Sebastian. » susurra Micah de sa voix la plus suave. « Veiller à votre bien-être. » C'est en entendant ses propres mots résonner à ses oreilles qu'il réalisa l'énorme, gigantesque, double sens de ce qu'il venait de dire.

Stan avait du le percevoir aussi, parce que sa mâchoire tomba d'un étage.

Micah ouvrit de grand yeux façon faon apeuré. « Oh mon dieu. » Sebast – monsieur le premier ministre. Monsieur le premier ministre allait le dévorer tout cru. « C'était inapproprié. » réalisa t-il à voix haute. Vite une explication. Une explication, n'importe quoi ! « Je savais que j'allais faire une connerie. J'ai essayé de me calmer dans les toilettes avant votre arrivée, mais j'suis toujours aussi tendu. »

Non mais pas celle là ! Micah vira successivement au blanc cadavérique, puis au rouge pivoine. Oh mon dieu, Sebastian Petterson allait croire qu'il s'était fait un petit plaisir solitaire dans les toilettes en attendant son arrivée.  Son filtre cerveau bouche était mort. Piétiné par un vent de panique et beaucoup trop de sexytude ministérielle. Il était foutu. Viré. Radié à jamais du plus petit poste administratif. Même la photocopieuse allait lui cracher des kilos de feuilles au visage.

« Ça ira comme ça Micah » intervint Stan, telle la main divine de dieu pour le tirer hors de ce guêpier.
Micah hocha la tête et jeta un dernier coup d'oeil à Sebastian avant de scruter attentivement le bout de ses chaussures en s'excusant d'une petite voix.

« Je suis désolé. »

Horrible première journée. Première et dernière journée même.

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Love Actually is all around ▲ Micastian   Mer 24 Déc - 5:32




Micah & Sebastian


Après une attente qui me parut incroyablement longue, Micah finit par serrer la main que je lui tendais. « Je suis là pour ça, Sebastian. » réagit-il d’une voix… suage ? J’arquais un sourcil interloqué. « Veiller à votre bien-être. » Eh béh. « Hm hm. » acquiesçais-je, sans trop savoir comment répondre à de telles informations. Ma main glissait de la sienne tandis que son visage décrépissait. Il venait certainement de réaliser les mots et le ton employés. Si certains auraient été choqué, j’étais plutôt amusé et me réjouissais par avance d’avoir un tel personnage pour m’accompagner dans cette nouvelle vie. « Oh mon dieu. » réagit-il enfin. « C'était inapproprié. » Je lui adressais un petit sourire et tendais une main rassurante vers lui, sans pour autant le toucher. « Non ne vous inq – » Il me coupait la parole. « Je savais que j'allais faire une connerie. J'ai essayé de me calmer dans les toilettes avant votre arrivée, mais j'suis toujours aussi tendu. »

Mon petit sourire amusé se transformait en rire franc. Si ses premiers mots pouvaient être ambigus… ceux-là l’étaient cent fois plus. En tout cas, assez pour que tous les regards des autres employés se tournent vers lui. Ils étaient tous… outrés. J’étais sur le point de le rassurer ou de faire un bon mot lorsque Stan clôt la conversation d’un : « Ça ira comme ça Micah ». Le jeune homme tenta un nouveau regard vers moi et murmura un petit : « Je suis désolé. » avant d’aborder la mine coupable d’un garçonnet de huit ans. « Vous inquiétez pas. Moi aussi je risque de faire une connerie avant la fin de la journée. » Comme par exemple dire le mot « connerie » devant toutes les personnes travaillant pour moi depuis… environ deux minutes et demi. J’avais un statut à respecter, merde !

