NEWS
La version #23 vient de débarquer, toutes les nouveautés et les débat sont à venir découvrir ici !
BANQUE DE LIENS
Vous pouvez dès à présent poster un lien recherché dans la banque de liens !
NOËL A TOWN SQUARE
Vous l'attendiez, le marché de Noël vient d'ouvrir ses portes !
TOWN SQUARE HORROR STORY
L'intrigue d'Halloween est toujours là ! Venez y participer par ici !
LES DESSOUS DE TOWN SQUARE
Il vous observe, il vous juge, et expose le tout sur son blog. The Watcher vient de débarquer !
GUIDE DU NOUVEAU FOU DE CAFE
Vous êtes nouveaux ? Vous êtes perdus ? Venez lire le Guide du nouveau fou de café !
TOP SITES
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top-sites, merci !
CHALLENGE WEEK
Encore envie de défi ? Participez aux Challenge Weeks !
PUBLICITÉ
Aidez à promouvoir Morning Coffee en allant écrire un mot gentil sur nos fiches Bazzart et PRD !
NOUVELLE CATEGORIE
Les possibilités de rp s'agrandissent ! Le staff vous propose de découvrir la 3ème Dimension.
VENEZ GAGNER DES POINTS
Le système de point a été mis en place ! En savoir plus par ici !
anipassion.com
Partagez | 
 

 Fuck you destiny >> PV. Kaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire
Job : Reporter
Age : 28 ans
Célébrité : JESSE mon amour que j'aime plus que tout EISENBERG
Age : 21
DC/TC : Nope

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: Someone can remain me why I'm here? #TSiscrazy
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Fuck you destiny >> PV. Kaya   Mer 24 Déc - 0:07

Fuck you destiny

ft. Kaya


« Why are you playing with me? »
Callan s’était dirigé avec enthousiasme près du seul bon café de la ville. Il avait commandé sa boisson préférée; un bon cappucino avec une belle couche de lait. Normalement, il n’aurait jamais prit le temps de savourer un quelconque breuvage mais aujourd’hui était sa journée de congé tant attendu. N’étant pas un énorme fan des fêtes nationales, le jeune homme avait sans difficultés échangé sa journée de congés du 24 décembre pour l’avoir le 23. De cette façon il serait seul au studio, à écrire ceci et cela pour le présenter à l’antenne le lendemain. Il n’aimait pas spécialement le contact que lui offraient ses collègues, par leur simple présence. C’était comme ça, Callan était un peu un solitaire. En plus, il les trouvait tous stupides autant les uns que les autres. Comme des animaux de la savane, ils s'entre-tuaient pour avoir le meilleur scoop et étaient prêt à vendre leur propre famille pour avoir un interview avec la célébrité du moment.

Même si Callan était journaliste, il n’avait pas cet état d’esprit, sûrement parce qu’en fait il n’est qu’un reporter. Lui, ce qu’il aime c’est voyager, que ce soit pour parler des Inuits ou de la pauvreté au Chili. Il avait beau adorer son travail, comme tout le monde, ça lui faisait un bien fou de se détendre de temps en temps sur la terrasse d’un petit bistrot. Il était sans personne, tout seul avec son café, à regarder à droit à gauche et à sourire en admirant le côté pittoresque de la petite ville de Town Square.

Ça c’est sûre, ici il était vraiment loin de la froideur de Toronto. Certes les canadiens s’étaient toujours comportés comme des anges avec lui, pourtant, il se sentait bien mieux ici. Ah les États-Unis, cette culture si particulière et megalo. Il avait vraiment fait beaucoup d’efforts pour essayer de s’intégrer mais il n’était pas dupe. Il était certains que ça ne durerait pas, l’immigration américaine n’avait jamais été très clémente et en plus, son beau pays lui manquait un peu. Mais au moins, ici il n’avait plus à se confronter à son passé. Il pouvait profiter de sa vie sans se soucier de tomber sur un mauvais souvenirs à chaque coin de rue.

Il se rendit vite compte que la destinée n’avait vraiment pas finit de jouer avec lui. “Je t’emmerde destinée” faillit-il même par murmurer. Une jeune blondinette était en train de marcher, d’un air bien déterminé vers lui. Il se souvenait d’elle, pas d’une manière vraiment agréable. Le pauvre, lui qui voulait profiter de cette journée bien tranquille se retrouva confronté à une silhouette qui lui rappelait les moments les plus sombres de sa vie.