Vraisemblablement gêné, Stan m’attira dans la pièce suivante pour me présenter d’autres personnes avec qui je vivrais ou travaillerais à présent. Il finit le tour dans le bureau. Mon bureau. Mon bureau de premier ministre. « La classe. » ne puis-je m’empêcher de dire en posant un regard émerveillé sur la pièce que j’avais si souvent vue en photographies. L’homme à tout faire se retint de rire. « Excusez Micah. Il est… jeune. Un seul mot de votre part et je lui trouverai un remplaçant dans la seconde. » commença Stan qui avait l’air de ne plus savoir où se mettre. « Non ! Il est tout excusé. Pas la peine. » rétorquais-je, triste qu’il le prenne si personnellement. « J’ai été élu à un poste… difficile. Et très sérieux. Et même si je suis ravi et que je ne m’en plains pas, je pense que ça fera du bien d’avoir des personnes comme lui autour de moi. » expliquais-je avec sincérité. J’aimais la carrière que j’avais choisie, et j’aimais la rigueur qu’elle demandait. Cependant, je ne me refusais pas la fraicheur et le manque de filtre de personnes comme Micah. Du moment qu’il ne dérangeait pas dans mes tâches, j’étais heureux de travailler avec lui.

***

Ses doigts caressaient mes cuisses dénudées tandis que ses lèvres traçaient une ligne de baisers sur mon torse. Ses dents venaient marquer ma peau de temps en temps, y laissant des marques que je me réjouissais de voir dans le miroir plus tard. Des marques qui me rappelleraient le plaisir que j’éprouvais en ce moment. Ses cils caressaient ma peau avant de s’ouvrir pour laisser apparaitre ses yeux ; ses grands yeux couleur chocolat qu’ils plongeaient dans les miens. J’y voyais une étincelle de luxure et devinais tout ce que le reste de la nuit nous réservait. Sa bouche descendait plus bas. Toujours plus bas. Jusqu’à s’enfoncer entre mes jambes, respirant l’odeur masculine de ce qu’il avait libéré en ôtant mes sous-vêtements. « Micah… » murmurais-je.

La porte s’ouvrait.

La porte s’ouvrait et je sortais d’un sommeil que j’ignorais avoir. Un rêve. Un rêve… osé. Très osé. Avec Micah. « Micah ! » hurlais-je en voyant le visage du jeune homme debout devant moi. « Qu’est-ce que ? Quoi ? Pourquoi ? » bégayais-je en me redressant dans mon lit, tentant de couvrir d’un oreiller la bosse gênante qui s’était formée dans la couette. « Oui ? » redemandais-je, plus sérieux. Je prenais désormais le temps d’observer le jeune homme. Il avait le même genre de tenue que la veille. Il tenait entre ses mains un plateau généreusement garni, ses doigts serrés sur les poignées. Ses doigts caressaient mes… Je secouais le visage pour m’enlever ce souvenir de la tête. « Petit déjeuner ? » demandais-je en pointant du doigt ce qu’il venait d’amener. J’étais tout à coup en train de repenser à l’offre de Stan qui me proposait de lui trouver un remplaçant. Un remplaçant dont je ne reverrai après l’avoir seulement vu quarante secondes.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → master of sex
Côté coeur : Marié à Sebastian la bête de sexe !
Job : Pâtissier au Morning Coffee, adepte des pauses sexy dans la réserve avec le patron & papa comblé de Mary et Quinn.
Age : 20 ans
Célébrité : Dylan O'Brien

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: What happens in the ass, stays in the ass.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Love Actually is all around ▲ Micastian   Jeu 8 Jan - 1:18




Sebastian & Micah


« Allons mon chéri, ça va aller. » La voix de sa mère se voulait apaisante à travers le combiné du téléphone. Micah n'en menait pas large. Seul dans son tout petit salon, enroulé dans une couverture et un chocolat chaud serré dans sa main libre. « J'suis viré. » renifla t-il piteusement. « Après mon premier jour. »

Il s'était battu bec et ongles pour cette place. Et les coups de bec, c'est Stan qui les avait reçu. Le pauvre n'avait même pas eut le courage de lui dire en face qu'il était viré. Maigre consolation. Depuis sa prestation lamentable de la veille auprès du premier ministre, tout le monde l'avait maintenu dans le brouillard. Un brouillard épais, inquiétant et bien loin de l'homme dont il devait s'occuper.

Micah était peut-être un bon à rien, mais il n'était pas stupide. Il avait ajouté 2 plus 2 et compris qu'il n'était plus le bienvenu au 10 Downing Street. Un remplaçant fringuant devait déjà être surplace. Quelqu'un de bien. De classe. Capable de tenir sa langue. Et de ne pas reluquer le patron.

« Personne ne t'a dis que tu étais viré. Alors tu vas prendre ta douche, t'habiller, et aller parler au premier ministre pour savoir ce qu'il en est vraiment ! »
« Maman ! Je peux pas débarquer dans son bureau comme ça ! C'est même pas lui qui m'a engagé, c'est Stan ! »
« Alors vas voir Stan ! » répliqua Mary aussi sec. Un rire perça dans sa voix. « Je suis certaine que monsieur le premier ministre t'as adoré. Il a l'air un peu dur comme ça... ça doit être ses sourcils. » ajouta t-elle songeuse. Ce qui arracha un minuscule sourire à Micah. « Mais sur les affiches où il sourit hmm... » « Maman ! » s'insurgea le jeune homme, pour la forme. Un nouveau rire lui répondit, et juste comme ça, sans s'en apercevoir, Micah avait arrêté de renifler. « J'dois y aller. Je vais être en retard. Fais un gros bisou baveux à Sam pour moi. »

Il pleuvait. Micah était en retard, et bien sûr, il pleuvait ! En plus d'être à la bourre, sa tignasse allait se rebeller, et si par miracle on voulait encore de lui, ses bulbes capillaires achèveraient de dissuader Sebastian Petterson de s'encombrer d'un sale gamin hirsute pour s'occuper de ses affaires.

« Bordel Micah t'étais où ? » l’accueillit Stan, en l'interceptant littéralement comme s'il l'avait attendu derrière la porte. « Et c'est quoi cette dégaine de chat mouillé ? Vas te sécher, et dépêche toi de rejoindre Martin ! Le premier ministre attend son petit déjeuner depuis un quart d'heure ! » Micah cligna des yeux, et hocha la tête. Plusieurs fois. Comme Stan le regardait comme s'il était demeuré, il ajouta au bout d'un moment. « Ça veut dire que je suis pas viré ? »

« Non t'es pas viré. Le premier ministre t'aime bien, figure toi. J'me demande bien pourquoi. » Micah ne fit aucun effort pour cacher le sourire qui faisait trois fois le tour de sa tête. Il tourna les talons, et fila chercher... quelque chose pour se sécher. N'importe quoi ferait l'affaire ! Sebastian Petterson l'aimait bien ! Sebastian-monsieur-le-premier-minsitre-Petterson aimait bien Micah Summers ! Le vie était merveilleuse ! « Et arrête de sourire comme un débile ! » résonna la voix de Stan dans son dos.

Gros rabat-joie.

Pas de bol en arrivant dans la chambre. Il faisait noir. Ce qui était plutôt positif, considérant que la capillarité exubérante (mais sèche) de Micah, ne se verrait pas trop. Le point négatif étant que mm... Sebastian dormait encore ? Est-ce qu'il était censé le réveiller ? Il était censé le réveiller. Mais est-ce qu'il était censé le faire son premier jour ? Correction. Deuxième jour après un premier jour catastrophique.

Est-ce que Sebastian était seulement habillé ? Peut-être qu'il dormait nu. Et non – Micah n'allait pas penser à ça. Nope.

Il poussa la porte du pied, le plus doucement possible. « Micah !  Qu’est-ce que ? Quoi ? Pourquoi ? »  réagit le premier ministre comme... quelqu'un qui se réveille en sursaut. Micah sursauta également, manqua de renverser son plateau. « Oui ? »

« Euh... bonjour ? » tenta t-il, en s'efforçant de ne pas avoir l'air trop flippé ou – ou quoi que ce soit.    « Petit déjeuner ? » Micah hocha la tête, son plateau stabilisé entre ses doigts. « Petit déjeuner. »

Il... déposa le plateau. Et se recula. Il ne savait même pas ce qu'il était censé faire de lui ! Il ne savait rien de Sebastian. Pire. Café boy. Du monde.