Il espérait tellement qu’elle ne le remarque pas, qu’elle vienne pas l’accoster et lui rappeler du “bon” vieux temps. Il se souvenait vaguement de son caractère, ça ne serait pas tellement dans sa logique, mais sait-on jamais. Ils avaient peut-être vraiment réussi à la guérir comme ils avaient tenté de le faire avec lui et sa dépendance à l’alcool. Voulant l’éviter à tout pris, il n’eut pas d’autres choix que de se cacher derrière sa main comme un idiot. Ça ne servait strictement à rien, et il avait si peur que son passé le rattrape qu’il ne pensa même pas à se planquer derrière la carte des cafés.

code by ORICYA.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre → les grains de café
Côté coeur : Célibataire
Job : Reporter
Age : 28 ans
Célébrité : JESSE mon amour que j'aime plus que tout EISENBERG
Age : 21
DC/TC : Nope

EN SAVOIR UN PEU PLUS...
Last tweet: Someone can remain me why I'm here? #TSiscrazy
To do list:
Address book:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuck you destiny >> PV. Kaya   Mar 6 Jan - 0:01

Fuck you destiny

ft. Kaya


« Why are you playing with me? »
Callan était toujours caché derrière sa main comme un idiot. La demoiselle semblait l’avoir remarqué, il faut tout de même avouer que la discrétion du garçon n’était pas immense. Vous en voyez souvent vous des jeunes gens qui essaie bêtement de se rendre invisible en plaçant leur patte devant leur visage, qui est bien entendu deux fois plus gros. En temps normal Callan se serait bien mis une claque pour se faire comprendre qu’il était plus que ridicule, mais il faut croire qu’il était plus occupé à craindre une jeunette de dix-neuf ans. Il se souvenait même vaguement de son prénom, Clara ou Chloé, quelque chose dans le genre. Excusez-le de son imprécision mais dites vous que de se rappeler d’une personne qu’on eut rencontré ivre n’est franchement pas évident.

Plus le temps passait, plus la peur de Callan grandissait. La blonde semblait l’avoir vaguement reconnu et le dévisageait depuis quelques minutes, sans doutes en faisant le point sur les personnes qu’elle eut rencontré dans sa vie. Il faillit crier intérieurement de panique quand celle-ci lui adressa la parole. heureusement pour lui, elle ne l’avait pas encore vraiment reconnu et elle s’était décidé à lui poser une question. Il avait bien l’intention de tout nier en bloc et espérant vraiment que la demoiselle allait prendre la fuite en gardant l’impression incertaine d’avoir déjà vu son visage quelque part. Lorsque Callan prit son courage à deux mains et décida de se montrer puisque de toute façon il avait été repéré, l’autre fit de gros yeux ronds en gardant presque la bouche ouverte.

Il fallait être idiot pour ne pas comprendre qu’à ce moment-là, la blonde venait de comprendre qui il était. En plus, son exclamation rempli de détresse rendait cette hypothèse bien plus plausible. Callan manqua de se lever et de prendre la poudre d’escampette laissant la blondinette seule à fixer la table vide comme une idiote, en se remémorant de son passé, mais il n’avait pas assez de courage, il était comme paralysé. Il comptait sur elle, il espérait qu’elle partirait, laissant les choses comme elles sont pour qu’il puisse continuer à vivre comme si de rien était, faisant comme si il ne l’avait pas revu quelques minutes auparavant.

Par contre, il y a bien une chose à laquelle il ne s’attendait pas c’est à ce que la demoiselle fasse ça, se précipiter sur la table voisine en se cachant derrière la carte des cafés. Son geste était tellement ridicule que Callan faillit partir dans un fou rire nerveux, ça n’aurait rien fait de mal après tout et lui aurait au moins servi à s’échapper de ce stress. Mais il ne pouvait pas faire ça, et il ne pouvait pas non plus se permettre de l’ignorer de la sorte. Callan est une bonne personne, et il a été élevé avec certaines valeurs. Qu’il le veuille ou non, quand il retrouver une personne de sa connaissance, il n’a pas d’autres choix que d’au moins la saluer. C’est une règle bien basique de la politesse qu’il ne peut pas vraiment se permettre d’esquiver.

Il tourna alors sa tête vers la gamine apeurée avant de souffler, la voix encore rocailleuse, rongée par la nervosité. “Bonjour”, il ne voyait pas vraiment ce qu’il pouvait ajouter d’autres. Il avait comprit qu’elle l’avait identifié et avait vraiment du mal à s’imaginer ajouter une phrase dans le style de “tu te souviens moi” alors que dans le contexte elle serait plutôt inutile et assez douloureuse. Il avait envie de lui faire comprendre que la revoir lui faisait aussi de la peine mais comment arriver à formuler tout ça en une seule phrase, il espérait que son regard plaintif retranscrivait correctement ses pensées.

code by ORICYA.


_________________