Sebastian portait un marcel. Blanc, qui contrastait avec le teint légèrement plus halé que Micah de sa peau. Et drôlement bien ajusté. Okay... Micah  fit descendre ses yeux un peu plus bas et, oh. Oh.

Alors c'était ça de surprendre un homme – un autre homme. Pas lui. Micah savait ce qu'était un homme, merci bien. Un autre homme donc. Séduisant, et en train de masquer son érection matinale.

Heh, Micah connaissait le coup de l'oreiller. Parce que hmm – il était un homme aussi, justement.

Sebastian avait une... oh. Wow.

C'était – mm...

C'était intimidant. Et excitant. Comme chaque fois qu'il se trouvait en sa présence en fait.

Il n'arrivait pas à croire qu'il était au service d'un homme aussi important et bien foutu. Sans rire, sa plus grande tâche allait être de renouveler son stock de capotes. Des caisses entières de capotes. Et de raccompagner ses conquêtes à la sortie au petit matin, après leur avoir fait signer un contrat de non divulgation de coucherie avec son patron contre un pactole réglé en cash.

« J'vous assure que c'est pas empoisonné. » plaisanta t-il tandis que Sebastian inspectait le contenu du plateau. Et regardait ses cookies. Ceux fait maison, qu'il avait emporté avec lui pour se remonter le moral après confirmation de son licenciement. Le licenciement n'avait pas eu lieu, et dans un élan de tendresse envers son sauveur, Micah avait partagé ses cookies ni vu ni connu avec lui. « J'suis certain que si y'avait un risque on m'aurait fait goûter avant. Pas que j'y tienne. A mourir je veux dire. Parce que vous sauver la vie ça serait cool, et héroïque. »

Mais il serait mort. Génial. Super sujet de conversation pour commencer la journée.

_________________
SUPERNATURAL LOVE CONQUERS ALL


Le calendrier de l'avent Micastian :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff → les habitués du café
Côté coeur : Marié à l'homme de ma vie, au père de nos deux magnifiques petites filles, à mon âme sœur ◕‿◕✿
Job : Propriétaire du Morning Coffee, architecte pendant les heures de sieste de Quinn et Mary
Age : 26 ans
Célébrité : Tyler Hoechlin
Age : 25

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: I can't turn water into wine, but I can turn ice cream into breakfast.
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Love Actually is all around ▲ Micastian   Ven 9 Jan - 0:18




Micah & Sebastian


Gênant. Gênant. Gênant.

Je n’avais pas d’autre mot. C’était mon premier jour, enfin, second, mais premier vrai jour en tant que Premier Ministre et l’un de mes employés me prenait au saut du lit avec une érection. Gê-nant. Je ne savais plus où me mettre, je ne savais plus quoi dire, je ne savais plus quoi faire. L’avantage, c’était que la gêne réduisait de seconde en seconde mon problème. L’inconvénient… c’était tout le reste. Comment j’étais censé regarder Micah en face désormais ? Comment je pouvais être sûre qu’il n’allait pas raconter à tout le monde la situation dans laquelle il m’avait vu ? Après 24h, tout le 10 Downing Street allait penser que j’étais un obsédé qui bande à la première occasion.

Micah déposait son plateau sur la petite table de la chambre. J’en profitais pour jeter un regard discret sous la couette pour voir où en était mon… problème. Tout allait mieux, mais je regrettais de ne pas dormir avec des sous-vêtements car mon pyjama ne risquait pas de laisser beaucoup de place à l’imagination lorsque je marcherais jusqu’à mon petit-déjeuner. Mais au point où j’en étais…

Mettant toute ma honte de côté, je rejoignais le plateau déposé par Micah. Je posais mon regard sur son contenu avant de m’asseoir. « J'vous assure que c'est pas empoisonné. » commença le jeune homme. « J'suis certain que si y'avait un risque on m'aurait fait goûter avant. Pas que j'y tienne. A mourir je veux dire. Parce que vous sauver la vie ça serait cool, et héroïque. » Je levais les yeux vers Micah, l’air surpris mais amusé. « C’est… gentil. Je suppose. » réagissais-je enfin avant d’attraper la tasse de café fumante qui léchait mes narines. J’en respirais l’odeur avant d’en boire une gorgée. Parfait. Je reposais la tasse et agitais les doigts au-dessus du plateau en réfléchissant à quoi manger. Mon choix se porta sur l’un des cookies dont je croquais un bout précautionneusement, repensant à ce que Micah venait de dire.

« Oh mon dieu ! » lâchais-je en avalant ma bouchée. Je levais le regard vers le garçon, les yeux écarquillés. « C’est définitivement pas empoisonné. » lâchais-je dans un semi-gémissement. « Ces cookies… sont merveilleux. » Je déposais le mien et en attrapais un que je tendais vers Micah. « Goûtez ! Et asseyez-vous aussi. Vous allez pas rester là à me regarder manger c’est… gênant. » C’était le mot de la journée. « Je sais pas trop c’est quoi le protocole, si vous devriez rester, partir, partager mon p’tit dej. » remarquais-je en réfléchissant à voix haute. « Mais il y a pas de raison que je mange ces succulents gâteaux tout seul. » Je l’observais, toujours debout devant moi, son biscuit à la main. « Allez, asseyez-vous ! » lui ordonnais-je gentiment.

Je restais un moment silencieux, appréciant simplement mon petit déjeuner. Je jetais quelques regards vers le garçon de temps en temps. « Je sais pas qui a préparé ce plateau mais… bravo. » reprenais-je, interrompant le silence qui s’était installé. « J’étais sûr d’avoir droit à quelque chose de très anglais, avec… du salé et du thé. » Je grimaçais rien qu’en l’imaginant. « Mais j’ai droit à du café et des gâteaux alors… merci. » soufflais-je vers Micah, à moitié persuadé que je lui devais. « Le dites à personne hein ! » réagissais-je tout à coup, presque paniqué. « J’ai l’impression d’être le pire des anglais de dire ça. Mais… j’ai grandi dans un café, mes parents en tenaient – tiennent un. Donc j’ai grandi avec des petits déjeuners continentaux. Jamais je pourrai manger des œufs au réveil. » expliquais-je calmement en continuant de manger. « Euh, pardon je dois vous embêter à vous raconter ma vie. » Surtout qu’il devait l’avoir entendue des centaines de fois à la télévision ces derniers mois.

« Et heum, pardon pour… la vision de ce matin. Si… ça pouvait rester entre nous ? » osais-je demander d’une petite voix. Je ne pouvais pas être sûr qu’il ne fasse même en disant oui, mais ça valait la peine d’essayer. En attendant, je n’osais pas le regarder en face et préférais me concentrer sur les cookies. Un semi-gémissement m’envahit à nouveau en en engouffrant un. « Dites aussi merci à la personne qui a fait ses cookies. » reprenais-je en relevant les yeux vers Micah. « J’ai envie de leur faire l’amour. » pensais-je à voix haute en observant l’un d’eux. « Euh, pardon pour ça aussi. » Sebastian ! Reprends-toi bon dieu ! « Je vous jure que je suis quelqu’un de sérieux. Je… serai pas comme ça quand il faudra que je m’occupe du pays. » Se justifier auprès du café boy, premier devoir du Premier Ministre.

_________________



I'll follow you into the park, through the jungle, through the dark. Boy, I've never loved one like you. We laugh until we think we'll die, barefoot on a summer night. Never could be sweeter than with you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Love Actually is all around ▲ Micastian   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love Actually is all around ▲ Micastian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Love et Story
» Let Love Lead The Way [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORNING COFFEE ™ :: Le café, vous aimeriez ça si... ?-